27/07/2017
Actualités
18 juillet

18 juillet

18 juillet

Saint Émilien de Durostorum en Scythie, martyr (363) ; saint Hyacinthe de Paphlagonie, martyr (IVème s.) ; saint Pambo, ermite au désert de Nitrie (IVème s.) ; saint Arnoul, évêque de Metz (641) ; saint Gonéry, ermite en Bretagne (VIème s.) ; saint Arnoul, martyr dans les Yvelines (VIème s.) ; saint Jean le grand souffrant des grottes de Kiev (1160) ; saint Pambo des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; sainte grande-duchesse Elisabeth et la moniale Barbara (1918).

 SAINTE GRANDE-DUCHESSE ÉLISABETH[1]

La grande-duchesse sainte Élisabeth Feodorovna naquit en 1864. Fille du duc de Hesse-Darmstadt et sœur de la tsarine Alexandra, elle se convertit du protestantisme à l’Orthodoxie lors de son mariage avec le grand-duc Serge Alexandrovitch. Dès les premiers jours de sa vie matrimoniale, elle commença à pratiquer largement l’aumône et à se consacrer à des œuvres philanthropiques ; et pendant la guerre russo-japonaise, elle organisa des convois d’ambulances et des hôpitaux pour recevoir les blessés. Le 18 février 1905, son époux fut assassiné par un terroriste. La grande-duchesse accepta le deuil avec résignation et, deux jours après, elle rendit visite à l’assassin en prison, pour l’exhorter au repentir. Elle adressa au tsar une demande de grâce, et tout le reste de sa vie, elle pria pour cet homme. Ayant décidé de se consacrer tout entière à Dieu, sainte Élisabeth vendit les nombreuses œuvres d’art qu’elle possédait et fonda à Moscou le monastère de Marthe-et-Marie, dédié aux œuvres de miséricorde et multiplia les œuvres de bienfaisance. Au printemps 1918, elle fut arrêtée par les bolcheviques en compagnie de deux moniales de ce monastère, Catherine et Barbara. La première fut libérée peu après, mais Barbara réussit à rester auprès de la grande-duchesse et partagea son martyre. La nuit du 18 juillet 1918, lendemain de l’assassinat de la famille impériale, sainte Élisabeth et d’autres membres de la famille Romanov, qui n’avaient pas pu entrer en contact avec le tsar, furent précipités vivants dans une galerie des mines d’Alapaïevsk, profonde de 80 m, où l’on fit éclater des grenades. Leurs corps furent retrouvés au mois d’octobre suivant, après que des chants et des prières eussent été entendus sur les lieux. Le corps de sainte Élisabeth avait été retenu sur une corniche, à environ 20 m de la surface, il était intact et incorrompu, manifestant qu’elle n’avait pas été atteinte par les grenades et était restée en vie longtemps. On envoya alors ses précieuses reliques, avec celle de la moniale Barbara, à Jérusalem, via la Sibérie et la mission russe de Pékin, où elles furent déposées dans l’église du monastère de Sainte-Marie-Madeleine, qui avait été construite par l’empereur Alexandre III.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint martyr Émilien, ton 4

Toi qui t’es offert au Seigneur par le feu en totale oblation et sacrifice parfait, sous une pluie de grâces à présent tu combles d’allégresse nos cœurs; car, à ton âme épargnant le feu de l’au-delà, tu supportas comme brise la combustion; sans cesse garde-nous, illustre martyr Émilien.

Tropaire de sainte Élisabeth la néomartyre, ton 4

Imitant l’abaissement volontaire du Seigneur sur terre, Tu quitta tes demeures royales pour servir le pauvre et de méprisé, Débordante de compassion pour le souffrant. Et prenant la croix du martyre, Dans ta douceur, tu perfectionnas l’image du Sauveur en toi. C’est pourquoi, avec Barbara, supplie le Christ de nous sauver tous, O sage Élisabeth.

Kondakion du saint martyr Émilien, ton 3 :

Enflammé-de zèle pour Dieu, tu n’as pas craint le feu qui le servait comme toi, mais, impavide y pénétrant, dans l’ardente flamme tu fus entièrement consumé et comme sacrifice t’offris au Seigneur; illustre martyr Emilien, prie ,1e Christ notre Dieu de nous accorder la grâce du salut.

Kondakion de Ste Elisabeth la néomartyre, ton 4

Ayant pris la Croix du Christ, tu passas de la gloire impériale à la gloire des cieux, priants pour tes ennemis, ô sainte martyre princesse Elisabeth et avec la martyre Barbara tu as trouvé la joie éternelle. Aussi, priez pour nos âmes.

Évangile DU JOUR

(Matth. XIV, 1-13)
En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C’est Jean Baptiste! Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles. Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce que Jean lui disait: Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète. Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait. A l’instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne, et il envoya décapiter Jean dans la prison. Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l’ensevelirent. Et ils allèrent l’annoncer à Jésus. A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l’écart dans un lieu désert; et la foule, l’ayant su, sortit des villes et le suivit à pied.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski