24/07/2017
Actualités
Page d'accueil > Vivre avec l'Église > 23 avril (ancien calendrier) 6 mai (nouveau)

23 avril (ancien calendrier) 6 mai (nouveau)

23 avril (ancien calendrier) 6 mai (nouveau)
VENDREDI LUMINEUX

Saint Georges le grand-martyr, de Lydda en Palestine, et ses compagnons, saints Anatole, Protoléon, Athanase et Glycère, tous martyrs à Nicomédie (303) (fête reportée après Pâques) ; sainte martyre impératrice Alexandra (303) ; saints Félix, prêtre, Fortunat et Achilée, diacres, martyrs à Lyon (202) ; sainte Pusinne, vierge, moniale à Corbie près d’Amiens (Vème s.) ; saint hiéromartyr Jean (Anserov), prêtre (1940).

VIE DU SAINT GRAND-MARTYR GEORGES

Saint Georges le grand-martyr, de Lydda en Palestine

Ce grand et admirable athlète du Christ était issu d’une famille de Cappadoce, riche et de haute condition. Son père étant décédé lorsqu’il était âgé de dix ans, sa mère Polychronia, qui était devenue chrétienne à l’insu de son mari, retourna dans sa patrie, la Palestine, et put élever son jeune fils dans les vertus évangéliques. De belle apparence, intelligent et de mœurs raffinées, Georges entra dans la carrière militaire à l’âge de dix-huit ans. Il plut à ses supérieurs et fut rapidement élevé au grade de tribun de la garde impériale, puis, semble-t-il, à la dignité de préfet.

De retour vers la Cappadoce après une campagne victorieuse, passant dans la région d’Attalia en Pamphylie, il délivra la fille du roi, qui avait été livrée en pâture à un redoutable dragon, et mit à mort la bête par la force surnaturelle qu’il tirait de sa foi. Admiratifs devant cette démonstration de la puissance accordée par le Christ à ses fidèles contre les puissances du mal, les païens de l’endroit se convertirent tous au christianisme.

Au temps de la Grande Persécution déclenchée par Dioclétien (vers 304), comme l’empereur avait convoqué à Nicomédie tous les gouverneurs d’Orient pour leur communiquer ses décrets contre les chrétiens, saint Georges, sentant que le moment était venu pour lui de confesser publiquement le Christ, distribua tous ses biens aux pauvres, affranchit ses esclaves et se rendit à la cour. Il se présenta au milieu de l’assemblée et reprocha au souverain de verser injustement le sang innocent des chrétiens. Stupéfait, Dioclétien chargea son second, Magnence, d’interroger cet insolent sur sa croyance. Georges répondit que c’était parce qu’il croyait au Christ, vrai Dieu, qu’il était venu sans crainte leur adresser ces reproches. Une fois remis de sa stupeur, l’empereur, craignant l’agitation de l’assistance, proposa au saint de le couvrir d’honneurs à condition qu’il accepte de sacrifier aux dieux de l’Empire. Georges répondit : « Ton règne se corrompra et disparaîtra rapidement, sans te procurer aucun profit ; mais ceux qui offrent un sacrifice de louange au Roi des cieux règneront avec lui pour l’éternité ! »

Sur l’ordre du souverain, les soldats frappèrent de leurs lances le saint au ventre. Le sang se mit à couler à flot, mais, dès les premiers coups, leurs armes se tordirent comme si elles étaient faites de matière molle. Le soldat du Christ fut alors jeté en prison, avec une lourde pierre sur la poitrine. Le lendemain, il comparut de nouveau devant le tyran et montra la même fermeté, aussi l’attacha-t-on à une roue suspendue au-dessus d’instruments tranchants, de sorte que, quand on la faisait tourner, le corps du saint était progressivement coupé en morceaux. Surmontant la douleur par le débordement de son amour pour Dieu, saint Georges ne cessait pas de rendre grâces au Seigneur. Une voix se fit alors entendre du ciel, disant : « Ne crains rien, Georges. Je suis avec toi ! » Et un ange, vêtu d’une robe blanche plus brillante que le soleil, descendit pour le délier et le guérir de ses blessures.

Lorsqu’il se présenta indemne devant l’empereur, deux officiers de la garde, Anatole et Protoléon, confessèrent le Christ à haute voix. Ils furent aussitôt décapités. L’impératrice Alexandra [21 avr.], se déclara chrétienne à son tour, mais Magnence la contraignit à se retirer au palais. On jeta alors le saint dans une fosse remplie de chaux vive ; mais, tel les Trois Jeunes Gens dans la fournaise de Babylone, il en sortit sain et sauf au bout de trois jours, salué par la foule qui s’écriait : « Grand est le Dieu de Georges ! »
L’empereur, restant toutefois insensible devant toutes ces démonstrations de la puissance du Christ, ordonna de forcer le martyr à marcher avec des chaussures garnies de pointes rougies au feu. « Cours, Georges, vers l’objet de tes désirs ! » se disait le saint en invoquant le secours du Seigneur. Et c’est une fois de plus, indemne et rayonnant de grâce, qu’il se présenta devant le tyran. Par la grâce de Dieu, il échappa aussi au poison préparé par un mage nommé Athanase. Comme celui-ci et ses congénères restaient encore incrédules, en pensant que Georges usait de quelque artifice magique, il ressuscita, à leur demande, un mort enseveli depuis trois cents ans. Celui-ci se prosterna devant le saint et, déclarant qu’il avait été tiré de l’enfer par sa prière, il confessa le Christ. Le mage vaincu tomba alors aux pieds du serviteur de Dieu, lui demanda pardon et proclama à son tour la vraie foi. Éclatant de fureur Dioclétien ordonna de décapiter sur le champ Athanase et le ressuscité.

Nombre de ceux qui avaient cru au Christ à la suite des miracles de saint Georges trouvèrent le moyen d’aller le visiter dans sa prison, afin d’être instruits des vérités évangéliques ou pour recevoir la guérison de leurs maux. Le saint compatissait à la douleur de chacun et il ressuscita même le bœuf d’un paysan nommé Glykérios. Ce dernier fut ensuite arrêté et décapité sans autre forme de procès.

Le lendemain Dioclétien fit comparaître Georges au temple d’Apollon, en présence d’une foule considérable. Feignant de vouloir sacrifier, le martyr entra dans le temple et s’adressa à l’idole en faisant le signe de la Croix. Les démons qui habitaient la statue confessèrent alors avec frayeur que seul le Christ est Dieu véritable et ils sortirent dans un grand brouhaha, laissant les statues inertes s’effondrer à terre. Les prêtres et les païens chassèrent alors le saint à grands cris et le ramenèrent au palais. Attirée par le tumulte, l’impératrice Alexandra sortit, fendit la foule en criant : « Dieu de Georges, viens à mon aide ! » et elle tomba aux pieds du saint. Ne pouvant plus contenir sa rage le tyran, dont le cœur s’était endurci comme autrefois celui de Pharaon, ordonna de les décapiter tous les deux. Mais, la veille de l’exécution, Alexandra remit paisiblement son âme à Dieu dans la prison.

Le jour venu, saint Georges se rendit sur les lieux de l’exécution, suivi d’une grande foule et encouragé par sa mère, Polychronia, qui rendit l’âme peu après. Il éleva vers Dieu une action de grâces pour tous ses bienfaits et, demandant son assistance en faveur de tous ceux qui invoqueront avec confiance son intercession dans la suite des siècles, il inclina la nuque sous le glaive et partit pour remporter au ciel les trophées de la gloire éternelle. Conformément à la recommandation du saint, son serviteur transporta ensuite sa précieuse relique dans sa patrie, Lydda (Diospolis) en Palestine [3 nov.], où d’innombrables miracles s’accomplirent dans la vaste église que l’on construisit en son honneur.

Le culte de saint Georges a connu une immense faveur dans tout le monde chrétien, tant en Orient qu’en Occident. Il a été choisi pour protecteur de pays comme la Géorgie et l’Angleterre, des milliers d’églises lui ont été consacrées et toute âme chrétienne voit en lui l’incarnation des vertus de vaillance, de patience dans les afflictions et de confiance en l’assistance de la grâce que le Christ, Maître du combat, a recommandées à tous les soldats de la piété.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 2

Le noble Joseph, ayant descendu de la Croix Ton Corps immaculé, L’enveloppa d’un linceul blanc avec des aromates et Le coucha avec soin dans un tombeau neuf ; mais Tu es ressuscité le troisième jour, Seigneur, faisant au monde Grande Miséricorde.

Tropaire de la Résurrection du 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

Tropaire de saint Georges, ton 4

Libérateur des captifs, * toi qui assures aux pauvres ta protection, * en qui les malades trouvent aussi médecin * et les princes, leur Seigneur, * victorieux défenseur, * saint Georges, victorieux et grand martyr * intercède auprès du Christ notre Dieu * pour le salut de nos âmes.

Kondakion de saint Georges, ton 4

Cultivant toi-même par Dieu, tu devins * le vénérable jardinier de la foi, * recueillant les gerbes des vertus: * ayant semé dans les larmes, tu moissonnas dans la joie; * pour le combat sanglant que tu menas, * tu obtins le Christ comme prix; * par tes prières, saint Georges, tu procures à tous le pardon de leurs péchés.

Kondakion des femmes myrophores, ton 2

Tu as dis aux myrophores : « Réjouissez-vous ! » et par Ta Résurrection, ô Christ Dieu, Tu as mis fin aux lamentations d’Ève, notre première mère. A Tes Apôtres, Tu as ordonné de proclamer : le Sauveur est ressuscité du Tombeau.

Évangile DU JOUR

(Jn XV, 17 – XVI,2)

Le Seigneur dit : ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. Si je n’étais pas venu et que je ne leur eusses point parlé, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils n’ont aucune excuse de leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père. Mais cela est arrivé afin que s’accomplît la parole qui est écrite dans leur loi: Ils m’ont haï sans cause. Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ; et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement. Je vous ai dit ces choses, afin qu’elles ne soient pas pour vous une occasion de chute. Ils vous excluront des synagogues; et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu.

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski