22/09/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > 25ème anniversaire de la renaissance de l’Église orthodoxe d’Albanie
25ème anniversaire de la renaissance de l’Église orthodoxe d’Albanie

25ème anniversaire de la renaissance de l’Église orthodoxe d’Albanie

Bien que la liberté formelle ait alors été restaurée dans le pays, le début des années 1990 fut une période dramatique pour la communauté des fidèles orthodoxes en Albanie. Il n’y avait aucun évêque survivant, aucun candidat potentiel ne pouvait être élevé à ce rang ; il ne restait plus que 15 clercs retraités ou malades. Il n’y avait plus d’églises (elles étaient soit détruites, soit sécularisées) et il n’y avait pas non plus de moyens financiers pour les reconstruire en raison de la pauvreté ambiante et du fait que l’État ne voulait pas assumer la responsabilité de soutenir des communautés religieuses. Globalement, une situation désespérée existait. Dans de telles conditions la seule autorité qui avait la responsabilité et la capacité d’entreprendre des initiatives du rétablissement de l’Église orthodoxe en Albanie était le Patriarcat œcuménique de Constantinople. Afin de prendre connaissance de la situation et des nécessités de l’Église d’Albanie, le Patriarcat a envoyé alors en Albanie l’une des personnes les plus qualifiées, bien connu dans tout le monde orthodoxe et au-delà. Il s’agissait de Mgr Anastase, à l’époque métropolite d’Androussa, modérateur de la Commission sur la mission au monde et à l’évangélisation du COE et archevêque diocésain du Kenya, Ouganda et Tanzanie. Dès son arrivée en Albanie, l’archevêque fit face au vide spirituel et matériel effrayants que l’athéisme avait laissé derrière lui, mais il ne se laissa pas impressionner. Il s’engagea à changer cette situation. Il commença par ouvrir un séminaire pour préparer de jeunes membres du clergé et entreprit de restaurer les églises et les édifices existant, tout en démarrant des projets de construction de nouvelles églises. C’est cette œuvre, ce sacrifice, qui a convaincu les chrétiens orthodoxes d’Albanie de demander officiellement au Patriarcat œcuménique que le métropolite Anastase devienne leur père et archipasteur. Comme il le confessa lui-même, un tel ministère était pour lui « non un trône de puissance, mais une croix de sacrifice ». Sans cette bénédiction d’amour et de renoncement à lui-même de l’archevêque, les fidèles orthodoxes d’Albanie n’auraient pas aujourd’hui une Église organisée et en continuel développement, on considère cela comme un véritable miracle de Dieu. L’élection de Mgr Anastase comme archevêque d’Albanie a posé la fondation du rétablissement rapide de l’autocéphalie et a créé les prémices de la résurrection de l’Église. Il y avait ceux qui étaient opposés à l’élection et à la nomination de l’archevêque Anastase sous le prétexte de défendre l’autocéphalie et l’indépendance de l’Église d’Albanie. En fait, cette opposition aurait eu pour résultat de limiter l’Église d’Albanie à une province ecclésiastique dépendante des autres et incapable ainsi de croître pour devenir Église réelle, indépendante, et reprendre son rôle historique dans la société albanaise. La preuve des réussites et de la réapparition de l’Église d’Albanie, de même que sa reconnaissance canonique et officielle s’est manifestée clairement le 1er juin 2014, lorsque les primats de la majorité des Églises orthodoxes (et une représentation officielle des autres Églises) se sont réunis à Tirana pour la consécration de la cathédrale de la Résurrection du Christ. Une autre preuve était la participation et la contribution de l’archevêque Anastase et de l’Église d’Albanie au grand et saint Concile de Crète (2016).

« En cet anniversaire significatif pour l’Église d’Albanie, lorsque tous les fidèles orthodoxes d’Albanie commémorent avec gratitude le 25ème anniversaire de l’élection de l’archevêque Anastase, nous ne devons pas oublier que cet événement majeur incarne le sang, la sueur, et les efforts des fidèles orthodoxes d’Albanie, afin de préserver la foi de leurs ancêtres et ce même dans les moments les plus difficiles, tels que la sombre époque athée, mais aussi pour surmonter avec leur archipasteur les difficultés et les nombreuses attaques. Une place significative et spéciale dans l’histoire de la communauté orthodoxe d’Albanie sera toujours dédiée à l’œuvre et au ministère personnel de l’archevêque Anastase, non seulement pour la résurrection de l’orthodoxie dans le pays, mais pour sont progrès indéniable, actuellement et à l’avenir », a écrit un fidèle de l’Église orthodoxe d’Albanie.

Source

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski