18/01/2017
Actualités
27 décembre

27 décembre

27 décembre
Dimanche après la Nativité ; Mémoire de saint Joseph le Fiancé, du saint prophète et roi David, et de saint Jacques, le frère du Seigneur ; saint Étienne (ou Stéphane), premier diacre et premier martyr (vers 34) ; saint Théodore “le marqué”, confesseur, frère de saint Théophane l’hymnographe (vers 840) ; saint Théodore, archevêque de Constantinople (vers 686) ; saints néo-martyrs de Russie : Tikhon, archevêque de Voronège (1919), Antonina (Brianskikh) (1937).

SAINT JOSEPH LE FIANCÉ, SAINT PROPHÈTE DAVID ET SAINT JACQUES

David, le roi-prophète, était le dernier des huit fils de Jessé, qui demeurait à Bethléem vers l’an 1000 avant notre Seigneur . Jeune berger à la chevelure rousse, au beau regard et à la tournure svelte et agile, il se distinguait par sa piété, sa sagesse, son humilité et sa grande douceur, que ne contredisait pas sa bravoure dans les combats. Suite à la désobéissance du roi Saül, Dieu se détourna de ce dernier et envoya le Prophète Samuel pour oindre en secret l’humble David, comme roi d’Israël, en lui promettant sa bienveillance sur lui et sur sa descendance pour toujours. Dès lors, l’esprit de Dieu s’écarta de Saül, le livrant périodiquement à de violentes crises de délire, et vint reposer sur le jeune pâtre. Appelé au chevet du roi, il calmait ses terreurs par les douces mélodies qu’il lui chantait au son de sa lyre, et il gagna ainsi sa faveur. Lorsque les Philistins déclarèrent la guerre à Israël, David s’avança seul, sans équipement de guerre, accompagné par la raillerie des uns et par la stupeur des autres, pour relever le défi lancé par le géant Goliath et se mesurer en combat singulier avec celui qui avait la réputation d’être invincible. Courant vers son adversaire, en ne se confiant en rien d’autre que dans le Nom du Seigneur, il l’abattit de la première pierre qu’il lui jeta au front au moyen de sa fronde. Devenu officier à la suite de ce succès, il remportait victoire sur victoire et acquit une telle renommée dans le peuple que le roi, saisi d’une furieuse jalousie, chercha à plusieurs reprises à faire disparaître celui-là même qu’il avait pourtant fait son favori et à qui il avait accordé sa fille en mariage. Il l’envoyait dans les campagnes les plus risquées, pour qu’il mourût au combat, mais chaque fois David revenait vainqueur, couvert d’un surcroît de gloire, ce qui augmentait d’autant la haine de Saül. Grâce à l’assistance de Jonathan, le fils de Saül, qui l’aimait comme son propre frère, David put échapper aux entreprises meurtrières du roi et s’enfuit de la cour. Ne pouvant trouver refuge chez les Philistins, il commença à mener une vie errante à la tête d’une troupe d’environ six cents hommes, membres de sa famille et gens opprimés par le tyran. Partout où ils allaient, ils étaient poursuivis par Saül et ses soldats, qui mettaient à mort quiconque venait en aide aux fugitifs ; mais Dieu intervenait à chaque fois pour les secourir. À deux reprises, David se trouva dans la possibilité d’abattre son ennemi, mais il l’épargna par grandeur d’âme et par respect pour celui qu’il considérait humblement comme l’oint du Seigneur et comme le souverain légitime.
Craignant de nouveaux emportements de Saül, David et sa troupe trouvèrent finalement asile à Gad, chez le roi des Philistins Akish, et menèrent la guerre contre les tribus nomades de la contrée. Quand une nouvelle guerre éclata entre les Philistins et Israël, on l’écarta du conflit et il partit lutter contre les Amalécites. À son retour, après la grande défaite d’Israël à Gelboé, David se lamenta à grands cris sur la mort de son cher ami Jonathan et pleura sincèrement la perte de Saül, composant en leur honneur une émouvante élégie. Sur ordre de Dieu, il monta alors à Hébron et fut reconnu comme roi par la tribu de Juda, alors qu’Ishbaal, fils de Saül, était institué souverain des autres tribus par Abner, le chef de l’armée. Une guerre intestine éclata entre les deux royaumes et, au bout de sept ans, le royaume du Nord s’étant soumis, David put être reconnu comme roi unique sur tout le peuple d’Israël et installa sa capitale à Jérusalem, qu’il avait gagnée sur les Jébuséens.
Après de nouvelles victoires sur les Philistins et autres tribus païennes, l’élu de Dieu étendit les limites de son royaume de l’Euphrate (Est) à la Méditerranée (Ouest) et du Liban (Nord) au désert d’Arabie (Sud). Puis, dans un grand concert de musique, de chants de joie et d’hymnes d’action de grâces, il fit transporter l’Arche d’Alliance à Jérusalem, devenue dès lors non seulement la capitale du royaume terrestre d’Israël, mais aussi le centre spirituel du peuple élu, la ville sainte où Dieu fait reposer sa gloire, l’image et la figure prophétique de la Jérusalem céleste qui descendra des cieux à la fin des temps (Ap 21). David avait fait serment au Seigneur de ne pas s’accorder de repos tant qu’il n’aurait pas trouvé un lieu de séjour et un tabernacle pour le Dieu de Jacob (Ps 131, 5). Aussi, voyant dans cette procession la réalisation de son vœu, il fut saisi d’une telle joie que, comme en extase, il prit la tête du cortège en chantant et en dansant de toutes ses forces, sans en éprouver de honte. Par la suite, il organisa avec soin le déroulement des sacrifices et des cérémonies liturgiques, pour que tout s’accomplisse avec ordre et dignité, et il répartit les rôles respectifs des prêtres et des lévites consacrés au service du Seigneur. Le roi lui-même, inspiré par l’Esprit Saint, composa un grand nombre de psaumes pour louer Dieu et servir dans le culte. Ces psaumes de David, qui constituent la base de notre Psautier, expriment en des accents inimitables toutes les attitudes de l’homme devant Dieu et offrent de ce fait la matière première de la prière de l’Église, tant privée que publique.
Modèle de vertu dans ses actions et de sagesse dans ses paroles, David fut le plus glorieux des rois d’Israël et figura par avance le Messie, Jésus-Christ, nommé justement le fils de David — c’est-à-dire issu de sa lignée selon la chair — qui viendra réaliser par sa Résurrection les promesses faites par Dieu au roi-prophète (Act 13, 32). C’est ainsi que le nom même de David est devenu synonyme du Sauveur attendu pour instaurer sur la terre un royaume spirituel qui n’est pas de ce monde (Jn 18, 36) : Moi dit le Seigneur, je serai pour eux un Dieu et mon serviteur David sera prince au milieu d’eux (Éz 34, 23).
Malgré cette élection divine et toutes ses vertus, le roi David ne parvint pas pourtant au plein accomplissement de son désir : l’édification du Temple, où la gloire de Dieu puisse demeurer pour toujours sur la terre, car une telle œuvre sainte devait être accomplie par quelqu’un qui n’eût pas souillé ses mains en versant le sang et en combattant à la guerre. Ce sublime honneur fut réservé à son fils Salomon, le sage d’entre les sages, qui hérita du royaume pacifié par son père et put consacrer tous ses efforts à la construction de la maison de Dieu. Quant à David, il ne put que préparer et rassembler tous les matériaux nécessaires.
Comblé de faveurs, David n’avait pas cependant la perfection de son descendant, Jésus. Étant homme, il était soumis aux passions et tomba dans le péché. Quoiqu’il eût déjà vingt épouses, sa convoitise n’en était pas pour autant assouvie. Apercevant un jour la belle Bethsabée, il s’éprit d’elle à tel point qu’il n’hésita pas à envoyer son mari, Urie le Hittite, à une mort certaine en donnant l’ordre de le placer en première ligne lors du siège de Rabba, afin de se débarrasser de lui. Une fois le deuil légal accompli, il épousa Bethsabée et obtint d’elle un fils, qui mourut peu de temps après, frappé par la colère divine. Dieu, qui ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive (Éz 33, 11), n’abandonna pas son élu dans le gouffre de la perdition, et Il lui envoya le prophète Nathan qui, par un habile détour, fit réaliser au roi l’horreur de son péché. Aveuglé par son désir coupable, il avait été conduit jusqu’au meurtre ; mais dès que sa conscience fut réveillée par la réprimande du prophète, il reconnut avec humilité son péché devant Dieu et montra un si parfait repentir que le psaume qu’il entonna alors : Aie pitié de moi ô Dieu dans ta grande miséricorde, en ton immense compassion efface mon iniquité… (Ps 50) est devenu pour tous les pécheurs le modèle de la prière qu’ils doivent élever vers le Seigneur pour implorer son pardon. Exaucé par Dieu, il obtint un nouveau fils de Bethsabée, Salomon, mais il eut à souffrir vers la fin de sa vie de la révolte de son autre fils, Absalon, qui essaya de s’emparer du pouvoir et contraignit le roi à prendre la fuite, comme au temps de sa jeunesse. Finalement le rebelle mourut au combat, tué par Joab, le général de David ; mais, au lieu de se réjouir de cette victoire, le roi, dont le cœur ignorait la rancune, s’effondra en larmes, en se lamentant sur la mort de celui qu’il n’avait jamais cessé de considérer comme son fils.
Après avoir rétabli la paix entre les tribus d’Israël et de Juda qui se disputaient ses faveurs, David fit sacrer Salomon comme successeur, lui recommandant de garder la piété et d’achever la construction du Temple. Puis, rendant grâce à Dieu pour toutes les actions d’éclat qu’Il avait réalisées par sa main, il exhorta l’assemblée du peuple à louer le Nom du Seigneur, et il s’endormit en paix dans sa cité de Jérusalem, âgé de soixante-dix ans. Il avait régné quarante ans : sept ans à Hébron sur Juda et trente-trois ans à Jérusalem sur les douze tribus d’Israël.

JOSEPH, qui fut assez saint et juste pour devenir le témoin et le serviteur du grand mystère de l’Incarnation, était de la tribu royale de Juda et de la maison de David. Fils de Jacob (Mt 1, 16) et gendre d’Élie , il exerçait la modeste profession de charpentier à Nazareth et avait obtenu d’un premier mariage quatre fils : Jacques, José, Jude et Simon (ou Syméon), et trois filles : Esther, Marthe et Salomé, femme de Zébédée et mère des apôtres Jacques et Jean . Devenu veuf et ayant atteint le seuil de la vieillesse, il fut choisi sur un signe divin par le grand prêtre pour devenir le protecteur et le gardien de la virginité de la Toute-Sainte, au sortir du Temple où elle avait demeuré jusqu’à l’âge de douze ans, et parut ainsi aux yeux de tous comme son époux légitime.
Or, pendant le temps de leurs fiançailles, la Sainte Vierge conçut par l’opération du Saint-Esprit, et quand elle revint à Nazareth après son séjour de trois mois auprès d’Élisabeth, les premiers signes de la maternité se révélèrent en elle, laissant le juste et pieux Joseph dans une anxiété inexprimable : comment la Vierge consacrée au Seigneur pouvait-elle être coupable de secrètes relations ? Sa rigueur morale exigeait qu’il la répudiât, mais, homme juste et compatissant, il ne voulait pas livrer la jeune fille à l’opprobre publique ; aussi, se réfugiant dans la prière, forma-t-il le dessein de la renvoyer en secret. Mais un ange du Seigneur lui apparut alors en songe, le rassura en lui apprenant que cette conception était l’œuvre du Saint-Esprit et lui prescrivit de devenir le père adoptif de l’enfant, chargé de sa protection et de son éducation.
Joseph prit Marie chez lui, on célébra les noces ; mais le Juste garda secret le grand mystère auquel il avait été initié, jusqu’au moment où ils durent partir pour se faire recenser à Bethléem. Joseph fut un des premiers témoins de la merveille des merveilles : la naissance du Dieu incarné et il reçut le privilège, réservé au père, de donner à l’enfant son nom : JESUS. Après la visite des Mages et des Bergers, l’ange du Seigneur le visita de nouveau pendant son sommeil, lui recommandant de prendre sur l’heure Marie et l’Enfant, et de fuir en Égypte pour échapper aux desseins meurtriers d’Hérode. De retour à Nazareth, une fois le danger écarté, il reprit sa profession de charpentier et l’enseigna, ainsi que tout son savoir sur les préceptes de la Loi, à Jésus, le Verbe Créateur et Législateur, qui s’était fait faible et ignorant pour nous relever et nous initier à la vraie connaissance.
Les années de l’enfance de notre Seigneur se passèrent ainsi dans l’effacement, la paix, le recueillement, le travail quotidien et l’obéissance à ses parents terrestres, sous la protection de Joseph, le silencieux gardien des mystères, et de la Mère de Dieu qui gardait et méditait pour nous en son cœur les merveilles de l’Incarnation de Dieu. Parvenu au seuil de la vie publique du Seigneur Jésus, Joseph, ayant accompli sa mission dans l’humilité et le dévouement, remit son âme à Dieu en présence de Jésus et de Marie. D’après la légende, il aurait alors prononcé ces paroles : « Les douleurs et les craintes de la mort m’environnent, mais mon âme a retrouvé le calme dès que j’ai entendu ta voix, Jésus mon défenseur, Jésus mon sauveur, Jésus mon refuge, Jésus dont le Nom est doux à ma bouche et au cœur de tous ceux qui t’aiment » .

Saint JACQUES le Juste, fils de Joseph et frère de Jésus, est commémoré séparément le 23 octobre. Il est associé aujourd’hui à David, l’illustre ancêtre du Christ, et à Joseph, son père adoptif, pour compléter le tableau de sa parenté, en évoquant aussi sa descendance spirituelle, car saint Jacques devint le premier évêque de Jérusalem, la mère des Églises .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire du dimanche du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire de la Nativité, ton 4
Ta Nativité, Christ notre Dieu, a fait luire dans le monde la lumière de la connaissance ; en elle, en effet, les adorateurs des astres ont appris d’une étoile à T’adorer, Soleil de justice, et à reconnaître en Toi l’Orient descendu du ciel, Seigneur gloire à Toi !

Tropaire de saint Joseph, ton 2
Annonce, Joseph, les merveilles à David l’ancêtre de Dieu : tu as vu la Vierge enfanter ; tu as glorifié avec les bergers ; tu as adoré avec les mages ; tu as été averti par l’Ange. Prie le Christ Dieu de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Joseph, saint Jacques et du saint prophète David, ton 3
Le saint roi David est comblé d’allégresse en ce jour et Joseph offre sa louange avec Jacques; ayant reçu la couronne par la parenté avec le Christ, ils se réjouissent et chantent Celui qui sur terre est né ineffablement et s’écrient : Sauve, Miséricordieux, ceux qui célèbrent Ton nom.

Kondakion de la Nativité, ton 3
La Vierge, en ce jour, met au monde Celui qui surpasse toute essence créée et la terre offre une grotte à l’Inaccessible ; les anges chantent Sa gloire avec les pasteurs, et les mages cheminent avec l’étoile ; car pour nous est né petit enfant, le Dieu d’avant les siècles.
Évangile du jour
(Mt II,13-23)
Lorsqu’ils furent partis, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu’à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte. Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: J’ai appelé mon fils hors d’Égypte. Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date dont il s’était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète: On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations: Rachel pleure ses enfants, Et n’a pas voulu être consolée, Parce qu’ils ne sont plus. Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d’Israël. Mais, ayant appris qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode, son père, il craignit de s’y rendre; et, divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la Galilée, et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes: Il sera appelé Nazaréen.

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski