27/03/2017
Actualités
Page d'accueil > Agenda > 4e dimanche du Carême

4e dimanche du Carême

4e dimanche du Carême, mémoire de saint Jean Climaque

Tropaire de la Résurrection, t. 8 : Tu es descendu des hauteurs,/ ô Plein de bonté !// Tu as accepté l’ensevelissement de trois jours,+ afin de nous délivrer de nos passions,/ ô notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi !//

Epître : Hébreux 6, 13-20
Frères, lorsque Dieu fit sa promesse à Abraham, comme Il n’avait personne de plus grand par qui jurer, Il jura par lui-même et dit : « Oui, Je te comblerai de bénédictions et Je te donnerai une immense expansion. » Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, vit se réaliser la promesse. Les hommes, en effet, jurent par un plus grand ; et, entre eux, la garantie du serment met un terme à toute contestation. C’est en ce sens que Dieu, voulant bien davantage montrer aux héritiers de la promesse le caractère irrévocable de sa décision, intervint par un serment. Ainsi par un engagement doublement infaillible, puisqu’il ne peut y avoir de mensonge de la part de Dieu, nous sommes puissamment encouragés, comme y trouvant refuge, à saisir fortement l’espérance qui nous est proposée. Et nous la tenons comme l’ancre de notre âme, cette espérance sûre et solide, qui a pénétré au-delà du voile, là où pour nous, en Précurseur, est entré Jésus, devenu grand prêtre pour l’éternité « selon ordre de Melchisédech ».

Évangile : Marc 9, 17-32 (notre trad.)
En ce temps-là, quelqu’un de la foule dit à Jésus : « Maître, je t’ai amené mon fils ; il est possédé d’un esprit muet. Où qu’il le saisisse, il le jette à terre ; mon fils écume, grince des dents et devient sec. J’ai demandé à tes disciples de l’expulser, mais ils n’en ont pas eu la force. » Jésus leur répondit : « Ô génération incroyante et pervertie, jusqu’à quand serai-Je auprès de vous ? Jusqu’à quand aurai-je à vous supporter ? Apportez-le-moi. » On le lui apporta et, dès qu’il vit Jésus, l’esprit agita l’enfant qui, tombant à terre, s’y roula en écumant. Jésus demanda au père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » « Depuis l’enfance, dit-il. Souvent il l’a jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais, si Tu as quelque pouvoir, aide-nous ! Seigneur, miséricorde ! » Jésus lui répondit : « ‘Si Tu as quelque pouvoir’, dis-tu : mais, tout est possible à celui qui croit. » Le père de l’enfant s’écria aussitôt avec larmes : « Je crois ! Aide-moi dans mon incroyance ! » Jésus, voyant s’attrouper la foule, menaça l’esprit impur en lui disant : « Esprit muet et sourd, Je te l’ordonne, sors de lui et n’y rentre plus ! » Après avoir crié et violemment secoué l’enfant, il en sortit ; celui-ci devint comme un cadavre, si bien que beaucoup disaient : « Il est mort. » Mais Jésus s’empara de sa main, le releva, et il se tenait debout. Lorsque Jésus fut rentré à la maison, ses disciples le prirent à part et lui demandèrent : « Pourquoi, nous, n’avons-nous pas pu l’expulser ? » Jésus leur dit : « Cette engeance ne peut être chassée que par la prière et le jeûne. » Puis ils partirent en traversant la Galilée et Jésus ne voulait pas que ce miracle se sût. En effet, Il enseignait ses disciples et leur disait : « Le Fils de l’Homme sera livré aux mains des gens ; ils le mettront à mort et trois jours après avoir été mis à mort Il se relèvera.»

Thèmes du jour : 1) la Résurrection : tout le Carême constitue la Pâque, « passage » de la mort à la vie dans l’union au Christ ; 2) but de l’ascèse : contemplation de la lumière et joie en Dieu ; 3) fidélité du Seigneur dans ses promesses (réponse au scepticisme) ; 4) l’état de péché comme « possession » démoniaque (place de l’exorcisme avant le baptême), impuissance à faire la volonté de Dieu ; 5) la surdité et le mutisme comme signes de l’état de péché : sourd à la Parole, muet pour témoigner du Christ (carence apostolique et missionnaire) ; 5) la patience de Dieu : Il « supporte » volontairement tout par amour ; Il pourrait arrêter (« jusqu’à quand… ») ; 6) la faiblesse de la foi (le péché d’« incroyance ») : à notre prière Dieu la fortifiera ; 7) puissance de la prière de foi unie au jeûne – arme des chrétiens face au mal ; 8) l’annonce de la Passion et de la Résurrection de Jésus Seigneur ; 9) la place éminente de la Mère de Dieu dans l’œuvre du Salut.
(Père Marc-Antoine Costa de Beauregard)

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski