29/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Message de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières
Message de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières

Message de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières

En ces jours d’après-fête de la Pentecôte, nous, évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, nous sommes réunis en Assemblée épiscopale à Buchendorf, près de Munich, sous la protection de l’icône de la Mère de Dieu de Koursk. Cette année, nous commémorons avec tristesse le centenaire des événements sanglants de 1917, mais nous sommes simultanément emplis de joie par l’anniversaire du centenaire de la restauration du Patriarcat en Russie et le dixième anniversaire du rétablissement de l’unité au sein de l’Église russe. Nous nous rappelons de ceux qui ont œuvré au rétablissement de cette unité ainsi que ceux qui continuent à travailler au renforcement de nos liens spirituels. En la fête de l’Ascension du Seigneur, nous avons prié avec le primat de l’Église orthodoxe russe et le président de la Fédération de Russie lors des offices de la dédicace de l’église de la Résurrection du Christ et des saints néomartyrs et confesseurs de Russie située à la Lioubianka à Moscou, et nous terminons la session de notre Assemblée par la grande consécration de la cathédrale des saints néomartyrs et confesseurs de Russie à Munich, qui est la seule église relevant de l’Église russe hors-frontières dans laquelle a célébré Sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexis, qui signa avec le métropolite Laur, tous deux d’éternelle mémoire, l’acte d’unité de l’Église orthodoxe russe. Nous avons toujours eu conscience du fait que cette unité extérieurement ébranlée a toujours été conservée dans sa dimension spirituelle. Nous commémorons également, avec gratitude envers Dieu, le centenaire de la naissance, en 1917, du néomartyr de l’Église russe, qui a justifié l’affirmation selon laquelle « le sang des martyrs chrétiens est la semence de la foi ». Il s’agit de St Alexandre de Munich (Schmorell), qui a versé son sang en Allemagne. À l’occasion de ce centenaire, non loin de sa tombe, a été achevée la construction de notre cathédrale. Celle-ci a été consacrée par Sa Béatitude le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, avec lequel concélébraient le métropolite Hilarion, primat de l’Église russe hors-frontières, l’ensemble de l’épiscopat de celle-ci, des hiérarques venus de Russie et d’Ukraine, des hiérarques des autres Églises orthodoxes locales. À la lumière de l’exploit des Néomartyrs russes, au nombre desquels figure aussi St Alexandre, il y a ici un pont unissant Orient et Occident. Le rétablissement du Patriarcat au cours du Concile local de l’Église russe, que nous fêtons aussi, fut un pas positif vers le retour à nos sources chrétiennes, à l’expérience du millénaire de l’existence de l’organisme ecclésial. Le rôle principal dans le rétablissement du Patriarcat a été joué par le hiérarque qui, par la suite, devint le premier primat de l’Église russe hors-frontières, Sa Béatitude le métropolite de Kiev et de Galicie Antoine (Khrapovitzky). S’appuyant sur les actes du Concile local de 1917-1918, il préserva dans les pays lointains de la Russie, avec ses frères dans l’épiscopat, la conciliarité de l’administration ecclésiale, et ce faisant, la fidélité à l’héritage de l’Église-Mère en Russie. La théologie du métropolite Antoine a ramené la conscience ecclésiale aux sources des saints Pères, elle a purifié la théologie russe d’influences étrangères et extérieures, a défini en grande partie la théologie de l’Église hors-frontières, et s’est manifestée dans la pratique du ministère pastoral dont elle a hérité. Le triomphe de la conciliarité de l’Église russe ainsi que de ses néomartyrs réside dans le fait que, malgré l’effondrement de l’Empire orthodoxe et l’instauration d’un pouvoir ayant pour but idéologique la lutte contre Dieu et tous ceux qui croyaient en Lui et le glorifiaient, la foi et l’Église n’ont pu être anéanties. En raison de l’athéisme qui commençait au XIXème siècle, le haut fait du témoignage de la foi « jusqu’à la mort » revêt une signification particulière, de même que l’exemple de pureté de la vie familiale du dernier empereur russe. Nous sommes tous appelés à prendre conscience de l’importance de la vie spirituelle, tant parmi les peuples de Russie, que dans le monde entier. La catastrophe spirituelle du peuple russe a amené l’effondrement du système d’organisation étatique d’un grand pays, avec de terribles souffrances. Comment a-t-il pu se produire qu’une partie importante du peuple qui, pendant presque mille ans portait le nom du Christ, se soit retournée contre l’Église ? Saint Jean de Cronstadt a pointé du doigt prophétiquement, à plusieurs reprises, les conséquences du reniement de l’Église. « Vous serez comme des dieux… » (Gen. 3,5) est devenu le slogan du nouvel ordre, et les gens ont aspiré à construire le monde sans Dieu. « La foi en la parole de Vérité, la Parole Divine, a disparu et a été remplacée par la foi dans la raison humaine », écrivait saint Jean, « l’obéissance des enfants aux parents, celle des enseignés aux enseignants, ont disparu… Les mariages sont profanés, la vie familiale se décompose ». Aujourd’hui, les peuples, tant dans la Patrie qu’à l’étranger, se trouvent devant le choix suivant : où bien développer l’édification spirituelle des âmes ou se donner exclusivement à la recherche de la prospérité matérielle. Que Dieu ne permette pas que nous assistions aux conséquences violentes d’un choix spirituel et moral erronés, à savoir livrer volontairement son âme aux succédanés venant du malin. Aussi, encore et à nouveau, nous appelons avec espoir, à la purification de la conscience, non dans le sens politique, mais spirituel, en fixant du regard la voie des saints Néomartyrs, et à se séparer des symboles de l’athéisme, à mettre fin à l’ancienne glorification des assassins qui consistait à attribuer leurs noms aux villes et aux villages, aux rues et aux places, aux stations de métro et aux parcs ; nous appelons à retirer de la place centrale du pays le corps de celui auquel est lié l’établissement du pouvoir ennemi de Dieu, de celui qui a sacrifié à son idéologie des millions de gens. Le retour aux sources chrétiennes est la base du choix moral. Il se bâtit sur la recherche de Dieu, la vie dans l’Église, l’étude de sa foi, la croissance et le renforcement dans l’exploit moral. C’est de ses parents que l’on doit recevoir la première expérience de la connaissance de Dieu, de la prière, de la participation aux Sacrements. Nous appelons les parents à œuvrer à leur perfection spirituelle, à enseigner leurs enfants non pas autant par les paroles que par les actes. C’est précisément dans la famille, cette « petite Église » qu’est créée et préservée une vie ecclésiale sensée et complète. L’exil d’une multitude de personnes de Russie a amené la rencontre du monde occidental et de l’Orthodoxie. C’est ainsi que la Providence Divine a fait que l’éloignement du bien provoque de bonnes conséquences. Et aujourd’hui, les chrétiens orthodoxes séjournant dans les pays occidentaux, où la crise de la vie familiale est aiguë, sont appelés à servir d’exemple de pureté morale dans leur milieu ambiant, tant dans la vie chrétienne familiale que monastique. Rappelant tout cela, écrions-nous courageusement, dans la joie lumineuse de l’Église, avec le saint apôtre Paul, avec saint Jean de Cronstadt, avec la famille du Tsar-martyr et les innombrables néomartyrs et confesseurs de Russie : « Je puis tout par celui qui me fortifie » (Phil. 4,13). Avec amour en Christ, +

HILARION, métropolite d’Amérique orientale et de New York, Primat de l’Église russe hors-frontières (suivent les signatures des membres du Concile des Evêques) ».

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski