25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Agenda > 6e dimanche après la Pentecôte

6e dimanche après la Pentecôte

6e dimanche après la Pentecôte
Mémoire de saint Pantéléimon, de saint Clément d’Ochrid et des disciples des saints Cyrille et Méthode Gorazd, Nahum, Angelaire, Sabbas.
Calendrier julien: mémoire de saint Joseph de Thessalonique, de saint Nicodème l’Hagiorite.

Tropaire de la Résurrection, t. 5 : Verbe coéternel au Père et à l’Esprit,+ Toi qui es né de la Vierge pour notre salut,/ nous te chantons, nous les fidèles, et t’adorons, Seigneur ;// car Tu as bien voulu souffrir en montant sur la Croix pour y subir la mort en ta chair/ et ressusciter les morts en ta sainte et glorieuse Résurrection.//

Epître dominicale: Romains 12, 6-14 (n. trad.).
Frères, selon la grâce qui nous a été donnée, nous avons des charismes divers. Si c’est la prophétie, (qu’on l’exerce) en analogie avec la foi ; si c’est un ministère, en esprit de service ; si c’est l’enseignement, en esprit d’enseignement ; si c’est l’exhortation, en esprit d’exhortation. Que l’on distribue avec simplicité ; que l’on préside avez zèle ; que l’on fasse miséricorde avec joie. Que l’amour soit sans hypocrisie ; détestez le mal, attachez-vous au bien. Que l’amour fraternel vous lie d’affection entre vous, chacun honorant l’autre de la première place. Ne vous relâchez pas dans votre zèle ; mais, dans la ferveur de l’Esprit, livrez-vous au Seigneur. Dans l’espérance, soyez dans la joie ; dans l’épreuve, soyez patients ; à la prière, soyez assidus. Partagez avec les saints qui sont dans le besoin ; empressez-vous d’être hospitaliers. Bénissez ceux qui vous persécutent : bénissez : ne maudissez pas.

Evangile dominical : Matthieu 9, 1-8 (n. trad.).
En ce temps-là, Jésus s’embarqua pour traverser le lac et revenir dans sa propre cité. Or voici qu’on lui apportait un paralytique étendu sur un grabat. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : « Aie confiance, mon enfant, tes péchés te sont remis ! » Quelques scribes se dirent en eux-mêmes : « Celui-ci blasphème ! » Mais Jésus, connaissant les pensées de leur coeur, déclara : « Pourquoi méditez-vous le mal dans vos cœurs ? Quel est donc le plus facile ? De dire : Tes péchés te sont remis, ou bien de dire : Lève-toi et marche ? Eh bien, pour que vous sachiez que le Fils de l’Homme a sur terre la liberté de remettre les péchés, Lève-toi, dit-Il au paralytique ! Prends ton grabat et rentre chez toi! » Et le paralytique se leva et s’en alla chez lui. A cette vue, les foules furent saisies de crainte et rendirent gloire à Dieu d’avoir donné aux humains une telle liberté.

Catéchèse : Coïncidence providentielle de l’évangile du Paralytique et de la fête de saint Pantaléimon.
1) « Pantaleïmon » = le « Tout miséricordieux ». Le saint porte un nom divin : JC, Dieu fait Homme, manifeste cet amour absolu (sans besoin, sans désir, sans amour de soi, sans passion) à l’égard du Paralytique : Il le libère de la maladie du corps et de l’âme (péché et paralysie spirituelle, incapacité de faire la volonté du Père). L’Eglise prie pour les malades et pour les soignants de l’âme et du corps.
2) la prière au saint Anargyre (médecin « sans argent », signe de la gratuité de l’amour divin) : « saint et victorieux martyr Pantaléimon, prie Dieu pour… ». On demande le soulagement et la guérison, la conversion et le salut, ainsi que la sanctification et la transfiguration de la condition humaine (souffrance et mort). Il le fait se lever : la gloire de Dieu, c’est l’Homme debout (saint Irénée)
3) l’usage grec : kondakion de la Transfiguration, de cette fête au 6 août : la Croix du Dieu fait chair est la transfiguration et le terme de la souffrance – au lieu d’être subie, elle est voulue par compassion pour les humains. Les matyrs le vivent en voulant ce que Dieu veut.
(Père Marc-Antoine Costa de Beauregard)

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski