25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Edicule

Résultats de la recherche : Edicule

Risque d’effondrement de la basilique du Saint-Sépulcre

À peine les travaux de restauration de l’Edicule achevés, que l’équipe d’archéologues et d’ingénieurs alerte l’opinion publique que sans consolidation rapide de ses fondations, la basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem risque de s’effondrer. C »est ce que nous apprend le site Internet Cath.ch. qui cite  l’archéologue grecque Antonia Mariopoulou, coordinatrice scientifique du projet de restauration, selon laquelle la basilique serait menacée par un affaissement structurel : « Il ne s’agirait pas d’un processus lent mais d’un événement catastrophique ». Selon le site suisse, l’équipe grecque estime à au moins 6 millions d’euros le montant des travaux nécessaires à la mise en sécurité de la basilique. Pour lire l’article dans son intégralité, cliquez ICI !

Source et photographie (Ori Orhof) :

Les travaux de restauration du Saint-Sépulcre seront terminés pour la fête de Pâques

Le chef de la mission du Patriarcat de Moscou à Jérusalem, l’archimandrite Alexandre (Elissov), a exprimé sa certitude que les travaux de restauration de l’édicule (le « Kouvouklion »), la chapelle qui abrite le Saint-Sépulcre, seraient terminés pour Pâques et que les traditions festives séculaires seraient donc observées. Le Samedi saint a lieu la descente du Feu sacré au « Kouvouklion », et des dizaines de milliers de pèlerins orthodoxes, dont de nombreux Russes, viennent à Jérusalem à cette occasion. « Toutes les célébrations liées à la descente du Feu sacré et à la fête de Pâques par toutes les confessions doivent avoir lieu au moment prévu et après l’achèvement des travaux », a déclaré l’archimandrite Alexandre. Pâques sera fêté cette année le 16 avril, et la descente du Feu sacré a lieu le 15 avril. Sous sa forme actuelle, le « Kouvouklion » a été érigé en 1810 à l’intérieur de la basilique du Saint-Sépulcre, sur lieu de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ. Il s’agit de sa première restauration dans l’histoire. Les travaux sont effectués par des spécialistes de l’Université technique nationale d’Athènes. « Les travaux ont été provoqués par des circonstances objectives, à savoir le danger d’effondrement, voire même de pertes humaines, qui était réel » a déclaré l’archimandrite Alexandre. Le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem a indiqué que la date de fin des travaux était fixée au 22 mars.

Source

Vidéo de l’ouverture du tombeau du Christ

Le magazine National Geographic vient de mettre en ligne une vidéo exceptionnelle. Le tombeau de Jésus-Christ, recouvert depuis la Renaissance d’une épaisse plaque de marbre, a été ouvert cette semaine par des scientifiques afin de procéder à sa restauration. Depuis le 22 mars dernier, les travaux la restauration complète du Kouvouklion (édicule) du Saint-Sépulcre sont entrepris.

L’Autorité palestinienne fait un don de 150.000 euros pour la restauration de l’Anastasis

Le lundi 17 octobre 2016, les chefs des trois grandes communautés chrétiennes de Jérusalem, à savoir le patriarche Theophile III de Jérusalem, le frère Francesco, custode de Terre Sainte, et S.B. Nourhan Manougian, patriarche arménien à Jérusalem, accompagnés de délégués de chacune des communautés, ont rencontré le président de l’Autorité palestinien, Mahmoud Abbas Abou Mazen. Au cours de la réunion, le patriarche Theophile s’est adressé au président au nom du Patriarcat et des deux autres communautés.
Dans sa réponse, le président a exprimé sa satisfaction pour la tenue de cette rencontre et pour la coexistence pacifique entre chrétiens et musulmans au sein de l’État palestinien. Il a également déclaré que les chrétiens, bien que non majoritaires dans cet État, en faisaient partie intégrante, et qu’ils ont en fait précédé les musulmans en Terre Sainte, et enfin que les églises chrétiennes sont considérées par les musulmans comme des lieux saints, au même titre que leurs mosquées. M. Abbas a ensuite déclaré que pour toutes ces raisons, l’Autorité palestinienne avait décidé d’offrir 150.000 euros pour contribuer au projet de restauration de l’édicule du Saint-Sépulcre. Les chefs des trois communautés ont remercié le président pour son don et lui ont souhaité plein succès dans ses efforts pour achever le processus de reconnaissance de l’État de Palestine.

Le « Kouvouklion » du Saint-Sépulcre à Jérusalem sera prochainement restauré

Le Kouvouklion (édicule) du Saint-Sépulcre

Le 22 mars, en la basilique du Saint-Sépulcre, le patriarche de Jérusalem Théophile, en présence du frère Pierbattista Pizzaballa, custode franciscain pour la Terre Sainte, et du patriarche arménien de Jérusalem Nourhan Ier Manougian, a annoncé le début de la restauration complète du Kouvouklion (édicule) du Saint-Sépulcre. La cérémonie s’est déroulée près de l’édifice, où des échafaudages spéciaux ont été installés. La décision de restauration a été prise après l’examen technique du Kouvouklion, effectué sur la demande du Patriarcat de Jérusalem par des spécialistes de l’Université Technique Nationale d’Athènes. L’édifice actuel construit au-dessus du Saint-Sépulcre a été construit en 1801 sur le projet de l’architecte grec N. Komnenos, après un incendie qui a eu lieu dans l’église de la Résurrection en 1808. Le projet de Kouvouklion réalisé alors était particulier en ce sens que l’architecte faisait face à la tâche complexe de conserver tous les détails historiques de l’authentique Sépulcre du Seigneur et des aménagements successifs qui ont été érigés au-dessus de lui au cours des siècles. Le Kouvouklion n’a pas été restauré depuis 1810. Pendant plusieurs décennies, l’édifice a été exposé aux précipitations, étant donné que, jusqu’en 1868, la coupole de la rotonde se trouvant au-dessus du Kouvouklion était percée d’un oculus ouvert sur le ciel. En 1927 et en 1934, des tremblements de terre, dont le premier était de 6 degrés sur l’échelle de Richter endommagèrent sérieusement le Kouvouklion, ce qui entraîna la perte de stabilité de l’édifice et risquait de provoquer son effondrement partiel. Ensuite, en 1947, à titre de mesures provisoires, des étais en acier furent installés autour du Kouvouklion. Une influence négative sur l’édifice est causée par une humidité accrue, résultant de la présence et de la respiration de millions de pèlerins et de touristes qui visitent chaque année le lieu principal du christianisme, ainsi que par la chaleur dégagée par les cierges. Aussi, la nécessité s’est manifestée de renforcer la construction, de rénover les mortiers intérieurs et extérieurs du Kouvouklion et également de changer les fragments endommagés de son parement en marbre. En outre, il est indispensable de nettoyer les décorations de la suie qui s’y est amassée. Le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem а coordonné le projet actuel de restauration avec la Custode franciscaine de Terre Sainte et le Patriarcat arménien qui, conformément au statu quo en vigueur, ont également des droits sur Kouvouklion. La restauration sera effectuée par les spécialistes de l’Université Technique Nationale d’Athènes en coordination avec les collaborateurs de l’Université de Florence et des experts venant d’Arménie. Les travaux doivent commencer dans quelques semaines, après la fête de Pâques qui, chez les orthodoxes, sera célébrée cette année le 1er mai. Les travaux ne dureront pas moins de huit mois. La fin de la restauration est prévue pour le début de 2017. Le patriarche de Jérusalem Théophile a fait savoir que l’accès au Lieu saint serait maintenu pendant les travaux.

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski