23/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Feu sacré

Résultats de la recherche : Feu sacré

Reportage vidéo: la cérémonie du « Feu sacré » 2015 à Jérusalem

13Le Patriarcat de Jérusalem a mis sur son site internet un reportage vidéo de la cérémonie du « Feu sacré » 2015, samedi dernier à Jérusalem, ainsi que des photographies (dont celle ci-dessus). Voici le reportage, une plongée au sein d’une immense ferveur et d’une ambiance indescriptible !

Le feu sacré de Jérusalem a été apporté en Crimée par la flotte de la mer Noire

Le jour de Pâques, le chef du département en charge des militaires croyants de la flotte de la mer Noire, le capitaine Michel Mamaïev, a amené en avion le feu sacré en Crimée, selon les informations du « Messager du clergé de l’armée et de la marine ». À Sébastopol, des veilleuses ont été allumées au feu sacré en l’église Saint-Nicolas, sise au cimetière des militaires russes qui périrent lors de la guerre de Crimée. Ensuite, le feu a été amené à l’état-major de la flotte de la mer Noire, où la veilleuse placée devant l’icône de saint Théodore Ouchakov (vice-amiral, décédé en 1817 et saint protecteur de la marine russe) a été allumée en présence des commandants de la flotte. Dans la deuxième partie du jour, le contre-amiral Alexandre Fedotenkov a transmis solennellement le feu sacré au métropolite Lazare de Simféropol et de Crimée. La cérémonie a eu lieu devant le monument au saint apôtre André, près de la cathédrale Saint-Vladimir à Chersonèse. De là, le feu a été apporté à toutes les églises de Sébastopol et des autres villes de Crimée. On a également allumé à ce feu les veilleuses placées devant les icônes dans les filiales des écoles supérieures russes à Sébastopol.

Source: Pravoslavie

Une parcelle du Feu sacré a été amenée de Jérusalem en Kamtchatka

KamthatkaUne parcelle du Feu sacré, qui brûle le Grand Samedi en l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, a été amenée le mercredi de la semaine pascale en Kamtchatka sur le vol régulier de la compagnie Aeroflot, depuis Moscou. Le feu sacré, dans une veilleuse spéciale, a parcouru ainsi un long chemin en Russie, jusqu’à sa partie la plus orientale, la Kamtchatka. Il a été accompagné en procession jusqu’à la ville de Petropavlovsk, où un office d’intercession a été célébré en la cathédrale de la Sainte-Trinité. « Chacun peut allumer son cierge au Feu sacré et amener à sa maison une parcelle de la grâce pascale », a déclaré le représentant du diocèse. Le clergé espère que, transmis ainsi, le Feu atteindra les villages les plus éloignés de la région. Pour la première fois, le Feu sacré a été amené en Kamtchatka en 2004.

Source et photographie : Pravoslavie.ru

Un physicien russe a pour la première fois établi la preuve de décharges électriques pendant la descente du feu sacré au Saint Sépulcre à Jérusalem

A Moscou, dans le cadre des entretiens pédagogiques de Noël, dans la section « christianisme et science » ont été présentés pour la première fois les résultats d’une expérience scientifique réalisée par des chercheurs russes en 2008 le jour du samedi saint à l’église du Saint Sépulcre (église de la Résurrection, ndr) à Jérusalem . André Volkov, physicien et mathématicien de l’institut d’énergie atomique Kourchatov,
a raconté comment il a lui-même entrepris de mesurer les vibrations à ondes longues de basse fréquence à l’église pendant la descente du feu sacré. 
A l’aide d’appareils spécifiquement adaptés à l’expérience, le chercheur a fait des mesures pendant près de six heures et demie dans l’église avant de la descente du feu sacré, puis il a passé plusieurs mois à les analyser. André Volkov considère que la différence entre les données obtenues le jour de la descente du feu sacré et celles obtenues la veille témoigne d’un « véritable miracle ». En outre, selon lui « l’analyse des fissures sur le pilier situé à l’entrée de l’église laisse penser qu’elles n’ont pu se produire qu’à la suite d’une décharge électrique ».    Cette idée est soutenue par Eugène Morozov, spécialiste mondial de la mécanique des déformations. Tout en admettant que « d’un point de vue strictement scientifique, une mesure unique ne peut rien prouver véritablement », Volkov a déclaré qu’il assumait pleinement la responsabilité de ses résultats et qu’il était prêt les présenter. « Si vous me demandez, en tant que scientifique, si c’est [un miracle], je vous répondrai que je ne sais pas » – a-t –il ajouté. A son tour, Alexandre Moskovskij, professeur à l’université Saint Jean le Théologien à Moscou, et adjoint du président de la commission du Patriarcat de Moscou pour l’analyse des phénomènes miraculeux, a déclaré que « A. Volkov a fait un exploit scientifique en faisant pour la première fois dans l’histoire une véritable travail de recherche sérieux et fiable sur le feu sacré ».   Le feu sacré descend depuis des siècles dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem à la veille du jour de Pâques orthodoxe. Les chrétiens d’Orient sont convaincus que ce miracle témoigne de la vérité de la foi orthodoxe, d’autant plus qu’il n’est jamais arrivé que le feu sacré ne descende pas à Pâques. Pour les croyants, le fait même de la descente du feu sacré est une preuve incontestable
à opposer aux arguments des athées.

Source: Interfax (traduit du russe pour Orthodoxie.com par L. D.-V.)

L’acteur d’Hollywood Jonathan Jackson a enregistré un album musical consacré à l’orthodoxie

L’acteur d’Hollywood Jonathan Jackson, vedette du feuilleton américain « L’hôpital général » a fait paraître un album musical avec son groupe « Enation », intitulé « Vasileia ton Ouranon » (« Le royaume des Cieux ») qui a pour sujet l’orthodoxie. L’album a été sponsorisé par le monastère athonite de Vatopedi et son higoumène, le père Ephrem. La station radio sur internet « Pemptousia FM » du monastère de Vatopedi a aidé la production de l’album. « Bob Dylan disait que la forme la plus élevée du chant est la prière. Et je le crois. Bob Dylan et Bono et certains autres artistes disaient aussi que les meilleurs chants ne sont pas écrits par nous. Ils sont découverts. Ils sont déjà écrits et nous ne faisons que de les découvrir. Et la prière, pour moi, aide à créer dans la musique et les textes une atmosphère de guérison, d’éveil, d’aspiration pour quelque chose. Elle n’est pas écrite seulement pour les chrétiens, mais pour tous. Et je veux que la musique et les paroles soient adressés aux gens, indépendamment de qui ils sont », a raconté l’acteur à la radio monastique. La famille Jackson a été reçue dans l’orthodoxie en 2012 ce qui, selon l’acteur populaire, a constitué « une décision consciente ». Mis à part sa carrière sur le petit et le grand écran, Jackson participe à l’industrie de la musique depuis 2002 avec son groupe. L’artiste est le compositeur et l’auteur des textes du groupe. Comme il l’a dit, les 16 chansons inclues dans l’album « Le Royaume du Ciel » ont été choisies à l’aide des moines du monastère de Vatopedi.

Vous pouvez écouter une chanson du groupe sur Youtube :

Source

Le « Feuillet de l’exarchat » du mois de novembre

Le Feuillet de l'exarchat n°50 (novembre 2012) est en ligne (lien direct, in english). Au sommaire: un article sur les nouveaux martyrs d'Estonie, "La vénération des saints" par Daniel Lossky, brève présentation de La joie du Royaume (Ymca-Press), actes du colloque consacrée au père Alexandre Schmemann en décembre 2008 à l'Institut Saint-Serge.

Une bande dessinée consacrée à saint Séraphin de Sarov

51enAr6YltL._SS500_Après une vie de saint Silouane et un volume copnsacré au Pélerin russe, les éditions belge Coccinelle viennent de publier une bande dessinée sur saint Séraphin de Sarov. Présentation: " Dès l'âge de sept ans, le petit Prochore nous plonge dans une aventure extraordinaire : la découverte de la beauté, de la joie et de la force de la prière. Accompagné par l'attention bienveillante de la sainte Mère de Dieu, il chemine, prononce ses voeux monastiques et sera désormais appelé Séraphim, ce qui veut dire "flamboyant". Quel est ce feu qui illuminera toute sa vie et celles des autres ? Où se trouve le Royaume de Dieu ? Quel est le but de la vie ? Pas de grands discours mais de petites phrases toutes simples. Aujourd'hui encore, Séraphim parle au coeur de chacun !"

Parution du « Feuillet de l’exarchat » n°37 (juillet 2011)

Le Feuillet de l'exarchat n°37 (juillet 2011) vient d'être mis en ligne (lien direct, in english). Entre autres, au sommaire: le 10e anniversaire du sacre épiscopal de Mgr Gabriel de Comane, le texte d'une conférence du père Michel Evdokimov sur "Saint François d'Assise et saint Séraphin de Sarov témoins de l'Eglise indivise".

Les travaux de restauration du Saint-Sépulcre seront terminés pour la fête de Pâques

Le chef de la mission du Patriarcat de Moscou à Jérusalem, l’archimandrite Alexandre (Elissov), a exprimé sa certitude que les travaux de restauration de l’édicule (le « Kouvouklion »), la chapelle qui abrite le Saint-Sépulcre, seraient terminés pour Pâques et que les traditions festives séculaires seraient donc observées. Le Samedi saint a lieu la descente du Feu sacré au « Kouvouklion », et des dizaines de milliers de pèlerins orthodoxes, dont de nombreux Russes, viennent à Jérusalem à cette occasion. « Toutes les célébrations liées à la descente du Feu sacré et à la fête de Pâques par toutes les confessions doivent avoir lieu au moment prévu et après l’achèvement des travaux », a déclaré l’archimandrite Alexandre. Pâques sera fêté cette année le 16 avril, et la descente du Feu sacré a lieu le 15 avril. Sous sa forme actuelle, le « Kouvouklion » a été érigé en 1810 à l’intérieur de la basilique du Saint-Sépulcre, sur lieu de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ. Il s’agit de sa première restauration dans l’histoire. Les travaux sont effectués par des spécialistes de l’Université technique nationale d’Athènes. « Les travaux ont été provoqués par des circonstances objectives, à savoir le danger d’effondrement, voire même de pertes humaines, qui était réel » a déclaré l’archimandrite Alexandre. Le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem a indiqué que la date de fin des travaux était fixée au 22 mars.

Source

Voeux aux orthodoxes pour la fête de Pâques

_59670478_014510058-1Le président des États-Unis, Barack Obama, et sa femme, Michelle, ont adressé leurs vœux aux orthodoxes à l’occasion de la fête de Pâques. C’est également le cas du président russe Vladimir Poutine et du Premier ministre du Canada, Justin Trudeau et de son épouse, Sophie.

Photographie: au Saint-Sépulcre à Jérusalem, la cérémonie du « Feu sacré » (source: BBC)

P. Alexandre Winogradsky en direct aujourd’hui

Regardez en direct sur notre page Facebook, le père Alexandre Winogradsky à partir de 13h30 heure de Paris. Il nous parlera du Feu sacré, miracle qui s’est produit tous les ans le Samedi Saint à l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Nuit de Pâques en la cathédrale de Bucarest

Pagtriarche_danielDes milliers de fidèles se sont assemblés devant la résidence patriarcale et la cathédrale de Bucarest, afin de recevoir du patriarche de Roumanie, la sainte lumière du Feu sacré, amené de Jérusalem. L’office de la Résurrection était célébré par le patriarche Daniel assisté par de nombreux prêtres et diacre. Après avoir reçu la sainte lumière, les fidèles ont écouté l’homélie du patriarche: « la sainte Pâque est le cœur du culte orthodoxe et le fondement de la vie chrétienne. « Si le Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine » (1 Cor. 15,14). Aussi, le chrétien est celui qui confesse avant tout que le Christ est ressuscité et attend avec espoir la résurrection des morts et la vie du siècle à venir, comme nous le confessons dans le Credo ». Lire la suite »

Message de Pâques du patriarche Paul de Serbie – avril 2009

Disons « Frères » même à ceux qui nous haïssent ; pardonnons tout à cause de la Résurrection
(Stichère de Pâques)

Chers frères et sœurs, en ces journées printanières, c'est dans une joie immuable que nous célébrons la plus grande fête de l'Église de Dieu, la résurrection du Christ sauveur. Chaque année, à cette époque, quand une force de vie mystérieuse éveille la nature engourdie, une vie plus lumineuse, plus sainte et plus joyeuse s'éveille également en nous. Aujourd'hui affluent des pensées élevées, apparaissent des sentiments sublimes et notre esprit est envahi par des réflexions spirituelles qui dépassent notre horizon quotidien. Avec le Seigneur ressuscité, nous nous élevons vers une vie plus élevée et plus substantielle. Notre cœur est illuminé par l'éclat triomphant de la vie éternelle qui nous a été offerte par notre Rédempteur et Sauveur ressuscité. De même que dans la Genèse mystérieuse, le Verbe de Dieu a fait naître le monde et insufflé la vie dans le monde, de même la puissance divine a fait ressusciter des morts le Fils de Dieu Jésus Christ. Ce grand évènement est mystérieux comme la création du monde, prodigieux et sublime comme le véritable chant de joie qui a éclaté au dessus de toute la création divine.

Lire la suite »

1er septembre (ancien calendrier) /14 septembre (nouveau)

1er septembre (ancien calendrier) /14 septembre (nouveau)

 Nouvel an ecclésial

Saint Syméon le Stylite (459) et sa mère Marthe (vers 428) ; saint Jésus (Josué), fils de Navé, prophète (XVIème s. avant Jésus-Christ) ; saints martyrs Calliste et ses frères Evode et Hermogène (309) ; sainte Verena de Zurzach (Suisse, 350) ; saint Ammoun, diacre, martyrisé avec 40 vierges à Héraclée (IVème s.) ; saint Aïphal, diacre et martyr (380) ; saint Divitien, évêque de Soissons (IIIème s.) ; saints Sinice et Sixte, évêques de Reims (IIIème s.) ; saint Victeur, évêque du Mans (vers 490) ; saint Vincent de Sentes, évêque et martyr (IVème s.) ; saint Leu, évêque de Sens (623) ; saint Nivard, évêque de Sens (675) ; saint Gilles, ermite près de Narbonne (720) ; Synaxe  de l’icône de la Mère de Dieu des Miasènes (864) ; saint Mélèce le Jeune (1105) ; saint néo-martyr Angelis de Constantinople (1681) ; sainte Haido de Stanos (1820-1821) ; saintes nouvelles martyres de Russie Tatienne (Gribkov) et Nathalie (Kozlov) (1937).

LE NOUVEL AN ECCLÉSIAL[1]

 L’Église du Christ célèbre en ce jour l’indiction qui, selon les Romains, signifie «limite», c’est à dire le début de l’année ecclésiastique. Ce terme vient de l’usage qu’avaient les empereurs romains de lever chaque année à cette époque un impôt sur leurs sujets pour l’entretien de l’armée. Le taux de cet impôt annuel était fixé tous les quinze ans. C’est pourquoi on appelle également indiction les cycles de quinze ans qui commencèrent sous César Auguste, trois ans avant la naissance du Christ. Comme, d’autre part, le mois de septembre est l’époque où l’on rentre les fruits des récoltes dans les greniers pour se préparer à un nouveau cycle de la végétation, il convenait de fêter ce début du cycle agricole en rendant grâce à Dieu pour sa bienveillance à l’égard de la création. C’est déjà ce que faisaient les Juifs sous le régime de l’ancienne Loi. Le premier jour de leur septième mois (début septembre), ils célébraient la fête des Trompettes, en cessant tout travail pour se consacrer seulement à l’offrande de sacrifices «d’agréable odeur» et à la louange de Dieu (cf. Lev. XXIII:24-25). Le Christ, Fils et Verbe de Dieu, le Créateur du temps et de l’espace, le roi prééternel de tous les siècles – qui s’est incarné pour ramener toutes choses à l’unité et réconcilier tous les hommes, Juifs et païens, dans une seule Eglise – a voulu aussi rassembler en Lui-même les choses soumises aux lois naturelles et ce qu’Il avait promulgué par la Loi écrite. C’est pourquoi, en ce jour où la nature se prépare à dérouler un nouveau cycle de ses saisons, nous commémorons l’épisode où le Seigneur Jésus Christ se rendit à la synagogue et, ouvrant le livre d’Isaïe, lut le passage où le Prophète dit en son nom: «L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a oint. Il m’a envoyé pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, pour proclamer une année de grâce du Seigneur. » (Luc IV, 18). Toutes les Eglises ainsi rassemblées dans l’unanimité adressent aujourd’hui une seule louange à notre Dieu. Un dans sa nature et triple dans ses Personnes, qui demeure en permanence dans la béatitude, tient toutes choses dans l’existence et déverse en tout temps ses bénédictions sur ses créatures. C’est le Christ Lui-même qui nous ouvre les portes de cette année et nous appelle à Le suivre pour participer à Son éternité.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du nouvel an ecclésial, ton 2

Auteur de l’entière création qui as soumis à Ton pouvoir les moments et les temps, bénis la couronne de l’année que Ta Bonté nous donne de commencer;  garde en paix Ta ville et Ton peuple et par l’intercession de ta Mère, Seigneur, sauve-nous.

Tropaire de saint Syméon, ton 1

Colonne de patience, tu imitas les Pères de jadis: dans ses souffrances Job, dans ses épreuves Joseph; des Anges incorporels tu menas la vie en ton corps, vénérable Père Siméon; intercède auprès du Christ notre Dieu, pour qu’Il accorde à nos âmes le salut.

Tropaire de saint Mélèce le Jeune, ton 4

Comme un ange dans la chair, un serviteur de Jésus Christ, comme un homme céleste, un ascétique joyau, vénérable Mélèce, tu as reçu le pouvoir donné par Dieu de chasser les esprits du mal et de soigner les malades; c’est pourquoi de ta sainte châsse jaillissent les guérisons.

Kondakion de saint Syméon, ton 2

Recherchant les choses d’en-haut,  conversant avec les êtres d’en bas et faisant de ta colonne un char de feu, par elle tu devins un confident des Anges, Père saint; et sans cesse tu intercèdes avec eux pour nous tous auprès du Christ notre Dieu.

 Tropaire du nouvel an ecclésial, ton 2

Toi qui demeures dans les hauteurs, Christ Roi, Auteur et Créateur de tout ce qui est visible et invisible, Toi qui fis le jour et la nuit, le temps et les années, bénis maintenant la couronne de l’année, protège et garde en paix Ta ville et Ton peuple, ô Très-Miséricordieux.

 

ÉPITRE du jour

(I Tim. II, 1-7)

J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. C’est là le témoignage rendu en son propre temps, et pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre, -je dis la vérité, je ne mens pas, -chargé d’instruire les païens dans la foi et la vérité.

 

Évangile du jour

(Lc IV, 16-22)

Jésus se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit: L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph? Jésus leur dit: Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm.

[1] Tiré du Synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

1er septembre

1er septembre

Jour de jeûne

Nouvel an ecclésial

Saint Syméon le Stylite (459) et sa mère Marthe (vers 428) ; saint Jésus (Josué), fils de Navé, prophète (XVIème s. avant Jésus-Christ) ; saints martyrs Calliste et ses frères Evode et Hermogène (309) ; sainte Verena de Zurzach (Suisse, 350) ; saint Ammoun, diacre, martyrisé avec 40 vierges à Héraclée (IVème s.) ; saint Aïphal, diacre et martyr (380) ; saint Divitien, évêque de Soissons (IIIème s.) ; saints Sinice et Sixte, évêques de Reims (IIIème s.) ; saint Victeur, évêque du Mans (vers 490) ; saint Vincent de Sentes, évêque et martyr (IVème s.) ; saint Leu, évêque de Sens (623) ; saint Nivard, évêque de Sens (675) ; saint Gilles, ermite près de Narbonne (720) ; Synaxe  de l’icône de la Mère de Dieu des Miasènes (864) ; saint Mélèce le Jeune (1105) ; saint néo-martyr Angelis de Constantinople (1681) ; sainte Haido de Stanos (1820-1821) ; saintes nouvelles martyres de Russie Tatienne (Gribkov) et Nathalie (Kozlov) (1937).  

LE NOUVEL AN ECCLÉSIAL[1]

 L’Église du Christ célèbre en ce jour l’indiction qui, selon les Romains, signifie «limite», c’est à dire le début de l’année ecclésiastique. Ce terme vient de l’usage qu’avaient les empereurs romains de lever chaque année à cette époque un impôt sur leurs sujets pour l’entretien de l’armée. Le taux de cet impôt annuel était fixé tous les quinze ans. C’est pourquoi on appelle également indiction les cycles de quinze ans qui commencèrent sous César Auguste, trois ans avant la naissance du Christ. Comme, d’autre part, le mois de septembre est l’époque où l’on rentre les fruits des récoltes dans les greniers pour se préparer à un nouveau cycle de la végétation, il convenait de fêter ce début du cycle agricole en rendant grâce à Dieu pour sa bienveillance à l’égard de la création. C’est déjà ce que faisaient les Juifs sous le régime de l’ancienne Loi. Le premier jour de leur septième mois (début septembre), ils célébraient la fête des Trompettes, en cessant tout travail pour se consacrer seulement à l’offrande de sacrifices «d’agréable odeur» et à la louange de Dieu (cf. Lev. XXIII:24-25).

Le Christ, Fils et Verbe de Dieu, le Créateur du temps et de l’espace, le roi prééternel de tous les siècles – qui s’est incarné pour ramener toutes choses à l’unité et réconcilier tous les hommes, Juifs et païens, dans une seule Eglise – a voulu aussi rassembler en Lui-même les choses soumises aux lois naturelles et ce qu’Il avait promulgué par la Loi écrite. C’est pourquoi, en ce jour où la nature se prépare à dérouler un nouveau cycle de ses saisons, nous commémorons l’épisode où le Seigneur Jésus Christ se rendit à la synagogue et, ouvrant le livre d’Isaïe, lut le passage où le Prophète dit en son nom: «L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a oint. Il m’a envoyé pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, pour proclamer une année de grâce du Seigneur. » (Luc IV, 18).

Toutes les Eglises ainsi rassemblées dans l’unanimité adressent aujourd’hui une seule louange à notre Dieu. Un dans sa nature et triple dans ses Personnes, qui demeure en permanence dans la béatitude, tient toutes choses dans l’existence et déverse en tout temps ses bénédictions sur ses créatures. C’est le Christ Lui-même qui nous ouvre les portes de cette année et nous appelle à Le suivre pour participer à Son éternité.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du nouvel an ecclésial, ton 2

Auteur de l’entière création qui as soumis à Ton pouvoir les moments et les temps, bénis la couronne de l’année que Ta Bonté nous donne de commencer;  garde en paix Ta ville et Ton peuple et par l’intercession de ta Mère, Seigneur, sauve-nous.

Tropaire de saint Syméon, ton 1

Colonne de patience, tu imitas les Pères de jadis: dans ses souffrances Job, dans ses épreuves Joseph; des Anges incorporels tu menas la vie en ton corps, vénérable Père Siméon; intercède auprès du Christ notre Dieu, pour qu’Il accorde à nos âmes le salut.

Tropaire de saint Mélèce le Jeune, ton 4

Comme un ange dans la chair, un serviteur de Jésus Christ, comme un homme céleste, un ascétique joyau, vénérable Mélèce, tu as reçu le pouvoir donné par Dieu de chasser les esprits du mal et de soigner les malades; c’est pourquoi de ta sainte châsse jaillissent les guérisons.

Kondakion de saint Syméon, ton 2

Recherchant les choses d’en-haut,  conversant avec les êtres d’en bas et faisant de ta colonne un char de feu, par elle tu devins un confident des Anges, Père saint; et sans cesse tu intercèdes avec eux pour nous tous auprès du Christ notre Dieu.

Tropaire du nouvel an ecclésial, ton 2

Toi qui demeures dans les hauteurs, Christ Roi, Auteur et Créateur de tout ce qui est visible et invisible, Toi qui fis le jour et la nuit, le temps et les années, bénis maintenant la couronne de l’année, protège et garde en paix Ta ville et Ton peuple, ô Très-Miséricordieux. 

ÉPITRE du jour

(I Tim. II, 1-7)

J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. C’est là le témoignage rendu en son propre temps, et pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre, -je dis la vérité, je ne mens pas, -chargé d’instruire les païens dans la foi et la vérité.

 

Évangile du jour

(Lc IV, 16-22)

Jésus se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit: L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph? Jésus leur dit: Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm.

[1] Tiré du Synaxaire du Hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

12 août (ancien calendrier) / 25 août (nouveau)

12 août (ancien calendrier) / 25 août (nouveau)

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ.
Saints Photios et Anicet, martyrs à Nicomédie (305-306) ; saint Alexandre, évêque de Comane, martyr dans le Pont (270) ; saints Pamphile et Capiton, martyrs ; saint Venance, évêque de Viviers sur le Rhône (544) ; sainte Clarisse, abbesse près de Remiremont (VIIème s.) ; saint Porcaire et les 500  moines martyrs à Lérins (vers 732) ; saints Géronte, Sérapion, Germain, Bessarion, Michel et Simon, moines au monastère de Garèdja, martyrs (1851) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Barlaam (Konoplev), archimandrite du monastère de Saint-Nicolas à Belgorod, et de ses compagnons : Antoine, Serge, Élie, Venceslas, Joasaph, Jean, Bessarion, Michée, Matthieu, Euthyme, Barnabé, Hermogène, Arcade, Euthyme et Marcel, Jean, Serge, Démètre, Sabbas, Jacques, Pierre, Jacques, Alexandre, Théodore, Alexis et Pierre moines (1918) ; ainsi que des saints martyrs Léonide Biryoukovitch, Jean Nikolski et Nicolas Dobrooumov, prêtres (1937).

SAINTS PHOTIOS ET ANICET[1]

Ces deux saints et glorieux martyrs vivaient à Nicomédie sous le règne de Dioclétien (vers 304). L’empereur ayant publié un édit qui ordonnait à tous les citoyens de manifester leur loyauté en offrant un culte aux idoles et menaçait les chrétiens de toutes sortes de tortures et d’exil aux extrémités du monde, la population de la capitale de l’Orient se trouvait fort en émoi. Un grand nombre de chrétiens, par peur des tortures ou par respect humain, renièrent le Dieu unique et se soumirent, tandis que ceux dont la foi était profondément enracinée dans leur cœur résistèrent courageusement aux menaces et, s’armant du signe de la Croix victorieuse, ils confessèrent à haute voix le Nom du Christ s’offrant ainsi aux tortures. La persécution s’étendit aux diverses villes de l’Empire, faisant d’innombrables victimes. Au bout de deux ans, Dioclétien se rendit lui-même de Thessalonique à Nicomédie pour se rendre compte de la manière dont ses édits avaient été appliqués. Il réunit le Sénat, en présence de son armée, et ordonna d’exposer catapultes, roues, grils et autres instruments de torture dont la vue seule glaçait d’horreur tous les assistants. Puis il se mit à haranguer la foule. Tous se tenaient cois, terrorisés, quand un des membres du Sénat, le comte Anicet, qui se distinguait tant par sa vaste culture que par sa sagesse, sortit des rangs et, s’avançant vers l’empereur, il s’adressa à lui avec hardiesse et se moqua des vaines menaces que le tyran devait employer pour protéger des idoles inertes et incapables de se défendre elles-mêmes. Puis il l’accusa de partir en guerre contre le Dieu vivant, en obligeant les hommes qui ont été créés à son image et à sa ressemblance à se prosterner devant des pierres taillées et du bois sculpté. Seul le Christ, ajouta-t-il, est le véritable Seigneur du ciel et de la terre, et par lui toute autorité est donnée aux rois et aux gouvernants, car c’est lui qui a orné le ciel de ses astres et la terre de la splendeur de ses plantes et de ses animaux, pour servir l’homme et l’inviter à rendre gloire à Dieu. Rendu furieux par cette liberté de langage, Dioclétien accusa Anicet de blasphème contre les dieux. Mais le saint répliqua aussitôt, en demandant à l’empereur de lui démontrer par de solides arguments en quoi consistaient les bienfaits des idoles que l’on ne peut en aucune façon appeler des « dieux », puisqu’elles ont besoin d’être sculptées et décorées. Puis il confessa sa foi en un seul Dieu en trois Personnes : Père, Fils et Saint-Esprit, qui accorde aux chrétiens sa grâce pour les faire triompher du Prince de ce monde. La foule ayant pris parti pour Anicet, le tyran voulut déclencher un massacre ; mais le général Placide l’en dissuada en lui rappelant qu’un souverain doit se distinguer par sa mansuétude.

Dioclétien fit alors flageller le saint à coups de nerfs de bœuf, à tel point que ses entrailles apparaissaient. Bien digne de son nom (« invincible »), Anicet continuait cependant de confesser imperturbablement le Nom du Sauveur. Sur ordre de l’empereur, on lâcha contre lui un lion gigantesque, dont le rugissement fit presque mourir de terreur les assistants. Mais, au moment où il allait atteindre le saint, le fauve fut soudain arrêté dans son élan et, devenu aussi doux qu’un agneau, il alla délicatement essuyer de sa patte la sueur qui coulait du visage du martyr. Comme Anicet achevait sa prière d’action de grâces, un terrible séisme ébranla Nicomédie, renversant la grande statue d’Hercule, qui fut réduite en miettes, et détruisant les quartiers nord de la ville, où de nombreux païens périrent sous les décombres. L’empereur, endurci dans son impiété, attribua cette catastrophe à la colère des dieux et ordonna de décapiter sans retard le saint. Mais le soldat chargé de cette tâche, Bibinos, eut soudain la main paralysée et ne put frapper Anicet de son glaive. On modifia donc la sentence, et le martyr fut attaché en croix à une roue suspendue au-dessus d’un brasier. Les membres déchirés et la chair calcinée, le saint s’approchait encore davantage de Dieu par une prière plus ardente que tous les feux de la terre. Et en réponse à sa prière, ses liens se trouvèrent consumés par le feu qui s’éteignit ensuite. Alors que saint Anicet venait d’être sauvé par un ange d’un chaudron en fusion dans lequel il avait été plongé, son neveu Photios courut vers lui pour l’embrasser et rendre avec lui grâces à Dieu pour ces signes éminents de sa faveur envers ses serviteurs. Comme il se moquait des idoles et se déclarait prêt à mourir avec son oncle pour recevoir au Ciel les trophées de la victoire, sur un signe du tyran, un soldat se précipita sur lui. Mais soudain aveuglé par la grâce, il tourna son glaive contre lui-même et se frappa mortellement. Les deux saints furent alors chargés de lourdes chaînes et jetés en prison. Ils y retrouvèrent saint Lucien d’Antioche [15 oct.] et ses disciples, qui avaient été transférés d’Orient à Nicomédie pour y être jugés. Les martyrs s’embrassèrent chaleureusement et Lucien les exhorta à rester fermes dans leur confession du seul vrai Dieu, et à ne pas craindre les menaces des tyrans qui n’ont pouvoir que sur le corps, mais restent impuissants devant la ferme résolution de l’âme. Il acheva son discours en disant : « La terre elle-même crie vers Dieu, abreuvée qu’elle est par le sang des martyrs ! Et vous, confessant le Christ, vous allez entrer dans le Royaume des cieux. » Séparés de saint Lucien, Anicet et Photios comparurent au bout de trois jours devant l’empereur qui essaya de les soumettre par une feinte complaisance et par des promesses de richesses et d’honneurs. Ils lui répliquèrent d’une seule voix : « Que tes honneurs et tes promesses s’en aillent avec toi à la perdition ! » Furieux, Dioclétien ordonna de leur brûler les entrailles avec des torches, puis il les fit lapider par la foule dans l’amphithéâtre. Comme leurs corps restaient miraculeusement indemnes et resplendissants de la grâce de l’incorruptibilité, ils furent traînés derrière des chevaux sauvages et l’on saupoudra leurs plaies de sel avant de les renvoyer en prison. Ils restèrent incarcérés pendant plus de trois ans, tandis que la persécution continuait de faire rage dans tout l’Empire. Finalement, l’empereur se souvint d’eux et, après un nouvel interrogatoire, au cours duquel ils se montrèrent inflexibles, il les fit jeter dans la chaudière du bain d’Antonin, dont on avait attisé le feu pendant trois jours. Mais à la prière des saints, les marbres se fendirent et laissèrent l’eau du bain se déverser et éteindre la fournaise. Après tant de tourments qui avaient tourné à leur gloire, saint Anicet et Photios rendirent finalement avec joie leurs âmes à Dieu en étant brûlés vifs. Trois heures durant leurs corps restèrent exposés sur le gril sans même que leurs cheveux ne fussent consumés. Une fois le brasier éteint, les chrétiens bravèrent le détachement de soldats et se précipitèrent pour recueillir leurs précieuses reliques et les mettre en sûreté. De longues années après, la persécution ayant cessé, l’endroit où se trouvaient cachées les reliques des saints martyrs, fut révélé par Dieu au chorévêque Doukitios, qui les transféra dans une église édifiée en leur honneur dans le quartier de Boanès, où elles accomplirent de nombreuses guérisons.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire des saints Photius et Anicet, ton 3

Par vos luttes sacrées vous avez montré, en plus de la familiale solidarité, l’unanimité de votre foi en Dieu, bienheureux martyr Anicet et Photius, serviteur de la Lumière sans déclin; demandez-lui d’accorder la rémission de leurs péchés aux fidèles qui chantent votre sainte passion.
 

Tropaire de saint Maxime (à cause de la clôture de la fête le 13), ton 8:

Guide de l’orthodoxie, maître de piété et de sainteté, luminaire universel, ornement des moines, inspiré de Dieu, saint Maxime, tu nous as tous illuminés par tes sages enseignements, toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l’Esprit. Intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu’il sauve nos âmes.

Kondakion des saints Photios et Anicet, ton 2

Célébrons les hoplites fidèles de Dieu: louange à l’attelage de gloire du Christ; nous tous, les amis des Martyrs, chantons ces vaillants prédicateurs de la foi et couronnons de nos hymnes ces vrais amis du Seigneur.

Kondakion de saint Maxime, ton 6

Demeurant dans ton âme, la lumière au triple feu a fait de toi un instrument de choix, Bienheureux; car tu éclaires pour les confins de l’univers, Maxime, les vérités concernant notre Dieu et l’interprétation de concepts difficiles à saisir en proclamant pour tous clairement l’éternelle et suprême divinité, vénérable Père, la sainte Trinité.

 

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père. 

Évangile du jour

(Mc II, 18-22)

Les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient. Ils vinrent dire à Jésus: Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, tandis que tes disciples ne jeûnent point? Jésus leur répondit: Les amis de l’époux peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux? Aussi longtemps qu’ils ont avec eux l’époux, ils ne peuvent jeûner. Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ce jour-là. Personne ne coud une pièce de drap neuf à un vieil habit; autrement, la pièce de drap neuf emporterait une partie du vieux, et la déchirure serait pire. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, le vin fait rompre les outres, et le vin et les outres sont perdus; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

10 août (ancien calendrier)/ 23 août (nouveau)

10 août (ancien calendrier)/ 23 août (nouveau)

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Saint Laurent, archidiacre, saint Sixte II, pape de Rome, saints Félicissime et Agapit, diacres, martyrs à Rome (258) ; saint Dinault, martyr en Beauvais (Vème siècle) ; saint Laurent, fol en Christ à Kalouga (1515) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Venceslas Zakedsky, prêtre (1918) ; Athanase Kislov, prêtre (1937) ; Synaxe des saints nouveaux martyrs et confesseurs de Solovki

SAINTS LAURENT, ARCHIDIACRE, ET SIXTE PAPE DE ROME [1]

Saint Laurent, archidiacre, saint Sixte II, pape de Rome, saints Félicissime et Agapit, diacres, martyrs à Rome (258)

Saint Sixte (ou Xyste) était grec de naissance et il avait étudié la philosophie à Athènes avant de venir s’installer à Rome sous le règne de l’empereur Valérien et le pontificat de saint Étienne Ier [3 août]. D’abord favorable aux chrétiens, l’empereur, qui était tombé sous l’influence de mages et de devins égyptiens après une expédition malheureuse en Orient, publia un édit qui interdisait l’exercice public du culte et prescrivait à tous les clercs de sacrifier aux dieux sous peine d’exil. Saint Étienne ayant été l’une des premières victimes de cette persécution, Sixte fut consacré pour lui succéder. La persécution s’intensifia alors et l’on décréta que les évêques, prêtres et diacres seraient exécutés sur simple constatation de leur identité, tandis que les laïcs seraient condamnés à la dégradation et aux travaux forcés. Saint Sixte fut arrêté et conduit, après un premier interrogatoire, à la tristement célèbre prison Mamertine. Sur le chemin, son archidiacre Laurent le rencontra et lui dit avec larmes : « Où vas-tu, Père, sans ton fils ? Quel sacrifice t’apprêtes-tu à célébrer sans ton diacre ? Est-ce que tu m’en as trouvé indigne ? Est-ce que tu refuseras à celui que tu as admis aux saints Mystères d’être ton compagnon pour verser son sang ? »  L’évêque lui répondit : « Non, mon fils, je ne t’abandonne pas, mais de plus grands combats te sont réservés. Nous, comme des vieillards, nous sommes engagés dans un léger combat. Mais pour toi, jeune homme vigoureux, un triomphe plus glorieux sur le tyran t’attend. Cesse de pleurer. Dans trois jours, le diacre suivra le prêtre. » Et, avant de lui donner le baiser de paix, il lui confia le soin d’administrer en son nom les biens de l’Église. Laurent accomplit aussitôt sa tâche selon Dieu, en distribuant les richesses de l’Église aux clercs et aux pauvres. Sur le mont Cœlius, il rencontra une veuve, nommée Kyriaquie, qui cachait chez elle beaucoup de chrétiens. À la faveur de la nuit, il leur apporta de l’argent et des vêtements, et passa ensuite dans diverses maisons, guérissant les malades et lavant les pieds des fidèles à l’imitation du Seigneur. Comme le pape avait été condamné à être décapité sur la voie Appienne, saint Laurent se rendit sur son passage et lui cria : « Ne me laisse pas, Père saint, parce que j’ai déjà distribué les trésors que tu m’avais confiés. » Entendant parler de trésors, les soldats s’emparèrent aussitôt de Laurent et le conduisirent au tribun Parthénius qui avertit l’empereur. Jeté en prison et confié à la garde du tribun Hippolyte, saint Laurent guérit par sa prière et convertit un aveugle nommé Lucillus. À cette nouvelle, de nombreux autres aveugles accoururent et furent tous guéris par le saint, qui baptisa en outre Hippolyte avec les dix-neuf personnes de sa maison. Convoqué par Valérien, qui le somma de lui livrer ses trésors, Laurent demanda qu’on lui procure, après un délai de trois jours, des chars en grande quantité. Entre temps, il fit convoquer dans la maison d’Hippolyte des aveugles, boiteux, malades et miséreux de toutes sortes, puis, les ayant placés sur les chars, il vint les présenter au palais en annonçant : « Voici les trésors éternels de l’Église, qui ne diminuent pas et augmentent toujours, qui sont répandus en chacun et se trouvent en tous. » Pris de fureur, Valérien s’écria : « Sacrifie aux dieux et oublie l’art magique dans lequel tu te confies. » Saint Laurent répliqua que rien ne lui ferait préférer le culte des démons au Créateur de toutes choses. Il fut alors livré à la torture puis jeté en prison. Après un second interrogatoire au palais de Tibère sur le mont Palatin, on lui appliqua sur le corps des lames de fer rougies au feu, et on le fustigea avec des fouets plombés et des chaînes garnies de crochets à leurs extrémités. Devant son endurance surnaturelle, un soldat, Romain, se convertit et fut exécuté sur-le-champ. Un troisième interrogatoire eut lieu aux Thermes situés près du palais de Salluste. L’empereur fit fracasser les mâchoires du saint à coups de pierres, puis il ordonna de le dépouiller de ses vêtements et de l’étendre sur un lit en forme de gril posé sur des charbons ardents. Sommé une dernière fois de sacrifier aux dieux, Laurent déclara : « Moi, je m’offre au seul vrai Dieu en sacrifice d’agréable odeur, parce que le sacrifice qui convient à Dieu c’est un cœur broyé et humilié (Ps 50, 19) ». Comme les bourreaux activaient le feu, il dit au tyran : « Apprends, malheureux, que ce brasier m’apporte le rafraîchissement, mais à toi le supplice éternel. Maintenant que je suis cuit d’un côté, tourne-moi donc de l’autre ! » Quand on l’eut retourné, il adressa une dernière prière : « je te rends grâce, Seigneur Jésus-Christ, parce que j’ai mérité de franchir les portes de ton Royaume ». Puis il rendit l’esprit. Hippolyte alla l’enterrer secrètement dans la propriété de la veuve Kyriaquie, en compagnie du prêtre Justin . Il fut dénoncé et bientôt arrêté, mais un ange vint le délivrer et le transporta dans sa maison, où il fit de touchants adieux à ses parents et à ses serviteurs, et leur offrit un festin. Ils se trouvaient tous attablés quand les soldats surgirent et s’emparèrent à nouveau d’Hippolyte pour le conduire devant l’empereur. Espérant vaincre sa résolution, le souverain le fit revêtir de ses ornements militaires et lui promit de plus grands honneurs encore. Mais le saint resta inflexible et déclara qu’il ne souhaitait plus qu’un seul honneur : celui de servir dans la milice du Christ. Flagellé avec des chaînes portant à leurs extrémités des crochets, il fut ensuite attaché derrière des chevaux sauvages qui traînèrent le valeureux martyr sur une longue distance. C’est ainsi qu’il remporta la palme de la victoire, précédé de peu par sa nourrice, Concordia, et les gens de sa maison qu’il avait convertis . On raconte que, sept jours après son martyre, saint Hippolyte apparut à l’empereur et à son fils qui se rendaient à l’amphithéâtre, et qu’il les châtia avec des chaînes de feu invisibles.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire de saint Laurent, ton 3

Allumé par l’Esprit divin, comme braise tu consumas les ronces de l’erreur, archidiacre du Christ, victorieux martyr Laurent; et comme encens de spirituelle suavité tu brûlas pour celui qui t’a glorifié, atteignant par le feu ton ultime perfection; de tout dommage garde les fidèles vénérant ton souvenir.

Kondakion de saint Laurent, ton 2

Ton cœur au feu divin se consumant, tu as réduit en cendres le brasier des passions, soutien des Athlètes victorieux, Laurent, saint martyr porteur-de-Dieu; au combat tu t’écrias, plein de foi: Nul ne pourra me séparer de l’amour du Seigneur.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

Évangile du jour

(Mc I, 23-28)

l se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s’écria: Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es: le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri. Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu’il se demandaient les uns aux autres: Qu’est-ce que ceci? Une nouvelle doctrine! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent! Et sa renommée se répandit aussitôt dans tous les lieux environnants de la Galilée.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

7 août (ancien calendrier) / 20 août (nouveau)

7 août (ancien calendrier) / 20 août (nouveau)

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ ;

Saint Dométien, moine persan, martyrisé avec deux disciples (363) ; saint hiéromartyr Narcisse, archevêque de Jérusalem (IIIème s.) ; saint Or, moine en Égypte (vers 390) ; saint Donatien, évêque de Châlons-sur-Marne (IVème s.) ; saint Victrice, évoque de Rouen (vers 409) ; saint Donat, évêque de Besançon (660) ;  saint Théodose le Nouveau (IX-Xème s.) ; saint Pimène le très souffrant, des Grottes de Kiev (1110) ; sainte vierge et thaumaturge Potamia ; saint Pimène le jeûneur des Grottes de Kiev (XIIIème s.)   ; saint Mercure des Grottes de Kiev, évêque de Smolensk (1239); sainte Théodora de Sihla, moniale (XVIIème s.) ; saint Antoine d’Optino (1865) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Alexandre Khomovitsky, Pierre Tokarev, Michel Plychevsky, Jean Voronets, Démètre Milovidov et Alexis Vorobiev, prêtres, Élisée Chmolder, diacre et moine Athanase Egorov (1937) ; Basile Amenitsky, prêtre (1938).

 

SAINT DOMÉTIEN [1]

Au temps de saint Constantin le Grand, un saint homme, nommé Abbaros, parcourait les contrées de Mésopotamie en y prêchant la Bonne Nouvelle à ses compatriotes. Comme il se trouvait un jour au marché, il remarqua un jeune garçon, du nom de Dométien, qui s’adonnait avec zèle à l’étude de la religion et il l’exhorta à se détourner du culte idolâtre pour connaître la vérité. Aussitôt gagné à la foi qu’il avait confusément cherchée jusque-là, Dométien essaya de s’instruire auprès des chrétiens, mais ces derniers refusèrent de dévoiler leurs mystères à un païen. Il essaya néanmoins de convaincre ses parents de renoncer au culte du feu et des idoles, mais en vain. Aussi, dès qu’il en eut l’âge, il quitta sa patrie pour se rendre dans la ville de Nisibe, aux confins de l’Empire romain et de l’empire perse, où il reçut le saint baptême. Il entra aussitôt dans un monastère de la ville et s’appliqua avec avidité à l’étude de l’Écriture sainte. La Parole de Dieu devint pour lui nourriture et boisson, de sorte qu’il négligeait de se rendre au réfectoire avec les autres moines, qui prirent ombrage de sa conduite et se mirent à nourrir à son égard des sentiments de jalousie et de mépris. Dométien, craignant de devenir occasion de scandale et de division, quitta de nuit le monastère. En chemin, il fut attaqué par une bande de loups, dont il fut délivré par Dieu qui le ramena sur la voie romaine traversant le désert de Syrie. Il se joignit à un groupe de chrétiens qui se rendaient à Théodosiopolis pour y déposer des offrandes au monastère de Saint-Serge. Ayant fait le vœu de ne pas prendre de nourriture jusqu’à ce qu’il eût rejoint une communauté monastique, il refusait de se mêler à ses compagnons pour leur réfection, de sorte que ces derniers le soupçonnèrent d’être un hérétique ou un Samaritain ; mais dès qu’il leur expliqua la raison de sa conduite, ils lui proposèrent de le conduire au monastère de Saint-Serge. Quand ils arrivèrent à proximité de la ville, le jour tombé, un personnage à l’apparence dévote se présenta à eux et leur offrit de les héberger chez lui. Comme il les conduisait dans un lieu sauvage et bordé de précipices, Dométien discerna qu’il s’agissait d’un serviteur de Satan et il le chassa par sa prière. Une fois arrivés sains et saufs en ville, il supplia ses compagnons, qui se préparaient à publier ce miracle, de garder le silence. Ils se rendirent sans plus tarder au monastère de Saint-Serge, où ils déposèrent leurs offrandes et furent reçus par l’archimandrite Noubel (ou Nurbel), homme vénérable qui, depuis soixante-cinq ans, n’avait pas goûté de nourriture cuite et ne s’était pas couché ni assis, mais dormait debout, appuyé sur son bâton. Pendant l’entrevue, Dométien se tenait en silence et regardait avec admiration cet homme de Dieu. Noubel discerna qu’il avait été envoyé par Dieu et ordonna de l’agréger aussitôt à sa communauté. Suivant l’enseignement de son père spirituel, et se modelant surtout sur sa conduite angélique et sa prière continuelle, saint Dométien progressa rapidement, allant de vertu en vertu, tout tendu en avant en vue du prix que Dieu réserve au ciel à ceux qui l’aiment (cf. Phil 3, 13). Au bout de dix-huit ans, il fut, contre son gré, ordonné diacre par l’évêque Jacques de Théodosiopolis, en visite au monastère. Trois dimanches de suite, alors qu’il servait à l’autel, il vit une blanche colombe voleter au-dessus du calice, et il s’efforçait de la chasser de peur qu’elle ne renversât les saints Dons, au grand étonnement de son maître qui n’avait pas été jugé digne de cette vision du Saint-Esprit. Comprenant que son disciple avait été élu par Dieu, l’archimandrite convoqua alors le chorévêque Gabriel et, grâce à une ruse, il fit élever Dométien à la prêtrise. Mais dès que le saint apprit qu’on voulait l’emmener en ville pour l’honorer, il s’enfuit du monastère et se mit au service d’un groupe de chameliers en route pour la ville de Cyr en Syrie.  Parvenus en vue du fameux sanctuaire des saints Cosme et Damien, situé près de la ville de Cyr, le saint prit congé de ses compagnons et passa plusieurs jours et plusieurs nuits en prière. Sa conduite attira l’attention d’un malade qui se trouvait là depuis plus d’un mois, et grâce à ses paroles et ses prières Dométien obtint pour lui la guérison. L’homme s’étant précipité pour proclamer la vertu de son bienfaiteur, le saint dut une fois de plus prendre la fuite, et il se retira à huit milles au nord de la basilique des saints Anargyres, sur une colline aride et rocailleuse, où il resta deux ans, inconnu des hommes et se nourrissant d’herbes sauvages. Un jour de grande chaleur, il se rendit à la source qui lui procurait l’eau nécessaire et y trouva un groupe de lavandières, dont l’une d’elles manqua à son égard de toute retenue. Il s’enfuit aussitôt et fit tarir la source par sa prière. Les chrétiens du lieu vinrent ensuite demander pardon au saint, clergé en tête, et il obtint de Dieu que les eaux reprennent leur cours.

Dès lors, les habitants de la contrée prirent l’habitude de venir demander la bénédiction du saint ermite. Un jour d’hiver, un bédouin qui avait été accueilli par saint Dométien lui proposa de construire un abri, afin qu’il soit protégé des intempéries. Le saint refusa, mais la nuit suivante, une tempête de neige l’ensevelit jusqu’aux aisselles dans la crevasse où il dormait, et ce ne fut qu’après de fébriles recherches que le bédouin réussit à le dégager et à l’emporter dans sa tente pour le ranimer. Le saint étant resté trois années sur la montagne, exposé en plein air à l’ardeur du soleil et à toutes les intempéries, les fidèles des environs, voyant ses forces décliner, réussirent à le convaincre de se retirer dans une grotte qu’ils avaient creusée à son intention dans le roc. Il persévéra là dans la prière pendant de longues années, accueillant tous ceux qui venaient à lui, les guérissant au Nom du Christ de leurs maux corporels et spirituels, et convertissant de nombreux païens par son enseignement lumineux. L’empereur Julien l’Apostat étant venu à passer par cette région lors de la campagne contre les Perses, au cours de laquelle il devait trouver la mort (363), des hommes dépravés et jaloux de la réputation de saint Dométien le dénoncèrent au tyran comme un imposteur qui prétendait parler au nom de Dieu . Ils reçurent du souverain l’ordre d’appréhender le saint ermite et, se précipitant aussitôt vers sa retraite, ils l’y trouvèrent, en compagnie de deux enfants dont la naissance avait été obtenue par ses prières et que leurs parents avaient consacrés à Dieu. Ils leur commandèrent de se rendre sur la voie romaine pour honorer l’empereur à son passage, mais le saint ne leur prêta aucune attention, tout absorbé qu’il était dans la prière. Ils se ruèrent alors, tels des bêtes féroces, et le firent périr, lui et ses disciples, sous une nuée de pierres qui obstruèrent l’entrée de la grotte. L’endroit fut bientôt oublié, même par ceux qui avaient été les admirateurs du saint, et la grotte se couvrit de ronces. Deux ans plus tard, un des chameaux qu’un marchand avait laissé paître à l’écart de la route s’égara et se cassa la patte. Comme l’animal essayait de se traîner, il enfonça sa patte brisée dans l’ouverture de la grotte et fut aussitôt guéri. À l’occasion de ce miracle on débroussailla l’endroit et l’on découvrit les reliques de saint Dométien et de ses compagnons, qu’on transféra avec honneur dans une église voisine.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire du dimanche, 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « Ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

 

Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire de saint Dométien, ton 4

T’exerçant dans la montagne aux ascétiques combats, tu brisas l’assaut des ennemis sprirituels avec l’armure de la Croix; de même sur le stade tu luttas vaillamment pour abattre l’empereur apostat grâce au glaive de la foi; pour l’un et l’autre de ces exploits tu fus par Dieu couronné doublement, bienheureux Dométien, moine et martyr.

 

Kondakion du dimanche, ton 2

Sauveur Tout-Puissant, Tu es ressuscité du Tombeau : l’enfer, voyant ce prodige, est saisi de stupeur et les morts ressuscitent. A cette vue, la création se réjouit avec Toi; Adam partage l’allégresse, et le monde, ô mon Sauveur, ne cesse de Te louer !

Kondakion de saint Dométien, ton 6

Méprisant les biens corruptibles et les terrestres pensées, tu devins pour les moines un sublime instructeur; et, sans craindre les menaces de l’empereur qui ne voulait reconnaître en Christ le vrai Dieu, tu acceptas la mort en chantant: Dieu est avec nous et nul ne peut rien contre moi.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

Évangile du jour

(Matth. XVIII, 23-35)

C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

12 août

12 août

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ.
Saints Photios et Anicet, martyrs à Nicomédie (305-306) ; saint Alexandre, évêque de Comane, martyr dans le Pont (270) ; saints Pamphile et Capiton, martyrs ; saint Venance, évêque de Viviers sur le Rhône (544) ; sainte Clarisse, abbesse près de Remiremont (VIIème s.) ; saint Porcaire et les 500  moines martyrs à Lérins (vers 732) ; saints Géronte, Sérapion, Germain, Bessarion, Michel et Simon, moines au monastère de Garèdja, martyrs (1851) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Barlaam (Konoplev), archimandrite du monastère de Saint-Nicolas à Belgorod, et de ses compagnons : Antoine, Serge, Élie, Venceslas, Joasaph, Jean, Bessarion, Michée, Matthieu, Euthyme, Barnabé, Hermogène, Arcade, Euthyme et Marcel, Jean, Serge, Démètre, Sabbas, Jacques, Pierre, Jacques, Alexandre, Théodore, Alexis et Pierre moines (1918) ; ainsi que des saints martyrs Léonide Biryoukovitch, Jean Nikolski et Nicolas Dobrooumov, prêtres (1937).

 

SAINTS PHOTIOS ET ANICET[1]

 Ces deux saints et glorieux martyrs vivaient à Nicomédie sous le règne de Dioclétien (vers 304). L’empereur ayant publié un édit qui ordonnait à tous les citoyens de manifester leur loyauté en offrant un culte aux idoles et menaçait les chrétiens de toutes sortes de tortures et d’exil aux extrémités du monde, la population de la capitale de l’Orient se trouvait fort en émoi. Un grand nombre de chrétiens, par peur des tortures ou par respect humain, renièrent le Dieu unique et se soumirent, tandis que ceux dont la foi était profondément enracinée dans leur cœur résistèrent courageusement aux menaces et, s’armant du signe de la Croix victorieuse, ils confessèrent à haute voix le Nom du Christ s’offrant ainsi aux tortures. La persécution s’étendit aux diverses villes de l’Empire, faisant d’innombrables victimes. Au bout de deux ans, Dioclétien se rendit lui-même de Thessalonique à Nicomédie pour se rendre compte de la manière dont ses édits avaient été appliqués. Il réunit le Sénat, en présence de son armée, et ordonna d’exposer catapultes, roues, grils et autres instruments de torture dont la vue seule glaçait d’horreur tous les assistants. Puis il se mit à haranguer la foule. Tous se tenaient cois, terrorisés, quand un des membres du Sénat, le comte Anicet, qui se distinguait tant par sa vaste culture que par sa sagesse, sortit des rangs et, s’avançant vers l’empereur, il s’adressa à lui avec hardiesse et se moqua des vaines menaces que le tyran devait employer pour protéger des idoles inertes et incapables de se défendre elles-mêmes. Puis il l’accusa de partir en guerre contre le Dieu vivant, en obligeant les hommes qui ont été créés à son image et à sa ressemblance à se prosterner devant des pierres taillées et du bois sculpté. Seul le Christ, ajouta-t-il, est le véritable Seigneur du ciel et de la terre, et par lui toute autorité est donnée aux rois et aux gouvernants, car c’est lui qui a orné le ciel de ses astres et la terre de la splendeur de ses plantes et de ses animaux, pour servir l’homme et l’inviter à rendre gloire à Dieu. Rendu furieux par cette liberté de langage, Dioclétien accusa Anicet de blasphème contre les dieux. Mais le saint répliqua aussitôt, en demandant à l’empereur de lui démontrer par de solides arguments en quoi consistaient les bienfaits des idoles que l’on ne peut en aucune façon appeler des « dieux », puisqu’elles ont besoin d’être sculptées et décorées. Puis il confessa sa foi en un seul Dieu en trois Personnes : Père, Fils et Saint-Esprit, qui accorde aux chrétiens sa grâce pour les faire triompher du Prince de ce monde. La foule ayant pris parti pour Anicet, le tyran voulut déclencher un massacre ; mais le général Placide l’en dissuada en lui rappelant qu’un souverain doit se distinguer par sa mansuétude.

Dioclétien fit alors flageller le saint à coups de nerfs de bœuf, à tel point que ses entrailles apparaissaient. Bien digne de son nom (« invincible »), Anicet continuait cependant de confesser imperturbablement le Nom du Sauveur. Sur ordre de l’empereur, on lâcha contre lui un lion gigantesque, dont le rugissement fit presque mourir de terreur les assistants. Mais, au moment où il allait atteindre le saint, le fauve fut soudain arrêté dans son élan et, devenu aussi doux qu’un agneau, il alla délicatement essuyer de sa patte la sueur qui coulait du visage du martyr. Comme Anicet achevait sa prière d’action de grâces, un terrible séisme ébranla Nicomédie, renversant la grande statue d’Hercule, qui fut réduite en miettes, et détruisant les quartiers nord de la ville, où de nombreux païens périrent sous les décombres. L’empereur, endurci dans son impiété, attribua cette catastrophe à la colère des dieux et ordonna de décapiter sans retard le saint. Mais le soldat chargé de cette tâche, Bibinos, eut soudain la main paralysée et ne put frapper Anicet de son glaive. On modifia donc la sentence, et le martyr fut attaché en croix à une roue suspendue au-dessus d’un brasier. Les membres déchirés et la chair calcinée, le saint s’approchait encore davantage de Dieu par une prière plus ardente que tous les feux de la terre. Et en réponse à sa prière, ses liens se trouvèrent consumés par le feu qui s’éteignit ensuite. Alors que saint Anicet venait d’être sauvé par un ange d’un chaudron en fusion dans lequel il avait été plongé, son neveu Photios courut vers lui pour l’embrasser et rendre avec lui grâces à Dieu pour ces signes éminents de sa faveur envers ses serviteurs. Comme il se moquait des idoles et se déclarait prêt à mourir avec son oncle pour recevoir au Ciel les trophées de la victoire, sur un signe du tyran, un soldat se précipita sur lui. Mais soudain aveuglé par la grâce, il tourna son glaive contre lui-même et se frappa mortellement. Les deux saints furent alors chargés de lourdes chaînes et jetés en prison. Ils y retrouvèrent saint Lucien d’Antioche [15 oct.] et ses disciples, qui avaient été transférés d’Orient à Nicomédie pour y être jugés. Les martyrs s’embrassèrent chaleureusement et Lucien les exhorta à rester fermes dans leur confession du seul vrai Dieu, et à ne pas craindre les menaces des tyrans qui n’ont pouvoir que sur le corps, mais restent impuissants devant la ferme résolution de l’âme. Il acheva son discours en disant : « La terre elle-même crie vers Dieu, abreuvée qu’elle est par le sang des martyrs ! Et vous, confessant le Christ, vous allez entrer dans le Royaume des cieux. » Séparés de saint Lucien, Anicet et Photios comparurent au bout de trois jours devant l’empereur qui essaya de les soumettre par une feinte complaisance et par des promesses de richesses et d’honneurs. Ils lui répliquèrent d’une seule voix : « Que tes honneurs et tes promesses s’en aillent avec toi à la perdition ! » Furieux, Dioclétien ordonna de leur brûler les entrailles avec des torches, puis il les fit lapider par la foule dans l’amphithéâtre. Comme leurs corps restaient miraculeusement indemnes et resplendissants de la grâce de l’incorruptibilité, ils furent traînés derrière des chevaux sauvages et l’on saupoudra leurs plaies de sel avant de les renvoyer en prison. Ils restèrent incarcérés pendant plus de trois ans, tandis que la persécution continuait de faire rage dans tout l’Empire. Finalement, l’empereur se souvint d’eux et, après un nouvel interrogatoire, au cours duquel ils se montrèrent inflexibles, il les fit jeter dans la chaudière du bain d’Antonin, dont on avait attisé le feu pendant trois jours. Mais à la prière des saints, les marbres se fendirent et laissèrent l’eau du bain se déverser et éteindre la fournaise. Après tant de tourments qui avaient tourné à leur gloire, saint Anicet et Photios rendirent finalement avec joie leurs âmes à Dieu en étant brûlés vifs. Trois heures durant leurs corps restèrent exposés sur le gril sans même que leurs cheveux ne fussent consumés. Une fois le brasier éteint, les chrétiens bravèrent le détachement de soldats et se précipitèrent pour recueillir leurs précieuses reliques et les mettre en sûreté. De longues années après, la persécution ayant cessé, l’endroit où se trouvaient cachées les reliques des saints martyrs, fut révélé par Dieu au chorévêque Doukitios, qui les transféra dans une église édifiée en leur honneur dans le quartier de Boanès, où elles accomplirent de nombreuses guérisons.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire des saints Photius et Anicet, ton 3

Par vos luttes sacrées vous avez montré, en plus de la familiale solidarité, l’unanimité de votre foi en Dieu, bienheureux martyr Anicet et Photius, serviteur de la Lumière sans déclin; demandez-lui d’accorder la rémission de leurs péchés aux fidèles qui chantent votre sainte passion.

Tropaire de saint Maxime (à cause de la clôture de la fête le 13), ton 8:

Guide de l’orthodoxie, maître de piété et de sainteté, luminaire universel, ornement des moines, inspiré de Dieu, saint Maxime, tu nous as tous illuminés par tes sages enseignements, toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l’Esprit. Intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu’il sauve nos âmes.

 

Kondakion des saints Photios et Anicet, ton 2

Célébrons les hoplites fidèles de Dieu: louange à l’attelage de gloire du Christ; nous tous, les amis des Martyrs, chantons ces vaillants prédicateurs de la foi et couronnons de nos hymnes ces vrais amis du Seigneur.

 

Kondakion de saint Maxime, ton 6

Demeurant dans ton âme, la lumière au triple feu a fait de toi un instrument de choix, Bienheureux; car tu éclaires pour les confins de l’univers, Maxime, les vérités concernant notre Dieu et l’interprétation de concepts difficiles à saisir en proclamant pour tous clairement l’éternelle et suprême divinité, vénérable Père, la sainte Trinité.

 

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

 

ÉVangile du jour

(Matth. XVII, 24 – XVIII,4)

Lorsqu’ils arrivèrent à Capernaüm, ceux qui percevaient les deux drachmes s’adressèrent à Pierre, et lui dirent: Votre maître ne paie-t-il pas les deux drachmes?

Oui, dit-il. Et quand il fut entré dans la maison, Jésus le prévint, et dit: Que t’en semble, Simon? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils des tributs ou des impôts? de leurs fils, ou des étrangers? Il lui dit: Des étrangers. Et Jésus lui répondit: Les fils en sont donc exempts. Mais, pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère. Prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi. En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent: Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

30 juillet (ancien calendrier) / 12 août (nouveau)

30 juillet (ancien calendrier) / 12 août (nouveau)

 Saints Silas, Sylvain, Crescent, Epénète et Andronique, apôtres (Ier s.) ; saints hiéromartyr Polychronios, évêque de Babylone en Mésopotamie, hiéromartyrs prêtres Parmenios, Elimas et Chrysotelos, et les diacres Luc et Mocios, et martyrs Maxime et Olympios (251) ; saints Abdon et Sennen, nobles persans, martyrs à Rome (vers 275) ; saint Ours, évêque d’Auxerre (508) ; saint Sylvain d’Anjou (VIème s.) ; sainte Angéline de Serbie (XVIème s.) ; saint hiéromartyr Jean Plotnikov, diacre (1918) ; saint Anatole d’Optino (1922). 

Saints Silas, Sylvain, Crescent, Epénète et Andronique, apôtres [1]

Ces saints apôtres faisaient partie du collège des Soixante-Dix Disciples [4 janv.]. Notable de l’Église de Jérusalem, se distinguant pour son don prophétique, saint Silas fut envoyé avec saints Paul et Barnabé pour confirmer les chrétiens d’Antioche (Act 15, 22, 27, 32). Quand Paul entreprit son second voyage missionnaire (50-52), il prit Silas pour compagnon (Act 15, 40). Ils parcoururent ensemble la Syrie, la Cilicie, la Lycaonie, la Phrygie, la Galatie et la Mésie, avant d’arriver à Troas. Passant de là en Macédoine, Silas fut traîné devant le tribunal et emprisonné avec Paul ; mais quand on apprit qu’ils étaient tous deux citoyens romains, on les libéra en leur faisant des excuses (16, 37). Ils allèrent ensuite annoncer la Bonne Nouvelle à Thessalonique et à Bérée, où Silas demeura avec saint Timothée, pour affermir dans la foi les nouveaux convertis, tandis que Paul poursuivait son voyage vers Athènes. Ils se retrouvèrent tous les trois à Corinthe, où ils prêchèrent le Christ Jésus, Fils de Dieu (2 Cor 1, 19). La tradition ecclésiastique rapporte qu’il devint évêque de Corinthe, où il s’employa à faire appliquer les prescriptions contenues dans les lettres envoyées par saint Paul pour corriger les Corinthiens et les édifier dans la charité. Ayant ainsi beaucoup peiné dans sa charge, il partit en paix vers le Seigneur.

Saint Silvain  devint, dit-on, évêque de Thessalonique. Il affronta de nombreux et continuels dangers pour préserver la foi, car les habitants de Thessalonique étaient habiles dans les sophismes et les contorsions du langage. Après avoir mené le Bon Combat, il s’endormit en paix. Le saint apôtre Épénète est mentionné par saint Paul comme prémices de l’Asie (Rm 16, 5), c’est-à-dire de la région d’Éphèse. La tradition ecclésiastique rapporte cependant qu’il devint ensuite évêque de Carthage  et qu’il subit de nombreuses épreuves et tribulations de la part des païens habitant cette région. Sa patience et sa parole de feu réussirent toutefois à en amener un grand nombre à la connaissance de la vérité, et il remit en paix son âme à Dieu après avoir dignement rempli sa mission. Saint Crescens était lui aussi disciple de saint Paul, et il se trouve mentionné par lui comme étant envoyé en Galatie (2 Tim 4, 10). Il devint, dit-on, évêque de Chalcédoine, et montra la lumière de la Vérité à un grand nombre de païens plongés dans les ténèbres. Après avoir condamné le péché dans sa propre chair et avoir délivré quantité d’âmes de la perdition en leur enseignant la foi et la conduite évangélique, il s’endormit à son tour dans le Seigneur.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints apôtres, ton 4

Les divins Apôtres ayant comme cieux faient resplendir la gloire de celui qui sur terre s’est réduit à néant, d’une même voix chantons-les: c’est, avec Epénète et Crescent, Silas, Andronique et Silvain; auprès du Christ ils intercèdent pour notre salut.

Kondakion des saints apôtres, ton 4

De cette vigne qu’est le Christ vous êtes devenus les sarments, sages disciples qui portiez comme raisins les vertus, et vous avez distillé le vin du salut, dont nous avons bu, comblés de joie, nous qui fêtons votre mémoire sacrée; en ce jour, pour la rémission de nos péchés intercédez, saints Apôtres du Seigneur.

 

Évangile DU JOUR

(Matth. XVII,24 –XVIII,4)

Lorsqu’ils arrivèrent à Capernaüm, ceux qui percevaient les deux drachmes s’adressèrent à Pierre, et lui dirent: Votre maître ne paie-t-il pas les deux drachmes?

Oui, dit-il. Et quand il fut entré dans la maison, Jésus le prévint, et dit: Que t’en semble, Simon? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils des tributs ou des impôts? de leurs fils, ou des étrangers? Il lui dit: Des étrangers. Et Jésus lui répondit: Les fils en sont donc exempts. Mais, pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette l’hameçon, et tire le premier poisson qui viendra; ouvre-lui la bouche, et tu trouveras un statère. Prends-le, et donne-le-leur pour moi et pour toi. En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent: Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

10 août

10 août

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Saint Laurent, archidiacre, saint Sixte II, pape de Rome, saints Félicissime et Agapit, diacres, martyrs à Rome (258) ; saint Dinault, martyr en Beauvais (Vème siècle) ; saint Laurent, fol en Christ à Kalouga (1515) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Venceslas Zakedsky, prêtre (1918) ; Athanase Kislov, prêtre (1937) ; Synaxe des saints nouveaux martyrs et confesseurs de Solovki.

 

SAINTS LAURENT, ARCHIDIACRE, ET SIXTE PAPE DE ROME [1]

Saint Sixte (ou Xyste) était grec de naissance et il avait étudié la philosophie à Athènes avant de venir s’installer à Rome sous le règne de l’empereur Valérien et le pontificat de saint Étienne Ier [3 août]. D’abord favorable aux chrétiens, l’e

Saint Laurent, archidiacre, saint Sixte II, pape de Rome, saints Félicissime et Agapit, diacres, martyrs à Rome (258)

mpereur, qui était tombé sous l’influence de mages et de devins égyptiens après une expédition malheureuse en Orient, publia un édit qui interdisait l’exercice public du culte et prescrivait à tous les clercs de sacrifier aux dieux sous peine d’exil. Saint Étienne ayant été l’une des premières victimes de cette persécution, Sixte fut consacré pour lui succéder. La persécution s’intensifia alors et l’on décréta que les évêques, prêtres et diacres seraient exécutés sur simple constatation de leur identité, tandis que les laïcs seraient condamnés à la dégradation et aux travaux forcés. Saint Sixte fut arrêté et conduit, après un premier interrogatoire, à la tristement célèbre prison Mamertine. Sur le chemin, son archidiacre Laurent le rencontra et lui dit avec larmes : « Où vas-tu, Père, sans ton fils ? Quel sacrifice t’apprêtes-tu à célébrer sans ton diacre ? Est-ce que tu m’en as trouvé indigne ? Est-ce que tu refuseras à celui que tu as admis aux saints Mystères d’être ton compagnon pour verser son sang ? »  L’évêque lui répondit : « Non, mon fils, je ne t’abandonne pas, mais de plus grands combats te sont réservés. Nous, comme des vieillards, nous sommes engagés dans un léger combat. Mais pour toi, jeune homme vigoureux, un triomphe plus glorieux sur le tyran t’attend. Cesse de pleurer. Dans trois jours, le diacre suivra le prêtre. » Et, avant de lui donner le baiser de paix, il lui confia le soin d’administrer en son nom les biens de l’Église. Laurent accomplit aussitôt sa tâche selon Dieu, en distribuant les richesses de l’Église aux clercs et aux pauvres. Sur le mont Cœlius, il rencontra une veuve, nommée Kyriaquie, qui cachait chez elle beaucoup de chrétiens. À la faveur de la nuit, il leur apporta de l’argent et des vêtements, et passa ensuite dans diverses maisons, guérissant les malades et lavant les pieds des fidèles à l’imitation du Seigneur. Comme le pape avait été condamné à être décapité sur la voie Appienne, saint Laurent se rendit sur son passage et lui cria : « Ne me laisse pas, Père saint, parce que j’ai déjà distribué les trésors que tu m’avais confiés. » Entendant parler de trésors, les soldats s’emparèrent aussitôt de Laurent et le conduisirent au tribun Parthénius qui avertit l’empereur. Jeté en prison et confié à la garde du tribun Hippolyte, saint Laurent guérit par sa prière et convertit un aveugle nommé Lucillus. À cette nouvelle, de nombreux autres aveugles accoururent et furent tous guéris par le saint, qui baptisa en outre Hippolyte avec les dix-neuf personnes de sa maison. Convoqué par Valérien, qui le somma de lui livrer ses trésors, Laurent demanda qu’on lui procure, après un délai de trois jours, des chars en grande quantité. Entre temps, il fit convoquer dans la maison d’Hippolyte des aveugles, boiteux, malades et miséreux de toutes sortes, puis, les ayant placés sur les chars, il vint les présenter au palais en annonçant : « Voici les trésors éternels de l’Église, qui ne diminuent pas et augmentent toujours, qui sont répandus en chacun et se trouvent en tous. » Pris de fureur, Valérien s’écria : « Sacrifie aux dieux et oublie l’art magique dans lequel tu te confies. » Saint Laurent répliqua que rien ne lui ferait préférer le culte des démons au Créateur de toutes choses. Il fut alors livré à la torture puis jeté en prison. Après un second interrogatoire au palais de Tibère sur le mont Palatin, on lui appliqua sur le corps des lames de fer rougies au feu, et on le fustigea avec des fouets plombés et des chaînes garnies de crochets à leurs extrémités. Devant son endurance surnaturelle, un soldat, Romain, se convertit et fut exécuté sur-le-champ. Un troisième interrogatoire eut lieu aux Thermes situés près du palais de Salluste. L’empereur fit fracasser les mâchoires du saint à coups de pierres, puis il ordonna de le dépouiller de ses vêtements et de l’étendre sur un lit en forme de gril posé sur des charbons ardents. Sommé une dernière fois de sacrifier aux dieux, Laurent déclara : « Moi, je m’offre au seul vrai Dieu en sacrifice d’agréable odeur, parce que le sacrifice qui convient à Dieu c’est un cœur broyé et humilié (Ps 50, 19) ». Comme les bourreaux activaient le feu, il dit au tyran : « Apprends, malheureux, que ce brasier m’apporte le rafraîchissement, mais à toi le supplice éternel. Maintenant que je suis cuit d’un côté, tourne-moi donc de l’autre ! » Quand on l’eut retourné, il adressa une dernière prière : « je te rends grâce, Seigneur Jésus-Christ, parce que j’ai mérité de franchir les portes de ton Royaume ». Puis il rendit l’esprit. Hippolyte alla l’enterrer secrètement dans la propriété de la veuve Kyriaquie, en compagnie du prêtre Justin . Il fut dénoncé et bientôt arrêté, mais un ange vint le délivrer et le transporta dans sa maison, où il fit de touchants adieux à ses parents et à ses serviteurs, et leur offrit un festin. Ils se trouvaient tous attablés quand les soldats surgirent et s’emparèrent à nouveau d’Hippolyte pour le conduire devant l’empereur. Espérant vaincre sa résolution, le souverain le fit revêtir de ses ornements militaires et lui promit de plus grands honneurs encore. Mais le saint resta inflexible et déclara qu’il ne souhaitait plus qu’un seul honneur : celui de servir dans la milice du Christ. Flagellé avec des chaînes portant à leurs extrémités des crochets, il fut ensuite attaché derrière des chevaux sauvages qui traînèrent le valeureux martyr sur une longue distance. C’est ainsi qu’il remporta la palme de la victoire, précédé de peu par sa nourrice, Concordia, et les gens de sa maison qu’il avait convertis . On raconte que, sept jours après son martyre, saint Hippolyte apparut à l’empereur et à son fils qui se rendaient à l’amphithéâtre, et qu’il les châtia avec des chaînes de feu invisibles.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire de saint Laurent, ton 3

Allumé par l’Esprit divin, comme braise tu consumas les ronces de l’erreur, archidiacre du Christ, victorieux martyr Laurent; et comme encens de spirituelle suavité tu brûlas pour celui qui t’a glorifié, atteignant par le feu ton ultime perfection; de tout dommage garde les fidèles vénérant ton souvenir.

Kondakion de saint Laurent, ton 2

Ton cœur au feu divin se consumant, tu as réduit en cendres le brasier des passions, soutien des Athlètes victorieux, Laurent, saint martyr porteur-de-Dieu; au combat tu t’écrias, plein de foi: Nul ne pourra me séparer de l’amour du Seigneur.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

 

Évangile du jour

(Matth. XXI, 43-46)

C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. Après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c’était d’eux que Jésus parlait, et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignaient la foule, parce qu’elle le tenait pour un prophète.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

28 juillet (ancien calendrier) / 10 août (nouveau)

28 juillet (ancien calendrier) / 10 août (nouveau)

 

Saints Prochore, Nicanor, Timon et Parménas, diacres, apôtres (Ier s.) ; saint Julien, martyr en Campanie (Iième s.) ; saint Eustache, martyr à Ancyre (vers 316) ; saint Acace, martyr en Syrie (vers 320) ; saint Pérégrin, prêtre à Lyon (IIème s.) ; saint Camélien, évêque de Troyes (536) ;  saint Leubace, abbé de Sennevrières (540) ; saint Samson évêque de Dol en Bretagne (565) ; sainte Irène de Cappadoce, qui pratiqua l’ascèse au monastère de Chrysovalanton (IXème siècle) ; saint Paul de Xiropotamou, moine, fondateur de monastères au Mont-Athos (Xème s.) ; saint Moïse, thaumaturge des Grottes de Kiev (XIIIème-XIVème s.)  saint Pitrim, évêque de Tambov (1698) ; saint néomartyr David d’Alep (1660) ; saint néomartyr Christodule de Cassandra (1777) ; saints néomartyrs de Russie : Nicolas Ponomarev, diacre (1918) ; moine Basile Erekaev, moniales Anastasie Kamaïev et Hélène Astachine, Arètha Eremkine, Jean Lomakine, Jean Selmanov, Jean Milechime et martyre Maure Moïseev (1937).

 

Saints Prochore, Nicanor, Timon et Parménas, diacres, apôtres [1]

Ces saints étaient disciples des Douze Apôtres, et furent comptés au nombre des Soixante-Dix Disciples [4 janv.]. Comme le rapporte saint Luc dans les Actes des Apôtres (6, 5) : hommes de bonne réputation et remplis de l’esprit de sagesse, ils furent choisis comme diacres, avec saint Étienne [27 déc.], pour assurer le service matériel de la communauté apostolique. Lorsqu’ils cessèrent de servir les veuves et les pauvres de Jérusalem, Prochore partit pour proclamer la Bonne Nouvelle, en se mettant au service du Disciple bien-aimé, saint Jean le Théologien. C’est à lui que saint Jean dicta son Évangile, ses Lettres et l’Apocalypse, et ils subirent ensemble toutes sortes d’épreuves et de tribulations pour le Nom du Christ [26 sept.]. Après le départ de saint Jean pour le ciel, Prochore devint, dit-on, évêque de Nicomédie. Il se chargea là de corriger les habitants qui étaient esclaves de leurs passions. Avec persévérance et douceur, il leur enseignait à ne pas soumettre le supérieur à l’inférieur, c’est-à-dire l’âme au corps, mais au contraire à gouverner le corps par l’usage de la droite raison et par le jugement sain de l’âme purifiée par le repentir. C’est dans cette tâche que le bienheureux termina sa vie terrestre et alla rejoindre saint Jean dans l’assemblée des Premiers-nés. Saint Nicanor, lui, remit son âme à Dieu le jour même où son compagnon dans le diaconat, saint Étienne, était lapidé par les Juifs. Il convenait en effet que ces deux bienheureux, unis par l’amour du Christ, trouvent leur repos le même jour. Saint Parménas assura toute sa vie le service des Apôtres, et devint ainsi agréable au Christ et à ses saints. Il remit son âme à Dieu, à la suite d’une maladie, et fut enterré par les Apôtres. Saint Timon subvenait également aux besoins des Apôtres, en compagnie de saint Étienne. Il fut ensuite consacré évêque de Bostra en Arabie . Il y mena un combat surhumain pour la prédication de la Bonne Nouvelle et amena un grand nombre de païens à la foi. Certains barbares, rendus furieux par ses succès, s’emparèrent de lui, le flagellèrent et le firent périr par le feu.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints Apôtres, ton 4

Pour accompagner les Apôtres du Christ et servir la sainte assemblée vous fûtes choisis par suffrage divin: Prochore, Parménas, Nicanor et Timon, priez le Seigneur de nous accorder le pardon.

Kondakion des saints Apôtres, ton 1

Avec foi vous vous êtes montrés de saints diacres, les témoins du Verbe, ses vases d’élection, Prochore, Nicanor, Parménas et Timon; c’est pourquoi nous fêtons en ce jour votre mémoire sacrée, dans l’allégresse du cœur vous disant bienheureux.

 

Évangile DU JOUR

(Matth. XXI, 43-46)

C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. Après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c’était d’eux que Jésus parlait, et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignaient la foule, parce qu’elle le tenait pour un prophète.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

7 août

7 août

Carême de la Dormition

Après-fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ ;

Saint Dométien, moine persan, martyrisé avec deux disciples (363) ; saint hiéromartyr Narcisse, archevêque de Jérusalem (IIIème s.) ; saint Or, moine en Égypte (vers 390) ; saint Donatien, évêque de Châlons-sur-Marne (IVème s.) ; saint Victrice, évoque de Rouen (vers 409) ; saint Donat, évêque de Besançon (660) ;  saint Théodose le Nouveau (IX-Xème s.) ; saint Pimène le très souffrant, des Grottes de Kiev (1110) ; sainte vierge et thaumaturge Potamia ; saint Pimène le jeûneur des Grottes de Kiev (XIIIème s.)   ; saint Mercure des Grottes de Kiev, évêque de Smolensk (1239); sainte Théodora de Sihla, moniale (XVIIème s.) ; saint Antoine d’Optino (1865) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Alexandre Khomovitsky, Pierre Tokarev, Michel Plychevsky, Jean Voronets, Démètre Milovidov et Alexis Vorobiev, prêtres, Élisée Chmolder, diacre et moine Athanase Egorov (1937) ; Basile Amenitsky, prêtre (1938).

 

SAINT DOMÉTIEN [1]

Au temps de saint Constantin le Grand, un saint homme, nommé Abbaros, parcourait les contrées de Mésopotamie en y prêchant la Bonne Nouvelle à ses compatriotes. Comme il se trouvait un jour au marché, il remarqua un jeune garçon, du nom de Dométien, qui s’adonnait avec zèle à l’étude de la religion et il l’exhorta à se détourner du culte idolâtre pour connaître la vérité. Aussitôt gagné à la foi qu’il avait confusément cherchée jusque-là, Dométien essaya de s’instruire auprès des chrétiens, mais ces derniers refusèrent de dévoiler leurs mystères à un païen. Il essaya néanmoins de convaincre ses parents de renoncer au culte du feu et des idoles, mais en vain. Aussi, dès qu’il en eut l’âge, il quitta sa patrie pour se rendre dans la ville de Nisibe, aux confins de l’Empire romain et de l’empire perse, où il reçut le saint baptême. Il entra aussitôt dans un monastère de la ville et s’appliqua avec avidité à l’étude de l’Écriture sainte. La Parole de Dieu devint pour lui nourriture et boisson, de sorte qu’il négligeait de se rendre au réfectoire avec les autres moines, qui prirent ombrage de sa conduite et se mirent à nourrir à son égard des sentiments de jalousie et de mépris. Dométien, craignant de devenir occasion de scandale et de division, quitta de nuit le monastère. En chemin, il fut attaqué par une bande de loups, dont il fut délivré par Dieu qui le ramena sur la voie romaine traversant le désert de Syrie. Il se joignit à un groupe de chrétiens qui se rendaient à Théodosiopolis pour y déposer des offrandes au monastère de Saint-Serge. Ayant fait le vœu de ne pas prendre de nourriture jusqu’à ce qu’il eût rejoint une communauté monastique, il refusait de se mêler à ses compagnons pour leur réfection, de sorte que ces derniers le soupçonnèrent d’être un hérétique ou un Samaritain ; mais dès qu’il leur expliqua la raison de sa conduite, ils lui proposèrent de le conduire au monastère de Saint-Serge. Quand ils arrivèrent à proximité de la ville, le jour tombé, un personnage à l’apparence dévote se présenta à eux et leur offrit de les héberger chez lui. Comme il les conduisait dans un lieu sauvage et bordé de précipices, Dométien discerna qu’il s’agissait d’un serviteur de Satan et il le chassa par sa prière. Une fois arrivés sains et saufs en ville, il supplia ses compagnons, qui se préparaient à publier ce miracle, de garder le silence. Ils se rendirent sans plus tarder au monastère de Saint-Serge, où ils déposèrent leurs offrandes et furent reçus par l’archimandrite Noubel (ou Nurbel), homme vénérable qui, depuis soixante-cinq ans, n’avait pas goûté de nourriture cuite et ne s’était pas couché ni assis, mais dormait debout, appuyé sur son bâton. Pendant l’entrevue, Dométien se tenait en silence et regardait avec admiration cet homme de Dieu. Noubel discerna qu’il avait été envoyé par Dieu et ordonna de l’agréger aussitôt à sa communauté. Suivant l’enseignement de son père spirituel, et se modelant surtout sur sa conduite angélique et sa prière continuelle, saint Dométien progressa rapidement, allant de vertu en vertu, tout tendu en avant en vue du prix que Dieu réserve au ciel à ceux qui l’aiment (cf. Phil 3, 13). Au bout de dix-huit ans, il fut, contre son gré, ordonné diacre par l’évêque Jacques de Théodosiopolis, en visite au monastère. Trois dimanches de suite, alors qu’il servait à l’autel, il vit une blanche colombe voleter au-dessus du calice, et il s’efforçait de la chasser de peur qu’elle ne renversât les saints Dons, au grand étonnement de son maître qui n’avait pas été jugé digne de cette vision du Saint-Esprit. Comprenant que son disciple avait été élu par Dieu, l’archimandrite convoqua alors le chorévêque Gabriel et, grâce à une ruse, il fit élever Dométien à la prêtrise. Mais dès que le saint apprit qu’on voulait l’emmener en ville pour l’honorer, il s’enfuit du monastère et se mit au service d’un groupe de chameliers en route pour la ville de Cyr en Syrie.  Parvenus en vue du fameux sanctuaire des saints Cosme et Damien, situé près de la ville de Cyr, le saint prit congé de ses compagnons et passa plusieurs jours et plusieurs nuits en prière. Sa conduite attira l’attention d’un malade qui se trouvait là depuis plus d’un mois, et grâce à ses paroles et ses prières Dométien obtint pour lui la guérison. L’homme s’étant précipité pour proclamer la vertu de son bienfaiteur, le saint dut une fois de plus prendre la fuite, et il se retira à huit milles au nord de la basilique des saints Anargyres, sur une colline aride et rocailleuse, où il resta deux ans, inconnu des hommes et se nourrissant d’herbes sauvages. Un jour de grande chaleur, il se rendit à la source qui lui procurait l’eau nécessaire et y trouva un groupe de lavandières, dont l’une d’elles manqua à son égard de toute retenue. Il s’enfuit aussitôt et fit tarir la source par sa prière. Les chrétiens du lieu vinrent ensuite demander pardon au saint, clergé en tête, et il obtint de Dieu que les eaux reprennent leur cours.

Dès lors, les habitants de la contrée prirent l’habitude de venir demander la bénédiction du saint ermite. Un jour d’hiver, un bédouin qui avait été accueilli par saint Dométien lui proposa de construire un abri, afin qu’il soit protégé des intempéries. Le saint refusa, mais la nuit suivante, une tempête de neige l’ensevelit jusqu’aux aisselles dans la crevasse où il dormait, et ce ne fut qu’après de fébriles recherches que le bédouin réussit à le dégager et à l’emporter dans sa tente pour le ranimer. Le saint étant resté trois années sur la montagne, exposé en plein air à l’ardeur du soleil et à toutes les intempéries, les fidèles des environs, voyant ses forces décliner, réussirent à le convaincre de se retirer dans une grotte qu’ils avaient creusée à son intention dans le roc. Il persévéra là dans la prière pendant de longues années, accueillant tous ceux qui venaient à lui, les guérissant au Nom du Christ de leurs maux corporels et spirituels, et convertissant de nombreux païens par son enseignement lumineux. L’empereur Julien l’Apostat étant venu à passer par cette région lors de la campagne contre les Perses, au cours de laquelle il devait trouver la mort (363), des hommes dépravés et jaloux de la réputation de saint Dométien le dénoncèrent au tyran comme un imposteur qui prétendait parler au nom de Dieu . Ils reçurent du souverain l’ordre d’appréhender le saint ermite et, se précipitant aussitôt vers sa retraite, ils l’y trouvèrent, en compagnie de deux enfants dont la naissance avait été obtenue par ses prières et que leurs parents avaient consacrés à Dieu. Ils leur commandèrent de se rendre sur la voie romaine pour honorer l’empereur à son passage, mais le saint ne leur prêta aucune attention, tout absorbé qu’il était dans la prière. Ils se ruèrent alors, tels des bêtes féroces, et le firent périr, lui et ses disciples, sous une nuée de pierres qui obstruèrent l’entrée de la grotte. L’endroit fut bientôt oublié, même par ceux qui avaient été les admirateurs du saint, et la grotte se couvrit de ronces. Deux ans plus tard, un des chameaux qu’un marchand avait laissé paître à l’écart de la route s’égara et se cassa la patte. Comme l’animal essayait de se traîner, il enfonça sa patte brisée dans l’ouverture de la grotte et fut aussitôt guéri. À l’occasion de ce miracle on débroussailla l’endroit et l’on découvrit les reliques de saint Dométien et de ses compagnons, qu’on transféra avec honneur dans une église voisine.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 Tropaire de la Transfiguration, ton 7

Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Tropaire de saint Dométien, ton 4

T’exerçant dans la montagne aux ascétiques combats, tu brisas l’assaut des ennemis sprirituels avec l’armure de la Croix; de même sur le stade tu luttas vaillamment pour abattre l’empereur apostat grâce au glaive de la foi; pour l’un et l’autre de ces exploits tu fus par Dieu couronné doublement, bienheureux Dométien, moine et martyr.

Kondakion de saint Dométien, ton 6

Méprisant les biens corruptibles et les terrestres pensées, tu devins pour les moines un sublime instructeur; et, sans craindre les menaces de l’empereur qui ne voulait reconnaître en Christ le vrai Dieu, tu acceptas la mort en chantant: Dieu est avec nous et nul ne peut rien contre moi.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4

Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

 

Évangile du jour

(Matth. XXI, 18-22)

Le matin, en retournant à la ville, il eut faim. Voyant un figuier sur le chemin, il s’en approcha; mais il n’y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi! Et à l’instant le figuier sécha. Les disciples, qui virent cela, furent étonnés, et dirent: Comment ce figuier est-il devenu sec en un instant? Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi et que vous ne doutiez point, non seulement vous feriez ce qui a été fait à ce figuier, mais quand vous diriez à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait. Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

22 juillet (ancien calendrier) / 4 août (nouveau)

22 juillet (ancien calendrier) / 4 août (nouveau)

Jour de jeûne

 Sainte Marie-Magdeleine, myrrhophore, égale aux apôtres (Ier s.) ; saint Panchaire, évêque de Besançon (vers 346) ; saint Wandrille, abbé de Fontenelle (668) ; saint Baudry, fondateur de l’abbaye de Montfaucon (VIIème s.) ; saint Ménélé, abbé en Auvergne (vers 720) ; saint Corneille de Péréyaslav (1693) ; nouveaux martyrs de Russie : Michel Nakariakov, prêtre (1918) ; Alexis Ilyinsky, prêtre (1931).

 

SAINTE MARIE MAGDELEINE, ÉGALE-AUX-APÔTRES[1]

Magdala (ou Magada ou Dalmanoutha), petit village de pêcheurs situé sur la rive occidentale du lac de Génésareth, à cinq kilomètres de la ville de Tibériade, était la patrie de sainte Marie Madeleine. Vierge fortunée, elle vécut dans la crainte de Dieu et l’observation de ses commandements, jusqu’au jour où elle se trouva possédée de sept démons (cf. Mc 16, 9 ; Lc 8, 2) . Affligée et ne pouvant trouver aucun répit, elle apprit que Jésus-Christ était parvenu dans la contrée, après avoir traversé la Samarie, et qu’Il attirait de grandes foules à sa suite, par ses miracles et son enseignement céleste. Pleine d’espoir, elle courut vers Lui et, ayant assisté au miracle de la multiplication des pains et des poissons, en nombre suffisant pour nourrir plus de quatre mille hommes (Mt 15, 30-39), elle alla se jeter aux pieds du Sauveur et lui demanda de la guider sur la voie de la vie éternelle. Ayant été délivrée de cette épreuve, elle renonça à ses biens et à tout attachement au monde pour suivre Jésus dans tous ses périples, avec les Apôtres, la Mère de Dieu et d’autres pieuses femmes qui s’étaient mises à son service après avoir été guéries par lui de diverses maladies : Marie, mère de Jacques le petit et de Joset ; Marie de Clopas ; Jeanne, femme de Chouza ; Suzanne, et Salomé, mère des fils de Zébédée. Lorsqu’Il eut rempli son ministère en Galilée, le Seigneur se dirigea vers Jérusalem, malgré les avertissements de ses proches. Marie Madeleine le suivit sans hésitation, et se lia d’amitié avec Marthe et Marie de Béthanie. Alors que le Seigneur venait de délivrer un possédé qui était muet, et affirmait qu’Il chassait les démons par l’Esprit de Dieu, une voix s’éleva de la foule et s’écria : Heureuses les entrailles qui t’ont porté, et les seins qui t’ont allaité ! (Lc 11, 27). Cette voix, suppose-t-on, était celle de Marie Madeleine. Elle était présente également lors de la résurrection de Lazare, et fut alors confirmée dans sa foi au Fils de Dieu. Tandis que les autres disciples avaient abandonné le Maître au moment de son arrestation, elle le suivit jusque dans la cour du grand prêtre puis au tribunal de Pilate, elle assista à son procès inique, à sa Passion et se tint auprès de la Croix, en compagnie de la Mère de Dieu et de saint Jean le Théologien (Jn 19, 25). Tout étant accompli et le sang du Sauveur ayant coulé de son côté pour purifier la terre, Marie, surmontant la douleur, prit l’initiative de son ensevelissement. Sachant que le noble conseiller, Joseph d’Arimathie [31 juil.], avait fait creuser près de là un tombeau neuf dans le roc, elle alla le trouver et le convainquit de céder ce sépulcre pour ensevelir le Crucifié. Encouragé par la foi résolue de cette femme, Joseph obtint l’autorisation de Pilate et, prenant avec lui Nicodème, le membre du Sanhédrin qui était disciple secret de Jésus, il descendit le corps de la Croix et le déposa dans un linceul pour le mettre au tombeau. Marie Madeleine ainsi que la Mère de Dieu assistaient à la scène, et elles élevèrent alors une hymne funèbre, accompagnée de larmes, dans lesquelles brillait cependant l’espoir de la résurrection . Une fois le tombeau fermé par une grosse pierre qu’on avait roulée à l’entrée, Joseph et Nicodème se retirèrent ; mais les deux saintes femmes restèrent assises, en pleurs en face du tombeau, jusque tard dans la nuit. En quittant l’endroit, elles décidèrent, sitôt le repos du sabbat expiré, de revenir au tombeau avec des aromates, pour embaumer une fois encore le corps du Sauveur (Mc 16, 1). Ayant donc observé le repos légal, au chant du coq, alors que le premier jour de la semaine commençait à peine à poindre, Marie Madeleine et l’« autre Marie »  vinrent au sépulcre. Un ange resplendissant leur apparut, accompagné d’un tremblement de terre, et leur annonça que Jésus ne se trouvait plus à l’intérieur, mais qu’Il était ressuscité (Mt 28, 1). Toutes troublées, elles ne prirent pas même le temps de regarder dans le tombeau et coururent porter la nouvelle aux Apôtres. Le Seigneur ressuscité leur apparut en chemin et les salua en disant : « Réjouissez-vous ! » Il convenait en effet qu’Il annonçât à une femme la délivrance de notre nature, déchue et condamnée à la souffrance à la suite de la faute d’Ève. En entendant leur récit, les Apôtres crurent qu’elles déliraient. Pierre, cependant, courut jusqu’au sépulcre et, se penchant, vit que seules les bandelettes s’y trouvaient, et il se retira tout perplexe. Le jour s’étant levé, Marie Madeleine se rendit pour la seconde fois sur les lieux, afin de vérifier si elle n’avait pas été victime d’une hallucination. Constatant que le tombeau était effectivement vide, elle alla l’annoncer derechef à Pierre et Jean, qui se rendirent en courant sur les lieux. Une fois les deux disciples repartis, elle resta seule près du tombeau, se demandant qui avait bien pu enlever le corps (Jn 20, 11). Deux anges vêtus de blancs apparurent alors à l’emplacement de la tête et des pieds du Seigneur, et lui demandèrent pourquoi elle pleurait. Comme elle leur répondait, les anges se levèrent soudain, avec respect. Marie se retourna et vit Jésus qui lui posa la même question. Le prenant pour le jardinier, elle demanda si c’était lui qui avait enlevé le corps. Mais dès que Jésus l’eut appelée par son nom : « Marie », reconnaissant la voix de son bien-aimé Seigneur, elle s’écria : « Rabbouni (Maître) !  » et voulut se jeter à ses pieds pour les baiser. Désirant l’attirer à une compréhension plus élevée de l’état dans lequel se trouvait son corps après la résurrection, Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car Je ne suis pas encore monté vers le Père ! » Et Il l’envoya annoncer à ses frères ce qu’elle avait vu. Devenue pour la troisième fois « apôtre des Apôtres », Marie Madeleine resta avec les disciples et la Mère de Dieu, partageant leur joie. Elle était probablement présente au Mont des Oliviers, lors de l’Ascension, tout comme dans la chambre haute, le jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit descendit sous forme de langues de feu (Act 2). On raconte que la sainte quitta ensuite Jérusalem, pour se rendre à Rome et y demander justice à l’empereur Tibère de la condamnation inique prononcée par Pilate . Se présentant devant l’empereur avec un œuf en main, elle lui déclara qu’après avoir souffert la Passion, le Christ était ressuscité, apportant à tous les hommes la promesse de la résurrection ; et l’œuf se teignit alors en rouge . Le souverain écouta sa requête et convoqua Pilate, ainsi que les grands prêtres Anne et Caïphe. Caïphe mourut en route, en Crète ; quant à Anne, il fut supplicié en étant enfermé dans une peau de buffle. Pilate, s’étant présenté au tribunal de l’empereur, essaya de se justifier en avançant les pressions exercées par les Juifs et le risque de rébellion contre l’autorité romaine. Mais César resta insensible à son apologie et le fit jeter en prison. On rapporte que, poursuivant un cerf au cours d’une partie de chasse, organisée non loin de la prison par des amis de Pilate, l’empereur décocha une flèche qui alla frapper Pilate en plein cœur. De retour à Jérusalem, Marie Madeleine suivit l’enseignement de saint Pierre. Quatre ans s’étant écoulés depuis la Résurrection, et les Apôtres s’étant dispersés dans diverses régions du monde, elle se joignit à saint Maxime, l’un des Soixante-Dix Disciples, pour aller prêcher la Bonne Nouvelle. Ils furent bientôt arrêtés par les Juifs et abandonnés, avec d’autres chrétiens, en pleine mer, sans nourriture, dans un bateau dépourvu de voile et de rames. L’embarcation fut cependant guidée par le Christ, le Pilote de notre Salut, jusqu’à Marseille, en Gaule . Ayant débarqué sains et saufs, les saints apôtres eurent à subir la faim, la soif et le mépris des habitants de l’endroit, païens forcenés qui ne leur procuraient aucun secours. Un jour que ces derniers s’étaient réunis pour un de leurs sacrifices impies, sainte Marie Madeleine se mêla courageusement à l’assemblée et les exhorta à reconnaître le seul Dieu, Créateur du ciel et de la terre. Émerveillés par son assurance et par l’éclat de son visage, les païens prêtèrent attention à ses paroles. Elle réitéra son discours devant le gouverneur romain de la province, Hypatios, qui était venu en compagnie de son épouse apporter une offrande aux idoles, afin d’obtenir une progéniture. D’abord réticent, Hypatios, à la suite de trois apparitions de la sainte, accueillit Marie et ses compagnons en son palais et demanda à être instruit de leur doctrine. Grâce à l’intercession de Marie, il obtint un enfant, mais sa femme mourut en le mettant au monde. Après un court séjour à Rome, Hypatios entreprit un pèlerinage à Jérusalem ; mais changeant soudain d’avis, il décida de retourner à l’endroit où il avait enseveli son épouse et l’enfant. Quelle ne fut pas sa stupeur de les retrouver vivants et d’apprendre qu’ils avaient survécu grâce aux prières et aux soins de sainte Marie Madeleine ! Rendant grâces à Dieu, le magistrat et toute sa maison se firent alors baptiser et devinrent de fervents proclamateurs de la Vérité. Quittant la Gaule, sainte Marie Madeleine continua ses périples missionnaires en Égypte, Phénicie, Syrie, Pamphylie et autres lieux, répandant partout la bonne odeur du Christ. Elle passa quelque temps à Jérusalem, puis partit pour Éphèse, où elle retrouva saint Jean le Théologien, partageant ses épreuves et jouissant de ses enseignements inspirés. Ayant rempli la mission que le Seigneur lui avait confiée, elle remit là son âme à Dieu, après une brève maladie, et fut ensevelie à l’entrée de la grotte, où s’endormirent ensuite les Sept Enfants [4 août]. De nombreux miracles se produisirent en cet endroit, jusqu’au jour où, presque dix siècles plus tard (899), le pieux empereur Léon VI le Sage ordonna de transférer les reliques de la sainte Égale-aux-Apôtres à Constantinople [4 mai.]. Il les reçut avec une grande dévotion, en présence de tout le peuple, et les portant sur ses épaules, aidé de son frère Alexandre, il alla les déposer dans la partie gauche du sanctuaire du monastère de Saint-Lazare, qu’il avait fondé. Survivant aux péripéties de l’histoire, la main gauche de la sainte Myrophore, qui exhale un suave parfum, est aujourd’hui vénérée au monastère athonite de Simonos Pétra, qui honore sainte Marie Madeleine comme sa seconde fondatrice.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 Tropaire de saint Marie Magdeleine, ton 1

Le Christ qui de la Vierge est né pour nous, Marie Madeleine, tu l’as suivi, gardant ses préceptes et ses lois; et nous qui célébrons ta mémoire sacrée, avec lui nous t’acclamons et te glorifions avec amour.

Kondakion de saint Marie Magdeleine, ton 4

Le Dieu suprême en ce monde venu, sainte Myrophore, dans la chair, en vraie disciple tu l’as aimé, portant sur lui tous les désirs de ton cœur; c’est pourquoi tu accomplis de nombreuses guérisons et, passée de terre vers les cieux, tu intercèdes pour le monde en tout temps.

Évangile DU JOUR

(Matth. XXI, 12-14 ; 17-20)

Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. Et il leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. Des aveugles et des boiteux s’approchèrent de lui dans le temple. Et il les guérit. Et, les ayant laissés, il sortit de la ville pour aller à Béthanie, où il passa la nuit. Le matin, en retournant à la ville, il eut faim. Voyant un figuier sur le chemin, il s’en approcha; mais il n’y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi! Et à l’instant le figuier sécha. Les disciples, qui virent cela, furent étonnés, et dirent: Comment ce figuier est-il devenu sec en un instant?

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

20 juillet (ancien calendrier) / 2 août (nouveau)

20 juillet (ancien calendrier) / 2 août (nouveau)

Jour de jeûne

Saint Élie, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Rorice, évêque de Limoges (507) ; sainte Sévère, abbesse (vers 680) ; saint Abraham de Galitch (1375) ; sainte Salomé de Jérusalem, martyre (XIIIème s.) ; saint Élie le juste de Géorgie, martyr (1907) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Constantin Slovtsov (1918), Alexandre Arkhangelsky, Georges Nikitine, Jean Stebline-Kamensky, Serge Gortinsky et Théodore Yakovlev, prêtres, moines Tikhon Kretchkov, Georges Pojarov, Cyrille Viaznikov et martyr Euthyme Gebenchtchikov et Pierre Viaznikov (1930) ; Alexis Znamensky, prêtre (1938) ; moine Théodore Abrosimov (1941).

 

Saint Prophète Élie[1]

Le saint et grand prophète Élie, cet ange dans la chair qui reçut de Dieu le pouvoir d’ouvrir et de fermer les cieux, était originaire de Theshbé en Galaad (auj. Listib au sud du wadi Yabis) . On raconte qu’au moment de sa naissance, son père vit des hommes vêtus de blanc l’envelopper de langes de feu et, lui attribuant son nom, ils lui donnèrent à manger une flamme, symbole du zèle divin qui allait le dévorer pendant toute sa vie. Dès son enfance, il observait rigoureusement tous les commandements de la Loi et se tenait en permanence devant Dieu par une virginité impassible, un jeûne permanent et une prière ardente, qui rendirent son âme comme le feu et firent de lui le modèle de la vie monastique.

Achab ayant accédé au trône du royaume du Nord, qui avait fait schisme depuis Jéroboam, porta à son comble l’impiété et la dépravation de ses prédécesseurs. Encouragé par sa femme, l’exécrable Jézabel, il persécutait les prophètes et tous les hommes qui restaient fidèles à Dieu, et s’adonnait au culte des faux dieux : Baal et Astarté. Le prophète Élie se rendit alors auprès du roi et lui déclara : « Il vit le Seigneur, Dieu des Armées, le Dieu d’Israël, devant lequel je me tiens aujourd’hui ! Non, il n’y aura, ces années-ci, ni rosée ni pluie, si ce n’est par une parole de ma bouche ! » À la parole du prophète, une terrible sécheresse s’abattit alors, comme une fièvre, sur la terre : tout fut desséché, dévasté, brûlé. Hommes, femmes, enfants, animaux domestiques et bêtes sauvages, tous mouraient faute de nourriture, les sources tarissaient, les plantes se flétrissaient, et rien n’échappait au fléau que Dieu avait permis, dans l’espoir que la famine porterait le peuple d’Israël au repentir et à la conversion.

Sur ordre de Dieu, le prophète, qui était vêtu d’une peau de mouton et d’un pagne de cuir, quitta le royaume d’Israël et se rendit au torrent de Chorrath (Kerrith), situé au-delà du Jourdain . Il s’abreuvait de l’eau du torrent et le Seigneur lui envoyait des corbeaux — animaux considérés comme impurs par les Juifs et réputés pour leur cruauté envers leur progéniture — pour lui apporter du pain au matin et de la viande le soir, incitant ainsi son prophète à la miséricorde envers le peuple souffrant . Quand le torrent vint à se tarir lui aussi, Dieu envoya son serviteur à Sarepta de Sidon, lui faisant observer au long de la route les effets désastreux de la sécheresse pour l’inviter, encore une fois, à la compassion. Il parvint chez une pauvre veuve païenne, qui était en train de ramasser du bois en vue de faire cuire du pain pour elle et son fils. Malgré la nécessité extrême dans laquelle elle se trouvait, elle mit avant toutes choses les devoirs de l’hospitalité, et dès que le prophète le lui demanda, elle prépara à son intention une galette, avec la farine et l’huile qui lui restait. Elle reçut sans retard la récompense de son hospitalité : à la parole du prophète sa jarre de farine et sa cruche d’huile ne désemplirent pas, jusqu’à ce que la pluie revînt. Élie était hébergé chez cette veuve depuis quelques jours, quand son fils vint à mourir. Comme la femme, dans sa douleur, accusait l’homme de Dieu d’avoir apporté le malheur sur sa maison, Élie prit l’enfant, le monta à l’étage où il demeurait et, après avoir soufflé à trois reprises sur le corps inanimé en invoquant à grands cris le Seigneur, il rendit le jeune garçon vivant à sa mère, prophétisant ainsi la résurrection des morts. La sécheresse affligeait la contrée depuis plus de trois ans, et une grande partie de la population avait déjà été décimée ; mais Dieu, respectant le serment de son prophète, ne voulait pas montrer sa miséricorde avant qu’Élie n’eût compris qu’Il ne désire pas la mort des pécheurs mais qu’ils se convertissent (cf. Éz 33, 11). Il envoya alors le prophète auprès du roi Achab, pour lui annoncer que le fléau allait bientôt cesser. Élie apparut devant le roi stupéfait de voir venir à lui, librement, celui qu’il avait fait rechercher partout, et il l’invita à rassembler tout le peuple d’Israël sur le mont Carmel, pour être témoin de sa confrontation avec les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes des bois sacrés entretenus par l’infâme Jézabel. Une fois cette grande assemblée réunie, Élie dit au peuple : « Jusques à quand boiterez-vous sur les deux jarrets ? Si le Seigneur est Dieu, allez à sa suite ! Si c’est Baal, allez à lui ! » Il prescrivit d’apprêter deux taureaux pour le sacrifice et de les placer sur le bûcher, mais sans allumer de feu, et il laissa les faux prophètes sacrifier les premiers. Ceux-ci invoquèrent à grands cris le dieu Baal, en se lacérant, de l’aube jusqu’au soir, mais en vain. Élie se moquait d’eux, les encourageant à crier plus fort, de peur que leur dieu ne fût endormi ou occupé à quelque autre affaire. Le soir venu, le prophète érigea un autel avec douze pierres, représentant les douze tribus d’Israël, creusa un large fossé autour de l’autel, sur lequel il avait placé le taureau dûment dépecé, et il ordonna de verser, à trois reprises, de l’eau en abondance sur la victime, de manière à ce qu’elle remplisse le fossé en débordant. Puis il poussa un grand cri vers le ciel, invoquant le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Aussitôt un feu tomba du ciel et dévora l’holocauste, le bois et l’eau. Le peuple entier tomba alors la face contre terre en criant : « Vraiment le Seigneur est le seul Dieu ! » Sur l’ordre d’Élie, on s’empara des faux prophètes, et l’homme de Dieu les égorgea de ses propres mains au torrent de Kisson. Il annonça ensuite à Achab que la sécheresse allait bientôt cesser, puis monta au sommet du Carmel et, se penchant vers la terre, la tête entre les genoux et l’intelligence rassemblée dans son cœur, il se mit en prière. À sept reprises, il envoya son serviteur observer l’horizon, en direction de la mer, et la septième fois un petit nuage apparut, le ciel s’obscurcit et la pluie tomba en abondance, répandant sur la terre la bénédiction céleste. Quand la reine Jézabel apprit le massacre de ses prophètes, elle entra dans une terrible colère et jura de se venger. Élie, qui n’avait pas craint la foule des faux prophètes, fut abandonné par la grâce de Dieu et, gagné par la pusillanimité, il s’enfuit à Bersabée dans la terre de Juda. Épuisé par sa marche dans le désert, il s’assit à l’ombre d’un arbre et demanda à Dieu de reprendre sa vie. Un ange du Seigneur lui apparut alors, et lui présenta une galette de pain et une cruche d’eau. Revigoré par cette assistance divine, il put marcher quarante jours dans le désert, jusqu’à la montagne de Dieu, l’Horeb . Il entra dans le creux du rocher où Moïse s’était jadis caché, et Dieu lui adressa, de nuit, la parole. Élie répondit : « Je suis rempli de zèle jaloux pour le Seigneur tout-puissant, car les fils d’Israël ont abandonné ton alliance, abattu tes autels et tué tes prophètes ; et je suis resté tout seul et ils cherchent à m’enlever la vie. » Dieu lui ordonna de sortir et de se tenir sur la montagne pour le voir. Il y eut alors un violent ouragan qui fendit les montagnes et brisa les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ; et après le tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans le feu. Après le feu, on perçut le bruit d’une brise légère. Dès qu’il l’entendit, Élie se voila la face de son manteau et se tint sous la grotte, car Dieu était dans la brise légère . Le Seigneur lui affirma que, loin d’être le seul juste, sept mille autres Israélites n’avaient pas fléchi les genoux devant Baal, et Il lui ordonna de s’en retourner par le même chemin conférer l’onction royale à Hazaèl, comme roi de Syrie, et à Jéhu, comme roi d’Israël, puis d’oindre Élisée pour successeur. Ayant trouvé Élisée occupé à labourer avec douze paires de bœufs, Élie jeta sur lui son manteau et fit de lui son disciple [14 juin]. Le roi Achab continuait cependant à commettre des actes d’impiété, et il s’était accaparé la vigne de Nabot d’Yizréel, en le faisant mourir sur le conseil de Jézabel. Le prophète Élie, qui était resté dans le silence pendant quelque temps, fut envoyé par le Seigneur à Samarie et dit au roi : « À l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Nabot, les chiens laperont ton sang à toi aussi, et les prostituées se vautreront dans ton sang. » Il ajouta que le malheur allait s’abattre sur toute la maison d’Achab et que les chiens dévoreraient le corps de Jézabel sur l’avant-mur d’Yizréel. À ces mots, le roi fut saisi de componction : il déchira ses vêtements, se revêtit d’un sac et observa un jeûne. Le Seigneur regarda avec faveur son repentir et annonça par son prophète qu’Il ne donnerait libre cours à sa colère que sous le règne de son fils. Achab mourut peu après, et son fils Ochozias, homme superstitieux, prit le pouvoir. Étant tombé malade, il envoya des messagers en quête d’un oracle auprès de Baal Zéboud à Éqron (Akkaron). Le prophète Élie se présenta devant les messagers, annonçant que le roi ne se relèverait pas. Quand ils transmirent ce message, en donnant la description du prophète, le roi, comprenant qu’il s’agissait d’Élie, envoya une troupe de cinquante hommes pour l’arrêter. Mais à deux reprises, sur l’injonction du prophète, un feu descendit du ciel et dévora les soldats. Le troisième officier, l’ayant supplié de l’épargner, Élie obtempéra et se rendit auprès du roi, lui annonçant de vive voix qu’il allait périr, parce qu’il avait eu recours aux faux dieux. Ochozias mourut effectivement peu de jours après, et son frère Joram devint roi d’Israël. Pendant les douze années de son règne, il fit supprimer le culte de Baal, mais ne mit pas fin au péché de Jéroboam, qui avait provoqué le schisme dans le peuple de Dieu et avait encouragé l’idolâtrie. C’est pourquoi Dieu fit venir le malheur sur sa maison et réalisa la prophétie prononcée par Élie au temps d’Achab : Jéhu s’empara du pouvoir, à la suite d’une conspiration contre Joram et, entrant dans la ville d’Yizréel, il fit mettre à mort Jézabel en la précipitant du haut d’une fenêtre. Son sang éclaboussa le mur et les chiens dévorèrent son corps avant qu’on n’ait pu l’ensevelir. Au bout de quinze ans de ministère prophétique, ayant accompli la mission que Dieu lui avait confiée, Élie se rendit de Galgal à Béthel, accompagné d’Élisée qui refusait de quitter son maître. De là, ils se rendirent à Jéricho. Arrivé sur la rive du Jourdain, Élie prit son manteau de peau de mouton, le roula et frappa les eaux, qui se divisèrent pour les laisser passer à pied sec. Élisée lui ayant demandé de recevoir double part de son esprit prophétique, Élie répondit : « Si tu me vois pendant que je serai enlevé au ciel, il en sera ainsi pour toi. »  Alors qu’ils marchaient ainsi dans le désert en devisant, un char de feu tiré par des chevaux flamboyants apparut entre eux. Élie monta dans le char et fut emporté comme au ciel , dans un tourbillon, tandis qu’Élisée criait : « Père, père, char d’Israël et son attelage ! » Il saisit le manteau du prophète, qui était tombé sur lui, et frappant les eaux à deux reprises, il put traverser le Jourdain, salué par les fils des prophètes qui criaient : « L’esprit d’Élie s’est reposé sur Élisée ! »   En étant ainsi enlevé dans les hauteurs avec son corps, le prophète Élie préfigurait l’Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, et par l’envoi de son manteau sur son disciple, il annonçait la descente du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte. Représentant éminent de l’ordre prophétique et parvenu par son zèle au sommet de la vertu, Élie fut jugé digne de voir, face à face, la gloire du Dieu incarné, en compagnie de Moïse et des trois Apôtres, le jour de la Transfiguration (cf. Mt 17), qui annonçait le Second Avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. En descendant du Thabor, les disciples demandèrent au Seigneur si Élie devait venir avant la résurrection des morts pour rétablir toutes choses, comme l’enseignent les prophètes (Mal  3, 23). Le Christ leur répondit : « Élie est déjà venu, et ils ne l’ont pas reconnu, mais l’ont traité à leur guise », en faisant allusion à saint Jean-Baptiste qui était venu préparer sa venue, avec l’esprit et la puissance d’Élie (Lc 1, 17). De même que Jean fut le Précurseur du premier avènement dans la chair du Fils de Dieu, ainsi Élie sera, croit-on, le précurseur de son second et glorieux Avènement, à la fin des temps .

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du prophète Élie , ton 4

L’ange dans la chair, le glorieux Élie, le socle des prophètes divins, le second précurseur de la venue du Christ, celui qui du ciel envoie la grâce sur Elisée, chasse au loin les maladies et purifie les lépreux; sur ceux qui le vénèrent il fait jaillir les guérisons.

Kondakion du prophète Élie, ton 2

Prophète au nom sublime, saint Elie, toi qui vis d’avance les hauts faits de notre Dieu et soumis à ta parole les nuées porteuses de pluie, auprès du seul Ami des hommes intercède pour nous tous.

Évangile DU JOUR

(Lc IV, 22-30)

Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph? Jésus leur dit: Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm. Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. Je vous le dis en vérité: il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d’Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu’il y eut une grande famine sur toute la terre; et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d’elles, si ce n’est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon. Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d’Élisée, le prophète; et cependant aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien. Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu’ils entendirent ces choses. Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas. Mais Jésus, passant au milieu d’eux, s’en alla.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

19 juillet (ancien calendrier)  / 1er août (nouveau)

19 juillet (ancien calendrier)  / 1er août (nouveau)

Sainte Macrine, sœur de saint Basile le Grand (380) ; saint Die d’Antioche, thaumaturge (vers 430) ; saint Théodore, évêque d’Edesse (IXème siècle) ; saint Romain, prince de Riazan (1270) ; saint Païssios des Grottes de Kiev (XIVème s.) ; saints Étienne, prince de Serbie (1427) et sa mère Militsa (1405) ; invention des reliques de saint Séraphim de Sarov (1903).

 

Sainte Macrine[1]

Sœur de saint Basile [1er janv.] et de saint Grégoire de Nysse [10 janv.] , sainte Macrine était l’aînée des dix enfants de cette famille de saints. Au moment de sa naissance (327), un mystérieux personnage était apparu à sa mère à trois reprises, lui ordonnant de donner à l’enfant le nom de sainte Thècle, première-martyre et modèle des vierges chrétiennes [24 sept.]. Elle garda toutefois ce nom secret, et l’enfant reçut le nom de sa grand-mère, Macrine l’Ancienne, qui avait été disciple de saint Grégoire le Thaumaturge [17 nov.], et avait vécu dans les forêts du Pont au temps de la Grande Persécution. Sa mère se préoccupa de l’instruire, non dans la culture profane et les choses frivoles communes aux gens de sa condition, mais dans tout ce qui, dans l’Écriture inspirée, convenait à son âge et à sa formation morale, en particulier le livre de la Sagesse et les Proverbes. Les psaumes de David l’accompagnaient dans toutes ses activités : en se levant, en se mettant au travail, en le terminant, au début et à la fin du repas, avant de se coucher et en se levant la nuit pour prier. Lorsqu’elle eut douze ans, sa beauté ne pouvant rester cachée, son père la fiança à un jeune homme de qualité et de bonne réputation, qui venait de terminer ses études, et qui avait promis d’attendre que Macrine eût atteint l’âge convenable pour l’épouser. Cependant celui-ci fut bientôt emporté par Dieu avant l’union, ce qui permit à la sainte de réaliser son désir secret : vivre dans la virginité pour chercher Dieu. De nombreux prétendants se présentèrent, mais Macrine préférait se considérer comme veuve, sans même avoir goûté aux joies et plaisirs de la vie conjugale. À cause de son espérance en la résurrection, elle estimait en effet que son époux était parti en voyage. Se séparant donc de tout lien avec le monde, elle demeura avec sa mère, se mettant à son service pour toutes les tâches domestiques, mêmes celles qui étaient alors réservées aux esclaves, et l’assistant également dans l’éducation de ses frères et sœurs. Après la mort de son père (341), elle assuma elle-même la gestion de leurs grands domaines, situés dans le Pont, en Cappadoce et en Arménie, et, par son exemple, elle invita sa mère à se tourner vers les biens incorruptibles : la contemplation de Dieu et la vraie philosophie. Elles menaient ensemble la vie ascétique, s’adonnaient à la lecture et à la méditation des Écritures, et Macrine était pour tous à la fois protectrice, pédagogue et modèle de vertu. Une fois libérée de l’éducation de ses enfants, Emmélie répartit entre eux ses biens et transforma la demeure familiale d’Annisa  en monastère. Elles firent de leurs servantes des compagnes d’ascèse, et Macrine réussit à convaincre Basile, qui rentrait d’Athènes après de brillantes études, de renoncer à une carrière prometteuse de rhéteur pour embrasser la vie évangélique. À côté du monastère de femmes, qui grandissait par l’addition de veuves de nobles familles, se forma une communauté masculine, dirigée par le plus jeune frère de Macrine, Pierre, futur évêque de Sébaste. Saint Naucrace [8 juin] s’était retiré dans un ermitage — qu’occupera ensuite saint Basile — sur la rive opposée de l’Iris, et subvenait aux besoins de pauvres vieillards par les produits de sa chasse. Délivrées de l’enchaînement aux nécessités du corps et des préoccupations de cette vie, Macrine et ses compagnes menaient dans leur retraite une vie aux confins de la nature humaine et de la nature angélique. On ne voyait chez elles ni colère, ni envie, ni haine, ni arrogance, ni rien de semblable ; tout désir d’honneur ou de gloire était banni. Leur plaisir était la tempérance, leur gloire de n’être connues de personne, leur fortune, de ne rien posséder. Elles vivaient du travail de leurs mains, mais restaient exemptes de préoccupations, car leur travail véritable consistait en la méditation des réalités divines, la prière incessante et le chant ininterrompu des psaumes et des hymnes. Il n’y avait pour elles aucune différence entre la nuit et le jour : car la nuit, elles se montraient actives dans les œuvres de lumière, alors que leur journée imitait le repos nocturne par l’absence de trouble de leur vie. Affiné par l’ascèse, le corps de sainte Macrine était tel qu’il le sera lors de la résurrection. Elle versait des larmes à la mesure de sa boisson et tous ses sens étaient consacrés aux choses de Dieu, de sorte que, légère, elle cheminait dans les hauteurs avec les Puissances célestes. L’application à la vraie Philosophie selon le Christ, par la crucifixion de toutes les convoitises de la chair, lui permit de croître sans cesse en vertu jusqu’au sommet de la perfection. Un jour une tumeur s’attaqua au sein de Macrine. Malgré les supplications de sa mère, elle refusa de recevoir les soins d’un médecin, jugeant que dévoiler aux yeux d’un homme une partie de son corps serait plus fâcheux encore que ce mal. Elle passa la nuit en prière dans l’église et oignit sa plaie de la boue faite par ses larmes. Au matin, elle demanda à Emmélie de tracer le signe de croix sur son sein, et l’abcès disparut, ne laissant qu’une petite cicatrice. Elle avait atteint une telle impassibilité par son application aux choses de Dieu, qu’à la mort de Naucrace, survenue au cours d’un accident de chasse, elle fut pour sa mère et tout le reste de la famille un modèle de maîtrise de soi et de foi en la vie éternelle. Dans les deuils successifs qui frappèrent la communauté, elle montra une même grandeur d’âme, inébranlable comme un athlète exposé aux coups, tant devant la couche funèbre d’Emmélie, que lorsque saint Basile, le soleil de l’Orthodoxie, s’endormit (379). Et, si elle fut alors affligée, ce fut moins pour la perte d’un frère, que de voir l’Église privée de son maître et de son soutien. Pendant la famine qui frappa la Cappadoce, en 368, le monastère d’Annisa devint une véritable ville de la charité, le refuge et la consolation de toute la population d’alentour, et par la prière de la sainte les réserves de grain, qu’on distribuait à tous les nécessiteux, se renouvelèrent miraculeusement. Peu de temps après le décès de saint Basile, saint Grégoire de Nysse apprit que sa sœur était tombée gravement malade et il lui rendit visite au monastère après neuf ans d’absence. Il la trouva étendue sur une planche, abattue par la fièvre, mais gardant son esprit libre dans la contemplation des biens célestes, de telle sorte qu’il en rafraîchissait son corps comme par une rosée. Alors qu’ils se rappelaient le souvenir du grand Basile, au lieu de se lamenter, la sainte profita de cette occasion pour disserter longuement sur la nature de l’homme, le sens de la création, l’âme et la résurrection des corps . Sur tous ces sujets, son discours s’écoulait comme l’eau d’une source, facilement et sans obstacle. Jusqu’au dernier instant, elle ne cessa de deviser en philosophe sur ce qui avait fait l’objet de son choix : l’amour de l’Époux invisible, qu’elle se hâtait de rejoindre, sans qu’aucun attachement à cette vie ne puisse la retenir. Quand elle sentit la fin approcher, elle cessa de s’adresser à ceux qui se tenaient près d’elle et, les yeux tournés vers l’orient, étendant les mains vers Dieu, elle murmura cette prière : « Seigneur, c’est toi qui as fait disparaître pour nous la crainte de la mort. C’est toi qui as fait pour nous du terme de la vie d’ici-bas, le commencement de la vie véritable. C’est toi qui donnes à nos corps le repos pour quelque temps et qui nous réveilleras à nouveau au son de la trompette dernière. C’est toi qui laisses à la terre en dépôt le limon que tes mains ont façonné, pour venir reprendre ce que tu as donné, en transformant par l’immortalité et la beauté ce qui en nous est mortel et difforme. C’est toi qui nous as délivrés de la malédiction et du péché, en devenant pour nous l’un et l’autre. C’est toi qui as brisé la tête du dragon qui précipita l’homme dans l’abîme de la désobéissance, en le saisissant par le cou. C’est toi qui nous as ouvert la route de la résurrection après avoir fracassé les portes de l’enfer et as réduit à l’impuissance celui qui régnait sur la mort. C’est toi qui as donné à tous ceux qui te craignent le signe de la sainte Croix, pour anéantir l’Adversaire et donner la sécurité à notre vie. Ô Dieu éternel ! Vers qui je me suis élancée dès le sein de ma mère, toi que mon âme a aimé de toute sa force, toi à qui j’ai consacré ma chair et mon âme depuis ma jeunesse et jusqu’à cet instant, place auprès de moi un ange de lumière qui me conduise par la main au lieu du rafraîchissement, là où se trouve l’eau du repos, dans le sein des saints Pères. Toi qui as brisé la flamme de l’épée de feu et rendu au Paradis le Larron qui était crucifié avec toi et qui s’en était remis à ta miséricorde, souviens-toi aussi de moi dans ton Royaume, car moi aussi j’ai été crucifiée avec toi, j’ai cloué ma chair par ta crainte et j’ai été saisie de crainte à cause de tes préceptes. Ne me sépare pas de tes élus par un abîme infranchissable. Que le Jaloux ne se dresse pas contre moi sur mon chemin, et que mon péché ne soit pas placé devant tes yeux si, à cause de la faiblesse de notre nature, je suis tombée dans le péché par pensée, par parole ou par action. Toi qui as sur la terre le pouvoir de remettre les péchés, remets-les moi, afin que je reprenne haleine et qu’une fois séparée de ce corps, je paraisse devant toi, l’âme irréprochable et immaculée, comme l’encens devant ta face » .

À ces mots, la sainte traça le signe de croix sur ses yeux, sa bouche et son cœur. Elle assista en silence à l’office du soir, puis cessa dans un grand soupir tout à la fois sa prière et sa vie. Au cours des funérailles, présidées par saint Grégoire, auxquelles assistait une foule immense, la beauté spirituelle de sainte Macrine rejaillissait de manière éclatante sur son corps, qui avait été paré comme celui d’une fiancée. Accompagnée du chant des hymnes, comme pour les fêtes des martyrs, elle fut ensevelie à Ibora, dans le tombeau où reposaient ses parents, en l’église des Quarante-Martyrs.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire de sainte Macrine, ton 3

L’amour de la sagesse ayant donné des ailes à ton esprit, sagement tu t’élevas au-dessus des mondaines voluptés et tu fus la charmante demeure du savoir divin; toi qui, par l’ascèse et la perfection de tes vertus, devins une illustre épouse du Sauveur, prie-le pour qui te chante: Réjouis-toi, Macrine, sainte porteuse du Seigneur notre Dieu.

Tropaire de saint Séraphim, ton 4

Dès ta jeunesse tu as aimé le Christ, Bienheureux, et, désirant avec ardeur ne servir que lui seul, au désert tu excellas dans le travail et la prière continue; par la tendresse de ton cœur tu as acquis l’amour du Christ et plus que tous tu as chéri la Mère de Dieu; c’est pourquoi nous te chantons: vénérable Père Séraphim, que tes prières nous obtiennent le salut.

Kondakion de sainte Macrine, ton 4

Tu as aimé de tout ton cœur, vénérable Macrine, le Dieu de bonté et, prenant sur tes épaules sa croix, avec amour tu l’as suivi pour trouver la rémission des péchés.

 

Kondakion de saint Séraphim, ton 8

Ayant délaissé les attraits du monde et tout ce qui se corrompt, tu as élu demeure au monastère de Sarov et, par l’angélique vie que tu menas, pour beaucoup tu fus le chemin vers le salut; c’est pourquoi le Christ t’a glorifié en t’accordant le don des guérisons et des miracles; aussi nous te chantons: Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

 

Évangile DU JOUR

(Lc VI, 17-23)

Il descendit avec eux, et s’arrêta sur un plateau, où se trouvaient une foule de ses disciples et une multitude de peuple de toute la Judée, de Jérusalem, et de la contrée maritime de Tyr et de Sidon. Ils étaient venus pour l’entendre, et pour être guéris de leurs maladies. Ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient guéris. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous. Alors Jésus, levant les yeux sur ses disciples, dit: Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous! Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie! Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu’on vous chassera, vous outragera, et qu’on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme! Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez d’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans le ciel; car c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

30 juillet

30 juillet

Saints Silas, Sylvain, Crescent, Epénète et Andronique, apôtres (Ier s.) ; saints hiéromartyr Polychronios, évêque de Babylone en Mésopotamie, hiéromartyrs prêtres Parmenios, Elimas et Chrysotelos, et les diacres Luc et Mocios, et martyrs Maxime et Olympios (251) ; saints Abdon et Sennen, nobles persans, martyrs à Rome (vers 275) ; saint Ours, évêque d’Auxerre (508) ; saint Sylvain d’Anjou (VIème s.) ; sainte Angéline de Serbie (XVIème s.) ; saint hiéromartyr Jean Plotnikov, diacre (1918) ; saint Anatole d’Optino (1922).

Saints Silas, Sylvain, Crescent, Epénète et Andronique, apôtres [1]

Ces saints apôtres faisaient partie du collège des Soixante-Dix Disciples [4 janv.]. Notable de l’Église de Jérusalem, se distinguant pour son don prophétique, saint Silas fut envoyé avec saints Paul et Barnabé pour confirmer les chrétiens d’Antioche (Act 15, 22, 27, 32). Quand Paul entreprit son second voyage missionnaire (50-52), il prit Silas pour compagnon (Act 15, 40). Ils parcoururent ensemble la Syrie, la Cilicie, la Lycaonie, la Phrygie, la Galatie et la Mésie, avant d’arriver à Troas. Passant de là en Macédoine, Silas fut traîné devant le tribunal et emprisonné avec Paul ; mais quand on apprit qu’ils étaient tous deux citoyens romains, on les libéra en leur faisant des excuses (16, 37). Ils allèrent ensuite annoncer la Bonne Nouvelle à Thessalonique et à Bérée, où Silas demeura avec saint Timothée, pour affermir dans la foi les nouveaux convertis, tandis que Paul poursuivait son voyage vers Athènes. Ils se retrouvèrent tous les trois à Corinthe, où ils prêchèrent le Christ Jésus, Fils de Dieu (2 Cor 1, 19). La tradition ecclésiastique rapporte qu’il devint évêque de Corinthe, où il s’employa à faire appliquer les prescriptions contenues dans les lettres envoyées par saint Paul pour corriger les Corinthiens et les édifier dans la charité. Ayant ainsi beaucoup peiné dans sa charge, il partit en paix vers le Seigneur.

Saint Silvain  devint, dit-on, évêque de Thessalonique. Il affronta de nombreux et continuels dangers pour préserver la foi, car les habitants de Thessalonique étaient habiles dans les sophismes et les contorsions du langage. Après avoir mené le Bon Combat, il s’endormit en paix. Le saint apôtre Épénète est mentionné par saint Paul comme prémices de l’Asie (Rm 16, 5), c’est-à-dire de la région d’Éphèse. La tradition ecclésiastique rapporte cependant qu’il devint ensuite évêque de Carthage  et qu’il subit de nombreuses épreuves et tribulations de la part des païens habitant cette région. Sa patience et sa parole de feu réussirent toutefois à en amener un grand nombre à la connaissance de la vérité, et il remit en paix son âme à Dieu après avoir dignement rempli sa mission. Saint Crescens était lui aussi disciple de saint Paul, et il se trouve mentionné par lui comme étant envoyé en Galatie (2 Tim 4, 10). Il devint, dit-on, évêque de Chalcédoine, et montra la lumière de la Vérité à un grand nombre de païens plongés dans les ténèbres. Après avoir condamné le péché dans sa propre chair et avoir délivré quantité d’âmes de la perdition en leur enseignant la foi et la conduite évangélique, il s’endormit à son tour dans le Seigneur.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche, 7ème ton

Tu as détruit la mort par Ta Croix, Tu as ouvert le paradis au larron,  Tu as transformé le pleur des myrophores, et ordonné à Tes Apôtres de prêcher que Tu es ressuscité,  Christ Dieu, accordant au monde la grande miséricorde.

 Tropaire des saints apôtres, ton 4

Les divins Apôtres ayant comme cieux faient resplendir la gloire de celui qui sur terre s’est réduit à néant, d’une même voix chantons-les: c’est, avec Epénète et Crescent, Silas, Andronique et Silvain; auprès du Christ ils intercèdent pour notre salut.

Kondakion des saints apôtres, ton 4

De cette vigne qu’est le Christ vous êtes devenus les sarments, sages disciples qui portiez comme raisins les vertus, et vous avez distillé le vin du salut, dont nous avons bu, comblés de joie, nous qui fêtons votre mémoire sacrée; en ce jour, pour la rémission de nos péchés intercédez, saints Apôtres du Seigneur.

 

Kondakion du dimanche, 7ème ton

Désormais l’empire de la mort ne peut retenir les mortels, car le Christ y est descendu pour briser et défaire sa puissance. L’enfer est enchaîné, les prophètes jubilent, disant d’une seule voix : « Il est venu, le Sauveur, pour ceux qui ont la foi ; fidèles, allez à la rencontre de la Résurrection ! »

 

Évangile DU JOUR

(Matth. XIV, 14-22)
Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades. Le soir étant venu, les disciples s’approchèrent de lui, et dirent: Ce lieu est désert, et l’heure est déjà avancée; renvoie la foule, afin qu’elle aille dans les villages, pour s’acheter des vivres. Jésus leur répondit: Ils n’ont pas besoin de s’en aller; donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent: Nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons. Et il dit: Apportez-les-moi. Il fit asseoir la foule sur l’herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule. Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants. Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté, pendant qu’il renverrait la foule.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

28 juillet

28 juillet

Jour de jeûne

Saints Prochore, Nicanor, Timon et Parménas, diacres, apôtres (Ier s.) ; saint Julien, martyr en Campanie (Iième s.) ; saint Eustache, martyr à Ancyre (vers 316) ; saint Acace, martyr en Syrie (vers 320) ; saint Pérégrin, prêtre à Lyon (IIème s.) ; saint Camélien, évêque de Troyes (536) ;  saint Leubace, abbé de Sennevrières (540) ; saint Samson évêque de Dol en Bretagne (565) ; sainte Irène de Cappadoce, qui pratiqua l’ascèse au monastère de Chrysovalanton (IXème siècle) ; saint Paul de Xiropotamou, moine, fondateur de monastères au Mont-Athos (Xème s.) ; saint Moïse, thaumaturge des Grottes de Kiev (XIIIème-XIVème s.)  saint Pitrim, évêque de Tambov (1698) ; saint néomartyr David d’Alep (1660) ; saint néomartyr Christodule de Cassandra (1777) ; saints néomartyrs de Russie : Nicolas Ponomarev, diacre (1918) ; moine Basile Erekaev, moniales Anastasie Kamaïev et Hélène Astachine, Arètha Eremkine, Jean Lomakine, Jean Selmanov, Jean Milechime et martyre Maure Moïseev (1937).

 

Saints Prochore, Nicanor, Timon et Parménas, diacres, apôtres [1]

Ces saints étaient disciples des Douze Apôtres, et furent comptés au nombre des Soixante-Dix Disciples [4 janv.]. Comme le rapporte saint Luc dans les Actes des Apôtres (6, 5) : hommes de bonne réputation et remplis de l’esprit de sagesse, ils furent choisis comme diacres, avec saint Étienne [27 déc.], pour assurer le service matériel de la communauté apostolique. Lorsqu’ils cessèrent de servir les veuves et les pauvres de Jérusalem, Prochore partit pour proclamer la Bonne Nouvelle, en se mettant au service du Disciple bien-aimé, saint Jean le Théologien. C’est à lui que saint Jean dicta son Évangile, ses Lettres et l’Apocalypse, et ils subirent ensemble toutes sortes d’épreuves et de tribulations pour le Nom du Christ [26 sept.]. Après le départ de saint Jean pour le ciel, Prochore devint, dit-on, évêque de Nicomédie. Il se chargea là de corriger les habitants qui étaient esclaves de leurs passions. Avec persévérance et douceur, il leur enseignait à ne pas soumettre le supérieur à l’inférieur, c’est-à-dire l’âme au corps, mais au contraire à gouverner le corps par l’usage de la droite raison et par le jugement sain de l’âme purifiée par le repentir. C’est dans cette tâche que le bienheureux termina sa vie terrestre et alla rejoindre saint Jean dans l’assemblée des Premiers-nés. Saint Nicanor, lui, remit son âme à Dieu le jour même où son compagnon dans le diaconat, saint Étienne, était lapidé par les Juifs. Il convenait en effet que ces deux bienheureux, unis par l’amour du Christ, trouvent leur repos le même jour. Saint Parménas assura toute sa vie le service des Apôtres, et devint ainsi agréable au Christ et à ses saints. Il remit son âme à Dieu, à la suite d’une maladie, et fut enterré par les Apôtres. Saint Timon subvenait également aux besoins des Apôtres, en compagnie de saint Étienne. Il fut ensuite consacré évêque de Bostra en Arabie . Il y mena un combat surhumain pour la prédication de la Bonne Nouvelle et amena un grand nombre de païens à la foi. Certains barbares, rendus furieux par ses succès, s’emparèrent de lui, le flagellèrent et le firent périr par le feu.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints Apôtres, ton 4

Pour accompagner les Apôtres du Christ et servir la sainte assemblée vous fûtes choisis par suffrage divin: Prochore, Parménas, Nicanor et Timon, priez le Seigneur de nous accorder le pardon.

 Kondakion des saints Apôtres, ton 1

Avec foi vous vous êtes montrés de saints diacres, les témoins du Verbe, ses vases d’élection, Prochore, Nicanor, Parménas et Timon; c’est pourquoi nous fêtons en ce jour votre mémoire sacrée, dans l’allégresse du cœur vous disant bienheureux.

 

Évangile DU JOUR

(Matth. XVII, 10-18)
Les disciples lui firent cette question: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Élie doit venir premièrement? Il répondit: Il est vrai qu’Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu’Élie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l’homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu’il leur parlait de Jean Baptiste. Lorsqu’ils furent arrivés près de la foule, un homme vint se jeter à genoux devant Jésus, et dit: Seigneur, aie pitié de mon fils, qui est lunatique, et qui souffre cruellement; il tombe souvent dans le feu, et souvent dans l’eau. Je l’ai amené à tes disciples, et ils n’ont pas pu le guérir. Race incrédule et perverse, répondit Jésus, jusques à quand serai-je avec vous? jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi ici. Jésus parla sévèrement au démon, qui sortit de lui, et l’enfant fut guéri à l’heure même.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

13 juillet (ancien calendrier) / 26 juillet (nouveau)

13 juillet (ancien calendrier) / 26 juillet (nouveau)

Jour de jeûne

Synaxe de l’archange Gabriel ; saint Étienne le sabaïte, thaumaturge (794) ; saint Julien, évêque du Mans (Ier s.) ; saint martyr Marcien d’Iconium (258) ; saint Sérapion, martyr en Macédoine (II-IIIème s.) ; saint Thuriau, évêque (750).

SAINT ARCHANGE GABRIEL[1]

Depuis l’origine, et tout au long de l’histoire de notre salut, ce prince des Puissances incorporelles fut pour nous, hommes, l’Ange de la miséricorde et de la bienveillance divines. Être de feu, dégagé de toute altération et consacré en permanence à la contemplation de la gloire divine, l’Archange Gabriel a été désigné par le Seigneur comme serviteur chargé d’un ministère et envoyé en service pour ceux qui doivent hériter le salut (Hb 1, 14). Selon saint Proclos de Constantinople, son nom, qui peut être interprété comme « Dieu et homme », le vouait à annoncer tous les mystères qui ont concouru à la préparation de l’Incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. Le sommet et le terme de sa mission fut donc le : Réjouis-Toi ! qu’il annonça à la Mère de Dieu et qui est devenu la formule de louange et d’action de grâces de tous ceux qui ont, grâce à lui, hérité le Salut et s’efforcent d’imiter sur la terre le mode de vie des anges. 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint Archange Gabriel, ton 4

Saint Archange des spirituelles armées, archistratège Gabriel, brillamment tu reçois l’illumination de la divine Trinité; à l’abri de tout malheur ou péril garde-nous donc sains et saufs, nous qui te vénérons avec foi et célébrons tes merveilles de tout cœur.

Kondakion du saint Archange Gabriel, ton 2

Dans les ceux contemplant la gloire de Dieu et sur terre faisant descendre la grâce d’en haut, toi le prince des Anges, Gabriel, serviteur de la divine gloire et protecteur des mortels, sauvegarde les fidèles te chantant: Si tu viens à notre aide, nul ne peut rien contre nous.

 

Évangile DU JOUR

(Lc X, 16-21)
Celui qui vous écoute m’écoute, et celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé. Les soixante-dix revinrent avec joie, disant: Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. Jésus leur dit: Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. En ce moment même, Jésus tressaillit de joie par le Saint Esprit, et il dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

 

22 juillet

22 juillet

Sainte Marie-Magdeleine, myrrhophore, égale aux apôtres (Ier s.) ; saint Panchaire, évêque de Besançon (vers 346) ; saint Wandrille, abbé de Fontenelle (668) ; saint Baudry, fondateur de l’abbaye de Montfaucon (VIIème s.) ; saint Ménélé, abbé en Auvergne (vers 720) ; saint Corneille de Péréyaslav (1693) ; nouveaux martyrs de Russie : Michel Nakariakov, prêtre (1918) ; Alexis Ilyinsky, prêtre (1931).

SAINTE MARIE MAGDELEINE, ÉGALE-AUX-APÔTRES[1]

Magdala (ou Magada ou Dalmanoutha), petit village de pêcheurs situé sur la rive occidentale du lac de Génésareth, à cinq kilomètres de la ville de Tibériade, était la patrie de sainte Marie Madeleine. Vierge fortunée, elle vécut dans la crainte de Dieu et l’observation de ses commandements, jusqu’au jour où elle se trouva possédée de sept démons (cf. Mc 16, 9 ; Lc 8, 2) . Affligée et ne pouvant trouver aucun répit, elle apprit que Jésus-Christ était parvenu dans la contrée, après avoir traversé la Samarie, et qu’Il attirait de grandes foules à sa suite, par ses miracles et son enseignement céleste. Pleine d’espoir, elle courut vers Lui et, ayant assisté au miracle de la multiplication des pains et des poissons, en nombre suffisant pour nourrir plus de quatre mille hommes (Mt 15, 30-39), elle alla se jeter aux pieds du Sauveur et lui demanda de la guider sur la voie de la vie éternelle. Ayant été délivrée de cette épreuve, elle renonça à ses biens et à tout attachement au monde pour suivre Jésus dans tous ses périples, avec les Apôtres, la Mère de Dieu et d’autres pieuses femmes qui s’étaient mises à son service après avoir été guéries par lui de diverses maladies : Marie, mère de Jacques le petit et de Joset ; Marie de Clopas ; Jeanne, femme de Chouza ; Suzanne, et Salomé, mère des fils de Zébédée. Lorsqu’Il eut rempli son ministère en Galilée, le Seigneur se dirigea vers Jérusalem, malgré les avertissements de ses proches. Marie Madeleine le suivit sans hésitation, et se lia d’amitié avec Marthe et Marie de Béthanie. Alors que le Seigneur venait de délivrer un possédé qui était muet, et affirmait qu’Il chassait les démons par l’Esprit de Dieu, une voix s’éleva de la foule et s’écria : Heureuses les entrailles qui t’ont porté, et les seins qui t’ont allaité ! (Lc 11, 27). Cette voix, suppose-t-on, était celle de Marie Madeleine. Elle était présente également lors de la résurrection de Lazare, et fut alors confirmée dans sa foi au Fils de Dieu. Tandis que les autres disciples avaient abandonné le Maître au moment de son arrestation, elle le suivit jusque dans la cour du grand prêtre puis au tribunal de Pilate, elle assista à son procès inique, à sa Passion et se tint auprès de la Croix, en compagnie de la Mère de Dieu et de saint Jean le Théologien (Jn 19, 25). Tout étant accompli et le sang du Sauveur ayant coulé de son côté pour purifier la terre, Marie, surmontant la douleur, prit l’initiative de son ensevelissement. Sachant que le noble conseiller, Joseph d’Arimathie [31 juil.], avait fait creuser près de là un tombeau neuf dans le roc, elle alla le trouver et le convainquit de céder ce sépulcre pour ensevelir le Crucifié. Encouragé par la foi résolue de cette femme, Joseph obtint l’autorisation de Pilate et, prenant avec lui Nicodème, le membre du Sanhédrin qui était disciple secret de Jésus, il descendit le corps de la Croix et le déposa dans un linceul pour le mettre au tombeau. Marie Madeleine ainsi que la Mère de Dieu assistaient à la scène, et elles élevèrent alors une hymne funèbre, accompagnée de larmes, dans lesquelles brillait cependant l’espoir de la résurrection . Une fois le tombeau fermé par une grosse pierre qu’on avait roulée à l’entrée, Joseph et Nicodème se retirèrent ; mais les deux saintes femmes restèrent assises, en pleurs en face du tombeau, jusque tard dans la nuit. En quittant l’endroit, elles décidèrent, sitôt le repos du sabbat expiré, de revenir au tombeau avec des aromates, pour embaumer une fois encore le corps du Sauveur (Mc 16, 1). Ayant donc observé le repos légal, au chant du coq, alors que le premier jour de la semaine commençait à peine à poindre, Marie Madeleine et l’« autre Marie »  vinrent au sépulcre. Un ange resplendissant leur apparut, accompagné d’un tremblement de terre, et leur annonça que Jésus ne se trouvait plus à l’intérieur, mais qu’Il était ressuscité (Mt 28, 1). Toutes troublées, elles ne prirent pas même le temps de regarder dans le tombeau et coururent porter la nouvelle aux Apôtres. Le Seigneur ressuscité leur apparut en chemin et les salua en disant : « Réjouissez-vous ! » Il convenait en effet qu’Il annonçât à une femme la délivrance de notre nature, déchue et condamnée à la souffrance à la suite de la faute d’Ève. En entendant leur récit, les Apôtres crurent qu’elles déliraient. Pierre, cependant, courut jusqu’au sépulcre et, se penchant, vit que seules les bandelettes s’y trouvaient, et il se retira tout perplexe. Le jour s’étant levé, Marie Madeleine se rendit pour la seconde fois sur les lieux, afin de vérifier si elle n’avait pas été victime d’une hallucination. Constatant que le tombeau était effectivement vide, elle alla l’annoncer derechef à Pierre et Jean, qui se rendirent en courant sur les lieux. Une fois les deux disciples repartis, elle resta seule près du tombeau, se demandant qui avait bien pu enlever le corps (Jn 20, 11). Deux anges vêtus de blancs apparurent alors à l’emplacement de la tête et des pieds du Seigneur, et lui demandèrent pourquoi elle pleurait. Comme elle leur répondait, les anges se levèrent soudain, avec respect. Marie se retourna et vit Jésus qui lui posa la même question. Le prenant pour le jardinier, elle demanda si c’était lui qui avait enlevé le corps. Mais dès que Jésus l’eut appelée par son nom : « Marie », reconnaissant la voix de son bien-aimé Seigneur, elle s’écria : « Rabbouni (Maître) !  » et voulut se jeter à ses pieds pour les baiser. Désirant l’attirer à une compréhension plus élevée de l’état dans lequel se trouvait son corps après la résurrection, Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car Je ne suis pas encore monté vers le Père ! » Et Il l’envoya annoncer à ses frères ce qu’elle avait vu. Devenue pour la troisième fois « apôtre des Apôtres », Marie Madeleine resta avec les disciples et la Mère de Dieu, partageant leur joie. Elle était probablement présente au Mont des Oliviers, lors de l’Ascension, tout comme dans la chambre haute, le jour de la Pentecôte, quand le Saint-Esprit descendit sous forme de langues de feu (Act 2). On raconte que la sainte quitta ensuite Jérusalem, pour se rendre à Rome et y demander justice à l’empereur Tibère de la condamnation inique prononcée par Pilate . Se présentant devant l’empereur avec un œuf en main, elle lui déclara qu’après avoir souffert la Passion, le Christ était ressuscité, apportant à tous les hommes la promesse de la résurrection ; et l’œuf se teignit alors en rouge . Le souverain écouta sa requête et convoqua Pilate, ainsi que les grands prêtres Anne et Caïphe. Caïphe mourut en route, en Crète ; quant à Anne, il fut supplicié en étant enfermé dans une peau de buffle. Pilate, s’étant présenté au tribunal de l’empereur, essaya de se justifier en avançant les pressions exercées par les Juifs et le risque de rébellion contre l’autorité romaine. Mais César resta insensible à son apologie et le fit jeter en prison. On rapporte que, poursuivant un cerf au cours d’une partie de chasse, organisée non loin de la prison par des amis de Pilate, l’empereur décocha une flèche qui alla frapper Pilate en plein cœur. De retour à Jérusalem, Marie Madeleine suivit l’enseignement de saint Pierre. Quatre ans s’étant écoulés depuis la Résurrection, et les Apôtres s’étant dispersés dans diverses régions du monde, elle se joignit à saint Maxime, l’un des Soixante-Dix Disciples, pour aller prêcher la Bonne Nouvelle. Ils furent bientôt arrêtés par les Juifs et abandonnés, avec d’autres chrétiens, en pleine mer, sans nourriture, dans un bateau dépourvu de voile et de rames. L’embarcation fut cependant guidée par le Christ, le Pilote de notre Salut, jusqu’à Marseille, en Gaule . Ayant débarqué sains et saufs, les saints apôtres eurent à subir la faim, la soif et le mépris des habitants de l’endroit, païens forcenés qui ne leur procuraient aucun secours. Un jour que ces derniers s’étaient réunis pour un de leurs sacrifices impies, sainte Marie Madeleine se mêla courageusement à l’assemblée et les exhorta à reconnaître le seul Dieu, Créateur du ciel et de la terre. Émerveillés par son assurance et par l’éclat de son visage, les païens prêtèrent attention à ses paroles. Elle réitéra son discours devant le gouverneur romain de la province, Hypatios, qui était venu en compagnie de son épouse apporter une offrande aux idoles, afin d’obtenir une progéniture. D’abord réticent, Hypatios, à la suite de trois apparitions de la sainte, accueillit Marie et ses compagnons en son palais et demanda à être instruit de leur doctrine. Grâce à l’intercession de Marie, il obtint un enfant, mais sa femme mourut en le mettant au monde. Après un court séjour à Rome, Hypatios entreprit un pèlerinage à Jérusalem ; mais changeant soudain d’avis, il décida de retourner à l’endroit où il avait enseveli son épouse et l’enfant. Quelle ne fut pas sa stupeur de les retrouver vivants et d’apprendre qu’ils avaient survécu grâce aux prières et aux soins de sainte Marie Madeleine ! Rendant grâces à Dieu, le magistrat et toute sa maison se firent alors baptiser et devinrent de fervents proclamateurs de la Vérité. Quittant la Gaule, sainte Marie Madeleine continua ses périples missionnaires en Égypte, Phénicie, Syrie, Pamphylie et autres lieux, répandant partout la bonne odeur du Christ. Elle passa quelque temps à Jérusalem, puis partit pour Éphèse, où elle retrouva saint Jean le Théologien, partageant ses épreuves et jouissant de ses enseignements inspirés. Ayant rempli la mission que le Seigneur lui avait confiée, elle remit là son âme à Dieu, après une brève maladie, et fut ensevelie à l’entrée de la grotte, où s’endormirent ensuite les Sept Enfants [4 août]. De nombreux miracles se produisirent en cet endroit, jusqu’au jour où, presque dix siècles plus tard (899), le pieux empereur Léon VI le Sage ordonna de transférer les reliques de la sainte Égale-aux-Apôtres à Constantinople [4 mai.]. Il les reçut avec une grande dévotion, en présence de tout le peuple, et les portant sur ses épaules, aidé de son frère Alexandre, il alla les déposer dans la partie gauche du sanctuaire du monastère de Saint-Lazare, qu’il avait fondé. Survivant aux péripéties de l’histoire, la main gauche de la sainte Myrophore, qui exhale un suave parfum, est aujourd’hui vénérée au monastère athonite de Simonos Pétra, qui honore sainte Marie Madeleine comme sa seconde fondatrice.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Marie Magdeleine, ton 1

Le Christ qui de la Vierge est né pour nous, Marie Madeleine, tu l’as suivi, gardant ses préceptes et ses lois; et nous qui célébrons ta mémoire sacrée, avec lui nous t’acclamons et te glorifions avec amour.

Kondakion de saint Marie Magdeleine, ton 4

Le Dieu suprême en ce monde venu, sainte Myrophore, dans la chair, en vraie disciple tu l’as aimé, portant sur lui tous les désirs de ton cœur; c’est pourquoi tu accomplis de nombreuses guérisons et, passée de terre vers les cieux, tu intercèdes pour le monde en tout temps.

Évangile DU JOUR

(Matth. X, 37 – XI, 1)
Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera. Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste. Et quiconque donnera seulement un verre d’eau froide à l’un de ces petits parce qu’il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense. Lorsque Jésus eut achevé de donner ses instructions à ses douze disciples, il partit de là, pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

9 juillet (ancien calendrier) / 22 juillet (nouveau)

9 juillet (ancien calendrier) / 22 juillet (nouveau)

Saint Pancrace, évêque de Taormine, martyr (Ier s.) ; saint Cyrille, évêque de Gortyne, martyr (250) ; saints Patermuthe et Coprès, moines, et saint Alexandre, martyrs (IVème s.) ; saint Théodore, évêque d’Édesse (IXème s.) ; saint Agrippin, évêque d’Autun (538) ; saint hiéromartyr Constantin Lebedev, prêtre (1918).

 Saint PANCRACE DE TAORMINE[1]

Saint Pancrace naquit à Antioche au temps du séjour terrestre de notre Seigneur Jésus-Christ. Ses parents ayant entendu vanter les miracles et la doctrine du Seigneur, se rendirent avec leur jeune fils à Jérusalem où ils furent baptisés. Après leur décès, Pancrace renonça à tout ce qui l’attachait à ce monde périssable et se rendit sur les rives de la mer Noire, où il pratiqua l’ascèse dans une grotte, pour n’y regarder qu’en lui-même et vers Dieu. Le saint Apôtre Pierre, passant par ces régions pour y proclamer l’Évangile, rencontra le jeune ascète et le convainquit de l’accompagner dans ses périples. De passage à Antioche, Pancrace y fut consacré évêque pour la ville de Taormina, en Sicile , avec un autre disciple des apôtres venu de Jérusalem, Marcien , qui fut ordonné pour Syracuse. S’étant embarqué sur un navire en partance pour la Sicile, saint Pancrace convertit tout l’équipage ainsi que le capitaine, Lycaonide. Ils parvinrent en Sicile, au terme d’une heureuse traversée, et quand le saint mit le pied sur le rivage, les démons qui se trouvaient dans une idole du dieu Falcon, à laquelle les habitants devaient offrir chaque année des sacrifices humains, se mirent à pousser des cris d’effroi. Le saint invoqua le Nom de la Sainte Trinité en élevant la croix qu’il tenait en main en guise de bâton, et aussitôt les démons allèrent jeter la statue dans la mer. Lycaonide ayant raconté les miracles accomplis par le Christ et ses serviteurs au gouverneur de la cité, Boniface, celui-ci convoqua l’évêque ; mais Pancrace demanda que ce soit le gouverneur qui vienne à lui. Boniface tomba la face contre terre à la vue de la gloire qui entourait le saint, et il crut au Christ en entendant sa prédication. Après avoir été instruit, ainsi que sa suite, pendant toute la nuit, le gouverneur convia Pancrace à venir bénir le palais. Il y fut accueilli avec de grands honneurs et y resta quarante jours, obtenant l’autorisation de Boniface pour la construction d’une église en ville, dont il traça lui-même les limites. L’édifice fut promptement achevé et, lors de sa consécration, tous les assistants purent voir un feu redoutable descendre du ciel pour illuminer toute l’église. Et avant que le saint eût terminé la célébration de la Divine Liturgie, toutes les idoles de la ville s’effondrèrent. Les prêtres païens se rendirent en hurlant au palais et reprochèrent au gouverneur de faire fête alors qu’une telle catastrophe avait frappé la cité. Boniface réussit à contenir leur agitation et demanda à ce que les plus lettrés d’entre eux examinent pour quelle raison leurs dieux avaient été ainsi mis en pièces : peut-être un autre Dieu, plus puissant, était-il apparu pour les renverser ? Suite aux imprécations des mages, un des démons, nommé Lysson, répondit que le Dieu en trois Personnes les avait rendus impuissants par l’Incarnation du Fils Unique, que l’étranger amené par Lycaonide était venu prêcher dans la cité de Taormina. Les idolâtres, restant indifférents à cette confession, décidèrent de sacrifier le gouverneur lui-même en signe d’expiation. Saint Pancrace, averti par Boniface effrayé, passa toute la nuit en prière dans l’église. Au matin, on se préparait à immoler Boniface, quand Pancrace surgit, revêtu de ses ornements et tenant en main une croix. Les liens de Boniface se défirent aussitôt et tous les païens présents tombèrent à terre sous l’effet de l’éclat qui émanait du saint prélat. Pancrace ordonna à l’idole de Lysson d’aller se jeter dans la mer, et il mit à mort un serpent colossal qui se nourrissait du sang des victimes. Tous s’écrièrent alors : « Grand est le Dieu de Pancrace ! » La plupart d’entre eux furent baptisés, et les habitants des pentes de l’Etna les imitèrent à la vue des guérisons accomplies par le saint. Une prêtresse des idoles, qui souffrait de lèpre, fut guérie par le saint. Mais comme elle proférait des blasphèmes, elle fut à nouveau atteinte de ce mal, plus gravement. S’étant repentie, elle reçut le baptême sous le nom de Bénédicte, et après avoir été ordonnée diaconesse, elle alla briser de ses mains les idoles qu’elle avait jadis servies, pour en distribuer l’or aux pauvres. Boniface devant partir en campagne à la tête d’une immense armée, fit bénir ses hommes par le saint, et un grand nombre de soldats demandèrent à recevoir le baptême en contemplant la gloire divine qui l’entourait. Une nuée descendue du ciel recouvrit l’évêque pendant la Liturgie qu’il célébra alors devant eux, et elle disparut au moment de l’élévation des saints Dons. Boniface avait laissé en ville pour le remplacer un certain Élide, païen endurci et débauché, qui convoitait une des vierges consacrées à Dieu par le saint. Par l’entremise d’un disciple de Montan, il lança un sortilège sur la jeune vierge, mais celui-ci resta sans effet. Il fit alors arrêter les vierges qui, demeurant inflexibles aux pressions des païens, furent décapitées. Saint Pancrace vint les enterrer en présence du peuple et bâtit une église en leur honneur. Dès son retour à Taormina, Boniface fit châtier Élide et favorisa la fondation d’églises dans toute la Sicile, où des disciples de saint Pancrace accomplirent de nombreuses conversions. Akylin, le roi de Calabre, ayant assiégé Taormina à la tête d’une puissante armée, Pancrace encouragea le peuple à mettre sa confiance dans le Christ, et même renvoya chez eux les hommes qui se tenaient sur les remparts. Puis il monta sur un promontoire, muni d’une croix et de deux icônes, et il bénit la ville dans les quatre directions. Les ennemis, voyant comme trois soleils éclatants, s’enfuirent en s’entre-tuant. Cependant certains se rendirent, et après les avoir baptisés, le saint les renvoya en Calabre pour y prêcher la Bonne Nouvelle. Au cours d’une nouvelle campagne de Boniface, son remplaçant, Artagaros, convia l’évêque à un banquet, au cours duquel le saint renversa une idole qu’on y avait exposée. Les païens se précipitèrent alors sur lui avec rage, le jetèrent à terre et le frappèrent si violemment qu’il en rendit l’âme. Ils précipitèrent ensuite son corps dans une crevasse, où il fut retrouvé par les fidèles après d’anxieuses recherches. Boniface, de retour de guerre, châtia les coupables et fit confectionner un sarcophage en or pour y déposer le corps du saint prélat. Mais saint Pancrace apparut à son disciple et successeur Évagre, pour lui demander de l’enterrer à même la terre, lui qui avait toujours méprisé l’or. Pendant les funérailles son corps apparut indemne de toute blessure et rayonnant de gloire, et un arôme délicieux se répandit alentour. Par la suite, une église fut édifiée en l’honneur de saint Pancrace, disciple des apôtres et protecteur de la ville.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de St Pancrace, ton 4

Des Apôtres ayant partagé le genre de vie * et devenu leur successeur sur leur trône, * tu as trouvé dans la pratique des vertus * la voie qui mène à la divine contemplation; * c’est pourquoi, dispensant fidèlement la parole de vérité, * tu luttas jusqu’au sang pour la défense de la foi; * saint Pancrace, pontife et martyr, * intercède auprès du Christ notre Dieu * pour qu’il sauve nos âmes.

Kondakion de St Pancrace, ton 4

Sur Taormine, Pancrace, tu brillas * tel un astre resplendissant, * saint pontife martyr * qui témoignas pour le Christ: * intercède auprès de lui pour qui te chante, Bienheureux.

 

 Évangile DU JOUR

(Matth. X, 37 – XI,1)

Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera. Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète recevra une récompense de prophète, et celui qui reçoit un juste en qualité de juste recevra une récompense de juste. Et quiconque donnera seulement un verre d’eau froide à l’un de ces petits parce qu’il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense. Lorsque Jésus eut achevé de donner ses instructions à ses douze disciples, il partit de là, pour enseigner et prêcher dans les villes du pays.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

20 juillet

20 juillet

 Saint Élie, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Rorice, évêque de Limoges (507) ; sainte Sévère, abbesse (vers 680) ; saint Abraham de Galitch (1375) ; sainte Salomé de Jérusalem, martyre (XIIIème s.) ; saint Élie le juste de Géorgie, martyr (1907) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Constantin Slovtsov (1918), Alexandre Arkhangelsky, Georges Nikitine, Jean Stebline-Kamensky, Serge Gortinsky et Théodore Yakovlev, prêtres, moines Tikhon Kretchkov, Georges Pojarov, Cyrille Viaznikov et martyr Euthyme Gebenchtchikov et Pierre Viaznikov (1930) ; Alexis Znamensky, prêtre (1938) ; moine Théodore Abrosimov (1941).

 

SAINTE ProphÈte Élie[1]

Le saint et grand prophète Élie, cet ange dans la chair qui reçut de Dieu le pouvoir d’ouvrir et de fermer les cieux, était originaire de Theshbé en Galaad (auj. Listib au sud du wadi Yabis) . On raconte qu’au moment de sa naissance, son père vit des hommes vêtus de blanc l’envelopper de langes de feu et, lui attribuant son nom, ils lui donnèrent à manger une flamme, symbole du zèle divin qui allait le dévorer pendant toute sa vie. Dès son enfance, il observait rigoureusement tous les commandements de la Loi et se tenait en permanence devant Dieu par une virginité impassible, un jeûne permanent et une prière ardente, qui rendirent son âme comme le feu et firent de lui le modèle de la vie monastique.

Achab ayant accédé au trône du royaume du Nord, qui avait fait schisme depuis Jéroboam, porta à son comble l’impiété et la dépravation de ses prédécesseurs. Encouragé par sa femme, l’exécrable Jézabel, il persécutait les prophètes et tous les hommes qui restaient fidèles à Dieu, et s’adonnait au culte des faux dieux : Baal et Astarté. Le prophète Élie se rendit alors auprès du roi et lui déclara : « Il vit le Seigneur, Dieu des Armées, le Dieu d’Israël, devant lequel je me tiens aujourd’hui ! Non, il n’y aura, ces années-ci, ni rosée ni pluie, si ce n’est par une parole de ma bouche ! » À la parole du prophète, une terrible sécheresse s’abattit alors, comme une fièvre, sur la terre : tout fut desséché, dévasté, brûlé. Hommes, femmes, enfants, animaux domestiques et bêtes sauvages, tous mouraient faute de nourriture, les sources tarissaient, les plantes se flétrissaient, et rien n’échappait au fléau que Dieu avait permis, dans l’espoir que la famine porterait le peuple d’Israël au repentir et à la conversion.

Sur ordre de Dieu, le prophète, qui était vêtu d’une peau de mouton et d’un pagne de cuir, quitta le royaume d’Israël et se rendit au torrent de Chorrath (Kerrith), situé au-delà du Jourdain . Il s’abreuvait de l’eau du torrent et le Seigneur lui envoyait des corbeaux — animaux considérés comme impurs par les Juifs et réputés pour leur cruauté envers leur progéniture — pour lui apporter du pain au matin et de la viande le soir, incitant ainsi son prophète à la miséricorde envers le peuple souffrant . Quand le torrent vint à se tarir lui aussi, Dieu envoya son serviteur à Sarepta de Sidon, lui faisant observer au long de la route les effets désastreux de la sécheresse pour l’inviter, encore une fois, à la compassion. Il parvint chez une pauvre veuve païenne, qui était en train de ramasser du bois en vue de faire cuire du pain pour elle et son fils. Malgré la nécessité extrême dans laquelle elle se trouvait, elle mit avant toutes choses les devoirs de l’hospitalité, et dès que le prophète le lui demanda, elle prépara à son intention une galette, avec la farine et l’huile qui lui restait. Elle reçut sans retard la récompense de son hospitalité : à la parole du prophète sa jarre de farine et sa cruche d’huile ne désemplirent pas, jusqu’à ce que la pluie revînt. Élie était hébergé chez cette veuve depuis quelques jours, quand son fils vint à mourir. Comme la femme, dans sa douleur, accusait l’homme de Dieu d’avoir apporté le malheur sur sa maison, Élie prit l’enfant, le monta à l’étage où il demeurait et, après avoir soufflé à trois reprises sur le corps inanimé en invoquant à grands cris le Seigneur, il rendit le jeune garçon vivant à sa mère, prophétisant ainsi la résurrection des morts.

La sécheresse affligeait la contrée depuis plus de trois ans, et une grande partie de la population avait déjà été décimée ; mais Dieu, respectant le serment de son prophète, ne voulait pas montrer sa miséricorde avant qu’Élie n’eût compris qu’Il ne désire pas la mort des pécheurs mais qu’ils se convertissent (cf. Éz 33, 11). Il envoya alors le prophète auprès du roi Achab, pour lui annoncer que le fléau allait bientôt cesser. Élie apparut devant le roi stupéfait de voir venir à lui, librement, celui qu’il avait fait rechercher partout, et il l’invita à rassembler tout le peuple d’Israël sur le mont Carmel, pour être témoin de sa confrontation avec les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes des bois sacrés entretenus par l’infâme Jézabel. Une fois cette grande assemblée réunie, Élie dit au peuple : « Jusques à quand boiterez-vous sur les deux jarrets ? Si le Seigneur est Dieu, allez à sa suite ! Si c’est Baal, allez à lui ! » Il prescrivit d’apprêter deux taureaux pour le sacrifice et de les placer sur le bûcher, mais sans allumer de feu, et il laissa les faux prophètes sacrifier les premiers. Ceux-ci invoquèrent à grands cris le dieu Baal, en se lacérant, de l’aube jusqu’au soir, mais en vain. Élie se moquait d’eux, les encourageant à crier plus fort, de peur que leur dieu ne fût endormi ou occupé à quelque autre affaire. Le soir venu, le prophète érigea un autel avec douze pierres, représentant les douze tribus d’Israël, creusa un large fossé autour de l’autel, sur lequel il avait placé le taureau dûment dépecé, et il ordonna de verser, à trois reprises, de l’eau en abondance sur la victime, de manière à ce qu’elle remplisse le fossé en débordant. Puis il poussa un grand cri vers le ciel, invoquant le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Aussitôt un feu tomba du ciel et dévora l’holocauste, le bois et l’eau. Le peuple entier tomba alors la face contre terre en criant : « Vraiment le Seigneur est le seul Dieu ! » Sur l’ordre d’Élie, on s’empara des faux prophètes, et l’homme de Dieu les égorgea de ses propres mains au torrent de Kisson. Il annonça ensuite à Achab que la sécheresse allait bientôt cesser, puis monta au sommet du Carmel et, se penchant vers la terre, la tête entre les genoux et l’intelligence rassemblée dans son cœur, il se mit en prière. À sept reprises, il envoya son serviteur observer l’horizon, en direction de la mer, et la septième fois un petit nuage apparut, le ciel s’obscurcit et la pluie tomba en abondance, répandant sur la terre la bénédiction céleste.

Quand la reine Jézabel apprit le massacre de ses prophètes, elle entra dans une terrible colère et jura de se venger. Élie, qui n’avait pas craint la foule des faux prophètes, fut abandonné par la grâce de Dieu et, gagné par la pusillanimité, il s’enfuit à Bersabée dans la terre de Juda. Épuisé par sa marche dans le désert, il s’assit à l’ombre d’un arbre et demanda à Dieu de reprendre sa vie. Un ange du Seigneur lui apparut alors, et lui présenta une galette de pain et une cruche d’eau. Revigoré par cette assistance divine, il put marcher quarante jours dans le désert, jusqu’à la montagne de Dieu, l’Horeb . Il entra dans le creux du rocher où Moïse s’était jadis caché, et Dieu lui adressa, de nuit, la parole. Élie répondit : « Je suis rempli de zèle jaloux pour le Seigneur tout-puissant, car les fils d’Israël ont abandonné ton alliance, abattu tes autels et tué tes prophètes ; et je suis resté tout seul et ils cherchent à m’enlever la vie. » Dieu lui ordonna de sortir et de se tenir sur la montagne pour le voir. Il y eut alors un violent ouragan qui fendit les montagnes et brisa les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ; et après le tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans le feu. Après le feu, on perçut le bruit d’une brise légère. Dès qu’il l’entendit, Élie se voila la face de son manteau et se tint sous la grotte, car Dieu était dans la brise légère . Le Seigneur lui affirma que, loin d’être le seul juste, sept mille autres Israélites n’avaient pas fléchi les genoux devant Baal, et Il lui ordonna de s’en retourner par le même chemin conférer l’onction royale à Hazaèl, comme roi de Syrie, et à Jéhu, comme roi d’Israël, puis d’oindre Élisée pour successeur. Ayant trouvé Élisée occupé à labourer avec douze paires de bœufs, Élie jeta sur lui son manteau et fit de lui son disciple [14 juin].

Le roi Achab continuait cependant à commettre des actes d’impiété, et il s’était accaparé la vigne de Nabot d’Yizréel, en le faisant mourir sur le conseil de Jézabel. Le prophète Élie, qui était resté dans le silence pendant quelque temps, fut envoyé par le Seigneur à Samarie et dit au roi : « À l’endroit même où les chiens ont lapé le sang de Nabot, les chiens laperont ton sang à toi aussi, et les prostituées se vautreront dans ton sang. » Il ajouta que le malheur allait s’abattre sur toute la maison d’Achab et que les chiens dévoreraient le corps de Jézabel sur l’avant-mur d’Yizréel. À ces mots, le roi fut saisi de componction : il déchira ses vêtements, se revêtit d’un sac et observa un jeûne. Le Seigneur regarda avec faveur son repentir et annonça par son prophète qu’Il ne donnerait libre cours à sa colère que sous le règne de son fils.

Achab mourut peu après, et son fils Ochozias, homme superstitieux, prit le pouvoir. Étant tombé malade, il envoya des messagers en quête d’un oracle auprès de Baal Zéboud à Éqron (Akkaron). Le prophète Élie se présenta devant les messagers, annonçant que le roi ne se relèverait pas. Quand ils transmirent ce message, en donnant la description du prophète, le roi, comprenant qu’il s’agissait d’Élie, envoya une troupe de cinquante hommes pour l’arrêter. Mais à deux reprises, sur l’injonction du prophète, un feu descendit du ciel et dévora les soldats. Le troisième officier, l’ayant supplié de l’épargner, Élie obtempéra et se rendit auprès du roi, lui annonçant de vive voix qu’il allait périr, parce qu’il avait eu recours aux faux dieux. Ochozias mourut effectivement peu de jours après, et son frère Joram devint roi d’Israël. Pendant les douze années de son règne, il fit supprimer le culte de Baal, mais ne mit pas fin au péché de Jéroboam, qui avait provoqué le schisme dans le peuple de Dieu et avait encouragé l’idolâtrie. C’est pourquoi Dieu fit venir le malheur sur sa maison et réalisa la prophétie prononcée par Élie au temps d’Achab : Jéhu s’empara du pouvoir, à la suite d’une conspiration contre Joram et, entrant dans la ville d’Yizréel, il fit mettre à mort Jézabel en la précipitant du haut d’une fenêtre. Son sang éclaboussa le mur et les chiens dévorèrent son corps avant qu’on n’ait pu l’ensevelir.

Au bout de quinze ans de ministère prophétique, ayant accompli la mission que Dieu lui avait confiée, Élie se rendit de Galgal à Béthel, accompagné d’Élisée qui refusait de quitter son maître. De là, ils se rendirent à Jéricho. Arrivé sur la rive du Jourdain, Élie prit son manteau de peau de mouton, le roula et frappa les eaux, qui se divisèrent pour les laisser passer à pied sec. Élisée lui ayant demandé de recevoir double part de son esprit prophétique, Élie répondit : « Si tu me vois pendant que je serai enlevé au ciel, il en sera ainsi pour toi. »  Alors qu’ils marchaient ainsi dans le désert en devisant, un char de feu tiré par des chevaux flamboyants apparut entre eux. Élie monta dans le char et fut emporté comme au ciel , dans un tourbillon, tandis qu’Élisée criait : « Père, père, char d’Israël et son attelage ! » Il saisit le manteau du prophète, qui était tombé sur lui, et frappant les eaux à deux reprises, il put traverser le Jourdain, salué par les fils des prophètes qui criaient : « L’esprit d’Élie s’est reposé sur Élisée ! »

En étant ainsi enlevé dans les hauteurs avec son corps, le prophète Élie préfigurait l’Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, et par l’envoi de son manteau sur son disciple, il annonçait la descente du Saint-Esprit, le jour de la Pentecôte .

Représentant éminent de l’ordre prophétique et parvenu par son zèle au sommet de la vertu, Élie fut jugé digne de voir, face à face, la gloire du Dieu incarné, en compagnie de Moïse et des trois Apôtres, le jour de la Transfiguration (cf. Mt 17), qui annonçait le Second Avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. En descendant du Thabor, les disciples demandèrent au Seigneur si Élie devait venir avant la résurrection des morts pour rétablir toutes choses, comme l’enseignent les prophètes (Mal  3, 23). Le Christ leur répondit : « Élie est déjà venu, et ils ne l’ont pas reconnu, mais l’ont traité à leur guise », en faisant allusion à saint Jean-Baptiste qui était venu préparer sa venue, avec l’esprit et la puissance d’Élie (Lc 1, 17). De même que Jean fut le Précurseur du premier avènement dans la chair du Fils de Dieu, ainsi Élie sera, croit-on, le précurseur de son second et glorieux Avènement, à la fin des temps .

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire du prophète Élie , ton 4

L’ange dans la chair, le glorieux Élie, le socle des prophètes divins, le second précurseur de la venue du Christ, celui qui du ciel envoie la grâce sur Elisée, chasse au loin les maladies et purifie les lépreux; sur ceux qui le vénèrent il fait jaillir les guérisons.

 

Kondakion du prophète Élie, ton 2

Prophète au nom sublime, saint Elie, toi qui vis d’avance les hauts faits de notre Dieu et soumis à ta parole les nuées porteuses de pluie, auprès du seul Ami des hommes intercède pour nous tous.

 

 

Évangile DU JOUR

(Lc IV, 22-30)

 

Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient: N’est-ce pas le fils de Joseph? Jésus leur dit: Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe: Médecin, guéris-toi toi-même; et vous me direz: Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm. Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. Je vous le dis en vérité: il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d’Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu’il y eut une grande famine sur toute la terre; et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d’elles, si ce n’est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon. Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d’Élisée, le prophète; et cependant aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien. Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu’ils entendirent ces choses. Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas. Mais Jésus, passant au milieu d’eux, s’en alla.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

7 juillet (ancien calendrier)  / 20 juillet (nouveau)

7 juillet (ancien calendrier)  / 20 juillet (nouveau)

 Saint Thomas, moine au Mont Maléon (Xème s.) ; sainte Cyriaque, martyre en Bithynie (vers 295) ;  saint Astius, évêque, avec saints Pérégrin, Lucien, Pompée, Hésychius, Papias, Saturnin et Germain, martyrs en Nouvelle-Épire (IIème s.) ; saint They (IVème s.) ; saint Acace, dont il est question dans l’Échelle de saint Jean Climaque (VIème s.), sainte Aubierge, vierge, abbesse de Faremoutiers-en-Brie (695) ; sainte Carissime (VIIème s.) ; sainte Eudocie, princesse de Moscou (1407) ; saint hiéromartyr Paul Tchernychev, prêtre (1918).

 

Saint Thomas de Maléon[1]

Saint Thomas, moine au Mont Maléon (Xème s.)

Notre saint et vénérable Père Thomas était de noble et riche ascendance. Voué à la carrière militaire, il se rendit d’abord célèbre par de nombreuses victoires remportées sur les barbares (au cours du IXe ou Xe s.). Mais, blessé par les traits de l’amour du Christ, il abandonna sans hésitation les eaux amères de cette vie, pour se charger du joug doux et léger proposé par le Seigneur à ceux qui veulent le suivre, et après avoir revêtu l’Habit angélique, il s’efforça d’imiter la conduite de notre Seigneur, par la pauvreté volontaire et l’humilité. Prenant en toute chose le prophète Élie comme modèle, il fut jugé digne d’être guidé de nuit, par une colonne de feu, auprès de ce saint prophète, qui le conduisit jusqu’au mont Maléon. Il s’y installa dans la plus stricte hésychia et mena dès lors une vie consacrée tout entière à la prière. Il resplendissait comme un astre qui, par ses veilles et ses prières, illuminait la contrée alentour et repoussait les ténèbres du péché et les assauts des démons. Dieu lui ayant accordé la grâce d’accomplir des miracles, il fit jaillir une source, rendit la vue à des aveugles et releva des infirmes. Quand il se tenait en prière, il apparaissait de loin comme une colonne de feu à ceux que la pureté du cœur avait rendus dignes d’une telle vision. Ayant accompli bien d’autres miracles, ce bienheureux Père partit vers le Seigneur. Mais après son trépas, il ne cessa de délivrer quotidiennement de leurs maux les fidèles qui venaient vénérer avec foi ses précieuses reliques, par un baume miraculeux qui s’écoulait de son tombeau.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de sainte Cyriaque, ton 4

Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi, * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui par amour s’immole pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kondakion de sainte Cyriaque, ton 2

La sainte Martyre du Christ * en ce jour nous a convoqués pour chanter * l’éloge de ses illustres combats * et de sa divine passion; * en son âme courageuse, en effet, * elle s’est montrée, conformément à son nom, * maîtresse de son esprit aussi bien que des passions.

Évangile DU JOUR

(Matth. XV, 12-21)

Alors ses disciples s’approchèrent, et lui dirent: Sais-tu que les pharisiens ont été scandalisés des paroles qu’ils ont entendues? Il répondit: Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste sera déracinée. Laissez-les: ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. Pierre, prenant la parole, lui dit: Explique-nous cette parabole. Et Jésus dit: Vous aussi, êtes-vous encore sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets? Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est ce qui souille l’homme. Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l’homme; mais manger sans s’être lavé les mains, cela ne souille point l’homme. Jésus, étant parti de là, se retira dans le territoire de Tyr et de Sidon.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

19 juillet

19 juillet

jour de jeûne

Sainte Macrine, sœur de saint Basile le Grand (380) ; saint Die d’Antioche, thaumaturge (vers 430) ; saint Théodore, évêque d’Edesse (IXème siècle) ; saint Romain, prince de Riazan (1270) ; saint Païssios des Grottes de Kiev (XIVème s.) ; saints Étienne, prince de Serbie (1427) et sa mère Militsa (1405) ; invention des reliques de saint Séraphim de Sarov (1903).

 

Sainte Macrine[1]

Sainte Macrine, sœur de saint Basile le Grand (380)

Sœur de saint Basile [1er janv.] et de saint Grégoire de Nysse [10 janv.], sainte Macrine était l’aînée des dix enfants de cette famille de saints. Au moment de sa naissance (327), un mystérieux personnage était apparu à sa mère à trois reprises, lui ordonnant de donner à l’enfant le nom de sainte Thècle, première-martyre et modèle des vierges chrétiennes [24 sept.]. Elle garda toutefois ce nom secret, et l’enfant reçut le nom de sa grand-mère, Macrine l’Ancienne, qui avait été disciple de saint Grégoire le Thaumaturge [17 nov.], et avait vécu dans les forêts du Pont au temps de la Grande Persécution. Sa mère se préoccupa de l’instruire, non dans la culture profane et les choses frivoles communes aux gens de sa condition, mais dans tout ce qui, dans l’Écriture inspirée, convenait à son âge et à sa formation morale, en particulier le livre de la Sagesse et les Proverbes. Les psaumes de David l’accompagnaient dans toutes ses activités : en se levant, en se mettant au travail, en le terminant, au début et à la fin du repas, avant de se coucher et en se levant la nuit pour prier. Lorsqu’elle eut douze ans, sa beauté ne pouvant rester cachée, son père la fiança à un jeune homme de qualité et de bonne réputation, qui venait de terminer ses études, et qui avait promis d’attendre que Macrine eût atteint l’âge convenable pour l’épouser. Cependant celui-ci fut bientôt emporté par Dieu avant l’union, ce qui permit à la sainte de réaliser son désir secret : vivre dans la virginité pour chercher Dieu. De nombreux prétendants se présentèrent, mais Macrine préférait se considérer comme veuve, sans même avoir goûté aux joies et plaisirs de la vie conjugale. À cause de son espérance en la résurrection, elle estimait en effet que son époux était parti en voyage. Se séparant donc de tout lien avec le monde, elle demeura avec sa mère, se mettant à son service pour toutes les tâches domestiques, mêmes celles qui étaient alors réservées aux esclaves, et l’assistant également dans l’éducation de ses frères et sœurs. Après la mort de son père (341), elle assuma elle-même la gestion de leurs grands domaines, situés dans le Pont, en Cappadoce et en Arménie, et, par son exemple, elle invita sa mère à se tourner vers les biens incorruptibles : la contemplation de Dieu et la vraie philosophie. Elles menaient ensemble la vie ascétique, s’adonnaient à la lecture et à la méditation des Écritures, et Macrine était pour tous à la fois protectrice, pédagogue et modèle de vertu. Une fois libérée de l’éducation de ses enfants, Emmélie répartit entre eux ses biens et transforma la demeure familiale d’Annisa  en monastère. Elles firent de leurs servantes des compagnes d’ascèse, et Macrine réussit à convaincre Basile, qui rentrait d’Athènes après de brillantes études, de renoncer à une carrière prometteuse de rhéteur pour embrasser la vie évangélique. À côté du monastère de femmes, qui grandissait par l’addition de veuves de nobles familles, se forma une communauté masculine, dirigée par le plus jeune frère de Macrine, Pierre, futur évêque de Sébaste. Saint Naucrace [8 juin] s’était retiré dans un ermitage — qu’occupera ensuite saint Basile — sur la rive opposée de l’Iris, et subvenait aux besoins de pauvres vieillards par les produits de sa chasse. Délivrées de l’enchaînement aux nécessités du corps et des préoccupations de cette vie, Macrine et ses compagnes menaient dans leur retraite une vie aux confins de la nature humaine et de la nature angélique. On ne voyait chez elles ni colère, ni envie, ni haine, ni arrogance, ni rien de semblable ; tout désir d’honneur ou de gloire était banni. Leur plaisir était la tempérance, leur gloire de n’être connues de personne, leur fortune, de ne rien posséder. Elles vivaient du travail de leurs mains, mais restaient exemptes de préoccupations, car leur travail véritable consistait en la méditation des réalités divines, la prière incessante et le chant ininterrompu des psaumes et des hymnes. Il n’y avait pour elles aucune différence entre la nuit et le jour : car la nuit, elles se montraient actives dans les œuvres de lumière, alors que leur journée imitait le repos nocturne par l’absence de trouble de leur vie. Affiné par l’ascèse, le corps de sainte Macrine était tel qu’il le sera lors de la résurrection. Elle versait des larmes à la mesure de sa boisson et tous ses sens étaient consacrés aux choses de Dieu, de sorte que, légère, elle cheminait dans les hauteurs avec les Puissances célestes. L’application à la vraie Philosophie selon le Christ, par la crucifixion de toutes les convoitises de la chair, lui permit de croître sans cesse en vertu jusqu’au sommet de la perfection. Un jour une tumeur s’attaqua au sein de Macrine. Malgré les supplications de sa mère, elle refusa de recevoir les soins d’un médecin, jugeant que dévoiler aux yeux d’un homme une partie de son corps serait plus fâcheux encore que ce mal. Elle passa la nuit en prière dans l’église et oignit sa plaie de la boue faite par ses larmes. Au matin, elle demanda à Emmélie de tracer le signe de croix sur son sein, et l’abcès disparut, ne laissant qu’une petite cicatrice. Elle avait atteint une telle impassibilité par son application aux choses de Dieu, qu’à la mort de Naucrace, survenue au cours d’un accident de chasse, elle fut pour sa mère et tout le reste de la famille un modèle de maîtrise de soi et de foi en la vie éternelle. Dans les deuils successifs qui frappèrent la communauté, elle montra une même grandeur d’âme, inébranlable comme un athlète exposé aux coups, tant devant la couche funèbre d’Emmélie, que lorsque saint Basile, le soleil de l’Orthodoxie, s’endormit (379). Et, si elle fut alors affligée, ce fut moins pour la perte d’un frère, que de voir l’Église privée de son maître et de son soutien. Pendant la famine qui frappa la Cappadoce, en 368, le monastère d’Annisa devint une véritable ville de la charité, le refuge et la consolation de toute la population d’alentour, et par la prière de la sainte les réserves de grain, qu’on distribuait à tous les nécessiteux, se renouvelèrent miraculeusement. Peu de temps après le décès de saint Basile, saint Grégoire de Nysse apprit que sa sœur était tombée gravement malade et il lui rendit visite au monastère après neuf ans d’absence. Il la trouva étendue sur une planche, abattue par la fièvre, mais gardant son esprit libre dans la contemplation des biens célestes, de telle sorte qu’il en rafraîchissait son corps comme par une rosée. Alors qu’ils se rappelaient le souvenir du grand Basile, au lieu de se lamenter, la sainte profita de cette occasion pour disserter longuement sur la nature de l’homme, le sens de la création, l’âme et la résurrection des corps . Sur tous ces sujets, son discours s’écoulait comme l’eau d’une source, facilement et sans obstacle. Jusqu’au dernier instant, elle ne cessa de deviser en philosophe sur ce qui avait fait l’objet de son choix : l’amour de l’Époux invisible, qu’elle se hâtait de rejoindre, sans qu’aucun attachement à cette vie ne puisse la retenir. Quand elle sentit la fin approcher, elle cessa de s’adresser à ceux qui se tenaient près d’elle et, les yeux tournés vers l’orient, étendant les mains vers Dieu, elle murmura cette prière : « Seigneur, c’est toi qui as fait disparaître pour nous la crainte de la mort. C’est toi qui as fait pour nous du terme de la vie d’ici-bas, le commencement de la vie véritable. C’est toi qui donnes à nos corps le repos pour quelque temps et qui nous réveilleras à nouveau au son de la trompette dernière. C’est toi qui laisses à la terre en dépôt le limon que tes mains ont façonné, pour venir reprendre ce que tu as donné, en transformant par l’immortalité et la beauté ce qui en nous est mortel et difforme. C’est toi qui nous as délivrés de la malédiction et du péché, en devenant pour nous l’un et l’autre. C’est toi qui as brisé la tête du dragon qui précipita l’homme dans l’abîme de la désobéissance, en le saisissant par le cou. C’est toi qui nous as ouvert la route de la résurrection après avoir fracassé les portes de l’enfer et as réduit à l’impuissance celui qui régnait sur la mort. C’est toi qui as donné à tous ceux qui te craignent le signe de la sainte Croix, pour anéantir l’Adversaire et donner la sécurité à notre vie. Ô Dieu éternel ! Vers qui je me suis élancée dès le sein de ma mère, toi que mon âme a aimé de toute sa force, toi à qui j’ai consacré ma chair et mon âme depuis ma jeunesse et jusqu’à cet instant, place auprès de moi un ange de lumière qui me conduise par la main au lieu du rafraîchissement, là où se trouve l’eau du repos, dans le sein des saints Pères. Toi qui as brisé la flamme de l’épée de feu et rendu au Paradis le Larron qui était crucifié avec toi et qui s’en était remis à ta miséricorde, souviens-toi aussi de moi dans ton Royaume, car moi aussi j’ai été crucifiée avec toi, j’ai cloué ma chair par ta crainte et j’ai été saisie de crainte à cause de tes préceptes. Ne me sépare pas de tes élus par un abîme infranchissable. Que le Jaloux ne se dresse pas contre moi sur mon chemin, et que mon péché ne soit pas placé devant tes yeux si, à cause de la faiblesse de notre nature, je suis tombée dans le péché par pensée, par parole ou par action. Toi qui as sur la terre le pouvoir de remettre les péchés, remets-les moi, afin que je reprenne haleine et qu’une fois séparée de ce corps, je paraisse devant toi, l’âme irréprochable et immaculée, comme l’encens devant ta face » .

À ces mots, la sainte traça le signe de croix sur ses yeux, sa bouche et son cœur. Elle assista en silence à l’office du soir, puis cessa dans un grand soupir tout à la fois sa prière et sa vie. Au cours des funérailles, présidées par saint Grégoire, auxquelles assistait une foule immense, la beauté spirituelle de sainte Macrine rejaillissait de manière éclatante sur son corps, qui avait été paré comme celui d’une fiancée. Accompagnée du chant des hymnes, comme pour les fêtes des martyrs, elle fut ensevelie à Ibora, dans le tombeau où reposaient ses parents, en l’église des Quarante-Martyrs.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de sainte Macrine, ton 3

L’amour de la sagesse ayant donné des ailes à ton esprit, sagement tu t’élevas au-dessus des mondaines voluptés et tu fus la charmante demeure du savoir divin; toi qui, par l’ascèse et la perfection de tes vertus, devins une illustre épouse du Sauveur, prie-le pour qui te chante: Réjouis-toi, Macrine, sainte porteuse du Seigneur notre Dieu.

Tropaire de saint Séraphim, ton 4

Dès ta jeunesse tu as aimé le Christ, Bienheureux, et, désirant avec ardeur ne servir que lui seul, au désert tu excellas dans le travail et la prière continue; par la tendresse de ton cœur tu as acquis l’amour du Christ et plus que tous tu as chéri la Mère de Dieu; c’est pourquoi nous te chantons: vénérable Père Séraphim, que tes prières nous obtiennent le salut.

Kondakion de sainte Macrine, ton 4

Tu as aimé de tout ton cœur, vénérable Macrine, le Dieu de bonté et, prenant sur tes épaules sa croix, avec amour tu l’as suivi pour trouver la rémission des péchés.

Kondakion de saint Séraphim, ton 8

Ayant délaissé les attraits du monde et tout ce qui se corrompt, tu as élu demeure au monastère de Sarov et, par l’angélique vie que tu menas, pour beaucoup tu fus le chemin vers le salut; c’est pourquoi le Christ t’a glorifié en t’accordant le don des guérisons et des miracles; aussi nous te chantons: Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

 

Évangile DU JOUR

(Matth. XIV, 35 – XV,11)

Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades. Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris. Alors des pharisiens et des scribes vinrent de Jérusalem auprès de Jésus, et dirent: Pourquoi tes disciples transgressent-ils la tradition des anciens? Car ils ne se lavent pas les mains, quand ils prennent leurs repas. Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère; et: Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit: Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Ayant appelé à lui la foule, il lui dit: Écoutez, et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski