25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Iulian Nistea

Résultats de la recherche : Iulian Nistea

Soirée cinéma « Un regard sur la vie monastique » avec une exposition de photographies du père Iulian Nistea

Saint-ChristopheLe  mardi 18 mars, Orthodoxie.com organise à Paris, dans le cadre du  festival cinématographique européen "L'Europe autour de l'Europe", en partenariat avec la Mutuelle Saint-Christophe assurances, la deuxième édition de la soirée de films documentaires « Un regard sur la vie monastique ». Cette année, deux films documentaires seront projetés.

18h30 – « Voie de l’amour / Пут љубави » – (documentaire, Serbie, 2009, 16’, VOSTF) de Branko Stanković
L’histoire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres animaux sauvages. En présence du réalisateur Branko Stanković

19h00 –  « Studenica » (documentaire, Serbie, 2008, 26’, C, VOSTF) de Dragomir Zupanc
L’Académie spirituelle d’été de la jeunesse musicale au monastère Studenica vue par un peintre. 

Vernissage : Exposition de photographies du père Iulian Nistea

Lieu: Mutuelle Saint-Christophe assurances (auditorium Jean XXlll) – 277 rue Saint-Jacques, 75005 Paris.

L'entrée est libre (mais le nombre des places est limité !).

Soirée cinéma « Un regard sur la vie monastique » avec une exposition de photographies du père Iulian Nistea

Saint-ChristopheLe  mardi 18 mars, Orthodoxie.com organise à Paris, dans le cadre du  festival cinématographique européen "L'Europe autour de l'Europe", en partenariat avec la Mutuelle Saint-Christophe assurances, la deuxième édition de la soirée de films documentaires « Un regard sur la vie monastique ». Cette année, deux films documentaires seront projetés.

18h30 – « Voie de l’amour / Пут љубави » – (documentaire, Serbie, 2009, 16’, VOSTF) de Branko Stanković
L’histoire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres animaux sauvages. En présence du réalisateur Branko Stanković

19h00 –  « Studenica » (documentaire, Serbie, 2008, 26’, C, VOSTF) de Dragomir Zupanc
L’Académie spirituelle d’été de la jeunesse musicale au monastère Studenica vue par un peintre. 

Vernissage : Exposition de photographies du père Iulian Nistea

Lieu: Mutuelle Saint-Christophe assurances (auditorium Jean XXlll) – 277 rue Saint-Jacques, 75005 Paris.

L'entrée est libre (mais le nombre des places est limité !).

Soirée cinéma « Un regard sur la vie monastique » avec une exposition de photographies du père Iulian Nistea

Saint-ChristopheLe  mardi 18 mars, Orthodoxie.com organise à Paris, dans le cadre du  festival cinématographique européen "L'Europe autour de l'Europe", en partenariat avec la Mutuelle Saint-Christophe assurances, la deuxième édition de la soirée de films documentaires « Un regard sur la vie monastique ». Cette année, deux films documentaires seront projetés.

18h30 – « Voie de l’amour / Пут љубави » – (documentaire, Serbie, 2009, 16’, VOSTF) de Branko Stanković
L’histoire du moine Ambroise devenu ami de la louve Alfa et d’autres animaux sauvages. En présence du réalisateur Branko Stanković

19h00 –  « Studenica » (documentaire, Serbie, 2008, 26’, C, VOSTF) de Dragomir Zupanc
L’Académie spirituelle d’été de la jeunesse musicale au monastère Studenica vue par un peintre. 

Vernissage : Exposition de photographies du père Iulian Nistea

Lieu: Mutuelle Saint-Christophe assurances (auditorium Jean XXlll) – 277 rue Saint-Jacques, 75005 Paris.

L'entrée est libre (mais le nombre des places est limité !).

Porto Alegre : reportage, explications et photographies du père Iulian Nistea

Le
père Iulian NIstea,
délégué de l’Eglise roumaine à la 9e
assemblée
du Conseil œcuménique des Eglises à Porto Alegre (Brésil),
propose, sur son weblog,
un reportage quotidien sur cette grande rencontre internationale. En outre, celui-ci
est agrémenté d’un album
de photographies
. Dans son
premier article
, en plus des nouvelles concernant l’arrivée des délégations
orthodoxes, il aborde l’importance et les enjeux de cette assemblée pour les
Eglises orthodoxes.

Lire la suite »

Le weblog de père Iulian (Nistea)

Une initiative originale dans l’Internet orthodoxe francophone : le père Iulian Nistea, de l’Eglise roumaine, déjà animateur de plusieurs sites Internet (comme Orthodoxes-à-Paris ou celui de sa paroisse), vient d’ouvrir un weblog baptisé Echo orthodoxe. Dans sa première note, Le monde des weblogs et les orthodoxes, il donne des explications sur ce qu’est un blog –ou weblog- et l’utilisation qui en est faite par des orthodoxes du monde entier. La deuxième, intitulée Fêtes, saints, calendrier orthodoxe sur la toile, fournit de nombreux liens commentés vers des synaxaires en ligne dans différentes langues (français, anglais, russe, roumain).

Entretien avec Jean-Claude Polet : « Le père Sophrony m’a donné la force »

Ci-dessous entretien de Raluca Prelipceanu avec Jean-Claude Polet, secrétaire de l’association Saint-Silouane, paru dans la revue roumaine Lumea Credintei, (n°4 – 165 – avril 2017). Entretien réalisé en novembre dernier à l’occasion du colloque « La rencontre avec le père spirituel. Le père Sophrony » organisé à Iassy (Roumanie). Dans cet entretien Jean-Claude Polet évoque sa conversion à l’orthodoxie, sa rencontre avec le père Sophrony (Sakharov), les différences entre les liturgies orthodoxe et catholique.

Photographie du P. Iulian Nistea (source) : Jean-Claude Polet

Raluca Prelipceanu : Comment avez-vous connu le monastère de Maldon ?
Jean-Claude Polet : C’est une longue histoire, mais je vais être court. En fait, pendant plusieurs années j’étais en recherche spirituelle et je naviguais dans tous les domaines religieux : de l’hindouisme jusqu’au christianisme en passant par l’islam. Je n’avais pas de détermination particulière, même si, au départ, j’étais catholique de naissance et de formation, mais j’éprouvais quand même la nécessité de trouver autre chose de meilleur. Un de mes amis m’avait dit : « la solution n’est pas dans une institution religieuse, quelle qu’elle soit, mais dans un maître spirituel, et il faut que tu le cherches ». Et c’est ainsi que je suis allé, avec lui, voir un maître spirituel musulman, soufi en l’occurrence, mais un Occidental converti, qui, après m’avoir écouté, m’a dit : « Si vous ne voulez pas plus que d’être chrétien, et que vous cherchez un maître spirituel, vous ne pouvez rien faire de mieux que d’aller voir le père Sophrony. »

RP : Donc, c’est un musulman qui vous a dit ça ?
J-CL Polet : C’était un chrétien d’origine, converti à l’islam, devenu maître soufi, qui m’a dit ça, mais ce maître soufi avait connu le père Syméon, celui qui était devenu disciple du père Sophrony et qui, depuis l’installation du père Sophrony en Angleterre, était devenu le moine de référence pour les francophones qui se rendaient dans son monastère. Et c’est ainsi que, d’une certaine manière, il m’a dirigé dans une direction qu’il avait déjà indiquée auparavant.

RP : Et comment s’est passée votre première rencontre avec le père Sophrony ?
J-CL Polet : Très simple. Je suis d’abord allé voir Monseigneur Antoine Bloom à Londres parce que je pensais que lui pourrait devenir mon père spirituel. J’y suis allé deux fois, et Monseigneur Antoine, après le deuxième entretien, m’a dit : « Ecoutez, moi je ne vous conviens pas, allez voir le père Sophrony ! ». Ça faisait une deuxième indication : première indication par un maître soufi, deuxième indication par un évêque orthodoxe. Et je suis allé voir le père Sophrony. Enfin, je suis allé au monastère. Je n’ai rien fait comme démarche particulière que d’être là. Il a bien vu que j’étais là, car c’était une époque où il n’y avait pas beaucoup de monde : c’était en 1974. Il m’a vu. Il s’est bien rendu compte que j’étais là pour la première fois. Je suis resté trois jours, et rien ne s’est passé. Je suis reparti. Il ne m’a rien dit : ni bonjour, ni au revoir. Il m’a simplement regardé, quand nous étions à table pour les repas. Je suis retourné une deuxième fois et, à la deuxième fois, il est venu vers moi et il m’a dit : « Vous souhaiteriez me rencontrer ? ». J’ai dit oui, et il m’a convoqué alors. Nous avons eu un premier entretien et, à ce moment-là, je me suis dit : « C’est quelqu’un d’important ». Mais ce n’est qu’à la troisième, ou peut-être à la quatrième fois, je ne sais plus, parce que je suis revenu régulièrement, je venais pratiquement tous les deux mois. Ce n’est donc qu’à la troisième ou à la quatrième entrevue que j’ai senti, précisément, profondément, définitivement, que le père Sophrony assurait en moi la présence de l’Esprit Saint et que, par conséquent, il n’y avait plus à chercher ailleurs, ni mieux.

RP : Et comment en êtes-vous arrivé à être baptisé, en fait, parce que je pense, d’après ce que vous avez raconté à une conférence, que ce n’était pas une décision facile ?
J-CL Polet : Non, je n’ai pas été rebaptisé. Le père Sophrony ne rebaptisait pas, il chrismait. J’ai attendu pratiquement huit ans, je pense, sept ou huit ans, avant de franchir le pas, pour la raison très simple que ma femme, mes enfants, mes parents, mes frères et sœurs, les frères et sœurs de ma femme, tout le monde est catholique et très pratiquant dans ma famille. Il y a des prêtres et des religieuses parmi mes oncles et tantes, etc., et donc c’était très difficile pour moi de créer un élément de rupture, et le père Sophrony m’a toujours dit : « Ne devenez pas orthodoxe tant que vous ne sentez pas le besoin impérieux de le devenir. Restez catholique. Il ne faut pas créer des problèmes, il ne faut pas créer des tragédies. » Mais, au bout d’un certain temps, je n’ai plus pu m’empêcher de le devenir et je me suis enfui, si j’ose dire, du catholicisme pour me réfugier chez le père Sophrony en lui demandant de devenir orthodoxe. Et il me l’a accordé, et il est devenu mon parrain, et c’est le père Syméon qui a célébré la cérémonie de la chrismation.

RP : Je pense que le père Syméon a eu une grande influence sur le monde francophone, n’est-ce pas ?
J-CL Polet : Tout à fait. Le père Sophrony a eu une très grande influence sur le monde francophone, car il faut savoir qu’en 1974, quand le livre du père Sophrony sur saint Silouane est paru, ce livre a surtout été lu dans le monde francophone par les catholiques. Le monde orthodoxe n’était pas très, très enthousiaste ; le monde protestant, un peu, mais le monde catholique beaucoup. Et ça a fait que le père Syméon, qui est le traducteur en français du père Sophrony, a joué un rôle décisif dans la diffusion de saint Silouane et de la pensée du père Sophrony dans le monde francophone. Et, très vite après que j’avais rencontré le père Sophrony, il m’a désigné le père Syméon comme interlocuteur courant.

RP : D’accord. Et est-ce que vous avez rencontré le père Raphaël, là-bas, au monastère ?
J-CL Polet : Oui, dès le début. Il y était déjà, et donc nous nous sommes rencontrés de multiples fois. Nous avons toujours entretenu des relations très amicales, très sympathiques, mais il n’a jamais été mon père spirituel. Ce n’était pas possible : moi j’avais envie d’avoir le père Sophrony et j’avais aussi le père Syméon, que le père Sophrony m’avait délégué en quelque sorte.

RP : Comment votre famille a reçu votre décision ?
J-CL Polet : Ça a été et ça reste un peu difficile, mais j’assume et tout le monde assume. Si tous ne m’ont pas suivi, je me dis, au fond, que c’est parce que je suis un mauvais mari, un mauvais père, que ça n’a pas fonctionné. Il y a un de mes fils qui est devenu orthodoxe à l’âge de 35 ans, parce qu’il avait fait, lui-même, un cheminement dans ce sens. J’ai une de mes filles qui pourrait le devenir aussi, mais elle hésite et, globalement, il y a quand même une certaine difficulté de dialogue. Cette difficulté de dialogue tient probablement à l’insuffisance de mon témoignage ou, carrément, à la défectuosité de mon témoignage. Mais je pense que ce sont des choses qui vont se régler, un jour ou l’autre, providentiellement, comme beaucoup de choses se sont faites providentiellement à mon point de vue.

RP : Oui, en fait on ne peut pas forcer la liberté des autres n’est-ce pas ?
J-CL Polet : Non, et le père Sophrony m’a toujours dit :« Ne jamais, jamais forcer ! ». Mais, d’une certaine manière je l’ai fait quand même en mettant les gens devant le fait accompli, n’est-ce pas ? Et donc c’est, là, peut-être, l’erreur que j’ai commise, mais je ne voyais pas de moyen de faire autrement.

RP : Si vous pensez à l’héritage que le père Sophrony vous a laissé, en quoi cela pourrait-il consister ?
J-CL Polet : L’héritage du père Sophrony est majeur et massif, en ce sens que je crois, peut-être d’ailleurs d’une façon un peu vaniteuse, avoir bien saisi sa pensée et sa spiritualité. Mais saisir sa pensée est sans doute moins important. Il me semble surtout qu’il y a en moi quelque chose de sa présence, car c’est le Saint-Esprit qu’il m’a révélé et le Saint-Esprit continue à me donner connaissance de lui. Il y a donc, si vous voulez, comme une espèce de convention établie entre le père Sophrony, les énergies du Saint-Esprit et moi-même : donc, nous sommes en lien permanent. C’est surtout ça. C’est pour ça que je vous dis que c’est majeur et massif. C’est massif parce que je suis tout entier pris par ça, c’est majeur parce qu’il n’y a rien de supérieur, rien de plus important, et en même temps c’est mystérieux parce que je pourrais difficilement exprimer les choses autrement.

RP : Vous pensez que votre relation s’est déroulée sous le feu du Saint-Esprit ?
J-CL Polet : Ça ne fait aucun doute ! Parce qu’avec le père Sophrony, à travers évidemment sa sainteté et la sainteté de saint Silouane, j’ai pris conscience de la présence de l’Esprit Saint. Et chaque fois, quand je voyais le père Sophrony, j’étais situé dans ce que j’appelle la poésie de la présence du Saint-Esprit, une poésie qui, comme l’étymologie du mot le signifie, est un agir, un faire, une fabrique. Il y avait en moi quelque chose qui était fabriqué par le Saint-Esprit. Il s’établissait donc, par cette relation, une espèce de production spirituelle suscitée par son intermédiaire, qui permettait au Saint-Esprit d’agir sur moi. Et j’ai pris conscience du Saint-Esprit et donc, autant qu’une prise de conscience est une prise de connaissance, j’ai pris connaissance de l’existence de l’Esprit Saint, un peu comme saint Silouane lui-même qui dit à peu près dans ses écrits : « je ne savais même pas que le Saint-Esprit existait et maintenant j’ai pris conscience et maintenant je le ressens ». Ça, c’est l’élément décisif. Quand j’ai parlé de l’héritage majeur et massif, l’élément décisif se trouve là.

RP : J’ai une autre petite question. Comment voyez-vous les différences entre les célébrations, disons la liturgie orthodoxe et celle catholique, parce que moi j’ai participé aussi à plusieurs liturgies catholiques. Comment est-ce que vous ressentez cette différence ?
J-CL Polet : Il y a une différence dogmatique qui est claire, notamment dans le Credo. Le père Sophrony disait qu’il préférait mourir plutôt que d’admettre le Filioque dans la constitution théologique orthodoxe. Il y a donc une différence dogmatique. Mais je dirais qu’il y a, au-delà ou en deçà, une différence qui est celle de la plénitude symbolique et de la plénitude de l’intégration de la personne humaine dans sa totalité. Et pour prendre une image un peu triviale, je dirais que la liturgie orthodoxe c’est un poisson complet, et que la liturgie catholique, ce n’est plus que l’arête du poisson.

RP : Et comment voyez-vous le rapprochement entre les catholiques et les orthodoxes ? Est-ce qu’il y a un futur ? Il y a beaucoup de discussions aujourd’hui. Enfin, il a toujours eu des discussions, je crois, et il y en a encore.
J-CL Polet : Il faut espérer et, pour espérer, il faut prier et travailler. Alors il faut prier d’abord, c’est le plus important. Il faut espérer encore et travailler donc. Il faut que le travail se fasse sur la conscience intérieure, la conscience spirituelle. Plus on approfondit, par la prière de Jésus et par d’autres prières, mais la prière de Jésus est privilégiée évidemment, plus on approfondit par la prière de Jésus la réalité profonde qui gît dans le cœur, plus on rencontre les énergies de l’Esprit Saint et plus l’Esprit Saint nous conduit vers la vérité tout entière, qui est le Christ. Et si dans le monde orthodoxe et dans le monde catholique, il y a suffisamment de gens qui font ce travail intérieur, ils vont arriver jusqu’au fond de leurs profondeurs et faire émerger là les énergies de l’Esprit Saint, et alors l’unité ne va pas se faire, elle va simplement se constater. Et elle se constatera de l’intérieur, par l’intérieur, pour l’intérieur. Et une fois que l’intérieur est accompli, l’extérieur peut suivre. Le problème, c’est les résistances de l’extérieur. Aujourd’hui, il y a dans l’Église catholique, comme dans l’Église orthodoxe et comme partout dans l’humanité, des résistances qui se font par l’extérieur pour interdire l’entrée dans l’intériorité, pour interdire à l’intériorité d’exprimer ce qu’elle peut comprendre et ce qu’elle peut vouloir.

RP : En fait, c’est le travail du Saint-Esprit…
J-CL Polet : Ce n’est pas nous, n’est-ce pas ? Ce n’est pas nous qui pouvons nous retrouver. C’est le Saint-Esprit qui nous fera nous retrouver, et pour nous retrouver il faut se retrouver dans le Saint-Esprit. L’œcuménisme diplomatique, si vous voulez, a autant des chances que l’O.N.U. en a d’éviter la guerre.

RP : Est-ce que vous avez des regrets par rapport à votre vie ?
J-CL Polet : À ma vie personnelle ?
RP : Oui.
J-CL Polet : Mon principal regret, c’est de ne pas avoir pu persuader mon entourage immédiat de suivre cette voie que j’ai moi-même suivie. Ça, c’est plus qu’un regret, c’est un échec.

RP : Et une dernière question. Je pense que c’est quand même difficile pour quelqu’un de faire ce chemin de la conversion, comme ça l’a été par exemple pour David Balfour. Est-ce que vous avez eu des doutes, ou est-ce que vous avez eu peur que vous pourriez perdre la vraie voie ?
J-CL Polet : Non, non. C’est la grâce du père Sophrony qui m’a donné cette certitude. Quand je l’ai rencontré, je me suis dit : c’est ça !c’est ça !c’est ça ! et ça ne sera plus jamais autre chose que ça ! Et donc, autant que je ne serai tenté au-delà de mes forces, je resterai fidèle. Je dirais que je ne vois pas la possibilité de ne pas rester fidèle.
RP : C’est aussi la grâce de Dieu qui nous tient sur cette voie.
J-CL Polet : Je n’y peux rien. Le père Sophrony m’a donné la force, et c’est sa force.
RP : Merci beaucoup.

Une revue et un livre sur saint Antoine le Grand

La revue Mikhtav n° 67, éditée par la Fraternité Saint-Elie (F-21500 Saint-Rémy / RO 547575 Stânceni), vient de paraître. Elle contient les actes du colloque international sur saint Antoine le Grand en Orient qui s’est tenu le 20 juillet à Saint-Remy, lors de la fête du saint prophète Élie (la revue peut être commandée à schitulstanceni@yahoo.fr : 9€, franco de port). Le colloque a été ouvert par le P. Iulian Nistea qui a présenté les raisons de ce thème (écoutez en podcast audio ou téléchargez l’audio mp3 ou lisez le texte au format pdf).

Ont suivi diverses communications scientifiques en deux sessions, avec pour modérateur le professeur Benoît Gain  (Grenoble), puis le P. Damase Zuazua (carme espagnol). Outre les exposés de Michel Federspiel et Jacques Chollet (Université de Clermont-Ferrant), de Bernard Outtier (CNRS, Villejuif), de Nicole Béranger et Jeanine Monin (Université de Bourgogne) on notera ceux de deux coptes orthodoxes, Georg Farag (Centre de patristique du Caire dont la thèse de doctorat concerne les Lettres d’Antoine dans la tradition arabe) et Ashraf Sadek (égyptologue, directeur de la revue Le monde copte, Limoges). La présentation par Antoine Arjakovsky de son livre Qu’est-ce que l’orthodoxie ? est téléchargeable ici.
Ce colloque était organisé autour du volume préparé par Éliane Poirot, Saint Antoine le Grand dans l’Orient chrétien. Dossier hagiographique, patristique, liturgique, iconographique, avec la collaboration de spécialistes dont plusieurs orthodoxes (table des matières).
Avec plus de 1000 pages, un hors-texte iconographique couleur de 40 pages, il va être édité en deux tomes sous coffret, par les éditions Peter Lang, dans la collection Patrologia. Pour l’acquérir au prix de souscription, écrire à schitulstanceni@yahoo.fr.

Source (et autres informations): Echo orthodoxe

La Mutuelle Saint-Christophe se présente aux orthodoxes

Créée dans les années 30 du siècle dernier, la Mutuelle Saint-Christophe assurances est partenaire connu et reconnu des institutions chrétiennes et de leurs personnels. A ce titre, la Mutuelle Saint-Christophe, assure depuis plusieurs années différents structures et lieux orthodoxes en France. A travers un partenariat avec Orthodoxie.com, elle cherche aujourd’hui à faire bénéficier de ses services et de son expertise le plus grand nombre de personnes, physiques ou morales des juridictions orthodoxes, en cohérence avec les principes fondateurs et l’esprit chrétiens de la Mutuelle. M. Henri Brischoux, son directeur général, a tenu s’adresser à travers cette vidéo aux orthodoxes de toutes les juridictions en France, pour présenter les spécificités et les offres de la Mutuelle, qui protège les personnes, les activités et les biens de tout organisme chrétien ou d’inspiration chrétienne. Cette vidéo nous livre aussi un témoigne du père Iulian Nistéa de la Métropole roumaine. Pour savoir plus sur les offres et les services de la Mutuelle, vous pouvez visiter le site Internet ou contacter directement M. Frédéric Laroche, chargé des personnes, des communautés et des institutions orthodoxes au sein de la Mutuelle, par téléphone : +33 01 42 84 72 14+33 6 89 86 50 03 ou par email : frederic.laroche@msc-assurance.fr.

Vidéo de la présentation :

 

La Mutuelle Saint-Christophe assurances et les Journées du livre orthodoxe

La vidéo ci-dessous a été réalisée en vue des Journées du livre orthodoxe par la Mutuelle Saint-Christophe assurances. Les Journées se dérouleront dans les locaux parisiens de la Mutuelle au 277 rue Saint-Jacques (Paris 5e).

La Mutuelle Saint-Christophe et les orthodoxes
Dans cette vidéo, la Mutelle Saint-Christophe, partenaire des institutions orthodoxes en France, présente l’église orthodoxe serbe Saint-Sava à Paris ainsi les actions réalisées en 2012 en synérgie avec Orthodoxie.com.

La Mutuelle Saint-Christophe et les orthodoxes

La Mutuelle Saint-Christophe se présente aux orthodoxes

Créée dans les années 30 du siècle dernier, la Mutuelle Saint-Christophe assurances est partenaire connu et reconnu des institutions chrétiennes et de leurs personnels. A ce titre, la Mutuelle Saint-Christophe, assure depuis plusieurs années différents structures et lieux orthodoxes en France. A travers un partenariat avec Orthodoxie.com, elle cherche aujourd’hui à faire bénéficier de ses services et de son expertise le plus grand nombre de personnes, physiques ou morales des juridictions orthodoxes, en cohérence avec les principes fondateurs et l’esprit chrétiens de la Mutuelle. M. Henri Brischoux, son directeur général, a tenu s’adresser à travers cette vidéo aux orthodoxes de toutes les juridictions en France, pour présenter les spécificités et les offres de la Mutuelle, qui protège les personnes, les activités et les biens de tout organisme chrétien ou d’inspiration chrétienne. Cette vidéo nous livre aussi un témoigne du père Iulian Nistéa de la Métropole roumaine. Pour en savoir plus sur les offres et les services de la Mutuelle, vous pouvez visiter le site Internet ou contacter directement M. Frédéric Laroche, chargé des personnes, des communautés et des institutions orthodoxes au sein de la Mutuelle, par téléphone : +33 01 42 84 72 14 – +33 6 89 86 50 03 ou par email : frederic.laroche@msc-assurance.fr.

Vidéo de la présentation :

La Mutuelle Saint-Christophe se présente aux orthodoxes

Créée dans les années 30 du siècle dernier, la Mutuelle Saint-Christophe assurances est partenaire connu et reconnu des institutions chrétiennes et de leurs personnels. A ce titre, la Mutuelle Saint-Christophe, assure depuis plusieurs années différents structures et lieux orthodoxes en France. A travers un partenariat avec Orthodoxie.com, elle cherche aujourd’hui à faire bénéficier de ses services et de son expertise le plus grand nombre de personnes, physiques ou morales des juridictions orthodoxes, en cohérence avec les principes fondateurs et l’esprit chrétiens de la Mutuelle. M. Henri Brischoux, son directeur général, a tenu s’adresser à travers cette vidéo aux orthodoxes de toutes les juridictions en France, pour présenter les spécificités et les offres de la Mutuelle, qui protège les personnes, les activités et les biens de tout organisme chrétien ou d’inspiration chrétienne. Cette vidéo nous livre aussi un témoigne du père Iulian Nistéa de la Métropole roumaine. Pour savoir plus sur les offres et les services de la Mutuelle, vous pouvez visiter le site Internet ou contacter directement M. Frédéric Laroche, chargé des personnes, des communautés et des institutions orthodoxes au sein de la Mutuelle, par téléphone : +33 01 42 84 72 14 – +33 6 89 86 50 03 ou par email : frederic.laroche@msc-assurance.fr.

Vidéo de la présentation :

 

La Mutuelle Saint-Christophe assurances et les Journées du livre orthodoxe

La vidéo ci-dessous a été réalisée en vue des Journées du livre orthodoxe par la Mutuelle Saint-Christophe assurances. Les Journées se dérouleront dans les locaux parisiens de la Mutuelle au 277 rue Saint-Jacques (Paris 5e).

 

Pologne: vernissage de la deuxième exposition internationale « Orthphoto »

6d0dabc19e Le 18 novembre, au centre culturel orthodoxe de Bialystock en Pologne, a eu lieu le vernissage et le lancement de la deuxième exposition internationale "Orthphoto". 200 photographies d'auteurs de 25 pays y sont présentées. Le thème est le monachisme orthodoxe. Orthphoto, qui existe depuis six ans, entend promouvoir l'orthodoxie par la photographie. Le père Gérasime (frère Jean) présente des photographies lors de cette deuxième exposition (autres photographies de France), tout comme le père Iulian Nistea (1) (son site de photographies).

Source (dont photographie): Cerkiew.pl

L’émission « l’Église orthodoxe aujourd’hui » du 3 octobre 2010 : « le congrès de la Métropole roumaine – la présence orthodoxe sur Internet »

Dans l'émission de radio L'Eglise orthodoxe aujourd'hui du dimanche 3 octobre 2010, Bogdan Florin Vlaïcu propose un entretien avec le père Iulian Nistea, de la cathédrale orthodoxe roumaine de Paris, sur le congrès de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale, qui a eu lieu à la résidence métropolitaine de Limours du 1er au 4 juillet, et sur la présence orthodoxe sur Internet.

Podcast audio (Durée : 29’49)

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo "podcast".

Radio: le congrès de la Métropole roumaine – la présence orthodoxe sur Internet

Dans l'émission de radio L'Église orthodoxe aujourd'hui du dimanche 3 octobre à partir de 17 heures sur Radio Notre-Dame, Bogdan Florin Vlaïcu propose un entretien avec le père Iulian Nistea, de la cathédrale orthodoxe roumaine de Paris, sur le congrès de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale, qui a eu lieu à la résidence métropolitaine de Limours du 1er au 4 juillet, et sur la présence orthodoxe sur Internet.

Lire la suite »

L’émission « l’Église orthodoxe aujourd’hui » du 11 juillet 2010 : « le congrès de la Métropole roumaine – la présence orthodoxe sur Internet »

Dans l'émission de radio L'Eglise orthodoxe aujourd'hui du dimanche 11 juillet 2010, Bogdan Florin Vlaïcu propose un entretien avec le père Iulian Nistea, de la cathédrale orthodoxe roumaine de Paris, sur le congrès de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale, qui a eu lieu à la résidence métropolitaine de Limours du 1er au 4 juillet, et sur la présence orthodoxe sur Internet.

Podcast audio (Durée : 29’49)

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo "podcast".

Radio: le congrès de la Métropole roumaine – la présence orthodoxe sur Internet

Dans l'émission de radio L'Église orthodoxe aujourd'hui du dimanche 11 juillet à partir de 17 heures sur Radio Notre-Dame, Bogdan Florin Vlaïcu propose un entretien avec le père Iulian Nistea, de la cathédrale orthodoxe roumaine de Paris, sur le congrès de la Métropole orthodoxe roumaine d'Europe occidentale et méridionale, qui a eu lieu à la résidence métropolitaine de Limours du 1er au 4 juillet, et sur la présence orthodoxe sur Internet.

Lire la suite »

«L’organisation de la paroisse – les relations entre les personnes et les ministères» – table ronde à Paris

Dimanche 17 février, à partir de 15 heures, dans la paroisse Saint Séraphin
de Sarov
à Paris (91, rue Lecourbe, Paris 15e), une table ronde
est organisée sur le thème : «L’organisation de la paroisse –
relations entre les personnes et les ministères». Y participeront : Olga
Victoroff, les pères Nicolas Cernokrak, Marc-Antoine Costa de Beauregard, Jivko
Panev, Iulian Nistea, Marc Génin.

Sibiu : conclusion, entretien, photographies

La 3e
assemblée œcuménique européenne
s’est achevée dimanche à Sibiu (Roumanie).
Le message final en français peut être téléchargé ici. Sur son weblog, Antoine Arjakovsky propose un
entretien
avec Mgr Philippe de Poltava
, de l’Eglise autonome d’Ukraine (dans le
Patriarcat de Moscou). Le père Iulian Nistea

a mis sur son
weblog
de nombreuses
photographies
des rencontres.

Radio : le Festival de la jeunesse orthodoxe

Dans
l’émission de radio L’Eglise orthodoxe
aujourd’hui
, du dimanche 24 septembre, Bogdan Vlaïcu continue la
présentation du Festival de
la jeunesse orthodoxe
en France, par des entretiens réalisées lors des
trois rencontres organisées sous l’égide du Festival, en mai 2003, septembre
2004 et septembre 2006, avec des organisateurs, Alexandre Lacaille, Laurence
Muguet et Gabriel Behr, ainsi qu’avec des participants, Mgr Gabriel, Mgr
Silouane, pères Alexis Struve et Iulian Nistea.

Lire la suite »

Porto Alegre: Elections et réflexion

A Porto
Alegre, au Brésil, l’archevêque Anastase de Tirana et de toute l’Albanie (photographie)
a été
élu président
, avec sept autres, du Conseil œcuménique des Eglises. Les 28
membres orthodoxes
du comité central du COE, lequel compte en tout 150
membres, ont été aussi élus. Parmi ceux-ci, l’archimandrite Job
(Getcha), nouveau doyen de l’Institut
de théologie orthodoxe Saint-Serge, le métropolite Gennadios de Sassima
(Patriarcat œcuménique), Mgr Hilarion (Alfeyev)
et le père Vsevolod Chaplin du Patriarcat de Moscou, le père Léonid Kishkovsky
(et ici)
de l’Eglise orthodoxe en Amérique (OCA), etc. (voir liste).

Lire la suite »

La réunion inter-orthodoxe à Porto Alegre (Brésil)

Une
réunion inter-orthodoxe a donc eu lieu
samedi 18 février à Porto Alegre.  Le père
Iulian Nistea
(avec photographies)
et Antoine
Arjakovsky
(qui vient de publier un article sur cette
assemblée dans l’hebdomadaire L’Express) ont évoqué sur leurs weblogs son
déroulement.

Lire la suite »

Porto Alegre : 1er jour – impressions, informations et photographies

Le
père Iulian Nistea continue
de publier sur son weblog
sa chronique de
Porto
Alegre

se trouvent près de 800 délégués et de 4000 participants. Aujourd’hui, il évoque le
fonctionnement des votes ainsi que l’arrivée de nouvelles délégations
orthodoxes (russe, serbe, du Patriarcat œcuménique) qui s’ajoutent à la
délégation roumaine et aux observateurs envoyés par les Eglises de Bulgarie et
de Georgie. Il a également publié un album
de photographies
de cette journée (autres photographies ici)
où fut lu un message
du patriarche œcuménique Bartholomée. Antoine Arjakovsky a mis en ligne sur son weblog son
journal de Porto Alegre dans lequel il note ses impressions et ses analyses. Il
évoque ainsi l’homélie
de l’archevêque Anastase de Tirana et de toute l’Albanie.

Lire la suite »

Demain : début de la 9e assemblée du Conseil œcuménique des Eglises

C’est
demain que débute la 9e
assemblée du Conseil œcuménique des Eglises
à Porto Alegre, au Brésil. Elle
s’y tiendra jusqu’au 23 février. Il sera possible de suivre en direct, par l’Internet,
certaines réunions – pour cela voir cette page.
Le site internet de l’assemblée, en plusieurs langues, est très riche. On
pourra trouver le programme ici. De
nombreuses manifestations sont prévues, des séances
plénières
, des entretiens
oecuméniques
et beaucoup d’autres. Parmi les documents mis à disposition
sur le site, dans le cadre des Etudes
bibliques
, se trouve une exégèse du père Serge Hackel, né au ciel il y a un
an, intitulée « L’eau
et la source jaillissant en vie éternelle
». De nombreux délégués
orthodoxes s’y rendront, comme le doyen
de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge
à Paris, l’archimandrite
Job (Getcha), le père Iulian Nistea,
de l’Eglise roumaine (Paris), Antoine Arjakovsky, directeur de l’Institut d’études œcuméniques
à Lviv (Ukraine), ou encore Mgr
Hilarion (Alfeyev)
à la tête de la délégation du Patriarcat de Moscou.

Podcast orthodoxe : Émission de radio L’Eglise orthodoxe aujourd’hui du dimanche 4 décembre

Elisabethbs_2
Au programme : un entretien avec Mgr l’archevêque Gabriel de Comane sur l’importance et l’avenir de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris dont il est le recteur. Puis la mémoire d’Elisabeth Behr-Sigel, née au ciel le 26 novembre dernier, sera évoquée par un dialogue avec père Boris Bobrinskoy, doyen de la paroisse de la Très Sainte Trinité et doyen de l’Institut Saint-Serge, son père spirituel, et Gabriel Behr, organisateur du Festival de la jeunesse orthodoxe, son petit-fils. Puis, le projet de la première université d’été œcuménique sur la mission, annoncée par une conférence de presse jeudi dernier, sera abordé avec un des organisateurs, le père Iulian Nistea de la paroisse orthodoxe roumaine des Saints Archanges à Paris et avec Mgr Olivier de Berranger, évêque catholique de Saint-Denis.

Radio : L’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge – Elisabeth Behr-Sigel – l’université d’été œcuménique sur la mission

L’émission de radio L’Eglise orthodoxe aujourd’hui propose, le dimanche 4 décembre, à partir de 17Pere_boris_diplomes_stserge2005_moyen  heures sur Radio Notre-Dame, un entretien avec Mgr l’archevêque Gabriel de Comane sur l’importance et l’avenir de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris dont il est le recteur. Puis la mémoire d’Elisabeth Behr-Sigel, née au ciel le 26 novembre dernier, sera évoquée par un dialogue avec père Boris Bobrinskoy, doyen de la paroisse de la Très Sainte Trinité et doyen de l’Institut Saint-Serge, son père spirituel, et Gabriel Behr, organisateur du Festival de la jeunesse orthodoxe, son petit-fils. Puis, le projet de la première université d’été œcuménique sur la mission, annoncée par une conférence de presse jeudi dernier, sera abordé avec un des organisateurs, le père Iulian Nistea de la paroisse orthodoxe roumaine des Saints Archanges à Paris et avec Mgr Olivier de Berranger, évêque catholique de Saint-Denis.

Lire la suite »

Photographies : récents évènements

Sur le blog du père Iulian Nistea, plusieurs albums de photographies viennent d’être mis en ligne, notamment sur les vêpres orthodoxes célébrées dimanche dernier à Notre-Dame de Paris (51 photographies), sur la fête de saint Serge de Radonège (62 photographies), sur le colloque organisé pour le 80e anniversaire de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris (60 photographies).

Trouver une icône sur l’Internet

Dans une note récente publiée sur son weblog, intitulée "Je cherche une icône", père Iulian Nistea nous donne plusieurs adresses sur l’Internet de sites riches en ressources iconographiques. Il y a ajouté d’utiles précisions pour naviguer à l’intérieur de certains de ces sites. Une suite est prévue pour cette note.

Lire la suite »

Programme du Salon du livre orthodoxe: une exposition de photographies

skite_1Lors du Salon du livre orthodoxe aura lieu, durant toute la durée du Salon, une exposition de photographies de frère Jean (père Gérasime) (un exemple avec la photographie ci-contre) du skite Sainte-Foy dans les Cévennes, et de père Iulian Nistea de la Métropole roumaine (un exemple avec la photographie ci-dessous). Une vingtaine de photographies en grand format seront ainsi exposées en salle Camélia. Par ailleurs, un stand du skite Sainte-Foy sera présent en salle "exposants".

 

 

 

 

nistea-ginsca-03070002

Les 80 ans de l’Institut Saint-Serge à Paris

A l’occasion de ses 80 ans, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a organisé, du 5 au 8 octobre, un colloque scientifique international « L’Institut Saint-Serge hier et aujourd’hui ». Depuis sa fondation en 1925, l’Institut a pour mission de former des prêtres et des laïcs au service de l’Eglise orthodoxe. Au cours de ces trois jours, riches en exposés et en échanges, les participants ont pu évoquer le rayonnement de l’Institut et ainsi que la contribution des professeurs, qui y ont enseigné, dans les différentes disciplines théologiques : la théologie liturgique, l’ecclésiologie eucharistique, la synthèse néo-patristique, l’herméneutique biblique et la philosophie religieuse. Leur témoignage orthodoxe dans le mouvement œcuménique a été aussi rappelé. Le 7 octobre a eu lieu la présentation de la traduction française des Mémoires du Métropolite Euloge publiée aux Presses Saint-Serge ainsi que du troisième volume de la série Analecta Sergiana, « Le Feu sur la terre – Mélanges offerts au père Boris Bobrinskoy pour son 80e anniversaire ». Nous vous invitons de visualiser l’album photo en cliquant ICI (et ici) !

Les 80 ans de l'Institut Saint-Serge à Paris

A l’occasion de ses 80 ans, l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a organisé, du 5 au 8 octobre, un colloque scientifique international « L’Institut Saint-Serge hier et aujourd’hui ». Depuis sa fondation en 1925, l’Institut a pour mission de former des prêtres et des laïcs au service de l’Eglise orthodoxe. Au cours de ces trois jours, riches en exposés et en échanges, les participants ont pu évoquer le rayonnement de l’Institut et ainsi que la contribution des professeurs, qui y ont enseigné, dans les différentes disciplines théologiques : la théologie liturgique, l’ecclésiologie eucharistique, la synthèse néo-patristique, l’herméneutique biblique et la philosophie religieuse. Leur témoignage orthodoxe dans le mouvement œcuménique a été aussi rappelé. Le 7 octobre a eu lieu la présentation de la traduction française des Mémoires du Métropolite Euloge publiée aux Presses Saint-Serge ainsi que du troisième volume de la série Analecta Sergiana, « Le Feu sur la terre – Mélanges offerts au père Boris Bobrinskoy pour son 80e anniversaire ». Nous vous invitons de visualiser l’album photo en cliquant ICI (et ici) !

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski