22/07/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Pâques

Résultats de la recherche : Pâques

L’office des vêpres de Pâques à Jérusalem

On peut visionner ci-dessous la vidéo de l’office des vêpres de Pâques au Patriarcat de Jérusalem. Selon la tradition des Églises hellénophones, c’est lors de cet office que l’Évangile est lu en plusieurs langues.

Source

Une pétition est lancée pour que le lundi de Pâques devienne un jour férié en Fédération de Russie

Le Centre « Saint Basile le Grand » a lancé une pétition en ligne pour que le lundi lumineux, c’est-à-dire le lundi de Pâques, devienne férié en Fédération de Russie. Le centre a été fondé à Moscou en 2016 avec pour mission de « promouvoir la protection et la diffusion de la Tradition orthodoxe et de la vision orthodoxe traditionnelle du monde dans le monde moderne ». « Étant donné l’importance de l’orthodoxie dans la vie de la Russie et le caractère constructif des relations Église-État, nous proposons d’introduire un jour de congé officiel lié à la fête chrétienne principale – Pâques. Étant donné le caractère et le moment de la célébration de la Résurrection lumineuse du Christ, le nouveau jour de congé devrait être le lundi lumineux, le premier jour après Pâques » est-il dit dans la pétition. Les auteurs du texte mentionnent que le lundi lumineux était un jour de congé public dans l’Empire russe avant la révolution, les employeurs étant contraints d’accorder à leurs employés le jour de congé, conformément à l’article 198 de la « Charte sur le travail industriel » de l’Empire. La pétition mentionne également les dispositions du 66ème canon du Concile quinisexte : « Depuis le saint jour de la résurrection du Christ notre Dieu jusqu’au nouveau dimanche, les fidèles doivent fréquenter sans négligence toute la semaine les saintes églises, se réjouissant dans le Christ et chantant des psaumes et des cantiques et des chants spirituels, s’appliquant à la lecture des saintes Écritures et faisant leurs délices de la communion aux saints Mystères ; en effet, nous serons ainsi ressuscités et exaltés avec le Christ. Qu’on ne donne point par conséquent, dans les jours en question, ni jeux d’hippodrome, ni autres spectacles publics ». Les auteurs de la pétition ont également souligné que la Russie est l’un des rares pays où le lundi de Pâques n’est pas un jour de congé, bien que la majorité de la population russe (70-80%) s’identifie comme chrétienne orthodoxe. La seule exception en Russie est la République de Crimée qui compte le lundi de Pâques comme férié et ce après sa réunification avec la Fédération de Russie. En outre, le parti libéral-démocratique de Russie a déposé un projet de loi à la Douma, dans le même sens, selon l’agence RIA-Novosti. Les auteurs du projet de loi croient qu’une telle loi honorerait les traditions historiques profondes de l’orthodoxie russe et confirmerait la reconnaissance par le gouvernement et la société du rôle spécifique de l’orthodoxie dans l’histoire de la Russie et dans la formation et le développement de sa spiritualité et sa culture. Le Centre Saint-Basile a également l’intention d’envoyer une lettre au président Vladimir Poutine et au patriarche Cyrille dans ce sens, « étant donné l’importance exceptionnelle de la fête de Pâques ainsi que l’expérience historique de la Russie et la pratique moderne de nombreux pays du monde ».

Source

Les célébrations de la Semaine sainte et de Pâques à Chambésy (Suisse)

Les célébrations de la Semaine sainte et du dimanche de Pâques ont eu lieu au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy, près de Genève, sous la présidence du métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre, avec la participation des prêtres de toutes les paroisses qui y sont abritées et d’un grand nombre de fidèles. Pendant la cérémonie de la Résurrection, les différentes chorales ont chanté le tropaire de Pâques en grec, français, arabe, slavon et roumain.

Source (dont photographie): Fanarion (1)

Message de Pâques 2017 du patriarche Irénée et de l’Assemblée des évêques orthodoxes serbes

Christ est ressuscité  

Christ est ressuscité des morts,
Par la mort Il a vaincu la mort,
A ceux qui sont dans les tombeaux
Il a donné la vie
(Tropaire de Pâques)

Chers frères et sœurs,

Pâques est la plus grande fête chrétienne, fête de la foi, de la vie et de toute bénédiction divine. Toute notre foi est dans Pâques, et Pâques dans notre foi. C’est pourquoi le saint apôtre Paul, l’éducateur du peuple, qu’on peut aisément désigner comme le plus grand prédicateur de la Résurrection, du Christ comme de la nôtre, affirme catégoriquement : Si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est votre foi, avant d’ajouter : Le Christ est ressuscité d’entre les morts, prémices de ceux qui se sont endormis (1 Co 15, 17-20). La foi en la Résurrection du Christ constitue l’essence de la prédication et de l’enseignement chrétiens, le fondement de l’Eglise, de sa liturgie et de sa théologie.

Au sein de l’Ecriture Sainte, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, la Résurrection est le thème central. Elle recouvre deux conceptions étroitement liées entre elles : la résurrection générale des morts à la fin de l’histoire humaine (Is26,19) et la Résurrection du Christ annoncée par les prophètes vétéro-testamentaires (Ps 15,10) et établie dans les prédications des saints apôtres (Ac 2, 23-24).

L’Ancien Testament nous parle en de nombreux endroits, avec ses mots et ses images, de la résurrection. Le prophète David en témoigne dans ses psaumes (Ps 15,9 ; 16,15). Job qui a tant souffert crie vers Dieu en ayant foi en la résurrection : je sais, moi, que mon Défenseur est vivant…je verrai Dieu…celui que mes yeux regarderont ne sera pas un étranger (Jb 19, 25-27). Le prophète Jonas est le prototype de la Résurrection en trois jours du Christ (Mt 12,40). La vision la plus célèbre de résurrection des morts dans l’Ancien Testament se trouve dans le livre du prophète Ezéchiel : inspiré par l’Esprit de Dieu, il voit revivre des ossements desséchés, qui retrouvent ensuite leur corps d’homme (Ez 37,1-10). Cette vision a imprégné le cœur de tous les fidèles Hébreux de l’Ancien Testament ; elle était inséparable de la foi en la venue du Messie et de Sa Résurrection (Is 53,10).

Le Nouveau Testament, de son côté, est tout entier dans le mystère de la Croix et de la Résurrection du Christ. Cela nous est confirmé par les saints évangélistes dans leur récit bouleversant des épisodes ultimes de la vie du Christ qui se sont déroulés à Jérusalem : Sa comparution au tribunal devant Pilate, Sa Crucifixion, Sa mort sur la croix, mais aussi Sa glorieuse Résurrection (Mt 27-28 ; Lc 23-24). Les premières rendues dignes de devenir témoins de la Résurrection du Christ furent les femmes myrrophores (Mc 16, 1-2), puis les saints apôtres et la plénitude de l’Eglise primitive. Ils furent rejoints par les martyrs paléo-chrétiens, puis tous les martyrs et néo-martyrs ultérieurs, témoins véritables de la Résurrection du Christ ainsi que les Pères de l’Eglise qui, par leurs saints conciles, le Symbole de foi de Nicée-Constantinople et tout leur enseignement dogmatique, nous ont laissé la foi en la résurrection. L’Eglise est témoin que le Christ est avec nous jusqu’à la fin de l’âge (Mt 28,20). Elle en témoigne en particulier dans la sainte Liturgie, qui est célébrée en mémoire de « la mort et de la Résurrection du Christ ». Dans la sainte Liturgie, le Christ Ressuscité nous est offert à travers la sainte Communion. C’est pourquoi nous devons être les enfants de la Résurrection ! Vivons dans la Résurrection du Christ et ne laissons rien, selon les paroles du saint apôtre Paul, nous séparer de Son amour (Rm 8,35) !

Le grand starets russe, saint Séraphin de Sarov, avait pour habitude, tout au long de l’année, de saluer les pèlerins venus dans son monastère, par ces mots : « Christ est ressuscité, ma joie ! » Afin d’atteindre cet état spirituel, nous devons, selon les paroles du saint évêque Nicolas, « vénérer dans notre vie la Crucifixion du Christ, non par habitude, mais comme la nôtre, et Ses plaies comme nos propres plaies ».

Le cœur plein de tristesse et de douleur, nous devons dire que le monde actuel ne suit pas la route de la résurrection, mais davantage celle de la mort et du désespoir. En disant cela, nous songeons au fait qu’en Serbie, chaque année voit mourir l’équivalent d’une grande ville, parce que la mortalité est nettement supérieure aux naissances. Ce constat est une source de pleurs et de lamentations, mais aussi un signe pour donner l’alerte. Quelque chose doit être fait pour que cette route vers la mort s’arrête. C’est Rachel pleurant ses enfants ; et ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus (Mt 2,18). L’avortement, toujours et partout, y compris dans notre peuple, constitue un péché mortel qui crie vers le ciel. Cessons de tuer nos propres enfants dans le sein de leur mère ! Eux aussi ont droit à la vie et à la résurrection. On se demande où sont les valeureux « combattants pour les droits de l’homme » afin de défendre les plus faibles, qui sont précisément les enfants non encore nés qui se trouvent encore dans le sein de leur mère ? Quittons, frères et sœurs, le pays du péché et de la mort, comme l’Israël vétérotestamentaire à la sortie d’Egypte, et Dieu nous accordera toute bénédiction spirituelle afin d’être le peuple du Dieu Vivant. Que les larmes joyeuses des nouveaux – nés, l’emportent sur les cris impuissants de la mort ! Que la Serbie – et le monde entier – devienne de nouveau un grand berceau ! Revenons avec foi dans la vie, revenons à la Résurrection !

Chers frères et sœurs, la sainte Eglise orthodoxe est notre Mère spirituelle. Elle veille sur ses enfants sans tenir compte des lieux où ils vivent ; elle s’étend de tous côtés avec ses fils et ses filles, afin que tous ensemble accèdent à la Résurrection. Réjouissons-nous avec ceux qui se réjouissent et soyons affligés avec les affligés, en portant les fardeaux les uns des autres, car c’est ainsi que nous accomplirons la loi du Christ (Ga 6,2). Le saint starets Sophronie (Saharov) affirme que le respect des commandements de Dieu écartèle le vieil homme en nous et ressuscite le nouveau, conçu à l’image de Dieu, notre Créateur et Sauveur. Saint Basile le Grand évoque, dans le même esprit, la portée transfiguratrice du carême et dit que les anges de Dieu inscrivent les noms de ceux qui accomplissent tout le Grand carême car ce faisant, ils renoncent à tout ce qui est terrestre et éphémère afin d’accéder à l’éternel et à l’impérissable, c’est-à-dire à la résurrection. En suivant les commandements de Dieu, nous exprimons et confirmons notre amour envers le Christ (Jn 14,15), mais aussi envers nos proches(Mt 22,40).

Le monde contemporain a grandement accepté une autre philosophie, celle du large chemin qui mène à la perdition (Mt 7,13). On essaie de remplacer les vertus chrétiennes par un humanisme apparent et la spiritualité mensongère de l’Extrême-Orient. Toutes les fausses religions et para-religions, philosophies et fausses philosophies, idéologies et mythologies modernes, sont elles-mêmes esclaves de la mort ; elles condamnent les êtres humains à la mort, dans la mesure où elles croient que l’homme est un « être destiné à la mort », non un être destiné à la vie éternelle ; elles le font d’autant plus qu’elles poussent les hommes au meurtre et au suicide, de façon instantanée (dans la guerre et dans les règlements de compte « pacificateurs » et sanglants) ou prolongée (par une vie de débauche et de vices, notamment dans l’esclavage de la drogue). Nous vivons à une époque où on essaie de proclamer que le mal est le bien, que le bien est le mal, et que le péché, selon les paroles du saint starets Païssios l’Athonite, est quelque chose de moderne et d’acceptable. A la place des exemples de vertu et d’honnêteté, on propose des idoles et des anti-héros, l’indiscipline à l’égard des parents et le rejet de toute autorité. La responsabilité de l’Eglise est grande, comme l’est celle de toutes les institutions éducatives de ce pays, car il faut aider la jeunesse à trouver la voie d’une vie authentique et de la résurrection. Enseignons aux enfants d’être semblablesau jeune homme de l’Evangile qui avait demandé au Seigneur : Que dois-je faire de bon pour obtenir la vie éternelle ? Ce jeune homme obtint la réponse suivante du Christ : Observe les commandements ! (Mt 19, 16-17). Telle est la voie du salut, celle de la résurrection !

Paternellement, nous invitons tous ceux qui se sont éloignés pour telle ou telle raison de l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique, à revenir sous son égide. Le péché du schisme et de l’hérésie est terrible.Selon les saints Pères, même le sang des martyrs ne peut le laver.Pardonnons-nous les uns aux autres à cause de la Résurrection et redevenons frères au sein de la sainte Eglise, seul vaisseau porteur du salut !

Avec la salutation de Pâques, nous saluons tous nos enfants spirituels dans la patrie et la diaspora et prions le Seigneur Ressuscité qu’Il accorde à tous la joie de la Résurrection. Nous saluons particulièrement notre peuple du Kosovo-Métochie crucifié, partie inséparable de la Serbie, dont les sanctuaires sont les gardiens non seulement de l’Orthodoxie serbe mais aussi du christianisme en Europe. Le Kosovo a été et restera nôtre, car Dieu qui ne se trouve pas dans la force mais dans la justice, est en mesure de nous rendre ce qu’on essaie de nous arracher par la force.

Qu’avec cette fête de Pâques, la Serbie ressuscite ainsi que tout le peuple serbe, comme l’ont écrit nos poètes populaires. Que Dieu accorde que les hommes qui dirigent et maintiennent l‘Etat, soient inspirés par l’esprit de la Résurrection et la foi dans la victoire du bien sur le mal ! Que le Seigneur Ressuscité, Vainqueur de la mort et Source-de-vie, accorde tout bien à ce peuple, c’est-à-dire tout le genre chrétien et orthodoxe ainsi qu’à tous les hommes de bonne volonté, afin que tous ensemble, nous puissions avoir l’avant-goût de la joie de la vie à venir, la joie de la résurrection et de la vie éternelle !

CHRIST EST RESSUSCITĖ ! 

Au patriarcat serbe, à Belgrade – Pâques 2017

Le patriarche serbe Irénée et tous les évêques de l’Eglise orthodoxe serbe

 

Message de Pâques du patriarche oecuménique Bartholomée Ier – avril 2017

† Bartholomée par la grâce de dieu archevêque de Constantinople, Nouvelle Rome, et patriarche œcuménique que la grâce, la paix et la miséricorde du Christ glorieusement ressuscité soient avec tout le plérôme de l’Église

No de protocole 315

Frères et enfants bien-aimés dans le Seigneur ressuscité,

« En ce monde vous êtes dans la détresse, mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33) : c’est l’assurance que donne aux générations le Seigneur, le seul à avoir anéanti la mort par la mort. Christ est ressuscité ! Nous nous écrions, à notre tour, devant tous ceux qui sont proches et tous ceux qui se trouvent loin, depuis cette cour sacrée de la croix et de la détresse vécues dans le monde ; depuis cette cour qui est aussi celle de la Résurrection ; depuis ce coin de la terre, la ville de Constantin, d’où nous proclamons que « la vie règne », toute corruption, voire la mort elle-même étant dissipée.

Au cours de Sa présence corporelle, le Seigneur a souvent averti Ses disciples qu’ils seraient dans la détresse à cause de Son sacrifice sur la croix, sur le redoutable Golgotha ; à cause aussi de leur action sur terre – la leur, mais aussi celle de tous ceux qui allaient croire au Christ – moyennant cependant un détail significatif : « vous allez gémir et vous lamenter tandis que le monde se réjouira ; vous serez affligés mais votre affliction tournera en joie (…) C’est ainsi que vous êtes maintenant dans l’affliction ; mais je vous verrai à nouveau, votre cœur alors se réjouira » (Jn 16, 20-22).

Les premières à avoir vécu cette joie surnaturelle sont les femmes porteuses de parfums venues de grand matin au sépulcre du Dispensateur de vie, en entendant le Seigneur leur dire : « Je vous salue » (Mt 28, 9). Éprouvant cette même joie pascale, l’Église Mère de Constantinople déclare aujourd’hui d’une voix de stentor : « Voici le jour que le Seigneur a fait : qu’il soit notre bonheur et notre joie ! » (Ps 118 [117], 24). L’ultime ennemi, la mort, le chagrin, les problèmes, la corruption, la détresse, l’épreuve, sont dépouillés et anéantis par le Seigneur, le Dieu-homme vainqueur.

Nous vivons cependant dans un monde où les médias transmettent sans cesse des nouvelles pénibles faisant état d’attentats terroristes, de guerres locales, de phénomènes naturels désastreux, de problèmes dus au fanatisme religieux, à la famine, à la tragédie des réfugiés, à des maladies incurables, à l’indigence, à des désarrois psychologiques, au sentiment d’insécurité, avec leur cohorte de situations affligeantes.

Alors que nous sommes confrontés à ces « croix » quotidiennes que nous portons en nous répandant en « récriminations », notre Mère la sainte Église orthodoxe vient nous rappeler que nous pouvons être joyeux, car Christ notre chef a vaincu celles-ci, qu’il est le porteur de joie, celui qui « a illuminé l’univers ».

Notre joie est fondée sur notre certitude concernant la victoire du Christ. Nous avons la certitude absolue que le bien l’emportera, car le Christ est venu dans le monde « et il partit en vainqueur et pour vaincre » (Ap 6, 2). Le monde dans lequel nous vivrons éternellement c’est le Christ : la lumière, la vérité, la vie, la paix.

Malgré les croix et les détresses quotidiennes, l’Église Mère, la sainte Grande Église du Christ, ne vit que l’événement de la joie. Elle vit d’ores et déjà, dès la vie présente, le Royaume de Dieu. Depuis ce centre sacré de l’Orthodoxie, du tréfonds du Phanar supplicié, nous déclarons qu’« en cette nuit radieuse messagère du jour » la croix et la détresse prendront fin ; que l’humanité sera consolée de toute souffrance, grâce à la promesse dominicale : « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jn 14, 18). « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » (Mt 28, 20). C’est ce message que tous nous devons écouter, que notre contemporain doit écouter et s’abandonner pour voir le Christ marcher à ses côtés. Oui, Le voir à ses côtés. Et il ne Le verra que s’il écoute, s’il expérimente Sa parole.

La vie l’a emporté sur la mort, la lumière rayonnante de la bougie pascale, la Lumière sans déclin de la Résurrection, a vaincu les ténèbres du désordre et de la dissolution, des afflictions et des problèmes : c’est ce message que le Patriarcat œcuménique livre au monde entier, en invitant les êtres humains à en faire l’expérience. Il les appelle à se tenir avec foi et espérance devant le Christ ressuscité, devant le mystère de la vie ; il les appelle à se confier au Seigneur ressuscité qui tient les rênes de la création tout entière, le Seigneur de la joie et de l’allégresse.

Écrions-nous donc, frères et enfants : Christ est ressuscité ! Que la grâce et l’infinie miséricorde de notre Seigneur, maître de la vie et vainqueur de la mort, soient avec vous tous.

Phanar, saintes Pâques 2017 † Bartholomée de Constantinople votre fervent intercesseur dans le Christ Ressuscité

Un rassemblement oecuménique à La Défense pour célébrer Pâques le 16 avril et dans d’autres lieux en France

Un rassemblement oecuménique pour célébrer Pâques aura lieu à La Défense le 16 avril dans la matinée, le métropolite Joseph y représentera l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, et dans d’autres villes en France. Pour plus d’informations : le site dédié et l’affiche ci-dessous. Pour les autres lieux en France, voir cette page.

Vient de paraître : « Offices de Pâques et de la Semaine radieuse »

Le livre Offices de Pâques et de la Semaine radieuse (couverture ci-contre), qui vient d’être publié par Apostolia, comprend l’ensemble des offices célébrés à Pâques et toute la semaine de Pâques, en langue française, selon l’usage en vigueur dans l’Église roumaine, et selon les traductions adoptées par les paroisses francophones de celle-ci. En plus des textes liturgiques, il contient toutes les indications nécessaires à la célébration, ainsi que différents rituels propres à la Semaine radieuse (bénédiction des aliments pascals, célébration de la Paraclisis au cours de la semaine pascale, litie avec petite bénédiction des eaux qui a lieu les lundi et vendredi radieux, préparation de la communion des malades pour toute l’année, etc.). De plus, il comporte un appendice avec l’Évangile des vêpres du dimanche de Pâques en 14 langues, le tropaire de Pâques en 15 langues et la salutation pascale « Le Christ est ressuscité ! En vérité Il est ressuscité ! » en 104 langues. Ce livre s’adresse bien sûr à tous les célébrants, aux chœurs des différentes paroisses, mais également à tout fidèle qui souhaiterait lire au cours de la semaine pascale tous ces textes éclatants de lumière et porteurs de la joie la plus pure. Il est imprimé sur papier ivoire avec une couverture dure et deux marque-pages.
Le livre est disponible à la Métropole orthodoxe roumaine (librairie@mitropolia.eu), à la librairie Saint Serge, et sur Amazon.

100.000 exemplaires du livre « ABC du christianisme orthodoxe » seront distribués dans les églises russes à Pâques

L’action d’éducation orthodoxe russe « La bonne nouvelle pascale » aura lieu le 15 avril, à la veille de la fête de Pâques. Au cours de cette action, environ 100.000 exemplaires du livre « ABC du christianisme orthodoxe » seront distribués gratuitement dans les églises et monastères. Dans ce livre sont rassemblées les informations fondamentales sur l’église et l’office divin, les sacrements et les carêmes, le rôle du prêtre dans la vie des fidèles, ainsi que des citations de saints, philosophes et prêtres connus. C’est ce qu’ont annoncé jeudi les organisateurs de l’action à l’Agence « Interfax-Religion ». « Nous nous sommes efforcés de couvrir un maximum de diocèses » a déclaré à cette occasion l’interlocuteur de l’Agence. Cette action est accomplie depuis 2011. Pendant cette période, plus d’un million et demi d’exemplaires de l’Évangile et d’autres livres orthodoxes ont été distribués. Chaque année, une partie du tirage est envoyée dans les prisons, les hôpitaux et est distribuée aussi parmi les militaires.

Source : 1 : Photographie

Les travaux de restauration du Saint-Sépulcre seront terminés pour la fête de Pâques

Le chef de la mission du Patriarcat de Moscou à Jérusalem, l’archimandrite Alexandre (Elissov), a exprimé sa certitude que les travaux de restauration de l’édicule (le « Kouvouklion »), la chapelle qui abrite le Saint-Sépulcre, seraient terminés pour Pâques et que les traditions festives séculaires seraient donc observées. Le Samedi saint a lieu la descente du Feu sacré au « Kouvouklion », et des dizaines de milliers de pèlerins orthodoxes, dont de nombreux Russes, viennent à Jérusalem à cette occasion. « Toutes les célébrations liées à la descente du Feu sacré et à la fête de Pâques par toutes les confessions doivent avoir lieu au moment prévu et après l’achèvement des travaux », a déclaré l’archimandrite Alexandre. Pâques sera fêté cette année le 16 avril, et la descente du Feu sacré a lieu le 15 avril. Sous sa forme actuelle, le « Kouvouklion » a été érigé en 1810 à l’intérieur de la basilique du Saint-Sépulcre, sur lieu de l’ensevelissement et de la résurrection du Christ. Il s’agit de sa première restauration dans l’histoire. Les travaux sont effectués par des spécialistes de l’Université technique nationale d’Athènes. « Les travaux ont été provoqués par des circonstances objectives, à savoir le danger d’effondrement, voire même de pertes humaines, qui était réel » a déclaré l’archimandrite Alexandre. Le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem a indiqué que la date de fin des travaux était fixée au 22 mars.

Source

Les chrétiens orthodoxes de Chine célèbrent Pâques

Harbin — Vêtu de rouge et d’or, à la lueur des cierges, le premier prêtre orthodoxe ordonné en Chine continentale en soixante ans a célébré une messe de Pâques dimanche à Harbin (nord-est), symbole étonnant du réchauffement des relations entre Moscou et Pékin.

« C’est un jour heureux. Nous nous réjouissons de la résurrection », a affirmé le prêtre Alexandre Yu Shi, qui a dit des prières en slavon liturgique et en mandarin. « Il s’agit également d’une résurrection pour l’Église orthodoxe orientale à Harbin ».

Alexandre Yu Shi est le premier Chinois de l’histoire à avoir étudié dans un séminaire orthodoxe, en Russie, avec le soutien du Parti communiste chinois, pourtant athée.

« Avec l’aide des gouvernements des deux pays, j’ai pu apprendre la théologie » au séminaire de Saint-Pétersbourg, a affirmé à l’AFP cet ancien cadre de banque, ordonné prêtre l’année dernière, dont les grands-parents sont bouddhistes.

Pour sa première célébration de Pâques, quelque soixante fidèles étaient réunis, pour moitié des Chinois et pour moitié des expatriés russes.

La ville de Harbin était jadis qualifiée de « Paris de l’Est » pour sa population cosmopolite, avec des dizaines de milliers de Russes et ses plus de vingt églises orthodoxes.

Mais après l’arrivée au pouvoir du Parti communiste en 1949, de nombreux Russes ont fui ou ont été rapatriés et les fidèles sont entrés dans la clandestinité, tandis que les édifices religieux étaient détruits pendant la révolution culturelle déclenchée en 1966 par Mao Tsé-Toung.

Les messes orthodoxes ont repris en 1980, après la mort de Mao, mais faute de nouvelles ordinations, Harbin s’est retrouvée sans prêtres à la mort du dernier dans cette ville, en 2000.

Le Parti communiste reste toutefois méfiant vis-à-vis de la religion, comme en attestait la présence de plusieurs voitures de police surveillant la célébration de Pâques.

La Chine compte quelque 5,7 millions de catholiques et 23 millions de protestants, d’après des chiffres du Bureau des affaires religieuses datant de 2014. Le nombre des croyants orthodoxes est quant à lui évalué à 10 000.

Mais avec l’« Église souterraine » prospérant en dehors des organisations officielles, la communauté chrétienne chinoise pourrait au total compter quelque 60 millions de personnes, selon certaines évaluations.

Le réchauffement des relations entre Moscou et Pékin a donné un coup de pouce inespéré à l’Église orthodoxe : le président chinois Xi Jinping a rencontré à plusieurs reprises son homologue russe Vladimir Poutine ainsi que le patriarche orthodoxe russe Kirill, qui a célébré une messe historique à Pékin en 2013.

Source et photographie

Taizé en pèlerinage à Bucarest pour la fête de Pâques orthodoxe

ANSA471826_Articolo«  La communauté de Taizé est en « pèlerinage de confiance » en Roumanie, à l’occasion de la Pâque orthodoxe. Du 27 avril au 2 mai, plus de 150 jeunes de toute l’Europe se retrouvent à Bucarest pour fêter le mystère pascal dans les paroisses orthodoxes de la ville« .

Source (dont photographie et entretien): Radio-Vatican

« Orthodoxie » (France-Culture): « Pâques 2016 »

France-CultureL’émission Orthodoxie sur France-Culture (podcast audio ci-dessous) a proposé le 1er mai une émission consacrée à Pâques avec au programme une homélie sur le corps ressuscité par le père Jean Boboc (1) et le message de Pâques du métropolite Emmanuel,  président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France.

Les offices de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève)

P4300355Les offices de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques ont eu lieu au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève) avec la participation d’un grand nombre de fidèles. Les célébrations ont été présidées par le métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre, entouré de prêtres des paroisses grecque, francophone et roumaine qui y sont abritées. Au cours de la cérémonie de la Résurrection, le tropaire de Pâques a été chanté en grec, arabe, slavon, roumain et français.

Sources, Fanarion: 1 (matines et liturgie du Samedi Saint), 2 (dont photographie, fête de la Résurrection et vêpres du lundi de Pâques)

Voeux aux orthodoxes pour la fête de Pâques

_59670478_014510058-1Le président des États-Unis, Barack Obama, et sa femme, Michelle, ont adressé leurs vœux aux orthodoxes à l’occasion de la fête de Pâques. C’est également le cas du président russe Vladimir Poutine et du Premier ministre du Canada, Justin Trudeau et de son épouse, Sophie.

Photographie: au Saint-Sépulcre à Jérusalem, la cérémonie du « Feu sacré » (source: BBC)

Russie: environ 4 millions de personnes ont participé aux offices de la nuit de Pâques

2P20160501-PAL_6596-1200Environ 4 millions de personnes ont participé aux offices orthodoxes nocturnes en Russie pour la célébration de Pâques selon le ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie. A Moscou, 660 000 personnes ont participé à la nuit pascale, dont 5 000 à la cathédrale du Christ-Sauveur.

Source: Interfax. Photographie: lors de la nuit de Pâques dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou (source: Patriarcat de Moscou)

Messages de Pâques

La-Résurrection1Messages de Pâques en français: du patriarche oecuménique de Constantinople Bartholomée, du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, du patriarche Irénée de Serbie, du métropolite Tikhon (Église orthodoxe en Amérique), du métropolite Stéphane de Tallinn et de toute l’Estonie, du métropolite Emmanuel, du métropolite Athénagoras de Belgique, exarque des Pays-Bas et du Luxembourg, de l’archevêque Jean, de Mgr Nestor de Chersonèse, du métropolite Joseph.

Icône de la Résurrection ci-contre: blog “Icône et tradition”

Dans une interview accordée au journaliste Andrea Tornielli, le patriarche Bartholomée s’est exprimé au sujet de la célébration commune de Pâques proposée par le pape François

Dans une interview accordée au journaliste Tornielli pour le site « Vatican insider », le patriarche Bartholomée a abordé l’encyclique du pape François sur l’écologie, mais aussi la célébration commune de Pâques proposée par celui-ci :

François a proposé une fois de plus un accord sur une date fixe pour la célébration de Pâques. Êtes-vous d’accord avec cette proposition ?

– Des discussions dans l’Église orthodoxe concernant la célébration fixe ou commune de Pâques, comme fête des fêtes, ont lieu depuis plus d’un demi-siècle. En fait, les consultations panorthodoxes précédentes, pour la préparation du Saint et Grand Concile prévu à Istanbul l’année prochaine, ont pris en considération différentes options scientifiques et liturgiques visant à une telle possibilité. Cependant, durant les années récentes, et particulièrement après la chute du rideau de fer, des éléments significatifs au sein de certaines Églises nationales ont malheureusement résisté à un tel développement ou changement. Il n’y a pas de doutes qu’un accord sur une date fixe pour une célébration commune de Pâques serait bénéfique, particulièrement pour les chrétiens vivant dans les pays d’Amérique, d’Europe occidentale et d’Océanie. Néanmoins, que l’on soit d’accord ou non au niveau personnel, une telle proposition devrait être discutée sur une base panorthodoxe afin de ne pas rompre l’unité au sein des Églises orthodoxes elles-mêmes.

Source

Réactions dans l’Église orthodoxe russe au sujet de la date fixe de Pâques proposée par le pape François

On salue, dans l’Église orthodoxe russe, l’intention du pape de Rome de revenir à une seule tradition du comput pascal mais, toutefois, les paroles du pape François rapportées par les médias ne sont pas suffisantes pour comprendre correctement le fond de la question. C’est ce qu’a déclaré, dans une interview à l’agence TASS, le vice-président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Nicolas Balachov. « Je préférerais prendre connaissance d’abord de la déclaration exacte du pape François, qui est exprimée de façon différente aujourd’hui dans les différentes sources d’informations », a-t-il fait remarquer. « Si l’Église catholique-romaine a l’intention de renoncer à la pascalie grégorienne introduite au XVIème siècle et revenir à l’ancienne, celle d’Alexandrie, qui était utilisée à l’époque où l’Église était une en Orient et en Occident et qui est jusqu’à présent en vigueur chez les orthodoxes – on ne pourrait que saluer une telle intention » a déclaré le père Nicolas Balachov. Si certains journalistes ont transmis fidèlement les paroles du pape selon lesquelles la date de Pâques doit être « fixe » et ne pas être liée à la première pleine lune suivant l’équinoxe de printemps, comme l’a établi le premier concile œcuménique en 325, lequel est respecté tant en Orient qu’en Occident, alors, indubitablement, une telle proposition est absolument inacceptable pour l’Église orthodoxe. Aussi, disons que nous attendrons les publications dans les sources officielles du Vatican », a souligné le père Nicolas. Il a ajouté que « à Constantinople comme à Moscou, qui, comme l’ont communiqué les journalistes, ont été mentionnés par le pape, il n’y a aucun différend concernant la date de Pâques ; aussi, contrairement à certaines affirmations des médias, le réexamen de la date de Pâques n’est pas proposé dans le programme du concile panorthodoxe ». « Au demeurant, l’hypothèse selon laquelle le pape voulait effectivement faire un pas dans la direction des orthodoxes me paraît plus vraisemblable. C’est un désir bienveillant. C’est une autre chose qu’un tel rapprochement ne peut aucunement être atteint par un abandon de la tradition du premier millénaire du christianisme qui est commune pour nous. C’est pourquoi il est important de comprendre ce que le pape avait en réalité en vue » a conclu le représentant de l’Église orthodoxe russe.

Source

Lundi de Pâques au Patriarcat orthodoxe de Jérusalem

Le lundi de Pâques, le 13 avril 2015, a eu lieu la liturgie solennelle en l’église des saints Constantin et Hélène de la ville sainte, présidée par le patriarche de Jérusalem Théophile, en présence de la quasi-totalité des membres du Saint-Synode et d’un grand nombre de pèlerins des différentes Églises orthodoxes. On peut visionner sur ce lien la fin des matines, la liturgie, et la réception à l’issue de celle-ci, au cours de laquelle un chœur russe a chanté les hymnes de Pâques en slavon.

Source

Un reportage photographique sur les célébrations de Pâques à Chambésy (Suisse)

AnastasiDes photographies (dont celle ci-dessus) de l’office des matines du Samedi saint (épitaphion), avec celles des célébrations des vêpres et de la liturgie de saint Basile Samedi saint (liturgie célébrée par le grand protopresbytre Georges Tsetsis) et du dimanche de Pâques (nuit du samedi à dimanche) présidée par le métropolite Jérémie, au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy (Genève), sont en ligne sur cette page. Lors de la proclamation de la Résurrection, la péricope de l’Évangile de Marc et le tropaire de Pâques ont été dits en grec, en arabe, en roumain, en slavon et en français par les prêtres des différentes paroisses qui sont abritées au Centre.

Messages de Pâques

La-Résurrection1Messages de Pâques: du patriarche œcuménique Bartholomée, du patriarche Cyrille de Moscou,  du patriarche Irénée de Serbie, du métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, de l’archevêque Job de Telmessos, du métropolite Joseph, de Mgr Nestor de Chersonèse.

Icône de la Résurrection ci-contre: blog « Icône et tradition »

La salutation pascale en 250 langues.

Un nouveau disque du choeur du Séminaire orthodoxe russe: « Pâques orthodoxe à Épinay-sous-Sénart »

Un nouveau CD du chœur du Séminaire orthodoxe russe en France est paru: « Pâques orthodoxe à Epinay-sous-Sénart ». Pour le commander, voir cette page. Des extraits sont en ligne sur la même page. Ci-dessous: une vidéo de présentation, réalisée par Daniel Naberezhny, de ce nouveau disque.


7607861-11750866

Le gouvernement d’Estonie a refusé de déclarer jours fériés les fêtes de Noël (selon l’ancien calendrier) et de Pâques

Le ministère de la Justice estonien a fondé cette décision sur le motif que tous les orthodoxes estoniens ne fêtent pas Noël le 7 janvier. Les paroissiens de l’Église orthodoxe d’Estonie du Patriarcat de Constantinople fêtent Noël selon le calendrier grégorien. Le ministère de la Justice a également recommandé au gouvernement de ne pas déclarer jour férié la fête de Pâques orthodoxe du fait que celle-ci n’est pas partie traditionnelle de la culture locale. La proposition de déclarer ces dates jours fériés avait été formulée par la fraction parlementaire du parti d’opposition du Centre, pour lequel vote la majorité de la population russophone. En Estonie, sur une population de 1,3 million d’habitants, environ 175.000 sont orthodoxes, dont près de 150 000 paroissiens de l’Église orthodoxe d’Estonie du Patriarcat de Moscou et environ 15.000 vieux-croyants.

Source

Le spectacle de Pâques de l’Acer-Mjo

Le spectacle de Pâques de l'Acer-Mjo aura lieu le dimanche 25 mai à partir de 15h à Clamart. Pour tout renseignement, voir l'affiche ci-dessous.

Fetepaques2014

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski