25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe > Allocution du patriarche oecuménique Bartholomée Ier devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe – suite

Allocution du patriarche oecuménique Bartholomée Ier devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe – suite

Bartholomee_ce_1
Dans son allocution, prononcée devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe le 22 janvier dernier, le patriarche œcuménique  Bartholomée Ier a exposé sa vision du rôle du Patriarcat de Constantinople dans la construction européenne et son engagement dans le dialogue interreligieux. Pour lui, le Patriarcat de Constantinople et le Conseil de l’Europe partagent les mêmes buts. « Nous représentons devant vous une très ancienne institution européenne, puisqu’elle existe depuis près de dix-sept siècles, ce qui fait peut-être d’elle la deuxième institution la plus ancienne d’Europe. Ceux d’entre nous qui la servent n’admettraient en aucun cas de la voir se cantonner dans un rôle équivalent à celui de gardien de musée. » a souligné le patriarche Bartholomée. « Comme vous le savez, l’Empire romain d’Orient, ou Empire byzantin, dans lequel s’est développée l’institution du Patriarcat œcuménique, était un système politique entièrement différent de celui de l’État national ou civil moderne. C’était une structure politique multinationale et multiraciale, qui aspirait à assurer la coexistence pacifique des peuples et des traditions, à savoir la pax romana, appelée à devait devenir ensuite la pax christiana une fois que le christianisme eut prévalu. » a remarqué Bartholomée.

« Une foi chrétienne vécue profondément et un droit romain en constant développement du fait de l’influence chrétienne et de l’enseignement très répandu du grec constituaient les principaux fondements de la civilisation byzantine. » a rappelé le patriarche. Selon lui, le Patriarcat de Constantinople, qui a obtenu le titre « œcuménique » au 6ème siècle et qui par la décision du IV concile œcuménique a obtenu le droit « d’avoir sous sa juridiction les territoires en dehors de l’Empire byzantin, qui ne relevaient de la juridiction d’aucun autre patriarcat », a pu développer « la communication avec une multitude de peuples de différentes religions ». Ainsi, pour Constantinople « le dialogue – loin d’être sans précédent ou apporté par la seule modernité – se confond avec un vécu et une pratique plus que millénaires ».  Il a fermement rejeté tout conflit interreligieux et en appelle au dialogue « tout particulièrement en cette époque où les guerres semblent se multiplier dans le monde entier ». Il a également souligné que le Patriarcat œcuménique entretenait un « dialogue constant » avec le monde musulman. « Le dialogue interreligieux est désormais une nécessité pour l’humanité », a-t-il ajouté, tout en rejetant les positions des « oiseaux de mauvais augure pour qui le choc sanglant des religions est inévitable’ ».
Vous pouvez consulter en ligne le texte intégral en traduction française, ou le télécharger sous format PDF ou bien regarder la retransmission de la vidéo de l’allocution (format Windows Média Player). Vous pouvez également visualiser l’album de photographies de la visite du patriarche Bartholomée au Conseil de l’Europe. Le texte original lu en anglais est disponible à cette page.

Source et photo : Site Internet officiel du Conseil de l’Europe

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski