26/04/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe > Biélorussie: édition d’un fac-similé d’une « Vie de sainte Euphrosyne de Polotsk »

Biélorussie: édition d’un fac-similé d’une « Vie de sainte Euphrosyne de Polotsk »

Un fac-similé d'une Vie de sainte Euphrosyne de Polotsk, datant du Moyen-âge, vient d'être publié aux éditions de l'Exarchat de Biélorussie (Patriarcat de Moscou). Euphrosyne (parfois appelée Eŭfrasińnia, Efrasinnia) de Polotsk (Polotsk, 1110 – Jérusalem, 1173) est la petite-fille du prince Vseslav de Kiev et cousine de l'empereur byzantin Manuel Comnène. Princesse et moniale de Polotsk, en Biélorussie, sainte de l'Eglise russe, protectrice de sa ville natale et de toute la Biélorussie. Elle est fêtée le 23 mai (icônes: 1, 2, 3).

A douze ans, Euphrosyne refuse de se marier et prend le voile. Elle devient ermite à l'église de la Sainte-Sagesse. Puis elle obtient de l'évêque de Polotsk l'autorisation de résider dans la cathédrale. Elle y fait des travaux de copiste et la vente de livres lui permet de vivre et de distribuer des aumônes. Elle voyage également, à la fois pour fonder un monastère à Seltse et pour visiter Constantinople où elle reçoit une icône du patriarche Michel III d'Anchialos. Plus tard elle entreprend un pèlerinage en Terre Sainte où elle est reçue par le roi de Jérusalem et le patriarche latin Amaury de Nesle. Elle se rend au monastère Mar Saba, puis meurt à Jérusalem. Son corps est ramené à Kiev par des moines après la conquête de la ville par Saladin en 1183, et déposé à la laure des Grottes de Kiev. En 1910, ses reliques sont transférées à Polotsk, située à environ 200 km de Minsk, au monastère (1) du Saint-Sauveur et de Sainte-Euphrosyne.

Le fac-similé est la copie d'un des livres les plus anciens de l'hagiographie médiévale. Il est accompagné de commentaires scientifiques et d'une traduction en trois langues : russe, biélorusse et anglais. Le rédacteur principal de la maison d'édition, Nathalie Khutsaeva a déclaré pendant la présentation: “Cet exemplaire de l’hagiographie restauré par les savants biélorusses est un des plus anciens. Sainte Euphrosyne est morte à 1173, et en 1183, déjà, on écrivait l’hagiographie de la bienheureuse” (sur la célèbre croix de sainte Euphrosyne, en anglais).

Source (dont photographie): Sobor.by

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski