23/05/2017
Actualités
Page d'accueil > Sur le web > Revue de presse (page 2)

Archives de catégorie : Revue de presse

Souscrire au flux

L’abandon du département des arts de Byzance et des chrétientés d’Orient au Louvre

Le projet d'un département consacré aux art de Byzance et aux chrétientés d'Orient a été abandonné par le Louvre. Le quotidien La Croix y a consacré plusieurs articles : Le Louvre renonce au département des arts de Byzance; Encore une fois, on a oublié les chrétiens d'Orient; Un département des arts de Byzance et des chrétientés d'Orient au Louvre: un rêve impossible ? ".

Selon le journal autrichien « Die Presse », « les chrétiens de Turquie se sentent comme des citoyens de deuxième classe »

Sous le titre « En Turquie, les chrétiens se sentent comme des citoyens de deuxième classe », le journal autrichien Die Presse a publié l’article suivant, que nous reproduisons ci-après in-extenso.

Les attentes étaient élevées. Durant des semaines, le gouvernement turc avait fait savoir par les médias que le nouveau paquet de réformes démocratiques apporterait des améliorations notables pour de nombreuses parties de la société, particulièrement dans le domaine de la liberté religieuse. Parmi les chrétiens de Turquie, l’espoir se répandait que la percée tant attendue quant à l’égalité des communautés non-musulmanes était imminente. Or, les espoirs ont été déçus. Une semaine après la présentation du paquet de réformes, la critique est croissante chez les chrétiens turcs. Même si des terres ont été restituées au monastère syriaque de Mar Gabriel dans le sud-est de l’Anatolie. Cette restitution est un pas important pour assurer l’existence du monastère qui remonte au IVème siècle. Or, pour d’autres problèmes de la petite minorité chrétienne de Turquie, qui compte à peine 0.5% de la population de ce pays de 76 millions d’habitant, les réformes du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan restent bien en-deçà des espérances.

Un séminaire destiné à la formation des prêtres est fermé

Tout cela est particulièrement évident en ce qui concerne la question de la formation des prêtres pour l’Église orthodoxe grecque. Le séminaire orthodoxe sur l’île de Halki près d’Istanbul est fermé depuis plus de quarante ans, ce qui résulte dans le vieillissement constant du clergé dans l’ancienne Constantinople, le siège du Patriarcat œcuménique orthodoxe. Selon les indications fournies par le gouvernement sur le paquet de réformes, un pas était attendu dans la direction de la réouverture du séminaire, or il n’est pas venu. Erdoğan a déclaré dans un discours, mardi, pourquoi il en était ainsi. La réouverture du séminaire n’est pas un problème comme tel, a-t-il dit. Mais lorsque l’on donne quelque chose, on doit recevoir quelque chose en retour, a-t-il ajouté. Le Premier ministre a fait référence à la construction d’une mosquée à Athènes et aux problèmes de la minorité turco-musulmane en Grèce du Nord.

« Donnant-donnant »

Par cette réflexion, le Premier ministre se trouve entièrement dans la ligne des nationalistes turcs : il fait dépendre un élargissement des droits des citoyens turcs de confession chrétienne, d’une meilleure situation de la minorité musulmane en Grèce. Les droits religieux des chrétiens, dans cette logique, ne sont pas considérés comme une revendication démocratique naturelle, mais dans le cadre d’un « donnant-donnant » pour le bien-être des Turcs musulmans à l’étranger.
Une fois de plus, les chrétiens se sentent par conséquent comme des citoyens de deuxième classe. « Sommes-nous en quelque sorte des prisonniers ? » s’est demandé le journaliste arménien Hayko Bagdat, mardi, dans le journal Today’s Zaman. Orhan Kemal Cengiz, un avocat spécialisé dans les droits des minorités a, dans une critique publiée dans le même journal, déclaré qu’il était certes très bien de plaider pour davantage de droits pour les musulmans en Grèce, mais on ne saurait pour autant « nier leurs droits à ses propres citoyens ».
Selon les observations de Dimitrios Triantaphyllou, un politologue grec à l’Université Kadir-Has d’Istanbul, la communauté grecque de Turquie attendait un petit quelque chose du paquet de réforme d’Erdoğan. Or celui-ci, dans les années passées, avait déjà fait beaucoup pour les chrétiens, a déclaré Triantaphyllou au journal Die Presse.
La restitution des biens expropriés et la permission de célébrer des offices en des lieux emblématiques comme le monastère de Sumela, près du rivage de la mer Noire en font partie.  

Lire la suite »

Un entretien avec Nana Peradze

992146580L'hebdomadaire France catholique a publié dans le numéro actuellement en kiosque (n°3367) un entretien avec Nana Peradze. Elle y évoque son enfance et sa formation en Géorgie, son parcours artistique, mais aussi à la télévision géorgienne où elle a réalisé deux films documentaires, le chant orthodoxe, son adaptation en français, l'ensemble Harmonie géorgienne et le disque Eucharistia (1) aux éditions Jade: première page, deuxième, troisième. Une rencontre était organisée, samedi dernier, avec Nana Peradze, à la librairie L'Age d'Homme à Paris, un compte-rendu est proposé ici.

Photographie: Nana Peradze (source)

La population mondiale est religieuse à 84%

Le Monde des religions rapporte les résultats d'une étude publiée récemment du centre américain Pew Forum on religion and public life (1) sur les dynamiques religieuses dans le monde aujourd'hui. Il ressort tout d'abord de cette étude que 84% de la population mondiale, soit 5,8 milliards de personnes (sur une population estimée à 6,9 milliards, chiffre dépassé aujourd'hui) qui se déclarent membres d'une des grandes religions du monde: bouddhisme, christianisme, hindouisme, islam, judaïsme, ou d'une autre religions traditionnelles ("africaine, chinoise, amérindienne, aborigène… Un peu moins de 1 % évoque d’autres croyances, comme le sikhisme, le shintoïsme, le taoïsme ou encore le zoroastrisme"). Les chrétiens sont majoritaires avec environ un tiers de la population mondiale, 32% précisément, puis viennent les musulmans avec 23%. Le centre Pew Forum propose aussi des données sur les chrétiens (en tout 2,2 milliards de personnes): 50% sont catholiques, 37% protestants au sens large, 12% orthodoxes, donc 264 millions de personnes mais en regroupant orthodoxes et orthodoxes "orientaux", c'est-à-dire pré-chalcédoniens (étude parue en 2011 plus précise sur les orthodoxes). Le 1% restant comprend différentes dénominations qui se disent chrétiennes (Mormons, Témoins de Jéhovah, etc.).

« En Terre sainte, des chrétiens russes-orthodoxes en mal d’identité »

A l'occasion de la visite du patriarche russe Cyrille en Terre Sainte, le quotidien La Croix a notamment publié cet article, intitulé "En Terre sainte, des chrétiens russes-orthodoxes en mal d'identité", sur les chrétiens russes orthodoxes installés en Israël, que l'on estime à 150 000-200 000.

Arvo Pärt

A l'occasion de la sortie d'un ouvrage qui lui est consacré et d'une création au Collège des Bernardins, le 17 novembre, le Monde des religions a consacré cet article à Arvo Pärt, estonien et orthodoxe, un des compositeurs les plus réputés aujourd'hui.

« Liban, un pacte national à renouveler » (tribune dans « La Croix »)

Dans le prolongement du colloque "Quelle gouvernance pour le Liban: actualité et perspectives" qui s'est tenu du 24 au 28 août au sanctuaire de Notre-Dame de la Salette, dont la réflexion s'est poursuivie lors de la table ronde du 10 septembre sur le même thème au Collège des Bernardins, organisée en partenariat avec Orthodoxie.com, KTO et l'Oeuvre d'Orient, cette tribune co-signée par Carol Saba, porte-parole de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France et Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France, tous les deux conférenciers au colloque de la Salette, tente de résumer ce qui constitue l'essence même de la "question" libanaise, les raisons de l'impasse actuelle, mais aussi celles qui poussent à espérer en la renaissance d'une gouvernance positive dans ce pays "paradigme" pour l'ensemble de la région du Moyen Orient en transition et en recomposition politique.

« Les évêques orthodoxes de France soulignent leurs réserves vis-à-vis du mariage homosexuel »

Le quotidien La Croix a publié un article qui reprend la récente déclaration de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF) sur le projet de mariage homosexuel, incluse dans le communiqué suite à la réunion du 2 octobre de l'AEOF. Il y est notamment précisé: "Pour l’Église orthodoxe, l’ontologie du mariage se fonde sur la complémentarité homme-femme."

Roumanie: une recension de « Prendre soin de l’autre – Une vision chrétienne de la communication » dans le quotidien « Ziarul Lumina »

Le quotidien orthodoxe roumain Ziarul Lumina, "Lumière du jour", a publié hier une recension de l'ouvrage du P. Christophe Levalois intitulé Prendre soin de l'autre – Une vision chrétienne de la communication (Cerf, 2012). Elle a été écrite par le P. Nicolae Dascălu, directeur du quotidien, lui-même auteur d'un ouvrage sur la communication religieuse éditée en 2012 et dont Orthodoxie.com a publié les conclusions en français.

Un entretien avec Lycourgos Angelopoulos

La Dépêche a publié l'entretien suivant avec Lycourgos Angelopoulos (1) à l'occasion du 30e anniversaire de l'ensemble Organum (1, 2) lors des Diagonales d'été à Moissac, où le protopsalte athénien était invité:

" Vous êtes l'un des plus grands spécialistes de la musique byzantine. En quoi cette musique est-elle différente des musiques anciennes d'Europe occidentale ?

Avec un répertoire de deux millénaires, la musique byzantine, qui s'est développée dans l'Empire romain d'Orient, est fondée sur une architecture sonore modale et elle s'est développée en même temps que se mettait en place un corpus d'hymnes chrétiens dans la liturgie orthodoxe. Or, les instruments de musique ne sont pas admis dans le rite orthodoxe. C'est pourquoi il s'agit d'une musique purement vocale et qu'on parle de chant byzantin, plutôt que de musique byzantine, comme on parle de chant grégorien.

Lire la suite »

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski