29/05/2017
Actualités
Page d'accueil > Vivre avec l’Église

Archives de catégorie : Vivre avec l’Église

Souscrire au flux

29 mai

29 mai

Transfert des reliques de sainte Théodosie de Tyr, vierge, martyre à Césarée de Palestine (307-308) ; saint Conon et son fils saint Conon, martyrs à Icône en Asie Mineure (275) ; saint Ortaire, abbé de Landelle (VIème s.) ; sainte Théodosie, vierge, moniale, martyre à Constantinople (745) ; saint Jean, fol en Christ à Oustioug (1494) ; saints martyrs et confesseurs de Russie : Jean (Preobrajensky), diacre et martyr André (Trofimov) (1938) ; saint Luc, archevêque Simferopol, confesseur (1961).

SAINTE VIERGE ET MARTYRE THÉODOSIE
La cinquième année de la Grande Persécution de Dioclétien (307) à Césarée de Palestine, le dimanche de Pâques, Théodosie, une jeune vierge consacrée, d’à peine dix-huit ans, originaire de Tyr, s’approcha des prisonniers qui avaient confessé le Nom du Christ et attendaient enchaînés de comparaître devant le juge, et elle leur demanda de se souvenir d’elle lorsqu’ils auront atteint le Royaume des cieux. Aussitôt des soldats se saisirent de la jeune fille et la conduisirent devant le gouverneur Urbain. Celui-ci, rempli de colère et de rage, lui ordonna de sacrifier. Comme elle refusait, elle fut cruellement torturée aux côtés, aux seins et aux entrailles, les supplices laissant apparaître ses os mêmes. La sainte souffrait cependant en silence, et cette attitude surnaturelle excitait encore plus la rage du magistrat. Comme il l’exhortait une fois encore à sacrifier, jetant sur lui un regard aigu et prolongé, Théodosie lui dit en souriant, avec un visage resplendissant : « Homme, pourquoi t’égares-tu ? Ne sais-tu pas que maintenant j’agis conformément à mes prières, puisque j’ai été jugée digne de participer au sort des martyrs du Christ ? » Se voyant devenir la risée du public, Urbain, incapable de la vaincre par de plus grands tourments, ordonna de la jeter à la mer ; puis il se tourna vers les confesseurs qui avaient été encouragés par la résistance de la jeune fille, et les condamna tous aux implacables mines de cuivre de Phaeno.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire de l’Ascension, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.
Tropaire de la sainte, ton 4
Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi; * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui par amour s’immole pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kondakion de l’Ascension, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XIV, 27 – XV,7)
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père; car le Père est plus grand que moi. Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi; mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que le Père m’a donné, levez-vous, partons d’ici. Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.

16 mai (ancien calendrier) / 29 mai (nouveau)

16 mai (ancien calendrier) / 29 mai (nouveau)

Saint Théodore le Sanctifié (ou le Consacré), disciple de saint Pacôme en Égypte (368) ; saints Guy, Modeste et Crescence (env. 303) ; saint Pélerin, premier évêque d’Auxerre, martyr (304) ; saint Abda et Abdiésius, évêques, et de nombreux autres martyrs en Perse (env. 418) ; saint Fort, évêque de Bordeaux, martyr ; bienheureuse vierge Musa de Rome (Vème s.) ; saint Fale (ou Fidole), moine à Troyes (vers 540) ; saint Brendan le voyageur, abbé irlandais fondateur de plusieurs monastères (583) ; saint Eman, prêtre, martyr à Chartres (VIème s.) ; saint Germier, évêque de Toulouse (VIème s.) ; saint Honoré, évêque d’Amiens (600) ; les 44 saints moines massacrés par les Perses à la Laure de Saint-Sabas (614) ; saint Georges II, évêque de Méthylène (IXème s.) ; saints Cassien (1537) et Laurent (1548) de Komel ; saint martyr Voukachine (Serbie, 1943).

SAINT THÉODORE LE SANCTIFIÉ
Né dans une famille de notables chrétiens en Haute Égypte, saint Théodore mena dès son enfance une vie pieuse. À l’âge de douze ans, voyant le festin préparé par sa famille à l’occasion de la fête de la Théophanie, il fut touché de componction et se dit : « Si tu jouis de ces aliments, tu n’obtiendras pas la vie éternelle. » Dès lors, il jeûna tous les jours jusqu’au soir et s’abstint de tout aliment recherché. Deux ans plus tard, il fut reçu au monastère de Latopolis, où il mena la vie anachorétique auprès de quelques vieux moines ; puis, ayant entendu vanter la sagesse de saint Pacôme, il se rendit avec une brûlante ardeur à Tabennêsis (vers 328). Dès son arrivée au monastère, le jeune Théodore s’efforça d’imiter en tout notre Père Pacôme, qu’il regardait comme la présence visible de Dieu. Il veillait à garder rigoureusement la pureté du cœur, un langage mesuré et agréable et une obéissance inconditionnée jusqu’à la mort. Ses admirables progrès dans les vertus lui permirent de devenir, malgré son jeune âge, le réconfort et le modèle de nombreux frères. La première année de son séjour, comme il se levait un jour pour prier, sa cellule fut soudain illuminée et deux anges éblouissants lui apparurent. Effrayé, Théodore sortit précipitamment et grimpa sur le toit ; mais les anges vinrent le rassurer et lui remirent prophétiquement un grand nombre de clés.

Une autre fois, sa mère vint lui rendre visite, mais Théodore refusa de la voir, par crainte de se voir reprocher au jour du Jugement cette transgression du commandement prescrivant à ceux qui veulent obtenir la perfection de renoncer pour toujours à leurs parents, et il dit : « Je n’ai pas de mère et rien en ce monde, car il passe. » Lorsque saint Pacôme le réprimandait à tort pour l’éprouver, Théodore n’essayait pas de se justifier, mais il s’attribuait la faute et disait : « Il faut que je pleure jusqu’à ce que le Seigneur redresse mon cœur et que je mérite d’obéir à ses ordres. »

Un jour, un frère ayant été réprimandé par saint Pacôme, se préparait à quitter le monastère. Théodore vint alors à lui et feignant d’avoir pris une résolution semblable, il put rendre courage au frère et le sauver de la perdition. Une autre fois, ayant interrogé un moine ancien, et l’ayant trouvé incapable de renoncer à son attachement pour sa famille, il fit semblant de vouloir quitter un tel monastère, où l’on faisait si peu de cas de la parole évangélique (Lc 14, 26), et il put ainsi le corriger.

Quand il eut trente ans, un dimanche soir, saint Pacôme, ayant réuni les frères pour sa catéchèse habituelle, céda soudain la parole à Théodore. Obéissant, celui-ci commença à parler selon ce que le Seigneur lui inspirait, et saint Pacôme se tenait debout avec les autres moines pour l’écouter. Certains anciens s’irritèrent pourtant de cette élévation d’un plus jeune qu’eux et quittèrent l’assemblée. À l’issue de la synaxe, Pacôme déclara qu’ils s’étaient rendus étrangers à la miséricorde de Dieu et que s’ils ne se repentaient pas de ce mouvement d’orgueil, il leur serait difficile d’accéder à la vie éternelle. Après cela, il établit Théodore économe du monastère de Tabennêsis (vers 336) et fit de lui son adjoint dans l’administration de la Koinonia. Éprouvé dans l’humilité et dépouillé de toute volonté propre, Théodore ne changea rien à son attitude de disciple et progressa en édifiant les frères, car sa parole était remplie de grâce et sa charité couvrait toutes les faiblesses. Chaque jour, après son travail, il se rendait à Pabau afin d’écouter la catéchèse de Pacôme, puis il revenait à Tabennêsis pour la répéter à ses moines.

Ayant ensuite reçu de saint Pacôme l’ordre de visiter les monastères de la Koinonia, il était toujours accueilli par les frères avec grande joie, car Dieu lui avait accordé le charisme de la consolation, et Pacôme disait de lui : « Théodore et moi accomplissons le même service en l’honneur de Dieu, et il a pouvoir de commander en qualité de père et maître. » C’est pourquoi, après quelque temps, il le retira de Tabennêsis pour l’associer à la direction spirituelle de toute la congrégation. C’était lui qui recevait les nouveaux moines dans tous les monastères et qui expulsait les récalcitrants. Lorsqu’il corrigeait un frère, il s’astreignait à accomplir la même pénitence, craignant d’être condamné par Dieu pour ne pas avoir accompli lui-même ce qu’il ordonnait aux autres.

Une fois, saint Pacôme étant tombé malade, les frères vinrent trouver Théodore pour lui demander de prendre la succession dans le cas où le Père mourrait. Quand Pacôme se fut rétabli, il demanda compte à chacun de ses pensées. Théodore confessa que, sous la pression des frères, il avait acquiescé à leur proposition de lui succéder. Pacôme lui retira alors toute autorité sur les moines et le relégua dans un endroit solitaire, où il versa beaucoup de larmes à cause de son péché d’orgueil. Après des années de pénitence et peu de temps avant de mourir, Pachôme le rétablit dans ses fonctions, déclarant aux frères que cette épreuve avait fait progresser Théodore sept fois plus que ses ascèses antérieures, à cause de l’humble repentir qu’il avait montré.

Après la mort de saint Pacôme (346), Théodore, qui l’avait enseveli dans un endroit secret, fut envoyé à Alexandrie pour affaires. Il rendit visite à saint Antoine le Grand, qui témoigna de son admiration pour Pacôme et la vie cénobitique, et l’envoya à saint Athanase avec une lettre de recommandation. C’est à Alexandrie qu’il apprit la mort de Pétronios et, de retour en Thébaïde, il se soumit avec humilité et ferveur à saint Horsièse. Il était devant lui comme une brebis, ayant déraciné de son cœur toute pensée de pouvoir, bien qu’aux yeux de beaucoup il fût le plus digne de succéder à saint Pacôme. Voyant que de nombreux frères avaient recours à lui, et voulant éviter toute rivalité, il obtint d’être envoyé au monastère de Pachnoum, pour y diriger la boulangerie.

Lorsque le supérieur du monastère de Monchôsis (Thmousons), Apollonios, se fut révolté, prétendant rendre son monastère indépendant, Horsièse se retira et désigna Théodore pour lui succéder à la tête de la Koinonia. Théodore réunit aussitôt les frères et les exhorta, avec force larmes, à maintenir la tradition instituée par saint Pacôme et à garder l’unité de leur sainte assemblée. Puis il visita avec soin les monastères, changea tous les supérieurs et distribua de nouvelles charges. Se souvenant pourtant de la pénitence imposée jadis par Pacôme pour sa pensée concernant la succession, il ne s’estimait pas le supérieur des monastères, mais seulement remplaçant et serviteur d’abba Horsièse ; et chaque fois qu’il voulait prendre une décision, il allait d’abord en demander l’autorisation à Horsièse qui s’était retiré à Chenoboskion. Il était au milieu des frères un modèle d’humilité, tant dans l’habillement que dans la parole et dans tout son comportement, malgré sa renommée qui s’était étendue à toute l’Égypte, et les nombreuses guérisons qu’il accomplissait.

Grâce à sa diligence, il parvint à restaurer le bon ordre et à réanimer le zèle des moines. Il s’entretenait avec chacun, les exhortant à résister avec courage à l’assaut des pensées, et corrigeait les négligents avec patience, en priant ardemment pour leur correction. Aux monastères fondés par saint Pacôme, il ajouta ceux de Kaïor et Ouï dans la région d’Hermoupolis et un autre près d’Hermonthis, ainsi que deux monastères féminins.
Vers 363, saint Athanase, exilé, vint rendre visite à la Koinonia, dont il admira l’ordre et les règlements, aptes à procurer la paix à tant d’âmes. Théodore lui dit : « Cette faveur de Dieu nous appartient grâce à notre Père Pacôme. Mais quand nous te voyons, c’est comme le Christ que nous te voyons. »
Par la suite Théodore réussit à faire revenir Horsièse à Pabau et le servit en qualité de second, et ils alternaient pour visiter les monastères. Toutefois les préoccupations matérielles ayant considérablement augmenté du fait de l’accroissement du nombre des frères, Théodore se désolait de voir les moines abandonner la rigueur et la simplicité de vie instituées par saint Pacôme. Il se mortifiait pour qu’ils fassent pénitence et il allait passer de longues nuits de prière sur le tombeau de saint Pacôme, connu de lui seul.

Après la Pâque 368, Théodore tomba malade. Horsièse supplia le Seigneur de mourir le premier et de laisser Théodore, dont la Koinonia avait un si grand besoin. Mais tel n’était pas la volonté de Dieu et, après avoir confessé qu’il n’avait jamais rien fait sans obéissance, Théodore s’endormit très paisiblement, le 27 avril. Tous les frères poussèrent alors une grande clameur et s’écrièrent : « Nous sommes devenus orphelins, car c’est en effet notre juste Père Pacôme qui est mort aujourd’hui (en sa personne) ! » Après les funérailles, saint Horsièse alla déposer son corps aux côtés du tombeau secret de saint Pacôme. Aussitôt qu’il apprit la nouvelle, saint Athanase écrivit aux frères que Théodore ne cessait d’être parmi eux, puisqu’ils formaient un seul homme avec abba Horsièse, et il les exhorta à ne pas pleurer celui qui était désormais parvenu au séjour des bienheureux.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de l’Ascension, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire du saint, ton 1
Le désert fut ta cité, dans la chair tu fus un Ange, * tes miracles te signalèrent, Père Théodore porteur-de-Dieu; * par le jeûne, les veilles et l’oraison * tu as reçu les charismes du ciel * pour guérir les malades et les âmes des fidèles qui accourent vers toi. * Gloire à celui qui t’a donné ce pouvoir, * gloire à celui qui t’a couronné, * gloire à celui qui opère en tous, par tes prières, le salut.

Kondakion du saint, ton 2
Comme palmier tu as poussé dans la maison du Seigneur * et tu lui as offert les fruits des vertus * par l’excellence de tes labeurs ascétiques, * Père Théodore; c’est pourquoi * te voilà bienheureux maintenant * que tu occupes le rang des Incorporels.

Kondakion de l’Ascension, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XIV, 27 – XV,7)
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père; car le Père est plus grand que moi. Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. Je ne parlerai plus guère avec vous; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi; mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que j’agis selon l’ordre que le Père m’a donné, levez-vous, partons d’ici. Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.

15 mai (ancien calendrier) / 28 mai (nouveau)

15 mai (ancien calendrier) / 28 mai (nouveau)

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Pacôme le Grand, fondateur du cénobitisme en Haute-Égypte (348) ; saint hiéromartyr Euphrase, évêque, patron d’Ajaccio (Ier s.) ; saints Cassius, Victorin, Maxime et leurs compagnons, martyrs en Auvergne (260) ; saint Achille, évêque de Larissa en Thessalie (vers 330) ; saints Barbare, guerrier, Callimaque et Denis, martyrs à Méthone (361) ; saint Rhétice, évêque d’Autun (IVème s.) ; saint Primaël, ermite au diocèse de Quimper (vers 450) ; saint Franchy, ermite dans le Nivernais (VIIème s.) ; saint Isaïe, évêque de Rostov, thaumaturge (1090) ; saint Isaïe des Grottes de Kiev (1115) ; saint Pacôme de Nerekhta (1384) ; saint Euphrosynius de Pskov et son disciple Sérapion (1481) ; saint Dimitri, tsarévitch d’Ouglitch et de Moscou, enfant assassiné (1591).

SAINT PACÔME LE GRAND
Notre bienheureux Père Pacôme naquit de parents païens en Haute Égypte, vers 292, mais dès son enfance il ressentit une vive répulsion à l’égard du culte idolâtre et montra un penchant naturel pour le bien. Enrôlé de force dans l’armée lors de la campagne de Maximin-Daïa contre Licinius (312), il fut ému par l’attitude charitable des chrétiens de Thèbes envers les conscrits, que l’on traînait sans ménagement vers leur garnison comme des prisonniers. Bientôt libéré, il fut baptisé au village de Schenesèt et, la nuit suivante, il vit une rosée descendre du ciel et se répandre sur sa tête, puis elle se condensa dans sa main droite et devint du miel qui s’écoula sur toute la terre. Il commença aussitôt à mener une vie ascétique, en se guidant selon sa conscience, et à servir les habitants du lieu, surtout lors d’une épidémie de peste. Au bout de trois ans, incommodé par la fréquentation des séculiers et mû désormais par un violent amour pour Dieu seul, il devint disciple d’un saint vieillard, rude et austère, qui vivait en reclus en dehors du village : saint Palamon [12 août].

Après l’avoir rudement éprouvé, celui-ci le revêtit de l’Habit monastique et lui enseigna à veiller comme il le faisait lui-même, la moitié de la nuit, et souvent la nuit entière, en récitant des passages de l’Écriture sainte, à jeûner tous les jours jusqu’au soir en été, et à ne manger en hiver qu’un jour sur deux ou trois, sans jamais consommer ni huile, ni vin, ni mets cuits. Leur office liturgique consistait en cinquante groupes de psaumes conclus par une prière pendant la nuit, et soixante pendant la journée, sans compter le perpétuel souvenir de Dieu qu’ils entretenaient dans leur esprit et dans leur cœur, selon la recommandation de l’Apôtre (2 Th 5, 17).
Pour subvenir à leurs besoins, et surtout au soin des pauvres, ils tressaient des objets en fil, en poil ou en fibre de palmier, et travaillaient même pendant la nuit, en récitant la parole de Dieu, afin de lutter contre le sommeil. Si, malgré le travail manuel, le sommeil les accablait, ils se levaient et allaient transporter du sable dans des paniers, d’un endroit du désert à l’autre. Un jour de Pâques, Pacôme versa un peu d’huile sur le sel écrasé qui était leur nourriture habituelle. Palamon se frappant le visage, se mit alors à pleurer et dit : « Hier, mon Seigneur a été crucifié, et moi je mangerais aujourd’hui de l’huile ! »

Pacôme supportait non seulement de bon gré la rigoureuse discipline du vieillard, mais il s’appliquait surtout à garder son cœur pur par une stricte vigilance sur ses pensées, dépensant toutes les ressources de son esprit à apprendre par cœur les paroles de Dieu afin de les faire siennes. Il avait coutume de s’éloigner dans le désert pour prier ou de se tenir debout, la nuit entière, dans les tombeaux, en tendant les mains vers le ciel comme s’il était crucifié, et versant tant de sueur que le sol en devenait boueux à ses pieds. Pendant ces prières nocturnes, les démons s’acharnaient contre lui et l’attaquaient ouvertement, mais l’homme de Dieu les couvrait de confusion en louant Dieu et en se moquant de leurs vains artifices. Comme leurs attaques se faisaient plus pressantes, il affligea davantage son corps et demanda à Dieu de lui retirer le sommeil jusqu’à ce qu’il remporte définitivement la victoire. Il fut exaucé, et acquit dès lors une telle faveur auprès de Dieu, que son corps jouissait déjà en partie de l’incorruptibilité promise aux élus : il pouvait marcher sans danger sur les serpents et les scorpions, et traverser le Nil au milieu des crocodiles.

Au bout de quatre ans de luttes, la vision de la rosée céleste se renouvela, mais il attendit encore trois années avant de s’éloigner seul dans le désert. Lorsqu’il parvint à un lieu nommé Tabennêsis, sur la rive nord-est du Nil, il entendit une voix céleste qui lui ordonnait d’y rester pour y fonder un monastère. Ayant obtenu l’autorisation de Palamon, juste avant son décès, Pacôme s’y installa et s’adonna seul à de grandes ascèses, jusqu’à ce que son frère aîné, Jean, vînt le rejoindre. Mettant tout en commun, ils vivaient dans un grand renoncement et distribuaient aux pauvres le fruit de leur travail, en ne gardant que le strict nécessaire pour vivre : deux pains et un peu de sel par jour. À la fin de leur veille quotidienne, ils prenaient un peu de repos, assis, sans s’appuyer le dos au mur. Pendant le jour, ils s’exposaient aux ardeurs du soleil, gardant en esprit la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ et les épreuves des martyrs.

Un jour, un ange de Dieu apparut à Pacôme pendant sa vigile et lui dit à trois reprises : « Pacôme, la volonté de Dieu est que tu serves la race des hommes, pour les réconcilier avec Lui. » Dès lors, des hommes des villages environnants se rassemblèrent autour de lui pour mener ensemble la vie ascétique : chacun vivait séparément, comme il l’entendait, et fournissait sa part pour les besoins matériels de la communauté. Pacôme se mettait humblement à leur service, préparait la nourriture qu’ils désiraient, recevait les hôtes et servait les frères quand ils étaient souffrants, alors qu’il se contentait pour lui-même de pain et de sel en tout temps. Ces hommes rudes ne lui montraient cependant aucun respect, ils méprisaient son humilité et se moquaient même de lui. L’homme de Dieu prit patience pendant cinq ans, jusqu’au jour où, après en avoir reçu l’ordre de Dieu au cours d’une nuit de prière, il leur imposa une règle de vie commune et chassa avec autorité tous ceux qui ne voulaient pas s’y conformer . De nouveaux candidats à la vie monastique s’étant présentés, Pacôme, après les avoir suffisamment éprouvés, leur imposa de vivre « selon les Écritures », en mettant tout en commun, dans une parfaite égalité, à l’imitation de la communauté apostolique (cf. Act 2). Se mettant à leur service comme auparavant, il leur enseignait à porter leur croix pour suivre le Christ et à n’avoir d’autre souci que de repasser dans leur esprit les paroles du Seigneur. On rapporte qu’un ange, vêtu en moine, lui montra le modèle de leur habit et lui remit une tablette sur laquelle était inscrite la règle de la communauté. Elle prescrivait de donner à manger et à boire à chacun en fonction de sa constitution et de son travail, sans empêcher ceux qui voulaient pratiquer davantage l’ascèse. Ils devaient vivre dans des cellules séparées, regroupées en « maisons » , selon leurs affinités ou leurs occupations, et se réunir trois fois par jour pour adresser à Dieu douze groupes de psaumes et de prières. Comme Pacôme objectait que cela ne faisait pas beaucoup de prières, l’ange répondit : « Tout ce que je prescris c’est pour être sûr que même les petits pourront observer la règle sans découragement. Quant aux parfaits, ils n’ont pas besoin de loi, puisque dans leur cellule, ils consacrent leur vie entière à la contemplation de Dieu » .

Lorsque les frères atteignirent le nombre de cent, Pacôme leur bâtit une église dans le monastère ; et, le dimanche, il invitait un prêtre du village à venir célébrer la divine Liturgie, car il refusait qu’aucun des moines ne soit ordonné clerc, de crainte que la vaine gloire et la jalousie ne viennent rompre leur belle harmonie. Peu après sa consécration comme archevêque d’Alexandrie, saint Athanase rendit visite au monastère de Tabennêsis (329), mais Pacôme, ayant appris qu’on voulait l’ordonner prêtre, se cacha jusqu’au départ du prélat.

La communauté, appelée par lui Koinonia , devenant nombreuse, Pacôme désigna des frères affermis dans la vertu pour l’assister : l’un comme administrateur du service matériel, avec un second, d’autres comme responsables des « maisons » ; d’autres encore étaient chargés du soin des malades, de la réception des hôtes ou de la vente à l’extérieur des produits fabriqués au monastère. Trois fois par semaine, saint Pacôme instruisait lui-même l’ensemble de la communauté, en interprétant les Écritures et, aux deux jours de jeûnes, les chefs des maisons faisaient à leur tour une catéchèse destinée à leurs moines respectifs.

La sœur de Pacôme, Marie, étant elle aussi venue le rejoindre, le saint lui fit construire un monastère, dans le village, où de nombreuses sœurs se rassemblèrent pour y mener une vie toute semblable à celle des moines, guidées par un vieillard grave et avisé, nommé Pierre.

Le saint recevait avec circonspection les candidats qui se présentaient et n’acceptait qu’un petit nombre de ceux qui avaient mené auparavant une vie impure ou avaient un caractère revêche, de peur qu’ils n’entraînassent les autres frères dans la perdition. Mais pour ceux d’entre eux qu’il acceptait, il luttait avec eux jour et nuit, afin de les tirer de l’asservissement aux passions. Lorsqu’il trouvait des moines rétifs, il essayait de les corriger et priait instamment pour eux, en ajoutant à ses jeûnes, ses veilles et ses macérations, afin qu’ils se repentissent et apprennent le mystère de la vie monastique et la paix que l’on tire de l’obéissance. S’ils persistaient néanmoins à contredire, il les renvoyait de la communauté, pour ne pas empêcher les autres frères de croître dans la crainte de Dieu. Une année, il renvoya ainsi jusqu’à cent moines, sur les trois cents que comportait la communauté.

Grâce à son don de clairvoyance, saint Pacôme devinait les fautes et les pensées perverses des frères, et il savait les guérir avant qu’ils ne commettent le péché. Bien qu’il guérît des malades et délivrât des possédés, tant parmi les frères que parmi les séculiers qui se pressaient au monastère, il s’en remettait en tout à la volonté de Dieu et ne se fâchait jamais quand le Seigneur n’exauçait pas sa prière. Il enseignait que supérieures aux guérisons corporelles sont les guérisons spirituelles des âmes qui, de l’erreur ou de la négligence, parviennent à la connaissance du vrai Dieu et au repentir. Il ne demandait jamais à Dieu de recevoir des visions, car elles peuvent être une voie d’illusion, et disait : « Si tu vois un homme pur et humble, c’est une grande vision. Quoi de plus grand en effet que de voir Dieu invisible dans un homme visible, temple de Dieu. »

Même lorsqu’il était accablé par la maladie, le bienheureux refusait de se faire servir ou de s’accorder un quelconque soulagement. Il n’acceptait qu’un seul remède : le Nom du Seigneur, et enseignait aux malades par son exemple à supporter avec patience et actions de grâces leurs maux, afin de remporter une double couronne : celle de l’ascèse et de la patience dans les épreuves. Dans les maladies des frères, il savait discerner infailliblement celles qui étaient provoquées par les démons ou par un effet de leurs passions, et il leur enseignait à les vaincre par la bonne résolution de l’âme. Mais lorsqu’il s’agissait de véritables faiblesses du corps, il venait alors lui-même servir les malades et n’hésitait pas à donner à certains de la viande en nourriture, en dépit de l’usage monastique.

Le nombre des frères ne cessant de croître, Pacôme alla fonder, à la suite d’une vision, un autre monastère, à Pabau (en copte : Phbôou), un peu en aval du Nil (environ 3 km de Tabennêsis). Il le fit construire très vaste et l’organisa de la même manière que Tabennêsis. Lorsque Pabau fut peuplé, le supérieur d’un monastère appelé Chenoboskion (Senesêt) demanda au saint de placer sa communauté sous sa juridiction, avec les mêmes règles de vie. Pacôme s’y rendit avec quelques frères qu’il laissa là pour y instruire les moines sur la discipline de la Koinonia. Il fit de même pour le monastère de Monchôsis (Thmousons) ; puis, à la suite d’une nouvelle vision, il alla fonder un nouveau monastère à Tsè (Tasé). À la requête de l’évêque de Panopolis (Smin), il en fonda un autre dans cette région, peinant lui-même avec les frères pour la construction des bâtiments. Peu après, un notable, Pétronios, [23 oct.] offrit le monastère qu’il avait fondé à Thbéou (Tébeu), dans la région de Diospolis. Saint Pacôme mit un certain Apollonios à la tête du monastère, et fit de Pétronios le supérieur d’une autre fondation : Tsmine (Tsménai), proche de Panopolis. Enfin, après une nouvelle vision, il fonda un très grand monastère à Phnoum (Pichnoum), loin au sud, dans le désert de Snê. Cette vaste congrégation de neuf monastères et deux couvents féminins, comptait trois mille moines durant la vie de saint Pacôme et jusqu’à sept mille par la suite. Tous y vivaient dans l’harmonie et la fidélité aux lois instituées par l’homme de Dieu. Chez eux il n’y avait aucun souci pour les affaires du monde et ils étaient constamment transportés au ciel, à cause de leur hésychia et de leur genre de vie semblable à celle des anges. Le saint visitait fréquemment les uns et les autres, pour les instruire de la Parole de Dieu, corriger les égarements et encourager les frères à persévérer dans leurs combats. Il résidait habituellement au monastère de Pabau, où il vivait comme un simple moine, membre d’une « maison » et soumis à la discipline commune ; car, inébranlablement affermi sur le roc de l’humilité, il n’avait jamais eu la pensée qu’il était chef ou père des moines, mais seulement leur serviteur. En visite un jour à Tabennêsis, il s’assit pour le travail manuel et se laissa instruire par un enfant-moine qui lui reprochait de ne pas travailler correctement.

L’économe du grand monastère de Pabau était chargé de superviser l’administration matérielle de la Koinonia : il recueillait les objets fabriqués dans les monastères et les desservait dans tous leurs besoins. Deux fois l’an, les frères se réunissaient à Pabau, pour célébrer la fête de Pâques tous ensemble et, au mois d’août, après la récolte, les intendants remettaient leurs comptes, et l’on procédait à la nomination de nouveaux responsables. Lorsque Pacôme n’avait pas le loisir de se rendre dans un monastère, il envoyait son disciple le plus cher, Théodore [16 mai], ou adressait une lettre à l’économe, écrite dans un langage secret, que lui seul pouvait comprendre. Il avait toujours le visage grave et triste, car Dieu lui avait accordé de contempler en vision les tourments éternels réservés aux pécheurs et aux moines indignes de leur profession, et c’est pourquoi, chaque fois qu’il prenait la parole, il avertissait ses disciples sur le Jugement à venir. Un jour, un moine négligent vint à mourir. Le saint ordonna avec autorité de ne chanter ni office de funérailles ni d’offrir de sacrifice en sa mémoire, et il fit brûler ses vêtements, laissant tous les frères dans l’effroi pour leur correction. Pendant une famine, l’homme de Dieu resta à jeun et dit : « Moi non plus je ne mangerai pas aussi longtemps que mes frères auront faim et ne trouveront pas de pain à manger », appliquant ainsi la parole de l’Apôtre: Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui (1 Cor 12, 26).
La réputation de saint Pacôme s’étant répandue dans toute l’Égypte, il advint que certains mirent en doute son charisme de clairvoyance et ses révélations. Convoqué à Latopolis (en 345) devant une assemblée d’évêques qui le questionnèrent à ce sujet, Pacôme répondit que le Seigneur ne lui accordait pas constamment une telle grâce du discernement et de la clairvoyance des cœurs, mais seulement quand Il le voulait, pour l’édification de la Koinonia et le salut des âmes, dans la mesure de sa propre soumission à la volonté de Dieu. Il fut innocenté et, rendant grâce à Dieu, déclara, à propos de cette épreuve et du nouvel exil de saint Athanase : « Il nous faut soutenir toutes sortes d’épreuves, car cela ne nuit pas. »

Vers Pâques 346, une épidémie de peste se déclara dans la Koinonia et extermina plus de cent frères parmi les plus éminents. Le saint fut atteint à son tour, mais refusa tout traitement particulier. Bien que son corps fût affaibli à l’extrême, ses yeux étaient flamboyants. Il passa les premiers jours de la Grande Semaine à prier le Seigneur pour que l’unité de la Koinonia ne soit pas rompue après sa mort. Puis, réunissant les frères, il les prit à témoin que, durant toute sa vie, il ne leur avait rien caché et avait vécu comme l’un d’entre eux, se conduisant envers tous comme un serviteur et comme une nourrice qui réchauffe ses enfants. Il ajouta que les règles et traditions qu’il avait instituées pour eux sous l’inspiration du Seigneur, étaient la seule voie pour obtenir le repos de l’âme et le salut éternel. Vers la Pentecôte, il désigna Pétronios, qui avait été lui aussi atteint par la maladie, comme successeur, puis ordonna aux frères de cesser leurs larmes, car l’ordre lui était venu du Seigneur d’aller rejoindre le séjour des Pères. Il ordonna avec grande sévérité à Théodore d’aller ensevelir son corps dans un endroit secret, afin qu’on ne lui offrît pas de culte, et l’exhorta à prendre soin des frères négligents. Il remit son âme apostolique à Dieu le 9 mai 346, à l’âge de cinquante-quatre ans. À ce moment, l’endroit fut agité d’un tremblement de terre, un parfum céleste se dégagea, et plusieurs anciens virent des troupes d’anges escorter l’âme du saint jusqu’au lieu de son repos.

Lorsque saint Antoine le Grand apprit le décès de saint Pacôme, dans son désert lointain, il le loua comme un nouvel apôtre et fit les plus grands éloges de la vie cénobitique dont il avait été le fondateur. Répliquant à ceux qui lui disaient qu’il avait atteint une plus grande gloire dans la vie érémitique, il répondit que c’était par nécessité qu’il avait embrassé la vie solitaire, car il n’y avait pas alors de coenobium, et il ajouta : « Dans le Royaume des cieux, nous nous verrons l’un et l’autre, nous verrons tous les Pères et surtout notre Maître et notre Dieu Jésus-Christ. »

Après le décès de saint Pacôme, Pétronios gouverna la Koinonia seulement quelques jours, avant de remettre lui aussi son âme à Dieu. Abba Horsièse [15 juin] fut alors désigné pour veiller au respect des traditions et assurer, à l’exemple de Pacôme, le ministère de la parole. Mais, à la suite de la révolte d’Apollonios, supérieur du monastère de Monchôsis, Horsièse démissionna et désigna Théodore comme supérieur à sa place. Après la disparition des premiers disciples de saint Pacôme, les monastères de la Koinonia se développèrent grandement, tant en nombre qu’en biens matériels, mais cet éclat fut de courte durée et, après avoir été victimes de la décadence, ils furent ensuite emportés par les invasions des barbares. Les institutions, les règles écrites et surtout l’esprit du cénobitisme, dont Pacôme avait été le fondateur, furent néanmoins légués à l’Église comme la voie parfaite d’imitation de la communauté apostolique et comme une échelle dressée vers le Royaume des cieux .
TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 6ème ton
Les puissances angéliques vinrent à Ton Sépulcre, et ceux qui le gardaient gisaient comme des morts. Marie se tenait près du Tombeau, cherchant Ton Corps immaculé. Toi qui as dépouillé l’enfer, Tu n’as pas été dominé par lui ; Tu es allé à la rencontre de la Vierge, Toi qui donnes la Vie. Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à Toi !

Tropaire de l’Ascension, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire des Saints Pères, ton 8
Infiniment glorifié es-Tu, Christ notre Dieu, car Tu as établi nos Père comme des luminaires sur terre. Par eux, Tu nous as amenés vers la vraie foi. Très miséricordieux, gloire à Toi !

Kondakion des Saints Pères, ton 8
La prédication des Apôtres et les dogmes des Pères ont donné à l’Église la foi une ; portant la tunique de la vérité, tissée par la théologie qui vient d’en haut, elle confirme et glorifie le grand mystère de la piété.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XVII, 1-13)

Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit: Père, l’heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût. J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés; et ils ont gardé ta parole. Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m’as donné vient de toi. Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. C’est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi; et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi; -et je suis glorifié en eux. Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie. Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite.

28 mai

28 mai

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Eutyque, évêque de Mélitène, martyr (Ier s.) ; sainte Héliconide, vierge, martyre à Corinthe (244) ; saint Manvieu, évêque de Bayeux (480) ; saint Rigomer, évêque de Meaux (Vème s.) ; saint Germain, évêque de Paris (576) ; saint hiéromartyr Helladios, évêque (VIème-VIIème s.) ; saint Nicétas, évêque de Chalcédoine, confesseur (IXème s.) ; saint Ignace, évêque de Rostov (1288) ; saint Géronte, métropolite de Moscou (1489) ; sainte Hélène de Diveevo (1832) ; saints néomartyrs de Russie : Macaire (Morjov), Denis (Petouchkov), saint hiéromartyr Nicolas (Aristov), diacre, martyrs Ignace (Markov) et Pierre (Ioudine) (1931) ; saint Héraclée (Motiakh), confesseur (1936) ; sainte martyre Hermogèna (Kadomtsev) (1942).

28SAINT EUTYQUE
Saint Eutyque se livra volontairement aux persécuteurs et, crachant avec mépris sur les idoles, il confessa notre Seigneur Jésus-Christ comme seul vrai Dieu. Il fut soumis à de nombreux supplices, qu’il endura par la grâce du Christ qui demeurait en lui. Finalement, il fut jeté à la mer et trouva ainsi la fin glorieuse qu’il avait souhaitée.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 6ème ton
Les puissances angéliques vinrent à Ton Sépulcre, et ceux qui le gardaient gisaient comme des morts. Marie se tenait près du Tombeau, cherchant Ton Corps immaculé. Toi qui as dépouillé l’enfer, Tu n’as pas été dominé par lui ; Tu es allé à la rencontre de la Vierge, Toi qui donnes la Vie. Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à Toi !

Tropaire de l’Ascension, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire des Saints Pères, ton 8
Infiniment glorifié es-Tu, Christ notre Dieu, car Tu as établi nos Père comme des luminaires sur terre. Par eux, Tu nous as amenés vers la vraie foi. Très miséricordieux, gloire à Toi !

Kondakion des Saints Pères, ton 8
La prédication des Apôtres et les dogmes des Pères ont donné à l’Église la foi une ; portant la tunique de la vérité, tissée par la théologie qui vient d’en haut, elle confirme et glorifie le grand mystère de la piété.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XVII, 1-13)

Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit: Père, l’heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût. J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés; et ils ont gardé ta parole. Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m’as donné vient de toi. Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. C’est pour eux que je prie. Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi; et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi; -et je suis glorifié en eux. Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie. Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite.

27 mai

27 mai

Saint Théraponte, évêque de Sardes, martyr (IIIème s.) ; sainte martyre Théodora, vierge et saint martyr Didyme le soldat, d’Alexandrie (304) ; saint Eutrope, évêque d’Orange (Vème s.) ; saint Hildevert, evêque de Meaux (680) ; saint Basile, petit-fils du roi Bagrat (Géorgie, XIème s.) ; saint Théraponte du Lac Blanc (1426) ; Saint Théraponte de Monza (1597) ; saint Jean le Russe, confesseur en Cappadoce (1730).

SAINT JEAN LE RUSSE

Notre saint Père Jean naquit dans un village de Petite Russie (Ukraine), en 1690, et grandit dans la piété et l’amour des saintes vertus. Parvenu à l’âge adulte au temps de la guerre russo-turque (1710), il fut enrôlé dans l’armée du tsar. Ayant participé à la désastreuse campagne de Put, il fut capturé par les Tatares et vendu comme esclave à un Turc, officier de cavalerie, qui l’emmena dans sa patrie, Prokopion, en Cappadoce. Contrairement à beaucoup de ses compagnons de captivité, qui abjuraient le christianisme, saint Jean résistait aux propositions et aux coups de son maître, en disant qu’aucun tourment ne pourrait le séparer de l’amour du Christ. Il ajoutait : « Tu es maître de mon corps, mais pas de mon âme. Si tu me laisses libre d’accomplir mes devoirs religieux, c’est avec promptitude que j’obéirai à tes ordres. C’est avec plaisir que je reposerai dans ce coin de ton écurie, en pensant au Christ qui a considéré la crèche de Bethléem comme un lit royal. Je supporterai sans murmure tes coups de bâton, comme le Seigneur endura les coups des soldats. Je suis prêt à endurer les plus grands et plus effroyables tourments, si tu veux m’y soumettre, mais je ne renierai jamais le Christ. » Ces paroles pleines de ferveur chrétienne, ainsi que sa conduite chaste et humble, changèrent le cœur et les sentiments de l’officier turc à son égard. Il cessa de le tyranniser et ne l’obligea pas à renier sa foi. Commis au soin des chevaux, Jean habitait un coin sombre de l’écurie, et lorsque son maître sortait dans la bourgade, à cheval, il devait le suivre à pied, comme un esclave. Le bienheureux acceptait cependant avec reconnaissance cette condition avilissante et glorifiait Dieu de l’avoir ainsi délivré de l’apostasie. Sans chaussures, été comme hiver, vêtu de guenilles, et prenant un peu de repos sur la paille ou le fumier, comme le Juste Job, Jean n’en continuait pas moins ses exercices de piété, et il passait des nuits entières, en prière, à genoux sur le parvis de l’église voisine dédiée à saint Georges. Il acceptait sans murmure les insultes et les moqueries des autres esclaves, et se mettait volontiers à leur service.
Ces sacrifices et combats vertueux ne restèrent pas sans effets bénéfiques pour son maître, qui devint le plus riche et le plus respecté des habitants de la ville. Ayant décidé d’entreprendre le pèlerinage à La Mecque, prescrit à tout pieux musulman, ce dernier parvint à la ville sacrée après un long et pénible voyage. Quelques semaines après son départ, sa femme invita parents et amis à un grand dîner, afin que les convives expriment leurs vœux pour l’heureux retour de son époux. Comme Jean entrait dans la salle pour y servir un plantureux riz pilaf, la maîtresse de maison s’exclama : « Comme son maître se serait réjoui, s’il avait été ici pour manger avec nous ce met dont il est si friand ! » Jean, s’étant recueilli quelques instants en une prière silencieuse, demanda à sa maîtresse de lui donner un plat garni de ce pilaf, pour l’envoyer à son maître à La Mecque. Comme tous les convives se gaussaient, la maîtresse de maison lui donna un plat de riz en souriant. Jean se retira alors dans l’écurie et éleva la prière suivante vers Dieu : « Que Celui qui, autrefois, envoya le prophète Habacuc à Babylone pour apporter de la nourriture au prophète Daniel, dans la fosse aux lions (Dn 14, 33sv.], exauce aussi ma prière et fasse parvenir ce plat à mon maître ! » Puis il retourna dans la salle du banquet et annonça que le plat était arrivé à destination. Tout le monde éclata alors de rire, en l’accusant de s’en être gavé en secret. Cependant, quand le maître rentra de voyage, rapportant avec lui ce plat vide orné de ses initiales, et raconta qu’il l’avait trouvé, garni d’un délicieux pilaf, un soir en rentrant dans sa tente, tous les habitants de la maison furent saisis de stupéfaction, et, invoquant Allah, ils commencèrent à témoigner honneur et grand respect à l’esclave chrétien. On lui proposa de lui rendre la liberté et de lui donner une chambre plus digne, mais saint Jean refusa, disant qu’il préférait rester dans le coin sombre de l’écurie, où il pourrait mieux glorifier Dieu. C’est ainsi qu’il vécut pieusement, pendant plusieurs années. Lorsqu’il tomba malade, il demanda qu’un prêtre lui apportât la sainte Communion. Mais le prêtre, craignant de transporter ouvertement la sainte Communion dans la maison d’un musulman, la cacha dans une pomme qu’il offrit au saint. C’est ainsi que saint Jean reçut le viatique de la vie éternelle, et il s’endormit en paix, pour obtenir la glorieuse liberté des enfants de Dieu, le 27 mai 1730.
Trois ans plus tard, un vieux prêtre et d’autres chrétiens virent plusieurs fois dans la nuit une colonne de feu qui descendait du ciel sur le tombeau du saint. Ils ouvrirent la tombe, et trouvèrent son corps intact, exhalant une odeur suave. Ils le transportèrent alors avec grande allégresse dans l’église de Saint-Georges, et le déposèrent dans une châsse, sous l’autel. Dès lors les précieuses reliques accomplirent d’innombrables miracles pour les chrétiens de Cappadoce, et même pour des musulmans. Lors du pillage du village par les troupes d’Osman Pacha, en 1832, les reliques furent jetées au feu par les soldats turcs. Mais elles restèrent inaltérables, et le saint apparut au milieu des flammes, menaçant les soldats impies. Les Turcs effrayés abandonnèrent tout leur butin et s’enfuirent du village. Une autre fois, le saint apparut pour retenir de ses deux mains le toit de l’école grecque qui s’écroulait, et il sauva ainsi les vingt enfants qui se trouvaient à l’intérieur.
Lors de l’expulsion des Grecs d’Asie Mineure (1922), les chrétiens de Prokopion transportèrent avec eux en Grèce, au village de Nouveau-Prokopion, dans l’île d’Eubée, ces saintes reliques, comme leur plus grand trésor. Saint Jean y est depuis vénéré comme une source inépuisable de guérisons et de bénédictions, pour tous ceux qui l’approche avec foi.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire de saint Jean le Russe, ton 1
Celui qui t’appela de la terre aux parvis célestes * garda aussi après ta mort ton corps intact, ô bienheureux. * Toi qui fus emmené comme captif en terre étrangère * où tu t’es uni au Christ, ô Jean */* supplie-Le pour qu’Il sauve nos âmes.

Kondakion de saint Jean le Russe, ton 4
Celui qui fut le servant de l’amour évangélique, * le zélateur de la justice divine, * qui a gardé la pureté de l’âme et du corps * et a confessé la foi du Christ dans les souffrances * le juste Jean proclamons-le bienheureux et vénérons-le aujourd’hui * et édifiés par sa vie, nous lui chantons : * réjouis-toi ô notre intercesseur glorifié par Dieu.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XIV, 10-21)

Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces œuvres. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.

14 mai (ancien calendrier) / 27 mai (nouveau)

14 mai (ancien calendrier) / 27 mai (nouveau)

Saint Isidore de Chios, martyr (251) ; saint Maxime, martyr (250) ; saint Pons, martyr à Cimiez (257) ; saint Théraponte, évêque de Chypre et martyr (IVème) ; saint Aproncule, évêque de Langres, puis de Clermont (488) ; saint Sérapion le Sindonite (Vème s.) ; saint Gall, évêque de Clermont (551) ; saint Erembert, évêque de Toulouse (vers 672) ;saint Léonce, patriarche de Jérusalem (1174) ; saint Nicétas (Nikita), reclus des grottes de Kiev, évêque de Novgorod (XIIème s.) ; saint Isidore, fol en Christ de Rostov (1474) saint hiéromartyr Pierre (Rojdestvine), prêtre (1939).

SAINT ISIDORE DE CHIO

Originaire d’Alexandrie, saint Isidore était lieutenant dans l’armée romaine, sous le règne de Dèce (vers 250). Parvenu dans l’île de Chio avec la flotte commandée par un certain Numérius, il fut dénoncé comme chrétien par le centurion Julius. Amené devant l’amiral, il déclara fièrement qu’il adorait le seul Jésus-Christ, vrai Dieu devenu homme pour notre salut. Numérius le fit alors étendre sur le sol, attaché à quatre piquets, et ordonna à ses hommes de le fustiger à coups de nerfs de bœuf. On le jeta ensuite dans une fournaise, d’où il sortit indemne. Son père, un idolâtre endurci, arrivé sur ces entrefaites d’Égypte, demanda à se charger lui-même d’Isidore pour le soumettre. Comme ses arguments étaient restés sans effet, changeant le lien de la nature en une haine implacable, il fit attacher son fils derrière des chevaux sauvages, et après avoir été traîné à terre sur une longue distance, le saint athlète du Christ eut la tête tranchée .

Son corps fut jeté dans un ravin, pour être dévoré par les charognards. Mais une pieuse femme, Myrope, réussissant à tromper la surveillance des gardes, s’empara de la sainte dépouille pour l’ensevelir dignement. Arrêtée et torturée, elle reçut dans sa prison la vision de saint Isidore, au sein d’une lumière éblouissante, entouré d’un chœur angélique qui chantait le Trisagion. Il lui dit : « Paix à toi ! Voici que tu vas recevoir la couronne que Dieu t’a réservée. » À ces mots, sainte Myrope remit son âme à Dieu et le cachot se remplit de parfum. Elle fut ensuite ensevelie aux côtés de saint Isidore, qui fut bientôt vénéré comme le patron de l’île de Chio et, dans tout le bassin méditerranéen, comme protecteur des marins.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire de saint Isidore, ton 4
Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu’il a mené * a reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; * animé de ta force, il a terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.
Kоndakion de saint Isidore, ton 4
Pour l’univers tu t’es montré * un sublime timonier * et par tes prières auprès de Dieu * tu guides notre route vers lui; * en toi nous chantons, Isidore, un illustre martyr.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XIV, 10-21)

Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces œuvres. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Si vous m’aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous. Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.

26 mai

26 mai
Jour de jeûne

Troisième invention du chef du saint prophète précurseur et baptiste, Jean (vers 850) (reportée) ;Saints Carpe et Alphée, apôtres (Ier s.) ; saint Abercius et sainte Hélène martyrs (Ier s.) ; saint Zacharie, évêque de Vienne, martyr (vers 106) ; saint Prisque et ses compagnons, martyrs à Auxerre (IIIème s.) ; saint Gondon, ermite en Brie (vers 690) ; saint Jean, moine, confesseur (IXème s.) ; saint Georges le serbe, martyr (1515).

TROISIÈME INVENTION DU CHEF DE ST JEAN BAPTISTE


Troisième invention du chef du saint prophète précurseur et baptiste, Jean

Le précieux Chef du Précurseur, ayant été de nouveau perdu après son transfert d’Émèse, fut retrouvé par un prêtre, bien des années plus tard, dans un vase d’argent enfoui en terre, en un endroit consacré, situé à Comanes en Cappadoce. De là, il fut transféré en grande pompe à Constantinople, où l’empereur et le patriarche, entourés de tout le peuple, l’accueillirent avec piété et le déposèrent en un lieu saint.

SAINT APÔTRE CARPE

Saint Carpe était disciple de saint Paul, qu’il secondait dans ses missions, en transmettant ses lettres aux Églises qu’il avait fondées (2 Tm 4,13 ). Il convertit lui-même de nombreux païens par sa prédication et devint ensuite évêque de Bérée, en Thrace. Illuminant cette contrée comme un soleil spirituel, il accomplissait quotidiennement quantité de miracles, délivrait les possédés et conduisait des foules au baptême. Ce zèle apostolique lui procura bien des afflictions de la part des idolâtres et des autorités, mais il les supportait toutes avec vaillance, et allait même hardiment au-devant des épreuves. Après avoir ainsi glorifié Dieu pendant sa vie, il s’endormit en paix, et fut glorifié par Lui après sa mort, par les nombreux miracles que ses précieuses reliques accomplissaient envers les fidèles.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire de l’invention du Chef de St Jean Baptiste, ton 4
Tel un trésor divin caché sous terre, le Christ * nous a révélé ton chef, saint Prophète et Précurseur. * Tous ensemble au jour de son Invention, * nous louons, par des cantiques inspirés, * le Sauveur qui nous a délivrés de la tombe par ta divine intercession.

Kondakion de l’invention du Chef de St Jean Baptiste, ton 6
Celui qui dans ce monde fut la colonne lumineuse de Dieu, * le chandelier précurseur du Soleil mystique, * montrant à la terre entière sa tête porteuse de clarté * sanctifie ceux qui se prosternent devant elle avec foi * et qui élèvent la voix pour chanter: * Sauve-nous tous, saint Baptiste du Seigneur notre Dieu.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile du jour
(Matth. XI, 2-15)

Jean, ayant entendu parler dans sa prison des œuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre? Jésus leur répondit: Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute! Comme ils s’en allaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean: Qu’êtes-vous allés voir au désert? un roseau agité par le vent? Mais, qu’êtes-vous allés voir? un homme vêtu d’habits précieux? Voici, ceux qui portent des habits précieux sont dans les maisons des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir? un prophète? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. Car c’est celui dont il est écrit: Voici, j’envoie mon messager devant ta face, Pour préparer ton chemin devant toi. Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent. Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean; et, si vous voulez le comprendre, c’est lui qui est l’Élie qui devait venir.
Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

13 mai (ancien calendrier) / 26 mai (nouveau)

13 mai (ancien calendrier) / 26 mai (nouveau)
Jour de jeûne

Après-fête de l’Ascension. Sainte Glycérie, martyre à Héraclée, et saint Laodice, gardien de prison (vers 177) ; saint Alexandre, martyr à Rome (284-305) ; saint Onésime, évêque de Soissons (vers 360) saint Servais, évêque de Tongres (384) ; sainte Agnès, abbesse (588), et sainte Disciole, vierge (583), disciples de sainte Radegonde à Poitiers ; saint Pausicace, évêque de Synnade (606) ; saint Georges, son épouse sainte Irène et leurs enfants, confesseurs (IXème s.) ; saint Euthyme le géorgien, l’hagiorite (1028) ; sainte Glycérie, vierge à Novgorod (1522) ; saint Macaire, archimandrite de Kanev, martyr (1688) ; saints néo-martyrs de Russie : Basile (Sokolov), Alexandre (Zaozersk) et Christophore (Nadejdine), prêtres, Macaire (Téléguine) et Serge (Tikhomirov) (1922), moines, saints martyrs de Tcherkassy (XXème s.)

SAINTE MARTYRE GLYCÉRIE

La première année du règne d’Antonin le Pieux (138) vivait à Trajanopolis une jeune chrétienne, fille d’un officier romain de haut rang, qui se consacrait à confirmer les chrétiens du lieu dans la foi. Le jour d’une fête païenne, elle marqua sur son front le signe de la Croix, et s’avança vers le gouverneur Sabin présent dans le temple, en se confessant ouvertement servante du Christ. Comme Sabin lui ordonnait de sacrifier aux dieux, elle se dirigea vers les idoles et abattit la statue de Zeus par l’invocation du Sauveur, puis elle la mit en pièces. Les païens se précipitèrent avec rage sur elle et essayèrent de la lapider, sans que les pierres ne puissent l’atteindre. On la pendit alors par les cheveux et on lui déchira la chair avec des ongles de fer, puis elle fut jetée en prison et laissée sans vivres ni boisson pendant de nombreux jours. Mais un ange du Seigneur lui apporta de la nourriture et la fortifia dans l’espérance des biens futurs. Aussi, quand le gouverneur la convoqua de nouveau, c’est avec stupéfaction qu’il vit la sainte apparaître devant lui en bonne santé et rayonnante de confiance en Dieu.

Devant quitter la cité pour se rendre à Héraclée de Thrace, Sabin se fit accompagner par Glycérie. Elle fut reçue avec déférence par l’évêque Domitius et par les chrétiens, qui avaient été informés de son valeureux combat. Après une nouvelle séance au tribunal, elle fut condamnée à être brûlée vive, mais une rosée céleste éteignit la fournaise dans laquelle elle avait été jetée. Le juge lui fit alors arracher le cuir chevelu, puis on la conduisit en prison dans l’attente de nouveaux supplices. Cette fois encore un ange vint à son secours. Devant de tels signes divins, le geôlier Laodicios se convertit et fut aussitôt condamné à la décapitation.
Finalement la sainte fut livrée aux bêtes sauvages. Une lionne s’élança, furieuse, sur elle, mais elle s’arrêta soudain dans son élan et vint lécher tendrement ses pieds. Une autre lionne bondit à son tour et d’un léger coup de dent, sans lui provoquer la moindre blessure, permit à sainte Glycérie de rejoindre dans la joie son Époux céleste.

Le juge périt peu après misérablement, tandis que l’évêque allait ensevelir le corps de la valeureuse athlète du Christ non loin de la cité. On édifia ensuite en ce lieu une vaste et magnifique église, où sainte Glycérie était vénérée par tous les habitants de la cité dont elle était devenue la sainte patronne. Par la suite son corps fut transféré à Lemnos. Cependant, de son crâne, resté à Héraclée, continuait de jaillir un saint baume qui, telle une source d’eau vive, procurait la guérison à de nombreux pèlerins.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Tropaire de sainte Glycérie, ton 4
Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * en ton baptême je suis ensevelie; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi; * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui par amour s’immole pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kоndakion de sainte Glycérie, ton 3
Chérissant la Vierge Marie, la Mère de Dieu, * tu as gardé sans faille ta propre virginité * et dans ton cœur ayant cultivé l’amour du Seigneur, * tu as lutté virilement jusqu’à la mort; * c’est pourquoi d’une couronne double, Glycérie, * t’a couronnée le Christ notre Dieu.
Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Jn XIV, 1-11)
Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. Thomas lui dit: Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. Philippe lui dit: Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu: Montre-nous le Père? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces œuvres.

25 mai

25 mai

ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR. Saints Injurieux et Scholastique, en Auvergne (388) ; saint Théraponte, évêque de Chypre, martyr (IVème s.) ; saints Mauxe et Vénérand, martyrs à Evreux (IVème s.) ; saint Léon, abbé de Mantenay (550) ; saint Bède le vénérable, moine de Jarrow (735) saint Dizan, évêque de Saintes (VIIIème s.) ; saint Innocent, archevêque de Chersonèse (1857) ; saints néomartyrs de Russie ; sainte Hélène (Korobkov), moniale (1938) ; saint Taurion (Tolokontsev), moine (1939).

L’ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR
La fête de l’Ascension ne marque pas la fin du temps pascal. Le temps pascal, c‘est la sainte cinquantaine de jours qui suit la fête de Pâques et qui s’achève avec le dimanche de la Pentecôte, ou plutôt avec les huit jours de l’après-fête de la Pentecôte, qui ne forment avec le dimanche qu’un seul jour. Le Seigneur a voulu qu’après Sa Résurrection, Sa montée au ciel et le don de l’Esprit-Saint aux hommes, fruit de Sa session à la droite du Père, se répartissent sur une période de temps : quarante jours pour l’Ascension, cinquante jours pour l’envoi du Saint-Esprit. Et la liturgie suit ces étapes du mystère de notre salut. Le Seigneur ressuscité n’a pas voulu que nous prenions tout de suite conscience du fait que, ressuscité, Il est assis à la droite du Père. Selon une expression chère à St Irénée de Lyon, Il a voulu nous habituer progressivement à Sa condition nouvelle de Ressuscité. Que veut dire cette expression : « Assis à la droite du Père ? » Elle signifie qu’en Sa nature humaine elle-même, le Christ est revêtu de toute la Puissance divine, de toute Sa puissance de Seigneur du ciel et de la terre, qui Lui est communiquée par Son Père. La nature humaine du Christ est glorifiée, elle est remplie de ce rayonnement de la nature divine, de cette gloire de Dieu, de cette gloire que le Fils unique possédait de toute éternité avant la création du monde, et qui se répand maintenant dans Sa nature humaine elle-même. Et l’Apôtre Paul nous enseigne que par le baptême, non seulement nous sommes ressuscités avec le Christ, morts au péché et ressuscités avec le Christ, mais que Dieu nous a fait asseoir avec Lui dans les cieux : « Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, alors que nous étions morts par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés ! – avec Lui Il nous a ressuscités et faits asseoir dans les cieux, dans le Christ Jésus (Éphés. II, 4-6).
TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Lc XXIV, 36-53)

Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit: C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Écritures. Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. Il les conduisit jusque vers Béthanie, et, ayant levé les mains, il les bénit. Pendant qu’il les bénissait, il se sépara d’eux, et fut enlevé au ciel. Pour eux, après l’avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie; et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.

12 mai (ancien calendrier) / 25 mai (nouveau)

12 mai (ancien calendrier) / 25 mai (nouveau)

ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR. Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403) ; saint Savin, archevêque de Chypre (Vème s.) ; saint Polybius de Chypre, évêque de Rinokyr en Égypte (Vème s.) ; saint Germain, patriarche de Constantinople, confesseur (740) ; saint Denis de Radonège (1633) ; saint Jean de Valachie, martyr (1662) ; saint Pierre (Popov) (1937) ; sainte martyre Eudocie (Martirchkine) (1938).

L’ASCENSION DE NOTRE SEIGNEUR
La fête de l’Ascension ne marque pas la fin du temps pascal. Le temps pascal, c‘est la sainte cinquantaine de jours qui suit la fête de Pâques et qui s’achève avec le dimanche de la Pentecôte, ou plutôt avec les huit jours de l’après-fête de la Pentecôte, qui ne forment avec le dimanche qu’un seul jour. Le Seigneur a voulu qu’après Sa Résurrection, Sa montée au ciel et le don de l’Esprit-Saint aux hommes, fruit de Sa session à la droite du Père, se répartissent sur une période de temps : quarante jours pour l’Ascension, cinquante jours pour l’envoi du Saint-Esprit. Et la liturgie suit ces étapes du mystère de notre salut. Le Seigneur ressuscité n’a pas voulu que nous prenions tout de suite conscience du fait que, ressuscité, Il est assis à la droite du Père. Selon une expression chère à St Irénée de Lyon, Il a voulu nous habituer progressivement à Sa condition nouvelle de Ressuscité. Que veut dire cette expression : « Assis à la droite du Père ? » Elle signifie qu’en Sa nature humaine elle-même, le Christ est revêtu de toute la Puissance divine, de toute Sa puissance de Seigneur du ciel et de la terre, qui Lui est communiquée par Son Père. La nature humaine du Christ est glorifiée, elle est remplie de ce rayonnement de la nature divine, de cette gloire de Dieu, de cette gloire que le Fils unique possédait de toute éternité avant la création du monde, et qui se répand maintenant dans Sa nature humaine elle-même. Et l’Apôtre Paul nous enseigne que par le baptême, non seulement nous sommes ressuscités avec le Christ, morts au péché et ressuscités avec le Christ, mais que Dieu nous a fait asseoir avec Lui dans les cieux : « Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, alors que nous étions morts par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ – c’est par grâce que vous êtes sauvés ! – avec Lui Il nous a ressuscités et faits asseoir dans les cieux, dans le Christ Jésus (Éphés. II, 4-6).
TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire de la fête, ton 4
Tu t’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, réjouissant Tes disciples par la promesse de l’Esprit Saint, et les affermissant par Ta bénédiction, car Tu es le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde.

Kondakion de la fête, ton 6
Ayant accompli Ton dessein de Salut pour nous, et uni ce qui est sur terre à ce qui est aux cieux, Tu T’es élevé dans la gloire, ô Christ notre Dieu, sans nullement T’éloigner, mais en demeurant inséparable et clamant à ceux qui T’aiment : Je suis avec vous et personne ne prévaudra contre vous.

Évangile DU JOUR
(Lc XXIV, 36-53)

Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit: La paix soit avec vous! Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit. Mais il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit: Avez-vous ici quelque chose à manger? Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux. Puis il leur dit: C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Écritures. Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. Il les conduisit jusque vers Béthanie, et, ayant levé les mains, il les bénit. Pendant qu’il les bénissait, il se sépara d’eux, et fut enlevé au ciel. Pour eux, après l’avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie; et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.

24 mai

24 mai
Jour de jeûne

Clôture de la fête de Pâques. Avant-fête de l’Ascension. Saint Siméon le jeune, stylite au Mont Admirable en Syrie (596) ; saint Mélèce le stratélate, avec saints Étienne, Jean, Sérapion l’égyptien, Callinique le mage, Théodore, Fauste et 11208 guerriers, avec des femmes et des enfants, tous martyrs en Galatie (vers 218) ; saint Donatien et son frère, saint Rogatien, martyrs à Nantes (vers 300); saint Vincent de Lérins, moine (445) ; saint Misselin, prêtre à Tarbes (Vème s.) ; saint Nicétas le stylite, moine à Pereslavl (1186).

SAINT SYMÉON DU MONT ADMIRABLE

Saint Siméon le jeune, stylite au Mont Admirable en Syrie (596)

Notre saint Père théophore Syméon naquit à Antioche, en 521, d’un couple de parfumeurs originaires d’Édesse. Sa naissance avait été annoncée à sa mère, sainte Marthe, par une apparition du saint Précurseur, qui donna le nom de l’enfant et prédit qu’il mènerait, à son exemple, une vie d’ascèse. Né sans douleurs, Syméon n’acceptait de prendre que le sein droit de sa mère et refusait de téter quand celle-ci avait mangé de la viande. Dès son baptême, à l’âge de deux ans, il se mit à parler et répéta pendant sept jours : « J’ai un père et je n’en ai point. J’ai une mère et je n’en ai point », annonçant ainsi son parfait détachement des choses terrestres. À l’âge de cinq ans, il échappa miraculeusement à un tremblement de terre (25 mai 526), avec sa mère, alors que son père périssait sous les décombres de leur demeure. Quelque temps après, l’enfant aperçut sur la muraille le Christ entouré d’une foule de justes, qui lui enseigna la voie à suivre pour acquérir la sagesse et échapper au châtiment de Dieu. Un personnage vêtu de blanc lui apparut ensuite et l’invita à le suivre vers une montagne, située à environ treize kilomètres d’Antioche, en direction de Séleucie, où il passa quelques jours seul, en compagnie des bêtes sauvages. L’enfant découvrit ensuite un petit monastère dirigé par le stylite Jean, qui avait été averti de son arrivée par des visions. Celui-ci l’accueillit avec joie, comme élu de Dieu, et le prit aussitôt sous sa direction spirituelle, restant stupéfait des marques de sagesse et de frugalité de cet enfant de six ans, qui n’acceptait de prendre de la nourriture que tous les trois ou sept jours.

Dès le début de sa vie au monastère, Syméon accomplit son premier miracle en guérissant un berger qui, pris d’envie, avait voulu le tuer et avait été puni par le dessèchement de sa main droite. Comme il désirait imiter en tout son père spirituel, après avoir été suffisamment éprouvé dans son intention pendant une année, il se fit dresser une sorte de pilier peu élevé, à côté de la colonne de Jean, et commença ainsi, à l’âge de sept ans, sa carrière de stylite, encouragé par une vision, au cours de laquelle le Christ lui révéla que la station debout sur un pilier serait pour lui semblable à sa Crucifixion et le moyen d’imiter sa Passion salutaire. « Resplendissant comme le soleil d’une conduite angélique accomplie, et rempli de charismes divins, l’enfant, écrit son biographe, se dérobait tout entier aux choses de la terre et c’était vers le ciel qu’il dirigeait l’ascension de son âme ». Il ajoutait sans cesse de nouveaux labeurs à son combat contre la nature : quand Jean chantait trente psaumes pendant sa prière nocturne, Syméon en chantait cinquante ou quatre-vingts. Il veillait toutes les nuits, allant jusqu’à réciter entièrement le Psautier, et passait le jour à glorifier Dieu, restant étranger à toute nourriture. Ses austérités provoquèrent même les remontrances de l’higoumène, qui lui dit : « Il ne te reste donc plus qu’à prendre un glaive et à te détruire ! » Il lui reprocha de plus de ne pas laisser les autres moines se reposer par ses psalmodies ininterrompues, et lui recommanda de se contenter de l’imiter. Syméon répondit à son maître, en usant des paroles de l’Écriture, que sans condamner les autres, il avait quant à lui besoin de telles austérités pour ne pas laisser son intellect s’alourdir dans l’attachement à la matière.

L’enfant-stylite montrait l’ardeur d’un guerrier éprouvé dans la lutte contre les démons, dont les attaques alternaient avec des visions célestes qui venaient le fortifier : entre autres celle d’un patriarche qui vint l’oindre de parfum pour repousser tous les assauts des démons. Un jour un formidable ouragan, suscité par le diable, arracha la loge où se tenait le saint sur sa colonne. Mais, au matin, les moines trouvèrent Syméon ferme sur son pilier, le visage resplendissant comme celui d’un ange. Peu avant de perdre ses premières dents, l’enfant avait déjà acquis le pouvoir de délivrer les possédés et d’accomplir des guérisons. Il exhortait les moines, avec la sagesse d’un ancien, à dominer leurs passions par la garde de leurs sens et de leur intellect, et leur traça même une règle de vie cénobitique fondée sur la sainte Écriture. Il disait : « La fierté du moine c’est la tempérance. La fierté du moine, c’est de chanter continuellement les psaumes et de prier sans cesse. La fierté du moine c’est l’obéissance, car par elle le Seigneur a vaincu la mort en se faisant obéissant jusqu’à la mort sur la Croix… ».

Sa renommée d’ascète et de thaumaturge se répandit rapidement dans la contrée et suscita la visite du patriarche d’Antioche, saint Éphrem [527-545, cf. 7 mars], et celle de foules nombreuses, qui accouraient pour recevoir la bénédiction des deux stylites. Aux ascèses et privations volontaires qu’il infligeait à sa chair, Syméon ajoutait une charité sans mesure, de sorte que si quelqu’un se présentait à lui dépourvu de vêtements, il se dépouillait complètement des siens, même en hiver, et endurait le froid pendant des mois, réchauffé par la seule grâce divine. Pendant une année entière, il se tint accroupi, si bien que ses genoux se soudèrent entre eux et ses cuisses et ses jarrets se gangrenèrent en dégageant une odeur fétide. Alertés par cette puanteur, les moines envoyèrent quérir un médecin que Syméon repoussa, et c’est par une intervention divine qu’il fut guéri. En guise d’action de grâces, il resta à genoux pendant de nombreux jours.
Un jour de Pentecôte, le Saint-Esprit descendit sur le saint, et le remplit de sagesse et de science, si bien qu’il commença à composer des discours sur la vie spirituelle, destinés aux moines et aux laïcs , conformément à la parole : C’est dans la bouche des enfants, des nourrissons, que Tu as mis une louange (Ps 8,3).

Devenu luminaire du Saint-Esprit, à l’âge de treize ans (533), après six années passées sur sa stèle, Syméon, désireux d’imiter les célestes ascensions de son glorieux prédécesseur Syméon Stylite l’Ancien , se fit dresser une colonne de plus de douze mètres de haut, considérablement plus élevée que celle de son père spirituel, lequel se plaignait de ne plus pouvoir apercevoir le visage de son disciple. Une fois la colonne érigée, alors que Syméon était sur le point d’y monter, l’archevêque d’Antioche et l’évêque de Séleucie vinrent en visite au monastère et l’ordonnèrent diacre . Puis, en procession, ils l’escortèrent, avec hymnes et prières, jusqu’à la colonne, où il devait passer huit années, tout entier tendu vers le ciel.

Après le décès de son père spirituel, dont il avait été averti par une révélation divine, la direction de la communauté échut à Syméon, jusqu’à la fin de ses jours. Mais il n’en relâchait en rien ses combats ascétiques et ne se laissait pas distraire de sa prière continuelle par les soucis de la gestion du monastère. Au contraire, il entreprit de nouvelles et extraordinaires austérités. Enfermé dans un abri de peau, sans lumière et sans aération, il se tenait en prière depuis le coucher du soleil jusqu’à l’aube et, suspendu de la main gauche, il se frappait la poitrine de la main droite, en mouillant de ses larmes son vêtement de poil. Il chantait tout le Psautier, accompagné par des voix angéliques, puis récitait le Livre de la Sagesse et l’Évangile, et terminait ses prières, au lever du soleil, pour prendre un bref repos, après avoir encensé l’endroit sans qu’il lui soit nécessaire d’allumer son encensoir. Il alla même jusqu’à se priver complètement de sommeil pendant trente jours et trente nuits, priant Dieu de le débarrasser de cette tyrannie de la nature. Mais, à la fin de ce temps, une voix céleste lui ordonna : « Il te faut dormir un peu ! » Ces progrès dans sa tension vers Dieu, provoquèrent des attaques redoublées de la part des démons, qui cherchaient à le jeter bas de sa colonne ; mais le saint, assisté de trois anges, les repoussait avec énergie. Dieu lui montrait alors avec plus d’éclat sa faveur, par des visions et des miracles, et même par la résurrection d’un mort ; et finalement le Christ lui apparut pour lui accorder le pouvoir de chasser tout esprit impur. Les anges se retirèrent alors, pour laisser le saint, seul intendant de la grâce divine en faveur des foules de malades et de possédés qui accouraient vers lui pour implorer leur guérison. Syméon agissait en tout comme le Seigneur pendant sa vie terrestre : il commandait de la voix avec autorité aux démons, restaurait, corrigeait, édifiait les âmes et les corps, afin que par lui Dieu régnât parmi les hommes. Il guérissait les malades, soit par sa parole, soit par l’imposition des mains ou de sa baguette d’amandier, soit par l’attouchement de la frange de ses vêtements ou encore par le simple contact avec de la poussière ou de l’huile bénites par lui, ou même par une lampe allumée en son honneur ou la simple invocation de son nom.

Au cours de l’une de ses visions, il fut averti de la prochaine prise d’Antioche par Chosroès, roi des Perses (juin 540). Cette prophétie s’étant réalisée, et la ville ayant été incendiée, ses habitants massacrés ou envoyés en exil, les barbares se répandirent dans la campagne, dévastant le pays. Lorsqu’ils arrivèrent en vue du monastère, la prière de Syméon suffit à les éloigner. Mais la crainte de nouveaux massacres effraya tellement les moines que tous abandonnèrent le monastère, malgré les objurgations du saint. Lorsque les Perses arrivèrent au monastère, deux anges, que Dieu avait envoyés pour protéger Syméon, les mirent en fuite, et trois jours plus tard, les moines purent regagner les lieux. Saint Syméon libéra alors un grand nombre de prisonniers qui avaient invoqué son nom dans leur détresse, et parmi eux un moine qui l’avait abandonné lors du siège de la ville.

Sa renommée s’étant répandue dans tout le pays, il ne pouvait jouir de la quiétude qu’il recherchait, aussi, à l’âge de vingt ans (541), il décida de quitter sa colonne pour gagner l’endroit désert, dépourvu de tout chemin et foisonnant de bêtes sauvages, où il avait passé quelque temps, enfant, au début de sa carrière. Dans une vision, le Christ lui désigna au sommet de la montagne, qui s’appellera désormais le Mont Admirable, un rocher que la gloire divine avait recouvert. Tandis que Syméon faisait l’ascension du rocher, sur lequel il allait se tenir comme sur une colonne naturelle, la communauté des moines abandonna le monastère du bas pour le suivre et elle s’établit dans un baraquement provisoire, privé de tout confort. Dès le lendemain de son installation, les foules, ayant trouvé le monastère désert, découvrirent la nouvelle retraite du saint et, se frayant un chemin dans la forêt, elles vinrent lui présenter leurs malades. Rempli de tristesse, mais ne pouvant refuser de mettre sa prière au service du peuple de Dieu souffrant, Syméon continua d’accomplir miracles et guérisons. Lorsqu’une terrible peste fondit sur l’Empire byzantin, frappant en particulier Constantinople et Antioche (542), seuls ceux qui invoquèrent le secours du saint stylite se trouvèrent épargnés par le fléau. Après cela, un tremblement de terre, qui avait été annoncé par le saint, ébranla la cité d’Antioche (551). Pendant de nombreux jours, les habitants épouvantés priaient jour et nuit, et se rendaient au Mont Admirable pour supplier l’homme de Dieu d’intercéder en leur faveur. Effectivement les prières de saint Syméon mirent fin à la calamité.

Comme des milliers de pèlerins, de possédés et de malades se rendaient auprès du saint, dans cet endroit désert et privé d’eau, le Seigneur avisa Syméon qu’Il allait pourvoir à leurs besoins. Un ange apparut et traça sur le sol le plan d’un vaste monastère et d’une église, à l’endroit même occupé par le stylite, et une nuée lumineuse recouvrit le Mont Admirable. Peu après un grand nombre d’hommes, venus d’Isaurie, ayant été guéris par Syméon, commencèrent la construction. Ils furent remplacés par d’autres groupes qui se succédaient, de sorte que l’édifice progressait rapidement, sans être une gêne pour les moines qui continuaient de vaquer à l’œuvre de Dieu. Le saint fit amener de l’eau en abondance et, grâce à sa prière, les citernes ne s’épuisaient jamais. Au centre de l’ensemble constitué par l’église, dédiée à la Sainte-Trinité, et les bâtiments monastiques en forme de croix, on dressa une nouvelle colonne pour le saint . Le 4 juin 551, saint Syméon descendit de l’éperon rocheux sur lequel il se tenait depuis dix ans et, placé par ses moines sur un trône, tenant sur sa poitrine les saints Évangiles, il fit le tour du monastère pour bénir tous les bâtiments, précédé de sa mère, sainte Marthe, qui portait la croix et chantait l’alléluia. Puis les moines le saisirent de leurs mains, comme un vase sacré, se prosternèrent devant lui et le déposèrent sur la plate-forme de la nouvelle colonne, que le Christ, apparaissant dans toute sa gloire, venait de bénir. Du haut de cette colonne, où il vit un jour une échelle qui parvenait à la porte du ciel, le saint ne cessait pas néanmoins de veiller au bon ordre de la communauté. Selon l’ordre formel de Syméon, les moines devaient s’abstenir d’utiliser les denrées apportées en offrandes par les pèlerins, et ils allaient travailler dans les jardins du monastère du bas pour subvenir à leurs besoins et à ceux des foules de visiteurs. Le manque de nourriture suscita un jour les murmures et la révolte de certains moines, incités par un certain Angoulas, qui ne manquait aucune occasion de diffamer le saint sous prétexte de sa trop grande générosité. Le diable, impuissant à s’attaquer à sa propre personne, éprouvait ainsi saint Syméon, qui, néanmoins, ne se départissait pas de sa mansuétude envers les rebelles. Il leur rappela que Dieu n’abandonne jamais ses serviteurs et, à sa prière, les réserves du monastère se remplirent de grains, sans s’épuiser, pendant trois ans. À la communauté de ses disciples se joignirent des Ibères, et ils eurent dès lors leur propre communauté au Mont Admirable, qui entretenait des relations suivies avec la Géorgie, où l’on vénérait fort saint Syméon .
En 557, à la suite d’une vision redoutable, Syméon annonça de grands tremblements de terre, et il fit chanter pendant soixante jours à ses moines des tropaires de sa composition pour apaiser le courroux de Dieu. Conformément à sa prédiction, le séisme frappa durement Constantinople et Nicée, détruisit Nicomédie et Reggio de Calabre, ne faisant que des dégâts mineurs à Antioche, grâce à la protection du saint. Mais peu après que ce fléau eut été écarté, une épidémie, prédite aussi par saint Syméon, vint frapper Antioche. Grâce aux prières du bienheureux, une partie de la cité fut épargnée, mais la calamité parvint en revanche au Mont Admirable où quelques moines moururent. Parmi les victimes se trouvait Conon, un disciple très aimé du saint, que Syméon ressuscita.

Malgré l’insistance des foules, qui désiraient recevoir la sainte communion de ce Père théophore, dont les miracles étaient la garantie de l’orthodoxie, Syméon refusa de recevoir la prêtrise, jusqu’au jour où, à l’âge de trente-trois ans (554), obéissant à une voix céleste, il accepta d’être ordonné par l’évêque Denys de Séleucie, qui était monté le trouver au sommet de sa colonne. Il continua alors d’enseigner la vraie foi et de lutter contre les hérésies et les superstitions, répandues non seulement dans le peuple, mais aussi parmi les hauts personnages d’Antioche.

L’homme de Dieu assista par ses prières les armées alliées des Byzantins, qui étaient parties en campagne contre Almoudanos, prince sarrasin, vassal de Chosroès, qui persécutait de manière sanguinaire les chrétiens. Il prédit l’élévation au trône de Justin II (565), et à Jean le Scholastique sa consécration comme patriarche œcuménique. À Antioche, il annonça la mort du patriarche Domnin et prédit qu’il serait remplacé par Anastase (559). Après la réalisation de la prédiction le concernant, l’empereur Justin montra beaucoup d’admiration pour le saint stylite, et il resta constamment en rapport avec lui pour lui demander conseil. Il lui écrivit notamment pour l’informer que sa fille était possédée du démon, et le saint lui répondit qu’il pouvait remercier Dieu, car elle serait guérie dès réception de sa lettre. L’empereur étant tombé malade, fit appel à un charlatan juif. Averti en vision, saint Syméon écrivit au patriarche de signifier à l’empereur qu’il devait renoncer à de telles pratiques provoquant la colère divine. Mais le souverain, trompé par cet imposteur, n’obéit pas et, quelque temps plus tard, conformément à ce qui avait été révélé à Syméon, Justin perdit la raison. Sur le point de mourir, il laissa Tibère II comme successeur (578).

Après avoir été pendant de longues années une vivante réalisation des paroles du Seigneur : Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes (Jn 14,12), saint Syméon, sentant son séjour terrestre s’achever, prophétisa devant deux de ses moines le discrédit dans lequel devait tomber le monastère après sa mort, à cause des intrigues d’Angoulas. Puis il leur révéla que, depuis sa jeunesse, il avait obtenu de Dieu la grâce de se priver entièrement de nourriture, et que chaque dimanche, après la Liturgie, un ange lui apportait un aliment mystérieux . Puis il adressa ses ultimes recommandations spirituelles à ses disciples et remit paisiblement son âme à Dieu, à l’âge de soixante et onze ans (24 mai 592), pour gagner le séjour des anges qu’il avait si bien imités sur la terre .
TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Kondakion de Pâques, ton 8
Bien que Tu sois descendu, ô Immortel, dans le Tombeau, Tu as cependant détruit la puissance de l’enfer et Tu es ressuscité en vainqueur, ô Christ Dieu. Aux femmes myrophores Tu as annoncé : Réjouissez-vous, et à Tes apôtres Tu as donné la paix, Toi qui accordes à ceux qui sont tombés la Résurrection.

Évangile DU JOUR
(Jn XII, 36-47)
Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux. Malgré tant de miracles qu’il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui, afin que s’accomplît la parole qu’Ésaïe, le prophète, a prononcée: Seigneur, Qui a cru à notre prédication? Et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé? Aussi ne pouvaient-ils croire, parce qu’Ésaïe a dit encore: Il a aveuglé leurs yeux; et il a endurci leur coeur, De peur qu’ils ne voient des yeux, Qu’ils ne comprennent du coeur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. Ésaïe dit ces choses, lorsqu’il vit sa gloire, et qu’il parla de lui. Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n’en faisaient pas l’aveu, dans la crainte d’être exclus de la synagogue. Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. Or, Jésus s’était écrié: Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé; et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé. Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde.

11 mai (ancien calendrier)/24 mai (nouveau)

11 mai (ancien calendrier)/24 mai (nouveau)
Jour de jeûne

Clôture de la fête de Pâques. Avant-fête de l’Ascension. Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apôtre des Huns, martyr (452) ; saint Mamert, évêque de Vienne (477) ; saint Possesseur, évêque de Verdun (vers 486) ; saint Gengoux, martyr à Availon (760) ; saints Cyrille et Méthode, égaux aux apôtres, apôtres des Slaves (IXème s.) ; saint Sophrone, reclus des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Nicodème, archevêque de Serbie (1325) ; saint Joseph, métropolite d’Astrakan, martyr (1671) ; saints néomartyrs de Russie : Michel (Biélorossov), prêtre (1920), Alexandre, archevêque de Kharkov (1940).

SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE

Saints Cyrille et Méthode, égaux aux apôtres, apôtres des Slaves (IXème s.)

Ces nouveaux Apôtres naquirent dans une famille noble de Thessalonique, ville qui, se trouvant au carrefour des peuples, avait subi, en ce IXe siècle, de fortes influences slaves. Dès leur enfance, les deux frères avaient été en contact avec les populations slaves installées dans la région, apprenant leur dialecte et s’accoutumant à leurs mœurs. Méthode, l’aîné, né en 815, était d’un caractère calme et doux. Il acquit de solides connaissances juridiques et montra rapidement de bonnes aptitudes dans l’administration, de sorte qu’on lui confia le gouvernement d’une province où résidaient des Slaves. Toutefois, au bout de plusieurs années, il réalisa qu’il ne convient pas de perdre son temps en se souciant de choses « qui n’ont pas de valeur éternelle », et démissionna. Fuyant le monde comme le passereau échappe au filet de l’oiseleur, il gagna le prestigieux centre monastique du Mont Olympe de Bithynie, où il devint un moine exemplaire, tant par son obéissance et son amour de la prière, que pour son application à l’étude des Lettres sacrées.
Constantin, né en 827, avait été doté par Dieu d’une intelligence et d’une mémoire exceptionnelles, et dès son plus jeune âge il rêvait de prendre pour épouse, non pas une belle princesse, mais la Sagesse de Dieu, tel un nouveau Salomon. À l’âge de quatorze ans, il avait appris par cœur les poèmes de saint Grégoire le Théologien, et c’est avec larmes qu’il suppliait les professeurs de lui enseigner la grammaire (de la langue homérique), afin d’en pénétrer le sens. La renommée des talents du jeune garçon parvint jusqu’au tout-puissant logothète Théoctiste, qui le fit venir à Constantinople et le prit sous sa protection. Constantin compléta rapidement ses connaissances générales et fut initié aux sciences supérieures par les meilleurs maîtres du temps : Léon le Mathématicien et saint Photios, dont il devint le disciple bien-aimé. Auprès de Photios, il apprit quelle est la vraie sagesse, c’est-à-dire : « La connaissance des choses divines et humaines, qui enseigne à l’homme à se conduire en tout à l’image et à la ressemblance de son Créateur. » Il reçut le surnom de « Philosophe » et, devenu familier des plus hauts milieux de la Cour, Théoctiste projetait pour lui une brillante carrière politique, qu’il voulait inaugurer par un mariage avec l’une de ses nièces. Le Philosophe le remercia de sa proposition, mais il répondit que pour lui rien d’autre ne comptait que l’acquisition de la « science » et de recouvrer la gloire perdue par notre premier père. Il dut néanmoins accepter d’être ordonné diacre et reçut la dignité de chartophylax du patriarche Ignace. Il renonça toutefois rapidement à cette charge pour se retirer dans un monastère du Bosphore (le Kleidion), où il rencontra le patriarche iconoclaste déchu, Jean VII Grammaticos, et engagea avec lui une ardente controverse pour la défense de l’orthodoxie.
Au bout de six mois, il fut rappelé à la capitale et dut accepter, sous la pression de Théoctiste, le poste de professeur de philosophie. En 851, alors qu’il était à peine âgé de vingt-quatre ans, l’empereur Michel III l’envoya en mission diplomatique auprès du calife al-Mutawakkil (847-861). Les discussions avec les Arabes tournèrent rapidement de la politique à la théologie, et c’est avec l’assurance des anciens martyrs que Constantin fit une apologie de la Sainte Trinité devant leurs sages et qu’il leur montra la supériorité des mœurs chrétiennes. Échappant de peu à une tentative d’empoisonnement, il put rentrer sain et sauf à Byzance. Lorsque le césar Bardas fit assassiner son protecteur, Théoctiste, pour prendre le pouvoir (855), Constantin, abandonnant de nouveau les soucis du monde pour chercher la sagesse dans le silence et la prière, partit rejoindre son frère Méthode au Mont Olympe, où ils s’adonnèrent ensemble à l’étude.
En 860, l’empereur, après avoir consulté le patriarche Photios, fit sortir Constantin de sa retraite pour l’envoyer en mission auprès du khan des Khazars , lequel avait demandé qu’on lui envoyât un homme lettré, afin de discuter de religion avec les Juifs et les Arabes qui tentaient de convertir son peuple. Accompagné de son frère et d’une suite imposante, le Philosophe apprit l’hébreu en cours de route et reçut miraculeusement la connaissance du dialecte samaritain. À la cour des Khazars, ils eurent de longues discussions théologiques avec les Juifs, et Constantin confondit les docteurs de la Loi en leur montrant la supériorité de l’Évangile, obtenant ainsi la conversion de nombreux dignitaires ainsi que la libération des captifs chrétiens. Après avoir signé un traité d’alliance avec le khan, les deux frères prirent le chemin du retour, convertissant en chemin des peuplades païennes de Chersonèse Taurique, et ils rapportèrent avec eux les reliques de saint Clément de Rome [24 nov.], qu’ils avaient découvertes par miracle à Cherson.
Aussitôt après avoir remis son rapport à l’empereur, Constantin se retira dans l’hésychia et la prière à proximité de l’église des Saints-Apôtres. Méthode, quant à lui, ayant refusé l’ordination épiscopale qu’on lui proposait, dut toutefois accepter la charge d’higoumène du monastère de Polychronion, où vivaient alors soixante-dix moines.
Ce retour à leur chère quiétude dura bien peu de temps, car, en 863, une ambassade envoyée par le prince de Moravie , Rastislav, arrivait à Constantinople pour demander à l’empereur un évêque et un maître capable de leur enseigner, dans leur langue, la foi chrétienne, qu’ils avaient déjà reçue en partie de missionnaires francs venus de Bavière. Mais ceux-ci prêchaient en latin et célébraient une liturgie incompréhensible, de sorte que les conversions avaient été peu nombreuses et le peuple avait de plus gardé ses coutumes idolâtres. Michel III leur répondit : « Il ne m’appartient pas de régenter votre foi », et il refusa de leur donner un évêque, car il ne prétendait pas usurper cette région à la juridiction du pape de Rome ; mais il promit de leur envoyer des hommes capables de les instruire sur la doctrine du Salut dans leur langue, sans chercher à leur imposer la langue grecque.
Constantin le Philosophe était le seul homme qui possédait toutes les qualités requises pour cette mission, non seulement par sa sagesse mais aussi à cause de sa connaissance du dialecte bulgare et des principales langues du temps : le grec, le latin, l’hébreu, l’arabe (plutôt la langue turco-khazare), le syriaque et le samaritain. Le Philosophe accepta cette mission comme un ordre venu de Dieu, mais il demanda un temps de préparation, et se tournant, comme il en avait coutume, vers la prière, il sollicita de Dieu la révélation d’une écriture capable de rendre convenablement les sons de la langue slave. De même que l’ancienne Loi avait été révélée à Moïse au Sinaï, à la suite d’une théophanie, et avait été gravée de la main de Dieu sur des plaques de pierre (Ex 31,18), de même Constantin, ce nouveau Moïse, reçut la révélation d’un nouvel alphabet, avec lequel il put écrire aussitôt la traduction slave des premiers versets de l’Évangile selon saint Jean. C’est cette écriture qui, après étude et corrections, devint l’instrument grâce auquel les peuples slaves, jusque-là barbares et grossiers, purent être placés par les saints missionnaires au rang des peuples civilisés « qui louent Dieu dans leur propre langue ». Assisté par Méthode et par d’autres disciples d’origines slaves, saint Constantin traduisit alors avec empressement les péricopes de l’Évangile pour toute l’année, la Divine Liturgie, le Livre d’Heures et le Psautier, et c’est ainsi, munis des instruments essentiels à leur œuvre apostolique, que les missionnaires byzantins partirent pour la Moravie (863).
Ils furent reçus avec de grands honneurs à la cour de Rastislav, qui leur confia un groupe de disciples pour qu’ils leur enseignent la nouvelle écriture. L’usage de la langue slave dans la célébration du culte divin et dans la prédication, la fidélité de leur enseignement à la tradition apostolique et le rayonnement de la sainteté des deux frères assurèrent un rapide succès à la mission et, en moins de trois ans (863-866), ils avaient rassemblé plus de cent disciples, qui diffusaient à leur tour la Bonne Nouvelle dans tout le royaume. Mais cette réussite suscita la jalousie et les oppositions des missionnaires francs qui, voyant leur influence rapidement occultée par celle des Byzantins, les accusaient de célébrer la Liturgie en slave, alors qu’il n’est permis, disaient-ils, de célébrer seulement en grec, en latin ou en hébreu.
Une fois les premiers fondements de leur entreprise jetés, les deux frères décidèrent de retourner à Constantinople pour y faire ordonner leurs principaux disciples. Mais, la route ayant été coupée à cause de la détérioration des relations entre Byzance et la Bulgarie, ils décidèrent de se rendre à Venise pour emprunter la voie maritime. Alors que les missionnaires attendaient là l’affrètement d’un navire, le clergé local reprit à leur égard les mêmes accusations que les missionnaires francs. L’affaire fut déférée au pape Nicolas Ier, qui les convoqua à Rome. Lorsqu’ils y arrivèrent apportant avec eux en offrande la relique de saint Clément, le peuple leur réserva un accueil enthousiaste. Le pape Adrien II, qui venait d’être élu après la mort soudaine de Nicolas, approuva l’œuvre des deux apôtres et il déposa solennellement leur traduction slave des livres sacrés sur l’autel de Sainte-Marie-Majeure, condamnant comme hérétiques leurs accusateurs, les « triglossites ». Puis il ordonna lui-même Méthode, prêtre, fit élever au sacerdoce trois de leurs disciples, et les jours suivants, tous purent célébrer en slave dans plusieurs églises de la ville.
Pendant ce séjour à Rome, Constantin, épuisé par les voyages et les labeurs de la mission, tomba gravement malade et, le 14 février 869, après avoir reçu l’Habit monastique sous le nom de Cyrille, il remit son âme apostolique au Seigneur, en priant pour la confirmation des peuples slaves dans la foi orthodoxe. Il fut enseveli avec de grands honneurs dans la basilique Saint-Clément et des miracles s’accomplirent ensuite sur son tombeau.
Le prince de Pannonie, Kocel, admirant l’œuvre des missionnaires byzantins en Moravie et désirant lui aussi soustraire son peuple à l’influence des missionnaires bavarois venus de Passau, leur avait proposé, lors de leur passage dans son pays sur la route de Venise, de leur confier la formation de cinquante disciples. Peu après la mort de saint Cyrille, il envoya des messagers à Rome, demandant qu’on lui dépêchât Méthode. Le pape Adrien accéda à cette requête. Après une première mission couronnée de succès, Méthode retourna à Rome pour y être sacré par le pape évêque de Sirmium (auj. Sremska Mitrovitsa), siège fondé jadis par l’apôtre saint Andronique [17 mai] , avec juridiction non seulement sur la Pannonie, mais sur tous les peuples slaves d’Europe centrale, dont il était chargé de superviser la conversion (870). Au milieu des peines et des labeurs, sans se lasser, le saint continua son œuvre d’évangélisation, en ayant comme principal instrument de prédication la Divine Liturgie traduite, qui procurait aux néophytes l’aliment nécessaire à leur croissance spirituelle. Il ordonna des prêtres et des diacres, et, grâce à son expérience de l’administration, il donna à cette nouvelle Église les fondements canoniques de son organisation. Mais lorsqu’il parvint en Moravie (873), la situation avait bien changé. Sviatoplouk s’était emparé du pouvoir, après avoir fait aveugler Rastislav, et il avait de nouveau livré le pays à l’influence germanique. À peine arrivé, Méthode fut arrêté et dut comparaître devant un synode, en Bavière, qui, après un simulacre de jugement, le fit enfermer en Souabe, dans une tour, où il eut à souffrir cruellement des rigueurs du climat.
Ce n’est qu’au bout de deux ans et demi que le pape Jean VIII fut informé de la situation et put faire remettre le saint en liberté. Dès son retour en Moravie, Méthode reprit son activité avec un zèle accru, sans tenir compte de l’interdiction qui lui avait été faite de célébrer la Liturgie en slave. Il n’hésitait pas à reprocher avec sévérité à Sviatoplouk sa conduite déréglée et s’opposa sans compromis à la doctrine erronée du Filioque [cf. 6 fév.], que le clergé franc tentait d’imposer dans ces pays de mission. Les Francs firent appel à Rome, mais après une apologie de son activité devant le pape (879), Méthode rentra triomphant, avec la confirmation de tous ses droits, à la confusion de son ennemi juré, Wiching, évêque de Neira, en Slovaquie orientale, qui se trouvait sous la juridiction de Méthode. Ce dernier n’en cessa pas pour autant ses intrigues, et il accusa cette fois le saint de rébellion contre l’empereur. Cette nouvelle épreuve fut pour Méthode l’occasion d’entreprendre un voyage à Constantinople, afin d’informer l’empereur Basile Ier et le patriarche Photios des résultats de la mission et de les assurer de son inébranlable fidélité (881). Il fut reçu avec de grands égards à la cour, et le souverain comme le patriarche approuvèrent pleinement la mission et l’œuvre de traduction des nouveaux apôtres.
Réconforté par ce soutien de la Grande Église, Méthode retourna en Moravie avec ses disciples, et c’est dans la paix et le calme, sans être désormais troublés par le clergé franc, qu’ils poursuivirent leurs traductions des livres ecclésiastiques. Méthode acheva en six mois la traduction complète de la Bible, ainsi que celle de textes patristiques et canoniques : tout ce qui était nécessaire à l’Église slave pour assimiler l’héritage du christianisme byzantin. Une fois cette œuvre menée à son terme, il rassembla ses disciples et célébra une Liturgie solennelle, en l’honneur de saint Dimitrios. Puis il désigna son successeur, saint Gorazd qui, originaire de Moravie, avait acquis une parfaite connaissance du grec ; et après avoir béni les souverains et son peuple, il remit en paix son âme à Dieu, le 6 avril 885. Ses funérailles furent célébrées en grec, latin et slave, en présence d’une foule innombrable qui l’accompagnait avec des cierges, en pleurant le maître et le bon pasteur, celui qui s’était fait tout pour tous, afin de les conduire au salut (cf. 1 Cor 9,22).
La disparition de l’Apôtre des slaves fut l’occasion pour Wiching et les siens de reprendre leur conspiration contre les missionnaires byzantins. Il devança Gorazd à Rome et parvint à convaincre le pape Étienne V de l’hétérodoxie de Méthode, et c’est muni d’une lettre lui donnant pleins pouvoirs qu’il rentra en Moravie. Avec l’appui de Sviatoplouk, qui se souciait bien peu des questions théologiques, le félon mena une persécution sans merci contre les disciples de Méthode : Gorazd, Clément et plus de deux cents autres saints confesseurs. Certains furent frappés et traînés dans les ronces, les plus jeunes furent vendus comme esclaves à des marchands vénitiens, d’autres furent exilés aux extrémités du royaume. Gorazd trouva refuge en Pologne, d’autres en Bohême, tandis que Clément, Nahum, Sabas, Angélaire et Laurent purent atteindre la Bulgarie, où ils furent accueillis comme des anges de Dieu par le tsar Boris.
Leurs persécuteurs trouvèrent, quant à eux, un juste châtiment à leur conduite, car, en 907, la Moravie fut envahie et ravagée par les Hongrois, et elle passa dès lors définitivement sous la domination latine. L’œuvre des deux frères égaux-aux-apôtres, Cyrille et Méthode, ne laissa en cette terre aucune trace ; mais, par l’intermédiaire de l’Église bulgare, elle devint la semence d’une riche tradition byzantino-slave, qui trouva son apogée dans la Russie de Kiev, à la suite de la conversion de saint Vladimir.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire des saints Cyrille et Méthode, ton 4
Émules des apôtres et docteurs des pays slaves, Cyrille et Méthodes sages en Dieu, priez le Maître de toutes choses de confirmer tous les peuples slaves dans l’Orthodoxie et la concorde, d’apaiser le monde et de sauver nos âmes.

Kondakion des saints Cyrille et Méthode, ton 3
Honorons nos deux saints illuminateurs , qui par la traduction des Écritures divines nous ont fait jaillir la source de la connaissance de Dieu ; en y puisant en abondance jusqu’à présent, nous vous glorifions, Cyrille et Méthode, vous qui vous tenez devant le Trône du Très-Haut et qui priez ardemment pour nos âmes.

Kondakion de Pâques, ton 8
Bien que Tu sois descendu, ô Immortel, dans le Tombeau, Tu as cependant détruit la puissance de l’enfer et Tu es ressuscité en vainqueur, ô Christ Dieu. Aux femmes myrophores Tu as annoncé : Réjouissez-vous, et à Tes apôtres Tu as donné la paix, Toi qui accordes à ceux qui sont tombés la Résurrection.

Évangile DU JOUR
(Jn XII, 36-47)
Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux. Malgré tant de miracles qu’il avait faits en leur présence, ils ne croyaient pas en lui, afin que s’accomplît la parole qu’Ésaïe, le prophète, a prononcée: Seigneur, Qui a cru à notre prédication? Et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé? Aussi ne pouvaient-ils croire, parce qu’Ésaïe a dit encore: Il a aveuglé leurs yeux; et il a endurci leur coeur, De peur qu’ils ne voient des yeux, Qu’ils ne comprennent du coeur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. Ésaïe dit ces choses, lorsqu’il vit sa gloire, et qu’il parla de lui. Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n’en faisaient pas l’aveu, dans la crainte d’être exclus de la synagogue. Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. Or, Jésus s’était écrié: Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé; et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé. Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde.

23 mai

23 mai

Saint Michel, évêque de Synades en Phrygie, confesseur (831) ; sainte Marie de Cléopas (Ier s.) ; saint Didier, évêque de Langres, martyr avec plusieurs compagnons (407) ; saint Syagre, évêque de Nice (787) ; ; saint Michel, moine, martyr (IXème s.) ; saint Damien (ou Démétré) de Garedja, roi de Géorgie (1157) ; sainte Euphrosynie, abbesse à Polotsk (1173) ; saint Païssios de Galitch (1460)

SAINT MICHEL, ÉVÊQUE DE SYNADE

Saint Michel, évêque de Synades en Phrygie, confesseur (831)

Originaire de Synades en Phrygie, saint Michel quitta de bonne heure sa patrie pour Constantinople, où il se lia d’amitié spirituelle avec saint Théophylacte [8 mars], alors secrétaire de saint Taraise [25 fév.]. Les deux jeunes gens montraient une si grande unité de sentiments qu’on ne croyait voir en eux qu’un seul Homme nouveau. Lorsque saint Taraise, ayant revêtu l’Habit monastique, fut élevé à la dignité patriarcale, les deux amis devinrent moines à leur tour dans le monastère qu’il avait fondé sur le Bosphore. Rivalisant dans les combats ascétiques, ils progressèrent rapidement dans la vertu, qu’ils relevaient par le glorieux ornement de l’humilité et de la gaieté permanente de l’âme.

Taraise, informé de leurs hauts-faits, les nomma skevophylax de la Grande Église et, peu après, il parvint à leur faire accepter, à contrecœur, la consécration épiscopale : Théophylacte comme métropolite de Nicomédie et Michel pour devenir le pasteur de sa patrie, Synades (vers 784). Proclamant droitement la parole de la vérité, tant par ses enseignements que par sa vie, doux, patient et miséricordieux, ayant vaincu la colère, ce bon pasteur fit ériger églises et monastères, et fonda des hospices et des établissements de bienfaisance pour venir en aide aux malades, aux déshérités et aux étrangers. Il assista au Second Concile de Nicée (787), où il y soutint la doctrine orthodoxe sur la vénération des saintes icônes, puis de retour dans son diocèse, il reprit paisiblement son œuvre pastorale.

En 806, année où le patriarche saint Nicéphore [2 juin] succéda au défunt saint Taraise, saint Michel fut mis à la tête d’une ambassade envoyée par l’empereur Nicéphore (802-811) auprès du calife Haroun-al-Raschid, au cours de laquelle il fit preuve de toutes ses qualités d’homme de paix et de conciliation. À l’automne 811, il fut envoyé à Rome, comme légat du patriarche Nicéphore, afin de présenter au pape ses lettres synodiques et de s’assurer de son soutien quant à la vénération des saintes icônes. L’année suivante, il fut reçu par Charlemagne à Aix-la-Chapelle et obtint un traité de paix.
Lorsque, après deux années de règne, le nouvel empereur, Léon V l’Arménien (813-820), dévoila ses sombres desseins et renouvela la persécution contre les saintes icônes, saint Michel se rangea aussitôt parmi les défenseurs de la vraie foi, réunis autour du patriarche Nicéphore : Euthyme de Sardes [26 déc.], Joseph de Thessalonique [14 juil.], Émilien de Cyzique [8 août], Théophylacte de Nicomédie et bien d’autres, clercs, moines et laïcs, qui se tenaient prêts à verser leur sang pour la piété. Ils se présentèrent devant le souverain et tentèrent de le faire revenir à la raison, tant par des arguments tirés des saints Pères, qu’en lui rappelant le soutien que leur assurait l’Église de Rome. Mais ce fut en vain et, aveuglé de fureur, le tyran les fit arrêter et envoyer en exil, loin les uns des autres, avec interdiction de correspondre. Saint Michel fut alors relégué à Eudocias, en Phrygie, où il resta plus de dix ans, souffrant tous les mauvais traitements avec actions de grâces et priant pour ses persécuteurs. Il n’en cessait pas pour autant de défendre la foi orthodoxe et de venir en aide aux malheureux, et il maintenait inchangé son programme de vie ascétique et de prière nocturne. Il accomplit là de nombreux miracles, guérissant par sa prière les hommes comme les animaux domestiques, et par le miel de ses paroles, il réussit à adoucir et à convertir les habitants rudes et grossiers de cette région retirée.

L’empereur, ayant appris que l’exil tournait pour le saint à un surcroît de gloire, ordonna de le transférer dans des régions plus éloignées. Errant ainsi de lieu en lieu, l’homme de Dieu parvint à une contrée infestée d’une multitude de rats qui ravageaient les récoltes. Il expliqua aux habitants que ce fléau avait été envoyé par Dieu en châtiment de leurs péchés, et il leur ordonna de jeûner pendant trois jours et de se repentir. Ce délai écoulé, il les invita à se rendre, tous ensemble, dans les champs. Pendant que le peuple clamait le Kyrie eleison, le saint se tenait à genoux et intercédait pour eux, les mains et les yeux tournés vers le ciel. Aussitôt, un tremblement de terre secoua la région et toutes les bestioles périrent.

Passant en un autre lieu, Eurantisia, les habitants le supplièrent de prier Dieu pour qu’il les délivre des sauterelles, en nombre infini, qui ruinaient toutes leurs cultures ainsi que leurs arbres fruitiers, et les menaçaient de disette. Le saint passa la nuit en prière et, au petit matin, il prit la tête d’une procession, à laquelle participait tout le peuple de la contrée, en chantant le Kyrie eleison. Les sauterelles se groupèrent alors en un nuage dense et sombre, qui s’éleva dans les airs et disparut.
Le saint continua ses périples, répandant la miséricorde de Dieu sur les hommes et sur leurs cultures. Finalement, après avoir passé quelque temps en prison à Constantinople, il fut de nouveau exilé sur les rives du lac de Nicomédie, là où d’autres confesseurs de la foi attendaient que le bon plaisir de l’empereur Michel le Bègue leur permît de rejoindre leurs diocèses ou leurs monastères. Âgé de plus de quatre-vingts ans, épuisé par les épreuves, saint Michel n’en continuait pas moins de prier pour l’empereur, pour la paix de l’Église, pour le salut du monde et pour l’abondance des fruits de la terre. Le lundi de Pentecôte 826, au sortir d’un repas où il avait convié saint Théodore Stoudite, son ami de longue date, avec lequel il n’avait pas cessé d’entretenir une correspondance pendant son exil, le saint prélat, saisi d’un malaise, fut contraint de s’aliter. Le lendemain, Théodore le trouva en proie à d’atroces souffrances et, le troisième jour, mercredi de la Pentecôte, saint Michel, ayant perdu l’usage de la parole, remit son dernier soupir en présence de son ami et compagnon de lutte, après quarante ans d’épiscopat. Son corps étendu sans vie avait, écrit Théodore , l’aspect d’un ange et resplendissait des reflets de la lumière divine, que tant d’années de prière et de contemplation y avait imprimés.

La relique de son précieux chef, offerte en présent à la Grande Lavra de saint Athanase au Mont Athos par l’empereur Basile II et son frère Constantin VIII (978), y reste vénérée jusqu’à nos jours, et elle continue d’accomplir de nombreux miracles pour préserver les cultures des animaux nuisibles, tant celles du monastère que des régions où elle est envoyée.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Kondakion du saint, ton 4
Comme un grand soleil tu t’es levé * pour répandre sur tous * la clarté de tes vertus * et l’éclat de tes miracles, Père saint, * homonyme du grand-prince des armées célestes.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Évangile DU JOUR
(Jn XII, 19-36)

Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres: Vous voyez que vous ne gagnez rien; voici, le monde est allé après lui. Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, s’adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus. Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera. Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je?… Père, délivre-moi de cette heure?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom! Et une voix vint du ciel: Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore. La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était un tonnerre. D’autres disaient: Un ange lui a parlé. Jésus dit: Ce n’est pas à cause de moi que cette voix s’est fait entendre; c’est à cause de vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. En parlant ainsi, il indiquait de quelle mort il devait mourir. – La foule lui répondit: Nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement; comment donc dis-tu: Il faut que le Fils de l’homme soit élevé? Qui est ce Fils de l’homme? Jésus leur dit: La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent point: celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux.

7 mai (ancien calendrier)/20 mai (nouveau)

7 mai (ancien calendrier)/20 mai (nouveau)

Commémoration de l’apparition dans le ciel de la Croix du Seigneur, à Jérusalem, en 346 ; saint Acace, centurion, martyr à Constantinople (303) ; sainte Mâthie, martyre à Troyes (Ier s.) ; sainte Mesme, martyre en pays chartrain (IVème s.) ; saint Jean de Zédazéni et ses douze disciples syriens fondateurs du monachisme en Géorgie (VIème s.) : Habib de Nékressi, Antoine le solitaire, David de Garèdja, Zenon d’Ikaltho, Thaddée de Stéphantsimnda, Jessé de Tsilkani, Joseph d’Alaverti, Isidore de Samthavissi, Michel d’Ouloumpo, Pyrrhus de Brétha, Etienne de Khirsa, Chio des Grottes, et saint Élie le diacre ; saint Sérenic et son frère saint Sérené, reclus (VIIème s.) ; sainte Sessétrude, vierge à Meaux (VIIème s.) ; saint Nil de la Sora (1508).

APPARITION DE LA CROIX DU SEIGNEUR À JÉRUSALEM

20Le 7 mai 350, jour de la Pentecôte, sous le règne de Constance et l’épiscopat de saint Cyrille, apparut à la troisième heure du jour dans le ciel de Jérusalem, une immense croix lumineuse qui s’étendait du Golgotha au mont des Oliviers. Sa clarté était telle qu’elle en surpassait les rayons du soleil. Aussi tout le peuple, jeunes et vieillards, et jusqu’aux nourrissons, accourut avec joie vers l’église de la Résurrection, afin d’y offrir à Dieu des hymnes d’actions de grâce pour ce miracle qui manifestait la gloire de la Croix et sa victoire sur les ténèbres.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire de l’apparition de la Croix, ton 1
L’image de ta Croix * a resplendi plus fort que le soleil: * sur le Calvaire tu l’as déployée * depuis ta sainte montagne, * rendant visible ta force qui réside en elle, Sauveur, * et affermissant par elle le règne de tes fidèles; * sans cesse garde-les dans la paix * par l’intercession de ta Mère, Christ notre Dieu, et sauve-nous.

Kondakion de l’apparition de la Croix, ton 8
Croix trois fois heureuse et toute-vénérable, * je me trouve sanctifié, moi qui te chante, * moi qui me prosterne en ce moment devant toi, * puisqu’élevé sur toi le Christ sauva le monde; * vite, viens à mon aide et sauve-moi par ta puissance, * délivre-moi de tout péril, afin que je puisse te chanter: * Réjouis-toi, bienheureux arbre de la Croix.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Évangile du jour
(Jn. XIX, 6-11,13-20,25-28,30-35)

En ce temps-là, les grands prêtres et les anciens du peuple complotèrent contre Jésus pour le faire périr. Ils se rendirent auprès de Pilate, disant : « crucifie-le ! crucifie-le ! » Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le; car moi, je ne trouve point de crime en lui. Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu’il s’est fait Fils de Dieu. Quand Pilate entendit cette parole, sa frayeur augmenta. Il rentra dans le prétoire, et il dit à Jésus: D’où es-tu? Mais Jésus ne lui donna point de réponse. Pilate lui dit: Est-ce à moi que tu ne parles pas? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te crucifier, et que j’ai le pouvoir de te relâcher? Jésus répondit: Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut. Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors; et il s’assit sur le tribunal, au lieu appelé le Pavé, et en hébreu Gabbatha. C’était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Pilate dit aux Juifs: Voici votre roi. Mais ils s’écrièrent: Ote, ôte, crucifie-le! Pilate leur dit: Crucifierai-je votre roi? Les principaux sacrificateurs répondirent: Nous n’avons de roi que César. Alors il le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l’emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. C’est là qu’il fut crucifié, et deux autres avec lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. Pilate fit une inscription, qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue: Jésus de Nazareth, roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville: elle était en hébreu, en grec et en latin. Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui. Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l’esprit. C’était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, -les Juifs demandèrent à Pilate qu’on rompît les jambes aux crucifiés, et qu’on les enlevât. Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l’autre qui avait été crucifié avec lui. S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes ; mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. Celui qui l’a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai.

10 mai (ancien calendrier)/23 mai (nouveau)

10 mai (ancien calendrier)/23 mai (nouveau)

Saint Simon le Zélote, apôtre ; saints Alphée, Philadelphie, Cyrin, Onésime, Erasme et leurs compagnons, martyrs en Italie du Sud (251) ; saint Aurélien, évêque de Limoges (IIIème s.) ; saint Hésychius d’Antioche, martyr (IVème s.); sainte Isidore, fole en Christ (IVème s.) ; saint Fronime (IVème s.), évêque de Besançon ; saints Pallais I (384) et Pallais II (460), évêques de Bourges Bienheureuse Thaïs (Vème s.) ; saint Léonard du Dunois, ermite (VIème s.) ; saint Villebaud, martyr (660)  sainte Solange, vierge, martyre à Bourges (880) ; saint Simon, évêque de Vladimir (1226) ; saint Simon, le fol en Christ de Yourievets (XVIème s.).

SAINT SIMON LE ZÉLOTE

D’après une ancienne tradition, saint Simon le Zélote — mentionné par saint Luc parmi les Douze Apôtres (Lc 6,15) — était l’époux des noces de Cana en Galilée, pour lequel le Christ accomplit le premier miracle de son ministère public, en changeant l’eau en vin (Jn 2). Voyant ce miracle, Simon crut de tout son cœur, et il abandonna femme, maison et patrie, pour suivre le Christ, l’Époux céleste des âmes pures. Le jour de la Pentecôte, se trouvant dans la chambre haute avec les autres Apôtres, il reçut le don du Saint-Esprit sous la forme de langues de feu. Alors, véritablement rempli d’un “zèle” divin pour le salut de ses frères, il partit prêcher la Bonne Nouvelle dans de nombreux endroits de l’univers, et surtout en Afrique, où il évangélisa toute la Mauritanie et la Lybie. Puis il parvint, dit-on, jusqu’en Grande-Bretagne, où il illumina de nombreux païens par sa prédication. Il périt crucifié par des idolâtres, à l’imitation de son Maître, et fut enseveli sur cette terre, afin de devenir semence pour le christianisme qui allait s’y développer.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire du saint Apôtre, ton 3
Saint apôtre Simon, * intercède auprès du Dieu de miséricorde, * pour qu’il accorde à nos âmes le pardon de nos péchés.

Kоndakion du saint Apôtre, ton 2
Tous ensemble, par des hymnes louons * comme bienheureux l’apôtre Simon, * lui qui dans l’âme des fidèles déposa * sans faille la doctrine de la sagesse; * car devant le trône de gloire à présent * il exulte avec les Anges incorporels, * sans cesse intercédant en faveur de nous tous.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Évangile DU JOUR
(Jn XII, 19-36)

Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres: Vous voyez que vous ne gagnez rien; voici, le monde est allé après lui. Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, s’adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus. Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera. Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je?… Père, délivre-moi de cette heure?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom! Et une voix vint du ciel: Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore. La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était un tonnerre. D’autres disaient: Un ange lui a parlé. Jésus dit: Ce n’est pas à cause de moi que cette voix s’est fait entendre; c’est à cause de vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde; maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. En parlant ainsi, il indiquait de quelle mort il devait mourir. – La foule lui répondit: Nous avons appris par la loi que le Christ demeure éternellement; comment donc dis-tu: Il faut que le Fils de l’homme soit élevé? Qui est ce Fils de l’homme? Jésus leur dit: La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent point: celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux.

22 mai

22 mai
Saint Basilisque, évêque de Comanes, martyr à Amasée dans le Pont (vers 312) ; commémoration du second Concile Œcuménique de Constantinople (381) ; sainte Julie, martyre en Corse (Vème s.) ; sainte Hélène, vierge à Auxerre (Vème s.) ; saint Ausone, évêque d’Angoulême (IVème ou Vème s.); sainte Quitterie, princesse martyre (Vème s.) ; saint Romain, abbé à Druyes (vers 560) ; saints Boetien et Albeu, ermites dans la région de Laon (VIIème s.) ; saint Loup, évêque de Limoges (632) ; saint Jean-Wladimir, prince de Serbie, martyr et thaumaturge (1015) ; saint Jacques de Borovitchi, thaumaturge de Novgorod (1540).

SAINT BASILISQUE

Neveu de saint Théodore Tiron [17 fév.], saint Basilisque fut soumis à la torture avec saints Eutrope et Cléonique, à Amasée ; mais, à son grand dépit, il ne put jouir avec eux de la gloire du martyre et fut renvoyé en prison après leur exécution. Alors qu’il pleurait et se lamentait dans son cachot, le Christ lui apparut, pour lui assurer qu’Il avait inscrit aussi son nom dans son Royaume, et qu’il ne serait en rien inférieur à ses compagnons, puis Il lui recommanda d’aller faire ses adieux à sa famille. Au lever du jour, Basilisque vit que les portes de la prison étaient ouvertes et il se rendit, accompagné de ses gardes, à son village natal, Choumiala. Il dit adieu à sa mère et à sa parenté, les exhorta à rester fidèles au Christ et à prier pour qu’il soit affermi dans sa confession. Il était de retour à la prison d’Amasée au moment où le nouveau gouverneur, Agrippa, homme terrible et cruel, assumant sa charge, avait réuni les notables de la cité pour un banquet. Comme on lui avait parlé de saint Basilisque, il ordonna de le transférer à Comane (Pont), avec les autres captifs chrétiens, pour y être jugés. Tiré violemment de prison, le saint fut chargé de lourdes chaînes, on lui cloua des sandales de fer aux pieds et, tout le long du chemin, les treize soldats qui l’escortaient le fustigèrent, de sorte que la route était arrosée de son sang. Ayant fait halte au village de Dacozara, ils attachèrent Basilisque, les mains derrière le dos, à un platane desséché depuis de longues années, tandis qu’ils prenaient leur repas chez la maîtresse du village, Troïanée. À la prière du saint, un tremblement de terre se produisit, avec un grand vacarme, qui jeta à terre la foule des badauds rassemblés là. Lorsqu’ils se relevèrent, ils constatèrent avec stupeur que l’arbre avait reverdi et qu’une source d’eau pure coulait aux pieds du bienheureux.
À cette vue, Troïanée crut au Christ avec toute sa maison et le saint, ayant délivré des possédés et guéri des malades, convertit non seulement un grand nombre d’habitants du lieu, mais encore les soldats de son escorte. Désormais pleins de respect pour leur captif, ils le déchargèrent de ses liens et reprirent leur route. En tout lieu, saint Basilisque accomplissait miracles et conversions, refusant de prendre toute nourriture, rassasié qu’il était par la prière et par la présence en lui de la grâce du Christ.
Parvenus à Comane, ils y trouvèrent Agrippa, qui ordonna de conduire sans retard le martyr au temple d’Apollon pour y sacrifier. Les soldats de la garnison locale le frappèrent en se moquant de sa foi en un Dieu invisible. Le saint, rempli d’une mâle assurance, leur répliqua que si Dieu ne peut être vu selon sa nature, Il se manifeste cependant spirituellement, selon l’énergie de sa grâce, autant qu’il est possible à l’intelligence humaine de le saisir, et Il accomplit beaucoup de merveilles par l’intermédiaire de ceux qu’Il a jugés dignes de le recevoir. Présenté au magistrat dans le temple et sommé de sacrifier, il répondit qu’il offrait en tout temps un sacrifice de louange à Dieu. Agrippa lui demanda quel était le nom de ce Dieu. Il répondit : « Mon Dieu est inexprimable, insaisissable, indescriptible, invisible, et les noms qui lui sont donnés par l’Écriture sont : Père, Tout-Puissant, Seigneur et Dieu, Roi suprême et Seigneur des armées, Sauveur et Miséricordieux, Compatissant, Longanime et Riche en pitié. Voilà le Dieu à qui j’offre un sacrifice de louange ! » Le gouverneur irrité reprit : « Sacrifie au nom du dieu que tu veux, mais sacrifie, et finissons-en. » Étendant les mains vers le ciel Basilisque éleva une prière ardente à Dieu pour la destruction des idoles, et aussitôt un feu descendit du ciel, incendia le temple et réduisit en poussière la statue d’Apollon. Le gouverneur sortit précipitamment du bâtiment en flamme et toute la ville fut troublée par cet événement. Revenu à lui et grinçant des dents de rage, Agrippa fit sortir du temple le saint, qui avait été miraculeusement protégé des flammes, et l’accusa de magie. Basilisque répondit qu’il ne s’agissait pas d’artifices magiques, mais de la puissance de Dieu qui avait accompli tout cela pour prouver que les dieux des païens ne sont que néant et illusion. Constatant la fermeté inébranlable du martyr, le magistrat prononça la sentence de mort. Basilisque fut emmené hors de la ville, en un lieu dit Dioscore, où il fut décapité. Un chrétien racheta son corps aux bourreaux et construisit une église à Comane, où il l’inhuma dignement. C’est dans cette église que, le 13 septembre 407, saint Jean Chrysostome, emmené pour son dernier exil, eut une vision de saint Basilisque, qui le réconforta et lui promit qu’ils seraient réunis le lendemain. Effectivement, le lendemain, après avoir revêtu des vêtements blancs et avoir reçu la sainte Communion, le saint hiérarque remit là son âme à Dieu .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Kondakion du saint, ton 8
Par la force et le courage déployés en ta passion * et par tes prodiges ayant merveilleusement * illustré brillamment le nom du Christ, * tu as couvert de confusion le tyran; * c’est pourquoi, Basilisque, nous t’honorons et te chantons sans cesse: * Réjouis-toi, splendide gloire des martyrs.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Évangile DU JOUR
(Jn XI, 47-57)
Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation. L’un d’eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n’était pas pour la nation seulement; c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. C’est pourquoi Jésus ne se montra plus ouvertement parmi les Juifs; mais il se retira dans la contrée voisine du désert, dans une ville appelée Éphraïm; et là il demeurait avec ses disciples. La Pâque des Juifs était proche. Et beaucoup de gens du pays montèrent à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier. Ils cherchaient Jésus, et ils se disaient les uns aux autres dans le temple: Que vous en semble? Ne viendra-t-il pas à la fête? Or, les principaux sacrificateurs et les pharisiens avaient donné l’ordre que, si quelqu’un savait où il était, il le déclarât, afin qu’on se saisît de lui.

9 mai (ancien calendrier)/22 mai (nouveau)

9 mai (ancien calendrier)/22 mai (nouveau)

Transfert des reliques de saint Nicolas le Thaumaturge à Bari (1087). Saint prophète Isaïe (VIIIème s. avant Jésus-Christ). Saint martyr Christophore (vers 250). Saint Bié, ermite à Laon (IIIème s.) ; saint Denys, évêque de Vienne (IVème s.); saint Tudi, ermite puis abbé près de Landevennec (V°)Saint Chio des Grottes (Mrvimévi) (VIème s.). Saint Nicolas de Vounaine, martyr (Xème s.) ; Saint Joseph d’Optino (1911). Saint hiéromartyr Démètre (Voskresensky), prêtre (1938) ; saint hiéromartyr Basile (Kolosov), prêtre (1939).

TRANSFERT DES RELIQUES DE SAINT NICOLAS

Transfert des reliques de saint Nicolas le Thaumaturge à Bari (1087)

En 1087, alors que la région de Myre en Lycie venait de tomber aux mains des Turcs, Dieu permit que les reliques miraculeuses de saint Nicolas fussent préservées pour étendre leur bénédiction jusqu’en Occident. Une nuit, le saint apparut à deux prêtres pieux de la ville de Bari en Italie, Lupus et Grimoald, et leur donna l’ordre d’organiser une expédition pour sauver ses reliques des mains des Turcs. Dans un grand élan d’enthousiasme, on affréta trois navires, avec un équipage composé de soixante hommes pieux et valeureux. Chargés d’une cargaison de grain, pour faire croire qu’il s’agissait de navires de commerce, ils rivalisèrent de vitesse avec une expédition de Vénitiens, partis eux aussi pour récupérer le précieux trésor. Abordant finalement à Myre, ils se rendirent en hâte dans l’église de saint Nicolas, déterrèrent la sainte relique qui ruisselait de myron au parfum merveilleux et la chargèrent sur un des navires. Après avoir répandu les bénédictions du saint dans tous les ports où ils faisaient escale, les pieux pirates parvinrent finalement à Bari, où la population entière accueillit saint Nicolas avec cierges et hymnes d’actions de grâces. Et, de jour en jour, un nombre croissant de malades et d’infirmes trouvaient auprès de lui la guérison. En deux ans, on édifia en l’honneur de saint Nicolas une vaste basilique, sous l’autel de laquelle on déposa les précieuses reliques. Depuis, chaque année, le jour de la fête du saint, qui réunissait des pèlerins venus du monde entier, le saint myron coulait de ses pieds pendant tout le déroulement de la Divine Liturgie, comme deux sources abondantes, et il était recueilli dans des récipients, pour être ensuite distribué dans tout le monde chrétien .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire du transfert des reliques de saint Nicolas, ton 4
Le jour de la solennité lumineuse a commencé, la cité de Bari se réjouit et avec elle tout l’univers est en liesse avec des hymnes et des cantiques spirituels ; car c’est le jour de la sainte solennité du transfert des reliques précieuses et miraculeuses du hiérarque et thaumaturge Nicolas, comme le soleil sans couchant brillant par des rayons lumineux et dissipant les ténèbres des épreuves et des malheurs chez ceux qui s’exclament avec foi : sauve-nous, comme notre grand intercesseur, ô Nicolas.

Kоndakion du transfert des reliques de saint Nicolas, ton 3
Tes reliques, ô saint hiérarque Nicolas, sont passées, telles une étoile, de l’orient jusqu’en occident ; la mer a été sanctifiée par ton passage et la cité de Bari reçoit par toi la grâce ; car tu es apparu pour nous, ô thaumaturge admirable, merveilleux et miséricordieux.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Évangile DU JOUR
(Jn XI, 47-57)
Alors les principaux sacrificateurs et les pharisiens assemblèrent le sanhédrin, et dirent: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles. Si nous le laissons faire, tous croiront en lui, et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation. L’un d’eux, Caïphe, qui était souverain sacrificateur cette année-là, leur dit: Vous n’y entendez rien; vous ne réfléchissez pas qu’il est dans votre intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse pas. Or, il ne dit pas cela de lui-même; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. Et ce n’était pas pour la nation seulement; c’était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés. Dès ce jour, ils résolurent de le faire mourir. C’est pourquoi Jésus ne se montra plus ouvertement parmi les Juifs; mais il se retira dans la contrée voisine du désert, dans une ville appelée Éphraïm; et là il demeurait avec ses disciples. La Pâque des Juifs était proche. Et beaucoup de gens du pays montèrent à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier. Ils cherchaient Jésus, et ils se disaient les uns aux autres dans le temple: Que vous en semble? Ne viendra-t-il pas à la fête? Or, les principaux sacrificateurs et les pharisiens avaient donné l’ordre que, si quelqu’un savait où il était, il le déclarât, afin qu’on se saisît de lui.

21 mai

21 mai

Dimanche de l’aveugle-né. Saints Constantin, empereur (337) et sa mère, sainte Hélène (327), égaux aux apôtres ; saint Hospice, ermite à Nice (VIème s.) ; saint Constantin, prince de Mourom (1129), et ses fils, saints Michel et Théodore, thaumaturges ; saint Cassien le grec, d’Ouglitch (1504).

SAINTS CONSTANTIN ET HÉLÈNE

Saint Constantin le Grand, le premier empereur chrétien, devenu par la grâce de Dieu « Apôtre du Seigneur parmi les rois », était fils du brillant général Constance Chlore et de sainte Hélène. Il naquit à Nissa (Niš) (vers 280) et grandit sur les champs de batailles, apprenant de son père non seulement l’art de la guerre, mais aussi le sage gouvernement de ses sujets et la clémence à l’égard des chrétiens.

Peu après sa proclamation (286), Dioclétien devant gouverner un empire trop grand, menacé de toutes parts par les barbares et troublé par d’incessants complots, confia à son ami Maximien le gouvernement de l’Occident et, quelques années plus tard (293), il plaça deux césars comme auxiliaires des deux augustes : Maximien Galère en Orient et Constance Chlore en Occident, avec juridiction sur la Grande-Bretagne, la Gaule et l’Espagne. Afin de s’assurer la fidélité de ce dernier, il l’obligea à répudier sainte Hélène pour épouser la fille de Maximien, et il garda de plus le jeune Constantin en otage à Nicomédie, sa capitale. Constantin passa donc son adolescence parmi les mœurs païennes, à la cour de Dioclétien puis de Galère, où il se distingua par son allure majestueuse et sa vaillance dans les combats, mais surtout par sa droiture morale et sa bonté, qui lui attiraient la sympathie de tous ceux qui l’approchaient. Il resplendissait par les vertus vraiment royales de la chasteté et de la mansuétude, qui l’élevaient au-dessus des intrigues et des bassesses coutumières aux milieux de cour. Mais ces qualités suscitèrent aussi des jalousies, en particulier de l’empereur Galère, qui l’envoyait constamment dans des campagnes périlleuses, d’où Constantin sortait chaque fois victorieux et en tirait un surcroît de gloire.

Après la démission de Dioclétien et de Maximien, les deux césars, Galère et Constance Chlore, furent élevés à la dignité d’auguste. Instruit des complots tramés contre son fils, Constance, malade et vieillissant, demanda que Constantin vienne le visiter. Échappant de justesse aux hommes envoyés pour le retenir, Constantin se précipita en Grande-Bretagne, où il eut la joie de revoir son père qui lui confia la succession de l’empire d’Occident, et lui recommanda d’aider et de protéger les chrétiens violemment persécutés depuis les édits de Dioclétien. Constance Chlore trouva peu après la mort à York, et Constantin fut aussitôt proclamé empereur par l’armée (25 juillet 306). Mais, entre temps, Galère, qui se considérait comme le premier empereur, avait désigné deux césars : Maximin Daïa pour l’Orient et Sévère pour l’Occident, avec Rome pour capitale. À la mort de Constance Chlore, il éleva Sévère à la dignité d’auguste ; mais ce dernier fut renversé par une révolte du peuple, suscitée par la garde prétorienne, et remplacé par Maxence, le fils de Maximien, qui fit bientôt régner à Rome une tyrannie sanguinaire et pleine de débauches. Maxence conclut un accord avec Constantin, auquel il laissait le pouvoir sur les régions les plus occidentales, avec Arles pour capitale. Constantin, respectant ces conditions, gouverna la part qui lui était échue avec justice et bonté ; il était aimé du peuple et redouté des Germains ainsi que des autres tribus barbares. Mais cette situation dura peu de temps, car Maxence entra bientôt en friction avec son père qu’il avait associé au pouvoir. Maximien se réfugia dans le royaume de Constantin et tenta aussitôt de s’emparer du pouvoir grâce à la complicité de sa fille Fausta, la seconde épouse de Constantin, femme fourbe et intrigante, qui fut par la suite la cause de bien des malheurs pour le pieux empereur. Le complot fut dévoilé et Maximien mit fin à ses jours (310).

Galère, informé des événements qui troublaient l’empire d’Occident, et avide d’accaparer tous les pouvoirs, désigna alors Licinius comme césar d’Occident et marcha vers Rome avec une puissante armée. Vaincu par Maxence, il battit en retraite et se retourna contre Constantin. Mais ce dernier lui infligea une défaite complète, et Galère périt lamentablement, après avoir promulgué un édit modérant la persécution générale qui faisait rage en Orient (311). Maximin Daïa, païen fanatique et persécuteur acharné des chrétiens, prit alors le titre d’auguste de l’empire d’Orient, et Maxence, resté seul à Rome, entreprit une campagne contre Constantin, en vue de s’arroger la totalité de l’empire d’Occident. Appelé au secours par les Romains qui souffraient de la tyrannie de Maxence, Constantin réunit ses troupes, passa les Alpes (septembre 312) et, conquérant aisément les villes d’Italie du Nord, il parvint jusqu’aux environs de Rome, où Maxence avait concentré des forces bien plus considérables.

Monté sur une hauteur, Constantin considérait avec perplexité la supériorité de ses adversaires lorsque, en plein midi, apparut dans le ciel une immense croix, constituée d’étoiles, autour de laquelle étaient écrits ces mots en grec : « Par ce signe tu vaincras ». La nuit suivante, le Christ lui-même apparut à l’empereur, et Il lui commanda de confectionner une croix semblable à celle qu’il avait contemplée dans sa vision et de la placer comme étendard à la tête de son armée. Le signe de la victoire resplendit alors de nouveau dans le ciel, et Constantin crut de toute son âme que Jésus-Christ est le seul vrai Dieu, le Créateur du ciel et de la terre, qui donne la victoire aux rois et guide toute chose vers la fin qu’Il a prévue avant l’origine du monde. Dès le lever du jour, il fit confectionner ce labarum et donna l’ordre de le placer à la tête de ses troupes, à la place des aigles impériales, comme « signe de victoire sur la mort et trophée d’immortalité ». Il était constitué d’une longue pique dorée qui se terminait en forme de croix, et qui était surmontée d’une couronne d’or et de pierres précieuses, au centre de laquelle on distinguait le symbole du Sauveur (le chrisme constitué des deux premières lettres du nom du Christ). À la partie transversale de la croix était suspendue une étoffe de pourpre rehaussée de pierreries, qui renvoyait des éclats comme les rayons du soleil. Lors de la bataille décisive du pont Milvius, le 28 octobre 312, ce fut la Croix qui remporta la victoire. Maxence, en prenant la fuite, s’engagea sur le pont de bateaux qu’il avait fait construire, mais ce dernier s’effondra à son passage et le tyran périt englouti, avec tous ses officiers, comme autrefois Pharaon et ses cavaliers dans la mer Rouge (Ex 15).

Rendant grâce à Dieu pour cette victoire qui inaugurait une nouvelle ère de l’histoire humaine, Constantin fit une entrée triomphale dans Rome, qui le saluait comme son libérateur, son sauveur et son bienfaiteur. Il fit aussitôt élever le signe de la Croix sur les principaux monuments de la ville et l’on érigea une statue de l’empereur tenant en main la croix, comme signe de victoire et emblème de son autorité reçue du Christ. Dès lors, Constantin commença à se faire instruire sur la doctrine chrétienne et s’adonna assidûment à la lecture des Livres saints. Il fit restituer tous les biens confisqués par Maxence, rappela les exilés, libéra les captifs et fit rechercher les reliques des martyrs victimes de la Grande Persécution. À l’occasion de cette victoire sur Maxence, la religion chrétienne, si longtemps honnie et persécutée, pouvait désormais sortir de l’ombre et jouir de la protection du souverain. Tout en restant distincte du pouvoir politique, l’Église était désormais en mesure d’inspirer les gouvernants et de transformer en profondeur la vie des hommes et des états, pour leur inspirer les principes évangéliques. Quelques mois après, saint Constantin rencontra Licinius à Milan (313), et les deux empereurs, qui se partageaient dès lors le monde, signèrent un Édit mettant fin à la persécution et donnant licence aux chrétiens de pratiquer librement leur religion dans tout l’Empire. Constantin fut alors proclamé auguste suprême et l’on célébra le mariage de Constantia, sa sœur, et de Licinius.

Illuminé par la grâce de Dieu, le saint empereur n’accorda pas seulement la liberté générale, mais il encouragea aussi le développement du culte chrétien. Il accorda des subventions pour construire des églises et orner dignement les tombeaux des martyrs, restitua les biens des confesseurs et des martyrs confisqués par l’État et les fit attribuer à l’Église lorsque ces derniers n’avaient pas laissé d’héritiers. Il rendait honneur aux évêques qu’il recevait à sa table et il assistait aux conciles locaux pour faire régner la paix et la concorde.

Alors que la lumière de la vérité brillait ainsi en Occident, les ténèbres de l’idolâtrie et de la tyrannie continuaient d’être entretenues en Orient par Maximin Daïa qui déclara la guerre à Licinius. Celui-ci le vainquit en Thrace (30 avril 313) et, devenu maître de l’empire d’Orient, il intensifia la persécution. Il imposa des restrictions aux évêques , ferma des églises, exila les chrétiens en vue et confisqua leurs biens, et il fit cruellement châtier tous ceux qui venaient en aide aux détenus. Il imposa aux dignitaires d’offrir des sacrifices et fit régner l’injustice et la violence dans tous les domaines de l’administration. Apprenant ces mesures tyranniques prises en Orient contre les chrétiens, saint Constantin leva une puissante armée, guidée par le signe de la croix victorieuse, et, à la faveur d’une campagne contre les barbares en Pannonie, il pénétra sur le territoire de Licinius (322). Après une première défaite à Andrinople, le tyran se replia à Byzance puis fut définitivement vaincu à la bataille de Chrysopolis (18 septembre 324). Constantin triomphant, au nom du Christ et de la Vérité, s’employa dès lors à offrir l’Empire romain réunifié en présent au Roi des rois, et tel un nouvel Apôtre il fit proclamer jusqu’aux extrémités de l’Orient et de l’Occident, de la Mésopotamie à la Grande-Bretagne, la foi au Dieu unique et en son Fils incarné pour notre Salut. Usant de mansuétude envers les prisonniers de l’armée ennemie, il fit aussitôt appliquer en Orient les mêmes mesures en faveur de l’Église que celles qu’il avait décrétées auparavant en Occident. Dans un édit proclamé dans tout l’Empire, il déclarait que Dieu seul devait être considéré comme la cause de ses victoires et qu’il avait été choisi par la Providence pour se mettre au service du bien et de la vérité. Il plaça de nouveaux magistrats dans les provinces, auxquels il interdit d’offrir des sacrifices païens, et envoya dans toutes les contrées soumises à son autorité des lettres condamnant l’idolâtrie et exhortant à la conversion. Il incitait tous ses sujets à suivre son exemple, mais sans contraindre personne. L’Empire, régi par un seul empereur, présentait alors une image du Royaume de Dieu déjà présent sur la terre, où tous les hommes réconciliés pouvaient jouir de la paix et élever vers Dieu de continuelles hymnes d’actions de grâces.

À ce nouvel Empire chrétien, qui devait durer mille ans , il convenait de donner une capitale, mieux placée que Rome géographiquement et exempte des souvenirs de l’idolâtrie et de la tyrannie. Inspiré par un signe divin, le pieux empereur fixa son choix sur la petite ville de Byzance, qui occupait une position charnière entre l’Orient et l’Occident. Guidé par un ange, il marqua lui-même les limites de la nouvelle ville, et donna l’ordre au maître d’œuvre, Euphrata, de n’épargner aucune dépense pour la doter de monuments et de voies publiques dépassant en gloire et magnificence toutes les autres villes du monde. Lors de la fondation de la cité, le 8 novembre 324, Byzance reçut le nom de Constantinople et de Nouvelle Rome, et elle fut dédiée par la suite à la Mère de Dieu. Au centre du palais, on dressa une immense croix ornée de pierres précieuses, et sur le forum, on plaça au sommet d’une colonne de porphyre la statue de Constantin, dans laquelle était placée de saintes reliques, et au pied de la colonne furent déposées les corbeilles ayant servi au miracle de la multiplication des pains. Les travaux furent menés en grande hâte et, à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du règne de l’empereur (11 août 330), on célébra avec faste l’inauguration de la nouvelle capitale.

Aussitôt après sa victoire sur Licinius, le premier souci de saint Constantin fut de rétablir et de confirmer l’unité de l’Église, gravement menacée par l’hérésie d’Arius, qui, d’Égypte, s’était répandue dans différentes contrées, à la faveur d’un décret de Licinius interdisant la réunion des synodes locaux. Après avoir envoyé, par l’intermédiaire d’Osius de Cordoue, des lettres d’exhortations à l’archevêque d’Alexandrie, Alexandre, et à Arius, dans lesquelles il exprimait sa souffrance devant la division, l’empereur convoqua tous les évêques de l’univers à Nicée, pour le premier grand et saint Concile Œcuménique (325). Cette première assemblée des évêques venus de toutes les extrémités du monde était une parfaite expression de la plénitude de l’Église et de l’unité de l’Empire chrétien. L’empereur y siégeait au milieu des évêques, rayonnant dans un vêtement de pierreries. Il ouvrit les sessions en adressant une action de grâces à Dieu pour cette réunion, et il exhorta les participants à la paix et à résoudre les divisions semées par le démon dans la Maison de Dieu. Il participa lui-même aux débats et, par sa douceur et sa pondération, réussit à réconcilier les opposants. On procéda alors à la condamnation d’Arius et de ses partisans , et l’on résolut de célébrer Pâques partout à la même date, en signe d’unité de la foi. Pour conclure les sessions du Concile, saint Constantin convia tous les Pères, à l’occasion du vingtième anniversaire de son règne, à un grand banquet, qui fut une somptueuse préfiguration du Royaume de Dieu, puis il les renvoya en paix dans leurs diocèses, munis de riches présents.

L’année suivante (326), l’impératrice Hélène, qui venait d’être baptisée, entreprit un pèlerinage en Palestine , au cours duquel on découvrit l’emplacement du Calvaire et, grâce à une révélation miraculeuse, la Croix du Seigneur enfouie sous terre [14 sept.]. Saint Constantin ordonna alors d’ériger à cet endroit une somptueuse basilique dédiée à la Résurrection, laquelle fut inaugurée en 335, à l’occasion du trentième anniversaire de son règne. Sainte Hélène visita aussi d’autres Lieux saints et fit construire des basiliques à Bethléem et au Mont des Oliviers ; elle délivra les captifs et répandit de larges aumônes dans tout l’Orient. On rapporte qu’elle nourrissait une telle admiration pour les vierges consacrées, qu’elle réunit toutes les femmes consacrées à Dieu, et qu’elle les servit à table, comme une servante, se privant elle-même de nourriture . À l’issue de ce pèlerinage, elle rendit pieusement son âme à Dieu, à l’âge de quatre-vingts ans. Ses funérailles eurent lieu à Constantinople ; par la suite, son corps fut transféré à Rome.

La sécurité des frontières ayant été assurée par un habile jeu d’alliances, et les barbares ayant transformé leurs glaives en instruments agricoles (Is 2, 4), le pieux souverain put passer en paix le reste de son règne et s’occuper d’affermir les fondements et les institutions du nouvel Empire chrétien. Il encouragea par tous les moyens l’expansion du christianisme et transforma aussi en profondeur les lois romaines, en vue de les soumettre à l’esprit de charité et de mansuétude de l’Évangile. Dès son élévation au pouvoir, il avait décrété que le dimanche serait jour chômé dans tout l’Empire, il avait aboli la peine de mort par crucifixion, avait interdit les combats de gladiateurs et sévèrement châtié les rapts et les attentats à la pudeur. Par la suite, il encouragea l’institution de la famille, comme base de l’édifice social, en limitant le divorce, en condamnant l’adultère et en légiférant sur les droits d’héritage. Il fit également lever les lois jadis promulguées contre ceux qui restaient sans progéniture, afin d’encourager le monachisme qui connaissait alors un grand essor, et accorda de larges dons aux vierges consacrées, qu’il respectait jusqu’à l’adoration. Lorsque le siège de l’administration fut définitivement transféré à Constantinople (330), l’empereur y interdit la célébration des fêtes païennes et empêcha l’accès des païens aux charges de l’État. Se considérant comme l’« évêque des choses extérieures » , il apparaissait dans tout son gouvernement comme une image vivante de Dieu, qui répand généreusement ses bienfaits sur tous. Il distribuait abondamment les aumônes à tous ceux qui étaient dans le besoin, chrétiens ou non, soutenait les veuves et se faisait le père des orphelins. Il protégeait les pauvres contre les exactions des puissants, et il favorisa la prospérité de ses sujets en allégeant d’un quart l’impôt annuel et en faisant réviser l’évaluation des propriétés pour la répartition des charges fiscales.

Calme, paisible et maître des passions qui tourmentent en général les puissants, il s’était fait représenter sur les monnaies debout, le regard tourné vers le ciel, affirmant ainsi que le souverain doit être un homme de prière et un intercesseur pour la paix et la concorde de son royaume. Dans son palais, il s’était réservé une salle, où chaque jour il s’isolait pour prier et méditer les saintes Écritures, et il passait souvent ses nuits à rédiger des discours, dans lesquels il exhortait le peuple à l’amour de la vérité et de la vertu. Apprenant un jour que quelqu’un avait jeté une pierre sur une de ses effigies, l’empereur, à qui on avait demandé de châtier le coupable, se passa la main sur le visage en souriant et dit : « Je ne sens aucune plaie et suis en pleine santé », et il laissa l’homme repartir librement. Quiconque l’approchait pour obtenir une grâce était sûr d’être satisfait, de sorte que l’on pouvait croire en ces temps, que Dieu régnait véritablement parmi les hommes.

Peu après le trentième anniversaire du règne, célébré par des fêtes grandioses (335), le roi de Perse, Sapor (Shâpûr) II, déclencha une persécution contre les chrétiens de son royaume, puis, rompant son alliance avec Constantin, il envahit l’Arménie. Le pieux empereur leva alors une puissante armée pour partir à la défense des chrétiens, et décida de participer en personne à la campagne. Mais il tomba malade à Hélénopolis et fut transporté en hâte jusqu’aux environs de Nicomédie, où il reçut le saint baptême, que par respect il avait retardé depuis tant d’années. Refusant de revêtir de nouveau la pourpre impériale, il rendit son âme au Roi du ciel et de la terre, le jour de la Pentecôte 337, encore vêtu de la tunique blanche des néophytes. Après avoir prononcé une prière d’action de grâces, ses derniers mots furent : « Maintenant je sais que je suis vraiment bienheureux, maintenant je sais que je suis devenu digne de la vie éternelle, maintenant je sais que je participe à la Lumière divine ». Son corps fut aussitôt transporté à Constantinople, où après de somptueuses funérailles en présence de tout le peuple, il fut déposé dans l’église des Saints-Apôtres, au milieu des sarcophages vides des douze Disciples du Seigneur. Celui qui, converti par une révélation semblable à celle de saint Paul, Apôtre des Nations, avait soumis par son œuvre colossale l’Empire romain à la doctrine du Christ, fut ainsi glorifié au-delà de tous les autres empereurs et c’est à juste titre qu’il est vénéré depuis comme Égal-aux-Apôtres .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !.

Tropaire de saint Constantin, ton 8
Ayant vu dans le ciel l’image de ta Croix * et comme Paul ayant reçu l’appel non des hommes, mais de toi, * Seigneur, ton apôtre parmi les rois * a remis la cité impériale entre tes mains; * garde-la sans cesse en paix, par l’intercession de ta Mère, seul Ami des hommes.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Kondakion des saints Constantin et Hélène, ton 3
En ce jour, avec sa mère Hélène, Constantin * a montré au grand jour le bois vénérable de la Croix, * sujet de honte pour les juifs et les païens, * arme des rois chrétiens pour triompher de l’ennemi * et qui pour nous-mêmes est devenue * un signe sublime, redouté des adversaires du Christ.
Kondakion de Pâques, ton 8
Bien que Tu sois descendu, ô Immortel, dans le Tombeau, Tu as cependant détruit la puissance de l’enfer et Tu es ressuscité en vainqueur, ô Christ Dieu. Aux femmes myrophores Tu as annoncé : Réjouissez-vous, et à Tes apôtres Tu as donné la paix, Toi qui accordes à ceux qui sont tombés la Résurrection.

Évangile DU JOUR
(Jn IX, 1-38)

Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle? Jésus répondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. Après avoir dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l’aveugle, et lui dit: Va, et lave-toi au réservoir de Siloé (nom qui signifie envoyé). Il y alla, se lava, et s’en retourna voyant clair. Ses voisins et ceux qui auparavant l’avaient connu comme un mendiant disaient: N’est-ce pas là celui qui se tenait assis et qui mendiait? Les uns disaient: C’est lui. D’autres disaient: Non, mais il lui ressemble. Et lui-même disait: C’est moi. Ils lui dirent donc: Comment tes yeux ont-ils été ouverts? Il répondit: L’Homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, a oint mes yeux, et m’a dit: Va au réservoir de Siloé, et lave-toi. J’y suis allé, je me suis lavé, et j’ai recouvré la vue. Ils lui dirent: Où est cet homme? Il répondit: Je ne sais. Ils menèrent vers les pharisiens celui qui avait été aveugle. Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux. De nouveau, les pharisiens aussi lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit: Il a appliqué de la boue sur mes yeux, je me suis lavé, et je vois. Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent: Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. D’autres dirent: Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles? Et il y eut division parmi eux. Ils dirent encore à l’aveugle: Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu’il t’a ouvert les yeux? Il répondit: C’est un prophète. Les Juifs ne crurent point qu’il eût été aveugle et qu’il eût recouvré la vue jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir ses parents. Et ils les interrogèrent, disant: Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle? Comment donc voit-il maintenant? Ses parents répondirent: Nous savons que c’est notre fils, et qu’il est né aveugle; mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, c’est ce que nous ne savons. Interrogez-le lui-même, il a de l’âge, il parlera de ce qui le concerne. Ses parents dirent cela parce qu’ils craignaient les Juifs; car les Juifs étaient déjà convenus que, si quelqu’un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue. C’est pourquoi ses parents dirent: Il a de l’âge, interrogez-le lui-même. Les pharisiens appelèrent une seconde fois l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent: Donne gloire à Dieu; nous savons que cet homme est un pécheur. Il répondit: S’il est un pécheur, je ne sais; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois. Ils lui dirent: Que t’a-t-il fait? Comment t’a-t-il ouvert les yeux? Il leur répondit: Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté; pourquoi voulez-vous l’entendre encore? Voulez-vous aussi devenir ses disciples? Ils l’injurièrent et dirent: C’est toi qui es son disciple; nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais celui-ci, nous ne savons d’où il est. Cet homme leur répondit: Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est; et cependant il m’a ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui là qu’il l’exauce. Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-né. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Ils lui répondirent: Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous enseignes! Et ils le chassèrent. Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé; et, l’ayant rencontré, il lui dit: Crois-tu au Fils de Dieu? Il répondit: Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui? Tu l’as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c’est lui. Et il dit: Je crois, Seigneur. Et il se prosterna devant lui. Puis Jésus dit: Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles.

8 mai (ancien calendrier) 21 mai (nouveau)

8 mai (ancien calendrier) 21 mai (nouveau)

Dimanche de l’aveugle-né. Saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (98-117) ; saint Arsène le Grand, ermite au désert de Scété (vers 450) ; saint Arsène le laborieux (XIVème s.) et saint Pimène le jeûneur (XIIème s.) des Grottes de Kiev ; saint Denis, évêque de Vienne (vers 200) ; saint Hellade, évêque d’Auxerre (387) ; saint Désiré, évêque de Bourges (550) ; saint martyr Nicéphore (Zaïtsev).

SAINT JEAN LE THÉOLOGIEN
Le 8 de ce mois, nous célébrons la synaxe en l’honneur de la cendre ou sainte « Manne » que produisait le tombeau du saint et illustre Apôtre et Évangéliste, le disciple vierge et bien-aimé du Christ, l’Ami qui se pencha sur sa poitrine, Jean le Théologien. Après le repos et l’ensevelissement merveilleux du saint Apôtre Jean le Théologien à Éphèse [26 sept.], son tombeau, qui fut trouvé vide, devint une source de miracles. En particulier, chaque année, en ce jour, il se trouvait soudain recouvert d’une sorte de cendre, que les chrétiens du lieu appelèrent la « Manne », laquelle avait la vertu de guérir les maladies de l’âme et du corps de ceux qui s’en oignaient avec foi. Ce miracle procura donc l’occasion à l’Église de célébrer solennellement une seconde fois, tous les ans, le Disciple Bien-Aimé.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 5ème ton
Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, né d’une Vierge pour notre salut : car il Lui a plu, en Sa chair, de monter sur la Croix, de subir la mort et de relever les défunts par Sa glorieuse Résurrection !

Tropaire du saint apôtre et évangéliste Jean, ton 2
Apôtre bien-aimé du Christ notre Dieu, / hâte-toi de délivrer un peuple sans défense. / Celui qui t’a permis de te reposer sur sa poitrine / t’accueillera tombant à ses pieds afin d’intercéder pour nous. / Prie-le, ô Théologien, de dissiper les nuages persistants de l’incroyance ; // et demande-lui, pour nous, la paix et la grande miséricorde.
Kondakion du du saint apôtre et évangéliste Jean, ton 2
Tes hauts faits, Disciple vierge, qui en fera le récit? * Tu répands les miracles, en effet, * comme une source tu fais jaillir les guérisons * et pour nos âmes tu intercèdes auprès du Christ, en ami.

Kondakion de l’Aveugle-né, ton 4
Les yeux de mon âme étant aveugles, je viens à Toi, ô Christ, comme l’aveugle de naissance, et dans le repentir je Te clame : Tu es la Lumière très éclatante pour ceux qui sont dans les ténèbres.

Évangile DU JOUR
(Jn IX, 1-38)

Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question: Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle? Jésus répondit: Ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. Après avoir dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec sa salive. Puis il appliqua cette boue sur les yeux de l’aveugle, et lui dit: Va, et lave-toi au réservoir de Siloé (nom qui signifie envoyé). Il y alla, se lava, et s’en retourna voyant clair. Ses voisins et ceux qui auparavant l’avaient connu comme un mendiant disaient: N’est-ce pas là celui qui se tenait assis et qui mendiait? Les uns disaient: C’est lui. D’autres disaient: Non, mais il lui ressemble. Et lui-même disait: C’est moi. Ils lui dirent donc: Comment tes yeux ont-ils été ouverts? Il répondit: L’Homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, a oint mes yeux, et m’a dit: Va au réservoir de Siloé, et lave-toi. J’y suis allé, je me suis lavé, et j’ai recouvré la vue. Ils lui dirent: Où est cet homme? Il répondit: Je ne sais. Ils menèrent vers les pharisiens celui qui avait été aveugle. Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue, et lui avait ouvert les yeux. De nouveau, les pharisiens aussi lui demandèrent comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit: Il a appliqué de la boue sur mes yeux, je me suis lavé, et je vois. Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent: Cet homme ne vient pas de Dieu, car il n’observe pas le sabbat. D’autres dirent: Comment un homme pécheur peut-il faire de tels miracles? Et il y eut division parmi eux. Ils dirent encore à l’aveugle: Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu’il t’a ouvert les yeux? Il répondit: C’est un prophète. Les Juifs ne crurent point qu’il eût été aveugle et qu’il eût recouvré la vue jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir ses parents. Et ils les interrogèrent, disant: Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle? Comment donc voit-il maintenant? Ses parents répondirent: Nous savons que c’est notre fils, et qu’il est né aveugle; mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, c’est ce que nous ne savons. Interrogez-le lui-même, il a de l’âge, il parlera de ce qui le concerne. Ses parents dirent cela parce qu’ils craignaient les Juifs; car les Juifs étaient déjà convenus que, si quelqu’un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait exclu de la synagogue. C’est pourquoi ses parents dirent: Il a de l’âge, interrogez-le lui-même. Les pharisiens appelèrent une seconde fois l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent: Donne gloire à Dieu; nous savons que cet homme est un pécheur. Il répondit: S’il est un pécheur, je ne sais; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois. Ils lui dirent: Que t’a-t-il fait? Comment t’a-t-il ouvert les yeux? Il leur répondit: Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté; pourquoi voulez-vous l’entendre encore? Voulez-vous aussi devenir ses disciples? Ils l’injurièrent et dirent: C’est toi qui es son disciple; nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais celui-ci, nous ne savons d’où il est. Cet homme leur répondit: Il est étonnant que vous ne sachiez d’où il est; et cependant il m’a ouvert les yeux. Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui là qu’il l’exauce. Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-né. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Ils lui répondirent: Tu es né tout entier dans le péché, et tu nous enseignes! Et ils le chassèrent. Jésus apprit qu’ils l’avaient chassé; et, l’ayant rencontré, il lui dit: Crois-tu au Fils de Dieu? Il répondit: Et qui est-il, Seigneur, afin que je croie en lui? Tu l’as vu, lui dit Jésus, et celui qui te parle, c’est lui. Et il dit: Je crois, Seigneur. Et il se prosterna devant lui. Puis Jésus dit: Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles.

20 mai

20 mai

Saints Thallalée, Alexandre et Astère, martyrs en Phénicie (vers 284) ; saint Asclas, martyr en Égypte (vers 287) ; saint Baudile, martyr à Nîmes (IIIème s.) ; saint Zebulon, époux de sainte Suzanna, et père de sainte Nino, apôtre de la Géorgie (IVème s.) ; saint Hilaire, évêque de Toulouse (IVème s.) ; saint Austregisille (ou Austrille), évêque de Bourges (624) ; saint Amalbert, moine à Beauvais (VIIème s.) ; invention des reliques de saint Alexis, métropolite de Moscou ; saint prince Dovmont, Timothée au baptême, de Pskov (1299).

SAINT THALLALÉE

Saint Tallalée était issu d’une famille chrétienne de la Phénicie du Liban ; son père était dit-on, évêque de la région . Instruit dans la crainte de Dieu et l’amour de la vertu, et mû de tendre compassion envers les hommes souffrants, il avait appris l’art médical et l’exerçait, depuis sa jeunesse, gratuitement envers les malades de toute condition . Il allait lui-même recueillir les impotents et, les portant sur ses épaules, il les ramenait dans la demeure familiale qu’il avait transformée en un asile, où il prenait soin d’eux avec amour. Il ne faisait aucune différence entre chrétiens et païens, et ne demandait, pour tout salaire, à ces derniers que de croire en Jésus-Christ, le seul Médecin des âmes et des corps.

Sous le règne de Numérien (283-284), alors qu’il n’avait encore que dix-huit ans (ou plutôt vingt-quatre), ayant reçu du Seigneur la même grâce que celle accordée aux apôtres, Tallalée parcourait villes et villages et proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissant les malades, purifiant les lépreux et expulsant les démons par le signe de la vivifiante Croix. Parvenu à la ville d’Aigai sur le littoral, il y convertit un grand nombre de païens. À la suite d’une dénonciation, il fut arrêté par les soldats, alors qu’il se trouvait caché dans le tronc d’un olivier, et ramené à Aigai pour y comparaître devant le tribunal du gouverneur Théodore. Comme le saint répondait avec audace aux questions du gouverneur, celui-ci ordonna de lui percer les chevilles, puis d’y passer une corde et de le suspendre la tête en bas. Mais, soudain aveuglés par une puissance divine, les soldats percèrent et suspendirent à sa place un morceau de bois. Furieux et croyant qu’ils se moquaient de lui, Théodore les fit châtier et donna l’ordre de fustiger Tallalée. Cependant le saint martyr restait inébranlable sous les coups, comme s’il ne ressentait aucun mal, tant son amour de Dieu l’élevait au-dessus des souffrances corporelles.

Changeant alors de tactique, le magistrat lui demanda s’il guérissait les malades au moyen d’artifices magiques ou par la puissances des dieux. Prenant à témoin ceux qui avaient profité de ses bienfaits, Thallalée répondit que seul le Nom du Christ et la puissance de la Croix peuvent guérir tous les maux, car le Fils de Dieu, par compassion pour notre nature, est venu parmi nous et s’est fait homme afin de nous délivrer de la mort et de la corruption, et, au moment de monter au ciel, Il a transmis cette grâce à ses apôtres et à leurs successeurs. Constatant que le peuple écoutait avec plaisir les paroles du saint, Théodore se précipita sur lui avec fureur, mais ses bras furent soudain paralysés. Loin d’être attendri par ce châtiment, il livra Tallalée à d’horribles tortures. Réconforté par le Christ, présent en lui invisiblement, le saint endura avec joie les ongles de fer et les flammes, clamant qu’il préférait mourir en gardant la piété, plutôt que d’acheter une vie périssable au prix de l’apostasie, et qu’il estimait de son devoir de sacrifier sa vie pour Celui qui a offert la sienne pour notre salut.

On l’abandonna alors sur une barque en pleine mer ; mais, dès que Tallalée éleva sa prière, la mer se calma et il fut conduit tranquillement jusqu’au rivage. Aussitôt saisi par les soldats, il fut ramené à Aigai et traîné de nouveau au tribunal, où s’était rassemblée une grande foule. Les médecins de la ville, jaloux de ses succès, poussaient le gouverneur à en finir au plus vite, si bien que celui-ci ordonna de le clouer sur une planche et de lui verser sur le corps du goudron brûlant, puis de le livrer au bûcher. D’abord ému et transpirant, comme un athlète qui mesure ses forces avant le combat, mais aussitôt raffermi par la grâce de Dieu, Tallalée proclama qu’il comptait les tortures comme une joie et un titre de gloire. Il fut alors jeté aux lions, mais les fauves vinrent jouer autour de lui en frétillant de la queue. Finalement, comme les supplices ne tournaient qu’à un surcroît de trophées pour le saint, Théodore le fit décapiter . Mais cette fin glorieuse amena d’autres assistants à la foi. Outre le soldat Alexandre et le porteur de bois Astérios qui, convertis lors du premier interrogatoire du saint, furent aussitôt décapités, le maître de Tallalée en l’art médical et d’autres citoyens : Stéronas, Philegrios, Timothée, Théodulie, Macaria et bien d’autres se convertirent et témoignèrent vaillamment de leur foi.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire du saint, ton 4
Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu’il a mené *a reçu de toi notre Dieu, la couronne d’immortalité; * animé de ta force, il a terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion du saint, ton 3
Toi qui supportas les peines des martyrs, * tu t’es montré un soldat excellent du Roi de gloire; * par les tourments dont tu fus châtié, * tu as foulé aux pieds l’orgueil des idolâtres; * c’est pourquoi nous célébrons, Thallalée, * par des cantiques ta mémoire sacrée.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Évangile DU JOUR
(Jn X, 27-38)
Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père nous sommes un. Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. Jésus leur dit: Je vous ai fait voir plusieurs bonnes œuvres venant de mon Père: pour laquelle me lapidez-vous? Les Juifs lui répondirent: Ce n’est point pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. Jésus leur répondit: N’est-il pas écrit dans votre loi: J’ai dit: Vous êtes des dieux? Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l’Écriture ne peut être anéantie, celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j’ai dit: Je suis le Fils de Dieu. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas. Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père.

19 mai

19 mai
Jour de jeûne

Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons

Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons : Acace, Ménandre et Polyène, prêtres, tous martyrs en Bithynie (vers 100) ; saint Adolphe, évêque de Cambrai (728) ; saint Kalouf, égyptien, martyr (284-303) ; saint Hudulfe, évêque d’Arras (728) ; saint Jean, évêque de Gothie (790) ; saint Dimitri Donskoï, prince de Moscou (1389) ; sainte grande-princesse Eudocie, Euphrosyne dans le monachisme (1407) ; saint Corneille de Paléostrov (vers 1420) ; saint Jean, prince, Ignace dans le monachisme, de Vologda (1523) ; saint Corneille, thaumaturge de Komel (1537) ; saint Serge de Choukhtom (1609) ; saints néomartyrs de Russie : Matthieu (Voznesensky), prêtre (1919) ; Victor (Karakouline), prêtre (1937) ; Onuphre, archevêque de Koursk, Antoine, évêque de Belgorod, Mitrophane (Vilguelmsky), Alexandre (Erochov), Michel (Deïneka), Hippolyte (Krasnovsky), Nicolas (Sadovsky), Basile (Ivanov), Nicolas (Koulakov), Maxime (Bogdanov), Alexandre (Saoulsky), Paul (Briantsev), Paul (Popov), Georges (Bogoyavlensky), prêtres et martyr Michel (Voznesensky) (1938) ; Valentin (Loukianov), moine et martyr (1940).

SAINT PATRICE ÉVÊQUE DE PROUSSE

Saint Patrice était évêque de Prousse en Bithynie, au temps où le proconsul Jules tentait d’y faire régner le culte insensé des idoles. Comme le magistrat s’était rendu auprès des sources d’eaux chaudes, situées à quelque distance de la cité, pour y sacrifier aux dieux-médecins, Asclépios et son épouse Hygieia, il y fit convoquer Patrice et tenta de lui faire reconnaître que les vertus thérapeutiques de ces eaux étaient dues à la providence des dieux. Le saint évêque lui répondit que Dieu, qui créa le monde par amour des hommes, a produit aussi le feu et l’eau, afin que rien ne leur manquât pour préparer ici-bas la jouissance des biens éternels. Mais, prévoyant que ceux-ci allaient faillir à leur vocation, de même qu’Il sépara la lumière des ténèbres, Il sépara aussi le feu et l’eau qui sont à la surface de la terre, du feu de la géhenne et de l’eau glacée du Tartare qui se trouvent sous terre, en préparation des châtiments éternels qu’y éprouveront les impies après la résurrection, et dans lesquels sont châtiés dès maintenant les faux dieux des païens. Après avoir mentionné le témoignage du saint martyr Pione [11 mars], Patrice ajouta qu’il avait été lui-même témoin de ce feu qui jaillit de la terre, lors d’une éruption de l’Etna, appelé par les Anciens : « la gueule de l’enfer ». L’évêque de Naples, Étienne, avait alors organisé une procession et les prières des chrétiens avaient pu arrêter la coulée de lave qui menaçait la ville.

Irrité par ces propos, Jules ordonna de jeter le saint dans les eaux chaudes, pour voir s’il allait être préservé par son Dieu. Lorsqu’il y fut précipité l’eau bouillante éclaboussa les soldats qui furent cruellement brûlés, alors que Patrice restait indemne et nageait dans les eaux comme dans un bain. Le proconsul l’en fit tirer et ordonna de le décapiter. Le saint, élevant les mains vers le ciel dans une ultime prière, rendit grâce au Seigneur qui avait créé ces sources d’eaux chaudes pour le salut et la guérison des justes mais pour le châtiment des impies ; puis, ayant prononcé l’Amen, il s’agenouilla et eut la tête tranchée, en compagnie de trois autres saints confesseurs : Acace, Ménandre et Polyen.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR
Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Kondakion du saint, ton 8
Comme un trésor sacré l’Eglise du Christ, ayant reçu * ton corps, Patrice, te chante dans l’allégresse: * Par tes prières le monde entier est gardé en profonde paix * invinciblement à l’abri de toute hérésie.

Kondakion du saint, ton 8
Comme un trésor sacré l’Eglise du Christ, ayant reçu * ton corps, Patrice, te chante dans l’allégresse: * Par tes prières le monde entier est gardé en profonde paix * invinciblement à l’abri de toute hérésie.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Évangile DU JOUR
(Jn X, 17-28)

Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. Plusieurs d’entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l’écoutez-vous? D’autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. Les Juifs l’entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. Jésus leur répondit: Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.

6 mai (ancien calendrier)/19 mai (nouveau)

6 mai (ancien calendrier)/19 mai (nouveau)

Jour de jeûne

Saint Job le Juste, prophète ; saints martyrs Barbare, Bacchus, Callimaque et Denis (vers 362) ; saint martyr Barbare, l’ancien bandit ; sainte Avoye (ou Aurée), vierge, martyre à Paris (IIIème s.) ; saint Germain de la Mer, évêque et martyr (480) ; saint Hatta, abbé de Saint-Vaast, à Arras (699) ; transfert des reliques de saint Sava, premier évêque de Serbie (1236) ; saint Michée de Radonège (1385) ; saint Job de Potchaïev (XVIIème s.)

SAINT JOB

Bien longtemps avant la venue du Christ et la proclamation par Lui des promesses de la vie éternelle, vivait dans le pays d’Ausitide, aux confins de l’Idumée et de l’Arabie , un homme intègre et droit, qui craignait Dieu et se gardait de tout mal, nommé Job. Il était le plus fortuné de tous les fils de l’Orient et possédait quantité de troupeaux et de serviteurs, mais mettait ces richesses au service de Dieu. Un jour, Satan se présenta devant Dieu, en revenant de flâner sur la terre, où il avait cherché qui dévorer et entraîner dans sa déchéance. Comme Dieu lui montrait Job, en exemple d’un serviteur juste et droit, le diable répondit avec une ironie malveillante, qu’il était facile à ce riche de rester fidèle à Dieu. Répondant à cette provocation, le Seigneur remit tous les biens de Job en son pouvoir. Quelque temps après, des messagers vinrent annoncer au patriarche la perte de ses troupeaux et la mort violente de tous ses fils et de ses filles. Job déchira ses vêtements et se rasa la tête en signe de deuil, puis il se prosterna à terre et prononça ces paroles mémorables : « Nu je suis sorti du sein maternel, nu j’y retournerai. Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, que le Nom du Seigneur soit béni ! » (1, 21).

Dieu montra alors à Satan que son serviteur Job avait conservé sa foi dans le malheur, mais le diable ne s’avoua pas vaincu pour autant et dit : « Touche à ses os et à sa chair, et je te jure qu’il te maudira en face ». Bien qu’Il ne soit pas l’auteur du mal et qu’Il ne désire point la souffrance, Dieu permit donc que son serviteur fût affligé d’un ulcère, des pieds à la tête, afin d’éprouver sa vertu. Le riche et puissant patriarche, mis au rebut par tous, prit un tesson de poterie pour gratter ses plaies et il s’assit sur un tas de fumier, en dehors de la ville. À sa femme qui l’engageait à maudire Dieu, il répondit : « Tu parles comme une insensée. Si nous accueillons le bonheur comme un don de Dieu, comment ne pas accepter de même le malheur ! » (2, 10).

La nouvelle de l’infortune de Job parvint jusqu’à trois de ses amis, sages et nobles de villes d’Orient : Éliphaz de Téman, Bildad de Shuah et Sophar de Naamat. Ils vinrent pour le consoler, mais en le voyant sur son fumier, ils éclatèrent en sanglots et, pendant sept jours, ne purent prononcer une seule parole. Finalement ce fut Job qui prit la parole, pour maudire le jour de sa naissance et souhaiter la mort, qui marquera la fin de ses maux . À cette plainte du juste souffrant, Éliphaz opposa le commun argument de la raison humaine pour expliquer les afflictions : Le malheur et la souffrance sont envoyés par Dieu en châtiment des péchés commis au préalable. Que Job n’avance donc pas l’intégrité de sa conduite pour se justifier devant Dieu, mais qu’il confesse ses péchés et qu’il se repente, pour obtenir le pardon et recouvrer santé et prospérité. S’il se révolte contre son sort, il n’en tirera qu’un surcroît de maux. L’homme, ajouta le sage, naît pour la souffrance, et les péchés et les injustices que nous commettons doivent de toute manière être châtiés en cette vie. Au lieu de consoler Job, ces paroles le troublèrent et ravivèrent sa souffrance. Il reprocha à ses amis leur dureté à son égard — car ceux qui ne sont pas éprouvés ne peuvent comprendre qu’elle est la souffrance de l’innocent soumis à la tribulation — et il confirma son innocence. Sans se révolter contre Dieu ni demander à être délivré de ses maux, Job exprimait seulement le souhait d’en voir la fin par la mort, sa seule consolation serait alors de ne s’être jamais opposé à la parole de Dieu (6, 10).

Bildad l’interrompit, pour reprendre le même argument que son compagnon, et évoquer une loi générale et abstraite sur la rétribution des actes mauvais, qui toutefois ne s’appliquait pas au cas de Job : Dieu est absolument juste, Job ne doit donc pas protester de son innocence, mais implorer sa miséricorde. Job lui répondit que, certes, on peut admettre que les malheurs qui nous adviennent sont châtiments de nos péchés, mais de toute manière quel être créé pourrait être trouvé foncièrement juste devant le Dieu Tout-Puissant ? Même l’homme qui, comme lui, ne voit en lui-même rien à se reprocher, ne peut prétendre se justifier, et se voit donc livré aux tribulations comme l’inique. Et il ajouta, en s’adressant à Dieu : « Tu sais bien que je n’ai pas commis d’iniquité. Mais qui peut échapper à tes mains ? Cesse donc de me fixer, pour me permettre un peu de joie, avant que je ne m’en aille sans retour au pays des ténèbres et de l’ombre épaisse, où jamais la lumière ne pénètre, où l’on ne voit pas la vie des humains » (10 ; 7, 20-22).

Il apparut dès lors à Job qu’il ne pouvait guère escompter sur la compréhension de ses amis, qui prétendaient se faire les défenseurs de la justice divine par des accusations mensongères à son sujet ; et, prenant sa chair entre ses dents et sa vie en ses main (13, 14), il interrogea Dieu avec angoisse : « Combien de fautes et de péchés ai-je commis ? Dis-moi quelles ont été mes transgressions et mes péchés. Pourquoi caches-tu ta face ? » (13, 22-24). Après une nouvelle intervention d’Éliphaz, l’accusant de s’élever contre la Providence, Job, voyant que ses amis devenaient ses persécuteurs, s’écria : « Pitié, pitié pour moi, ô vous mes amis ! Car c’est la main de Dieu qui m’a frappé. Pourquoi vous acharner sur moi comme Dieu Lui-même ? » (19, 21). Puis, interrompant sa plainte, il confessa son espérance qui était celle, encore confuse, de tous les justes de l’Ancien Testament : « Je sais moi, que mon Rédempteur est vivant, que Lui, le dernier, se lèvera de la poussière. Après mon éveil, il me dressera près de lui et, de ma chair, je verrai Dieu » (19, 25-26) .

Insensibles et implacables dans leur zèle à défendre leur conception de la justice divine, les trois sages revinrent une fois de plus à la charge contre le juste, en ne se contentant plus de généralités, mais en énumérant, cette fois dans le détail, les fautes que Job avait dû commettre au temps de sa prospérité pour encourir un tel châtiment. Gardant toutefois, envers et contre tous, le bon témoignage de sa conscience, Job demanda à comparaître devant Dieu pour être jugé, convaincu que sa cause triompherait et que c’est de Dieu seul qu’il tirerait sa consolation (23, 4-7). Puis, dans un admirable discours, il confessa que si la sagesse de Dieu dans la création est inaccessible à la connaissance humaine, il n’est pas possible de connaître les motifs de l’affliction du juste ; mais celui-ci n’en cessera pas cependant d’aimer Dieu et de se confier en Lui (28, 28). Il poursuivit par une longue apologie de sa conduite et proclama qu’il était prêt à rendre compte de toutes ses actions et à porter publiquement l’acte d’accusation qu’on rédigerait contre lui.

Comme les trois sages se taisaient, à bout d’arguments, Élihu, qui s’était tenu jusque-là sur la réserve, à cause de son jeune âge, s’enflamma de colère contre Job, qui prétendait avoir raison contre Dieu et ajoutait ainsi la rébellion à son péché. Élihu s’étant tu, Dieu prit la parole au sein de la tempête, comme Il l’avait fait jadis au sommet du Sinaï, pour mettre un terme au débat. Dans un discours grandiose sur les mystères de la création et le gouvernement de la Providence, qui soumet même les monstres et les catastrophes naturelles à son dessein bienveillant, Dieu donna à son serviteur Job la clé de l’énigme que la sagesse humaine n’avait pas été capable de résoudre. Ces épreuves ne lui avaient pas été envoyées comme châtiment d’une faute, mais par un dessein gratuit et insondable, afin de manifester sa justice : « Ne rejette pas mon juste jugement. Penses-tu donc que j’ai agi autrement que pour manifester ta justice ? » (40, 8 LXX). Réalisant que ses tribulations elles-mêmes avaient été une révélation du Dieu « incompréhensible, insondable et inaccessible », Job déclara finalement : « Je ne te connaissais que par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t’ont vu. C’est pourquoi, plein de confusion, je me consume et me considère comme terre et cendre » (42, 5). Cet aveu d’une extrême humilité fut pour Job le couronnement de sa vertu et lui ouvrit l’accès à la vraie connaissance de Dieu, laquelle n’est autre que « la sensation de son incompréhensibilité » (S Grégoire de Nysse). Triomphant de l’épreuve, il fut comblé de bénédictions dès que, sur l’ordre de Dieu, il eut intercédé pour obtenir le pardon du péché commis par ses amis à son égard. Le Seigneur restaura sa fortune, Il lui donna le double de tout ce qu’il possédait auparavant et lui accorda une nombreuse descendance. Job vécut encore cent quarante ans et mourut, chargé de jours, à l’âge de deux cent quarante ans.
Le livre de Job occupe dans la sainte Écriture une place toute particulière et fut de tout temps la grande consolation des serviteurs de Dieu soumis à l’épreuve.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire du saint prophète, ton 1
De Job voyant la richesse en vertus, * l’ennemi des justes essaya de l’en spolier: * ayant fait brèche dans l’enceinte de son corps, * il ne put lui ravir le trésor de l’esprit, * car il trouva si bien protégée * l’âme de cet homme irréprochable; * quant à moi, il m’a dépouillé et réduit en captivité; * mais, accourant avant ma fin, délivre-moi * de ses perfides pièges, Sauveur, et sauve-moi.

Kondakion du saint prophète, ton 8
Illustre et véritable serviteur de Dieu, * tu t’es montré sincère, juste et pieux, * irréprochable et plein de sainteté; * par ta patience tu as instruit le monde entier, * toi qui eus tant à souffrir, vénérable Job; * c’est pourquoi tous ensemble nous célébrons ton souvenir.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Évangile DU JOUR
(Jn X, 17-28)

Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. Plusieurs d’entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l’écoutez-vous? D’autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. Les Juifs l’entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. Jésus leur répondit: Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.

18 mai

18 mai

Saints Pierre, André, Paul, saintes Denise et Christine, martyrs à Athènes (249-251); saints Héraclius, Paulin et Félicissime, martyrs, en Ombrie (303) ; saint Théodote et les 7 vierges : saintes Alexandra, Técuse, Claudia, Phaïne, Euphrasie, Matrone et Juliette, tous martyrs à Ancyre (303) ; saints martyrs Isaac, Syméon et Bachiésus, martyrs en Perse (IVème s.) ; saints David et Tarichani, les deux frères géorgiens (693) ; saint Macaire, apôtre de l’Altaï (1847) ; saints néomartyrs de Russie : Michel (Vinogradov), confesseur, prêtre (1932) ; Basile (Krylov), prêtre (1942).

SAINTS PIERRE, ANDRÉ, PAUL, DENISE ET CHRISTINE

Au temps de la persécution de Dèce, Pierre, un jeune chrétien de Lampsaque (Hellespont) au cœur généreux et à la foi ardente, fut arrêté et traduit devant le gouverneur d’Abidos. Comme celui-ci le sommait de sacrifier à Aphrodite (Vénus), Pierre répondit offusqué que jamais il n’adorerait une vile prostituée, car l’adoration et la louange doivent être adressées au seul vrai Dieu. À ces paroles, le magistrat le fit étendre sur une roue et attacher avec des chaînes. Des pièces de bois furent disposées tout autour, de sorte que, dans le mouvement de la roue, elles devaient heurter les membres du saint et lui briser les os. Plus la torture était cruelle, plus l’athlète du Christ montrait de courage et, avec un sourire de pitié pour ses persécuteurs, il rendait grâce au Christ qui lui accordait une telle endurance. Se voyant vaincu par la patience du martyr, le gouverneur le fit finalement décapiter. Il se rendit ensuite à Troas, accompagné d’une brillante escorte. On lui amena trois chrétiens : André, Paul et Nicomaque. Nicomaque se confessa à haute voix chrétien avec une téméraire assurance, mais il ne put résister à la torture et renia. À peine eut-il sacrifié qu’abandonné par Dieu, il devint la proie du démon et, pris d’une crise furieuse, il rendit l’âme misérablement. Dans l’assistance, une jeune fille de seize ans, Denise, s’écria alors : « Ah misérable ! comment pour une heure de vie, as-tu pu attirer sur toi les peines éternelles que nul ne peut décrire ? » Aussitôt interpellée et conduite devant le gouverneur, elle se déclara chrétienne et, se montrant inflexible devant les menaces, elle fut livrée à deux jeunes débauchés. Alors que depuis de longues heures, ces derniers essayaient de triompher de sa pudeur, l’Ange Gardien de la jeune vierge apparut, sous la forme d’un être resplendissant qui terrassa les impudents de terreur et, se jetant aux pieds de la sainte, ils la supplièrent d’intercéder pour eux. Au matin, la foule rassemblée devant le palais, et excitée par les prêtres d’Artémis (Diane), réclama à grands cris qu’on lui livrât André et Paul. Comme ils refusaient de sacrifier à la déesse, ils furent frappés de verges, puis livrés au peuple pour être lapidés. Avertie par le tumulte, Denise s’échappa de sa prison, se précipita jusqu’au lieu de l’exécution et se jeta en larmes sur les corps expirants des martyrs, en disant : « Afin de pouvoir vivre avec vous dans le ciel, je veux mourir avec vous sur la terre ! » Arrachée de force à ses compagnons, sur l’ordre du tyran qui ne voulait pas satisfaire son vœu, elle fut conduite en un autre lieu pour y être décapitée.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire des saints, ton 4
Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité ; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion des saints, ton 4
Saints Martyrs issus de différentes cités * pour former un brillant chœur, en champions de la Trinité, * vous êtes devenus les citoyens de la patrie céleste.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.
Évangile DU JOUR
(Jn IX, 39 – X,9)
Puis Jésus dit : Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent: Nous aussi, sommes-nous aveugles? Jésus leur répondit: Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites: Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés. Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

5 mai (ancien calendrier)/18 mai (nouveau)

5 mai (ancien calendrier)/18 mai (nouveau)

Sainte Irène, mégalomartyre en Perse (Ier-IIème s.) ; saint Jovinien, lecteur, martyr à Auxerre (260) ; saint Hilaire, évêque d’Arles (449) ; saint Nizier, évêque de Vienne (vers 450) ; saint Arey, évêque de Gap (604) ; sainte Waldrade, vierge, abbesse à Metz (VIIème s.) ; saint Mauront, abbé à Breuil-sur-Lys près de Douai (702) ; saint Barlaam de Serpoukhov (1377) ; saint Éphrem le nouvel apparu (1426).

SAINTE IRÈNE

Au temps de saint Constantin le Grand, le roi de la province de Magédon , Licinius, avait une fille d’une grande beauté, nommée Pénélope. Pour la protéger de toute corruption du monde extérieur, il l’avait enfermée depuis l’âge de six ans dans une haute et inaccessible tour, dans laquelle on trouvait tout le luxe et le confort imaginables. Servie par treize suivantes, elle était instruite par un vieillard plein de sagesse, nommé Apellien. Un jour, la jeune fille vit une colombe entrer dans la tour, tenant dans son bec un rameau d’olivier, qu’elle alla poser sur une table en or. Ensuite un aigle vint y déposer une couronne de fleurs qu’il tenait dans ses serres, et enfin un corbeau noir et répugnant y apporta un serpent. Comme Pénélope demandait à son maître la signification de ces signes, celui-ci lui expliqua qu’elle devait recevoir le baptême, symbolisé par le rameau d’olivier, et qu’après avoir affronté épreuves et afflictions, elle remporterait la couronne royale du martyre.

Peu après cette vision, un ange vint l’instruire dans la foi chrétienne et lui donna le nom d’Irène (“paix”). Après avoir été baptisée, Irène renversa les idoles de son père et affronta avec une mâle résolution les menaces de ce dernier. Furieux, Licinius fit jeter sa fille sous les pattes de chevaux sauvages, mais l’un d’eux se retourna contre le roi et le piétina. Revenu à la vie par la prière de sa fille, Licinius se convertit, avec un grand nombre de ses sujets, et, après avoir abdiqué, il se retira dans la tour où il passa le reste de son existence dans les larmes du repentir. Sédécias, son successeur sur le trône, essaya de faire revenir la princesse au culte des idoles et, devant son refus obstiné, il la fit jeter dans une fosse remplie de reptiles. Mais, par la puissance de Dieu, Irène échappa à cette épreuve, comme aux autres tortures qu’on lui infligea, et elle convertit de nombreux païens à la vraie foi.

Sédécias ayant été détrôné par ses ennemis, son fils Sapor partit en guerre pour le venger. Mais, frappés d’aveuglement, lui et son armée se trouvèrent immobilisés. Rencontrant Irène à l’extérieur de la ville, ils furent guéris par la sainte, mais persistèrent dans la cécité de leurs âmes et la livrèrent à de nouveaux tourments : obligeant la jeune vierge à marcher sur une distance de trois milles, chargée d’un sac de sable et les pieds percés de clous. Indignée par cette injure faite aux saints, la terre s’ouvrit alors et engloutit un grand nombre d’infidèles. Parmi les survivants, plus de trente mille se convertirent ; seul le roi resta inflexible, aussi fut-il châtié par un ange.

Désormais libre, Irène parcourut la ville de Magédon en proclamant la Bonne Nouvelle, et elle gagna au Christ le plus grand nombre des habitants. Elle se rendit ensuite dans la ville de Callinikon, où, ayant triomphé des tortures auxquelles on l’avait soumise, elle amena la population à la foi, y compris le préfet qui avait été chargé par le roi de la torturer. La réputation de la sainte parvint ainsi jusqu’au roi de Perse Sapor, qui la convoqua et la fit décapiter. Mais un ange la ramena à la vie, pour qu’elle puisse achever sa mission. Elle se dirigea alors vers la ville de Mésembrie, tenant en main un rameau d’olivier, comme signe de victoire de la foi contre toutes les puissances de la mort. Après avoir baptisé le roi de cette région et ses sujets, elle retourna dans sa patrie, puis passa à Éphèse, où elle accomplit des miracles dignes des apôtres pour appuyer sa prédication. Une fois achevée cette œuvre missionnaire, sainte Irène prit avec elle son maître Apellien et six disciples et, entrant dans un tombeau nouvellement creusé, elle leur donna l’ordre de refermer derrière elle la pierre tombale et de ne pas revenir avant quatre jours. Deux jours plus tard, Apellien vint sur les lieux, et trouva la pierre roulée et le tombeau vide, c’est pourquoi on suppose que la sainte fut emportée au ciel, tout comme saint Jean le Théologien.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Résurrection du 4ème ton
Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire de la sainte grande-martyre Irène, ton 4
Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * en ton baptême je suis ensevelie; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi; * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui s’immole par amour pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kondakion de la grande sainte martyre Irène, ton 3
Resplendissante sous les ors de ta splendeur virginale, * Irène, tu devins encore plus belle au combat; * car, empourprée par les flots de ton sang, * tu renversas l’erreur des sans-Dieu; * et c’est pourquoi de ton divin Créateur * tu as reçu la récompense des vainqueurs.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8
Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.
Évangile DU JOUR
(Jn IX, 39 – X,9)
Puis Jésus dit: Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. Quelques pharisiens qui étaient avec lui, ayant entendu ces paroles, lui dirent: Nous aussi, sommes-nous aveugles? Jésus leur répondit: Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites: Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands; mais les brebis ne les ont point écoutés. Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

17 mai

17 mai
Jour de jeûne

Clôture de la Mi-Pentecôte. Saint Andronique, apôtre, et son épouse sainte Junia (Ier s.) ; saint Tropez, martyr (Ier s.) ; saints Solocane, Panphamer et Pamphylon, guerriers, martyrs à Chalcédoine (305) ; saint Étienne, patriarche de Constantinople (893) ; sainte Eudocie, princesse de Moscou, Euphrosynie dans le monachisme (1407) ; saints Nectaire (1550) et Théophane (1544) des Météores ; saint Nicolas le jeune de Metsovo (Epire), néo-martyr grec (1617).

SAINTS APÔTRES ANDRONIQUE ET JUNIA

Mentionnés par saint Paul dans son Épître aux Romains (16, 7), qui les nomme ses parents et les loue comme illustres parmi les apôtres, saint Andronique et son épouse Junia, Juifs de naissance, s’étaient convertis au christianisme à Jérusalem. Ils devinrent ensuite les disciples et collaborateurs de l’Apôtre des Nations et subirent avec lui la captivité. Morts au monde et à ses attachements corruptibles, ils avaient fait de leur union conjugale un lien spirituel qui les faisait se tourner vers tous les hommes pour leur communiquer la ferveur de leur amour de Dieu. C’est ainsi qu’ils amenèrent de nombreux païens à la foi, renversèrent des temples idolâtres et guérirent des maladies par la puissance du Saint-Esprit. Vers l’an 58, ils furent arrêtés et emmenés à Rome, où ils subirent, semble-t-il, le martyre, afin de gagner les couronnes de la gloire incorruptible.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8
À la mi-fête, abreuve aux flots de la piété mon âme assoiffée, car Tu as, ô mon Sauveur, crié à tous : « Vienne à moi et boive quiconque a soif ! » Source de Vie, Christ Dieu, gloire à Toi !

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4
Créateur et Maître de toutes choses, Christ Dieu, Tu as dit au milieu de la fête légale à ceux qui étaient présents : « Venez et puisez l’eau de l’immortalité ». C’est pourquoi nous nous prosternons devant Toi et crions avec foi : « Accorde-nous Tes miséricordes, car Tu es la Source de notre vie.

Évangile DU JOUR
(Jn VI, 5-14)
Ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? Il disait cela pour l’éprouver, car il savait ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit: Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens? Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d’herbe. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé. Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde.

4 mai (ancien calendrier) – 17 mai (nouveau)

4 mai (ancien calendrier) – 17 mai (nouveau)

Sainte Pélagie, vierge, martyre à Tarse (vers 290) ; saint Curcodome, diacre à Auxerre (IIIème s.) saint Érasme, évêque de Formia (303) ; saint Albian, évêque d’Anée, martyr avec ses disciples (304) ; saint Sylvain, évêque de Gaza (311) ; saint Antoine du rocher, ermite près de Tours (VIème s.) ; saint Macaire, évêque de Bordeaux (VIème s.) ; saint Malou, évêque de Senlis (VIème s.) ; saint Sacerdos, évêque de Limoges (720) ; saint Guntrand, abbé en Hainaut (VIIIème s.) ; Saints Nicétas, Cyrille, Nicéphore, Clément et Isaac de Novgorod (XIV-XVème s.).

SAINTE PÉLAGIE DE TARSE

Sainte Pélagie était issue d’une noble famille de Tarse (Cilicie) installée à Rome, et avait été fiancée à l’un des fils de l’empereur Dioclétien. Ayant entendu parler des progrès accomplis par la foi chrétienne, elle chercha à apprendre ce qu’elle professait. Peu après, elle vit en rêve l’évêque de Rome en train de baptiser un grand nombre de catéchumènes. Celui-ci se tourna vers elle et l’invita à renaître aussi à la vie éternelle. À son réveil Pélagie prit congé de ses parents, sous prétexte d’aller rendre visite à sa nourrice, et elle se rendit en hâte chez l’évêque qui la baptisa. Elle remit alors ses riches vêtements au prélat, pour qu’il les distribuât aux pauvres, et elle arriva chez sa nourrice, vêtue simplement, sans apprêt, à la manière des gens du peuple. Comme sa nourrice avait refusé de la recevoir, elle rentra chez elle. Sa mère, en voyant son accoutrement, comprit ce qui s’était passé, et elle essaya de convaincre sa fille de renier le Christ et de s’habiller comme les gens de sa condition. Mais la jeune fille restait inébranlable et confessait que pour rien au monde elle n’abandonnerait l’Époux de son âme. Sa mère informa le fils de Dioclétien que sa fiancée dédaignait son alliance, et celui-ci, désespéré, se donna la mort. Lorsque l’empereur apprit cette nouvelle, il entra dans une violente fureur et fit enfermer la sainte dans un bœuf d’airain rougi au feu, où elle accomplit son union définitive avec le Christ.

SAINTE PÉLAGIE[1]

Sainte Pélagie était issue d’une noble famille de Tarse (Cilicie) installée à Rome, et avait été fiancée à l’un des fils de l’empereur Dioclétien. Ayant entendu parler des progrès accomplis par la foi chrétienne, elle chercha à apprendre ce qu’elle professait. Peu après, elle vit en rêve l’évêque de Rome en train de baptiser un grand nombre de catéchumènes. Celui-ci se tourna vers elle et l’invita à renaître aussi à la vie éternelle. À son réveil Pélagie prit congé de ses parents, sous prétexte d’aller rendre visite à sa nourrice, et elle se rendit en hâte chez l’évêque qui la baptisa. Elle remit alors ses riches vêtements au prélat, pour qu’il les distribuât aux pauvres, et elle arriva chez sa nourrice, vêtue simplement, sans apprêt, à la manière des gens du peuple. Comme sa nourrice avait refusé de la recevoir, elle rentra chez elle. Sa mère, en voyant son accoutrement, comprit ce qui s’était passé, et elle essaya de convaincre sa fille de renier le Christ et de s’habiller comme les gens de sa condition. Mais la jeune fille restait inébranlable et confessait que pour rien au monde elle n’abandonnerait l’Époux de son âme. Sa mère informa le fils de Dioclétien que sa fiancée dédaignait son alliance, et celui-ci, désespéré, se donna la mort. Lorsque l’empereur apprit cette nouvelle, il entra dans une violente fureur et fit enfermer la sainte dans un bœuf d’airain rougi au feu, où elle accomplit son union définitive avec le Christ.

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

À la mi-fête, abreuve aux flots de la piété mon âme assoiffée, car Tu as, ô mon Sauveur, crié à tous : « Vienne à moi et boive quiconque a soif ! » Source de Vie, Christ Dieu, gloire à Toi !

 

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Créateur et Maître de toutes choses, Christ Dieu, Tu as dit au milieu de la fête légale à ceux qui étaient présents : « Venez et puisez l’eau de l’immortalité ». C’est pourquoi nous nous prosternons devant Toi et crions avec foi : « Accorde-nous Tes miséricordes, car Tu es la Source de notre vie.

 

Évangile DU JOUR

(Jn VI, 5-14)

Ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? Il disait cela pour l’éprouver, car il savait ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit: Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens? Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d’herbe. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent. Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé. Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde.

 

[1] Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras

16 mai

16 mai

Saint Théodore le Sanctifié (ou le Consacré), disciple de saint Pacôme en Égypte (368) ; saints Guy, Modeste et Crescence (env. 303) ; saint Pélerin, premier évêque d’Auxerre, martyr (304) ; saint Abda et Abdiésius, évêques, et de nombreux autres martyrs en Perse (env. 418) ; saint Fort, évêque de Bordeaux, martyr ; bienheureuse vierge Musa de Rome (Vème s.) ; saint Fale (ou Fidole), moine à Troyes (vers 540) ; saint Brendan le voyageur, abbé irlandais fondateur de plusieurs monastères (583) ; saint Eman, prêtre, martyr à Chartres (VIème s.) ; saint Germier, évêque de Toulouse (VIème s.) ; saint Honoré, évêque d’Amiens (600) ; les 44 saints moines massacrés par les Perses à la Laure de Saint-Sabas (614) ; saint Georges II, évêque de Méthylène (IXème s.) ; saints Cassien (1537) et Laurent (1548) de Komel ; saint martyr Voukachine (Serbie, 1943).

SAINT THÉODORE LE SANCTIFIÉ
Né dans une famille de notables chrétiens en Haute Égypte, saint Théodore mena dès son enfance une vie pieuse. À l’âge de douze ans, voyant le festin préparé par sa famille à l’occasion de la fête de la Théophanie, il fut touché de componction et se dit : « Si tu jouis de ces aliments, tu n’obtiendras pas la vie éternelle. » Dès lors, il jeûna tous les jours jusqu’au soir et s’abstint de tout aliment recherché. Deux ans plus tard, il fut reçu au monastère de Latopolis, où il mena la vie anachorétique auprès de quelques vieux moines ; puis, ayant entendu vanter la sagesse de saint Pacôme, il se rendit avec une brûlante ardeur à Tabennêsis (vers 328). Dès son arrivée au monastère, le jeune Théodore s’efforça d’imiter en tout notre Père Pacôme, qu’il regardait comme la présence visible de Dieu. Il veillait à garder rigoureusement la pureté du cœur, un langage mesuré et agréable et une obéissance inconditionnée jusqu’à la mort. Ses admirables progrès dans les vertus lui permirent de devenir, malgré son jeune âge, le réconfort et le modèle de nombreux frères. La première année de son séjour, comme il se levait un jour pour prier, sa cellule fut soudain illuminée et deux anges éblouissants lui apparurent. Effrayé, Théodore sortit précipitamment et grimpa sur le toit ; mais les anges vinrent le rassurer et lui remirent prophétiquement un grand nombre de clés.

Une autre fois, sa mère vint lui rendre visite, mais Théodore refusa de la voir, par crainte de se voir reprocher au jour du Jugement cette transgression du commandement prescrivant à ceux qui veulent obtenir la perfection de renoncer pour toujours à leurs parents, et il dit : « Je n’ai pas de mère et rien en ce monde, car il passe. » Lorsque saint Pacôme le réprimandait à tort pour l’éprouver, Théodore n’essayait pas de se justifier, mais il s’attribuait la faute et disait : « Il faut que je pleure jusqu’à ce que le Seigneur redresse mon cœur et que je mérite d’obéir à ses ordres. »

Un jour, un frère ayant été réprimandé par saint Pacôme, se préparait à quitter le monastère. Théodore vint alors à lui et feignant d’avoir pris une résolution semblable, il put rendre courage au frère et le sauver de la perdition. Une autre fois, ayant interrogé un moine ancien, et l’ayant trouvé incapable de renoncer à son attachement pour sa famille, il fit semblant de vouloir quitter un tel monastère, où l’on faisait si peu de cas de la parole évangélique (Lc 14, 26), et il put ainsi le corriger.

Quand il eut trente ans, un dimanche soir, saint Pacôme, ayant réuni les frères pour sa catéchèse habituelle, céda soudain la parole à Théodore. Obéissant, celui-ci commença à parler selon ce que le Seigneur lui inspirait, et saint Pacôme se tenait debout avec les autres moines pour l’écouter. Certains anciens s’irritèrent pourtant de cette élévation d’un plus jeune qu’eux et quittèrent l’assemblée. À l’issue de la synaxe, Pacôme déclara qu’ils s’étaient rendus étrangers à la miséricorde de Dieu et que s’ils ne se repentaient pas de ce mouvement d’orgueil, il leur serait difficile d’accéder à la vie éternelle. Après cela, il établit Théodore économe du monastère de Tabennêsis (vers 336) et fit de lui son adjoint dans l’administration de la Koinonia. Éprouvé dans l’humilité et dépouillé de toute volonté propre, Théodore ne changea rien à son attitude de disciple et progressa en édifiant les frères, car sa parole était remplie de grâce et sa charité couvrait toutes les faiblesses. Chaque jour, après son travail, il se rendait à Pabau afin d’écouter la catéchèse de Pacôme, puis il revenait à Tabennêsis pour la répéter à ses moines.

Ayant ensuite reçu de saint Pacôme l’ordre de visiter les monastères de la Koinonia, il était toujours accueilli par les frères avec grande joie, car Dieu lui avait accordé le charisme de la consolation, et Pacôme disait de lui : « Théodore et moi accomplissons le même service en l’honneur de Dieu, et il a pouvoir de commander en qualité de père et maître. » C’est pourquoi, après quelque temps, il le retira de Tabennêsis pour l’associer à la direction spirituelle de toute la congrégation. C’était lui qui recevait les nouveaux moines dans tous les monastères et qui expulsait les récalcitrants. Lorsqu’il corrigeait un frère, il s’astreignait à accomplir la même pénitence, craignant d’être condamné par Dieu pour ne pas avoir accompli lui-même ce qu’il ordonnait aux autres.

Une fois, saint Pacôme étant tombé malade, les frères vinrent trouver Théodore pour lui demander de prendre la succession dans le cas où le Père mourrait. Quand Pacôme se fut rétabli, il demanda compte à chacun de ses pensées. Théodore confessa que, sous la pression des frères, il avait acquiescé à leur proposition de lui succéder. Pacôme lui retira alors toute autorité sur les moines et le relégua dans un endroit solitaire, où il versa beaucoup de larmes à cause de son péché d’orgueil. Après des années de pénitence et peu de temps avant de mourir, Pachôme le rétablit dans ses fonctions, déclarant aux frères que cette épreuve avait fait progresser Théodore sept fois plus que ses ascèses antérieures, à cause de l’humble repentir qu’il avait montré.

Après la mort de saint Pacôme (346), Théodore, qui l’avait enseveli dans un endroit secret, fut envoyé à Alexandrie pour affaires. Il rendit visite à saint Antoine le Grand, qui témoigna de son admiration pour Pacôme et la vie cénobitique, et l’envoya à saint Athanase avec une lettre de recommandation. C’est à Alexandrie qu’il apprit la mort de Pétronios et, de retour en Thébaïde, il se soumit avec humilité et ferveur à saint Horsièse. Il était devant lui comme une brebis, ayant déraciné de son cœur toute pensée de pouvoir, bien qu’aux yeux de beaucoup il fût le plus digne de succéder à saint Pacôme. Voyant que de nombreux frères avaient recours à lui, et voulant éviter toute rivalité, il obtint d’être envoyé au monastère de Pachnoum, pour y diriger la boulangerie.

Lorsque le supérieur du monastère de Monchôsis (Thmousons), Apollonios, se fut révolté, prétendant rendre son monastère indépendant, Horsièse se retira et désigna Théodore pour lui succéder à la tête de la Koinonia. Théodore réunit aussitôt les frères et les exhorta, avec force larmes, à maintenir la tradition instituée par saint Pacôme et à garder l’unité de leur sainte assemblée. Puis il visita avec soin les monastères, changea tous les supérieurs et distribua de nouvelles charges. Se souvenant pourtant de la pénitence imposée jadis par Pacôme pour sa pensée concernant la succession, il ne s’estimait pas le supérieur des monastères, mais seulement remplaçant et serviteur d’abba Horsièse ; et chaque fois qu’il voulait prendre une décision, il allait d’abord en demander l’autorisation à Horsièse qui s’était retiré à Chenoboskion. Il était au milieu des frères un modèle d’humilité, tant dans l’habillement que dans la parole et dans tout son comportement, malgré sa renommée qui s’était étendue à toute l’Égypte, et les nombreuses guérisons qu’il accomplissait.

Grâce à sa diligence, il parvint à restaurer le bon ordre et à réanimer le zèle des moines. Il s’entretenait avec chacun, les exhortant à résister avec courage à l’assaut des pensées, et corrigeait les négligents avec patience, en priant ardemment pour leur correction. Aux monastères fondés par saint Pacôme, il ajouta ceux de Kaïor et Ouï dans la région d’Hermoupolis et un autre près d’Hermonthis, ainsi que deux monastères féminins.
Vers 363, saint Athanase, exilé, vint rendre visite à la Koinonia, dont il admira l’ordre et les règlements, aptes à procurer la paix à tant d’âmes. Théodore lui dit : « Cette faveur de Dieu nous appartient grâce à notre Père Pacôme. Mais quand nous te voyons, c’est comme le Christ que nous te voyons. »
Par la suite Théodore réussit à faire revenir Horsièse à Pabau et le servit en qualité de second, et ils alternaient pour visiter les monastères. Toutefois les préoccupations matérielles ayant considérablement augmenté du fait de l’accroissement du nombre des frères, Théodore se désolait de voir les moines abandonner la rigueur et la simplicité de vie instituées par saint Pacôme. Il se mortifiait pour qu’ils fassent pénitence et il allait passer de longues nuits de prière sur le tombeau de saint Pacôme, connu de lui seul.

Après la Pâque 368, Théodore tomba malade. Horsièse supplia le Seigneur de mourir le premier et de laisser Théodore, dont la Koinonia avait un si grand besoin. Mais tel n’était pas la volonté de Dieu et, après avoir confessé qu’il n’avait jamais rien fait sans obéissance, Théodore s’endormit très paisiblement, le 27 avril. Tous les frères poussèrent alors une grande clameur et s’écrièrent : « Nous sommes devenus orphelins, car c’est en effet notre juste Père Pacôme qui est mort aujourd’hui (en sa personne) ! » Après les funérailles, saint Horsièse alla déposer son corps aux côtés du tombeau secret de saint Pacôme. Aussitôt qu’il apprit la nouvelle, saint Athanase écrivit aux frères que Théodore ne cessait d’être parmi eux, puisqu’ils formaient un seul homme avec abba Horsièse, et il les exhorta à ne pas pleurer celui qui était désormais parvenu au séjour des bienheureux.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8
Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété, car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire du saint, ton 1
Le désert fut ta cité, dans la chair tu fus un Ange, * tes miracles te signalèrent, Père Théodore porteur-de-Dieu; * par le jeûne, les veilles et l’oraison * tu as reçu les charismes du ciel * pour guérir les malades et les âmes des fidèles qui accourent vers toi. * Gloire à celui qui t’a donné ce pouvoir, * gloire à celui qui t’a couronné, * gloire à celui qui opère en tous, par tes prières, le salut.

Kondakion du saint, ton 2
Comme palmier tu as poussé dans la maison du Seigneur * et tu lui as offert les fruits des vertus * par l’excellence de tes labeurs ascétiques, * Père Théodore; c’est pourquoi * te voilà bienheureux maintenant * que tu occupes le rang des Incorporels.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4
Au milieu de la fête prescrite par la loi, Créateur et Maître de toutes choses, Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi : Venez puiser l’eau de l’immortalité. Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR
(Jn VIII, 51-59)
En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Maintenant, lui dirent les Juifs, nous connaissons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis: Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être? Jésus répondit: Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui. Les Juifs lui dirent: Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham! Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple.

3 mai (ancien calendrier/16 mai (nouveau)

3 mai (ancien calendrier/16 mai (nouveau)

Saint Timothée et son épouse sainte Maure, martyrs en Égypte (298) ; saint Théodose, higoumène des Grottes de Kiev (1074) ; saint Pierre, thaumaturge, évêque d’Argos (922) ; saint Théophane, évêque de Périthéorion (1353) ; saintse Julienne (1393) et Eupraxie (1394) de Moscou ; saint néo-martyr Ahmed le Calligraphe (1682) ; saint hiéromartyr Nicolas (Benevolensky), prêtre (1941).

SAINTS MARTYRS TIMOTHÉE ET MAURE

Saint Timothée était originaire d’un village proche de Thèbes, en Égypte. Il avait été ordonné lecteur et, par la lecture des livres saints dans les assemblées liturgiques, il confirmait les chrétiens dans leur espérance des biens à venir. Lorsque furent publiés les premiers édits de Dioclétien contre les chrétiens (304), vingt jours seulement après son mariage avec la pieuse Maure, Timothée fut dénoncé comme prédicateur de la nouvelle religion et traduit devant le préfet de Thèbes, Arien, qui le somma de lui livrer les livres de l’église. Mais le saint refusa, disant : « De même qu’un père ne saurait livrer volontairement ses enfants à la mort, de même je préfère mourir plutôt que de livrer à l’autodafé ces manuscrits par lesquels les fidèles et moi-même recevons la grâce de Dieu et la protection de ses anges. » Pris de colère, Arien lui fit passer dans les oreilles des broches rougies au feu, qui, transperçant le tympan, lui crevèrent les deux yeux qui tombèrent à terre. On l’attacha ensuite à une roue couverte de clous qui lui déchiquetèrent la chair ; mais Timothée fut guéri par la grâce de Dieu et résista à d’autres supplices, en criant que rien ne pourrait le séparer de l’amour du Christ (cf. Rm 8, 35). Le tyran le fit alors jeter en prison et convoqua Maure avec l’espoir de l’utiliser pour vaincre la résistance de Timothée. Il essaya d’abord, par des flatteries, de la convaincre de ramener son époux à la raison, afin de ne pas le perdre après vingt jours seulement de mariage. Au terme d’un bref entretien avec Timothée, Maure sortit du cachot, pleine d’une sainte ardeur, et confessa au préfet qu’elle aussi était chrétienne et se tenait prête à offrir sa vie pour le Christ. Arien lui fit tondre les cheveux et, après avoir eu les doigts coupés, elle fut jetée dans de l’eau bouillante. Elle resta toutefois indemne et dit au magistrat : « Ton feu est bien faible. Si tu n’as pas assez de bois, envoie des serviteurs chez mes parents, et ils t’en donneront ! » Arien s’approcha et demanda à vérifier par lui-même si l’eau était bien chaude. Maure lui jeta de l’eau et, hurlant de douleur, le préfet vit la peau de sa main se décoller sous l’effet de la brûlure. Il ordonna alors de brûler la sainte avec des torches préalablement enduites de goudron et de soufre. Mais Maure restait encore invulnérable et raillait l’impuissance de ses persécuteurs. Arien donna alors l’ordre d’attacher les deux époux à des croix, l’un en face de l’autre, et de les laisser mourir lentement. Ils restèrent ainsi crucifiés, à l’imitation de notre Seigneur Jésus-Christ, pendant neuf jours entiers, en s’encourageant mutuellement à la patience.
Plein de rage devant ce spectacle de la victoire du Christ qui habitait en eux par la foi, le diable prit une apparence humaine et présenta à Maure une coupe de lait mêlé de miel pour la désaltérer. Mais la sainte le repoussa par sa prière. Par la suite, il la transporta en imagination dans une terre de délices, près d’un fleuve de lait. Celle-ci s’arma alors d’une sainte colère pour repousser une fois de plus ces avances trompeuses, et déclara qu’elle préférait boire au calice de vie éternelle que le Christ lui présentait sur la croix. Dès le départ du démon, un ange du Seigneur apparut, prit Maure par la main et l’entraînant en vision au ciel, il lui montra un trône resplendissant, sur lequel étaient posées une robe d’une blancheur éclatante et une couronne en or, et il dit : « C’est pour toi que ces choses sont préparées. » Puis il la transporta dans un lieu plus élevé encore, où se trouvaient un autre trône, une autre robe blanche et une autre couronne, et il ajouta : « Celles-ci ont été préparées pour ton mari, car c’est lui qui a été la cause de ton salut. » Revenue à elle, Maure fit part de cette révélation à Timothée, et c’est avec joie qu’ils remirent ensemble leur âme à Dieu, le dixième jour.

Des pieux chrétiens acquirent leurs corps à prix d’argent et les ensevelirent avec honneurs, en rendant grâce à Dieu d’avoir glorifié ses saints martyrs. Par la suite de nombreuses guérisons s’accomplirent non seulement auprès de leurs reliques, mais aussi au profit des fidèles qui vénéraient leur icône ou invoquaient le nom des saints époux.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8
Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété, car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire des saints martyrs, ton 4
Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion des saints martyrs, ton 4
Vous qui avez supporté * les supplices les plus variés * et avez reçu de Dieu * votre couronne, auprès de lui, * intercédez pour nous qui célébrons * votre mémoire sacrée, * sublime Timothée et Maure toute-digne de nos chants, * afin que nous puissions jouir de la paix, * car la forteresse des fidèles, c’est bien le Seigneur.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4
Au milieu de la fête prescrite par la loi, Créateur et Maître de toutes choses, Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi : Venez puiser l’eau de l’immortalité. Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR
(Jn VIII, 51-59)
En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Maintenant, lui dirent les Juifs, nous connaissons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis: Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être? Jésus répondit: Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui. Les Juifs lui dirent: Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham! Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple.

15 mai

15 mai

Saint Pacôme le Grand, fondateur du cénobitisme en Haute-Égypte (348) ; saint hiéromartyr Euphrase, évêque, patron d’Ajaccio (Ier s.) ; saints Cassius, Victorin, Maxime et leurs compagnons, martyrs en Auvergne (260) ; saint Achille, évêque de Larissa en Thessalie (vers 330) ; saints Barbare, guerrier, Callimaque et Denis, martyrs à Méthone (361) ; saint Rhétice, évêque d’Autun (IVème s.) ; saint Primaël, ermite au diocèse de Quimper (vers 450) ; saint Franchy, ermite dans le Nivernais (VIIème s.) ; saint Isaïe, évêque de Rostov, thaumaturge (1090) ; saint Isaïe des Grottes de Kiev (1115) ; saint Pacôme de Nerekhta (1384) ; saint Euphrosynius de Pskov et son disciple Sérapion (1481) ; saint Dimitri, tsarévitch d’Ouglitch et de Moscou, enfant assassiné (1591).

SAINT PACÔME LE GRAND

Notre bienheureux Père Pacôme naquit de parents païens en Haute Égypte, vers 292, mais dès son enfance il ressentit une vive répulsion à l’égard du culte idolâtre et montra un penchant naturel pour le bien. Enrôlé de force dans l’armée lors de la campagne de Maximin-Daïa contre Licinius (312), il fut ému par l’attitude charitable des chrétiens de Thèbes envers les conscrits, que l’on traînait sans ménagement vers leur garnison comme des prisonniers. Bientôt libéré, il fut baptisé au village de Schenesèt et, la nuit suivante, il vit une rosée descendre du ciel et se répandre sur sa tête, puis elle se condensa dans sa main droite et devint du miel qui s’écoula sur toute la terre. Il commença aussitôt à mener une vie ascétique, en se guidant selon sa conscience, et à servir les habitants du lieu, surtout lors d’une épidémie de peste. Au bout de trois ans, incommodé par la fréquentation des séculiers et mû désormais par un violent amour pour Dieu seul, il devint disciple d’un saint vieillard, rude et austère, qui vivait en reclus en dehors du village : saint Palamon [12 août].

Après l’avoir rudement éprouvé, celui-ci le revêtit de l’Habit monastique et lui enseigna à veiller comme il le faisait lui-même, la moitié de la nuit, et souvent la nuit entière, en récitant des passages de l’Écriture sainte, à jeûner tous les jours jusqu’au soir en été, et à ne manger en hiver qu’un jour sur deux ou trois, sans jamais consommer ni huile, ni vin, ni mets cuits. Leur office liturgique consistait en cinquante groupes de psaumes conclus par une prière pendant la nuit, et soixante pendant la journée, sans compter le perpétuel souvenir de Dieu qu’ils entretenaient dans leur esprit et dans leur cœur, selon la recommandation de l’Apôtre (2 Th 5, 17).

Pour subvenir à leurs besoins, et surtout au soin des pauvres, ils tressaient des objets en fil, en poil ou en fibre de palmier, et travaillaient même pendant la nuit, en récitant la parole de Dieu, afin de lutter contre le sommeil. Si, malgré le travail manuel, le sommeil les accablait, ils se levaient et allaient transporter du sable dans des paniers, d’un endroit du désert à l’autre. Un jour de Pâques, Pacôme versa un peu d’huile sur le sel écrasé qui était leur nourriture habituelle. Palamon se frappant le visage, se mit alors à pleurer et dit : « Hier, mon Seigneur a été crucifié, et moi je mangerais aujourd’hui de l’huile ! »

Pacôme supportait non seulement de bon gré la rigoureuse discipline du vieillard, mais il s’appliquait surtout à garder son cœur pur par une stricte vigilance sur ses pensées, dépensant toutes les ressources de son esprit à apprendre par cœur les paroles de Dieu afin de les faire siennes. Il avait coutume de s’éloigner dans le désert pour prier ou de se tenir debout, la nuit entière, dans les tombeaux, en tendant les mains vers le ciel comme s’il était crucifié, et versant tant de sueur que le sol en devenait boueux à ses pieds. Pendant ces prières nocturnes, les démons s’acharnaient contre lui et l’attaquaient ouvertement, mais l’homme de Dieu les couvrait de confusion en louant Dieu et en se moquant de leurs vains artifices. Comme leurs attaques se faisaient plus pressantes, il affligea davantage son corps et demanda à Dieu de lui retirer le sommeil jusqu’à ce qu’il remporte définitivement la victoire. Il fut exaucé, et acquit dès lors une telle faveur auprès de Dieu, que son corps jouissait déjà en partie de l’incorruptibilité promise aux élus : il pouvait marcher sans danger sur les serpents et les scorpions, et traverser le Nil au milieu des crocodiles.

Au bout de quatre ans de luttes, la vision de la rosée céleste se renouvela, mais il attendit encore trois années avant de s’éloigner seul dans le désert. Lorsqu’il parvint à un lieu nommé Tabennêsis, sur la rive nord-est du Nil, il entendit une voix céleste qui lui ordonnait d’y rester pour y fonder un monastère. Ayant obtenu l’autorisation de Palamon, juste avant son décès, Pacôme s’y installa et s’adonna seul à de grandes ascèses, jusqu’à ce que son frère aîné, Jean, vînt le rejoindre. Mettant tout en commun, ils vivaient dans un grand renoncement et distribuaient aux pauvres le fruit de leur travail, en ne gardant que le strict nécessaire pour vivre : deux pains et un peu de sel par jour. À la fin de leur veille quotidienne, ils prenaient un peu de repos, assis, sans s’appuyer le dos au mur. Pendant le jour, ils s’exposaient aux ardeurs du soleil, gardant en esprit la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ et les épreuves des martyrs.

Un jour, un ange de Dieu apparut à Pacôme pendant sa vigile et lui dit à trois reprises : « Pacôme, la volonté de Dieu est que tu serves la race des hommes, pour les réconcilier avec Lui. » Dès lors, des hommes des villages environnants se rassemblèrent autour de lui pour mener ensemble la vie ascétique : chacun vivait séparément, comme il l’entendait, et fournissait sa part pour les besoins matériels de la communauté. Pacôme se mettait humblement à leur service, préparait la nourriture qu’ils désiraient, recevait les hôtes et servait les frères quand ils étaient souffrants, alors qu’il se contentait pour lui-même de pain et de sel en tout temps. Ces hommes rudes ne lui montraient cependant aucun respect, ils méprisaient son humilité et se moquaient même de lui. L’homme de Dieu prit patience pendant cinq ans, jusqu’au jour où, après en avoir reçu l’ordre de Dieu au cours d’une nuit de prière, il leur imposa une règle de vie commune et chassa avec autorité tous ceux qui ne voulaient pas s’y conformer . De nouveaux candidats à la vie monastique s’étant présentés, Pacôme, après les avoir suffisamment éprouvés, leur imposa de vivre « selon les Écritures », en mettant tout en commun, dans une parfaite égalité, à l’imitation de la communauté apostolique (cf. Act 2). Se mettant à leur service comme auparavant, il leur enseignait à porter leur croix pour suivre le Christ et à n’avoir d’autre souci que de repasser dans leur esprit les paroles du Seigneur. On rapporte qu’un ange, vêtu en moine, lui montra le modèle de leur habit et lui remit une tablette sur laquelle était inscrite la règle de la communauté. Elle prescrivait de donner à manger et à boire à chacun en fonction de sa constitution et de son travail, sans empêcher ceux qui voulaient pratiquer davantage l’ascèse. Ils devaient vivre dans des cellules séparées, regroupées en « maisons » , selon leurs affinités ou leurs occupations, et se réunir trois fois par jour pour adresser à Dieu douze groupes de psaumes et de prières. Comme Pacôme objectait que cela ne faisait pas beaucoup de prières, l’ange répondit : « Tout ce que je prescris c’est pour être sûr que même les petits pourront observer la règle sans découragement. Quant aux parfaits, ils n’ont pas besoin de loi, puisque dans leur cellule, ils consacrent leur vie entière à la contemplation de Dieu » .

Lorsque les frères atteignirent le nombre de cent, Pacôme leur bâtit une église dans le monastère ; et, le dimanche, il invitait un prêtre du village à venir célébrer la divine Liturgie, car il refusait qu’aucun des moines ne soit ordonné clerc, de crainte que la vaine gloire et la jalousie ne viennent rompre leur belle harmonie. Peu après sa consécration comme archevêque d’Alexandrie, saint Athanase rendit visite au monastère de Tabennêsis (329), mais Pacôme, ayant appris qu’on voulait l’ordonner prêtre, se cacha jusqu’au départ du prélat.

La communauté, appelée par lui Koinonia , devenant nombreuse, Pacôme désigna des frères affermis dans la vertu pour l’assister : l’un comme administrateur du service matériel, avec un second, d’autres comme responsables des « maisons » ; d’autres encore étaient chargés du soin des malades, de la réception des hôtes ou de la vente à l’extérieur des produits fabriqués au monastère. Trois fois par semaine, saint Pacôme instruisait lui-même l’ensemble de la communauté, en interprétant les Écritures et, aux deux jours de jeûnes, les chefs des maisons faisaient à leur tour une catéchèse destinée à leurs moines respectifs.

La sœur de Pacôme, Marie, étant elle aussi venue le rejoindre, le saint lui fit construire un monastère, dans le village, où de nombreuses sœurs se rassemblèrent pour y mener une vie toute semblable à celle des moines, guidées par un vieillard grave et avisé, nommé Pierre.

Le saint recevait avec circonspection les candidats qui se présentaient et n’acceptait qu’un petit nombre de ceux qui avaient mené auparavant une vie impure ou avaient un caractère revêche, de peur qu’ils n’entraînassent les autres frères dans la perdition. Mais pour ceux d’entre eux qu’il acceptait, il luttait avec eux jour et nuit, afin de les tirer de l’asservissement aux passions. Lorsqu’il trouvait des moines rétifs, il essayait de les corriger et priait instamment pour eux, en ajoutant à ses jeûnes, ses veilles et ses macérations, afin qu’ils se repentissent et apprennent le mystère de la vie monastique et la paix que l’on tire de l’obéissance. S’ils persistaient néanmoins à contredire, il les renvoyait de la communauté, pour ne pas empêcher les autres frères de croître dans la crainte de Dieu. Une année, il renvoya ainsi jusqu’à cent moines, sur les trois cents que comportait la communauté.

Grâce à son don de clairvoyance, saint Pacôme devinait les fautes et les pensées perverses des frères, et il savait les guérir avant qu’ils ne commettent le péché. Bien qu’il guérît des malades et délivrât des possédés, tant parmi les frères que parmi les séculiers qui se pressaient au monastère, il s’en remettait en tout à la volonté de Dieu et ne se fâchait jamais quand le Seigneur n’exauçait pas sa prière. Il enseignait que supérieures aux guérisons corporelles sont les guérisons spirituelles des âmes qui, de l’erreur ou de la négligence, parviennent à la connaissance du vrai Dieu et au repentir. Il ne demandait jamais à Dieu de recevoir des visions, car elles peuvent être une voie d’illusion, et disait : « Si tu vois un homme pur et humble, c’est une grande vision. Quoi de plus grand en effet que de voir Dieu invisible dans un homme visible, temple de Dieu. »

Même lorsqu’il était accablé par la maladie, le bienheureux refusait de se faire servir ou de s’accorder un quelconque soulagement. Il n’acceptait qu’un seul remède : le Nom du Seigneur, et enseignait aux malades par son exemple à supporter avec patience et actions de grâces leurs maux, afin de remporter une double couronne : celle de l’ascèse et de la patience dans les épreuves. Dans les maladies des frères, il savait discerner infailliblement celles qui étaient provoquées par les démons ou par un effet de leurs passions, et il leur enseignait à les vaincre par la bonne résolution de l’âme. Mais lorsqu’il s’agissait de véritables faiblesses du corps, il venait alors lui-même servir les malades et n’hésitait pas à donner à certains de la viande en nourriture, en dépit de l’usage monastique.

Le nombre des frères ne cessant de croître, Pacôme alla fonder, à la suite d’une vision, un autre monastère, à Pabau (en copte : Phbôou), un peu en aval du Nil (environ 3 km de Tabennêsis). Il le fit construire très vaste et l’organisa de la même manière que Tabennêsis. Lorsque Pabau fut peuplé, le supérieur d’un monastère appelé Chenoboskion (Senesêt) demanda au saint de placer sa communauté sous sa juridiction, avec les mêmes règles de vie. Pacôme s’y rendit avec quelques frères qu’il laissa là pour y instruire les moines sur la discipline de la Koinonia. Il fit de même pour le monastère de Monchôsis (Thmousons) ; puis, à la suite d’une nouvelle vision, il alla fonder un nouveau monastère à Tsè (Tasé). À la requête de l’évêque de Panopolis (Smin), il en fonda un autre dans cette région, peinant lui-même avec les frères pour la construction des bâtiments. Peu après, un notable, Pétronios, [23 oct.] offrit le monastère qu’il avait fondé à Thbéou (Tébeu), dans la région de Diospolis. Saint Pacôme mit un certain Apollonios à la tête du monastère, et fit de Pétronios le supérieur d’une autre fondation : Tsmine (Tsménai), proche de Panopolis. Enfin, après une nouvelle vision, il fonda un très grand monastère à Phnoum (Pichnoum), loin au sud, dans le désert de Snê. Cette vaste congrégation de neuf monastères et deux couvents féminins, comptait trois mille moines durant la vie de saint Pacôme et jusqu’à sept mille par la suite. Tous y vivaient dans l’harmonie et la fidélité aux lois instituées par l’homme de Dieu. Chez eux il n’y avait aucun souci pour les affaires du monde et ils étaient constamment transportés au ciel, à cause de leur hésychia et de leur genre de vie semblable à celle des anges. Le saint visitait fréquemment les uns et les autres, pour les instruire de la Parole de Dieu, corriger les égarements et encourager les frères à persévérer dans leurs combats. Il résidait habituellement au monastère de Pabau, où il vivait comme un simple moine, membre d’une « maison » et soumis à la discipline commune ; car, inébranlablement affermi sur le roc de l’humilité, il n’avait jamais eu la pensée qu’il était chef ou père des moines, mais seulement leur serviteur. En visite un jour à Tabennêsis, il s’assit pour le travail manuel et se laissa instruire par un enfant-moine qui lui reprochait de ne pas travailler correctement.

L’économe du grand monastère de Pabau était chargé de superviser l’administration matérielle de la Koinonia : il recueillait les objets fabriqués dans les monastères et les desservait dans tous leurs besoins. Deux fois l’an, les frères se réunissaient à Pabau, pour célébrer la fête de Pâques tous ensemble et, au mois d’août, après la récolte, les intendants remettaient leurs comptes, et l’on procédait à la nomination de nouveaux responsables. Lorsque Pacôme n’avait pas le loisir de se rendre dans un monastère, il envoyait son disciple le plus cher, Théodore [16 mai], ou adressait une lettre à l’économe, écrite dans un langage secret, que lui seul pouvait comprendre. Il avait toujours le visage grave et triste, car Dieu lui avait accordé de contempler en vision les tourments éternels réservés aux pécheurs et aux moines indignes de leur profession, et c’est pourquoi, chaque fois qu’il prenait la parole, il avertissait ses disciples sur le Jugement à venir. Un jour, un moine négligent vint à mourir. Le saint ordonna avec autorité de ne chanter ni office de funérailles ni d’offrir de sacrifice en sa mémoire, et il fit brûler ses vêtements, laissant tous les frères dans l’effroi pour leur correction. Pendant une famine, l’homme de Dieu resta à jeun et dit : « Moi non plus je ne mangerai pas aussi longtemps que mes frères auront faim et ne trouveront pas de pain à manger », appliquant ainsi la parole de l’Apôtre: Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui (1 Cor 12, 26).

La réputation de saint Pacôme s’étant répandue dans toute l’Égypte, il advint que certains mirent en doute son charisme de clairvoyance et ses révélations. Convoqué à Latopolis (en 345) devant une assemblée d’évêques qui le questionnèrent à ce sujet, Pacôme répondit que le Seigneur ne lui accordait pas constamment une telle grâce du discernement et de la clairvoyance des cœurs, mais seulement quand Il le voulait, pour l’édification de la Koinonia et le salut des âmes, dans la mesure de sa propre soumission à la volonté de Dieu. Il fut innocenté et, rendant grâce à Dieu, déclara, à propos de cette épreuve et du nouvel exil de saint Athanase : « Il nous faut soutenir toutes sortes d’épreuves, car cela ne nuit pas. »

Vers Pâques 346, une épidémie de peste se déclara dans la Koinonia et extermina plus de cent frères parmi les plus éminents. Le saint fut atteint à son tour, mais refusa tout traitement particulier. Bien que son corps fût affaibli à l’extrême, ses yeux étaient flamboyants. Il passa les premiers jours de la Grande Semaine à prier le Seigneur pour que l’unité de la Koinonia ne soit pas rompue après sa mort. Puis, réunissant les frères, il les prit à témoin que, durant toute sa vie, il ne leur avait rien caché et avait vécu comme l’un d’entre eux, se conduisant envers tous comme un serviteur et comme une nourrice qui réchauffe ses enfants. Il ajouta que les règles et traditions qu’il avait instituées pour eux sous l’inspiration du Seigneur, étaient la seule voie pour obtenir le repos de l’âme et le salut éternel. Vers la Pentecôte, il désigna Pétronios, qui avait été lui aussi atteint par la maladie, comme successeur, puis ordonna aux frères de cesser leurs larmes, car l’ordre lui était venu du Seigneur d’aller rejoindre le séjour des Pères. Il ordonna avec grande sévérité à Théodore d’aller ensevelir son corps dans un endroit secret, afin qu’on ne lui offrît pas de culte, et l’exhorta à prendre soin des frères négligents. Il remit son âme apostolique à Dieu le 9 mai 346, à l’âge de cinquante-quatre ans. À ce moment, l’endroit fut agité d’un tremblement de terre, un parfum céleste se dégagea, et plusieurs anciens virent des troupes d’anges escorter l’âme du saint jusqu’au lieu de son repos.

Lorsque saint Antoine le Grand apprit le décès de saint Pacôme, dans son désert lointain, il le loua comme un nouvel apôtre et fit les plus grands éloges de la vie cénobitique dont il avait été le fondateur. Répliquant à ceux qui lui disaient qu’il avait atteint une plus grande gloire dans la vie érémitique, il répondit que c’était par nécessité qu’il avait embrassé la vie solitaire, car il n’y avait pas alors de coenobium, et il ajouta : « Dans le Royaume des cieux, nous nous verrons l’un et l’autre, nous verrons tous les Pères et surtout notre Maître et notre Dieu Jésus-Christ. »

Après le décès de saint Pacôme, Pétronios gouverna la Koinonia seulement quelques jours, avant de remettre lui aussi son âme à Dieu. Abba Horsièse [15 juin] fut alors désigné pour veiller au respect des traditions et assurer, à l’exemple de Pacôme, le ministère de la parole. Mais, à la suite de la révolte d’Apollonios, supérieur du monastère de Monchôsis, Horsièse démissionna et désigna Théodore comme supérieur à sa place. Après la disparition des premiers disciples de saint Pacôme, les monastères de la Koinonia se développèrent grandement, tant en nombre qu’en biens matériels, mais cet éclat fut de courte durée et, après avoir été victimes de la décadence, ils furent ensuite emportés par les invasions des barbares. Les institutions, les règles écrites et surtout l’esprit du cénobitisme, dont Pacôme avait été le fondateur, furent néanmoins légués à l’Église comme la voie parfaite d’imitation de la communauté apostolique et comme une échelle dressée vers le Royaume des cieux .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

 Tropaire de St Pacôme, ton 5

Toi le chef des troupeaux du suprême Pasteur, * Père Pacôme, tu guidas * une multitude de moines vers le bercail céleste, * tout d’abord initié aux habitudes * qui conviennent aux ascètes, * puis y formant tes disciples à ton tour; * tu jubiles désormais avec eux * et partages l’exultation des parvis célestes.

Kondakion de St Pacôme, ton 2

Sur terre comme un astre de lumière tu brillas * et d’une multitude de moines tu peuplas le désert; * ayant pris ta croix sur tes épaules, * tu vécus ta propre crucifixion, * faisant fondre ton corps par l’ascèse; * désormais tu intercèdes en faveur de nous tous.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 42-51)

Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. Qui de vous me convaincra de péché? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas? Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu. Les Juifs lui répondirent: N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon? Jésus répliqua: Je n’ai point de démon; mais j’honore mon Père, et vous m’outragez. Je ne cherche point ma gloire; il en est un qui la cherche et qui juge.

2 mai(ancien calendrier)/15 mai(nouveau)

2 mai(ancien calendrier)/15 mai(nouveau)

Saint Athanase le Grand, archevêque d’Alexandrie (373) ; saints martyrs Exupère, son épouse sainte Zoé et leurs fils saints Cyriaque et Théodule, martyrs en Pamphilie (IIème s.) ; saint Germain, évêque évangélisateur, martyr en Normandie (480) ; saint Walbert (ou Gaubert), abbé à Luxeuil (vers 665) ; Saint Boris roi bulgare, égal aux apôtres, apôtre de la Bulgarie, au baptême Michel (907) ; transfert des reliques des saints princes Boris et Gleb, au baptême Romain et David (1072 et 1115) ; saint Athanase, patriarche de Constantinople, thaumaturge de Loubensk (1654).

SAINTS MARTYRS EXUPÈRE ET ZOÉ

D’origine phrygienne, ces saints martyrs étaient au service d’un riche païen du nom de Catalle, établi à Attalia en Pamphylie, sous le règne d’Hadrien (124). Un jour, Cyriaque et Théodule, ne supportant pas de rester plus longtemps esclaves d’idolâtres qui adoraient les faux dieux — eux qui avaient été rendus libres par le sang de notre Seigneur Jésus-Christ — suggérèrent à leurs parents de prendre la fuite. Leur mère Zoé tenta d’abord de les exhorter à la patience, puis elle fut elle-même convaincue et, s’encourageant mutuellement, ils se présentèrent ensemble devant leur maître. Ils déclarèrent à Catalle qu’il n’avait autorité que sur leurs corps, mais que leurs âmes appartenaient au seul Maître Jésus-Christ. Surpris d’une telle audace, Catalle les envoya rejoindre Exupère qui travaillait dans un lieu nommé Tritonion. Un peu plus tard, à l’occasion de la fête organisée pour la naissance de son fils, Catalle voulut obliger les quatre chrétiens à consommer des mets offerts aux idoles. Mais les deux valeureux enfants prirent ces nourritures infâmes et les jetèrent aux chiens. En apprenant cela Catalle les fit étendre sur un chevalet et ordonna qu’on leur déchirât les flancs avec des ongles de fer. Exupère et Zoé, contraints d’assister au supplice, encourageaient leurs fils à rester fermes jusqu’au terme du combat. Furieux, Catalle les fit fustiger et jeter tous ensemble dans une fournaise ardente. Le lendemain matin, on entendit des chants de psaumes s’élever du four, mais en l’ouvrant les païens ne trouvèrent à l’intérieur que les corps incorrompus des quatre martyrs tournés vers l’Orient, comme s’ils étaient endormis.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

 Tropaire de saint Athanase, ton 3

Comme le pilier de l’orthodoxie * tu soutins l’Eglise par tes divins enseignements, * pontife Athanase, car tu proclamas * le Fils consubstantiel au Père, * contre la doctrine d’Arius; * Père saint, prie le Christ notre Dieu * de nous accorder la grâce du salut.

 

Kondakion de saint Athanase, ton 2

Ayant planté l’enseignement de l’orthodoxie, * tu retranchas les ronces de l’erreur, * multipliant la semence de la foi * sous les rosées de l’Esprit; * c’est pourquoi nous célébrons ta mémoire sacrée.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

 

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 42-51)

Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. Qui de vous me convaincra de péché? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas? Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu. Les Juifs lui répondirent: N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon? Jésus répliqua: Je n’ai point de démon; mais j’honore mon Père, et vous m’outragez. Je ne cherche point ma gloire; il en est un qui la cherche et qui juge.

Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras

14 mai

14 mai

5ème dimanche de Pâques, de la Samaritaine, Saint Isidore de Chios, martyr (251) ; saint Maxime, martyr (250) ; saint Pons, martyr à Cimiez (257) ; saint Théraponte, évêque de Chypre et martyr (IVème) ; saint Aproncule, évêque de Langres, puis de Clermont (488) ; saint Sérapion le Sindonite (Vème s.) ; saint Gall, évêque de Clermont (551) ; saint Erembert, évêque de Toulouse (vers 672) ;saint Léonce, patriarche de Jérusalem (1174) ; saint Nicétas (Nikita), reclus des grottes de Kiev, évêque de Novgorod (XIIème s.) ; saint Isidore, fol en Christ de Rostov (1474) saint hiéromartyr Pierre (Rojdestvine), prêtre (1939).

SAINT ISIDORE DE CHIO

Originaire d’Alexandrie, saint Isidore était lieutenant dans l’armée romaine, sous le règne de Dèce (vers 250). Parvenu dans l’île de Chio avec la flotte commandée par un certain Numérius, il fut dénoncé comme chrétien par le centurion Julius. Amené devant l’amiral, il déclara fièrement qu’il adorait le seul Jésus-Christ, vrai Dieu devenu homme pour notre salut. Numérius le fit alors étendre sur le sol, attaché à quatre piquets, et ordonna à ses hommes de le fustiger à coups de nerfs de bœuf. On le jeta ensuite dans une fournaise, d’où il sortit indemne. Son père, un idolâtre endurci, arrivé sur ces entrefaites d’Égypte, demanda à se charger lui-même d’Isidore pour le soumettre. Comme ses arguments étaient restés sans effet, changeant le lien de la nature en une haine implacable, il fit attacher son fils derrière des chevaux sauvages, et après avoir été traîné à terre sur une longue distance, le saint athlète du Christ eut la tête tranchée .

Son corps fut jeté dans un ravin, pour être dévoré par les charognards. Mais une pieuse femme, Myrope, réussissant à tromper la surveillance des gardes, s’empara de la sainte dépouille pour l’ensevelir dignement. Arrêtée et torturée, elle reçut dans sa prison la vision de saint Isidore, au sein d’une lumière éblouissante, entouré d’un chœur angélique qui chantait le Trisagion. Il lui dit : « Paix à toi ! Voici que tu vas recevoir la couronne que Dieu t’a réservée. » À ces mots, sainte Myrope remit son âme à Dieu et le cachot se remplit de parfum. Elle fut ensuite ensevelie aux côtés de saint Isidore, qui fut bientôt vénéré comme le patron de l’île de Chio et, dans tout le bassin méditerranéen, comme protecteur des marins.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 4ème ton

Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8

Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn IV, 5-42)

Le Seigneur arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. – Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle? Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens: Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange. Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger? Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre. Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Car en ceci ce qu’on dit est vrai: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne. Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n’avez pas travaillé; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail. Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait. Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours. Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée; car il avait déclaré lui-même qu’un prophète n’est pas honoré dans sa propre patrie. Lorsqu’il arriva en Galilée, il fut bien reçu des Galiléens, qui avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête; car eux aussi étaient allés à la fête. Il retourna donc à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Il y avait à Capernaüm un officier du roi, dont le fils était malade. Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir. Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point. L’officier du roi lui dit: Seigneur, descends avant que mon enfant meure. Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s’en alla. Comme déjà il descendait, ses serviteurs venant à sa rencontre, lui apportèrent cette nouvelle: Ton enfant vit. Il leur demanda à quelle heure il s’était trouvé mieux; et ils lui dirent: Hier, à la septième heure, la fièvre l’a quitté. Le père reconnut que c’était à cette heure-là que Jésus lui avait dit: Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison. Jésus fit encore ce second miracle lorsqu’il fut venu de Judée en Galilée. Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau; car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? Le malade lui répondit: Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son lit, et marcha. C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C’est le sabbat; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. Il leur répondit: Celui qui m’a guéri m’a dit: Prends ton lit, et marche. Ils lui demandèrent: Qui est l’homme qui t’a dit: Prends ton lit, et marche? Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu’à présent; moi aussi, j’agis. À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le sabbat, mais parce qu’il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. Jésus reprit donc la parole, et leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l’auront entendue vivront. Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. Ne vous étonnez pas de cela; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j’entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! Je ne tire pas ma gloire des hommes. Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu.

1er mai (ancien calendrier)/14 mai (nouveau)

1er mai (ancien calendrier)/14 mai (nouveau)

5ème dimanche de Pâques, de la Samaritaine, Saint Jérémie, prophète (VIIIème s. av. J.-C.) ; saint Andéol, sous-diacre, martyr dans le Vivarais (208) ; saint Ache, diacre, et saint Acheul, sous-diacre, martyrs à Amiens (vers 303) ; sainte Isidora, vierge, ermite en Égypte (vers 370) ; saint Batos, moine perse, martyr (IVème s.) ; saint Amateur, évêque d’Auxerre (418) ; sainte Gertrude, vierge, martyre en Lorraine (vers 480) ; saint Orence, évêque d’Auch (Vème s.) ; saint Brieuc, évêque en Bretagne (vers 502) ; saint Sigismond, roi martyr (524) ; saint Marcoul, abbé à Nanteuil (vers 558) ; sainte Berthe, abbesse fondatrice d’Avenay, martyre (vers 690) ; sainte Thamar (ou Tamara), reine de Géorgie (1213) ; saint Paphnuce de Borovsk (1478) ; saint Macaire, métropolite de Kiev, martyr (1497) ;saint Gérasime de Boldino (1554) ; saints néomartyrs athonites Euthyme (1814), Ignace (1814) et Acace (1815) sainte martyre Nina (Kouznetsov) (1938).

SAINT PROPHÈTE JÉRÉMIE

Saint Jérémie, prophète (VIIIème s. av. J.-C.)

Sanctifié et élu par Dieu avant même sa naissance (Jr 1, 5), le saint prophète Jérémie vit le jour au sein d’une famille sacerdotale d’Anatot, dans le pays de Benjamin, vers 650 avant J.-C. Dès son jeune âge, il fut appelé par Dieu au ministère prophétique. Comme il hésitait et alléguait sa jeunesse et son inexpérience, le Seigneur lui toucha la bouche et lui dit : « Voici que j’ai placé mes paroles en ta bouche » (1, 10). Il l’établit comme guetteur, afin d’annoncer au peuple de Juda, endurci dans l’idolâtrie, la menace imminente de l’invasion assyrienne venue du Nord. Comme la bouche de Dieu, avec une fermeté et une audace qui ne se démentiront pas tout au long de son ministère, Jérémie reprocha au roi, aux princes, aux prêtres et aux faux prophètes leur apostasie et leurs recours aux idoles des nations étrangères. Il compare le peuple de Dieu à une épouse infidèle qui a oublié l’amour du temps de ses fiançailles, lorsqu’elle marchait au désert derrière le Seigneur (2, 1 sv.). Puisqu’elle refuse de se repentir, elle sera répudiée et livrée, telle une prostituée, aux Assyriens qui la couvriront de honte. Rempli pourtant de compassion à l’égard de son peuple, le prophète ressent à l’avance, en sa propre personne, les douleurs à venir, et il s’écrie : « Mes entrailles, mes entrailles ! Que je souffre… Mon cœur s’agite en moi, je ne peux me taire ! » (4, 19). En effet, Jérémie n’est pas seulement le messager chargé d’annoncer les décrets divins, mais, préfigurant la mission de notre Seigneur, il assume en lui-même le sort de son peuple et souffre pour son salut. Sans se lasser, pendant des années, il transmettra les oracles divins, soit par des paroles empreintes d’un lyrisme majestueux, soit par des actions symboliques commandées par Dieu, soit encore par sa propre vie et ses souffrances, annonciatrices de la Passion rédemptrice de Jésus-Christ.
Une fois, Dieu lui montra en vision une marmite bouillante, l’ouverture tournée vers le Nord, en lui disant que c’est du nord qu’allait déborder le malheur. Une autre fois, Il l’envoya chez un potier qui travaillait au tour et qui, lorsqu’il manquait un vase, le défaisait et remodelait un autre avec l’argile. « Comme l’argile dans la main du potier, ainsi êtes-vous dans ma main, maison d’Israël », dit le Seigneur (18, 16). Un prophète doit être un signe, c’est pourquoi Dieu lui interdit de prendre femme et d’avoir une progéniture dans ce pays voué à l’épée et à la famine. Il lui défendit également d’entrer dans une maison où l’on festoie, car Il allait faire taire les chants d’allégresse et les consolations (16). Il allait retirer sa grâce et rejeter son peuple dans un pays lointain. Toute la vie du prophète sera donc vouée à dénoncer les vains espoirs forgés par le peuple sous l’influence des faux prophètes et à annoncer la catastrophe, mais il prêchera aussi que, de loin, s’annonce la réconciliation messianique de Dieu avec son peuple renouvelé.

Dès les premières années de sa mission, Jérémie se heurta au mépris et aux moqueries de ces concitoyens, c’est pourquoi il compare le peuple obstiné à une vigne vendangée et désormais inutile. Alors Dieu lui apparut et l’exhorta à tenter encore une fois de trouver ne serait-ce qu’une grappe sur un sarment, c’est-à-dire une âme disposée à la conversion (6). Mais cette tentative se heurta de nouveau à un échec. Le prophète est semblable à un forgeron qui aurait éprouvé le métal par le feu de la parole divine, et qui doit finalement constater que la rouille ne s’en détache pas et qu’il faut le mettre au rebut (6, 27).

En 612, la chute de Ninive et la décomposition de l’empire assyrien semblèrent annoncer la libération des peuples soumis à sa domination. Trois ans plus tard, les armées du pharaon Nékao (609-595) tentèrent de traverser la Palestine pour aller combattre les Mèdes et les Perses. Craignant des conséquences néfastes pour son royaume, le roi Josias (640-609) s’efforça de leur barrer le passage, mais il mourut dans la bataille de Mégiddo, laissant le royaume de Juda soumis à l’Égypte. Peu de temps après sa victoire, le pharaon fut lamentablement vaincu par Nabuchodonosor, à Karkémish sur l’Euphrate (605), et la Palestine tomba cette fois sous le joug babylonien. Cette nouvelle situation semblait ruiner les espoirs de restauration religieuse et morale, suscités par la réforme entreprise par le roi Josias après la découverte du Livre de la Loi (cf. 4 Rois 22-23 LXX). Dès la mort du souverain, le peuple retomba dans l’injustice et la perversion des mœurs, il retourna aux cultes païens de Baal et Moloch, en leur ajoutant, de surcroît, d’autres divinités et cultes babyloniens. On ne se contentait plus que d’une observance extérieure de la Loi, mêlée de superstitions et d’une quantité de pratiques magiques. Devant cette situation critique, Jérémie, après douze ans de silence, reprit la parole en public, sur le parvis du Temple, le jour de la fête de l’intronisation du roi, pour s’élever contre la confiance insensée que le peuple avait pour le Temple devenu caverne de brigands, et il annonça sa prochaine destruction par la colère de Dieu si les juifs refusaient de se repentir (7, 11-14). Dans un commun élan de rage, les prêtres, les faux prophètes et le peuple s’emparèrent du prophète et le conduisirent devant le roi, afin qu’il soit puni de mort pour avoir blasphémé contre le Temple (33, 7). Il fut relâché, mais il allait désormais être poursuivi par la haine tenace des prêtres et des faux prophètes.

Ne trouvant autour de lui que mensonges et duperies, découragé, Jérémie souhaitait se retirer dans une cabane au désert, loin de ce peuple adultère qui allait de crime en crime et refusait de se convertir (9, 1). Mais, confirmé par la parole de Dieu, qui était pour lui son ravissement et l’allégresse de son cœur (15, 16), il n’abandonna pas sa mission, et annonça envers et contre tous, la destruction prochaine du royaume de Juda et la déportation de ses habitants. Cette prédication suscita une telle opposition que dans sa patrie même, Anatot, les prêtres et certains membres de sa famille tentèrent d’empoisonner le prophète qui s’était offert à eux tel un agneau confiant qu’on mène à l’abattoir (11, 19). Resté seul, maudit par ses compatriotes et privé de toute consolation, Jérémie éleva alors un cri de détresse vers Dieu, et le Seigneur lui répondit : « Ils lutteront contre toi, mais ne pourront rien contre toi, car Je suis avec toi pour te sauver et te délivrer… » (15, 19). Sur l’ordre de Dieu, il alla, en présence des prêtres et des anciens du peuple, briser une cruche à la porte des Tessons, annonçant que le siège de la ville était imminent et que la vallée qui s’étendait en contrebas serait appelée Vallée du Carnage. Comme il répétait le même message, un jour de fête, sur le parvis du Temple, le prêtre Pashehur, chef de la police du Temple, frappa l’homme de Dieu, puis il le fit mettre au carcan. Délivré au matin, Jérémie reprit de plus belle sa prédication (19-20). On lui interdit dès lors l’accès au Temple, et des espions furent envoyés partout où il prêchait, afin de surprendre ses paroles.

La victoire des Chaldéens sur l’Égypte, à Karkémish, fut pour le prophète l’occasion de souligner l’imminence du danger et de renouveler ses appels au repentir. Il dicta alors à son secrétaire Baruch [28 sept.] l’oracle du Seigneur et l’envoya lire ce rouleau manuscrit dans le Temple devant le peuple rassemblé (36). Le roi informé se fit lire le rouleau et, au fur et à mesure de la lecture, il le déchirait et le jetait au feu, puis il ordonna d’arrêter Jérémie et Baruch. Mais ceux-ci réussirent à se cacher et échappèrent ainsi aux recherches.

Après quelques années de soumission à Nabuchodonosor le roi Joaquim se révolta (599), entraînant une expédition punitive des Babyloniens qui ravagèrent les campagnes de Juda. L’année suivante, Nabuchodonosor vint lui-même faire le siège de Jérusalem. Au bout de trois mois, la ville tomba aux mains des Chaldéens et le nouveau roi, le jeune Jéchonias (Joakîn), fut exilé à Babylone avec sa mère, les notables et dix mille gens du peuple. Malgré cette catastrophe, le peuple resté à Jérusalem ne se corrigea pas de ses mœurs dépravées, et les faux prophètes continuèrent à entretenir l’espoir d’un retour rapide des exilés et d’une révolte triomphante. Alors que des envoyés des peuples voisins s’étaient rendus à Jérusalem pour négocier avec le nouveau roi de Juda, Sédécias, une coalition contre les Chaldéens, Jérémie se présenta en public, chargé d’un joug et lié de cordes, disant au Nom de Dieu : « Toute nation qui ne se soumettra pas au joug du roi de Babylone, c’est par l’épée, la famine et la peste que je la visiterai… » (27, 8). Quelque temps plus tard, le faux prophète Hananya vint au Temple, il enleva le joug de dessus la nuque de Jérémie et le brisa, disant qu’après deux années, les exilés reviendront et Dieu brisera le joug du roi de Babylone (28, 1-3). Mais, sous l’inspiration de Dieu, Jérémie dénonça le mensonge d’Hananya, prédit sa mort prochaine et annonça que le joug de bois qu’il venait de briser serait remplacé par un joug de fer (28, 12). Convaincu par le vrai prophète de Dieu, Sédécias refusa d’entrer dans la coalition et envoya des émissaires à Babylone pour témoigner de sa loyauté. Ceux-ci étaient porteurs d’une lettre de Jérémie aux déportés, leur annonçant qu’à l’issue de leur exil, qui devait durer soixante-dix ans, Dieu allait se réconcilier avec eux et se laisserait trouver par ceux qui le chercheront de tout leur cœur (29, 13), et que les déportés du royaume d’Israël et du royaume de Juda reviendront vers la Terre Promise avec des cris de joie. Dieu rassemblera alors de nouveau ses brebis dispersées et conclura avec son peuple une Nouvelle Alliance, une alliance spirituelle et éternelle. Je mettrai ma loi au fond de leur être et je l’inscrirai sur leur cœur. Alors Je serai leur Dieu et ils seront mon peuple (31, 33).

À l’issue de cette période de calme, une nouvelle vague d’insurrection commença à agiter le royaume de Juda et les peuples voisins sous l’égide de l’Égypte (588). Confiant dans les promesses des Égyptiens et dans les fortifications de sa capitale, Sédécias refusa d’écouter les conseils de prudence et de soumission de Jérémie. Les événements vinrent toutefois rapidement confirmer les craintes du prophète. Les Babyloniens arrivèrent en vue de Jérusalem, ravageant tout sur leur passage. Malgré l’aide des Égyptiens, qui permit une interruption provisoire du siège, les armées babyloniennes revinrent bientôt à l’attaque, pour un siège qui allait entraîner la ruine de Jérusalem. Pendant la trêve, alors que Jérémie sortait de la ville, afin d’aller toucher une part d’héritage au pays de Benjamin, il fut arrêté et accusé de vouloir passer à l’ennemi. Frappé par les soldats et sans pouvoir se justifier, il fut jeté dans un souterrain voûté et humide, et soumis aux mauvais traitements. Le roi le fit alors convoquer en secret pour le questionner sur l’issue du siège. Au nom de Dieu, le prophète lui dit qu’il allait être livré entre les mains du roi de Babylone. Jérémie fut alors enfermé dans la cour de garde du palais, au moment où les Chaldéens reprenaient le siège. Alors que la ville était livrée à la famine et à l’épidémie, les princes annoncèrent au roi que le prophète captif continuait de décourager le peuple en annonçant que seuls ceux qui se rendraient aux Chaldéens auraient la vie sauve. Avec l’accord de Sédécias, ils se saisirent de lui et le descendirent dans une citerne fangeuse, en le vouant à une mort certaine . Mais un Éthiopien servant à la cour, Ébed-Mélek, prit compassion de son sort et obtint du roi qu’il en soit tiré. Jérémie resta dans la cour de garde jusqu’à la prise de la ville (38).
En juillet 586, une brèche fut ouverte dans la muraille et, à la fin du mois suivant, Jérusalem la fière tomba en proie à la fureur des Chaldéens. Sédécias essaya de s’enfuir, mais il fut rattrapé par l’ennemi et conduit devant Nabuchodonosor qui fit massacrer ses fils sous ses yeux avant de l’aveugler et de l’envoyer en exil à Babylone. La ville et le Temple furent incendiés, la muraille abattue, les trésors pillés et la plus grande partie du peuple envoyée en déportation, accomplissant ainsi les prophéties de Jérémie (39).

Le vieux prophète fut délivré de ses liens par les Babyloniens et emmené avec les captifs. C’est en laissant derrière lui la ville en flammes qu’il aurait prononcé, dit-on, ses sublimes Lamentations. Parvenu à Rama, il fut relâché et laissé libre d’aller où il voulait. Refusant d’aller à Babylone, il préféra se rendre à Miçpa, auprès de Godolias, auquel avait été remis le gouvernement du petit peuple qui n’avait pas été déporté.

Mais, après deux mois seulement, Godolias fut assassiné (41, 3). Le peuple, craignant les représailles des Chaldéens, chercha alors à fuir en Égypte, malgré les avertissements de Jérémie qui recommandait de ne pas craindre le roi de Babylone et de se confier en la protection de Dieu. De nouveau, ni les officiers ni le peuple ne voulurent se soumettre à la parole de Dieu, et ils partirent pour l’Égypte. Suivant malgré lui les fuyards qui étaient parvenus à Tahpanhès, à l’est du Delta du Nil, Jérémie leur annonça la prochaine incursion de Nabuchodonosor en Égypte, où il allait servir une nouvelle fois d’instrument à la colère divine contre l’idolâtrie et l’endurcissement du cœur de son peuple. En 568, Nabuchodonosor entra effectivement en Égypte, brisant tous les monuments du culte égyptien et répandant la mort et la ruine sur son passage. Seuls quelques rares rescapés Juifs purent retourner en Palestine.

Selon une tradition apocryphe, le prophète Jérémie fut alors lapidé par ses compatriotes à Taphès, en Égypte, scellant par sa mort l’annonce prophétique de Celui qui devait s’offrir à la mort pour le Salut de tous les hommes.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 4ème ton

Les saintes femmes, disciples du Seigneur, ayant appris de l’Ange la radieuse nouvelle de la Résurrection, rejetèrent la condamnation des premiers parents, et, pleines de fierté, dirent aux Apôtres : « La mort a été dépouillée, le Christ est ressuscité, donnant au monde la grande miséricorde ! »

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Kondakion de la Samaritaine, ton 8

Par sa foi, la Samaritaine, venue au puits vit en Toi l’eau de la Sagesse ; s’en étant abondamment abreuvée, elle reçut en héritage le Royaume d’en haut, elle qui est toujours digne de louanges.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn IV, 5-42)

Le Seigneur arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. – Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici. Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète. Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle. Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle? Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens: Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange. Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas. Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger? Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre. Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble. Car en ceci ce qu’on dit est vrai: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne. Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n’avez pas travaillé; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail. Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait. Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours. Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole; et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde. Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée; car il avait déclaré lui-même qu’un prophète n’est pas honoré dans sa propre patrie. Lorsqu’il arriva en Galilée, il fut bien reçu des Galiléens, qui avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête; car eux aussi étaient allés à la fête. Il retourna donc à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Il y avait à Capernaüm un officier du roi, dont le fils était malade. Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir. Jésus lui dit: Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point. L’officier du roi lui dit: Seigneur, descends avant que mon enfant meure. Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s’en alla. Comme déjà il descendait, ses serviteurs venant à sa rencontre, lui apportèrent cette nouvelle: Ton enfant vit. Il leur demanda à quelle heure il s’était trouvé mieux; et ils lui dirent: Hier, à la septième heure, la fièvre l’a quitté. Le père reconnut que c’était à cette heure-là que Jésus lui avait dit: Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison. Jésus fit encore ce second miracle lorsqu’il fut venu de Judée en Galilée. Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s’appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l’eau; car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l’eau; et celui qui y descendait le premier après que l’eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie. Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? Le malade lui répondit: Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et, pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche. Aussitôt cet homme fut guéri; il prit son lit, et marcha. C’était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri: C’est le sabbat; il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. Il leur répondit: Celui qui m’a guéri m’a dit: Prends ton lit, et marche. Ils lui demandèrent: Qui est l’homme qui t’a dit: Prends ton lit, et marche? Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu. Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit: Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat. Mais Jésus leur répondit: Mon Père agit jusqu’à présent; moi aussi, j’agis. À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le sabbat, mais parce qu’il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu. Jésus reprit donc la parole, et leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l’auront entendue vivront. Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. Ne vous étonnez pas de cela; car l’heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement. Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j’entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai. Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai. Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. Pour moi ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces œuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez point vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! Je ne tire pas ma gloire des hommes. Mais je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu.

13 mai

13 mai
Sainte Glycérie, martyre à Héraclée, et saint Laodice, gardien de prison (vers 177) ; saint Alexandre, martyr à Rome (284-305) ; saint Onésime, évêque de Soissons (vers 360) saint Servais, évêque de Tongres (384) ; sainte Agnès, abbesse (588), et sainte Disciole, vierge (583), disciples de sainte Radegonde à Poitiers ; saint Pausicace, évêque de Synnade (606) ; saint Georges, son épouse sainte Irène et leurs enfants, confesseurs (IXème s.) ; saint Euthyme le géorgien, l’hagiorite (1028) ; sainte Glycérie, vierge à Novgorod (1522) ; saint Macaire, archimandrite de Kanev, martyr (1688) ; saints néo-martyrs de Russie : Basile (Sokolov), Alexandre (Zaozersk) et Christophore (Nadejdine), prêtres, Macaire (Téléguine) et Serge (Tikhomirov) (1922), moines, saints martyrs de Tcherkassy (XXème s.)

SAINTE MARTYRE GLYCÉRIE

Sainte Glycérie, martyre à Héraclée, et saint Laodice, gardien de prison (vers 177

La première année du règne d’Antonin le Pieux (138) vivait à Trajanopolis une jeune chrétienne, fille d’un officier romain de haut rang, qui se consacrait à confirmer les chrétiens du lieu dans la foi. Le jour d’une fête païenne, elle marqua sur son front le signe de la Croix, et s’avança vers le gouverneur Sabin présent dans le temple, en se confessant ouvertement servante du Christ. Comme Sabin lui ordonnait de sacrifier aux dieux, elle se dirigea vers les idoles et abattit la statue de Zeus par l’invocation du Sauveur, puis elle la mit en pièces. Les païens se précipitèrent avec rage sur elle et essayèrent de la lapider, sans que les pierres ne puissent l’atteindre. On la pendit alors par les cheveux et on lui déchira la chair avec des ongles de fer, puis elle fut jetée en prison et laissée sans vivres ni boisson pendant de nombreux jours. Mais un ange du Seigneur lui apporta de la nourriture et la fortifia dans l’espérance des biens futurs. Aussi, quand le gouverneur la convoqua de nouveau, c’est avec stupéfaction qu’il vit la sainte apparaître devant lui en bonne santé et rayonnante de confiance en Dieu.

Devant quitter la cité pour se rendre à Héraclée de Thrace, Sabin se fit accompagner par Glycérie. Elle fut reçue avec déférence par l’évêque Domitius et par les chrétiens, qui avaient été informés de son valeureux combat. Après une nouvelle séance au tribunal, elle fut condamnée à être brûlée vive, mais une rosée céleste éteignit la fournaise dans laquelle elle avait été jetée. Le juge lui fit alors arracher le cuir chevelu, puis on la conduisit en prison dans l’attente de nouveaux supplices. Cette fois encore un ange vint à son secours. Devant de tels signes divins, le geôlier Laodicios se convertit et fut aussitôt condamné à la décapitation.
Finalement la sainte fut livrée aux bêtes sauvages. Une lionne s’élança, furieuse, sur elle, mais elle s’arrêta soudain dans son élan et vint lécher tendrement ses pieds. Une autre lionne bondit à son tour et d’un léger coup de dent, sans lui provoquer la moindre blessure, permit à sainte Glycérie de rejoindre dans la joie son Époux céleste.

Le juge périt peu après misérablement, tandis que l’évêque allait ensevelir le corps de la valeureuse athlète du Christ non loin de la cité. On édifia ensuite en ce lieu une vaste et magnifique église, où sainte Glycérie était vénérée par tous les habitants de la cité dont elle était devenue la sainte patronne. Par la suite son corps fut transféré à Lemnos. Cependant, de son crâne, resté à Héraclée, continuait de jaillir un saint baume qui, telle une source d’eau vive, procurait la guérison à de nombreux pèlerins.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire du saint apôtre Jacques, ton 3

Toi l’apôtre choisi du Christ, * le propre frère du Théologien bien-aimé, * illustre Jacques, pour nous qui te chantons * demande la rémission de nos péchés * et prie le divin Maître de tous * d’accorder à nos âmes la grâce du salut.

Kоndakion du saint apôtre Jacques, ton 2 

Écoutant la voix divine qui t’appelait, * au mépris de l’amour paternel tu accourus, * illustre apôtre Jacques, avec ton frère vers le Christ; * et comme lui tu méritas * de voir la divine Transfiguration du Seigneur.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 31-42)

Le Seigneur dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres? En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. Je sais que vous êtes la postérité d’Abraham; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. Je dis ce que j’ai vu chez mon Père; et vous, vous faites ce que vous avez entendu de la part de votre père. Ils lui répondirent: Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait. Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants illégitimes; nous avons un seul Père, Dieu. Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.

30 avril(ancien calendrier)/13 mai(nouveau)

30 avril(ancien calendrier)/13 mai(nouveau)

Saint Jacques, fils de Zébédée, apôtre, martyr (44) ; saint Maxime, martyr à Ephèse (vers 251) ; saint Donat, évêque d’Euria (Albanie) (307) ; saint Eutrope, évêque de Saintes, martyr (IIIème s.) ; saint Matemien, évêque de Reims (368) ; saint Michomer, moine à Sens (444) ; sainte Houe (Vème s.) ; saint Aule, évêque de Viviers (VIIème s.) ; saint Ignace (Briantchaninoff), évêque de Stavropol, dans la région du Caucase et de la Mer Noire (1867).

SAINT APÔTRE JACQUES

Saint Jacques, fils de Zébédée, apôtre, martyr (44)

Saint Jacques était fils de Zébédée et frère aîné de saint Jean le Théologien, et il exerçait avec eux la profession de pêcheur en Galilée. Après l’appel de Pierre et André, il fut invité par le Seigneur, avec Jean son frère, à tout abandonner pour le suivre. Laissant sur-le-champ leur père et leur barque avec ses filets, ils suivirent le Christ et montrèrent un tel zèle que le Seigneur les appela Fils de tonnerre, car ils avaient proposé de faire descendre le feu du ciel sur un village samaritain qui avait refusé de les recevoir (Lc 9, 54). Saint Jacques accompagna le Seigneur dans ses prédications et fut jugé digne d’une faveur spéciale, avec Jean et Pierre. Le Christ les prenait en effet avec lui quand Il priait et quand Il manifestait de manière particulièrement éclatante sa divinité, comme le jour de sa Transfiguration sur le mont Thabor (Mt 17, 1-8).

Tandis qu’ils montaient vers Jérusalem, Jacques et Jean firent demander au Maître, par l’intermédiaire de leur mère Salomé, deux places d’honneur dans son royaume. Jésus leur répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que je vais boire ? » — « Nous le pouvons », répondirent-ils. — « Mon calice, vous le boirez, quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas d’accorder cela, mais c’est pour ceux à qui mon Père l’a réservé » (Mt 20, 20-28).

Cette prophétie se réalisa après la descente du Saint-Esprit et la naissance de l’Église (entre 41 et 44). Se rendant à Jérusalem pour la Pâque juive, saint Jacques fut arrêté sur l’ordre du roi Hérode Agrippa (Act 12, 2). On rapporte que son geôlier, gagné par la fermeté de son témoignage et l’ardeur de sa confiance dans le Christ Sauveur, demanda pardon à l’Apôtre qui l’embrassa en disant : « La paix soit avec toi ! » Ils eurent ensuite tous les deux la tête tranchée. Saint Jacques fut ainsi le premier des Douze Apôtres à boire le calice du Seigneur pour aller s’asseoir à ses côtés dans son Royaume.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire du saint apôtre Jacques, ton 3

Toi l’apôtre choisi du Christ, * le propre frère du Théologien bien-aimé, * illustre Jacques, pour nous qui te chantons * demande la rémission de nos péchés * et prie le divin Maître de tous * d’accorder à nos âmes la grâce du salut.

Kоndakion du saint apôtre Jacques, ton 2 

Écoutant la voix divine qui t’appelait, * au mépris de l’amour paternel tu accourus, * illustre apôtre Jacques, avec ton frère vers le Christ; * et comme lui tu méritas * de voir la divine Transfiguration du Seigneur.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 31-42)

Le Seigneur dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Ils lui répondirent: Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres? En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. Je sais que vous êtes la postérité d’Abraham; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. Je dis ce que j’ai vu chez mon Père; et vous, vous faites ce que vous avez entendu de la part de votre père. Ils lui répondirent: Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit: Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait. Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants illégitimes; nous avons un seul Père, Dieu. Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.

lades.

12 mai

12 mai

Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403) ; saint Savin, archevêque de Chypre (Vème s.) ; saint Polybius de Chypre, évêque de Rinokyr en Égypte (Vème s.) ; saint Mondry, moine près de Blois (VIème s.) ; sainte Rictrude, veuve, abbesse de Marchiennes (688) ; saint Germain, patriarche de Constantinople, confesseur (740) ; saint Denis de Radonège (1633) ; saint Jean de Valachie, martyr (1662) ; saint Pierre (Popov) (1937) ; sainte martyre Eudocie (Martirchkine) (1938).

SAINT ÉPIPHANE DE SALAMINE

Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403)

Notre Père saint Épiphane naquit vers l’an 315 (ou 308) dans une modeste famille juive du village de Bésandouch, près d’Éleuthéropolis en Palestine. À la mort de son père, il fut adopté par un docteur de la Loi, Tryphon, qui projetait de lui donner sa fille en mariage. Animé depuis son enfance d’un grand zèle pour l’étude, Épiphane étudia à ses côtés l’Écriture sainte et les institutions juives, et acquit la connaissance de cinq langues : le grec, le latin, l’hébreu, le syriaque et le copte, chose fort rare à l’époque.

À la mort de Tryphon, il hérita de toute sa fortune. Un jour, alors qu’il était en train de visiter ses terres et passait à cheval à côté d’un moine chrétien, nommé Lucien, ce dernier, rencontrant un pauvre et n’ayant pas d’argent, se dépouilla de son vêtement pour le lui donner, et aussitôt une robe d’une blancheur resplendissante descendit du ciel pour le couvrir. Ce signe vint confirmer l’admiration qu’Épiphane entretenait pour les chrétiens depuis que, dans son enfance, il avait été sauvé miraculeusement par l’un d’eux de sa monture emballée. Tombant alors aux pieds de Lucien, il le supplia de le baptiser et de l’accepter dans l’ordre angélique. Baptisé, avec sa sœur, par l’évêque de la cité, il distribua tous ses biens et devint disciple de saint Hilarion [21 oct.], dont il suivit avec exactitude, pendant tout le reste de sa vie, la stricte discipline ascétique. Les mystères et les figures de l’Ancien Testament prenant tout leur sens dans la lumière du Christ, il s’adonna avec encore plus d’ardeur à l’étude et, avide de connaître le mode de vie des moines d’Égypte, il entreprit un long voyage dans cette terre d’élection de la vie ascétique. Il s’informa aussi sur les doctrines professées par diverses sectes et hérésies qui y pullulaient, rassemblant ainsi les éléments de son traité monumental contre toutes les hérésies, qu’il rédigera au soir de sa vie. Ayant échappé de peu aux entreprises des manichéens, il rentra en Palestine, après quatre années, et fonda un monastère près de son village natal, qu’il dirigea en toute sagesse pendant trente ans. On raconte que, par sa prière, il fit jaillir de l’eau de la terre desséchée et que les cellules des moines furent construites par des Bédouins qui avaient été témoins de ses miracles. Par l’invocation du Nom du Christ et grâce à son don de clairvoyance, Épiphane chassait les démons qui tourmentaient les villageois et certains de ses moines. Il délivra aussi la contrée d’un lion redoutable mangeur d’hommes et il répandait largement les aumônes ; mais c’était surtout par son charisme d’enseignement et d’interprétation des Écritures qu’il brillait comme un astre sur toute l’Église.

Ayant réalisé le danger que représentait pour l’Église la sagesse hellénique, source des multiples hérésies, il s’employa pendant toute sa vie à lutter pour la défense de la vraie foi. On raconte qu’un philosophe célèbre vint d’Édesse au monastère de saint Épiphane pour discuter des saintes Écritures. Ils débattirent longtemps sur les mystères de la création, Épiphane tenant en main la sainte Bible et le philosophe les écrits d’Hésiode, et bien que la lumière de la vérité fût éclatante, ce dernier restait obstiné. Mais lorsqu’il vit Épiphane guérir un possédé par l’invocation du Nom du Christ, renonçant à la vaine sagesse, il demanda à être baptisé. Il fut ensuite ordonné prêtre et devint le successeur du saint à la tête du monastère.

Ayant quitté son monastère pour échapper aux honneurs des hommes et parvenu à Chypre, où il eut la grande joie de retrouver saint Hilarion, Épiphane accepta, sur la pression de ce dernier, d’être consacré évêque du siège métropolitain de Constantia (l’ancienne Salamine), vers 367. Il voyait dans cette élévation non pas une occasion de vaine gloire, mais plutôt un moyen d’échapper aux entreprises des hérétiques semi-ariens fort influents en Palestine. Pendant vingt-six ans, il montra un zèle exemplaire dans le gouvernement de son diocèse et la confirmation de la foi orthodoxe, tant à Chypre que dans le reste du monde. De nombreux miracles vinrent confirmer de manière éclatante ses vertus pastorales et son amour paternel pour ses ouailles. Sa générosité et ses interventions en faveur de ceux qui étaient victimes de l’injustice lui attirèrent toutefois la haine d’une partie de son clergé, menée par le diacre Carin, qui l’accusa de dilapider l’argent de l’Église. Malgré toutes les entreprises de ce dernier pour diffamer le saint, Épiphane lui montrait toujours la même bienveillance, et Carin fut finalement châtié par Dieu et périt misérablement.

On raconte que, lorsque le saint célébrait la Divine Liturgie, il voyait visiblement le Saint-Esprit descendre sur les dons pour les sanctifier. Un jour, il fut privé de cette vision, à cause de l’indignité de l’un de ses concélébrants. Après l’avoir écarté, saint Épiphane supplia Dieu avec larmes et ne continua la célébration qu’à la suite d’une nouvelle manifestation de la gloire divine. Très attentif à l’intégrité morale de son clergé, le saint prélat voulait que ses clercs fussent par leurs vertus un digne ornement pour l’Épouse du Christ ; aussi avait-il transformé son palais épiscopal en monastère, où il menait la vie commune avec plus de soixante-dix clercs.
En 382, laissant le gouvernement de son diocèse à saint Philon de Carpathos [24 janv.], Épiphane se rendit à Rome, en compagnie de saint Jérôme [15 juin] et de Paulin d’Antioche, dans le but de résoudre en faveur de ce dernier le schisme d’Antioche. Ils résidèrent dans la demeure de sainte Paule [26 janv.], et le biographe du saint rapporte qu’il fit là d’éclatants miracles et guérit la sœur des co-empereurs Arcade et Honorius. De retour à Chypre, lors d’une terrible famine, il distribua à la population le blé qu’il avait acheté aux accapareurs, avec de l’or reçu à la suite d’une vision.

Dans son zèle pour extirper de la théologie chrétienne toute trace d’hellénisme, saint Épiphane concentra particulièrement ses efforts contre les doctrines d’Origène, alors très en faveur chez les moines de Palestine. En 393, prenant la parole à Jérusalem à l’occasion de la fête de la Dédicace de la basilique de la Résurrection, il proclama qu’Origène était le père de l’arianisme et de toutes les hérésies. Le soir même, le patriarche Jean, auquel Épiphane reprochait sa sympathie à l’égard des origénistes, répliqua en attaquant les « anthropomorphistes », c’est-à-dire les adversaires de l’exégèse allégorique de l’Écriture, prônée par le grand docteur alexandrin. La querelle s’envenima et prit une large ampleur, surtout lorsque saint Jérôme se rangea aux côtés d’Épiphane contre le patriarche Jean et son ancien ami, Rufin d’Aquilée. S’éloignant de la cité tourmentée, Épiphane se rendit quelque temps dans son monastère d’Éleuthéropolis, puis retourna dans son diocèse, sans pour autant abandonner un combat, au cours duquel son caractère ardent et sa simplicité l’avaient porté à des prises de position extrémistes.

Le flambeau de la lutte anti-origéniste passa alors à l’archevêque d’Alexandrie Théophile (401) qui, précédemment disciple d’Origène, en était devenu un ennemi féroce et implacable, en vue d’assouvir sa rancune contre quatre frères de noble origine (appelés les « Frères Longs », à cause de leur haute taille) qui, préférant l’hésychia aux dignités ecclésiastiques, avaient quitté son clergé sans l’autorisation de Théophile pour devenir moines à Nitrie. Poursuivis par l’archevêque, ils se réfugièrent à Constantinople, dans l’espoir d’obtenir gain de cause auprès de saint Jean Chrysostome. Utilisant cette occasion pour accuser saint Chrysostome, qu’il jalousait, d’être le protecteur de l’hérésie origéniste, Théophile s’adressa à Épiphane. Mal informé de la situation et des motifs réels de Théophile, le vieil évêque, pensant partir à la défense de l’orthodoxie, se rendit à Constantinople, après avoir condamné l’origénisme dans un synode des évêques de Chypre. Accueilli avec révérence par saint Chrysostome, Épiphane refusa ces marques d’honneur ; il alla demeurer dans une maison privée et procéda à l’ordination d’un diacre dans un monastère. Saint Chrysostome lui fit savoir qu’il était très affligé d’apprendre que son frère dans l’épiscopat avait agi ainsi contre les saints Canons et agitait sans raison le peuple contre son pasteur. Saint Épiphane décida alors de prendre le chemin du retour, afin de ne pas être davantage cause de discorde, et il quitta la capitale peu avant le sinistre Synode du Chêne qui déposa de manière inique saint Jean Chrysostome (403). Il remit son âme à Dieu pendant la traversée (12 mai 403), après avoir exhorté ses disciples à préserver la pureté de la foi, et à se garder de l’attrait des richesses et de la calomnie. À l’arrivée du navire à Salamine, une foule immense, tenant des cierges en main, accueillit son pasteur et l’accompagna avec larmes jusqu’à l’église, où pendant sept jours une grande partie de la population de Chypre vint le vénérer.
Le culte de saint Épiphane se répandit rapidement et son tombeau reste un des lieux de pèlerinage les plus vénérés de l’île, dont il est le saint patron, avec saint Barnabé.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Kоndakion des saints martyrs, ton 2 

Le chœur des neuf Martyrs si fermes et lumineux, * confesseurs de la divinité au triple soleil, * à bon droit devant le tribunal lui chantait: * En agréable sacrifice nous t’offrons * nos âmes, nos corps, notre sang, * Dieu de tendresse, Seigneur, * afin que de tes chœurs célestes nous puissions faire partie.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 21-30)

Jésus leur dit encore: Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché; vous ne pouvez venir où je vais. Sur quoi les Juifs dirent: Se tuera-t-il lui-même, puisqu’il dit: Vous ne pouvez venir où je vais? Et il leur dit: Vous êtes d’en bas; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. Qui es-tu? lui dirent-ils. Jésus leur répondit: Ce que je vous dis dès le commencement. J’ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous; mais celui qui m’a envoyé est vrai, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis au monde. Ils ne comprirent point qu’il leur parlait du Père. Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.

29 avril(ancien calendrier)/12 mai(nouveau)

29 avril(ancien calendrier)/12 mai(nouveau)

Les 9 Martyrs de Cyzique : saints Théognide, Rufus, Théostique, Antipater Artème, Magnus, Théodote, Thaumase et Philémon (IIIème s.) ; saints Diodore et Rhodopien, martyrs (305) ; saint Memmon thaumaturge ; sainte Rictrude de Douai (688) ; saint Basile évêque d’Ostrog au Monténégro (XVIème s.) ; saint Nectaire d’Optino (1928) ; saint Amphiloque de Potchaïev (1970).

LES NEUFS MARTYRS DE CYZIQUE

Les 9 Martyrs de Cyzique : saints Théognide, Rufus, Théostique, Antipater Artème, Magnus, Théodote, Thaumase et Philémon (IIIème s.)

Les 9 Martyrs de Cyzique : saints Théognide, Rufus, Théostique, Antipater Artème, Magnus, Théodote, Thaumase et Philémon (IIIème s.)

Ces saints et glorieux martyrs, originaires de différents endroits, furent arrêtés dans la ville de Cyzique (auj. Balikhisar), sur la côte sud de la mer de Marmara, en temps de persécution. Interrogés sur leur foi, ils répondirent avec bravoure en se moquant des superstitions idolâtres. Ils furent alors soumis à différents supplices, mais ils préférèrent s’offrir eux-mêmes, tel un sacrifice vivant, au vrai Dieu en étant décapités, plutôt que de se soumettre au culte des idoles. C’est pourquoi ils devinrent, après leur mort, médecins invisibles qui guérissaient les maux de ceux qui approchaient avec foi de leur tombeau.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Kоndakion des saints martyrs, ton 2 

Le chœur des neuf Martyrs si fermes et lumineux, * confesseurs de la divinité au triple soleil, * à bon droit devant le tribunal lui chantait: * En agréable sacrifice nous t’offrons * nos âmes, nos corps, notre sang, * Dieu de tendresse, Seigneur, * afin que de tes chœurs célestes nous puissions faire partie.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 21-30)

Jésus leur dit encore: Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché; vous ne pouvez venir où je vais. Sur quoi les Juifs dirent: Se tuera-t-il lui-même, puisqu’il dit: Vous ne pouvez venir où je vais? Et il leur dit: Vous êtes d’en bas; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. Qui es-tu? lui dirent-ils. Jésus leur répondit: Ce que je vous dis dès le commencement. J’ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous; mais celui qui m’a envoyé est vrai, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis au monde. Ils ne comprirent point qu’il leur parlait du Père. Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.

11 mai

11 mai

Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apôtre des Huns, martyr (452) ; saint Mamert, évêque de Vienne (477) ; saint Possesseur, évêque de Verdun (vers 486) ; saint Gengoux, martyr à Availon (760) saints Cyrille et Méthode, égaux aux apôtres, apôtres des Slaves (IXème s.) ; saint Sophrone, reclus des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Nicodème, archevêque de Serbie (1325) ; saint Joseph, métropolite d’Astrakan, martyr (1671) ; saints néomartyrs de Russie : Michel (Biélorossov), prêtre (1920), Alexandre, archevêque de Kharkov (1940).

SAINT MOCIUS DE CONSTANTINOPLE
Né à Amphipolis (Macédoine), au sein d’une noble famille originaire de Rome, saint Mocius fut ordonné prêtre et, pendant de longues années, il montra un zèle ardent pour prêcher l’Évangile et exhorter ses concitoyens à renoncer au culte des idoles. La dix-neuvième année du règne de Dioclétien (303), des païens dénoncèrent Mocius au proconsul Laodicios, qui venait d’arriver en ville pour prendre part aux festivités en l’honneur de Dionysos (Bacchus). Traduit devant le tribunal, le soldat du Christ, radieux et plein d’assurance, répondit avec fermeté au magistrat, que pour lui il n’existait pas d’autre vie que le Christ, et c’est pourquoi il s’efforçait de tirer les autres hommes des ténèbres pour les amener à la lumière de la Vérité.

Irrité par cette audace, Laodicios le fit étendre sur un chevalet et déchirer jusqu’aux os à coups de fouet. Mais le martyr puisa de nouvelles forces dans ce supplice, et c’est avec une audace redoublée qu’il confessa de nouveau sa foi devant le tribunal. Le proconsul fit alors allumer une grande fournaise, attisée par des branchages et de l’étoupe, pour lui inspirer de la terreur. Mocius feignit de se rendre et accepta d’être conduit au temple de Dionysos. Mais dès qu’il y entra, en s’armant du signe de la Croix et en invoquant le Nom du Christ tout-puissant, l’idole sans vie s’écroula dans un grand fracas. Jeté aussitôt dans la fournaise, le saint martyr apparut invulnérable au milieu des flammes, en compagnie de trois personnages, dont l’un avait le visage plus brillant que le soleil, et le feu, se répandant à l’extérieur, dévora le proconsul et neuf prêtres de Dionysos.

Mocius fut alors jeté en prison, sur ordre du prince Thalassios. Vingt-six jours après, le remplaçant de Laodicios, nommé Maximin, arriva à Amphipolis. Après s’être informé sur les événements, il fit comparaître Mocius, qui refusa de se soumettre et proclama de plus belle la victoire du Christ sur les idoles, déclarant préférer mille morts plutôt que de se montrer ingrat envers Dieu. Maximin ordonna de l’attacher à deux roues, de sorte qu’en tournant elles mettent son corps en pièces. Alors que son sang se répandait abondamment à terre, le saint élevait une hymne d’action de grâces à Dieu. Soudain, les roues se démantelèrent et le martyr réapparut au tribunal, ensanglanté mais indemne.

Trois jours plus tard, il fut jeté aux fauves dans l’amphithéâtre. Mais ceux-ci vinrent lécher tendrement les plaies du saint, aussi la foule admirative cria-t-elle de relâcher le soldat du Christ. Obligé de se rendre à la volonté populaire, Maximin envoya Mocius à Périnthe (Thrace), où, après huit jours d’internement, le préfet Philippisios donna l’ordre de le transférer à Byzance. Traduit devant le tribunal local de cette cité, alors de peu d’importance, saint Mocius accueillit la sentence de mort avec une nouvelle prière d’action de grâces. Il demanda à Dieu de pardonner à ce peuple qui agissait par ignorance, et pria pour qu’il soit amené à la connaissance de la Vérité. Lorsque sa tête tomba sous le glaive, une voix céleste se fit entendre, qui saluait l’entrée de ce vaillant guerrier dans le chœur des saints. Des évêques qui se trouvaient là ensevelirent son corps à quelque distance de la ville. On y érigea plus tard une grande église dédiée à saint Mocius, qui devint une des plus célèbres de la capitale, et à laquelle fut adjoint un monastère .

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire des saints Cyrille et Méthode, ton 4

Émules des apôtres et docteurs des pays slaves, Cyrille et Méthodes sages en Dieu, priez le Maître de toutes choses de confirmer tous les peuples slaves dans l’Orthodoxie et la concorde, d’apaiser le monde et de sauver nos âmes.

Kondakion des saints Cyrille et Méthode, ton 3

Honorons nos deux saints illuminateurs , qui par la traduction des Écritures divines nous ont fait jaillir la source de la connaissance de Dieu ; en y puisant en abondance jusqu’à présent, nous vous glorifions, Cyrille et Méthode, vous qui vous tenez devant le Trône du Très-Haut et qui priez ardemment pour nos âmes.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 12-20)

Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même; ton témoignage n’est pas vrai. Jésus leur répondit: Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu et où je vais; mais vous, vous ne savez d’où je viens ni où je vais. Vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne. Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi. Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai; je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m’a envoyé rend témoignage de moi. Ils lui dirent donc: Où est ton Père? Jésus répondit: Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

28 avril(ancien calendrier)/11 mai (nouveau)

28 avril (ancien calendrier)/11 mai (nouveau)

Saints Jason et Sosipater, apôtres, sainte Cercyre, fille du roi Cercylien et leurs compagnons (Ier s.) ; saints Zenon, Eusèbe, Néon et Vital, martyrs à Corfou (Ier s.) ;
saints Dadas, Maxime et Quintilien, martyrs en Mésie (286) ; saint Cyrille évêque de Tourov (1183) sainte martyre Anne (Chachkine) (1940).

SAINTS JASON ET SOSIPATER

jason

Saints Jason de Tars

Saint Jason était originaire de Tarse, la patrie de saint Paul, mais c’est à Thessalonique qu’il fit connaissance de l’Apôtre, alors accompagné de Silas, et qu’il lui offrit l’hospitalité. Lorsque des Juifs, sous l’emprise d’une funeste jalousie, se soulevèrent contre les apôtres, ils ne purent trouver saint Paul et se saisirent de Jason, et le traînèrent devant le politarque, en l’accusant d’abriter chez lui des gens qui se rebellaient contre l’autorité de César (Act 17, 5-9). Une fois libéré, il suivit Paul dans ses missions en Macédoine et en Asie, en compagnie d’autres disciples, dont Sosipater (ou Sopater), originaire d’Achaïe (Péloponnèse). Les deux condisciples étaient liés par un tel attachement spirituel à leur maître que saint Paul, s’adressant aux Romains, les salue comme ses parents (Rm 16, 21). Il confia à Jason le gouvernement de l’Église de Tarse et à Sosipater celui d’Iconium.

Après avoir posé les fondements du christianisme dans ces Églises, les deux apôtres partirent vers l’Occident pour prêcher la Bonne Nouvelle. Parvenus dans l’île de Corfou, ils commencèrent par bâtir une église dédiée au saint premier-martyr Étienne. Plutôt que de prêcher par des démonstrations d’une sagesse humaine, ils y adressaient des hymnes incessantes à la gloire de Dieu et attirèrent ainsi de nombreux païens à la foi, c’est-à-dire à la « droite louange de Dieu ».

Les succès remportés par les apôtres inquiétèrent le roi de l’île, Cercylien, qui les fit comparaître, en vue de les contraindre à sacrifier aux dieux. Les saints lui répliquèrent : « Fais de nos corps ce que bon te semble, mais sur nos âmes tu n’auras aucune prise, car elles appartiennent à Dieu ! » Jetés en prison dans l’attente de la sentence, ils y retrouvèrent sept brigands nommés : Saturnin, Iaciscole, Faustien, Janvier, Marsalios, Euphrasios et Mammos. Par l’exemple de leur patience dans les tribulations et par leurs paroles de vie éternelle, ils les convertirent à la vraie foi, ainsi que le geôlier Antoine, qui avait été attiré par le parfum et la lumière divine qui se dégageaient du cachot. Lorsque les soldats, envoyés par le roi pour s’emparer des nouveaux convertis, entrèrent dans la prison, ils eurent la surprise de voir Antoine assis en paix ayant à ses côtés un personnage lumineux qui tenait d’une main une croix et de l’autre un glaive. Les autres détenus étaient, quant à eux, coiffés d’une couronne d’or et l’hymne de victoire retentissait dans la prison : « Saint, Saint, Saint, le Seigneur Sabaoth… ».

Le roi fit comparaître Antoine et lui demanda pourquoi il avait ainsi abandonné la religion de ses pères. Pour toute réponse, celui-ci traça le signe de la Croix sur le visage du monarque qui, entrant en fureur, lui fit couper la main. Encouragé par un ange, le martyr restait cependant inflexible et plein d’audace. À sa prière Dieu fit éclater un si violent orage qu’il terrassa l’épouse et les deux fils du roi. Cercylien ne se départit pas néanmoins de son endurcissement et tenta de porter la main sur Antoine, mais celle-ci fut tout à coup paralysée. Il ordonna alors de décapiter le disciple du Christ à l’extérieur de la ville. Après l’exécution, quelques pieux chrétiens, qui avaient assisté à la scène, s’emparèrent du corps d’Antoine et l’ensevelirent dans l’église de Saint-Étienne.

Deux jours plus tard, Cercylien fit convoquer Jason et Sosipater. Ils confessèrent d’une seule voix le Dieu unique en trois Personnes, et loin d’être effrayés par la nouvelle de l’exécution d’Antoine, ils rendirent gloire à Dieu qui lui avait donné patience et courage pour remporter la couronne de l’incorruptibilité. Le roi leur proposa alors d’entrer en compétition avec l’un de ses mages, lequel en une heure avait fait poussé du blé et l’avait transformé en pain chaud. Lorsque ce sorcier commença ses incantations magiques, les bêtes et la nature environnante commencèrent à s’agiter de manière anormale. Tous les assistants restaient stupéfaits de ces pouvoirs, excepté les saints apôtres qui, invoquant le Nom du Seigneur, firent expirer le mage sur place, et aussitôt la création retrouva son ordre naturel. La foule s’écria alors : « Oui, le Dieu de Jason et Sosipater est vraiment le seul Dieu ! » Le souverain, furieux, fit alors jeter les saints en prison et commanda d’amener Saturnin et ses compagnons.

Le lendemain, après avoir passé toute la nuit en prière, les sept brigands furent conduits, chargés de chaînes, devant le préfet Carpien, non plus comme prisonniers de droit commun, mais en qualité de chrétiens. Pendant qu’on les soumettait à la question, Cercyre, la fille du roi, âgée de quinze ans, vit le spectacle en se penchant à la fenêtre du palais et, apprenant que ces hommes enduraient la torture pour le Nom du Christ, elle s’écria : « Moi aussi, je suis chrétienne, et je renie le culte des idoles pour épouser le Christ ! » Le roi resta d’abord stupéfait de la conversion de sa fille, puis, une fois revenu à lui, il essaya de la persuader de renoncer à cette foi qui lui vaudrait la torture et la mort. Mais ses efforts restèrent sans effet. Pendant l’intervalle de temps que Cercylien s’était donné pour réfléchir sur la décision à prendre, Cercyre distribua ses bijoux aux pauvres et se prépara avec allégresse aux combats du martyre. Elle fut livrée aux soldats qui la traînèrent, chargée d’entraves, dans un village où le préfet Carpien la soumit à la torture. Tandis que son sang coulait à flot, la sainte remerciait le Christ à haute voix de recevoir ainsi le baptême dans son propre sang. Elle refusait toute proposition de mariage, en disant qu’elle avait désormais au ciel un Époux immortel et que rien ne pourrait plus l’attirer vers la corruption de la vie terrestre et l’idolâtrie.

On la jeta en prison et, sur l’ordre du roi, on y envoya un soldat éthiopien, terrible et brutal, pour lui faire violence. Mais, par la puissance de Dieu, un ours vint se poster à l’entrée de la prison et se rua sur l’homme dès qu’il se présenta. La sainte arrêta le fauve de la voix et elle convertit l’Éthiopien qu’elle nomma Christodule. Puis elle le renvoya en paix, lui remettant une croix et lui recommandant de répondre à qui l’interrogerait : « C’est le Christ que je cherche. C’est Lui que j’aime et que j’adore ! » L’homme se présenta ainsi en ville. Il fut aussitôt arrêté, mis à la torture et finalement coupé en deux à coups de hache de la main même du préfet.
Après l’exécution de Christodule, Carpien se rendit à la prison, mais l’ours lui en barra l’entrée. Battant en retraite, il demanda au roi l’autorisation d’en finir avec cette affaire et fit mettre le feu à la prison. L’ours put s’enfuir et s’enfoncer dans la forêt, pendant que Cercyre, protégée par la grâce, restait en prière au milieu des flammes, comme jadis les trois Jeunes Gens dans la fournaise de Babylone. Au bout de trois jours, le brasier s’étant éteint, le roi vint sur les lieux pour ensevelir les restes de sa fille. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir, au milieu des décombres calcinés, la sainte assise, radieuse, sous la protection d’un ange lumineux. Insensible aux reproches que lui adressait Cercyre, Cercylien la fit emmener en dehors de la ville, où elle fut suspendue la tête en bas et périt percée de flèches.

On s’empara ensuite de Saturnin et de ses compagnons pour les jeter dans des chaudrons emplis de poix brûlante. Au moment de rendre l’âme, ils louèrent Dieu d’avoir eu pitié d’eux comme Il avait eu autrefois pitié du Bon Larron. Lorsque le roi apprit que cette exécution avait entraîné de nombreuses conversions et que les nouveaux chrétiens avaient enterré les saints martyrs dans un temple qu’on avait prestement débarrassé de ses idoles, il commanda de brûler leurs restes et d’en disperser les cendres. Mais, quand il se présenta avec ses soldats, un dragon terrifiant les mit en fuite. Le roi se mit alors à la poursuite des convertis qui s’étaient réfugiés dans une île, mais il fut englouti dans les flots, avec toute son armée, comme jadis Pharaon dans la mer Rouge.

Les saints apôtres furent alors libérés et, par leur prédication, ils purent confirmer dans la foi les nouveaux chrétiens. Mais cette trêve ne dura que peu de temps. Le nouveau souverain, Datien, les fit arrêter de nouveau et ordonna de jeter Sosipater dans un baril de goudron enflammé. Le saint y entra en faisant le signe de la Croix et s’offrit ainsi généreusement comme sacrifice de bonne odeur devant Dieu. Les flammes s’étendirent aux alentours, brûlant de nombreux païens qui assistaient à l’exécution. Le roi effrayé se jeta alors à terre, demanda pardon au Dieu de Sosipater, et il se confia à Jason pour l’instruire dans la foi.

Après avoir procédé avec honneurs à l’inhumation de Sosipater, Jason fit revenir les fidèles qui étaient réfugiés dans l’île, et il baptisa le roi, le nommant Sébastien, et avec lui tous les habitants qui avaient été convertis à la suite des miracles accomplis en ces jours. Depuis ce temps, l’île de Corfou est restée, malgré les guerres et les occupations étrangères, une citadelle de la vraie foi. Toutes les idoles ayant été abattues, on édifia des églises, en particulier une grande église dédiée à sainte Cercyre, auprès de laquelle le roi Sébastien se retira pour y mener la vie ascétique.

Après la mort du souverain, saint Jason ressuscita le jeune prince héritier et accomplit de nombreux miracles, jusqu’au jour où il entendit une voix céleste qui l’invitait à rejoindre Sosipater dans le Royaume des cieux. Il prépara son tombeau, près de son frère spirituel, et, après avoir livré son dernier enseignement, il s’endormit en paix, le 29 avril, à l’âge de soixante ans. Dans la suite des siècles, les deux saints apôtres restèrent les fidèles protecteurs et intercesseurs auprès de Dieu pour tous les habitants de Corfou.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire des saints apôtres, ton 3

Saints Apôtres du Seigneur, * intercédez auprès de Dieu compatissant * pour qu’à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.

Kоndakion des saints apôtres, ton 2 

Éclairés par les enseignements de saint Paul, * vous êtes devenus, Bienheureux, * des luminaires pour le monde habité, * car vous illuminez la terre de vos miracles incessants, * Jason, comme source de guérisons, * et toi, comme illustre témoin du Christ, Sosipatros; * Apôtres théophores, nos protecteurs dans les périls, * intercédez auprès de Dieu * pour qu’à nos âmes il accorde le salut.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VIII, 12-20)

Jésus leur parla de nouveau, et dit: Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Là-dessus, les pharisiens lui dirent: Tu rends témoignage de toi-même; ton témoignage n’est pas vrai. Jésus leur répondit: Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu et où je vais; mais vous, vous ne savez d’où je viens ni où je vais. Vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne. Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi. Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai; je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m’a envoyé rend témoignage de moi. Ils lui dirent donc: Où est ton Père? Jésus répondit: Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor; et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

10 mai

10 mai

Mi-Pentecôte. Saint Simon le Zélote, apôtre ; saints Alphée, Philadelphie, Cyrin, Onésime, Erasme et leurs compagnons, martyrs en Italie du Sud (251) ; saint Aurélien, évêque de Limoges (IIIème s.) ; saint Hésychius d’Antioche, martyr (IVème s.); sainte Isidore, fole en Christ (IVème s.) ; saint Fronime (IVème s.), évêque de Besançon ; saints Pallais I (384) et Pallais II (460), évêques de Bourges Bienheureuse Thaïs (Vème s.) ; saint Léonard du Dunois, ermite (VIème s.) ; saint Villebaud, martyr (660) sainte Solange, vierge, martyre à Bourges (880) ; saint Simon, évêque de Vladimir (1226) ; saint Simon, le fol en Christ de Yourievets (XVIème s.).

SAINT SIMON LE ZÉLOTE

Saint Simon le Zélote, apôtre

D’après une ancienne tradition, saint Simon le Zélote — mentionné par saint Luc parmi les Douze Apôtres (Lc 6,15) — était l’époux des noces de Cana en Galilée, pour lequel le Christ accomplit le premier miracle de son ministère public, en changeant l’eau en vin (Jn 2). Voyant ce miracle, Simon crut de tout son cœur, et il abandonna femme, maison et patrie, pour suivre le Christ, l’Époux céleste des âmes pures. Le jour de la Pentecôte, se trouvant dans la chambre haute avec les autres Apôtres, il reçut le don du Saint-Esprit sous la forme de langues de feu. Alors, véritablement rempli d’un “zèle” divin pour le salut de ses frères, il partit prêcher la Bonne Nouvelle dans de nombreux endroits de l’univers, et surtout en Afrique, où il évangélisa toute la Mauritanie et la Lybie. Puis il parvint, dit-on, jusqu’en Grande-Bretagne, où il illumina de nombreux païens par sa prédication. Il périt crucifié par des idolâtres, à l’imitation de son Maître, et fut enseveli sur cette terre, afin de devenir semence pour le christianisme qui allait s’y développer.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Tropaire du saint Apôtre, ton 3

Saint apôtre Simon, * intercède auprès du Dieu de miséricorde, * pour qu’il accorde à nos âmes le pardon de nos péchés.

Kоndakion du saint Apôtre, ton

Tous ensemble, par des hymnes louons * comme bienheureux l’apôtre Simon, * lui qui dans l’âme des fidèles déposa * sans faille la doctrine de la sagesse; * car devant le trône de gloire à présent * il exulte avec les Anges incorporels, * sans cesse intercédant en faveur de nous tous.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

Évangile DU JOUR

(Jn VII, 14-30)
V
ers le milieu de la fête, Jésus monta au temple. Et il enseignait. Les Juifs s’étonnaient, disant: Comment connaît-il les Écritures, lui qui n’a point étudié? Jésus leur répondit: Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui. Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi? Et nul de vous n’observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir? La foule répondit: Tu as un démon. Qui est-ce qui cherche à te faire mourir? Jésus leur répondit: J’ai fait une œuvre, et vous en êtes tous étonnés. Moïse vous a donné la circoncision, -non qu’elle vienne de Moïse, car elle vient des patriarches, -et vous circoncisez un homme le jour du sabbat. Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat? Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. Quelques habitants de Jérusalem disaient: N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir? Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien! Est-ce que vraiment les chefs auraient reconnu qu’il est le Christ? Cependant celui-ci, nous savons d’où il est; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est. Et Jésus, enseignant dans le temple, s’écria: Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis! Je ne suis pas venu de moi-même: mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

 

27 avril (ancien calendrier)/10 mai(nouveau)

1027 avril (ancien calendrier)/10 mai(nouveau)
Mi-Pentecôte. Saint Siméon, frère du Seigneur, évêque de Jérusalem et martyr (107) ; saint Euloge l’hospitalier de Thébaïde (IVème s.) ; saint Floribert, évêque de Liège (vers 746) ; saint Étienne, évêque de Vladimir en Volhynie (1094) ; saints néo-martyrs de Russie : Paul (Svetozarov) et Jean (Rojdestvensky), prêtres, Pierre (Yazykov), Nicolas (Malkov), Auxence (Kalachnikov), Serge (Mefodiev) et Anastasie, martyrs (1922), Marie (Nosov), moniale (1938), Jean (Spassky), prêtre (1941).

SAINT SIMÉON, ÉVÊQUE DE JÉRUSALEM

Saint Siméon, frère du Seigneur, évêque de Jérusalem et martyr (107)

Selon la tradition ecclésiastique, saint Syméon était l’un des quatre fils que saint Joseph avait eus d’un premier mariage, c’est pourquoi on l’appelle aussi, selon la coutume juive de cette époque, « frère du Seigneur ». Après le martyre de saint Jacques (62) et la prise de Jérusalem par les armées romaines (70), les chrétiens, qui s’étaient réfugiés à Pella, instituèrent Syméon deuxième évêque de la Mère des Églises. Étant devenu lui-même temple du Saint-Esprit, il détruisit avec un zèle divin les temples des idoles et initia Juifs et païens à la lumière de la connaissance de Dieu, au mépris des dangers et des persécutions.
Pendant la persécution de Trajan (vers 106), alors que, sur l’ordre du consulaire Atticus, on poursuivait non seulement les chrétiens mais aussi tous les descendants de David, certains hérétiques, qu’il avait combattus, dénoncèrent aux Romains le saint hiérarque qui avait passé vingt-six ans (ou vingt-trois) dans l’épiscopat. Il fut tourmenté de diverses manières pendant plusieurs jours, montrant une telle bravoure que le consulaire et ceux qui l’entouraient se demandaient comment ce vieillard de cent vingt ans pouvait supporter de tels tourments. Ils le condamnèrent néanmoins au supplice de la croix, et c’est dans la joie d’imiter son Maître que saint Syméon partit remporter au ciel la couronne de la victoire. Il eut pour successeur Justus, un Juif converti († 111).

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

 

Tropaire de la Mi-Pentecôte, ton 8

Au milieu de la fête, abreuve mon âme assoiffée des eaux de la piété,  car, ô Sauveur, Tu as clamé à tous : Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive.  Source de notre vie, ô Christ Dieu, gloire à toi.

Kondakion de la Mi-Pentecôte, ton 4

Au milieu de la fête prescrite par la loi,  Créateur et Maître de toutes choses,  Tu as dit à ceux qui se tenaient auprès de toi :  Venez puiser l’eau de l’immortalité.  Aussi nous prosternons-nous devant toi et disons-nous avec foi : Accorde-nous ta compassion, ô Christ Dieu, car Tu es la source de notre vie.

 Évangile DU JOUR

(Jn VII, 14-30)

Vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple. Et il enseignait. Les Juifs s’étonnaient, disant: Comment connaît-il les Écritures, lui qui n’a point étudié? Jésus leur répondit: Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui. Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi? Et nul de vous n’observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir? La foule répondit: Tu as un démon. Qui est-ce qui cherche à te faire mourir? Jésus leur répondit: J’ai fait une œuvre, et vous en êtes tous étonnés. Moïse vous a donné la circoncision, -non qu’elle vienne de Moïse, car elle vient des patriarches, -et vous circoncisez un homme le jour du sabbat. Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat? Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. Quelques habitants de Jérusalem disaient: N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent à faire mourir? Et voici, il parle librement, et ils ne lui disent rien! Est-ce que vraiment les chefs auraient reconnu qu’il est le Christ? Cependant celui-ci, nous savons d’où il est; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est. Et Jésus, enseignant dans le temple, s’écria: Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis! Je ne suis pas venu de moi-même: mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. Ils cherchaient donc à se saisir de lui, et personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

 

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski