29/06/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Fête de saint Justin Popović au monastère de Ćelije (Serbie)

Fête de saint Justin Popović au monastère de Ćelije (Serbie)

« Durant sa vie terrestre, par la volonté des persécuteurs athées, saint Justin est devenu reclus, confesseur de la foi du Christ. Durant trois décennies, il était rare qu’il sorte du monastère de Ćelije. Néanmoins, sa parole sagesse et emplie d’amour parvenait à ceux qui cherchaient Dieu, loin de ce lieu saint, près de la rivière Gradac. Aujourd’hui, elle arrive encore plus loin. Afin de lui offrir ses prières, le peuple fidèle venu de tout le monde orthodoxe, guidé par ses pasteurs, se rassemble à Ćelije » écrit le rédacteur du site du diocèse de Valjevo. Le 14 juin 2017, date de la fête de St Justin le philosophe et de St Justin Popović, la sainte Liturgie était célébrée par l’évêque de Valjevo Miloutine, le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque, l’archevêque de Michalovce-Košice Georges (Église des Terres tchèques et de Slovaquie), l’évêque de Budimlje-Nikšić Joannice, l’évêque de Ras et Prizren Théodose, l’évêque d’Australie et de Nouvelle Zélande Silouane, ainsi que l’évêque émérite de Zahum et Herzégovine Athanase, assistés par l’archimandrite Méthode, pro-higoumène de la Laure athonite de Chilendar, de l’archimandrite Dorothée, recteur du monastère de la Sainte-Trinité à Bredared (Suède), ainsi que de nombreux prêtres et hiéromoines venus d’un grand nombre de diocèses. « Après avoir traversé le ‘Golgotha’ albanais avec l’armée serbe, le roi Pierre et le métropolite Dimitri, le jeune séminariste Blagoje Popović a prononcé ses vœux monastiques en l’église Saint-Alexandre-de-la-Neva (maintenant détruite) à Shkodra, en Albanie, et est devenu le moine Justin, portant ainsi le nom du saint ancien Justin le Philosophe. Au moment de la crucifixion de son Église et de son peuple, il prit sur lui la Croix du Christ et jusqu’à la fin de sa vie terrestre, à l’instar de Simon de Cyrène, il porta le Golgotha du Christ, le sien propre et celui de son peuple. Le père Justin était un témoin vivifiant du Christ Dieu, crucifié et ressuscité » a dit dans son homélie le métropolite Amphiloque, qui a ajouté : « Le père Justin savait que celui porte la Croix précieuse, recevra la force et la lumière de la Résurrection du Christ. Ainsi, notre staretz le père Justin a vécu sa résurrection. Par lui et par les prières des sœurs de Ćelije intégrées à ce lieu saint, nous ressuscitons également, nous rassemblant sur ce saint lieu, sur cette sainte montagne. Et nous ressuscitons, nous inspirant et nous éduquant par la puissance de Dieu et l’exemple de Ses saints qui ont sanctifié ces terres de la Serbie centrale… Ici ont montré leur éclat les reliques du saint évêque Nicolas et du père Justin, deux luminaires merveilleux. C’est ce que ce peuple a engendré ! En ces temps insensés et athées, Dieu nous a envoyés ces nouveaux apôtres, et par nous, à toute l’Europe et au monde ». L’évêque de Valjevo Miloutine, de son côté, a exprimé sa grande joie pour ce rassemblement, autour de la châsse du père Justin, des évêques, des prêtres et des fidèles, venus cette année aussi, de tous les confins du monde : du Kosovo et de la Métochie, de Herzégovine, d’Australie, de Slovaquie, du Monténégro, du Mont Athos. Quant à l’archevêque de Michalovce-Košice Georges, il a rappelé que le père Justin avait séjourné, pour une mission particulière, en Slovaquie. Le ministère épiscopal lui avait été proposé pour ce pays, mais, se considérant indigne, il le refusa. Néanmoins, dans ces régions, Abba Justin n’a jamais été oublié. Il les a visitées, il parlait avec les prêtres, et à l’instar des évêques de l’époque, notamment de l’évêque Dosithée [futur métropolite de Zagreb, torturé par les oustachis, ndt], il a aidé la renaissance de l’Orthodoxie en Tchéquie et en Slovaquie. « J’apprécie beaucoup la mission, l’œuvre, et l’aide de l’épiscopat serbe à notre Église » a poursuivi l’archevêque Georges, soulignant: « Nos prêtres viennent sur le territoire de l’Église orthodoxe serbe, où ils progressent spirituellement. Lorsque je vois vos visages, je constate qu’il n’y a pas de différence entre nous. Nous sommes un seul peuple, non pas seulement en raison de la similitude de la langue. En premier lieu, en raison de l’Église une, sainte, catholique et apostolique, ce que notre saint Abba proclamait magnifiquement. Il était le théologien de la poésie ». Transmettant la bénédiction du métropolite des Terres tchèques et de Slovaquie, Mgr Rastislav, l’archevêque Georges a exprimé au nom de celui-ci sa gratitude à Mgr Miloutine pour l’honneur qu’il lui a fait de permettre au clergé de son Église de célébrer auprès des saintes reliques. L’higoumène du monastère de Ćelije, Mère Glycérie, a évoqué la bénédiction que le père Justin avait envoyée en 1971, par son intermédiaire et celui de la regrettée Mère Justine, à « ses enfants Athanase, Amphiloque et Artème », alors jeunes moines séjournant à Athènes. Par cette bénédiction, a révélé le métropolite Amphiloque, le père Justin les appelait à être « témoins du Dieu-homme Christ, qui en Lui rassemble tous les mondes connus et inconnus, à être témoins du Christ, Dieu parfait et homme parfait, avec tous les saints » ( …) L’archimandrite Méthode, pro-higoumène du monastère athonite de Chilendar, a rappelé que saint Justin n’était jamais allé sur le Mont Athos. Il se trouvait reclus pour la confession de la foi et ne pouvait aller vénérer les saints lieux. Mais, en esprit, il était avec les moines athonites, du temps de sa vie sur terre, mais encore plus depuis qu’il est parti vers le Seigneur. Le premier office au père Justin a été composé par un hymnographe athonite, et ses homélies et passages de ses livres sont souvent lus dans le ‘Jardin de la Mère de Dieu’ [c’est-à-dire le Mont Athos, ndt], a déclaré l’archimandrite Méthode. De même, dans le texte de la Synaxe des higoumènes athonites et des représentants des monastères athonites au sujet des documents préparés pour le Concile tenu récemment en Crète, il y a de nombreux passages tirés des œuvres du père Justin. Alors qu’il était étudiant et souhaitait devenir moine, l’archimandrite Méthode a souvent prié le père Justin et le saint évêque Nicolas. Il venait aussi à Ćelije le jour de l’Annonciation [jour du trépas de St Justin, ndt]… « Aujourd’hui, plus de vingt ans plus tard, je viens comme moine et prêtre en ce saint lieu. Et un miracle du père Justin s’est réalisé sur ma personne : il m’a renforcé pour faire ce pas, quitter le monde et devenir moine. Aussi, ma supplication au père Justin est qu’il prie le Seigneur pour le salut des âmes de nous tous et de nos proches » a conclu l’archimandrite Méthode.

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski