23/03/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > La Fédération de Russie restitue à l’Église la copie de la plus ancienne de l’icône de Notre Dame d’Iviron

La Fédération de Russie restitue à l’Église la copie de la plus ancienne de l’icône de Notre Dame d’Iviron

NovodevitchAujourd’hui, Vladimir Poutine transmettra au couvent de Novodievitchi à Moscou la copie de l’icône de la Mère de Dieu qui fut amenée depuis le Mont Athos en Russie en 1648 et qui se trouvait depuis 1654 à Novodievitchi. Cette icône fut conservée, après la fermeture du couvent par les bolcheviques, dans les réserves du Musée historique national. À la cérémonie de restitution participeront le patriarche Cyrille de Moscou ainsi que le métropolite de Kroutitsa et de Kolomna Juvénal. L’icône sera accompagnée en procession depuis les portes du couvent jusqu’à l’église dédiée à Notre Dame de Smolensk, située dans l’ensemble monastique, où aura lieu un office d’intercession. La copie de l’icône de la Mère de Dieu d’Iviron, amenée en 1648 depuis le Mont Athos et qui donna lieu au commencement de la vénération de ladite icône en Russie, a demeuré plus de trois siècles et demi dans les murs du couvent moscovite de Novodievitchi. L’histoire de cette copie remonte aux premières années du règne du tsar Alexis Mikhaïlovitch Romanov (1645-1676), lorsque l’higoumène d’Iviron, l’archimandrite Pacôme, vint à Moscou pour récolter des fonds pour le monastère athonite.

Ayant entendu parler de l’icône miraculeuse d’Iviron, appelée « Portaïtissa », l’archimandrite du monastère Novospassky à Moscou, Nicone, le futur patriarche de Moscou, s’adressa au moine athonite pour lui demander de l’offrir au royaume moscovite. Sachant que sans la volonté de la reine du Ciel, la Portaïtissa ne quitterait pas son monastère, le moine promit d’en faire une copie exacte pour le souverain russe. Selon le témoignage de l’archimandrite Pacôme, pendant toute la période de son travail, l’auteur de cette copie, l’iconographe Jamblique Romanov a jeûné strictement, ne prenant de la nourriture que le samedi et le dimanche, et toute la communauté du monastère d’Iviron célébrait des vigiles nocturnes deux fois par semaine, suivies de la liturgie. La copie est pleinement conforme à l’ancienne icône miraculeuse, ne se différant d’elle ni par les dimensions, ni par l’image elle-même. La signature du maître a été conservée sur l’icône : « Cette icône a été peinte avec minutie par Jamblique Romanov, vivant dans les cellules d’Iviron. Année 7156 (1648) ». Le 13 octobre 1648, la copie de l’icône d’Iviron fut amenée à Moscou par trois moines athonites : l’ecclésiarque Pacôme, le hiérodiacre Damascène et le cellérier Ignace. Une procession solennelle, avec à sa tête le tsar Alexis Mikhaïlovitch et le patriarche Joseph, le clergé, les boïars et une multitude de fidèles, vint à la rencontre de l’icône aux portes de la Résurrection à Kitaï-gorod. En mémoire de la venue de l’icône d’Iviron à Moscou fut instituée sa célébration le 13/26 octobre. Dans un premier temps, l’icône fut déposée à la cathédrale de la Dormition, au Kremlin. En 1654, l’icône accompagna le tsar au cours de sa campagne militaire, qui se termina par la défaite des Polonais près de Viazma. À son retour à Moscou, le tsar Alexeï Mikhaïlovitch, pour exprimer sa gratitude envers la Mère de Dieu, fit installer l’icône en l’église de N.D. de Smolensk au monastère de Novodievitchi qui, au XVIème-XVIIème siècle était appelé la « Maison de la très sainte Mère de Dieu » et avait le statut de « Maison de prière impériale ». La vénération de l’icône de Notre Dame d’Iviron s’étendit rapidement à toute la Russie. La copie de l’icône resta au monastère de Novodievitchi durant trois siècles et demi et ne sortit qu’une seule fois, en 1913, à l’occasion du 300ème anniversaire de la maison des Romanov, où elle fut exposée en vue de la vénération par tout le peuple au monastère dit « des miracles » au Kremlin. Après la fermeture du couvent de Novodievitchi par les bolcheviques, l’icône, ainsi que d’autres reliques et objets précieux du monastère fut conservé dans les réserves de la filiale du Musée national historique. Ce n’est donc que maintenant que l’icône retrouvera sa place en l’église de N.D. de Smolensk au couvent de Novodievitchi.

Source et photographie : Pravoslavie.ru

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski