25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Lire > Déclarations > Le Conseil œcuménique des Eglises manifeste son soutien au Patriarcat œcuménique de Constantinople

Le Conseil œcuménique des Eglises manifeste son soutien au Patriarcat œcuménique de Constantinople

Le
Conseil œcuménique des Eglises vient de manifester par un communiqué
son soutien au Patriarcat œcuménique de Constantinople et a rappelé d’autres
documents récents sur cette question :

« Alors que des décisions de la justice turque
engendrent des difficultés croissantes pour le Patriarcat œcuménique orthodoxe
de Constantinople – aujourd’hui Istanbul -, des membres de la famille
œcuménique mondiale expriment leur soutien à Sa Toute Sainteté le patriarche
œcuménique Bartholomée et leur solidarité avec lui.

Le
26 juin, un arrêt de la Cour suprême turque a contesté le statut œcuménique du
Patriarcat, déclarant qu’il s’agit d’une institution religieuse autorisée
uniquement à accomplir ses fonctions auprès de la minorité orthodoxe grecque du
pays. La Cour a également arrêté que le Patriarcat ne constitue pas une
personne morale et que le patriarche n’a pas le droit de porter le titre
d’«œcuménique».
L’arrêt précise que le patriarche et les dirigeants du Patriarcat sont soumis à
la loi turque en ce qui concerne leurs titres et activités. Le 21 août,
Bartholomée a été sommé de justifier devant un procureur d’Istanbul l’usage de
son titre d’«œcuménique» à l’occasion d’une conférence mondiale de jeunes
orthodoxes tenue dans cette ville quelques semaines auparavant.
Le 27 août, à la suite de ces événements, la Conférence des Eglises européennes
(KEK) a exprimé son «soutien total» au droit du patriarche de faire usage du
titre d’«œcuménique». Dans une lettre adressée au patriarche Bartholomée,
l’archidiacre Colin Williams, secrétaire général de la KEK, écrit: «A nos yeux,
il n’existe pas, dans toute l’Europe, de responsable d’Eglise qui soit plus
évidemment reconnu comme une figure centrale des aspirations œcuméniques des
Eglises de ce continent.»
Le 29 août, une lettre semblable était adressée au patriarche Bartholomée par
le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises
(COE); il y affirme que le Conseil reconnaît « sans réserve l’authenticité et
l’importance du Patriarcat œcuménique en tant qu’institution et du patriarche
œcuménique en tant que grande figure de l’Eglise dans le monde».
Dans cette lettre, le pasteur Kobia assure le patriarche du «soutien fidèle» du
COE et rappelle la place prise par Bartholomée dans le mouvement œcuménique,
dont il constitue une «figure de premier plan». Le secrétaire général du COE
invite les Eglises membres à prier pour le patriarche œcuménique et à lui
témoigner leur solidarité
Le pasteur Kobia souligne «avec satisfaction» que «malgré les difficultés
actuelles, la société turque reconnaît et apprécie vos mérites et ceux du
Patriarcat», affirmant que «ces sentiments font honneur au pays» et devraient
«être entendus et compris à leur juste valeur».
Cette situation suscite également des critiques de la part des médias turcs.
«Il est très difficile de comprendre nos points de vue», écrit Cengiz Aktar,
professeur d’études européennes à l’Université de Bahcesehir, s’exprimant dans
le journal Turkish Daily News, publié en anglais. Commentant «la
décision absurde prise par la Cour d’appel» au sujet du titre «œcuménique», il
estime que les Turcs modernes «ont beaucoup à apprendre» de leurs prédécesseurs
ottomans: en effet, c’est sous leur régime qu’a été fondée en 1844, sur l’île
de Halki, l’Ecole de théologie du Patriarcat, fermée depuis 1971.
Le patriarche de Constantinople, considéré comme le primus inter pares
des dignitaires orthodoxes, est le seul à porter le titre d’«œcuménique», et
depuis des siècles, c’est sous ce nom qu’est également connu le Patriarcat.
Bien que le nombre des chrétiens orthodoxes grecs résidant en Turquie soit
relativement modeste, on compte dans le monde entier quelque cinq millions de
fidèles placés sous l’autorité directe du patriarche. En outre, il est
généralement reconnu comme le chef spirituel des 300 millions d’orthodoxes
vivant dans le monde, bien qu’il n’exerce pas de juridiction sur eux.
Les orthodoxes grecs ne sont pas la seule minorité religieuse de Turquie à
rencontrer des difficultés. Les activités normales des orthodoxes arméniens et
syriens, en particulier, sont sérieusement entravées. En avril de cette année,
trois chrétiens qui travaillaient dans une maison d’édition chrétienne à
Malataya ont été assassinés, tout comme l’avait été un prêtre catholique
quelque temps auparavant. A cette occasion, le secrétaire général du COE avait
adressé aux autorités turques une lettre dans laquelle il exprimait la
«profonde inquiétude» et la «consternation» du Conseil. » 

Source :
Conseil
œcuménique des Eglises

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski