27/03/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le Conseil épiscopal d’Amérique du Nord et du Sud de l’Église orthodoxe serbe souhaite que celle-ci quitte le COE
Le Conseil épiscopal d’Amérique du Nord et du Sud de l’Église orthodoxe serbe souhaite que celle-ci quitte le COE

Le Conseil épiscopal d’Amérique du Nord et du Sud de l’Église orthodoxe serbe souhaite que celle-ci quitte le COE

Le Conseil épiscopal d’Amérique du Nord et du Sud de l’Église orthodoxe serbe a siégé au monastère Saint-Sava de Libertyville, près de Chicago, les 8 et 9 décembre. Le Conseil était présidé par l’évêque de la Nouvelle Gračanica et du Midwest Longin, les autres participants étant l’évêque du Canada Mitrophane, l’évêque d’Amérique de l’Ouest Maxime, le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque et l’évêque de Dioclée Cyrille. L’évêque d’Amérique de l’Est Irénée est arrivé le 9 décembre. Différents rapports ont été soumis au Conseil, concernant l’activité des diocèses d’Amérique du Nord et du Sud durant la période précédente, au cours de laquelle l’évêque Mitrophane a été transféré du diocèse d’Amérique orientale à celui du Canada, tandis que l’évêque d’Australie Irénée était nommé au diocèse d’Amérique orientale. Outre les questions courantes, la date de la canonisation officielle, à Libertyville, de saint Mardaire Uskoković (premier évêque du diocèse serbe d’Amérique et du Canada, +1935) a été fixée aux 15 et 16 juillet 2017. Il est souligné que cet événement est de grande importance pour l’Église orthodoxe et le peuple serbes en Amérique, mais aussi pour l’orthodoxie entière. Aussi, la canonisation doit être effectuée au plus haut niveau possible. Le métropolite Amphiloque a offert à tous les évêques et à tous les membres du Conseil ecclésiastique une vie succincte de saint Mardaire ainsi que son office liturgique et son acathiste. Il a été également question de l’amélioration du niveau de la Faculté de théologie à Libertyville et de la construction d’un nouveau bâtiment. Le lendemain, en l’église de la Résurrection du Christ, dans les environs de Chicago, a eu lieu une réunion du Conseil ecclésiastique central de l’Amérique du Nord, dont le Canada, et de l’Amérique du Sud. Les représentants de tous les diocèses de l’Église orthodoxe serbe sur ces territoires y étaient présents. Outre la question de la reconnaissance de l’État dans les différents pays où l’Église serbe accomplit sa mission, la construction d’une église dédiée à la Sainte-Trinité à Resistencia (Argentine), où vivent la plupart des émigrés serbes, il a été question des relations de l’Église orthodoxe serbe envers les hétérodoxes. À ce sujet, le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a rendu publique l’opinion du Conseil diocésain, selon laquelle l’Église orthodoxe serbe devrait renoncer à sa qualité de membre organique Conseil oecuménique des Églises, comme cela avait été au demeurant décidé par l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe en 1997 déjà. Cette opinion est due aux nouvelles tendances d’étiolement dogmatique et éthique chez certaines dénominations chrétiennes (cf. le clergé féminin, les mariages homosexuels, etc) et sera communiquée pour examen à l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe. Des questions d’ordre financier ont été évoquées, notamment pour les paroisses pauvres d’Amérique du Sud. Au sujet de ce dernier continent, le métropolite Amphiloque a évoqué les cas de la recherche de l’orthodoxie par de nombreux Américains du Sud, soulignant que la mission de l’Église orthodoxe serbe n’était pas seulement orientée vers les fidèles d’origine serbe, mais aussi au-delà. La question de la protection de l’appellation de l’Église orthodoxe serbe en Amérique a été soulevée, l’adjectif « orthodoxe » étant abusivement utilisée par certaines dénominations hétérodoxes. Le métropolite Amphiloque a suggéré que dans l’appellation figure « Église une, sainte, catholique, apostolique et orthodoxe du Patriarcat de Serbie ». Le métropolite a évoqué la formation des conférences épiscopales des Églises orthodoxes qui fonctionnent sur différents territoires de la diaspora, par exemple en Amérique du Nord, du Sud et Centrale. Le métropolite a déclaré que cela constitue indubitablement la préparation de la formation d’Églises orthodoxes locales, bien que le chemin pour y aboutir soit long. Les Églises locales ont à ce sujet des opinions diverses, qu’elles doivent harmoniser. Mais il est indubitable également que l’identité de l’Église une, sainte, catholique et apostolique orthodoxe doit être enracinée dans la conscience des fidèles locaux, Américains, Canadiens ou Américains du Sud. Le métropolite a souligné que certaines tentatives au sein de l’épiscopat du Patriarcat de Constantinople sont dictées par une nouvelle doctrine de ce patriarcat qui, sur la base du 28ème Concile de Chalcédoine, souhaite imposer ses propres évêques dans la diaspora comme seuls évêques canoniques, tandis que tous les autres évêques sont considérés comme les représentants de leurs groupes ethniques, nationaux. Cela est contraire à la tradition historique de l’Église ainsi qu’aux conditions nouvelles dans lesquelles l’Église agit, a souligné encore le métropolite. Cela abroge les décisions du Concile orthodoxe de 1872 qui a condamné l’ethnophylétisme comme « venin de serpent », et nous voyons ici des tentatives de « fabrication » de certains groupes ecclésiastiques ethniques fermés. Or, ce Concile (de 1872) a été confirmé lors du récent Grand et Saint Concile tenu en Crète. La session du Conseil ecclésiastique central de l’Église orthodoxe serbe en Amérique du Nord et du Sud s’est poursuivie jusqu’au samedi 10 décembre. À la fin des discussions, le métropolite Amphiloque est revenu sur la canonisation de saint Mardaire, et a souligné qu’il convenait d’y inviter tous les évêques orthodoxes d’Amérique ainsi que le patriarche œcuménique, le patriarche de Moscou et le patriarche de Serbie. Le métropolite a également suggéré qu’au nom du Conseil ecclésiastique central soit envoyé une lettre de félicitation au nouveau président américain Donald Trump, qui a la sympathie de tout le peuple serbe. L’évêque Maxime a rappelé que le saint évêque Mardaire avait en son temps écrit au président des États-Unis, lequel lui avait envoyé une réponse bienveillante. La proposition du métropolite Amphiloque a été adoptée, et l’évêque d’Amérique orientale Irénée a été chargé de rédiger la lettre en question.

Source

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski