25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Le métropolite de Kiev Onuphre s’est rendu à Odessa et a célébré un office de requiem pour les victimes de la tragédie du 2 mai 2014
Le métropolite de Kiev Onuphre s’est rendu à Odessa et a célébré un office de requiem pour les victimes de la tragédie du 2 mai 2014

Le métropolite de Kiev Onuphre s’est rendu à Odessa et a célébré un office de requiem pour les victimes de la tragédie du 2 mai 2014

Le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre s’est rendu à Odessa les 28 et 29 septembre afin de commémorer avec les fidèles le 190ème anniversaire du monastère de la Dormition et le 20ème anniversaire de la canonisation de saint Koukcha d’Odessa (+1964). Comme l’a communiqué le service de presse du diocèse local, à son arrivée dans la ville, le métropolite a célébré les vigiles au monastère et, le matin du 29 septembre, il a présidé la liturgie dans l’église principale du monastère. En outre, le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine a effectué une visite non prévue à la Maison des syndicats, où il a célébré un office de requiem pour ceux qui y avaient trouvé la mort lors de la tragédie du 2 mai 2014. « Lors de ma visite à Odessa, je ne pouvais pas ne pas venir ici, et ce afin de prier pour ceux qui ont péri dans cette horrible tragédie qui a ébranlé de nombreuses personnes. Un grand nombre de personnes ont perdu la vie, devenus les victimes du mal et de l’agression. Aujourd’hui, nous sommes venus ici de par notre devoir chrétien et nous croyons que le Seigneur donnera le repos à tous ceux qui ont été tués ici dans le centre d’Odessa. À tous les parents et proches de ceux qui sont morts, j’exprime mes sincères condoléances et je prie pour qu’à Odessa – la vie de la paix et de l’humour – une telle chose ne se produise plus jamais », a déclaré le métropolite Onuphre. Le clergé a également déposé des fleurs en mémoire des défunts. Selon les données officielles, 48 personnes ont été tuées et plus de 200 ont été blessées le 2 mai 2014 à Odessa lors des émeutes. La majorité des victimes sont mortes dans la Maison des syndicats.

Source et photographie

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski