25/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le métropolite de Volokolamsk Hilarion : « Entre le monde terrestre et le Royaume des cieux, il n’y a pas de limite insurmontable »
Le métropolite de Volokolamsk Hilarion : « Entre le monde terrestre et le Royaume des cieux, il n’y a pas de limite insurmontable »

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion : « Entre le monde terrestre et le Royaume des cieux, il n’y a pas de limite insurmontable »

Le 3 mars 2017, vendredi de la première semaine du Grand Carême, le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a célébré la Liturgie des Présanctifiés en l’église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste, à Moscou. À cette occasion, il a prononcé l’homélie suivante : « Lors de la première semaine du Grand Carême, nous écoutons avec une attention spécifique les paroles du Grand Canon, qui est lu du lundi jusqu’au jeudi dans toutes les églises de l’Église orthodoxe russe. Nous nous tenons avec une piété particulière devant le Seigneur Jésus-Christ, qui se donne à nous dans les Saints Dons au cours de la Liturgie des Présanctifiés. Celle-ci est célébrée les mercredis et les vendredis durant les six premières semaines du Grand Carême, afin que nous ayons la possibilité de nous renforcer sur la voie du repentir. La sainte Église a institué cet office liturgique particulier afin que nous puissions, les jours du Grand Carême, communier plus souvent aux saints Mystères du Christ. La Liturgie complète, que ce soit celle de saint Basile le Grand, qui a un caractère solennel spécifique, ou celle de saint Jean Chrysostome (qui est célébrée tous les dimanches et les jours de semaine de l’année liturgique en dehors du Grand Carême et de ces cas particuliers où est célébrée la Liturgie de saint Basile le Grand) a un sens absolument particulier. Pour ce qui est de la Liturgie des Présanctifiés, nous communions aux Saints Dons, consacrés lors de la précédente Liturgie dominicale. Pour cette raison, cette Liturgie est dédiée à la vénération des Saints Dons déjà consacrés, qui se trouvent au début sur l’autel de la prothèse, et sont ensuite transférés sur l’Autel principal. Dans de nombreuses prières et hymnes de la Liturgie des Présanctifiés, nous entendons que les puissances célestes concélèbrent maintenant avec les hommes sur terre, adorant le Seigneur Jésus Christ, qui est présent parmi nous dans Ses Saints Dons. C’est ce qui est dit dans l’hymne chanté lors de la Liturgie des Présanctifiés au lieu de l’hymne des Chérubins : « Maintenant les puissances des cieux célèbrent invisiblement avec nous, car voici que s’avance le Roi de Gloire, voici que s’avance avec son escorte le sacrifice mystique déjà accompli ». Cet hymne, comme les autres prières de la Liturgie des Présanctifiés, indique pour nous la présence invisible, lors de l’office divin, de notre Seigneur Jésus-Christ, de Sa Très pure Mère, des puissances célestes. Ce n’est pas un hasard si les murs de nos églises sont ornés de fresques avec la représentation du Sauveur, de la Très sainte Mère de Dieu, des anges et de nombreux saints, ils sont tous présents parmi nous lors de l’office divin. Les gens posent souvent la question : que les attend-il après la mort ? Tous ne croient pas en l’immortalité de l’âme et ne peuvent imaginer que, après le passage dans l’autre vie, nous rencontrons nos proches et ces saints dont nous lisons la vie maintenant, que nous prions, dont nous voyons les représentations sur les icônes. Nombreux sont ceux qui ne croient pas que, après notre mort, c’est le Seigneur Jésus-Christ Lui-même qui vient à notre rencontre. Au moment de sa mort, la Mère de Dieu a transmis son âme entre les mains de Son Fils. Sur l’icône de la Dormition de la Très sainte Mère de Dieu, nous la voyons sur le lit de mort, et le Seigneur Jésus-Christ qui tient l’âme très pure de Celle-ci à l’instar d’un petit enfant. L’image de la Dormition témoigne du fait que la mort est un passage dans la vie éternelle. Le Seigneur attend chacun de nous sur le seuil de la mort, et Il est prêt de venir à la rencontre de l’âme de chacun d’entre nous et à la tenir dans Ses mains tout comme un petit enfant, afin qu’ayant achevé notre vie terrestre, nous commencions la voie vers la vie éternelle. Lorsque nous accomplissons l’office à l’église et prenons conscience qu’avec nous, dans celui-ci, participent tous les saints et les anges, nous comprenons qu’il n’existe pas de limite infranchissable entre le monde terrestre et le Royaume des cieux, là où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni soupir, mais la vie sans fin, là où règne le Seigneur Lui-même avec la Très sainte Mère de Dieu et tous les saints. La sainte Église, par l’office, nous donne la possibilité, dès cette vie, d’être en contact avec la vie du siècle à venir, pour ainsi dire de regarder par la fenêtre et de voir ce qui nous attend de l’autre côté du seuil de la mort, de faire connaissance des saints que nous rencontrerons immanquablement dans le monde d’en-haut, si nous avons au préalable mené une vie chrétienne. Aux jours de la sainte Quarantaine, prions le Seigneur, afin que par l’exploit de la tempérance, Il purifie notre corps, et que par l’exploit du repentir, Il purifie notre âme. Afin que le Sauveur aimant nous rende dignes ici, sur la terre, de fêter la lumineuse Résurrection du Christ. Et afin que, dans le siècle à venir, nous soyons jugés dignes d’aller à la rencontre du Seigneur Jésus-Christ Lui-même et avec Lui, de la Très sainte Mère de Dieu, des saints anges et de tous les saints. Amen ».

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski