25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le métropolite Hilarion (Kapral) : « La Russie n’est pas votre ennemie mais votre amie »
Le métropolite Hilarion (Kapral) : « La Russie n’est pas votre ennemie mais votre amie »

Le métropolite Hilarion (Kapral) : « La Russie n’est pas votre ennemie mais votre amie »

« Je dis chaque jour : connaissez la Russie, et vous comprendrez qu’elle n’est pas votre ennemie, mais votre amie ». Interview du métropolite Hilarion (Kapral), primat de l’Église orthodoxe russe hors frontières. 

Au cours de sa visite au monastère de Saint-Paphnuce de Borovo en Russie, en été de cette année, avec un groupe de pèlerins venant des États-Unis et d’Australie, le métropolite Hilarion a répondu à une interview que nous publions ci-dessous :

Monseigneur, je pense que la réception de ce jour au monastère illustre bien l’attitude des Russes envers tous les hommes dans le monde. Nous sommes ouverts, accueillants et honnêtes à l’égard de tous ceux qui viennent à nous. Des Américains et des Australiens sont venus, c’est bien. Nous montrons nos saintes reliques, nous invitons à déjeuner. Récemment des Amérindiens sont venus de Fort Ross, en Californie, lequel avait été fondé par les missionnaires russes. Nous les avons reçus comme les nôtres. Demain que des Allemands ou des Chinois viennent ici, nous les recevrons de même. Mais vous savez parfaitement comment on parle de nous en Occident.

– Chaque jour, je suis en contact avec des gens qui, malheureusement, non seulement ne connaissent rien de la Russie, mais ne veulent pas non plus en savoir quelque chose. Les images négatives qu’ils reçoivent de la télévision et des journaux leur suffisent. La plupart d’entre eux [des Américains] ne savent même pas où se trouve l’Ukraine, ni ce que ce pays représente, aussi ils ont parfaitement assimilé que la Russie, c’est l’ennemi. Je leur demande : « Que savez vous de la Russie, de son peuple, de sa culture ? Comment cette Russie vit-elle, que veut-elle ? » Ils répondent : « La Russie, ce sont des tyrans qui asservissent les peuples pacifiques qui veulent vivre en démocratie ». Je leur demande à mon tour : « Pour avoir une réelle idée de quelqu’un, il faut en faire la connaissance. Peu importe de ce que qu’une personne dit sur une autre. Vous, essayez de faire connaissance des Russes eux-mêmes, de connaître de quoi ils vivent, ce qu’ils aiment, ce qu’ils veulent. Même avec ceux qui vivent ici, en Amérique. Peut-être, ils ne s’y retrouvent pas bien dans la situation politique en Russie, mais ils gardent et aiment leur culture, leur histoire, leurs traditions. N’importe quel Russe donnerait sa dernière chemise pour aider l’autre. Les Russes ont cela dans le sang, aider les autres. Chez qui voyez-vous cela ? Une telle chaleur, une telle bonté, un tel goût du sacrifice ? Ce sont tous des traits moraux chrétiens, qui sont devenus l’âme, le caractère du peuple russe. La générosité, la douceur, la compassion de l’âme russe, tout cela naît de la foi du peuple. Les Russes veulent que leur pays soit orthodoxe, pour eux c’est une idée populaire qui va de soi. Bien sûr, lorsqu’ils apprennent ce qui se produit en Occident, qui légalise les unions de même sexe, autorise l’euthanasie, qui met sur un même niveau les religions traditionnelles et les sectes, cela les effraye et les repousse. Ils disent, non, nous n’avons pas besoin de cela. La réaction à cela est celle-ci : « Ah ! ces Russes mauvais et ignorants, ils sont contre la liberté, contre les valeurs libérales, contre la démocratie ! » C’est la logique du péché. Et moi, je dis aux Américains : « Comprenez, les Russes ne sont pas contre, ils sont pour. Les Russes sont pour la moralité chrétienne traditionnelle et le concept chrétien de la liberté, ne pas imposer les choses par la force, comme on le fait aujourd’hui dans notre société. Lorsque les Russes apprennent que l’on peut imposer aux enfants, dans les écoles, sans l’accord des parents, des connaissances sur des relations non-traditionnelles et autres choses semblables, il est naturel que cela les effraye. Ils ne veulent pas de cela et ne le permettront jamais. Il y a pour eux des concepts saints, immuables, qu’ils ne permettront jamais à quiconque de changer. C’est la foi orthodoxe, grâce à laquelle la Russie est devenue un grand État européen, c’est la famille et le respect des parents, dans lesquels on éduque traditionnellement dans les familles russes, et l’orgueil pour son pays. Il ne plait pas aux Russes, de même qu’aux Américains, que l’on s’efforce d’accuser, d’humilier leur pays, de l’exposer à la vindicte. Les Russes peuvent partager des points de vue différents, des intérêts différents, mais lorsque quelqu’un offense leur pays, ils oublient tous les désaccords et alors s’unissent. Mais si vous venez chez les Russes avec la paix, de bonnes intentions, ils s’adresseront à vous comme à des frères. Chaque jour, je dis : « Connaissez la Russie, et vous comprendrez qu’elle n’est pas votre ennemi, mais votre ami. Un ami fidèle et fiable, qui ne vous trahira jamais, qui ne vous lâchera pas dans l’adversité, comme l’a démontré la Russie à travers toute son histoire ». La Russie est un pays amical et pacifique, qui ne souhaite de mal à personne. Là-bas, en Amérique, je dis toujours que pour juger de la Russie, écoutez l’autre son de cloche. Malheureusement, on ne donne en Amérique qu’un seul avis, un seul point de vue sur la Russie. Je dis que l’information unilatérale ne peut être objective. Cela, les gens sensés le comprennent. Mais naturellement, la propagande exerce une très grande influence sur les opinions des gens. Les journaux trompent, comme la télévision, et imposent un certain point de vue. La foi, de son côté, donne à l’homme la possibilité d’avoir un regard juste sur les événements, sans inventions mensongères. Bien sûr, c’est plus simple pour les croyants. Ils dépendent moins des médias et sont ouverts à la vérité. En regardant le monde à travers le Christ, il nous est plus facile de détecter les tentatives de satan, le mensonge semé par lui, visant à diviser et amener les gens à se disputer les uns avec les autres. Or le Christ agit dans le sens contraire : Il les unit tous par Son amour, en fait des frères.


– Monseigneur, je ne peux pas ne pas demander quelle est votre attitude envers les événements en Ukraine ?

– Nous sommes tous aussi très affectés par ce qui se produit avec nos frères en Ukraine. Lors de chaque Liturgie, nous prions avec toute notre Église afin que Dieu raisonne et réconcilie le peuple ukrainien, afin que cesse cette terrible guerre fratricide. Nous prions pour que la paix revienne sur la terre d’Ukraine et dans les cœurs des hommes. Nous prions pour tous les innocents qui ont été tués, pour tous ceux qui ont souffert, qui ont été blessés et emprisonnés, pour tout le peuple ukrainien très éprouvé.

– Monseigneur, quels sont à votre avis les problèmes principaux des chrétiens du monde entier ?

– C’est la sécularisation, l’adaptation à l’esprit de ce monde qui est contraire à notre foi. Derrière les grands mots de liberté, de tolérance, notamment religieuse, se déroule une guerre ouverte contre les institutions fondamentales de la société humaine. Et les croyants se trouvent aussi impliqués dans cela. On propage ouvertement les vices, les péchés mortels, comme une norme de vie. Les gens disent : c’est normal, c’est bien. Certaines communautés protestantes copient aveuglément les mœurs antichrétiennes de la société contemporaine, se mêlant en définitive avec elle. Nous, chrétiens contemporains, devons nous souvenir que le principal dans notre vie est le Christ. C’est selon Lui que nous devons bâtir notre vie, et seuls les commandements qu’Il a établis doivent être le critère de vie pour tout homme croyant. Heureusement, le Seigneur peut tourner en bien même les actes de satan pour le bien de notre salut. En voyant la Sodome que l’on crée dans notre société, beaucoup de gens viennent à la foi  orthodoxe, trouvant en elle la Vérité et le Salut. Malgré une autre culture, une autre langue et des habitudes différentes, les gens s’efforcent de trouver la véritable foi. Et c’est le témoignage authentique de la force vivante et pleine de grâce de l’Orthodoxie.

– Monseigneur, qu’est-ce qui vous a fait venir en Russie et au monastère de Saint Paphnuce à Borovo ?

– Nous sommes des fidèles orthodoxes américains et australiens qui, durant de longues années, des dizaines d’années, vivent hors des frontières de la Russie, dans différents pays et continents, parmi des gens de différentes cultures et traditions, mais qui confessent la foi orthodoxe et gardent la culture et les traditions russes. Nous sommes venus en Russie afin de vénérer les lieux saints russes, les grands saints russes. C’est un pèlerinage aux lieux saints, aux monastères de l’Église orthodoxe russe. La première halte, le premier lieu saint que nous avons choisi est le saint monastère de saint Paphnuce de Borovo, ce grand saint de Dieu et thaumaturge de toute la Russie. Nous avons lu chez nous les vies de saint Paphnuce, de saint Serge et d’autres saints russes. C’est une grande grâce de Dieu que nous puissions prier sous les voûtes de l’église qui abrite ses saintes reliques, et nous inspirer du zèle et de la foi de saint Paphnuce. C’est très important, d’avoir la possibilité d’être en contact avec le saint.

– Et que représente pour le chrétien un tel contact ? Pour quelles raisons l’homme devrait-il traverser toute la terre pour aller auprès d’un saint ?

– Nous nous adressons toujours aux saints de Dieu afin qu’ils prient pour nous. Premièrement, pour notre salut, afin que le Seigneur nous donne le temps de nous repentir, pour se consacrer aux exploits spirituels. Afin de préparer notre âme à l’éternité. Afin de nous purifier de tous les péchés et des passions, afin de devenir des récipients de la grâce Divine, afin que le Seigneur demeure toujours en nous. Afin que nous soyons rendus dignes d’une bonne réponse lors du Jugement redoutable. Nous considérons les exploits des saints de Dieu et pouvons les imiter dans leur dévouement au Christ. Je suis ici pour la première fois et j’en suis heureux. J’avais lu avant au sujet du saint, mais lorsqu’on arrive là, où il a vécu dans l’ascèse et pria, il devient plus proche de nous, et c’est un grand bonheur que de se trouver dans un tel lieu. En premier lieu, nous avons demandé au grand saint de Dieu de nous renforcer, de nous donner son aide et d’augmenter notre foi, afin de faire face à l’esprit de ce siècle et de servir le Christ en tout lieu de notre vie. Saint Paphnuce s’est consacré entièrement à Dieu et le Seigneur l’a glorifié par de nombreux dons, dont celui de guérir de nombreuses maladies spirituelles. Nous croyons que, par ses prières, notre vie trouvera une nouvelle profondeur, une nouvelle dimension sur la voie de la vérité et du royaume divin. Je demande les prières de la communauté monastique pour tout notre groupe. Il y a parmi nous des gens qui construisent chez eux une église orthodoxe et ont besoin de vos prières pour la bonne issue de cette construction. Ils croient sincèrement que l’aide spirituelle des frères russes les aidera. Pour eux, c’est important.

Source et photographie : Pravmir.ru

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski