22/09/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le patriarche de Roumanie Daniel exhorte les Roumains de la diaspora à honorer les confesseurs de la foi orthodoxe
Le patriarche de Roumanie Daniel exhorte les Roumains de la diaspora à honorer les confesseurs de la foi orthodoxe

Le patriarche de Roumanie Daniel exhorte les Roumains de la diaspora à honorer les confesseurs de la foi orthodoxe

À l’occasion du « Dimanche des émigrés roumains » (cette année le 20 août), le patriarche de Roumanie Daniel exhorte ceux-ci à honorer les confesseurs de la foi orthodoxe, par le message suivant :

« Chers Roumains de l’étranger,

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine a proclamé l’année 2017 « année solennelle des saintes icônes, des iconographes et peintres des églises, ainsi qu’année commémorative du patriarche Justinien et des défenseurs de l’orthodoxie à l’époque du communisme. Dans notre tradition orthodoxe, l’icône est en même temps un témoignage de foi et un appel à la prière, menant à la communion avec Dieu et Ses saints. En outre, par leur beauté particulière, les saintes icônes nous appellent à purifier nos sentiments et à embellir nos âmes avec des pensées, des paroles et des actions bonnes. Ainsi, la prière devant les saintes icônes devient une source de paix et de joie, de lumière et de renforcement de l’âme dans l’amour de Dieu et du prochain. En même temps, les peintures et les icônes en tant qu’objets d’art sacré ou liturgique enrichissent le trésor culturel national, par leur présence dans nos églises, monastères et skites, dont certains d’entre eux sont inclus dans le patrimoine culturel universel. Pour mieux comprendre l’importance de la vénération des saintes icônes a été organisée la VIème édition du concours national « L’icône orthodoxe – la lumière de la foi ». De cette façon a été mis en évidence le fait que l’icône orthodoxe n’est pas simplement un ornement dans une église, mais en premier lieu l’expression de la foi orthodoxe dans l’incarnation du Fils du Dieu invisible, Jésus-Christ, qui s’est fait homme terrestre pour accorder aux hommes la vie céleste éternelle. Cette année, 2017, avec les défenseurs de la vénération des saintes icônes face à la persécution iconoclaste (726-843), nous commémorons aussi les défenseurs et les confesseurs de l’orthodoxie à l’époque des persécutions communistes. Cette commémoration est un devoir moral à l’égard de nos ancêtres qui, dans des temps hostiles à l’Église et à la religion en général, ont témoigné leur foi dans le Christ crucifié et ressuscité au prix de la perte de leur liberté, voire de leur vie.

À l’occasion des 40 ans de son trépas (1977-2017), nous évoquons particulièrement le courage, la sagesse et l’œuvre missionnaire du patriarche Justinien au temps des persécutions communistes, et encore par le sacrifice des hiérarques, des professeurs de théologie, des étudiants, des moines, des laïcs intellectuels chrétiens, mais avant tout les souffrance et le sacrifice des 1800 prêtres orthodoxes roumains qui ont été arrêtés et incarcérés dans les prisons communistes pour avoir témoigné et défendu la foi chrétienne orthodoxe à l’époque du régime athée. Il existe de nombreux témoignages que nombreux sont parmi ces défenseurs et ces confesseurs de l’orthodoxie au temps des persécutions communistes, ceux qui ont vécu, par une foi vivante et par la prière, le changement de leurs souffrances physiques en une paix et une joie spirituelle, qui sont venues mystiquement dans leurs âmes par le Christ crucifié et ressuscité. Leur foi forte et leur courage pour témoigner du Christ à l’époque des persécutions, ont exprimé, en fait, une résistance active bien que silencieuse de l’Église contre l’athéisme militant et agressif. Aussi, leur lumière sacrificielle doit être commémorée avec reconnaissance et vénération, elle est une source de renforcement spirituel dans la vie et la mission de l’Église aujourd’hui. Les souffrances des martyrs des geôles communistes, la lutte digne d’être commémorée du patriarche Justinien Marina pour défendre la vie liturgique et l’activité pastorale de l’Église, ainsi que la mission liturgique des iconographes et des peintres des églises, qui enrichissent le patrimoine culturel religieux, doivent être appréciées et gardées constamment dans nos esprits et nos cœurs. Dans ce sens, je demande à tous les prêtres orthodoxes roumains et tous les orthodoxes roumains hors de Roumanie, dans l’esprit de notre tradition orthodoxe roumaine, d’honorer les saintes icônes et de cultiver sans cesse dans leurs âmes la reconnaissance envers tous ceux qui ont témoigné la foi orthodoxe dans les temps difficiles. Prions le miséricordieux Seigneur d’accorder à tous la santé, la paix, la joie et le salut, qu’Il vous protège et vous affermisse dans les bonnes œuvres, pour la joie de notre Église et de notre peuple roumain en tout lieu ! Avec gratitude, bénédiction et amour dans le Christ Seigneur, † Daniel, patriarche de l’Église orthodoxe roumaine ».

Source

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski