26/04/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > L’Église orthodoxe russe dans la ligne de mire du Parlement européen ?
L’Église orthodoxe russe dans la ligne de mire du Parlement européen ?

L’Église orthodoxe russe dans la ligne de mire du Parlement européen ?

Le 23 novembre dernier, les députés du Parlement européen ont adopté une résolution sur la communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle. La résolution, adoptée à 304 voix contre 179 (sur 691 députés, 208 se sont abstenus), accuse à la fois la « désinformation organisée par le Kremlin visant à affaiblir l’Europe » et les campagnes d’information actives « des organisations terroristes islamistes, en particulier l’EIIL/Daech et Al-Qaïda », qui cherchent à « nuire aux valeurs et aux intérêts européens afin de nuire aux valeurs et aux intérêts européens ». L’Union européenne accuse le gouvernement russe « de faire usage d’un panel étendu d’outils et d’instruments, tels que des groupes de réflexion et des fondations spéciales (Russkyi Mir), des autorités spéciales (Rossotroudnichestvo), des chaînes de télévision multilingues (Russia Today, par exemple), des soi-disant agences d’information et services multimédias (Sputnik…), des groupes sociaux et religieux transfrontaliers ». Contrairement à ce que l’on a pu lire dans les média occidentaux et russes, le communiqué de presse du Parlement européen ne mentionne  pas l’Église russe comme instrument de la guerre informationnelle russe, de même que la résolution européenne (page 5, point 8) parle seulement des « groupes sociaux et religieux transfrontaliers ». De plus, dans une analyse approfondie, publiée au mois de mai 2016 dont l’auteur est l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne, qui met aussi au même niveau la Russie et Daech, l’Église orthodoxe russe n’est nulle part mentionnée. Par contre, la député polonaise Anna Elżbieta Fotyga, rapporteur de la résolution, cite nommément (page 4, point 4) l’Église russe comme outil de la propagande étatique russe.

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski