24/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Les funérailles du célèbre mathématicien russe et défenseur de l’Église Igor Chafarevitch ont eu lieu au monastère Sretensky à Moscou
Les funérailles du célèbre mathématicien russe et défenseur de l’Église Igor Chafarevitch ont eu lieu au monastère Sretensky à Moscou

Les funérailles du célèbre mathématicien russe et défenseur de l’Église Igor Chafarevitch ont eu lieu au monastère Sretensky à Moscou

Le 22 février 2017 ont eu lieu les funérailles d’Igor Chafarevitch au monastère Sretensky de Moscou. Grand mathématicien, penseur brillant et activiste social, Igor Chafarevitch est décédé le 19 février 2017, à l’âge de 94 ans. Né à Jitomir en 1923 dans la famille d’un professeur d’université, il montra très tôt ses dons de mathématicien. À l’âge de 17 ans, il acheva ses études en mathématiques à l’Université de Moscou. À l’âge de 19 ans, il défendit sa thèse de « candidat » puis, à l’âge de 24 ans, son doctorat. En 1944, il commença à enseigner à la faculté de mécanique et de mathématiques de Moscou. « J’ai suivi les cours d’algèbre d’Igor Chafarevitch en tant qu’étudiante de mathématiques. L’auditorium était toujours bondé. Il était une légende vivante », se rappelle la veuve d’Alexandre Soljenitsyne, Natalia Dmitrievna. En 1959, il fut élu membre correspondant de l’Académie des sciences de l’URSS. En 1955, il signa la « lettre des 300 », le manifeste des savants soviétiques critiquant les partisans de Lyssenko, destiné au Comité central du PCUS. À la fin des années 1960, Igor Chafarevitch fait des déclarations publiques pour défendre les fidèles de l’Église orthodoxe russe et organise une conférence de presse à cet effet. En 1974, parut à Paris un recueil conçu par Soljenitsyne et lui-même sous le titre « Des voix sous les décombres », dans lequel il écrivit trois articles. Le 14 novembre 1974, il donna une conférence de presse pour les médias étrangers à Moscou, dédiée à ce recueil. Il s’exprima sur l’absence de liberté en URSS, se prononçant également contre le socialisme et le marxisme. Il fut ensuite exclu de l’Université de Moscou. En décembre 1991, il fut élu à l’Académie russe des sciences dans la section mathématiques, mécanique et informatique. Dès 1990, il commença à collaborer avec différentes organisations patriotiques, et prit la décision de se concentrer sur le travail littéraire et journalistique. En 2003, il signa l’appel aux acteurs du monde scientifique et culturel condamnant l’exposition blasphématoire au centre Sakharov, intitulée « Danger, religion ! » Igor Chafarevitch a apporté une contribution inestimable à l’histoire de la pensée sociale russe avec ses livres « Le Phénomène socialiste », la « Russophobie », « le peuple russe dans la batailles des civilisations ». Ses interventions se distinguaient par leur rigueur scientifique, leur approche analytique des problèmes et leurs racines dans une foi chrétienne inébranlable. En 2001, il fit un cycle de conférences au séminaire du monastère Sretensky.

La cérémonie des funérailles a été présidée par l’higoumène Cyprien (Parts), assisté par le clergé du monastère Sretensky. Au nom de la communauté monastique, et avec la bénédiction de Mgr Tikhon, supérieur du monastère Sretensky, le hiéromoine Ignace (Chestakov) a prononcé l’éloge funèbre.

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski