22/07/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Office de requiem en la cathédrale Sainte-Cyriaque de Sofia pour les victimes du communisme en Bulgarie

Office de requiem en la cathédrale Sainte-Cyriaque de Sofia pour les victimes du communisme en Bulgarie

Pour la troisième année consécutive, le 1e février a été le jour fixé pour rendre honneur et reconnaissance aux victimes du régime communiste en Bulgarie. Cette date a été fixée en 2011, sur l’initiative des anciens présidents bulgares Jeliou Jelev et Pierre Stoyanov. Cette année correspond au 69e anniversaire de la sentence de condamnation à mort du régent et de 17 ministres, de prêtres, parlementaires, intellectuels, prononcée par le soi-disant « tribunal populaire » pour trahison envers la patrie. Avec la bénédiction du patriarche de Bulgarie Néophyte, a été célébré en la cathédrale Sainte-Cyriaque, un office en la mémoire des victimes de la terreur communiste depuis le 9 septembre 1944 et par la suite. L’office a été présidé par l’évêque Tykhon de Tiberiopolis, recteur de la cathédrale patriarcale Saint-Alexandre-de-la-Neva, assisté par les archiprêtres Mina Mintchev, Nicolas Tsurev, et le diacre Pierre Simeonov. À la fin de l’office, l’évêque Tykhon s’est adressé à ceux qui ont survécu aux répressions et qui étaient réunis dans l’église. « Je ne peux penser que le sang des milliers de victimes innocentes a été versé par hasard et en vain.  Il pèse sur notre société et on ne peut adopter le langage de la haine et de la division, alors qu’il est déjà temps pour la prochaine génération de dépasser celle-ci, afin que notre peuple puisse aller de l’avant » a déclaré l’évêque. Dans la nuit du 1e au 2 février 1945, le premier tribunal populaire a condamné à mort le régent et les 17 ministres. 131 procès ont eu lieu à cette époque, le  « Tribunal populaire » ayant condamné 21.024 personnes, dont 2.618 à la peine capitale. Près de 200 personnes ont été tuées sans procès. 4325 familles de condamnés  représentant 12.000 personnes ont été déportées. On compte également, parmi les victimes du régime communiste durant cette période plus de 250 prêtres orthodoxes, dont un grand nombre a été tué sans procès préalable.

Source: Patriarcat de Bulgarie, traduit du bulgare pour Orthodoxie.com

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski