17/08/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Monde > Proposition du patriarche Bartholomée d’une concertation sur le Moyen-Orient et commentaire personnel du métropolite Séraphin du Zimbabwé

Proposition du patriarche Bartholomée d’une concertation sur le Moyen-Orient et commentaire personnel du métropolite Séraphin du Zimbabwé

Le 20 avril dernier, le patriarche oecuménique a adressé la lettre, dont voici une traduction, aux patriarches d’Alexandrie, Antioche et Jérusalem ainsi qu’à l’archevêque de Chypre :
Bartholomee1 « C’est le cœur serré que, depuis le siège de notre Patriarcat œcuménique nous suivons, nous aussi, les développements en cours dans la région du Proche-Orient , qui provoquent un grand désarroi et de l’incertitude quant à l’avenir, chez les habitants de cette région et plus particulièrement les chrétiens orthodoxes et hétérodoxes qui y vivent depuis des siècles. Nous prions nuit et jour le Dieu bon et miséricordieux de considérer avec miséricorde Son peuple qui est durement éprouvé en ce lieu et de lui accorder la paix dans la justice pour le bien des très saintes Eglises orthodoxes dans ces contrées.
Ayant l’esprit et le cœur tournés vers vous et vos troupeaux, nous avons décidé de vous inviter ici, le mercredi 31 août prochain, accompagnés d’un ou de deux évêques, afin de célébrer ensemble, le lendemain, 1er septembre, le début de la nouvelle année ecclésiastique, et dès l’après-midi de nous concerter deux jours durant sur la situation de nos Eglises dans les conditions présentes, afin de nous soutenir fraternellement les uns les autres et de procéder à un échange de vues sur les affaires orthodoxes, y compris la marche vers le saint et grand concile de notre très sainte Eglise orthodoxe.


Dans notre décision, nous avons en outre été guidés par le fait qu’il incombe aux anciens patriarcats de l’Eglise orthodoxe et à la très sainte Eglise de Chypre, dont l’autocéphalie a été ratifiée par un concile œcuménique, de se concerter plus souvent sur les affaires orthodoxes, car ils sont comme le tronc de toute la structure de l’Eglise orthodoxe ; non point dans le but d’exclure totalement les autres Eglises orthodoxes des décisions panorthodoxes, mais bien au contraire, afin d’aider et de faciliter l’unité panorthodoxe.
En portant ce qui précède à votre connaissance, nous restons dans l’attente de votre avis sur notre proposition afin que nous procédions aux préparatifs de cette rencontre, si cette dernière recueille votre agrément.
Vous embrassant d’un saint baiser, nous souhaitons que les jours de la sainte et grande semaine vous apportent bénédiction spirituelle et de bons fruits, et que fêtiez dans la joie et la paix la sainte Pâques».

Source et photographie : Romfea.gr

Commentaire personnel du métropolite Séraphin du Zimbabwé sur la réunion des primats au Phanar, en date du 21 avril :
« Avec tout mon respect pour la grande personnalité de notre patriarche œcuménique, il ne me semble pas, à mon humble avis personnel, que la lettre de sa sainteté notre patriarche œcuménique Bartholomée sur la réunion, fin août, des primats des Eglises orthodoxes de Constantinople, Alexandrie, Antioche, Jérusalem et Chypre « les développements en cours dans la région du Proche-Orient afin de se pencher ensemble sur la situation de des Eglises, et de procéder à un échange de vues sur les affaires orthodoxes, y compris l’avancée vers le grand et saint synode de notre très sainte Eglise orthodoxe », soit le meilleur choix pour le renforcement de l’unité visible des Eglises orthodoxes locales. 
En premier lieu, le moment choisi pour envoyer la lettre patriarcale n’est pas des plus heureux, à savoir au milieu de la sainte et grande semaine ; les primats des Eglises orthodoxes locales qui ne sont pas invités ainsi que leurs saint-synodes respectifs doivent se sentir moins primats que d’autres, et être décontenancés pour des raisons nombreuses et compréhensibles, surtout après les intenses divergences des représentants orthodoxes sur la question de l’autocéphalie lors de la dernière rencontre panorthodoxe de Genève.
En second lieu, les primats qui participeront à la réunion au Phanar, ne représentent même pas le dixième des fidèles orthodoxes (seuls 22 sur les 300 millions de fidèles orthodoxes seront représentés).
En troisième lieu, le système synodal de l’Eglise orthodoxe est dans une certaine mesure supprimé, car la participation du primat d’une Eglise orthodoxe locale pour discuter des thèmes pour lesquelles cette réunion est organisée, exige l’approbation canonique des positions de l’Eglise locale telles que décidées par son organe compétent, à savoir sont saint-synode.
 En quatrième lieu, les primats des Eglises orthodoxes locales qui ne sont pas invités ont déjà fait part de leur anxiété à propos des bouleversements politiques au Proche-Orient, ce qui manifeste, par conséquent, l’attente d’une rencontre panorthodoxe des primats pour un examen commun des thèmes que la réunion du Phanar est appelée à traiter. 
En cinquième lieu, les raisons historiques qui ont empêché par le passé une réunion des primats n’existent plus. Au contraire, un précédent est créé menant d’autres primats à agir dans le même esprit avec pour résultat final une cassure irréparable de l’unité visible des Eglises orthodoxes locales.
Je propose, humblement et à titre personnel, puisque nous n’acceptons pas l’infaillibilité dans l’Eglise orthodoxe, même si nous nous référons au premier parmi les orthodoxes, que tous les primats soient invités à cette réunion au Phanar qui est importante pour les 300 millions et pas seulement les 20 millions d’orthodoxes. L’unité visible des Eglises orthodoxes locales doit d’une manière ou d’une autre être sans cesse renforcée et personne n’a le droit de s’y opposer ».

Source et photographie : Romfea.gr

Print Friendly, PDF & Email
Scroll To Top
Jovan Nikoloski