29/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Rencontre du patriarche Cyrille de Moscou avec les chefs des missions diplomatiques de l’Amérique latine
Rencontre du patriarche Cyrille de Moscou avec les chefs des missions diplomatiques de l’Amérique latine

Rencontre du patriarche Cyrille de Moscou avec les chefs des missions diplomatiques de l’Amérique latine

Le 8 juin, le patriarche Cyrille a reçu au monastère Saint-Daniel à Moscou les chefs des missions diplomatiques d’Amérique latine en Russie. Seize diplomates participaient à cette rencontre, dont une majorité d’ambassadeurs.

« Le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a rappelé que l’histoire de l’orthodoxie russe en Amérique latine avait commencé en 1901, quand la première église orthodoxe, dédiée à la Sainte-Trinité, a été construite à Buenos-Aires. Selon Sa Sainteté, il y a aujourd’hui des églises orthodoxes russes dans la plupart des pays d’Amérique latine. Leur principale mission est d’assurer la pastorale des expatriés russes et, plus généralement, des slaves orthodoxes vivant dans ces pays. »

Il est ensuite revenu sur ses visites en Amérique latine et sur les liens de l’Église orthodoxe russe avec différents pays. Il a aussi observé : « J’ai toujours senti, et cette fois plus particulièrement, qu’il y a beaucoup en commun entre la Russie et l’Amérique latine. D’abord, la foi chrétienne est très forte et vivante, c’est vraiment la foi de millions de personnes. Le christianisme, dans notre pays comme en d’Amérique latine, est un facteur important non seulement dans la vie spirituelle, mais aussi dans la vie intellectuelle. En Russie comme en Amérique latine, j’ai vu des églises pleines à craquer, j’ai vu d’excellents exemples de mission chrétienne, notamment parmi les pauvres. J’ai remarqué un grand intérêt pour la Russie, nous avons partout été accueilli chaleureusement et avec émotion, reçu de nombreuses marques de sympathie. »

Il a abordé également la construction de nouvelles églises orthodoxes à Moscou: « A l’heure actuelle, nous avons déjà bâti plus de 40 églises, mais nous commençons à comprendre que 200, ce ne sera pas assez. Nous ne faisons que commencer à construire, et les églises sont déjà si pleines qu’il n’y a pas de place, à la liturgie dominicale les gens n’ont pas où se tenir. »

Il est revenu sur sa rencontre avec le pape François à Cuba, signalant que depuis celle-ci les échanges entre l’Église orthodoxe russe et l’Église catholique se sont intensifiés : « Comme l’Amérique latine et la Russie ont un rôle particulier à jouer dans la sauvegarde et le développement du christianisme contemporain, nous avons décidé que la première rencontre de l’histoire entre le Patriarche de Moscou et de toute la Russie et le Pape de Rome devait avoir lieu sur le sol latino-américain, a raconté Sa Sainteté. Les problèmes qui sont apparus dans les rapports entre les Églises d’Orient et d’Occident, entre orthodoxes et catholiques, sont beaucoup liés au contexte historique européen. Mais ils n’ont touché directement ni la Russie à l’époque, ni l’Amérique latine. Nous avons hérité des conséquences de la séparation qui s’est produite. Certes, aujourd’hui, entre orthodoxes et catholiques, il existe des différences, notamment des divergences théologiques. Nous avons conscience de leur importance et soutenons le dialogue théologique qui se poursuit entre nos Églises. Nous ne cherchons pas à minimiser ces divergences, mais nous comprenons en même temps que les chrétiens d’Amérique latine et de Russie peuvent réellement collaborer, qu’ils peuvent jouer de la force du christianisme pour résoudre de nombreux problèmes inquiétant la société d’aujourd’hui. »

Source et intégralité de l’information (dont photographie) : Patriarcat de Moscou

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski