29/06/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Un site orthodoxe russe destiné aux parents dont l’enfant est décédé a été créé sur Internet
Un site orthodoxe russe destiné aux parents dont l’enfant est décédé a été créé sur Internet

Un site orthodoxe russe destiné aux parents dont l’enfant est décédé a été créé sur Internet

Un site Internet orthodoxe russe a été récemment créé sous le nom de « Nos anges ». Il est destiné aux parents qui ont vécu un chagrin immense, la perte de leur enfant. « En général, il n’est pas de mise de parler de cela, or cela ne signifie pas que ce thème ne soit pas d’actualité », a déclaré la dirigeante du site, Sophie Anoufriev. Nombreux sont ceux qui, à cette occasion, ressentent le besoin d’un soutien, mais en règle générale, chacun reste isolé avec son problème, du fait qu’il n’y a personne à qui s’adresser. Chaque mère qui a perdu son enfant, qu’il s’agisse d’un nourrisson ou d’un adolescent, a besoin d’aide, afin de surmonter cette douleur, et particulièrement d’une aide à caractère ecclésial ». Sophie Anufriev considère que, si l’enfant meurt avant la naissance ou les premiers jours qui suivent celle-ci, un livret contenant un minimum d’informations devrait être remis à la mère lors de la sortie de l’hôpital. Lorsqu’un tel événement survint, le père, au lieu de rencontrer l’heureuse maman avec le petit enfant, vient chercher la mère brisée par le chagrin et reçoit le certificat de décès de l’enfant. Les parents, en état de choc, doivent décider d’urgence des mesures à prendre pour l’enterrement de l’enfant. Dans cette situation, les membres les plus proches de la famille ne savent pas comment aider, comment soutenir, quelles paroles prononcer pour exprimer leur sympathie. Et après les funérailles, chacun reste face à son propre chagrin. Il est prévu que sur ce site, les parents qui ont subi la perte d’un enfant, s’assistent mutuellement, partagent leur expérience. Un forum y est organisé, sur lequel on pourra toujours espérer un soutien. Une partie importante du site est dédiée à l’enseignement de l’Église sur la mort des enfants et le sort des enfants non baptisés. Il y a également une section avec des vers dédiés à des enfants décédés, des articles où il est question de ce que l’on peut dire ou non à des parents éprouvés. Les fondateurs du site considèrent que celui-ci viendra combler une lacune, étant donné qu’il n’y a pas de soutien organisé dans ce domaine. La première semaine de son fonctionnement, le site a reçu 300 visites en provenance de Russie et de l’étranger proche. Selon les statistiques, le nombre des enfants décédés avant d’avoir atteint l’âge d’un an était en Russie de 15500 en 2013.

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski