26 FÉVRIER (ancien calendrier) / 11 MARS (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

26 FÉVRIER (ancien calendrier) / 11 MARS (nouveau) 

Grand Carême.
Saint Porphyre, évêque de Gaza (420) ; saint martyr Sébastien (vers 66) ; saint Sébastien de Pochékhon (vers 1500) ; saint Agricole, évêque de Nevers (vers 594) ; saint Victor, moine à Arcis-sur-Aube (VIème s.) ; saint Jean l’ébéniste, néo-martyr grec (1575) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Pierre (Varlamov), prêtre (1930) ; Jean, évêque de Rylsk et Jean Dounaïev, prêtre, Anne (Blagovechtchensk) (1938).

SAINT PORPHYRE, ÉVÊQUE DE GAZA

26 févrierLorsque les persécutions eurent cessé et que le christianisme fut reconnu comme religion officielle de l’Empire, il fallut encore de longues années de labeurs aux successeurs des Apôtres pour déraciner le paganisme, souvent agressif, et implanter dans le peuple la douceur des mœurs chrétiennes. La vie de saint Porphyre témoigne admirablement d’une étape de cette grande mutation.

Saint Porphyre naquit vers l’an 347 au sein d’une noble et opulente famille de Thessalonique. Saisi d’un désir divin, il quitta un jour sa patrie et ses richesses et se hâta vers le fameux désert de Scété, en Égypte, où, aussitôt revêtu de l’Habit angélique, il vécut pendant cinq années au milieu des illustres Pères qui y brillaient alors. De là il passa en Palestine, où il vécut cinq autres années dans une grotte du désert du Jourdain. Mais la grande sécheresse et la rigueur du climat le firent tomber gravement malade. Mettant son espérance en Dieu seul, il se rendit alors à Jérusalem et, courbé sur un bâton, il vénéra avec dévotion tous les Lieux saints. C’est alors qu’il se lia d’amitié avec Marc, son futur biographe, et le chargea d’aller à Thessalonique, afin de partager sa fortune entre ses frères.

À son retour, Marc retrouva Porphyre complètement guéri à la suite d’une extase sur le Golgotha, au cours de laquelle il avait vu le Bon Larron descendre de sa croix pour le conduire vers le Christ qui lui remit la sainte Croix en dépôt.

Une fois qu’il eut distribué tout son héritage aux pauvres de Jérusalem et aux monastères d’Égypte, Porphyre se mit à exercer le métier de cordonnier pour vivre du travail de ses mains, à l’exemple de l’Apôtre saint Paul. Quand il eut atteint l’âge de quarante-cinq ans, l’évêque de Jérusalem Praÿlios , ayant entendu vanter sa douceur, sa charité et son don d’interprétation des saintes Écritures, l’ordonna prêtre, contre son gré, et lui confia la garde du Bois précieux de la Croix du Sauveur (stavrophylax). Cette dignité enviable ne fit pas changer Porphyre dans son mode de vie, et il continua toute sa vie d’observer une stricte abstinence, passant toutes ses nuits en saintes veilles. Alors qu’il exerçait cette fonction depuis trois ans, l’évêque de Gaza vint à mourir. Les fidèles de cette Église, de fondation ancienne mais de modeste ampleur, ne pouvant se mettre d’accord sur le choix d’un successeur, envoyèrent une ambassade auprès de l’archevêque de Césarée, Jean. Au terme d’un jeûne de trois jours, le Seigneur lui désigna Porphyre comme étant le plus digne de cette charge. Connaissant l’humilité du stavrophylax, Jean le convoqua à Césarée sous prétexte de résoudre une difficulté de l’Écriture. Porphyre, averti la nuit précédente par le Christ qu’il allait lui confier une épouse humble mais vertueuse, sa propre « sœur », annonça inquiet à Marc : « Je crois bien que dans mon désir d’expier mes propres péchés, on ne m’impose l’expiation des péchés de beaucoup d’autres. Mais il n’est pas possible d’aller contre la volonté de Dieu. »

Arrivé à Césarée, il fut consacré évêque à l’issue de la vigile du dimanche, malgré ses pleurs et ses protestations, et fut aussitôt emmené par ses fidèles. Il parvint à grand peine jusqu’à Gaza, car les idolâtres de l’endroit avaient couvert la route d’obstacles divers, d’épines et d’immondices à l’odeur fétide.

Soumis à la volonté de Dieu et engageant vaillamment le combat contre le diable, dès son arrivée dans la ville qui souffrait alors d’une grande sécheresse, le nouvel évêque réunit les chrétiens, qui n’étaient en tout et pour tout que deux cent quatre-vingts, prescrivit un jeûne et fit célébrer une vigile de toute la nuit. Au matin, à l’issue de la procession qu’il avait conduite à travers toute la ville, Dieu renouvela le miracle du prophète Élie et fit tomber une pluie bienfaisante. Cent vingt-sept païens se convertirent alors en criant : « Seul le Christ est Dieu. Lui seul a vaincu ! » Malgré ces prodiges et les prières de Porphyre pour leur conversion, les païens, qui détenaient le pouvoir dans la cité, n’en cessèrent pas pour autant leurs persécutions et leurs violentes attaques contre l’homme de Dieu et ses fidèles. C’est pourquoi l’évêque décida d’envoyer Marc à Constantinople, en vue de présenter sa requête au souverain, par l’entremise de l’archevêque saint Jean Chrysostome. Il obtint alors un édit de l’empereur Arcade, ordonnant de fermer tous les temples d’idoles. Mais ce décret ne fut pas observé de façon rigoureuse, et les outrages et vexations des païens contre les convertis poussèrent saint Porphyre à se rendre à Césarée, où il conjura l’archevêque d’accepter sa démission. Jean l’exhorta à la patience et lui proposa de se rendre avec lui à Constantinople pour demander à l’empereur la destruction des temples païens.

Après avoir reçu les conseils éclairés d’un ermite nommé Procope, lors d’une escale dans l’île de Rhodes, ils parvinrent à Byzance, et allèrent aussitôt présenter leurs hommages à saint Jean Chrysostome et lui exposer l’objet de leur voyage. Celui-ci leur montra une tendre affection ; mais, ne pouvant intercéder en leur faveur auprès de l’empereur car la toute puissante impératrice Eudoxie était alors irritée contre lui, il fit intervenir le chambellan Amantios. Eudoxie, qui était alors enceinte, reçut les deux évêques avec sympathie et leur promit son soutien. Au bout de quelques jours, elle donna naissance à un enfant mâle, le futur empereur Théodose II le Jeune (408-450), conformément à la prophétie prononcée par les deux prélats. En signe de reconnaissance, elle leur demanda de rédiger leur requête concernant l’Église de Gaza. Le jour du baptême de l’enfant, au milieu des fêtes extraordinaires déployées à cette occasion, Eudoxie obtint de l’empereur son consentement et s’engagea à faire construire à ses propres frais une église sur l’emplacement du principal temple païen de Gaza. Après la Pâque (402), Porphyre et Jean prirent le chemin du retour, en compagnie de fonctionnaires impériaux envoyés pour veiller à l’exécution des ordres du souverain.

Parvenus à Maïouma, après avoir échappé par miracle à une terrible tempête et avoir converti le capitaine du navire, qui professait l’arianisme, les deux évêques furent accueillis au chant des psaumes par les chrétiens venus à leur rencontre. Lorsque le cortège parvint à Gaza, une statue d’Aphrodite se brisa en mille morceaux à l’approche de l’emblème de la Croix, déchaînant les cris de triomphe des fidèles. Dès que le magistrat impérial arriva, à la tête d’une puissante escorte, il proclama l’édit de l’empereur et fit aussitôt abattre huit temples des idoles. Il fit ensuite brûler le grand temple de Marneion et confisqua les biens des païens en vue, qui s’étaient enfuis à son approche. Le reste des païens, au nombre de trois cents, se rallia à la vraie foi, et, après les avoir dûment catéchisés, saint Porphyre les baptisa.

Une fois la paix bien établie à Gaza, le saint évêque s’employa à faire construire une grande église sur les ruines du temple de Marneion, conformément aux plans envoyés par l’impératrice. Tous les fidèles, hommes, femmes et enfants, participèrent avec enthousiasme aux travaux, en chantant des psaumes et en criant : « Le Christ a vaincu ! » Au bout de cinq années de travaux, le jour de Pâques, on procéda à la dédicace de l’église, appelée Eudoxienne, en présence de tous les moines des environs et d’une foule de fidèles. Ces festivités furent pour le saint l’occasion de distribuer de larges aumônes et d’exhorter le peuple à se tenir ferme dans la vraie foi. Mais les païens n’en cessaient pas moins de chercher querelle en toute occasion aux chrétiens et, un jour, une dispute ayant éclatée, ils tuèrent sept fidèles et pourchassèrent saint Porphyre qui s’enfuit par les toits.

Quelques années plus tard, une fois mise en ordre la vie de la communauté chrétienne de Gaza, saint Porphyre, qui avait aussi contribué à la défense de l’Orthodoxie contre l’hérésie de Pélage en participant au concile de Diospolis (415), tomba malade. Il rédigea un Testament dans lequel il stipulait qu’il convenait d’assurer régulièrement les aumônes pour les pauvres et l’hospitalité pour les étrangers, et recommandait à Dieu tout le peuple chrétien. Puis il s’endormit en paix, pour rejoindre le chœur des saints, le 26 février 420, au terme de vingt-cinq ans d’épiscopat et de combats sans relâche contre l’idolâtrie.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Porphyre, ton 4

La justice de tes œuvres a fait de toi * pour ton troupeau une règle de foi, * un modèle de douceur, * un maître de tempérance; * c’est pourquoi tu as obtenu par ton humilité l’exaltation * et par ta pauvreté la richesse. * Porphyre, bienheureux Père dans les saints, * prie le Christ notre Dieu * de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Porphyre, ton 2

Orné d’une grande sainteté, * sous l’ornement du sacerdoce tu as brillé, * Porphyre, bienheureux Père aux divines pensées, * et tu te distingues par l’excellence des guérisons, * toi qui sans cesse intercèdes en faveur de nous tous.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe I, 1-20

Prophétie d’Isaïe, fils d’Amots, sur Juda et Jérusalem, au temps d’Ozias, de Jotham, d’Achaz, d’Ézéchias, rois de Juda. Cieux, écoutez! Terre, prête l’oreille! Car le Seigneur parle. J’ai nourri et élevé des enfants, Mais ils se sont révoltés contre moi. Le bœuf connaît son possesseur, Et l’âne la crèche de son maître: Israël ne connaît rien, Mon peuple n’a point d’intelligence. Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d’iniquités, A la race des méchants, aux enfants corrompus! Ils ont abandonné le Seigneur, ils ont méprisé le Saint d’Israël. Ils se sont retirés en arrière… Quels châtiments nouveaux vous infliger, Quand vous multipliez vos révoltes? La tête entière est malade, Et tout le cœur est souffrant. De la plante du pied jusqu’à la tête, rien n’est en bon état: Ce ne sont que blessures, contusions et plaies vives, Qui n’ont été ni pansées, ni bandées, Ni adoucies par l’huile. Votre pays est dévasté, Vos villes sont consumées par le feu, Des étrangers dévorent vos campagnes sous vos yeux, Ils ravagent et détruisent, comme des barbares. Et la fille de Sion est restée Comme une cabane dans une vigne, Comme une hutte dans un champ de concombres, Comme une ville épargnée. Si le Seigneur des armées Ne nous eût conservé un faible reste, Nous serions comme Sodome, Nous ressemblerions à Gomorrhe. Écoutez la parole de le Seigneur, chefs de Sodome! Prête l’oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe! Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices? dit le Seigneur. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux; Je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. Quand vous venez vous présenter devant moi, Qui vous demande de souiller mes parvis? Cessez d’apporter de vaines offrandes: J’ai en horreur l’encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes; Elles me sont à charge; Je suis las de les supporter. Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas: Vos mains sont pleines de sang. Lavez-vous, purifiez-vous, Ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions; Cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, Protégez l’opprimé; Faites droit à l’orphelin, Défendez la veuve. Venez et plaidons! dit le Seigneur. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, Vous mangerez les meilleures productions du pays; Mais si vous résistez et si vous êtes rebelles, Vous serez dévorés par le glaive, Car la bouche du Seigneur a parlé.

Genèse I, 1-13

Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. Or la terre était invisible et vide ; les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme, et l’Esprit de Dieu était porté sur les eaux. Et Dieu dit : Soit la lumière, et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Il sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière jour ; Il appela nuit les ténèbres. Et il y eut un soir, et il y eut un matin ; un jour. Dieu dit ensuite : Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux ; qu’il sépare les eaux des eaux ; et il en fut ainsi. Dieu créa le firmament, Il sépara les eaux qui étaient au-dessus du firmament, des eaux qui étaient au-dessous du firmament. Il appela le firmament ciel. Et Dieu vit que cela était bien. Et il y eut un soir, et il y eut un matin, et ce fut un deuxième jour. Après quoi Dieu dit : Que les eaux, au-dessous du ciel, soient réunies en un seul amas, et que la terre sèche apparaisse. Et il en fut ainsi : les eaux, au-dessous du ciel, furent réunies en un seul amas, et la terre sèche apparut. Dieu appela la terre sèche terre ; Il appela mers l’amas des eaux. Et Dieu vit que cela était bien. Et Dieu dit : Que la terre produise des plantes herbacées, portant semence selon les espèces et les similitudes, et des arbres fertiles en fruits, qui aient en eux les semences propres à chaque espèce sur la terre. Et il en fut ainsi. La terre produisit des plantes herbacées, portant semence selon les espèces et les similitudes, et des arbres fertiles en fruits ayant en eux les semences propres à chaque espèce sur la terre. Et Dieu vit que cela était bien. Et il y eut un soir, et il y eut un matin, et ce fut un troisième jour.

Proverbes I, 1-20

Proverbes de Salomon, fils de David, qui régna en Israël, pour faire connaître la sagesse et l’instruction ; pour apprendre les paroles de la prudence ; pour montrer les artifices des discours ; pour enseigner vraiment la justice, pour instruire à juger avec rectitude ; pour donner aux innocents la sagacité, aux jeunes gens la doctrine et l’intelligence. Car le sage qui les aura ouïs sera plus sage, et l’homme entendu saura l’art de gouverner. Il pénétrera la parabole et le sens voilé et les paroles des sages, et leurs énigmes. La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse; la prudence est bonne à tous ceux qui la mettent en pratique ; la piété envers Dieu est le principe de la sagesse ; les insensés méprisent la sagesse et l’instruction. Écoute, mon fils, les instructions de ton père, et ne repousse pas la loi de ta mère et tu ajouteras une couronne de grâces à ta tête, et à ton cou un collier d’or. Mon fils, prends garde que les impies ne t’égarent ; ne leur donne pas ton consentement. S’ils t’exhortent, disant : Viens avec nous, prends part à un meurtre; cachons en terre injustement l’homme juste ; engloutissons-le tout vivant, comme dans l’enfer, et effaçons de la terre tout souvenir de lui. Emparons-nous de ses richesses les plus précieuses, et remplissons nos demeures de ses dépouilles. Mets ta part avec la nôtre ; faisons tous bourse commune et n’ayons qu’un trésor. Mon fils, ne va pas en leur voie ; éloigne ton pied de leurs sentiers ; car leurs pieds courent au mal, ils se hâtent pour répandre le sang ; en effet, ce n’est pas vainement qu’on tend des filets aux oiseaux. Mais ceux qui participent à un meurtre thésaurisent pour eux des malheurs ; et la chute des pervers est funeste. Telles sont les voies de tous les ouvriers d’iniquité ; par leur impiété, ils détruisent leur propre vie. La Sagesse chante dans les rues ; elle parle librement au milieu des places.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne was born and raised in France, where she taught English. She moved to the United States in 2001, and she now teaches French. Beside her anthology on Cistercian texts, she has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

« L’Église de Jérusalem est la Mère de toutes les Églises et le garant de l’unité ort... À la Une 104508

Le 16 mai 2019, le chef de l’Église orthodoxe de Jérusalem, le patriarche Théophile III, a rencontré une délégation de la Société impériale o...

Communiqué de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe À la Une 104503

L’assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe s’est tenue, du 9 au 18 mai 2019, au monastère de Žiča, puis à Belgrade. Nous publions ci-desso...

La métropole grecque-orthodoxe de France victime de cambriolage À la Une 104485

Un cambriolage a eu lieu le 4 avril 2019 dans la métropole grecque-orthodoxe de France.

May 7 (old calendar) / May 20 (new) 104483

May 7 (old calendar) / May 20 (new) Repose of St. Alexis Toth, Confessor and Defender of Orthodoxy in America (1909). Day of Rejoicing — (Rádonitsa...

May 20  104481

May 20 Martyr Thalelæus at Aegæ in Cilicia, and his companions, Martyrs Alexander and Asterius (ca. 284). Uncovering of the Relics of St. Aleksy, M...

7 mai (ancien calendrier) / 20 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 104479

7 mai (ancien calendrier) / 20 mai (nouveau) Commémoration de l’apparition dans le ciel de la Croix du Seigneur, à Jérusalem, en 346 ; saint ...

20 mai Vivre avec l'Église 104477

20 mai Saints Thallalée, Alexandre et Astère, martyrs en Phénicie (vers 284) ; saint Asclas, martyr en Égypte (vers 287) ; saint Baudile, martyr à ...

Bertrand Vergely : « Les richesses. ‘Donne tes biens aux pauvres …’ » À la Une 104449

La conférence de Bertrand Vergely du 13 mai est en ligne.

May 6 (old calendar) / May 19 (new) 104439

May 6 (old calendar) / May 19 (new) Righteous Job the Long-suffering (ca. 2000-1500 B.C.). Ven. Micah, disciple of Ven. Sergius of Radonezh (1385)....

May 19  104437

May 19 4th SUNDAY OF PASCHA — Tone 3. The Paralytic. Hieromartyr Patrick, Bishop of Prusa, and his companions: Presbyters Acacius, Menander, and Po...

6 mai (ancien calendrier) / 19 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 104435

6 mai (ancien calendrier) / 19 mai (nouveau) Saint Job le Juste, prophète ; saints martyrs Barbare, Bacchus, Callimaque et Denis (vers 362) ; saint...

19 mai Vivre avec l'Église 104433

19 mai 4ème dimanche de Pâques, du Paralytique. Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons : Acace, Ménandre et Polyène, pr...