Interview du patriarche serbe Porphyre au magazine du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie « International Life » – 1re partie

Nous publions en trois partie la traduction du texte intégral de l’interview du patriarche serbe Porphyre donnée à « International Life » magazine du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. Le patriarche y aborde un grand nombre de questions, dont la situation des Serbes au Kosovo et en Croatie, les problèmes au Monténégro, les relations avec la Russie, la question ecclésiale ukrainienne, la Communion en période de pandémie, le calendrier ecclésiastique, et l’attitude envers les médias.

1. Votre Sainteté ! Vous avez fêté cette année votre 60e anniversaire et vous avez précédemment été élu patriarche de Serbie. Permettez-moi de vous féliciter à la fois pour le jubilé et pour l’intronisation.

C’est un privilège exceptionnel pour moi de pouvoir communiquer avec les lecteurs de votre magazine influent et renommé. Je vous en suis très reconnaissant. Je dois profiter de cette occasion pour rappeler à votre public l’importance des liens séculaires de l’Église serbe avec la Russie, l’Église n’étant rien d’autre que tout le peuple baptisé de Dieu. Je ne parlerai pas du Moyen Âge, ni de l’ère du comte Savva Vladislavitch de Raguse, ni même de tout le XXe siècle, marqué par la souffrance, mais aussi par le renforcement et l’approfondissement de nos relations fraternelles avec l’arrivée de réfugiés russes en Serbie et dans d’autres régions serbes, car pendant les derniers 25 années du troisième millénaire, ces liens sont devenus encore plus forts dans sur les plans économique et politique, et surtout dans le domaine spirituel, je dirais même plus forts que jamais avant.

Les personnalités représentant la Fédération de Russie en Serbie au rang d’ambassadeurs ont également contribué à cette qualité exceptionnelle des liens mutuels. Bien que différents par leur tempérament, leurs caractéristiques extérieures, par leurs qualités humaines, par l’amitié, même encore plus par la fraternité reconnue non seulement par les hommes politiques, mais je dirais par tout homme en Serbie, sont devenus et restés symboles de la coopération entre les deux nations. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’échanger avec l’Ambassadeur Botsan Khartchenko, dont l’humilité, presque monacale, donne de la force et de la rigueur aux vues et analyses qu’il présente. Je dois me souvenir dans la prière de l’ambassadeur Vitaly Tchourkine de bienheureuse mémoire, qui, en raison de la défense des intérêts de notre peuple, mais aussi de la défense de la justice et du droit international, est resté dans les mémoires des Serbes comme une sorte de chevalier diplomatique, un héros. Que Dieu réçoive son âme. Bien sûr, cette décennie de politique mondiale, internationale et diplomatique a été marquée par la personne du ministre Lavrov. Malheureusement ou heureusement, le peuple serbe se trouve, en fin de compte, Dieu le sait, trop souvent au centre de cette compétition politique et diplomatique. Par conséquent, nous attendons toujours avec espérance les paroles du ministre Lavrov dans un forum international ou dans l’une des capitales mondiales.

Merci pour vos félicitations. Je suis reconnaissant, avant tout, au Seigneur, pour tout ce qu’il m’a donné dans ma vie. Ma maxime personnelle pourrait être les paroles du saint Apôtre Paul : Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi en tirer fierté comme si tu ne l’avais pas reçu ? (1 Co 4, 7). Peut-être la sagesse de la vie est-elle atteinte lorsque l’homme expérimente un moment spirituel dans lequel il se rend compte du fait que tout est un don de Dieu, et que lui-même et tout ce qu’il fait est un don en réponse à ce don Divin.

Les jubilés, d’autre part, servent à amener l’homme à regarder sa vie avec une certaine distance et à voir combien il a servi les autres, en gardant toujours à l’esprit que le Seigneur est venu dans ce monde pour servir, non pour être servi, et donner sa vie en rançon pour une multitude.

2. Au début de l’année passée, en parlant du Kosovo-et-Métochie, vous avez souligné, citant le patriarche Irénée de bienheureuse mémoire, que « la plus grande préoccupation reste notre Kosovo-et-Métochie qui souffre depuis longtemps, notre Jérusalem spirituelle ». Maintenant, nous entendons parler de temps à autre d’attaques contre des églises orthodoxes et de vols qui y sont perpétrés. Quel est selon vous le plus grand problème : est-ce là la manifestation de simples délits ou l’expression de haine des forces nationalistes ou radicales, l’inaction du gouvernement ou des manquements dans leur activité de maintien de l’ordre public ?

Déjà depuis la fin des années quatre-vingt du siècle dernier, l’impression s’est imposée que la population albanaise est disciplinée et unie dans la réalisation de ses objectifs politiques. Il est possible que ce soit un résultat naturel du système clanique. Cependant, il est beaucoup plus exact de dire que les attaques dont vous parlez sont le résultat de tous les facteurs dont vous avez parlé, mais encore de celui que vous n’avez pas mentionné, à savoir le facteur étranger, qui peut-être n’incite ou n’inspirer pas d’attaques, mais qui,  depuis juillet 1999, ferme les yeux lorsque cela lui est nécessaire.

Pour nous, cependant, le plus important est que le Kosovo-et-Métochie soit notre Jérusalem spirituelle. Lors des exodes millénaires dans la diaspora, les Juifs disaient : « L’an prochain à Jérusalem. » Les jeunes Serbes se saluent par les paroles « l’an prochain à Prizren », manifestant la conscience que Prizren est la ville des empereurs serbes, la capitale, la ville de l’empereur Dušan. Afin que tous sachent, par exemple, que l’on ne peut mesurer la valeur de l’église de la Mère-de-Dieu-de- Ljeviš, nommée d’après un toponyme médiéval, par aucun trésor terrestre. Ce faisant, ils n’appellent pas au conflit, ni à aucune forme d’agression. Notre voie, la voie de notre État, de notre peuple et de l’Église est celle du dialogue, de la coexistence pacifique, du respect de chaque être humain et de toutes les convictions humaines positives. Mais cela ne signifie aucun relativisme de la part de l’Église sur cette question. L’Église, mais aussi le patriarche personnellement, s’efforcent d’influencer directement et systématiquement, de diverses manières, s’agissant de la question du Kosovo-et-Métochie en tant Terre serbe promise, l’esprit du temps, l’être du peuple, la situation sociale, politique et culturelle globale dans l’État, pour que la manière de pensée des jeunes générations exprimée dans la maxime « l’année prochaine à Prizren » reste un paradigme permanent.

Nous sommes infiniment reconnaissants à l’État russe, pour son soutien à la justice et la paix au Kosovo et en Métochie, l’État russe qui n’hésite pas à opposer son veto au Conseil de sécurité de l’ONU, à l’Église orthodoxe russe, aux autres Églises orthodoxes locales des mondes grec et slave, ainsi qu’au pape François. Je n’ai pas abandonné l’espoir qu’il y aura dans le monde occidental plus de personnalités, d’artistes, d’intellectuels, comme Handke ou l’ancien archéologue et historien Gabriel Millet, qui a qualifié les fresques du Kosovo-et-Métochie de plus belles œuvres de l’Europe médiévale et a déclaré : « Serbes, n’ayez pas peur, vous et vos fresques êtes nécessaires au monde et à son histoire ! »

3. Il n’y a pas si longtemps que vous avez séjourné personnellement au Kosovo. Quelles impressions avez-vous gardées de ce voyage ? Comme la vie spirituelle y est-elle organisée ?

Certains parallèles sont établis entre la vie spirituelle au Kosovo-et-Métochie et la vie spirituelle en Europe, plus précisément dans la partie occidentale de celle-ci. Dans la province serbe du sud, il existe un grand nombre d’églises détruites, dévastées, profanées, donc vides. Il y a également un grand nombre d’églises vides en Europe, à la différence près qu’elles n’ont pas été détruites ou profanées par ceux qui ne veulent pas du Christ et de son Église. Des églises où la liturgie était célébrée pendant des siècles ont été transformés en restaurants, centres commerciaux, diverses attractions touristiques, discothèques et lieux similaires de divertissement de masse. Il est possible que cela soit à la source de l’insensibilité envers la destruction des églises et la souffrance des chrétiens dans cette partie de l’Europe.

Je demande aux lecteurs de me pardonner si mes paroles ont été ressenties par eux avec amertume et aigreur. Mais cela est lié au fait que, en 1985, au monastère de Mušutište [au Kosovo, ndt], j’ai été ordonné au rang de hiérodiacre par l’évêque Paul, futur patriarche serbe. Ce monastère date du XIVème siècle et, vous le devinez, les habitants [albanais, ndt] de cette région l’ont démoli en 1999, ainsi que l’église paroissiale du village, également du XIVème siècle, tandis que toutes les maisons serbes de ce village ont été incendiées. Les Serbes expulsés de Mušutište viennent chaque année à la Pentecôte – l’église étant dédié à la Sainte Trinité – si l’on ne les en empêche pas, pour la célébration de la sainte Liturgie dans les ruines du monastère où j’ai été ordonné. Et ça, c’est l’image de la vie spirituelle au Kosovo-et-Métochie. Donc, là où l’église a été détruite ou incendiée, si les autorités locales ne l’empêchent pas, on célèbre une fois par an, le jour du saint à qui l’église est dédiée. Alors les fidèles s’y rassemblent.

Dans la partie nord de la province, où les orthodoxes serbes sont restés majoritaires, on peut dire que la vie ecclésiale se déroule normalement, comme d’habitude, comme dans d’autres régions de la Serbie, comme en République serbe de Bosnie, au Monténégro, etc. Dans les soi-disant enclaves serbes [au Kosovo, ndt], en fait de véritables ghettos au milieu d’une population majoritairement albanaise, ce que j’appellerais la plus grande honte de l’Europe du XXIe siècle, la vie spirituelle existe également. Et là, chaque enclave, chaque ghetto a un prêtre ou un hiéromoine qui sert régulièrement dans l’église. On peut dire : les offices ont lieu régulièrement, comme d’habitude, mais cette « habitude » doit être comprise très, très conditionnellement, car la vie quotidienne ne se déroule qu’à l’intérieur de ces enclaves, parfois dans une ou deux rues, d’où il est très risqué de sortir, surtout pour les femmes et les enfants. Toutes ces circonstances prises en compte, avec encore l’épidémie de covid19, à laquelle n’a pas échappé la province serbe du sud, il faut dire que la vie spirituelle est très bien organisée, et que cela est le mérite de l’évêque Théodose de Raška-Prizren avec les moines, le clergé et les fidèles.

4. Cette année marque le 80e anniversaire du début du génocide contre le peuple serbe dans l’État indépendant de Croatie (NDH), où des centaines de milliers de Serbes ont été sauvagement exterminés dans des camps de concentration. Comment l’Église orthodoxe serbe commémore-t-elle cette date ?

Au centre de tous les anniversaires commémorés par l’Église se trouve toujours la sainte Liturgie. Ce sera certainement le cas ce printemps, lors de l’anniversaire du début des souffrances terribles et sans précédent, du génocide commis contre le peuple serbe orthodoxe, nos frères tsiganes et nos frères juifs sur le territoire fantoche nazi nommé « État indépendant de Croatie ». À cette occasion nous célébrerons la Liturgie, si Dieu le veut, à Jasenovac, où a péri le plus grand nombre de personnes, mais aussi dans d’autres lieux. La sainte Liturgie, que nous célébrerons ensemble lors de la session ordinaire de l’Assemblée des Évêques au printemps, sera une commémoration du martyre de ceux qui ont été les victimes de  l’extermination probablement la plus cruelle et la plus abominable, en même temps la suppression planifiée et systématique d’un groupe ethnique dans l’histoire moderne. Le but du rassemblement à Jasenovac et dans d’autres lieux d’exécutions massives des gens innocents est d’acquérir, par la prière, la Liturgie la grâce du Saint-Esprit, pour nous transformer, car sans la Liturgie, sans l’immersion en prière dans le mystère de la Croix du Christ, le mystère du martyre et de la résurrection, l’homme contemporain peut se transformer en un instant en un vengeur impitoyable. Cela ne signifierait qu’une nouvelle série de malheurs sans fin.

Un orthodoxe transformé par la prière n’a jamais accusé et n’accusera jamais les descendants de quelqu’un, les enfants pour ce que ses parents avaient fait. Par conséquent, beaucoup de ceux qui ne connaissent pas l’esprit et l’ethos de l’Orthodoxie se demandent comment l’homme orthodoxe peut pardonner. Les chrétiens orthodoxes construiront toujours la paix, l’amitié, non pas la vengeance. Chaque chrétien doit utiliser les dons qu’il a reçus pour la paix et l’entente mutuelle entre les peuples. L’Église orthodoxe serbe continuera d’encourager et de soutenir les historiens et autres chercheurs à travailler pour établir la vérité historique, dénoncer le révisionnisme qui a pour simple objectif, ici dans les Balkans et dans toute l’Europe : blanchir les criminels nazis et fascistes.  Dès lors, on ne peut exclure la relance d’une nouvelle spirale du mal.

J’insiste sur le fait que ni l’approfondissement des connaissances historiques, ni la mise en œuvre de ces connaissances dans les écoles et les universités ne doivent servir la rancune, mais constituer un avertissement à chacun pour prévenir que le mal vécu par les Serbes, les Juifs et les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale ne se reproduise jamais et nulle part.

5. Je crois que vous serez d’accord que les amendements adoptés au Parlement du Monténégro à la loi sur la liberté de religion représentent une étape positive : il n’y aura pas de nationalisation des locaux de culte, la loi discriminatoire a été corrigée. Cependant, tous les problèmes n’ont pas été résolus. La partie monténégrine a contrecarré la signature de l’accord avec l’Église orthodoxe serbe, alors que les droits de l’Église catholique sont protégés par le concordat, les musulmans ont également un accord avec l’État, l’Église orthodoxe serbe est la seule à ne pas l’avoir. Un accord sera-t-il signé ?

Votre observation reflète pleinement les relations entre les Églises et les communautés religieuses et le gouvernement au Monténégro. Ensemble avec les hiérarques, le clergé et les fidèles du Monténégro, qui ont montré leur vrai visage, un visage radieux, au cours des récentes processions, nous sommes prêts à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour changer une telle situation vraiment injuste, inégalitaire et complètement absurde, si l’on prend en compte la composition de la population et les circonstances de l’histoire. Bien sûr, pour le bien de tous, de l’État, de l’Église, des fidèles de l’Église orthodoxe serbe et de ceux qui ne lui appartiennent pas. Nul ne peut être lésé ou privé de ses droits aux dépens d’autrui. Nous sommes prêts à examiner toutes les options du texte de l’Accord, celles qui étaient sur la table, mais notre équipe juridique pense qu’il est possible de l’améliorer. Si nécessaire, nous pouvons commencer avec du papier blanc. Tout pour le bien du peuple. Comme dans toute autre entreprise, dans celle-ci je veux respecter et protéger les intérêts des deux parties de façon égale, et d’autant plus que les deux parties sont en fait majoritairement un même peuple croyant, notre peuple. Donc, comme tout le monde dans notre Église, je suis résolument optimiste sur cette question. Dans un avenir prévisible, dont la durée est principalement déterminée par l’apaisement des divergences politiques au Monténégro, nous parviendrons à une solution pour le bien de tous. Nous sommes tout à fait d’accord avec nos hiérarques du Monténégro, le métropolite Ioannice, l’évêque Méthode, le clergé, les moines. Nous sommes prêts à travailler dur pour atteindre l’objectif.

La deuxième partie de l’interview à suivre sur Orthodoxie.com

Source

À propos de l'auteur

Photo of author

Sonja Đokić Petrel

Traductrice indépendante (ESIT) et professeur de langue et de littérature françaises
Lire tous les articles par Sonja Đokić Petrel

Articles similaires

L’Église orthodoxe russe considère que sa priorité pour les diocèses des territoires annexés par la Russie est l’aide pratique

Le Patriarcat de Moscou considère que, pour ce qui concerne les diocèses du Donbass, de Zaporojié et Chersonèse, la priorité est l’aide pratique. C’est ce qu’a déclaré vendredi dernier l’archiprêtre Nicolas Balachov : « L’avenir est connu de Dieu, qui dirige les voies de Son Église. Je ne suis pas prophète pour annoncer l’avenir. Je pense personnellement qu’il faut maintenant se concentrer en premier lieu non pas tant sur les questions

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Plusieurs saints de l’Église orthodoxe serbe ont été canonisés ce dimanche à Novi Sad

Plusieurs saints de l’Église orthodoxe serbe ont été canonisés à Novi Sad ce dimanche au cours d’une célébration panorthodoxe. La divine Liturgie et la canonisation de l’évêque confesseur Irénée (Ćirić, +1955) et des martyrs de la région de Bačka (Voïvodine) ont été présidées par le patriarche Porphyre, assisté par un grand nombre de hiérarques de l’Église orthodoxe serbe. Avant le début de la Liturgie, les icônes et les reliques des

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le sort des paroisses orthodoxes des territoires annexés sera traité par une commission spéciale de l’Église orthodoxe russe

L’archiprêtre Igor Yakimchuk, vice-président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a déclaré que la Direction des diocèses du Patriarcat de Moscou dans les pays voisins de la Russie s’occupera de la vie des paroisses dans les territoires annexés de l’Ukraine, rapporte ria.ru. « Conformément à la décision du Saint-Synode du 24 mars 2022, une Direction des diocèses du Patriarcat de Moscou dans les pays voisins de la

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Déclaration : l’Église orthodoxe ukrainienne est aux côtés du peuple ukrainien dans sa lutte contre l’agression russe

L’Église orthodoxe ukrainienne (métropolite Onuphre) a publié sur son site Internet une déclaration concernant la guerre en Ukraine : « L’Église orthodoxe ukrainienne a souligné à plusieurs reprises son soutien absolu et inconditionnel à la souveraineté et à l’intégrité de l’État ukrainien. Les actions des membres individuels du clergé, qui ne correspondent pas à la position officielle de l’Église, sont une manifestation de leur choix politique personnel, dont ils portent l’entière

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce se tiendra du 4 au 7 octobre 2022

L’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce se réunira en session ordinaire du 4 au 7 octobre 2022 au Palais synodal d’Athènes. L’Assemblée commencera par la divine Liturgie en la chapelle des saints Archanges, catholicon du monastère de Petraki. Après avoir procédé à l’élection de la commission épiscopale chargée des communiqués de presse, les hiérarques présidant les commissions synodales présenteront leurs rapports d’activités pour l’année ecclésiastique 2021-2022. Ensuite, l’archevêque

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche de Moscou Cyrille est malade de la COVID

Le communiqué suivant a été publié sur le site officiel du Patriarcat de Moscou : « Dans les prochains jours, toutes les rencontres et voyages prévus de Sa Sainteté le patriarche Cyrille sont annulés en raison de la maladie de la COVID, avec des symptômes prononcés, et de la nécessité de l’alitement et de l’isolation » a déclaré, le 30 septembre 2022 le président du Département synodal pour les relations de l’Église et

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

La faculté orthodoxe de Veliko Tarnovo (Bulgarie) organise un forum sur le transhumanisme

Une conférence scientifique avec participation internationale sur le thème « L’Église, l’idéologie et le transhumanisme » aura lieu en ligne les 6 et 7 octobre 2022. Les organisateurs du forum sont le Centre de théologie systématique de la Faculté de théologie orthodoxe « Saints-Cyrille-et-Méthode » de l’Université de Tarnovo avec le fonds « Pokrov ». La conférence a pour but « une sérieuse discussion scientifique sur l’attitude de l’Église à l’égard des influences idéologiques, en

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Pour la deuxième fois, la Hongrie s’oppose aux sanctions visant le patriarche Cyrille

Pour la deuxième fois, Budapest n’a pas permis à l’Union européenne d’inscrire le patriarche de Moscou Cyrille sur la liste des personnes sanctionnées. C’est ce qui a été annoncé par Rikard Jozwiak, journaliste à Radio Free Europe. « Certains pays membres de l’Union européenne ont tenté d’imposer des sanctions contre le patriarche Cyrille, mais la Hongrie les a bloquées, comme la dernière fois » a écrit Jozwiak sur Twitter. Comme il l’a

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une relique de la ceinture de la Mère de Dieu visitera les paroisses roumaines de La Courneuve (Trois-Saints-Hiérarques) et de Paris (Saints-Archanges)

Le 30 septembre, un coffret avec des fragments de la Ceinture de la Mère de Dieu, venu du monastère de Kato Xenia (Thessalie, Grèce) sera apporté en France. Tout d’abord, la Ceinture de la Mère de Dieu visitera la paroisse orthodoxe roumaine de La Courneuve. Le programme est le suivant : – Vendredi 30 septembre : 18 h accueil de la Ceinture de la Mère de Dieu apportée par une délégation de Grèce ;

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’évêque Georges de Canberra a été nommé évêque diocésain d’Australie par l’Assemblée des évêques de l’Église russe hors-frontières

Le 21 septembre 2022, l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières a nommé l’évêque Georges de Canberra évêque diocésain d’Australie et de Nouvelle-Zélande avec le titre « de Sydney, d’Australie et de Nouvelle-Zélande ». Né aux États-Unis en 1950, Paul Schaeffer, le futur évêque Georges, s’est converti à l’Orthodoxie en 1974. L’année suivante, il devint novice au monastère de la Sainte-Trinité à Jordanville (État de New York), puis étudia au séminaire

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

24 septembre

Sainte Thècle, égale aux apôtres, martyre (I) ; saint Coprès, moine en Palestine (530) ; saint Nicandre de Pskov (1581) ; saint Galaction de Vologda (1612) ; saint Vladislav de Serbie…

23 septembre

23 septembreJour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte (vers 308) ; saint André, martyr…

11 septembre (ancien calendrier) / 24 septembre (nouveau)

Samedi avant l’Exaltation de la Croix Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; sainte Théodora d’Alexandrie (474-491) ; saint Marcel, martyr, premier apôtre connu du Velay ; saints Démètre,…

RCF Bordeaux : “Saint Sophrony l’Athonite”

La veille de la fête de Saint Silouane de l’Athos, le 24 septembre, est une occasion d’honorer la mémoire de saint Sophrony l’Athonite.Saint Sophrony a été le disciple de saint Silouane…

Commentaires du diocèse de Vilnius et de Lituanie sur la rencontre entre les représentants du gouvernement lituanien et le patriarche Bartholomée de Constantinople 

Le primat de l’Église orthodoxe de Lituanie n’approuve pas l’ingérence des autorités dans les processus internes de l’Église. Le métropolite Innocent, primat de l’Église orthodoxe de Lituanie, a fait un commentaire officiel sur la visite de représentants du ministère lituanien des Affaires étrangères au Phanar. Son commentaire suit ci-après :« Comme on l’a appris, le lundi 19 septembre, des représentants des autorités lituaniennes ont rencontré le patriarche Bartholomée de Constantinople au Phanar (Istanbul). Selon des communiqués laconiques publiés sur les sites

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

22 septembre

Saint Phocas, évêque de Sinope, martyr (117) ; sainte Rodène de Levroux, vierge (Ier s.) ; saint Sylvain, ermite dans le Berry (Ier s.) ; saint martyr Phocas le jardinier (vers 320)…

Le patriarche de Moscou Cyrille a appelé à l’unité spirituelle des peuples de la Rus’ 

Le 21 septembre 2022, en la fête de la Nativité de la Mère de Dieu, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la sainte Liturgie en l’église de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu au couvent stavropégique Zatchatievsky de Moscou. À l’issue de la Liturgie, le patriarche a prononcé l’homélie suivante : « Ce jour, dans l’histoire de notre Patrie a été marqué par de nombreux événements mais, probablement, le plus saillant et significatif d’entre eux fut la bataille de Koulikovo [contre

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le président Aleksandar Vučić se prononce contre la suppression de l’enseignement religieux dans les écoles publiques serbes 

Le président serbe Aleksandar Vučić est opposé à la suppression de l’instruction religieuse dans les écoles serbes et est convaincu que ceux qui sous-estiment l’Église ne comprennent pas son rôle dans les circonstances actuelles. C’est ce que le dirigeantserbe a déclaré le 19 septembre 2022 à New York, répondant à la question des journalistes qui lui demandaient comment il percevait l’exigence du Comité Helsinki d’abolir l’instruction religieuse dans les écoles publiques en Serbie « Nous n’avons

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :