21/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Nicolas de Jitcha

Résultats de la recherche : Nicolas de Jitcha

L’émission « l’Eglise orthodoxe aujourd’hui » du 30 août 2009 : « Les prières sur le lac de saint Nicolas de Jitcha (Vélimirovitch) »

L'émission de radio L'Eglise orthodoxe aujourd'hui, du dimanche 30 août 2009 a pour thème : « Les prières sur le lac de saint Nicolas de Jitcha (Vélimirovitch) ». Les invités sont Zoritza Terzitch et Jean-Claude Larchet.

Podcast Audio (Durée : 29’24)

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo "podcast".

Radio : saint Nicolas de Jitcha (Vélimirovitch)

Dans
l’émission de radio L’Eglise orthodoxe
aujourd’hui
sur Radio Notre Dame, du dimanche 2 mars, Bogdan-Florin Vlaïcu
proposera une présentation de la vie de saint Nicolas
de Jitcha (Vélimirovitch)
qui sera célébré par l’Eglise orthodoxe serbe le 5 mars. Ensuite des entretiens
avec la traductrice Zoritza Terzitch et avec Jean-Claude Larchet sur Prières
sur le lac
, oeuvre remarquable écrite par ce grand évêque serbe du XXe
siècle.

Lire la suite »

Recension : Mgr Nicolas Vélimirovitch (saint Nicolas de Jitcha) : « La foi et la vie selon l’Évangile »

Nicolas_v
Mgr Nicolas Vélimirovitch (saint Nicolas de Jitcha), La foi et la vie selon l’Évangile, traduit du serbe par Zorica Terzić, éditions L’Age d’Homme, Lausanne, 2007, 175 p., collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle ».
Monseigneur Nicolas Vélimirovitch (1880-1956), canonisé en 2003 sous le nom de « saint Nicolas de Jitcha et d’Ochrid », est l’un des plus grands théologiens et spirituels de l’Église orthodoxe au xxe siècle. Écrivain prolifique et inspiré, il est l’auteur d’une œuvre immense, qui occupe une vingtaine de volumes.
Le présent recueil rassemble cinq opuscules écrits à des époques et dans des circonstances différentes, mais qui ont en commun de présenter des éléments essentiels de la foi orthodoxe et de la spiritualité qui en est indissociable.
La Centurie de Ljubostinja fait apparaître la spécificité du sens, de la place, de la fonction et des fruits de l’Évangile dans l’Église orthodoxe, procédant régulièrement à des comparaisons avec ce que les autres religions tiennent pour leurs textes sacrés, et avec la façon dont l’Évangile est considéré dans les confessions chrétiennes occidentales.

Lire la suite »

Recension : Mgr Nicolas Vélimirovitch (saint Nicolas de Jitcha) : "La foi et la vie selon l’Évangile"

Nicolas_v
Mgr Nicolas Vélimirovitch (saint Nicolas de Jitcha), La foi et la vie selon l’Évangile, traduit du serbe par Zorica Terzić, éditions L’Age d’Homme, Lausanne, 2007, 175 p., collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle ».
Monseigneur Nicolas Vélimirovitch (1880-1956), canonisé en 2003 sous le nom de « saint Nicolas de Jitcha et d’Ochrid », est l’un des plus grands théologiens et spirituels de l’Église orthodoxe au xxe siècle. Écrivain prolifique et inspiré, il est l’auteur d’une œuvre immense, qui occupe une vingtaine de volumes.
Le présent recueil rassemble cinq opuscules écrits à des époques et dans des circonstances différentes, mais qui ont en commun de présenter des éléments essentiels de la foi orthodoxe et de la spiritualité qui en est indissociable.
La Centurie de Ljubostinja fait apparaître la spécificité du sens, de la place, de la fonction et des fruits de l’Évangile dans l’Église orthodoxe, procédant régulièrement à des comparaisons avec ce que les autres religions tiennent pour leurs textes sacrés, et avec la façon dont l’Évangile est considéré dans les confessions chrétiennes occidentales.

Lire la suite »

Radio : saint Nicolas de Jitcha (Vélimirovitch)

L’émission de radio L’Eglise orthodoxe aujourd’hui, du dimanche 21 août aura pour thème : « Les prières sur le lac de saint Nicolas de Jitcha ». Les invités seront Zoritza Terzitch et Jean-Claude Larchet. Pour une présentation de la vie et de l’œuvre de saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid, lire la conférence de Jean-Claude Larchet à partir de cette page.

Lire la suite »

Jean-Claude Larchet : « La vie et l’œuvre de saint Nicolas de Jitcha »

Nous vous invitons à lire la conférence donnée par Jean-Claude LARCHET à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, Paris, le 5 mars 2005, dans le cadre de la présentation du livre de Mgr Nicolas Vélimirovitch (Saint Nicolas de Jitcha), Prières sur le lac (éd. L’Age d’Homme, 2004). Pour télécharger la conférence sous format PDF cliquez ICI !

Compte rendu de l’hommage à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch)

L’hommage à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch) a rassemblé, samedi 5 mars dans l’après-midi, près de 120 personnes à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. Cette réunion, qui avait reçu la bénédiction de Mgr Gabriel de Comane, se tenait à l’occasion de la récente canonisation de Mgr Nicolas (Vélimirovitch) par l’Eglise orthodoxe serbe et de la parution d’un de ses ouvrages en français, Prières sur le lac (aux éditions l’Age d’Homme). Mgr Luka, qui dirige le diocèse de France et d’Europe occidentale de l’Eglise orthodoxe serbe, était présent.

Lire la suite »

Compte rendu de l'hommage à saint Nicolas de Jitcha et d'Ohrid (Vélimirovitch)

L’hommage à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch) a rassemblé, samedi 5 mars dans l’après-midi, près de 120 personnes à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. Cette réunion, qui avait reçu la bénédiction de Mgr Gabriel de Comane, se tenait à l’occasion de la récente canonisation de Mgr Nicolas (Vélimirovitch) par l’Eglise orthodoxe serbe et de la parution d’un de ses ouvrages en français, Prières sur le lac (aux éditions l’Age d’Homme). Mgr Luka, qui dirige le diocèse de France et d’Europe occidentale de l’Eglise orthodoxe serbe, était présent.

Lire la suite »

Hommage à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Nikolaj2 Samedi 5 mars, dans l’après-midi, un hommage sera rendu à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch) à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à Paris, à l’occasion de sa récente canonisation par l’Eglise orthodoxe serbe et de la parution de Prières sur le lac. La présentation générale de cette après-midi, le programme détaillé, une courte biographie de saint Nicolas, des intervenants, Jean-Claude Larchet et Mgr Athanase (Jevtitch), une bibliographie des œuvres du saint traduites en français, un extrait de Prières sur le lac, se trouvent dans le document ci-joint.

Photographie: Mgr Nicolas Vélimirovitch

Hommage à saint Nicolas de Jitcha et d'Ohrid à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Nikolaj2 Samedi 5 mars, dans l’après-midi, un hommage sera rendu à saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch) à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à Paris, à l’occasion de sa récente canonisation par l’Eglise orthodoxe serbe et de la parution de Prières sur le lac. La présentation générale de cette après-midi, le programme détaillé, une courte biographie de saint Nicolas, des intervenants, Jean-Claude Larchet et Mgr Athanase (Jevtitch), une bibliographie des œuvres du saint traduites en français, un extrait de Prières sur le lac, se trouvent dans le document ci-joint.

Photographie: Mgr Nicolas Vélimirovitch

Journée saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch)

Nicolasvelim5Le samedi 5 mars prochain, à l’Institut Saint Serge (93, rue
de Crimée, Paris 19e), aura lieu une après-midi consacrée à saint Nicolas de
Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch), à l’occasion de sa récente canonisation et
de la parution de Prières sur le lac aux éditions L’Age d’Homme. Il y aura deux
conférences, de Jean-Claude Larchet sur Vie et oeuvres de Nicolas
Vélimirovitch
, et de Mgr Athanase( Jevtitch) sur La sainteté de Mgr
Nicolas
. Une quête humanitaire pour le Kosovo est également prévue. Un choeur
chantera le tropaire du saint en serbe et en français. Sur des stands, des
icônes et des ouvrages du saint seront proposés à la vente.

Par ailleurs, à partir du lendemain, une exposition d’objets
qui ont appartenu à saint Nicolas ou qui se rapportent à lui sera ouverte,
durant quelques jours, dans les locaux de la cathédrale Saint Sava (23, rue du
Simplon, Paris 18e) du diocèse de l’Eglise orthodoxe serbe.

Quelques textes (en français) sur et de saint
Nicolas !

 

Journée saint Nicolas de Jitcha et d'Ohrid (Vélimirovitch)

Nicolasvelim5Le samedi 5 mars prochain, à l’Institut Saint Serge (93, rue
de Crimée, Paris 19e), aura lieu une après-midi consacrée à saint Nicolas de
Jitcha et d’Ohrid (Vélimirovitch), à l’occasion de sa récente canonisation et
de la parution de Prières sur le lac aux éditions L’Age d’Homme. Il y aura deux
conférences, de Jean-Claude Larchet sur Vie et oeuvres de Nicolas
Vélimirovitch
, et de Mgr Athanase( Jevtitch) sur La sainteté de Mgr
Nicolas
. Une quête humanitaire pour le Kosovo est également prévue. Un choeur
chantera le tropaire du saint en serbe et en français. Sur des stands, des
icônes et des ouvrages du saint seront proposés à la vente.

Par ailleurs, à partir du lendemain, une exposition d’objets
qui ont appartenu à saint Nicolas ou qui se rapportent à lui sera ouverte,
durant quelques jours, dans les locaux de la cathédrale Saint Sava (23, rue du
Simplon, Paris 18e) du diocèse de l’Eglise orthodoxe serbe.

Quelques textes (en français) sur et de saint
Nicolas !

 

Recension: Saint Nicolas Vélimirovitch, « Le Prologue d’Ohrid », tome 2 (Mai à Août)

Saint Nicolas Vélimirovitch, Le Prologue d’Ohrid, tome 2 (Mai à Août), collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle », L’Age d’Homme, Lausanne, 2017, 512 p.
Le Prologue d’Ohrid est l’une des œuvres majeures et les plus connues de l’évêque serbe Nicolas Vélimirovitch (1880-1956), canonisé en 2003 sous le nom de Saint Nicolas de Jitcha et d’Ohrid et surnommé « le Chrysostome serbe » en raison de l’excellence de son talent littéraire.
C’est une œuvre à la fois classique et originale. Divisée en autant de chapitres que de jours de l’année, elle comporte pour chacun: 1) une courte Vie des principaux saints du jour  (c’est donc un Synaxaire abrégé); 2) un poème spirituel consacré à l’un de ces saints; 3) une brève réflexion ; 4) un thème de contemplation; 5) une courte homélie.
Cet ensemble riche et varié en fait un manuel de vie spirituelle au quotidien, que la brièveté des chapitres rend utilisable même par des personnes disposant de peu de temps, et qui peut aussi rendre de grands services dans le cadre de la catéchèse et de la formation spirituelle.
La qualité stylistique des poèmes, des méditations et des homélies place également cet ouvrage dans la catégorie des grands livres de littérature religieuse qui nourrissent l’intelligence et réjouissent le cœur.
Saint Justin (Popovitch) écrivait à son sujet: « C’est le manuel le plus nécessaire – un saint manuel, un saint Euchologe… Dans chaque malheur, ouvre ce saint manuel, et tu trouveras ce qui t’est nécessaire. Il n’y a pas de tourment qui te visite et pour lequel ce saint Euchologe ne te donne la force de le maîtriser par le Christ Dieu. Il n’y a pas de passion qui puisse dominer ton âme et pour laquelle tu n’y trouves de remède qui ait fait ses preuves et qui soit sûr. Il n’y a pas de péché qui puisse te trouver et faire pénétrer la mort dans ton âme, et pour lequel tu ne trouves pas dans le saint Prologue d’Ohrid comment t’en sauver. »
Faisant suite au 1er tome, publié en 2009 et comportant les mois de janvier à avril, ce 2e tome contient les mois de mai, juin, juillet et août.
L’ouvrage ne sera disponible en librairie que dans les prochaines semaines, mais peut être obtenu dès maintenant en étant commandé en ligne sur le site de L’Age d’Homme. Les frais de port sont offerts pour une commande supérieure à 50 euros.

Jean-Claude Larchet

Recension: Lioubomir Mihailovitch, « Le monastère orthodoxe de Jitcha. Au cœur de la spiritualité serbe »

JitchaLioubomir Mihailovitch, Le monastère orthodoxe de Žiča (Jitcha). Au cœur de la spiritualité serbe, Metokhia, Paris, 2015, 128 p.
Ce petit livre présente l’histoire passée et récente du monastère de Žiča (Jitcha), qui est situé au cœur de la Serbie et est l’un des plus anciens monastères serbes, fondé au début du XIIIe siècle par le roi Stefan le Premier Couronné et son frère saint Sava, premier archevêque serbe.
Après l’évocation de la construction et de la décoration du monastère et de son église, l’auteur donne la traduction d’un sermon qu’y a prononcé saint Sava lors de la fête de l’Ascension 1221. Il évoque ensuite les premières destructions et reconstructions entre le XIIIe et le XVIe siècle, puis, du XVIIe au XIX siècle les combats pour la survie du monastère face aux incessantes exactions ottomanes. Un chapitre entier est dédié à l’œuvre de restauration entreprise en 1855-1857 par l’évêque Joanikije Nešković. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le monastère vit la reprise des cérémonies d’onction des monarques (Žiča étant à la monarchie serbe ce que fut Reims à la monarchie française). Pendant l’épiscopat de saint Nicolas Velimirović (qui prit place entre 1934 et 1941), le monastère connut une renaissance spirituelle remarquable. C’est au monastère que se réunissait lors des grandes fêtes le mouvement des Bogomoljci (Ceux-qui-prient-Dieu) que saint Nicolas avait fondé, et l’on compta jusqu’à 100.000 participants lors de la fête de l’Exaltation de la Croix de 1938, ce qui donne une idée de son ampleur. C’est à la fin des Liturgies qu’il célébrait que l’évêque Nicolas avait l’habitude de prononcer ses homélies, qui ont laissé une marque indélébile sur tous ceux qui l’écoutaient. Il commençait souvent à parler les yeux fermés, puis il les ouvrait et parcourait du regard toute l’assistance. « Chacun, rapporte son ancien élève l’archimandrite Jovan Radosavljević, avait l’impression que l’évêque le regardait et s’adressait à lui personnellement. Une force bienfaisante et une énergie irradiaient de lui, de sorte que son homélie conduisait les assistants vers une joie quasi céleste. Puis quand il tapait du pied ou avec sa crosse épiscopale, ou quand il faisait un geste de la main avec la croix, nous sentions tous qu’il voulait souligner une pensée ou une expression, afin que tout le monde s’en souvienne car elles venaient du Christ et étaient salvatrices. À la fin, il bénissait toute l’assistance, puis récitait des prières pour les malades rassemblés devant les Portes Royales de l’iconostase. Au moment d’ôter ses ornements liturgiques, il les déposait sur les malades et la puissance bienfaisante de ses saintes prières était si connue que des malades venaient de très loin pour qu’il prie pour eux. » L’évêque Nicolas avait l’intention de créer en ce lieu un grand centre spirituel pour le peuple serbe, mais la Seconde guerre mondiale l’empêcha de réaliser ce projet. Cette guerre fut pour le monastère un véritable martyre, les nazis ayant la volonté de détruire le patrimoine spirituel serbe. L’évêque Nicolas fut arrêté en juillet 1941, et le monastère bombardé en octobre de la même année. L’higoumène Danilo, le père Rafaïlo et quelques moniales âgées restèrent cependant sur place afin de garder ce qui restait des bâtiments. Un chapitre évoque les années de l’après guerre, redues difficiles par le manque de moyens matériels pour assurer la reconstruction et par les persécutions du nouvel État communiste. Des administrateurs succédèrent à l’évêque Nicolas, avant que puissent être nommés deux évêques qui contribuèrent successivement à la restauration matérielle et spirituelle du monastère: Vasilije Kostić et Stefan Boca. Les malheurs du monastère n’étaient pas finis pour autant, puisqu’il subit de gros dommages lors du tremblement de terre de 1987. Un dernier chapitre évoque le dynamisme actuel du monastère. Il est suivi d’une homélie prononcée par l’évêque Nicolas le 15 août 1940, et d’un entretien avec l’actuelle higoumène, Mère Hélène. Une annexe présente des photos en couleur qui donnent un aperçu des bâtiments, des quelques belles fresques anciennes qu’il ont conservées, et des travaux iconographiques et agricoles actuel des moniales.
Le livre, qui est un bel hommage à l’un des plus importants monastères serbes, qui fait connaître une histoire peu connue du public francophone, et dont plusieurs chapitres évoquent la puissante et rayonnante personnalité de saint Nicolas Vemimirović, peut être acquis au prix de 5 euros à l’église Saint-Sava, rue du Simplon, Paris XIXe.

Jean-Claude Larchet

Recension : Saint Nicolas Vélimirovitch, « Les symboles et les signes ».

Images&signes Saint Nicolas Vélimirovitch, « Les symboles et les signes », coll. L’archipel slave, L’Age d’Homme, Lausanne, 2010, 110 p.
Ce petit livre, dont le texte a la dimension d’un gros article, a été écrit en 1932 par l’évêque serbe Nicolas Vélimirovitch (le futur saint Nicolas de Jitcha) à l’intention des étudiants de la faculté de théologie de Belgrade, afin de les initier aux principaux signes et symboles en usage dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. 
Après un chapitre introductif sur « la réalité et ses symboles », l’ouvrage traite d’abord de la terre, du soleil, des étoiles, des minéraux, des végétaux, des animaux, des objets, des actes, faits et activités en tant que symboles, puis des rêves, des événements, des pensées, des sentiments, des circonstances ordinaires, des phénomènes et cataclysmes naturels, de l’homme, de la guerre, de la famine et de la perte en tant que signes. Après un chapitre sur les signes de la fin du monde et avant un chapitre conclusif sur « la connaissance de la vérité », l’auteur précise ainsi la différence entre les symboles et les signes:

Lire la suite »

Vient de paraître: Saint Nicolas Vélimirovitch, «Le Prologue d’Ohrid», tome 1, de janvier à avril, L’Age d’Homme, Lausanne, 2009, 480 p. (collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle »).

 Prologue_t1_CouvertureVient de paraître aux éditions L’Age d’Homme, dans une belle édition reliée et illustrée, le premier volume d’une œuvre majeure du saint évêque serbe Nicolas (Vélimirovitch) de Jitcha (1880-1956), dont la traduction française était très attendue : «Le Prologue d’Ohrid.»
Ce livre, véritable manuel de vie spirituelle, propose pour chaque jour de l’année les vies abrégées des saints commémorés, un hymne de louange consacré à l’un d’entre eux, un thème de méditation, une courte réflexion sur un thème spirituel, et une brève homélie.
Nous donnons ci-dessous un extrait de l’introduction de Jean-Claude Larchet, directeur de la collection «Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle» où il paraît, et maître d’œuvre de cette édition.

Lire la suite »

Présentation du film « Saint Nicolas de Serbie »

St_nicolas_1
Le
dimanche 26 novembre à partir de 17 heures, dans les locaux de la paroisse
orthodoxe serbe Saint Sava à
Paris
, aura lieu la présentation d’un documentaire sur la vie du saint
récemment canonisé par l’Eglise orthodoxe serbe Mgr Nicolas de
Jitcha et d’Ohrid
. Le film, réalisé dans la production de la paroisse orthodoxe
serbe de Berlin et sous la direction du diacre Nenad Ilic, retrace la vie et
l’enseignement de l’un des plus grands intellectuels orthodoxes du XXème siècle
qui de son vivant fut appelé le « Chrysostome serbe ». Quatre de ces
ouvrages ont été déjà traduits en français : Cassienne,
enseignement sur la conception chrétienne de l’amour
, Théodule – le
peuple serbe comme serviteur de Dieu
(ces deux livres traduits par
Jean-Louis Palierne), ainsi que Prière
sur le lac
et Vie de saint Sava.

Le
documentaire, d’une durée de 112 minutes et synchronisé en quatre langues dont
le français, sera présenté par le père Nicolas Cernokrak, M. Ljubomir
Mihailovic, traducteur du livre Vie de saint Sava, et Mme Zorica
Terzic traductrice de Prières sur
le lac.

Eglise
orthodoxe serbe Saint Sava à Paris

23,
rue du Simplon 75018, Metro Simplon Ligne 4

Entée libre

Recension : Mgr Nicolas Velimirovic, «Vie de saint Sava»

Vie_de_saint_sava_1
Mgr Nicolas Velimirovitch : Vie de saint Sava,  traduit de l’original anglais par Ljubomir
Mihailovic. Coédition L’Age d’Homme/Diocèse serbe d’Europe occidentale, Paris,
2001, 158 pages.
La très belle Vie de saint Sava rédigée en anglais
par l’évêque Nicolas Velimirovitch (1880-1956) auquel son talent d’orateur et
d’écrivain a valu le surnom de « Chrysostome serbe », a été publiée
par les éditions L’Age d’Homme la même année dans deux traductions
différentes : l’une, due à Hélène Pignot, dans la collection « La
Lumière du Thabor », l’autre, meilleure selon nous, due à Ljubomir
Mihailovic, dans une coédition avec le Diocèse orthodoxe serbe d’Europe
occidentale.

Lire la suite »

Une interview de Bernard Le Caro à l’hebdomadaire serbe « Pečat »

Un entretien avec Bernard Le Caro a été publié dans l’hebdomadaire serbe Pečat les 21 et 28 juillet. La traduction française est en ligne sur cette page. Des grandes figures orthodoxes contemporaines y sont évoquées comme les saints Justin de Ćelije (Popovitch), Jean de Changhaï (Maximovitch), Nicolas de Jitcha (Vélimirovitch), ainsi que le christianisme orthodoxe en Occident face aux réalités de la société actuelle.

Programme du Salon du livre orthodoxe : deux concerts de chants orthodoxes

ResurrectionDeux concerts de chants orthodoxes auront lieu au Salon du livre orthodoxe (programme complet). Le premier, vendredi 25 avril, de 18h30 à 18h50, dans l'auditorium Jean XXIII, par le choeur du Séminaire orthodoxe russe. Le second, samedi 26 avril, de 11h30 à 12h15 dans l'auditorium Jean XXIII, par le choeur Saint-Siméon (de la cathédrale serbe Saint-Sava à Paris) dirigé par Nana Péradzé. Les chants de ce concert alterneront avec des lectures faites par Zorica Terzic de L'Age d'Homme, traductrice (notamment des oeuvres de saint Nicolas de Jitcha). Le choeur Saint-Siméon et Nana Péradzé présenteront le CD du choeur récemment paru aux éditions Jade (qui auront un stand), Résurrection (couverture ci-contre), de 13h20 à 13h40 en salle exposants.

Chronique: « Vies des saints serbes »

Dans sa chronique du 8 décembre, dans l'émission Lumière de l'orthodoxie, sur Radio Notre-Dame, le père Christophe Levalois a évoqué l'ouvrage Vies des saints serbes de saint Justin Popovic (L'Age d'Homme, 2013). Voici le texte de cette chronique:

St-Justin-Vie-des-saints-serbesLes éditions L’Age d’Homme ont publié cette année, dans l’excellente collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle », dirigée par Jean-Claude Larchet, la traduction française des Vies des saints serbes du père Justin Popovic, devenu lui-même saint depuis sous le nom de saint Justin de Tchélié (Celije) et qui est fêté le 1er juin.  Ce synaxaire – vies des saints en suivant le calendrier – de 470 pages permet non seulement de prendre connaissance des nombreux saints et saintes qui y sont évoqués, en tout 62, mais aussi d’entrer dans l’histoire et la richesse spirituelle du peuple serbe.
 
C’est une histoire pleine de nombreux combats et de beaucoup de souffrances ainsi que de sacrifices collectifs au fil des siècles. Aujourd’hui, c’est encore le cas avec le Kosovo. Rappelons juste que le peuple serbe a été pendant des siècles en première ligne face aux invasions de l’Empire ottoman et qu’il a, de ce fait, été le défenseur pendant des siècles de l’Europe chrétienne, ce qu’il a payé par un prix très élevé en vies humaines et en destructions. Au XXe siècle, après la domination ottomane, plusieurs tragédies historiques l’ont frappé cruellement : les deux guerres mondiales et le régime communiste. Cette très longue mémoire est toujours présente aujourd’hui. Cette histoire explique aussi qu’un nombre important de rois, de reines et de princes se trouvent dans cet ouvrage. En effet, un tiers des saints présentés ont une ascendance noble.
 
Je présenterai juste, rapidement, trois exemples. Le premier est saint Sava. Le grand saint national serbe. Né vers 1169, mort en 1236, fils du roi Stefan Nemanja, lui-même saint très populaire sous le nom de saint Syméon le Myroblite, saint Sava a fondé le monastère de Chilandar sur le Mont Athos et fut le premier primat de l’Eglise orthodoxe serbe qui obtient grâce à lui son autonomie et qu’il a organisée. Il est fêté le 14 janvier.

Lire la suite »

« La lumière du siècle à venir juge et appelle à la responsabilité »: entretien avec Mgr Maxime, évêque de Los Angeles et d’Amérique occidentale de l’Église orthodoxe serbe

Nous vous proposons ci-dessous la traduction française d'une entretien (version originale) avec Mgr Maxime, évêque de Los Angeles et d'Amérique occidentale de l'Eglise orthodoxe serbe (photographie ci-contre, source).

1.  L'Assemblée des évêques canoniques orthodoxes d'Amérique du Nord a été formée il y a trois ans. En quoi réside le rôle de cette Assemblée ?

L'Assemblée des évêques canoniques orthodoxes en Amérique du Nord (site) a été constituée sur la base de la décision de la IVème conférence panorthodoxe préconciliaire de Chambésy (6-13 juin 2009), au cours de laquelle ont été adoptées les règles de procédures concernant le fonctionnement des assemblées épiscopales de la diaspora, une grande institution, importante pour le monde orthodoxe entier.

Elle est particulièrement importante pour ce que nous appelons la diaspora, qui a été longtemps un espace missionnaire qui, dans le sens ecclésiologique, „souffre“, car les différences culturelles et ethniques sont devenues le fondement de la création de communautés dirigées par différents évêques.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Lire la suite »

« Au coeur de la foi orthodoxe », une émission de radio sur RCF-Alpha (Rennes, Ile-et-Vilaine)

"Au coeur de la foi orthodoxe" est une émission de radio sur RCF-Alpha (Rennes et Ile-et-Vilaine), produite et animée par Mathieu Broquerie et Thierry Jolif, tous les deux de la paroisse Saint-Jean-de-Cronstadt et Saint-Nectaire-d'Egine à Rennes, diffusée les mardi à 20h15 (rediffusion le samedi à 17h30). La rediffusion du samedi 10 décembre est consacrée à saint Nectaire d'Egine. Depuis peu, les responsables de l'émission  ont mis en ligne un blog, "L'orthodoxie au coeur" qui propose les dernières diffusions (sur saint Nectaire d'Egine, saint Silouane de l'Athos, saint Nicolas de Jitcha) en podcasts.

20 avril (ancien calendrier)/3 mai (nouveau)

20 avril (ancien calendrier)/3 mai (nouveau

Icône de N.D. d’Iviron. Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (IVème-Vème s.) ; saint Marcellin, prédicateur et évêque d’ Embrun (374) ; saint Marcien, moine à Auxerre (vers 480) ; saint Grégoire (593) et saint Anastase le Sinaïte (599), patriarches d’Antioche ; saint Anastase, higoumène du Sinaï (685) ; saint Athanase des Météores (1380) ; saint Alexandre d’Ochéven (1479) ; saints moines martyrs du monastère de saint David-Garedja (1616) ; saint Gabriel de Belostok, enfant martyr (1690) ; saint Nicolas Vélimirovitch, évêque d’Ochrid et de Jitcha (1956) ; saint Théodose, confesseur, évêque de Kolomna (1937).

SAINT THÉODORE TRICHINAS

Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (IVème-Vème s.)

Saint Théodore était issu d’une riche et pieuse famille de Constantinople. Attiré depuis son enfance par la vie angélique, il devint moine dans un des monastères de la capitale, appelé par la suite Monastère du Trichinas. Il s’adonna à une sévère ascèse, revêtu en tout temps d’une seule tunique de crin, qui lui valut son surnom de Trichinas. Ces valeureux combats pour la vertu et sa persévérance dans la prière lui permirent de remporter la victoire contre les embûches des démons, et il acquit en abondance la grâce du Saint-Esprit, de sorte qu’après son bienheureux repos il s’écoula de son tombeau un baume à l’odeur céleste, qui guérissait un grand nombre de maladies de l’âme et du corps.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la fête, ton 2

Le noble Joseph, ayant descendu de la Croix Ton Corps immaculé, L’enveloppa d’un linceul blanc avec des aromates et Le coucha avec soin dans un tombeau neuf ; mais Tu es ressuscité le troisième jour, Seigneur, faisant au monde Grande Miséricorde.

Tropaire de la Résurrection du 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

Tropaire des Myrrhophores, ton 2

Près du tombeau l’ange apparut aux saintes femmes myrrhophores et clama : La myrrhe convient aux mortels, mais le Christ est étranger à la corruption. Aussi annoncez : Le Seigneur est ressuscité et Il accorde au monde la grande miséricorde.

Kondakion du saint, ton 4

Tu fus admirable par ta vie, ô sage Père Théodore, qui préféras une tunique de crin aux trésors royaux de la terre ; aussi, tu as reçu l’habit céleste. Prie toujours pour nous, ô vénérable.

Kondakion des femmes myrophores, ton 2

Tu as dis aux myrophores : « Réjouissez-vous ! » et par Ta Résurrection, ô Christ Dieu, Tu as mis fin aux lamentations d’Ève, notre première mère. A Tes Apôtres, Tu as ordonné de proclamer : le Sauveur est ressuscité du Tombeau.

Évangile DU JOUR

(Jn VI, 35-39)

Jésus leur dit: Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais, je vous l’ai dit, vous m’avez vu, et vous ne croyez point. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi ; car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour.

20 avril

20 avril
Jeudi radieux
Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (IVème-Vème s.) ; saint Marcellin, prédicateur et évêque d’ Embrun (374) ; saint Marcien, moine à Auxerre (vers 480) ; saint Grégoire (593) et saint Anastase le Sinaïte (599), patriarches d’Antioche ; saint Anastase, higoumène du Sinaï (685) ; saint Athanase des Météores (1380) ; saint Alexandre d’Ochéven (1479) ; saints moines martyrs du monastère de saint David-Garedja (1616) ; saint Gabriel de Belostok, enfant martyr (1690) ; saint Nicolas Vélimirovitch, évêque d’Ochrid et de Jitcha (1956) ; saint Théodose, confesseur, évêque de Kolomna (1937).

SAINT THÉODORE TRICHINAS

Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (IVème-Vème s.)

Saint Théodore était issu d’une riche et pieuse famille de Constantinople. Attiré depuis son enfance par la vie angélique, il devint moine dans un des monastères de la capitale, appelé par la suite Monastère du Trichinas. Il s’adonna à une sévère ascèse, revêtu en tout temps d’une seule tunique de crin, qui lui valut son surnom de Trichinas. Ces valeureux combats pour la vertu et sa persévérance dans la prière lui permirent de remporter la victoire contre les embûches des démons, et il acquit en abondance la grâce du Saint-Esprit, de sorte qu’après son bienheureux repos il s’écoula de son tombeau un baume à l’odeur céleste, qui guérissait un grand nombre de maladies de l’âme et du corps.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Martyrikon du ton occurent

LECTURE DES PROVERBES (XXI, 23 – XXII, 4)
Celui qui est maître de sa bouche
et de sa langue garde son âme de la tribulation.
L’homme audacieux, arrogant et présomptueux peut être appelé un fléau ;
le vindicatif n’est pas dans la loi.
Les désirs tuent le paresseux ;
car ses mains ne se lèvent pas pour faire quoi que ce soit.
L’impie, durant tout le jour, a des désirs mauvais ;
le juste n’est avare ni de compassion ni de miséricorde.
Les sacrifices des impies sont en abomination au Seigneur ;
car ils les offrent le cœur plein d’iniquité.
Le faux témoin périra ; un homme docile parlera avec réserve.
L’impie compose effrontément son visage ;
mais l’homme droit saura bien discerner ses voies.
Il n’est point de sagesse, point de courage, point de raison chez l’impie.
Le cheval est tout prêt pour le jour du combat ;
mais le secours vient de Dieu.
Une bonne renommée vaut mieux que de grandes richesses ;
la bonne grâce vaut mieux que l’or et l’argent.
Le riche et le pauvre se sont rencontrés ;
c’est le Seigneur qui les a créés tous les deux.
L’homme habile, en voyant le pervers sévèrement châtié, se corrige lui-même ; les imprudents passent outre, et sont punis à leur tour.
La crainte du Seigneur fait naître la sagesse, et les biens, et la gloire, et la vie.

Tables rondes : « Le rôle du monachisme dans notre société contemporaine » – le 16 octobre à Paris

Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion de la célébration du 800e anniversaire de la fondation du monastère de Jitcha (Žiča), joyau culturel serbe figurant sur la liste des monuments culturels d’importance exceptionnelle de la Serbie, le Diocèse orthodoxe serbe d’Europe occidentale, organise le vendredi 16 octobre, en partenariat avec Orthodoxie.com et la Mutuelle Saint-Christophe assurance, deux tables rondes sur le thème : « Le rôle du monachisme dans notre société contemporaine ». La soirée se fera en présence des moniales de la communauté monastique de Jitcha qui en cette occasion interpréteront des chants et présenteront par des courts métrages le monastère de Jitcha.

PROGRAMME :

1. Première table ronde : « Témoignages de l’Eglise orthodoxe »

Modérateur : Julija Vidovic
Participants :
Mgr Marc (Alric), évêque auxiliaire de la Métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale ;
Archimandrite P. Elie (Ragot), monastère de la Transfiguration, métochion du monastère de Simonos-Petra du Mont Athos ;
mère supérieure Hélène, monastère de la Nativité de la Très-Sainte-Mère de Dieu ;
Père Nicolas Cernokrak, recteur de la paroisse Saint-Séraphin de Sarov et la Protection de la Mère de Dieu et doyen de l‘Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

2. Deuxième table ronde : « Témoignage œcuménique »

Modérateur : Père Christophe Levalois
Participants :
Mgr Nestor (Sirotenko), évêque de Chersonèse, Patriarcat de Moscou
Frère Richard de Taizé
Père Michel Mallèvre, dominicain, directeur du Centre d’études Istina et de l’ISEO

Le vendredi 16 octobre à 19h30 à l’auditorium Jean XXIII – ouverture des portes à partir de 19h00
 277, rue Saint-Jacques – 75005 Paris – métro : Luxembourg (sortie sud : rue de l’Abbé de l’Épée),  bus : 21 – 27 – 38 – 82 – 83 – 91.

Entrée libre dans la limite des places disponibles !

Emission de radio L’Église orthodoxe aujourd’hui, du dimanche 26 août

L’émission
de radio L’Eglise orthodoxe aujourd’hui,
du dimanche 26 août avait pour thème : « Les prières sur le lac de saint Nicolas de
Jitcha
(Vélimirovitch) ». Les invités ont été Zoritza Terzitch et JeanClaude Larchet.

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

Emission de radio L'Église orthodoxe aujourd'hui, du dimanche 26 août

L’émission
de radio L’Eglise orthodoxe aujourd’hui,
du dimanche 26 août avait pour thème : « Les prières sur le lac de saint Nicolas de
Jitcha
(Vélimirovitch) ». Les invités ont été Zoritza Terzitch et JeanClaude Larchet.

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos

Declaration_agionoros
Après avoir publié une traduction partielle du communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos au sujet de la visite du pape au Phanar, suivie de celle de l’archevêque d’Athènes au Vatican, nous avons signalé l’existence d’une traduction française du texte intégral du communiqué faite à partir d’une version anglaise qui comprenais un certain nombre d’erreurs. Cette fois nous vous invitons à lire la traduction française du texte intégral faite à partir du grec.

"Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne

Karyès, le 30 décembre 2006

La récente visite du pape Benoît XVI au Patriarcat oecuménique, en la fête patronale de saint André (30 novembre 2006), puis la visite de S.B. l’archevêque d’Athènes, Mgr Christodoulos, (14 décembre 2006), ont provoqué une multitude d’impressions, d’analyses et de réactions. Nous ne nous attarderons pas sur ce que la presse sécularisée a jugé de positif ou de négatif, pour n’insister que sur ce qui concerne notre salut, en vertu duquel nous sommes sortis du monde pour vivre dans la solitude de la Sainte Montagne.
En tant que moines de la Sainte Montagne, nous respectons le Patriarcat oecuménique, à la juridiction canonique duquel nous appartenons. Nous honorons et vénérons notre très saint patriarche oecuménique Bartholomée et nous réjouissons de tout ce qu’il accomplit avec amour en Dieu et avec beaucoup de peine pour l’Église. Nous sommes particulièrement sensibles à sa défense ferme et infatigable des droits inaliénables du Patriarcat oecuménique, et ce dans des circonstances défavorables. Ajoutons à cela son soutien aux Eglises locales orthodoxes très éprouvées ainsi que sa préoccupation d’annoncer au monde entier le message de l’Église orthodoxe. En outre, nous, moines de la Sainte Montagne, honorons la très sainte Église d’Hellade, dont nous sommes pour la plupart issus, et nous respectons son béatissime primat.

Lire la suite »

Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l'Athos

Declaration_agionoros
Après avoir publié une traduction partielle du communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos au sujet de la visite du pape au Phanar, suivie de celle de l’archevêque d’Athènes au Vatican, nous avons signalé l’existence d’une traduction française du texte intégral du communiqué faite à partir d’une version anglaise qui comprenais un certain nombre d’erreurs. Cette fois nous vous invitons à lire la traduction française du texte intégral faite à partir du grec.

"Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne

Karyès, le 30 décembre 2006

La récente visite du pape Benoît XVI au Patriarcat oecuménique, en la fête patronale de saint André (30 novembre 2006), puis la visite de S.B. l’archevêque d’Athènes, Mgr Christodoulos, (14 décembre 2006), ont provoqué une multitude d’impressions, d’analyses et de réactions. Nous ne nous attarderons pas sur ce que la presse sécularisée a jugé de positif ou de négatif, pour n’insister que sur ce qui concerne notre salut, en vertu duquel nous sommes sortis du monde pour vivre dans la solitude de la Sainte Montagne.
En tant que moines de la Sainte Montagne, nous respectons le Patriarcat oecuménique, à la juridiction canonique duquel nous appartenons. Nous honorons et vénérons notre très saint patriarche oecuménique Bartholomée et nous réjouissons de tout ce qu’il accomplit avec amour en Dieu et avec beaucoup de peine pour l’Église. Nous sommes particulièrement sensibles à sa défense ferme et infatigable des droits inaliénables du Patriarcat oecuménique, et ce dans des circonstances défavorables. Ajoutons à cela son soutien aux Eglises locales orthodoxes très éprouvées ainsi que sa préoccupation d’annoncer au monde entier le message de l’Église orthodoxe. En outre, nous, moines de la Sainte Montagne, honorons la très sainte Église d’Hellade, dont nous sommes pour la plupart issus, et nous respectons son béatissime primat.

Lire la suite »

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski