23/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités

Archives de catégorie : Actualités

Souscrire au flux

Des étudiants de l’Université Pompeu Fabra en visite à la paroisse orthodoxe de Barcelone « Protection de la Mère de Dieu » (Patriarcat de Serbie).

Accompagnés de la professeur Tamara Djermanovic, coordinatrice du Séminaire des études slaves de la Faculté des Lettres de l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, les étudiants de la troisième et la quatrième années en lettres, qui étudient le thème optionnel «Esthétique et philosophie de la culture» : la tradition esthétique russe » ont visité l’église orthodoxe de Barcelone. Pendant la visite, Mme Djermanovic et l’archiprêtre Joan (García Casanovas) ont fait un exposé sur la tradition de l’art iconographique à travers les icônes de l’église. Les étudiants ont également visité l’atelier d’iconographie de la paroisse.

Vidéo de la conférence de Julija Vidovic

Nous vous invitons à regarder la vidéo de la conférence de Julija Vidovic « La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’homme », donnée dans le cadre des  rencontres organisées par l’atelier Littéramorphose,

Le patriarche de Jérusalem Théophile III en visite à Rome

Le site catholique Zenit nous informe que le patriarche de Jérusalem Théophile III sera reçu par le pape François le 23 octobre 2017, au Vatican. Le patriarche sera en effet à Rome du 22 au 25 octobre, accompagné d’une délégation de trois personnes : l’archevêque Aristarque, chef du secrétariat du patriarcat, l’archidiacre Marc, ainsi que Rami Moghrabi et Nader Elias Moghrabi. Il s’agira de la troisième rencontre entre le pape et Téophile III, après celle qui a eu lieu lors du pèlerinage du pape François en Terre Sainte, en mai 2014 et après celle de l’invocation pour la paix, avec les présidents israélien et palestinien, dans les Jardins du Vatican, le 8 mai de la même année. Théophile III rencontrera aussi le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et Mgr Paul Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats. La délégation orthodoxe s’entretiendra par ailleurs avec le cardinal Kurt Koch, président du dicastère pour l’unité des chrétiens, et avec le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Communiqué de la Commission internationale pour le dialogue théologique entre anglicans et orthodoxes

Malte, 14–21 octobre 2017

Au nom du Dieu Trine, et avec la bénédiction et le soutien de nos Eglises, la Commission internationale pour le dialogue théologique entre anglicans et orthodoxes s’est tenue à Sliema (République de Malte) du 14 au 21 octobre 2017, sous la co-présidence de Son Excellence l’archevêque Richard Clarke d’Armagh (Eglise d’Irlande) et Son Eminence le métropolite Athénagoras de Belgique (Patriarcat oecuménique). La Commission exprime sa profonde reconnaissance pour l’hospitalité sans limite et chaleureuse proposée par la Communion anglicane et le diocèse d’Europe. La Commission a accueilli son nouveau co-président orthodoxe, le métropolite Athénagoras, et le nouveau représentant du Patriarcat d’Antioche, ainsi que de nouveaux représentants de la Communion anglicane.

Comme toujours, le travail de la commission fut ponctué de prières quotidiennes. Lac a assisté à l’Eucharistie dominicale à la Pro-Cathédrale anglicane de Saint Paul et à la célébration de la Divine Liturgie à l’église orthodoxe grecque de Saint-George à La Valette, appartenant à la Métropole d’Italie et de Malte.

Comme convenu lors de sa dernière réunion à Armagh, la commission a poursuivi le développement de ses travaux sur la compréhension théologique de la personne humaine, conformément aux principes énoncés dans sa déclaration « A l’image et à la ressemblance de Dieu: Une Anthropologie pleine d’espérance » (Buffalo 2015). Cette année, la commission s’est focalisée sur les implications pratiques de la Déclaration, spécialement en tenant compte des questions complexes et urgentes relatives à l’environnement, l’écologie ainsi que la fin de vie.

Les membres de la commission ont débattu en séance plénière de quatre documents principaux traitant de ces questions, en plus des commentaires écrits sur ces documents par, à chaque fois, un membre anglican et orthodoxe. Des membres délégués par la Commission ont été chargés de rassembler les différents points de vue sur les deux thèmes en se basant sur les exposés, les interventions et les discussions qui ont suivi. Ceux-ci seront rassemblés en vue d’une rédaction ultérieure en prévision de futures déclarations conjointes à convenir à l’avenir. La Commission devait conclure son travail en observant qu’un niveau significatif de convergence théologique sur ces questions avait été atteint dans ses discussions.

Documents présentés:
1. Ecologie: une approche orthodoxe par le Révérend Dr Valentin Vassechko.
Réaction anglicane: Révérend Canon Dr John Gibaut
Réaction orthodoxe : Son Eminence le Métropolite Séraphim de Zimbabwe

2. “Voilà, c’était très bon”: L’Amour de Dieu et la Fragilité de la Création par le Très Révérend Dr Humberto Maiztegui Gonçalves de Porto Alegre.
Réaction anglicane: Le Très Révérend Graham Usher de Dudley.
Réaction orthodoxe: Professeur Dr. Miltiadis Konstantinou.
3. Approches anglicanes sur la mort et l’agonie par le Très Révérend Dr Richard Clarke of Armagh et la Révérende Canon Dr Sarah Rowland Jones.
Réaction anglicane: La Révérende Canon Dr Alison Joyce
Réaction orthodoxe: Le Révérend Père Jonathan A. Hemmings

4. L’Euthanasie et l’approche orthodoxe par le Protopresbytre Prof. George Dion Dragas
Réaction anglicane: Le Révérend Canon Philip Hobson OGS
Réaction orthodoxe: le Métropolite Chrysostomos de Kition

Dans le contexte des problèmes environnementaux et de la crise écologique de notre maison commune, la Commission a noté avec gratitude les contributions des dirigeants orthodoxes et anglicans ces dernières années et un engagement croissant dans nos communautés en faveur de la justice environnementale et de la durabilité.

La aommission honora les liens de saint Paul avec Malte en effectuant des pèlerinages sur les lieux saints, comme la grotte de Saint Paul à Rabat, liée à la présence de l’apôtre sur l’île après son naufrage lors de son voyage vers Rome (Ac 27 et 28). Conformément à la traditionnelle hospitalité locale (voir Actes 28.2), les membres de la Commission ont été accueillis avec extrêmement de gentillesse par les chrétiens de Malte. Des visites furent organisées à la Cathédrale Catholique Romaine de St Paul à Mdina et à la Co-Cathédrale de St Jean à la Valette. Mgr Charles Jude Scicluna, Archevêque de Malte, a généreusement reçu la Commission à diner dans sa résidence officielle. Cette visite fut malheureusement assombrie par le meurtre de la journaliste Daphné Caruana Galizia. Au cours du dernier jour, la Commission était attendue pour une réception dans la maison de Marina, Lady Marks.

La commission souhaite exprimer ses sincères remerciements au co-président sortant, Son Eminence le métropolite Kallistos de Diokleia, ainsi qu’aux autres anciens membres de la Commission.

Les travaux de la Commission se poursuivront en octobre 2018, dans leur prochaine réunion qui sera accueillie par l’Eglise Orthodoxe de Chypre.

Le Très Révérend Dr Richard Clarke, Archevêque d’Armagh
Co-Président anglican

Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique
Patriarcat Œcuménique
Co-Président orthodoxe

Représentation de l’Eglise Orthodoxe

Son Eminence le Métropolite Séraphim de Zimbabwe
Patriarcat d’Alexandrie

Le Révérend Père Jonathan A. Hemmings
Patriarcat d’Antioche

Protopresbytre Prof. George Dion Dragas
Patriarcat de Jérusalem

Révérend Dr Valentin Vassechko
Patriarcat de Moscou

Professeur Dr Bogdan Lubardic
Patriarcat de Serbie

Son Eminence le Métropolite Nifon de Târgovişte
Patriarchat de Roumanie

Le Très Révérend Protopresbytre Prof. Dr Giorgi Zviadadze
Patriarcat de Géorgie

Son Eminence le Métropolite Chrysostomos de Kition
Eglise de Chypre

Professeur Dr Miltiadis Konstantinou
Eglise de Grèce

Evêque Ilia de Philomelion
Eglise d’Albanie

Le Révérend Dr Christos B Christakis
Co-Secrétaire

L’Archidiacre Philadelphos Kafalis

Représentation de la Communion Anglicane

Le Très Révérend Dr Phillip Aspinall, Archevêque de Brisbane
Eglise Anglicane d’Australie

Source de la photographie

Bertrand Vergely : « La personne. Berdiaef » – lundi 23 octobre

Le lundi 23 octobre, Bertrand Vergely nous parlera de « La personne. Berdiaef » dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

La cérémonie du dies academicus au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève)

La cérémonie traditionnelle du « dies academicus », séance solennelle annuelle de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe, a eu lieu samedi 14 octobre au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy (Genève). Après l’office de la bénédiction et la lecture du message patriarcal, lu en grec par l’évêque Makarios de Lampsaque (vicaire du métropolite de Suisse) et en français par l’archevêque Job de Telmessos (professeur à l’Institut), des discours ont été prononcés par le métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre de Chambésy, le professeur V. Pheidas, recteur de l’Institut, la vice-rectrice de l’Université de Fribourg Astrid Kaptijn, la vice-doyenne de la Faculté protestante de l’Université de Genève Elisabeth Gangloff–Parmentier, et la représentante de l’Insitut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg Barbara Halensleben. Ensuite, a eu lieu la remise des diplômes Master of Arts en études théologiques (Spécialisation : orthodoxie et études interchrétiennes) de l’Université de Fribourg ainsi que des diplômes en théologie orthodoxe du Patriarcat œcuménique aux huit lauréats de cette année : Andrij Krochak (Patriarcat œcuménique), Nikolaos Papadopoulos (Patriarcat œcuménique), Ivan Ilin (Eglise de Russie), Ognjen Zvekic (Eglise de Serbie), Kristiyan Yanakiev (Eglise de Bulgarie), Αναστάσιος Λουκάς (Eglise de Grèce), Eustahios Chiolos (Eglise de Grèce) et Jakub Oniszczuk (Eglise de Pologne). Au nom de tous les étudiants, Ivan Ilin a prononcé un discours de remerciements. La cérémonie, à laquelle ont assisté des membres du corps diplomatique, des institutions religieuses de Genève et de nombreux invités, s’est terminée par le chant « Ad multos annos » en l’honneur du patriarche oecuménique Bartholomée, puis avec un repas dans la salle du Centre orthodoxe de Chambésy.

Photographie : Romfea

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie et détient 60% des lieux de culte

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie (18 confessions religieuses sont reconnues dans le pays), mais détient 60% des lieux de culte (16 403 sur les 27 384), selon des statistiques récentes du secrétariat d’État roumain pour les Religions.

Source (dont illustration): Basilica

Un nouveau site internet sur la famille impériale russe

Avec la bénédiction du métropolite d’Ekaterinbourg et de Verkhotoursky Cyrille a été mis en place un nouveau site internet consacré à la famille impériale martyre. La date du démarrage du site a été fixée au 14 octobre, jour de la fête de la Protection de la Mère de Dieu. Ce projet présente un « regard véridique sur la famille impériale comme un tout par la présentation de chacun de ses membres » a souligné le chef de projet, l’évêque de l’Oural central Eugène, lors de la présentation du site. Celui-ci a ajouté que sur ce site ne seront pas placés les opinions des historiens, publicistes et écrivains contemporains. On ne pourra y trouver « que la parole vivante, les journaux personnels, les lettres des saints martyrs impériaux, des membres de cette sainte famille ». Il a souligné que ce projet était indispensable comme contrepoids « à l’information altérée, répandue parfois dans la société ». Le site Tsarskaïa-semya.rf  (« famille impériale. Fédération de Russie) est destiné à un large public et évoque à ses visiteurs « des personnes réelles, leurs pensées, leur espoirs, leurs attentes et leur amour » a ajouté l’évêque Eugène. Sur le site seront présentés des biographies, des photographies, des souvenirs des Romanov et de leurs proches, des journaux personnels et des livres.

Source

L’action sociale et spirituelle a commencé dans la région de Novossibirsk

Le site du diocèse métropolitain de Novossibirsk a annoncé, le 11 octobre, que la 22ème action sociale, caritative et d’instruction spirituelle du train « Pour la renaissance spirituelle de la Russie » a commencé. Cette action est consacrée cette année au 80ème anniversaire de la création de la région (« oblast ») de Novossibirsk. Les participants à la tournée du train seront au nombre de 200, et englobera 19 districts de la région. À la gare centrale de Novossibirsk, les missionnaires, les prêtres, les artistes, les travailleurs sociaux, les médecins, les acteurs de l’éducation et de la culture ont été accompagnés par le métropolite de Novossibirsk et de Berd Tikhon, le vice-gouverneur de la région de Novossibirsk Alexandre Titkov, le vice-directeur de l’administration des Chemins de fer de la région de Novossibirsk G. Mankov. Après l’office d’intercession pour les voyageurs, le métropolite Tikhon s’est adressé aux participants du train par ces paroles : « Vous apportez la joie de la fête du jubilé de la région aux villageois, vous leur accordez une aide spirituelle, sociale, médicale, des activités éducatives. Les villageois vous attendent et préparent un accueil chaleureux ». Le métropolite a également remercié les autres organisateurs de l’action, le gouvernement de la région de Novossibirsk et la direction des chemins de fer de Sibérie occidentale, pour leur travail fructueux et ce depuis des années pour le bien de la région. Il a fait remarquer que l’un des objectifs fondamentaux du train est l’aide aux villages, le soutien aux habitants de la Sibérie profonde. « Cette action fait de nous un seul peuple, il unit la ville et le village », a souligné Mgr Tikhon. « Lorsque nous parlons de la renaissance spirituelle de la Russie, nous comprenons que ce n’est pas seulement un appel à nos citadins, nos compatriotes à retourner à nos racines historiques, mais c’est encore une collaboration laborieuse destinée à apporter un renouveau spirituel quotidien à notre région de Novossibirsk », a déclaré le vice-gouverneur de la région de Novossibirsk A.P. Titkov. Au nom du gouvernement de la région, il a remercié le métropolite Tikhon pour ses labeurs pour le bien des habitants de la région. L’action continue jusqu’au 20 octobre.

Source

Symposium dédié au monachisme dans l’Église orthodoxe serbe aujourd’hui

La fraternité panorthodoxe du diocèse serbe de Vranje « saint Justin de Ćelije et de Vranje” a organisé un symposium international dédié au monachisme dans l’Église orthodoxe serbe aujourd’hui. Dans le but d’échanger des expériences et d’améliorer la vie monastique, les thèmes traités au symposium, sont ceux qu’impose notre époque. L’assemblée monastique a commence par la sainte liturgie célébrée par l’évêque de Vranje Pacôme, assisté de l’archimandrite Méthode, higoumène du monastère athonite de Chilandar, du hiéromoine Luc, du monastère athonite de Grigoriou, de l’archimandrite Basile du diocèse d’Édessa (Grèce), de l’archimandrite Hilarion, higoumène du monastère des saints Archanges à Draganac, du hiéromoine Raphaël, higoumène du monastère de Podmaine à Budva (Monténégro) et du clergé du diocèse de Vranje. Près de 80 moines et moniales étaient présents, venus de plusieurs diocèses de l’Église orthodoxe serbe, de même que du Mont Athos, de Grèce et de Pologne. “Bien que de tous les côtés on nous impose des idées, des tendances, des rythmes qui cherchent avec insistance à s’imposer comme de nouvelles lois, assourdissant nos oreilles corporelles, mais surtout spirituelles, il y a cependant ceux qui écoutent la voix immuable, éternelle “Prends ta croix et viens à ma suite”, et y répondent. Et aujourd’hui, comme jadis, l’Église est ornée par de nombreux moines. Bien qu’il n’y ait plus les exploits ascétiques des premiers moines égyptiens glorifiés, Dieu a laissé pour la génération actuelle des “miettes de la table royale” comme le dit saint Ignace Briantchaninov. De même que les anciens ermites se rassemblaient pour échanger leurs expériences ou pour trouver une solution à leurs doutes, ainsi nous nous sommes rassemblés aujourd’hui ici afin de confirmer leurs lignes directrices, de s’encourager, s’inspirer, afin de poursuivre le chemin foulé par les saints Pères » a déclaré l’un des intervenants.

Source

Bertrand Vergely : « La vie. Bergson » – lundi 16 octobre

Bertrand Vergely nous parlera le lundi 16 octobre de « La vie. Bergson »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

À Novgorod, une église du XVème siècle, dédiée aux Douze Apôtres, a été rendue à l’Église orthodoxe russe

L’antenne régionale de l’Agence fédérale pour la gestion des biens de l’État (Rossimouchestvo) dans les régions de Pskov et Novgorod ont rendu à l’Église orthodoxe russe une église du XVème siècle, située dans le centre historique de Novogorod, selon les informations de l’agence russe Interfax. « L’église des douze Apôtres est remise à l’église pour utilisation gratuite » a précisé l’interlocuteur de l’Agence. Il a rappelé que récemment, trois monuments d’importance fédérale qui remontent aux XIV-XVIème siècles, inclus sur la liste du Patrimoine universel de l’Unesco, à savoir les églises Saint-Clément, Saint-Blaise et Saints-Pierre-et-Paul à Novgorod ont également été remis à l’Église orthodoxe russe. Tous les édifices sont dans un état de conservation satisfaisant. Selon les données contenues dans les chroniques, l’église des Douze-Apôtres, construite en pierres, a été érigée à Novgorod La Grande en 1454 sous l’archevêque Euthyme II. L’église a été fortement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale. Le monument a été reconstruit et restauré en 1949 et dans les années 1957-1958.

Source

Le métropolite de Volkolamsk Hilarion accuse les États-Unis « d’antidémocratisme »

Les agissements des États-Unis à l’égard de la chaîne télévisée TV russe en langue anglaise « Russia Today », peuvent être considérés comme antidémocratiques, selon le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. « J’ai rencontré maintes fois des gens de différents pays qui m’ont dit qu’ils regardaient cette chaîne télévisée. Si les autorités américaines décident de fermer cette chaîne aux États-Unis, cela rappellera les agissements de l’Union soviétique à l’égard de la radio « La voix de l’Amérique » a déclaré samedi dernier le métropolite lors de l’émission « L’Église et le monde » sur la chaîne « Rossiya 24 ». Selon le métropolite Hilarion, « personne ne pouvait s’attendre à un acte pareil, il y a encore peu de temps, de la part de « l’Amérique démocratique » qui soi-disant lutte pour la liberté de parole ». Précédemment, la rédactrice en chef de « Russia Today », Margarita Simonian, sur les ondes de la chaîne russe « NTV » a déclaré que « Russia Today » pourrait cesser d’émettre en Amérique en raison des autorités américaines.

Source

Une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine a visité le centre du Patriarcat œcuménique à Chambésy

Le centre inter-orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy a reçu la visite, le 12 octobre 2017, d’une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Celle-ci était constituée de l’évêque de Barychev Victor et le représentant du Département des affaires ecclésiastiques d’Ukraine, l’archiprêtre Nicolas Danylievitch. La délégation a été reçue chaleureusement par le métropolite de Suisse Jérémie, l’archevêque de Telmessos Job et l’évêque de Lampsaque Macaire. Après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, le métropolite a évoqué les services du Centre, qui fonctionne depuis plus d’un demi-siècle. Ensuite, la délégation ukrainienne a été informée des objectifs de l’Institut, ainsi que sur ses activités universitaires et pédagogiques. De son côté, l’évêque Victor a mentionné la raison de sa visite à Genève, qui concerne les droits des fidèles en Ukraine. Il a également évoqué les églises orthodoxes en Ukraine, dont s’emparent les schismatiques ou encore qui sont incendiées par ceux-ci, le cas des fidèles de l’Église canonique roués de coups, ainsi que les différents problèmes rencontrés. « Le soutien des orthodoxes des Églises locales, mais aussi du Patriarcat œcuménique, dont nous demandons les prières, revêt une importance particulière pour nous », a déclaré l’évêque Victor. Le métropolite de Suisse, à son tour, a mentionné que des problèmes similaires à ceux qu’affronte l’Église d’Ukraine aujourd’hui, ont été personnellement vécus par lui en Ukraine au début des années 1990, lorsque la délégation du Conseil œcuménique des Églises et du Conseil européen des Églises est arrivée en Ukraine, où l’église avait été fermée et les délégués s’étaient retrouvés dehors. « Nous voyons aujourd’hui la répétition des mêmes événements, mais nous prions pour l’Église et le peuple ukrainien » a souligné le métropolite Jérémie. Les deux parties ont exprimé la nécessité d’un contact et d’une collaboration plus étroits entre l’Église d’Ukraine et le Patriarcat œcuménique. Enfin, l’archevêque de Telmessos Job a conduit les visiteurs dans les locaux du Centre ainsi qu’à l’église de l’apôtre Paul.

Source

Réactions des diocèses orthodoxes des États-Unis suite aux incendies de forêt dans le nord de la Californie

Les incendies continuent à se répandre rapidement à travers le nord de la région viticole de Californie du Nord. Les derniers rapports font état de 23 personnes décédées, de 285 autres disparues, de 70.000 hectares ravagés par les flammes avec 3500 maisons détruites. Plus de 20.000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer. Environ 8000 pompiers de Californie et d’autres États de l’ouest américain travaillent incessamment pour contenir les incendies. Dans cette terrible situation, les hiérarques et les diocèses orthodoxes appellent à la prière et organisent l’aide pour les sinistrés. L’archevêque Benjamin, hiérarque du diocèse de l’Ouest de l’Église orthodoxe d’Amérique (OCA), écrit : « Je vous demande à tous de mentionner dans vos prières les habitants des vallées de Sonoma et Napa. À l’heure où je vous écris, la situation change continuellement. Mais je peux vous dire qu’il n’y a pas eu de victimes jusqu’à présent ». Les moniales de la skite de N.D. de Kazan, à Santa Rosa, et du Monastère de la Dormition à Calistoga ont été évacuées. Une famille de la paroisse Saint-Séraphin de Sarov à Santa Rosa a perdu sa maison, heureusement, personne n’a été blessé. L’église Saints-Pierre-et-Paul de Santa Rosa, qui relève de l’Église russe hors-frontières, s’est associée aux services communautaires américano-russes pour subvenir aux besoins essentiels de cinq familles qui ont perdu tout, et aux personnes déplacées qui sont accueillies par l’église. Encore, heureusement, personne n’a été blessé. Le prêtre de paroisse, le père Alexandre Krassovsky, écrit : « La tempête de feu qui a frappé Santa Rosa et ses environs durant ces derniers jours est sans précédent dans l’histoire de la paroisse mais, par la Grâce de Dieu, nous avons vérifié que tous nos paroissiens étaient en vie et indemnes. Dieu soit loué ! Malheureusement, cinq familles, dans notre paroisse, ont perdu leurs maisons. Notre préoccupation immédiate, ici, à l’église Saints-Pierre-et-Paul est de fournir une assistance financière à ces familles pour leurs besoins essentiels, tels que nourriture, vêtements et autres nécessités de premier ordre. En outre, nous travaillons pour assurer immédiatement à ces familles un logement temporaire dans notre région, afin qu’elles puissent ramener leurs enfants à l’école et qu’elles-mêmes puissent travailler et disposer d’une maison, afin de commencer les démarches difficiles avec les compagnies d’assurances ». Le métropolite Joseph de l’archidiocèse d’Amérique du Nord du Patriarcat d’Antioche s’est trouvé en contact avec le père Georges Baalbaki de la paroisse Saint-Nicolas à San Francisco, qui rapporte que plusieurs fidèles dans la région ont été évacués, tandis que d’autres ont subi des pertes matérielles, mais personne n’a été blessé. Le métropolite Joseph écrit : « Nous savons que notre Seigneur a commandé qu’une colonne de feu protège Son peuple et Il a parlé à Moïse depuis le buisson qui brûlait sans se consommer. Je demande aux fidèles de supplier avec ferveur le même Seigneur de déployer Sa main droite depuis Sa sainte demeure et d’éteindre rapidement ces incendies par Sa puissance divine. Au nom de tous mes frères hiérarques, notre clergé et les laïcs, j’élève nos prières et j’offre notre soutien à ceux qui ont été frappés. Nous serons avec vous ». Le métropolite Gérasime de San Francisco, de l’archevêché grec d’Amérique, écrit : « Nos prières sincères et ferventes accompagnent tous ceux qui sont affectés par l’incendie. Les paroles ne peuvent pas transmettre adéquatement notre amour et notre soutien à ceux qui déplorent la perte de leurs maisons, de leurs biens et surtout pleurent leurs proches, dont la vie s’est achevée tragiquement alors que ces incendies ravageaient les maisons et les terres. Que Dieu accorde force et courage à tous ceux qui risquent leurs vies pour protéger les autres et qu’Il veille sur eux avec Sa Main puissante. Nous prions aussi afin qu’Il calme les vents, place les incendies sous contrôle et accorde réconfort à tous ceux qui ont été déplacés pendant cette tragédie ». Notre paroissien de l’église Saints-Constantin-et-Hélène à Vallejo a perdu sa maison et tous ses biens, tandis que des familles de la même paroisse et de celle de la Nativité du Christ à Novato ont été évacués. Le diocèse métropolitain de San Francisco dresse actuellement la liste des paroissiens au nord de la Californie qui peuvent fournir nourriture et abri aux familles déplacées ».

Source

Les protestations de l’Église orthodoxe de Grèce contre le projet de loi sur « le changement de sexe » provoquent les réactions du Premier ministre grec et des membres du Parlement hellénique

Les protestations de l’Église au sujet de la loi « sur le libre changement de sexe » ont provoqué des réactions de mécontentement chez les représentants du gouvernement. Depuis la tribune du Parlement, Nikos Filis, ancien ministre de l’Instruction publique, actuellement député du parti au pouvoir, a accusé l’Église d’immixtion dans la politique et de transgression des « droits de l’homme ». Quant au Premier ministre Alexis Tsipras, il a appelé les députés à manifester de « l’héroïsme politique » et à soutenir le projet de loi en question. « Nous vivons en Europe – cela signifie que nous aspirons au progrès, et ne demeurons pas dans l’obscurantisme. Nous développons les droits de l’homme et modernisons le pays… Aucune tradition, aucune religion ne peut être au-dessus des droits des hommes » a-t-il souligné. De son côté, la hiérarchie de l’Église de Grèce a déclaré que « la soi-disant élite, démontrant son étroitesse d’esprit et son provincialisme, à l’instar des singes, copie tout, successivement, chez les pays ayant une autre histoire, d’autres traditions et mœurs ». En refusant constamment à l’Église le droit de s’exprimer sur des questions d’actualité, les représentants de l’élite diffusent n’importe quelles insinuations : « Lorsque quelqu’un se moque, outrage et calomnie l’Église et son clergé, la liberté de parole devient illimitée et ‘sacrée’. Lorsque l’Église parle, on lui refuse le droit de parler » a souligné la hiérarchie.

Source (dont photographie): Pravoslavie

Une session de l’ONU examine les questions de la violation des droits et des libertés des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine

Le 10 octobre a commencé à Genève l’évaluation de l’accomplissement, par le gouvernement ukrainien, de ses obligations internationales dans le cadre de la XXVIIIème session du Conseil pour les droits de l’homme, et de la procédure de « l’examen périodique universel » relative à celles-ci. Au préalable, conformément au règlement en vigueur, a été envoyé à l’ONU une note d’information de l’état de réalisation dans le pays, des droits et des garanties de liberté de conscience et de religion. Participaient à cette session l’évêque de Barychev Victor, chef de la représentation de l’Église orthodoxe d’Ukraine auprès des organisations internationales, des représentants du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le représentant de l’ONG « Sensibilisation du public » Oleg Denisov. « La composition de la représentation permet de fournir des informations de première main sur les violations des droits des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine » est-il dit dans un communiqué.

Source (dont photographie): Pravlife

Croissance de l’orthodoxie en Ouzbékistan

La cathédrale de la Dormition à Tachkent

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion a déclaré récemment qu’il y avait un nombre croissant de chrétiens orthodoxes en Ouzbékistan, malgré la diminution de la population russophone. Parlant à l’émission télévisée « L’Église et le Monde », le métropolite a ajouté : « Le nombre des orthodoxes ne diminue pas, parce qu’il y a un travail parallèle très actif, qui est effectué dans le domaine de l’éducation catéchétique et religieuse du peuple. Cela veut dire que la population russophone a diminué, tandis que, de toute façon le nombre des orthodoxes s’accroît ». Le métropolite a également précisé que, après la chute de l’URSS, des processus ont commencé en Ouzbékistan, qui ont contribué à l’amoindrissement de la population russophone. Le pays abrite 840.000 russophones, pour une population de 32 millions d’habitants, selon les statistiques arrêtées au 1er janvier de cette année. De tous les pays d’Asie centrale, l’Ouzbékistan a la population la plus nombreuse. On estime que 85% de la population est musulmane, 13.8% ne professe aucune religion, et seulement 0.75% sont chrétiens. Le métropolite Hilarion a souligné que lors de la visite du patriarche de Moscou Cyrille en Ouzbékistan, nombreux étaient ceux qui voulaient saluer le primat de l’Église orthodoxe russe, lorsqu’il rencontra les croyants de Tachkent, Samarkand et Bukhara. Pendant sa visite, liée au 145ème anniversaire de l’orthodoxie en Ouzbékistan, le patriarche a rencontré les responsables nationaux et les fidèles orthodoxes. Il a également vénéré la tombe du prophète Daniel à Samarkand. La première Bible complète en langue ouzbek a été présentée dans la capitale, Tachkent, le 1er juin de cette année, au centre diocésain de Tachkent et d’Ouzbékistan de l’Église orthodoxe russe. Les traducteurs y ont travaillé pendant 23 ans. Il a été annoncé récemment que les documents sont en cours de préparation au diocèse de Tachkent de l’Église orthodoxe russe pour la canonisation de douze nouveaux martyrs qui ont souffert pour la foi en Ouzbékistan des mains des bolcheviques.

Source

Jeudi 12 octobre : « L’esprit. Hegel », une conférence de Bertrand Vergely à Paris

Ce jeudi 12 octobre, Bertrand Vergely nous parlera de l’esprit. Hegel dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Le patriarche Cyrille de Moscou a reçu les membres du Comité des représentants des Églises orthodoxes auprès de l’Union européenne

Le 8 octobre, le patriarche Cyrille de Moscou a reçu les membres du Comité des représentants des Églises orthodoxes auprès de l’Union européenne, après la réunion du Comité dans la capitale russe, le 6 octobre. Un compte-rendu en français de cette réunion (dont la photographie ci-contre) est en ligne ici.

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement hellénique. Les évêques grecs suivent de près le débat intense qui entoure le projet de loi, et qui cause un bouleversement dans la société et dans l’Église. Lors d’une consultation ouverte devant le représentant du comité parlementaire ad hoc, l’Église a soumis son opinion sur le problème. Comme cela a été rapporté précédemment, conformément au nouveau projet de loi « Sur le libre changement de sexe », il suffit de fournir une déclaration écrite pour obtenir un changement de genre légal. En vue du prochain débat au Parlement, le Saint-Synode de l’Église de Grèce a exprimé ses positions fondamentales à ce sujet :

« 1. Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.

2. Le Synode considère que la jurisprudence des tribunaux helléniques couvre, là où cela est nécessaire, les problèmes existants, étant donné que le sexe n’est jamais choisi librement ni changé sur demande, mais est déterminé sur la base des caractéristiques anatomiques, physiologiques et biologiques qui définissent l’identité d’un homme telle qu’elle est établie par les rapports médicaux destinés au tribunal. La loi ne peut se contenter d’une déclaration du citoyen, non étayée scientifiquement, qui peut être changée plus tard.

3. Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.

4. Le Synode ne voit pas, derrières ces tentatives, un intérêt pour le prochain méprisé et affligé, mais l’existence de groupes puissants, ce qui a pour résultat la dissolution de la cohésion sociale et la mort spirituelle de l’homme.

5. Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.

L’Église entoure tous les hommes avec amour et compréhension indistinctement, mais puisqu’elle désire toujours leur salut, elle doit démontrer l’échec de leurs choix décisifs ».

La Communauté du Mont Athos a également élevé sa voix sur la question, dans une lettre aux ministres de la Justice et des Affaires religieuses, respectivement Stavros Kontonis and Konstantinos Gavroglou, ainsi qu’aux membres du Parlement hellénique. Les représentants des vingt monastères athonites ont déclaré qu’ils ressentaient de l’anxiété et de la préoccupation pour la foi orthodoxe en Grèce et les développements concernant le projet de loi sur le « changement de sexe ». Les moines athonites ont déclaré que celui-ci constitue une lutte contre Dieu et un défi lancé au Créateur Lui-même et à Ses commandements divins. Citant les paroles bibliques « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme » (Gen. 1,27), les membres de la Communauté ont demandé aux deux ministres et à tous les parlementaires grecs de ne pas permettre un tel blasphème « dans notre patrie orthodoxe, ce qui lance un défi, législativement et sans ambages, au commandement divin »

De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré avec indignation dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique : « Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… » a-t-il conclu.

Sources : Orthodox Christianity, Pravoslavie

Dimanche 15 octobre à Paris : séance solennelle de l’Institut Saint-Serge

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge aura lieu dans les locaux de l’Institut protestant de théologie (83 bld Arago – 75014 Paris), dimanche 15 octobre à 15h00, sous la présidence de l’archevêque Jean de Charioupolis.

À l’ordre du jour : compte-rendu de l’année universitaire 2016-2017 par l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut; discours académique prononcé par le diacre André Lossky, professeur de l’Institut, sur le thème : « Les créatures dans la liturgie, la création comme liturgie », suivi du vin d’honneur.

Deux nouveaux saints ont été canonisés par l’Église orthodoxe roumaine

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine, qui s’est réuni le 5 octobre pour une session de travail en la résidence patriarcale à Bucarest sous la présidence du patriarche Daniel, a décidé de canoniser deux nouveaux saints. Il s’agit du métropolite Joseph Naniescu, canonisé sous le nom de « saint hiérarque Joseph le Miséricordieux, métropolite de Moldavie », et sa fête est fixée au 26 janvier. Le deuxième saint canonisé est l’ascète Georges Lazar, sous le nom de « saint Georges le Pèlerin », et sa fête est fixée au 17 août. Les nouveaux saints avaient été proposés précédemment à la canonisation lors de la réunion du 15 juin du Synode métropolitain de l’Église de Moldavie et de Bucovine. Le même synode local a également proposé d’introduire dans le calendrier de l’Église orthodoxe roumaine St-Néophyte le Reclus de Chypre, ce qui a été également accepté par le Saint-Synode le 5 octobre. Ce saint sera célébré le 28 septembre, à partir de 2019. Le Saint-Synode avait décidé précédemment, le 6 juin 2016, de canoniser et d’introduire dans le ménologe quatre grands ascètes liés au monastère de Putna : le métropolite Jacques de Moldavie, et les vénérables pères Silas, Nathan, et Paphnuce l’iconographe, ce qui a été fait le 6 août.

Le métropolite Joseph naquit en 1820 dans la famille du prêtre Ananie Mihalache, et reçut le nom de Jean au baptême. Son père étant décédé alors que lui-même était âgé d’un an, il fut élevé par sa mère Thédosie, puis, à l’âge de dix ans, on le confia à une personne de la famille, le hiérodiacre Théophylacte au monastère Frumoasa en Bessarabie. Accompagné par celui-ci, il partit en 1831 à Iaşi pour vivre au monastère de St Spyridon, qui se trouvait sous la direction spirituelle de l’archevêque Barlaam Cuza Sardeon. Il suivit ensuite le hiérodiacre Théophylacte au monastère du saint prophète Samuel à Focşani où, le 23 novembre 1835, il prononça ses vœux monastiques devant l’évêque Césaire, et le lendemain, il fut ordonné diacre. Il suivit les cours du séminaire nouvellement établi à Buzău de 1836 à 1840, puis ceux de Saint-Sava à Bucarest de 1840 à 1847. Il fit office de recteur du monastère de Şerbăneşti-Morunglavu de 1849 à 1857, et du monastère de Găiseni de 1857 à 1863. Le 29 août 1850, il avait été ordonné à la prêtrise, puis élevé au rang d’archimandrite en 1860. Pendant une courte période (1863-1864), il fut higoumène du monastère de Sărindar à Bucarest. Il travailla également comme professeur de religion à l’école Gh. Lazarus (1864-1866), au lycée « Matei Basarab » (1866-1873) et à l’école « Carol Ier » (1867-1873). Le 23 avril 1872, il fut consacré évêque, et le 18 janvier 1873, il a été nommé évêque d’Arges, où il resta peu de temps avant d’être élu, le 10 juin 1875, métropolite de Moldavie. Il a été intronisé à Iaşi le 6 juillet 1875, où il exerça son ministère jusqu’à son trépas, le 26 janvier 1902.

Quant à Georges Lazar, il naquit au village de Sugag, dans le district d’Alba en 1846. Il se maria à l’âge de 24 ans et eut cinq enfants. Il vivait une vie chrétienne honorable, dans le travail, la prière, le jeûne et l’aumône. Il partit en pèlerinage à Jérusalem en 1884 et resta au monastère du Jourdain, puis dans désert du Sinaï pendant plus d’un an. Il partit ensuite au Mont Athos, où il demeura un an et demi, puis il revint dans son pays. Il vécut avec sa famille pendant quelques années, et après que ses enfants furent élevés, il se retira comme pèlerin dans les monastères de Moldavie en 1890. Il s’établit de façon permanente dans la cité de Piatra Neamţ, vivant dans l’ascétisme comme un véritable ermite dans la tour d’Étienne-le-Grand dans le centre de la ville pendant 26 ans, jusqu’à son trépas. Il y resta seul dans le jeûne et la prière, hiver comme été, sans chauffage, sans lit, sans manteau, sans chaussures à ses pieds, vivant dans la grâce de Dieu. Il mourut le 15 août 1916 et fut enterré dans le cimetière de la ville. En été 1934, ses restes furent placés au monastère de Văratec dans le Nord-Est de la Roumanie. Il est connu comme « petit père Georges » parmi les pieux fidèles. Ses reliques, qui se trouvent sous l’église principale du monastère, dégagent un parfum.

Source (dont icônes des deux saints) : Orthodox Christianity

Vidéo : l’émission « L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) du mois d’octobre

Ci-dessous: la vidéo de l’émission “L’orthodoxie, ici et maintenant“, sur KTO, du mois d’octobre. Elle est consacrée à l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » qui s’est ouverte à l’Institut du monde arabe à Paris. L’invité est Raphaëlle Ziadé, responsable du département byzantin du Petit Palais et commissaire scientifique en charge de cette exposition (son entretien sur celle-ci dans le quotidien libanais L’Orient-Le Jour).

 

Le métropolite de Phtiotide Nicolas proteste contre le nouveau projet de loi adopté en première lecture par le parlement hellénique sur le « changement de sexe »

Au cours d’une récente prédication, le métropolite de Phtiotide Nicolas (Église orthodoxe de Grèce), a abordé la question du nouveau projet de loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par les parlementaires grecs. Le métropolite a déclaré : « La parole de Dieu, mes frères, est toujours actuelle, et elle parle au cœur de chaque homme, de chaque époque. L’apôtre Paul délivre aujourd’hui un message à ces parlementaires qui ont voté pour le changement de sexe. L’apôtre Paul parle du caractère sacré de notre corps : « Vous êtes le corps du Dieu vivant ». C’est Dieu qui a créé notre corps et qui vit en lui. Notre corps renferme l’Esprit Saint. N’avez-vous pas vu la déchéance des parlementaires grecs orthodoxes ? Heureusement pas tous. Ils ont voté en blasphémant le corps. Ils ont donc voté que chacun peut, après l’âge de 15 ans, signer une déclaration selon laquelle il peut changer de sexe. Cela est inconcevable pour un être raisonnable et, naturellement, est satanique par rapport à la loi divine. Cependant, certains ont été poussés à faire de notre État, l’État du péché. Le premier gouverneur de notre pays, Jean Capo d’Istria et les députés ont fondé la constitution de la Grèce sur les idéaux, les valeurs, sur le respect envers Dieu, Auquel ils ont attribué la liberté de la Grèce. Dieu et la très sainte Vierge nous ont libérés, et la première constitution a été conservée telle quelle jusqu’à ce jour : elle comporte l’invocation de la sainte Trinité dans son préambule, et contient des paragraphes qui se rapportent à la valeur même de la personne humaine. C’est pourquoi aujourd’hui, nous protestons et nous manifestons notre désaccord. Non, vous ne pouvez pas faire de l’État celui du péché. On vient nous dire aujourd’hui que Dieu n’a pas créé le masculin et le féminin, et ils rendent fous les enfants. Chaque homme pourra dire plus tard qu’il ne veut pas être homme, mais femme, et inversement. Savez-vous pourquoi ils le font ? Parce que les homosexuels veulent quoi qu’il en soit adopter des enfants. Ne vous seriez-vous jamais attendu à ce que nous arrivions à une telle déchéance ? Nous respectons chaque homme, quel qu’il soit, mais il y a une différence entre respecter et accepter servilement. On nous impose des choses opposées à la nature, au droit, à Dieu et à la vie spirituelle. Je demande aux politiciens qui ont de telles convictions de ne pas franchir le seuil des églises pour se railler de nous, nous tromper pour obtenir nos suffrages. Que voulons-nous de leur part ? Ils ont besoin de nous et puisqu’ils ont besoin du peuple, qu’ils en tiennent compte, ainsi que de l’Église. Mes frères, le problème est l’indifférence du peuple. Si celui-ci était fort, nul ne pourrait le renverser dans ses convictions, mais, vous le voyez, nous sommes exsangues économiquement et nous sommes chaque jour étouffés par les impôts, nous ne savons pas ce qui va nous arriver et en plus nous nous sommes désagrégés intérieurement. La pire chose qu’il puisse arriver à l’homme est le désespoir. C’est un piège du diable. « Espérez dans le Seigneur et réjouissez-vous, les justes » (cf Ps. 31,11). Il ne faut pas que nous désespérions, mais il nous faut rester inébranlables dans nos traditions. Je vous demande, puisque vous habitez une région héroïque connue pour son amour de la tradition, de l’Église, de la patrie, de donner les réponses appropriées et à parler à nos politiciens… Ils jettent la Grèce dans les ordures. Qui leur en a donné le pouvoir ? »

Source (dont photographie): Vima Orthodoxias

Le métropolite d’Amérique orientale et de New York Hilarion et l’archevêque de San Francisco et d’Amérique Cyrille (Église russe hors-frontières) ont adressé un message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de la Sainte-Croix à Genève

Note de la rédaction du Synode hors-frontières : Relativement à la suspension temporaire de l’archevêque Michel de l’administration du diocèse d’Europe occidentale de l’Église russe hors-frontières, le président et le secrétaire du Synode des évêques se sont adressés par un message au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, qui a été lu dans les églises du diocèse d’Europe occidentale le dimanche 18 septembre / 1er octobre. Lors d’une réunion exceptionnelle du Synode des évêques, qui a eu lieu le lundi 19 septembre / 2 octobre de cette année, l’administration temporaire du diocèse d’Europe occidentale a été confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, primat de l’Église russe hors-frontières. Pendant que la situation à la cathédrale de l’Exaltation de la Croix est sous investigation, le Synode des évêques a désigné le couvent féminin russe de Sainte-Elisabeth à Buchendorf (Allemagne) comme lieu de résidence de l’archevêque Michel. L’archiprêtre Paul Tzvetkoff est nommé remplaçant du recteur de la cathédrale à Genève, et l’archiprêtre Émilien Pocinoc, administrateur de la chancellerie du Diocèse d’Europe occidentale. L’archevêque Michel est invité à la session du Synode des évêques, qui aura lieu le 19 novembre / 2 décembre.

Message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix à Genève :

« Chers pères, frères et sœurs en Christ,
De tout cœur nous vous saluons tous à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Croix, votre fête patronale, qui continue. En ces jours, dans la prière, nous souhaitons à tous l’aide divine qui renforce tout, dans les labeurs, et particulièrement, dans le port de la croix, tant personnel qu’ecclésial. En effet, le Seigneur confie à tous une croix dans la vie qui, comme nous le croyons, mène l’homme à la vie éternelle. « Où est la croix, là est la résurrection », écrit Dostoïevski. Et maintenant, le Seigneur confie une croix particulière non seulement à toute la communauté de la cathédrale de Genève, mais aussi au clergé, aux fidèles enfants du diocèse de l’Église russe hors-frontières. En continuant à étudier les questions complexes, liées à l’administration de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, le Synode des évêques, lors de sa dernière session, a décidé de libérer temporairement l’archevêque Michel de ses obédiences archipastorales en Europe occidentale, accordant un congé à Son Éminence. Ce faisant, l’archiprêtre Paul Tzvetkoff, l’un des clercs les plus anciens de notre Église russe hors-frontières,  est nommé, par intérim, recteur de la cathédrale et administrateur du diocèse d’Europe occidentale. Dans son activité, le père Paul sera soumis à la commission synodale spéciale créée lors du concile des évêques, qui a eu lieu en juin de cette année en Allemagne. Le Synode des évêques appelle le clergé et les fidèles à aider père Paul dans son ministère, lui manifestant confiance et obéissance [à partir du lundi 19 septembre / 2 octobre, l’administration du diocèse d’Europe occidentale est confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, NDLR du site du Synode].
Nous considérons qu’il est important de souligner que le Synode des évêques, n’accuse personne dans la situation actuelle. Le seul but de notre décision est de rétablir, après avoir étudié la situation sous tous ses aspects, la paix prescrite par Dieu dans notre paroisse de la cathédrale de Genève, qui est chère à nos cœurs. Selon les paroles de l’apôtre Paul, tous les fidèles, qui forment dans l’Église du Christ un seul corps, doivent garder «  l’unité de l’esprit par le lien de la paix » (Éph. 4,3), ne pas approfondir les différends, ne pas s’abstenir de la prière et de relations les uns avec les autres, ainsi que de ne pas refuser la bonne entente ecclésiale par la manifestation de la désobéissance à la hiérarchie. Aussi, nous devons tous aspirer au but élevé du rétablissement de la paix, du calme et de l’union fraternelle en Christ, nous souvenant que les épreuves dans la vie ecclésiale sont permises par Dieu pour notre propre utilité, afin que les communautés ecclésiales se renforcent spirituellement, se rapprochent de Dieu et l’une avec l’autre, afin que les hommes choisissent ensemble la voie évangélique et ecclésiale. Une telle sorte d’épreuves ou de tribulations constituent en quelque sorte un appel à ce que les membres des paroisses deviennent véritablement l’Église du Christ. Le premier pas dans notre travail commun sera l’assemblée paroissiale qui aura lieu le 15 octobre 2017. L’archevêque Marc de Berlin et d’Allemagne, membre permanent du Synode des évêques la présidera. Dans son « Homélie sur l’obéissance », l’archevêque de Genève et d’Europe Occidentale Antony d’éternelle mémoire (Bartochevitch +1993), écrit : « L’exemple d’obéissance nous a été donné par la Mère de Dieu, lorsque l’archange Gabriel non seulement La salua à l’occasion de la nativité de Son Fils Divin, mais Lui révéla alors toutes les tribulations et les difficultés du cheminement de Sa vie, comme Mère de notre Sauveur. La Vierge Marie n’a été en rien effrayée, mais, modestement et humblement, elle répondit : « Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole! » Et notre œuvre, bien-aimés frères et sœurs, est de soumettre notre volonté à celle de Dieu, Lui dire, comme Il le dit au moment le plus difficile de Sa vie terrestre, au Père céleste : Père que Ta volonté soit faite ! Par ces paroles, nous devons terminer chacune de nos prières. Combien de fois, dans la prière, nous voulons soumettre notre volonté non pas à celle de Dieu, mais au contraire soumettre la volonté de Dieu à notre volonté. Nous demandons avec force, nous exigeons, et même, lorsque le Seigneur n’accomplit pas notre volonté, nous en voulons en quelque sorte à notre Créateur ». Aussi, manifestons de l’obéissance envers la sainte Église, au Synode des évêques et au clergé de la cathédrale avec, à sa tête, le père Paul, suivant l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, dont l’apôtre Paul écrit qu’Il « s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant à Son Père jusqu’à la mort » (Phil. 2,8). Et alors, que Dieu le fasse, nous trouverons ensemble la voie juste pour l’édification de notre vie ecclésiale. Que la force pleine de grâce de la croix du Christ nous y aide. Amen. Avec amour dans le Seigneur,

+ Hilarion, métropolite d’Amérique orientale et de New York, primat de l’Église russe hors-frontières,

+ Cyrille, archevêque de San Francisco et d’Amérique occidentale, secrétaire du Synode des évêques, 1er octobre 2017.

Source

L’Église de Grèce et la Constitution du pays

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Ce mercredi 14 octobre, le Saint-Synode de la hiérarchie de l’Eglise de Grèce s’est réuni en session ordinaire dans la salle de réunions du Saint Synode de la hiérarchie, sous la présidence de l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, Hiéronymos
Après la prière, lecture a été faite de la liste des hiérarques présents et le quorum a été constaté. Les actes de la session d’hier ont été approuvés.
Suite au rapport du métropolite de Didymoteichos et Soufliou Damaskinos, intitulé « Mythes et réalité concernant les relations entre l’Eglise et l’Etat, en vue de la révision de la Constitution », le Saint-Synode de la hiérarchie a indiqué que la révision des relations entre l’Eglise et l’Etat constituait un sujet complexe, sensible et multidimensionnelle.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source (dont photographie): Romfea, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Bertrand Vergely : « L’esprit. Hegel. » – lundi 9 octobre

Bertrand Vergely nous parlera le lundi 9 ocotbre de « L’esprit. Hegel. »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Vidéo de Bertrand Vergely : « Correspondance poétique. Baudelaire » – 26 septembre 2017

Bertrand Vergely nous a parlé le lundi 26 septembre de la correspondance poétique – Baudelaire dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ».

Extrait de la conférence :

La conférence dans son intégralité :

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

L’archevêque Michel du Diocèse de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe à l’étranger est provisoirement relevé de ses fonctions

L’archevêque Michel (Donskoff), qui dirige depuis 2006 le Diocèse de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe à l’étranger, a été libéré provisoirement de ses fonctions le lendemain de la célébration du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève (27 septembre 2017), par un décret du Synode de l’Église orthodoxe russe à l’étranger. Ce décret a été rédigé lors de sa séance du 2 septembre 2017, mais communiqué seulement au moment de son entrée en vigueur le 1er octobre.
Selon les termes de décret, Mgr Michel n’est plus autorisé à célébrer dans les églises du Diocèse de l’Europe occidentale, mais peut le faire dans d’autres diocèses. De même, il n’est plus commémoré liturgiquement dans les églises du diocèse. Il lui est demandé de se retirer au couvent Sainte-Elisabeth à Buchendorf (placé sous la juridiction de Mgr Mark, en Bavière). L’archiprêtre Paul Tsvetkov est nommé recteur provisoire de la cathédrale de Genève et l’archiprêtre Emelian Pochion chancelier du diocèse, dans l’attente d’une décision définitive du Synode, dont la prochaine réunion doit avoir lieu le 2 décembre en présence de Mgr Michel.
Aucune infraction personnelle n’est reprochée à Mgr Michel. Selon une lettre adressée le 4 octobre en russe  et en anglais par le Synode aux fidèles et au clergé du diocèse, la mise à l’écart provisoire de Mgr Michel est relative à des «problèmes complexes liés à l’administration de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève» et n’a en vue que de rétablir dans l’immédiat la paix et l’unité.
Ces problèmes semblent générés par l’hostilité envers l’archevêque d’un petit groupe de laïcs appartenant au conseil paroissial et s’opposant aux orientations et au fonctionnement ecclésial voulus par Mgr Michel. Ce groupe avait adressé, au printemps 2017, au Primat de l’Église orthodoxe russe à l’étranger, une lettre émettant une série de reproches à l’encontre du prélat et se concluant par un ultimatum. La réponse du Synode sous la forme d’une mise à l’écart provisoire de l’archevêque semble découler de sa volonté de prévenir une escalade du conflit dans l’attente de sa résolution. Une pétition adressée au Synode par plusieurs centaines de fidèles du diocèse a fait part de son son soutien à l’évêque Michel et demandé sa remise en fonction, soulignant que les accusations portées contre lui sont inconsistantes.

L’Église orthodoxe russe a envoyé une lettre au secrétaire d’État américain Tillerson en réponse au rapport du Département d’État sur les violations des droits religieux en Russie

Le Patriarcat de Moscou a envoyé une lettre au secrétaire d’État américain Rex Tillerson au sujet du rapport du Département d’État américain sur les soi-disant violations des libertés religieuses en Russie. C’est ce qu’a annoncé le vice-président du département des affaires ecclésiastiques extérieures, l’archimandrite Philarète (Boulekov). « La lettre a été envoyée à l’ambassade des États-Unis afin d’être transmise au destinataire », a-t-il ajouté, précisant qu’il ne s’agissait pas d’une « lettre ouverte ». Selon le père Philarète, après la réception de la lettre en question par le secrétaire d’État, un rapport sera mis en ligne sur le site du département des affaires ecclésiastiques extérieures « sur les positions fondamentales de l’Église russe concernant le rapport, telles que présentées dans la lettre ». Le chef de la division du département des affaires ecclésiastiques extérieures pour les activités inter-religieuses, le père Dimitri Safonov, avait déclaré précédemment lors d’une conférence de presse que l’Église préparait une lettre à Tillerson au sujet du « rapport partial » sur les libertés religieuses en Russie et le mépris complet des persécutions à l’encontre du Patriarcat de Moscou en Ukraine. En particulier, comme l’écrit le département des affaires ecclésiastiques extérieures, le rapport « ne mentionne aucunement les nombreuses églises incendiées, les prêtres battus, et la législation en préparation en Ukraine qui est complètement discriminatoire envers toutes les associations religieuses qui n’ont pas leur centre en Ukraine ».

Source (dont photographie de Rex Tillerson de Ria-Novosti): Orthodox Christianity, traduit de l’anglais pour Orthodoxie.com

Sur cette même actualité, en français, une analyse par Mgr Hilarion de Volokolamsk.

Déclaration du métropolite Tikhon, primat de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) au sujet de la tragédie de Las Vegas

Après l’attentat de Las Vegas au cours duquel 59 personnes ont été tuées et 527 blessées, le métropolite Tikhon (photographie ci-contre), primat de l’Église orthodoxe en Amérique, a déclaré : « Au nom des hiérarques, du clergé et des fidèles de l’Église orthodoxe en Amérique, nous présentons nos sincères condoléances aux familles et amis des victimes de la tuerie de masse à Las Vegas. Cela produit toujours une grande tristesse que d’entendre parler de telles tueries insensées dans un monde supposément civilisé. Nos cœurs souffrent pour les familles et les amis des victimes et nous élevons des prières ferventes pour le repos des âmes de ceux dont les vies ont été tragiquement écourtées. Nous prions pour les victimes et les familles en deuil et demandons à Dieu qu’Il leur envoie l’esprit de paix et de consolation. Nous rendons grâces aussi pour les actions, en temps opportun, des premiers intervenants. Enfin, nous élevons nos prières pour la ville de Las Vegas et tous ceux qui ont été affectés par ces événements tragiques. Nous demandons que tous les chrétiens orthodoxes mentionnent les victimes et leurs familles dans leurs prières ».

Source: OCA

Un reportage de la télévision helvétique à l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève

A l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève (un historique), dédiée à l’Exaltation de la Sainte Croix, la télévision helvétique a réalisé un reportage que l’on peut visionner ici.

Des panneaux avec des citations de la correspondance de la famille impériale russe ont été installés à Moscou

Des panneaux avec des citations de la correspondance des saints martyrs de la famille impériale russe ont été installés dans différents districts de Moscou. Dédiées à l’amour, au mariage et au bonheur familial, ces citations proviennent du journal personnel de l’impératrice Alexandra et de ses lettres à l’empereur Nicolas II. Cela fait partie d’un projet intitulé « Nicolas II et Alexandra Feodorovna. Paroles d’amour », émanant du département synodal du Patriarcat de Moscou pour les relations de l’Église avec la société et les médias. Ce projet est destiné à affermir les valeurs familiales dans la société russe, et aussi à faire parvenir à la population une information véridique sur la vie de la famille impériale martyre. Depuis plus de cent ans, la vie privée de la famille des derniers Romanov reste la cible de mythes et de spéculations. Or l’histoire réelle de la vie de leur couple, fondée sur la foi, l’amour et le respect mutuel peut servir d’exemple aux relations familiales pour nos contemporains. « Mes prières ardentes t’accompagnent jour et nuit. Que le Seigneur te garde, qu’Il te protège et te ramène en bonne santé à la maison. Je te bénis et je t’aime comme peu ont été ainsi aimés ». Ce n’est là qu’une des citations du projet dont les habitants peuvent prendre connaissance dans les rues de Moscou. On considère que le projet « Nicolas II et Alexandre Feodorovna. Paroles d’amour » deviendra avec le temps un exemple, et un moyen positif pour découvrir des pages quasiment oubliées de l’histoire russe.

Source

Une église orthodoxe russe sera construite à Kaboul

Sur le territoire de l’ambassade de Russie en Afghanistan sera construite une église orthodoxe russe en 2018, selon les informations parues dans le quotidien russe « Izvestia », sur la base d’informations émanant des cercles diplomatiques. Selon le journal, l’organisation des vétérans russes d’Afghanistan et d’autres sponsors seront associés au projet. L’agence « Rossotroudnitchestvo », destinée à promouvoir les valeurs nationales, culturelles et la langue russes, à l’intention de soutenir le projet. « Il fallait coordonner cette question avec l’Église et d’autres instances. Cette œuvre bonne et utile paraît tout à fait réalisable » a déclaré le représentant de « Rossotroudnitchestvo » en Afghanistan, Viatcheslav Nekrasov. L’église sera construite en pin sibérien. Actuellement, il n’y a qu’une petite chapelle installée dans les locaux de l’ambassade. La seule chose qui pourrait empêcher la réalisation rapide du projet est l’état de guerre en Afghanistan selon les représentants de « Rossotroudnitchestvo », ajoutant que « l’on tiendra compte, dans la construction, des particularités d’un pays musulman ».

Source

Documentaire : « La mission orthodoxe russe en Chine » (sous-titres en anglais)

L’activité pastorale de l’Eglise orthodoxe russe en Chine a débuté au XVIIe siècle avec l’arrivée à Pékin du prêtre russe Maxime Leontiev. En 1713, la première mission orthodoxe russe en Chine est établie. C’est grâce aux efforts des missionnaires russes que l’orthodoxie a pénétré en terre chinoise. Isabelle Landry-Deron, chercheur spécialisé en littérature missionnaire sur la Chine des XVIIe et XVIIIe siècles, nous dévoile une page méconnue du public francophone sur la mission orthodoxe russe en Chine. Nous proposons ci-dessous la vidéo avec sous-titre en anglais, pour voir ou revoir le documentaire en français, cliquez ICI !

17000 personnes ont bénéficié du programme social de l’Église orthodoxe roumaine intitulé « La Table de la joie »

Le Patriarcat de Roumanie a mis au point une série de programmes sociaux dans le cadre desquels de la nourriture chaude et des produits alimentaires sont distribués aux nécessiteux. Par ce programme, intitulé « La Table de la joie », 17.048 personnes au titre de la seule année 2016 ont reçu de l’assistance en Roumanie, selon le rapport de l’agence d’information patriarcale Basilica.ro. Le programme « Table de la joie » a été réalisé dans 24 diocèses par 178 institutions caritatives. Depuis 2009, la valeur totale des produits offerts s’est élevée à 4,4 millions d’Euros. Le programme social du Patriarcat de Roumanie bénéficie à ceux qui sont connus des services sociaux au niveau paroissial et diocésain, ainsi que des organisations non-gouvernementales qui opèrent avec la bénédiction des évêques et des archidiocèses.

Source

Les reliques de la reine martyre Ketevan sont arrivées en Géorgie

Sainte grande-martyre et reine Ketevan

Le 24 septembre, un fragment des reliques de la sainte grande-martyre et reine Ketevan est arrivé à Tbilissi, en provenance de l’Inde. Les reliques ont été accueillies à l’aéroport de Tbilissi par le patriarche catholicos de Géorgie Élie II ainsi que par le clergé et les fidèles. Elles resteront six mois en Géorgie. Le patriarche a déclaré à cette occasion : « Comment peut-il y avoir des incroyants dans une nation qui compte tant de saints, tant de martyrs – des centaines de milliers -, la reine Tamar, sainte Nina, sainte Ketevan. Et nous remercions le Seigneur pour nous avoir donné la force et cette grâce. Le peuple géorgien entier semble avoir été uni aux cieux aujourd’hui… Notre reine bien-aimée est revenue vers nous aujourd’hui, Sa Majesté la reine Ketevan ». Le reliquaire a été transféré à la cathédrale de la Sainte Trinité à Tbilissi le 25 septembre, puis ensuite à la cathédrale d’Alaverdi, à 85 km de la capitale, où elles resteront jusqu’à la fête de la sainte le 26 septembre. Elles seront ensuite transportées dans les différents diocèses de Géorgie pour y être vénérées par les fidèles. On peut visionner ici l’arrivée des reliques.

Source

Lettre pastorale de Jean X, patriarche d’Antioche: « La grâce nous grandit, le service nous élève, l’amour nous unit »

Par la grâce de Dieu, Jean X patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, à tous les bien-aimés dans le Seigneur Jésus les fidèles, clercs et laïcs du Saint Siège d’Antioche

« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés »
(Galates 1 : 3-4)

Bien-aimés,

Vous n’êtes pas sans vous souvenir que j’ai adopté cette phrase « La grâce nous grandit, le service nous élève, l’amour nous unit » comme devise du service patriarcal qui m’a été confié par le Saint-Esprit, à travers l’élection de mes frères les évêques du Saint Synode antiochien. En choisissant cette devise j’ai voulu insister sur le fait que nous sommes conviés, en tant qu’Église déployée dans tout l’espace antiochien, à acquérir la grâce et la traduire en service du Corps du Christ, selon le charisme de chacun de nous, dans un climat d’amour qui est le seul « lien de la perfection », selon l’enseignement de l’Apôtre. Nous avons essayé ensemble, durant les dernières années, de mettre en pratique cette devise, souvent avec succès, mais nous avons parfois rencontré des obstacles. Nous continuerons cependant dans la même voie pour que l’Église d’Antioche, cette épouse du Christ nous apparaisse « sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Éphésiens 5: 27). C’est pour cela que je m’adresse à vous, rendus membres responsables de l’Église du Christ par votre Baptême et l’onction du sacrement de la chrismation, pour vous informer des affaires de votre Église afin de vous en souvenir dans vos prières, et de les considérer comme faisant partie intégrante de vos préoccupations.

1- Nous rendons en tant qu’Église grâce à Dieu qui nous a donné « un esprit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1: 7) pour Lui porter témoignage dans les circonstances difficiles que vit notre monde et en particulier nos pays, qui nous ont causé beaucoup de souffrances du fait des guerres des autres sur notre terre, lesquelles non seulement ont détruit la pierre mais ont tué les humains et les ont jeté sur les chemins de l’exil.
2- Nous avons constaté avec consternation que les forces du mal se sont prises à notre Église, en kidnappant notre frère Boulos (Yazigi), métropolite d’Alep depuis plus de 4 ans. Ce qui nous consterne davantage est que malgré de nombreux et continuels contacts avec les organismes internationaux et régionaux, nous sommes restés sans aucune nouvelle de lui. Nous vous invitons à joindre vos prières aux nôtres afin que Dieu nous le rende ainsi qu’à son peuple d’Alep sain et sauf. Nous prions aussi pour son compagnon de captivité, l’évêque Youhanna et pour tous les kidnappés, prêtres et laïcs, et nous implorons Dieu de les soutenir et demandons au monde civilisé de se souvenir de leur tragédie et d’agir en vue de leur libération afin de les rendre à ceux qui les aiment.
3- Nous avons souffert avec vous de l’absurdité des guerres qui ont assailli notre Orient et nos pays avec tout ce qui les a accompagnées de violence, de terreur, de destructions, de ravages, de déplacements de populations, de pauvreté, de faim et de peur de l’avenir. Ces guerres ne servent que les intérêts des puissants de ce monde. Nous avons multiplié nos efforts pour susciter des initiatives afin de fortifier notre présence sur notre terre et la rendre plus efficace, et pour alléger la dureté des circonstances que nous vivons. Nous agissons avec les hommes de bonne volonté pour subvenir aux besoins vitaux de notre peuple et garantir l’avenir de nos jeunes en leur assurant une vie dans l’honneur et la sécurité dans leurs pays. À ce propos, nous avons approché nombre d’instances sur la scène internationale leur demandant d’agir pour arrêter cette guerre destructrice en Syrie et assurer l’unité du pays. Nous avons aussi porté partout le souci du Liban et de son peuple, afin que s’affermisse le travail constitutionnel et institutionnel qui s’y fait, s’accroisse son développement et se maintienne son haut degré d’évolution.
4- Vu ces circonstances difficiles, nous avons fait de l’aide aux nécessiteux la première de nos priorités, et nous continuons à lui donner grande importance dans notre travail quotidien. À travers les institutions patriarcales et les évêchés nous veillons à activer le service de la charité et lui trouver des organes nouveaux plus flexibles encourageant la solidarité entre les fils d’un même corps pour qu’il ne reste parmi nous un seul nécessiteux ou quelqu’un qui ressent qu’il est exclu du cœur des fidèles dans l’Église du Christ. Nous rendons grâces à Dieu pour l’unité antiochienne qui s’est manifestée durant cette crise par des paroisses et des évêchés en Syrie et au Liban qui ont pris en charge les déplacés et ont œuvré dans l’amour à alléger leurs souffrances. De même les diocèses d’outremer ont mis tous leurs moyens au service de ceux qui les ont rejoints et offrent leur support au travail d’entraide fourni par l’Église de nos pays.
5- Vu que le monde est devenu un grand village, nous avons consacré aux problèmes de l’information et de la communication une part importante de notre travail. Le « Centre Orthodoxe Antiochien d’information » a vu le jour, ainsi que la « Voix de la Grâce » sur les ondes. Nous avons aussi augmenté notre présence sur le net et les réseaux sociaux, afin de mieux transmettre la Bonne Nouvelle qui reste le but ultime de toute information chrétienne. Des fidèles de l’ensemble du Patriarcat d’Antioche se sont investis dans ces initiatives et travaillent à augmenter leur succès et leur utilité. À cet effet, je ne peux ne pas mentionner les possibilités qu’offrent à notre travail d’évangélisation les moyens modernes de communication. Si nous savons bien les utiliser et à bon escient, ils deviennent des outils efficaces et probants pour promouvoir le travail pastoral et notre témoignage de la joie de la Résurrection et de la beauté du Christianisme. Mais il nous faut éviter de les utiliser comme plateforme pour étaler nos doléances et des critiques destructives ainsi qu’un lieu de calomnie et d’insultes.
6- Nous avons œuvré à renforcer l’unité antiochienne en la rendant plus efficace. Nous avons veillé à ce que le témoignage du Christ ressuscité et vainqueur de la mort soit le même partout dans l’espace antiochien et tout l’Orient, dans cette région où Dieu nous a voulu, justement pour y témoigner. Pour cela, nous avons augmenté nos rencontres avec nos frères des autres Églises chrétiennes, auxquelles nous sommes unis dans une unité de vie et de devenir, et nous avons encouragé le travail commun entre les fidèles.
7- Nous avons aussi amplifié le travail avec nos frères musulmans, avec qui nous partageons les mêmes patries et le même devenir, afin de promouvoir une culture de paix, de fraternité et de convivialité, et de nous opposer ensemble à ceux qui utilisent la religion pour susciter des conflits et des guerres.
8- Nous avons consolidé la coopération avec les Églises Orthodoxes à travers le monde. À cet effet, nous avons effectué des visites iréniques à nombre de patriarcats, et un pèlerinage à la Sainte Montagne de l’Athos où nous avons demandé la prière de ses moines pour notre peuple, et nous avons placé ses souffrances et son devenir entre les mains de la Toute Sainte Vierge Marie, Protectrice de la Montagne et Médiatrice auprès du Sauveur. Des délégations de notre Église ont participé à toutes les rencontres panorthodoxes pour consolider l’unité entre les Églises et assurer un témoignage orthodoxe commun dans le monde d’aujourd’hui. Nous avons consacré de grands efforts et beaucoup de ressources en vue de préparer le grand Concile orthodoxe en Crète durant l’été 2016 que le monde orthodoxe attendait de ses vœux, mais nous n’avons pu y participer pour les raisons dont nous vous avions alors informées. La violation du patriarcat de Jérusalem du territoire canonique antiochien, dans l’Emirat de Qatar, nous a beaucoup préoccupé et nous avons présenté plusieurs propositions iréniques pour éviter la rupture de communion entre les deux Sièges apostoliques. Mais toutes nos initiatives ont été repoussées par l’attitude intransigeante du patriarcat de Jérusalem. Et nos divers contacts avec les autorités religieuses et politiques concernées sont restés sans effet.
9- Après la mise à la retraite de certains de nos vieux évêques et le décès d’autres, nous avons dû, ces dernières années, renouveler le corps épiscopal antiochien par de jeunes évêques cultivés et d’expérience. Le choix des nouveaux évêques a exprimé clairement l’unité antiochienne parce que tous ont été élus à d’autres évêchés que ceux dont ils venaient. Le Saint Synode a basé ces choix sur les exigences de l’Évangile, les Canons de l’Église et les Statuts du Siège d’Antioche sans tenir compte d’une quelconque considération politique, nationale ou raciale. Nous sommes heureux de vous annoncer que ces frères évêques sont en train de continuer dans leurs nouveaux diocèses le travail entrepris par leurs prédécesseurs, et que les fidèles leur apportent aide et soutien.
10- L’élection de ces frères s’est accompagnée par l’activation du travail synodal. Nous sommes une seule Église, non une fédération de diocèses limitrophes sans réelle rencontre. Le Saint Synode est le lieu de notre rencontre où chaque évêque communique l’esprit de l’Église qu’il préside, et où le témoignage de l’ensemble des diocèses modèle l’esprit de la seule Église d’Antioche. L’évêque est élu par le Synode et il se réunit en Synode où il contrôle et est contrôlé. Et c’est le Synode qui le juge s’il enfreint le donné de la foi. C’est là le dépôt reçu des Apôtres qui ont stipulé que « les évêques de chaque nation doivent reconnaitre leur primat et le considérer comme leur chef, et ne rien faire d’importance sans son avis, mais que chacun d’entre eux ne s’occupe que de ce qui concerne son diocèse et les campagnes en dépendant. Et le premier ne doit rien faire sans l’avis de tous. Ainsi régnera par le Seigneur la concorde dans l’Esprit Saint, et sera glorifié le Père, le Fils et le Saint Esprit » (Canon apostolique 34).
11- Le même esprit élaboré par l’Église entière doit être appliqué par tous, clercs et laïcs, comme nous exhorte l’Apôtre, à tenir « tous un même langage » (1 Corinthiens 1: 10), c’est à dire en d’autres termes à travers notre enracinement dans l’illumination spirituelle et l’effort d’acquisition de la grâce et de sa mise en pratique dans un enseignement orthodoxe et des actions de service et d’amour fraternel.
12- Nous traduisons aussi ce même esprit à travers notre unité et notre coopération qui nous permettent d’accomplir le souhait de Notre Seigneur de nous aimer comme Il aime Son Père. L’unité et la coopération sont des conditions indispensables pour soutenir notre existence et diminuer l’émigration des ressources humaines que connaissent nos pays et notre Église. À ce propos, nous avons œuvré et ne cessons de le faire à affermir la coopération avec nos frères dans les pays de la diaspora, ces apôtres de l’esprit antiochien et de sa tradition envers le monde entier, qui ont tenu à conserver, dans leurs nouveaux pays, leur engagement chrétien et y ont bâti leurs églises en même temps que leurs maisons. Leurs liens profonds avec l’Église d’Antioche nous donnent des forces et nous encouragent réciproquement. Nous ne cessons de voir en eux le souffle apostolique de l’Église d’Antioche qui s’ouvre au monde pour l’évangéliser, et s’enrichit de l’apport de ses fidèles d’autres pays et d’autres continents. Le langage commun d’Antioche s’exprime maintenant dans de nombreuses langues mondiales, et il continuera d’appeler à l’enracinement dans la Tradition et à une ouverture sur le monde d’aujourd’hui, traduisant notre fidélité au Seigneur qui nous enjoint de faire parvenir Sa Bonne Nouvelle et Sa Paix aux confins du monde.
13- Œuvrer à avoir un même esprit s’accomplira par notre effort incessant à résoudre les différends qui se mettent au travers de notre route, par la consultation et l’entente, ainsi que le recours à l’avis de la communauté en vue d’arriver à un consensus et à l’unité au sein même de nos différends. La vie de l’Église est basée sur la concertation et non la négociation, la complémentarité et non l’antagonisme, une franche confrontation et non un affrontement destructeur, le pardon de l’autre et non le laisser s’engluer dans ses fautes, sur la franchise et non sur un jugement d’intentions, et enfin sur le sacrifice et le don de soi et non la répartition de gains et d’intérêts.
14- Pour cela, il nous faut adopter cette spiritualité dans nos relations pour renforcer notre unité, cette unité qui débute par le rassemblement des membres de chaque paroisse autour de leur pasteur et leur coopération pour son développement dans une transparence totale. Cette unité se vit aussi au niveau du diocèse où les fidèles se doivent de participer avec leur évêque et sous sa présidence à l’embrigadement de toutes les compétences spirituelles et matérielles qui s’y trouvent et leur développement dans un esprit de coopération et de communion. Cette unité trouve son apogée au niveau du Saint Synode dans son travail commun pour le bien de l’Église d’Antioche, pour renforcer son unité et activer son témoignage dans le monde d’aujourd’hui.
Tout ce qui précède évoque une spiritualité qui a été la base sur laquelle ont été fondés nos statuts approuvés au début des années 70 du siècle passé, et qui stipulent la formation d’un conseil pour chaque paroisse, d’un congrès pour chaque diocèse groupant les représentants des prêtres, des moines et des laïcs et qui élit un conseil du diocèse. Ces statuts stipulent aussi la convocation d’un Congrès Général du Siège d’Antioche qui a été convoqué en 2014.
De nombreuses circonstances ont empêché, ici et là, l’entière formation de ces divers organismes prévus au Règlement intérieur de notre Patriarcat, ce qui a réduit la participation efficace des fils de l’Église dans la direction de leurs paroisses et de leurs diocèses. Ce manque a amené beaucoup à se plaindre de cette situation, ou à former des organes équivalents pour exprimer leurs opinions. C’est pourquoi il nous faut, en tant qu’Église, dépasser les différends autour des statuts qui durent depuis le milieu du siècle passé, et nous soucier d’affermir notre unité et unifier notre parole par la formation des organes prévus et d’appliquer enfin les décisions du dernier Congrès antiochien. Nos statuts ont été établis il y a près de cinquante ans, et il ne fait de doute qu’ils doivent être amendés et complétés pour se mettre au diapason du renouveau que nous voulons tous pour notre Siège d’Antioche. Cependant, notre engagement à mettre maintenant en pratique les statuts actuels est un gage de notre sincérité, tout en prenant le soin de noter les expériences utiles à leur amendement plus tard, car les lois sont établies pour éviter que la communauté soit sujette aux sautes d’humeur et à l’individualisme.
15- Nous avons concrétisé ce même esprit qui nous unit dans un « même langage » dans notre approche des problèmes humains qui ont confronté la conscience de notre Église dans nos patries et outremer. Nous avons œuvré partout à défendre l’intérêt de l’homme, de tout homme et celui de l’humanité entière. Nous avons toujours veillé à ne pas adopter des approches politiques utilisant le langage des gens de ce monde, et de ne pas imposer à nos ouailles des options politiques définies. Mais nous les avons toujours orienté à baptiser leur esprit politique à l’aune de la vérité de l’Évangile et de la charité chrétienne qui a pour mission de se donner et de sauver tous les hommes.

Je vous ai écrit ce qui précède pour vous dire ma joie de ce que nous avons réalisé ensemble et mon intention de multiplier les efforts dans l’amour afin de compléter « l’édification du Corps du Christ » pour parvenir « à la mesure de la stature parfaite du Christ » (Éphésiens 4: 13). Je rends grâces à Dieu qui nous a donné des pasteurs aimant leur Église, plaçant ses intérêts et son unité au-dessus de tout, emplis de la foi qui témoigne de la joie de la Résurrection et œuvrant, chacun selon les charismes et les talents qui lui ont été donnés, au renouveau de l’Église.

Bien-aimés,

Je sais que le monde d’aujourd’hui attend de nous une « parole de vie », et que l’homme d’aujourd’hui a besoin de guérison que seul le témoignage de ceux qui ont ressuscité des morts avec leur Seigneur peut lui donner. C’est ainsi qu’ont agi nos Pères avant nous, quand ils ont transmis notre Tradition vivante dans la langue de leur temps. Et c’est ce que nous devons faire aussi aujourd’hui. C’est pourquoi je vous invite :
1- À approfondir la connaissance des sciences de ce siècle pour lui transmettre la nouvelle éternelle dans une langue nouvelle qui l’interpelle.
2- À travailler ensemble pour évangéliser les membres de notre communauté, surtout ceux qui s’en sont éloignés influencés par une sécularisation galopante.
3- À transmettre à ceux de nos jeunes qui ne se marient plus à l’église et dont certains ne baptisent plus leurs enfants le sens du sacrement de l’amour et celui de la communauté.
4- À dépasser les apparences extérieures de la piété pour rendre notre réflexion théologique capable en profondeur d’éveiller le monde à la réalité de notre Dieu qui est un Dieu vivant et vivifiant, un Dieu de liberté et d’amour qui nous aime d’un grand amour et qui veut que nous devenions des dieux par adoption.
5- À coopérer avec l’agir divin pour transformer le monde en église et la terre en ciel.
6- À rendre compte de la présence de Dieu partout et en tout ce que nous faisons afin que le monde sache que nous sommes les disciples du Maître.
7- À étendre l’Autel en dehors de l’église là où se trouvent les pauvres, les déplacés, ceux qui vivent dans le désespoir et la tristesse et qui ont besoin de notre sollicitude et de notre amour pour les sauver de la mort.
8- À ne pas nous suffire des prières, mais faire de notre présence dans l’histoire une prière quotidienne qui sauve le monde et l’histoire.
9- À nous éloigner des procédés du monde et les empêcher d’envahir notre vie ecclésiale. À ne pas nous créer des ennemis pour les rendre responsables de notre angoisse, car le Christ ne connaît pas l’inimitié, mais nous a commandé de nous aimer les uns les autres.
10- À purifier nos cœurs pour qu’ils deviennent un terreau fertile à l’éclosion de la Parole de Dieu et à porter des fruits, et pour qu’ils ne se dessèchent et ne soient étouffés par les ronces.
11- À témoigner de notre familiarité avec Jésus et la joie de l’Évangile qui emplit nos cœurs, transforme notre vie et nous libère de toute tristesse, souci et solitude.
12- À adopter tous le même langage, et combattre tout différend et parti pris qui nous séparent, pour que nous soyons « parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment… avec les mêmes sentiments les uns envers les autres selon Jésus-Christ, afin que tous ensemble d’une seule bouche (nous) glorifions le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ » (1 Corinthiens 1: 10 et Romains 15 5-6).

Bien-aimés,

Vous êtes les gardiens de la foi que nous ont transmise vos pères et vos aïeuls et que nous ont léguée les saints. Vous êtes responsables de témoigner du Christ ressuscité là où vous êtes. Faites en sorte que le Christ soit toujours au milieu de l’Église. Conviez-le par la prière à ne pas abandonner la barque de l’Église au milieu de la tempête. Ayez confiance qu’Il aura pitié de nous comme Il l’a fait avec la foule au désert. Soyez sûrs qu’Il est avec nous et ressent notre douleur, notre faim, notre soif et notre tristesse. Il ne nous délaissera pas même si nous traversons un désert, loin de Lui. Tournez-vous vers Lui, Bien-aimés, et vous Le trouverez avec vous, et ainsi vous aurez le même esprit et le même langage, et ils seront compris par tous.

Aimez beaucoup et comprenez que notre responsabilité en tant que pasteurs et la vôtre en tant que croyants sont d’affirmer que seul le Christ est maître de Son Église, » afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine’(1 Corinthiens 1: 17).

Que la bénédiction du Seigneur soit avec vous tous.

Publié par le Patriarcat à Damas
En la fête de la Dormition de la Mère de Dieu, 2017

Jean X
Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient

 

25ème anniversaire du rétablissement de la vie monastique à la Laure de Sviatogorsk (Ukraine)

Le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Kiev Onuphre a présidé les solennités liées au renouveau de la vie monastique à la Laure de la Dormition de Sviatogorsk, dans le diocèse de Donetsk. La fête a lieu le jour de la commémoration de la Synaxe des saints de Sviatogorsk, au nombre de 18, qui y ont vécu dans l’ascèse du XVIIème au XXème siècle. Dans l’église principale de la Laure se trouvent les reliques de 11 moines monastère : les ascètes Jean le Reclus, Arsène, Germain, Longine, Théodose, Cyprien, Joannice, Isaac, les moines confesseurs Triphon, Michel et Jean. La Laure de Sviatogorsk est l’un des plus grands monastères de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Les premiers moines se sont installés dans ce lieu dès les VIIIème-IXème siècles. En 1787, suivant un décret de l’impératrice Catherine II, le monastère de Sviatogorsk a été fermé et les villages et les terres lui appartenant ont été remis au trésor public. En 1844, par décret de l’empereur Nicolas Ier, le monastère a été rétabli, et l’ordo de l’ermitage de Glinsk y a été introduit. Les 70 années suivantes, le monastère a connu une apogée sans précédent, devenant l’un des plus grands de l’Empire russe. En janvier 1918 a commencé le pillage du monastère par le pouvoir soviétique. En 1922, le monastère a été « liquidé », et une maison de repos pour les travailleurs du Donbass y a été installée. En 1992, a commencé la renaissance du monastère qui a reçu le statut de Laure, par décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe d’Ukraine du 9 mars 2004.

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski