Communiqué

Unesco : plus de 150 sites culturels détruits partiellement ou totalement en Ukraine

L’Unesco publie ce jeudi un bilan actualisé des dommages causés aux sites culturels en Ukraine depuis le 24 février 2022, date du début de l’offensive russe. Selon les vérifications effectuées par ses experts, 152 sites culturels ont été détruits partiellement ou totalement en raison des combats, dont 70 édifices religieux, 30 bâtiments historiques, 18 centres culturels, 15 monuments, 12 musées et 7 bibliothèques. Dans son communiqué publié aujourd’hui, l’Unesco réitère son appel au respect du droit international et poursuit ses actions de soutien aux professionnels de la culture sur le terrain. Trois régions concentrent trois-quarts des sites endommagés : la région de Donetsk, où les combats sont toujours particulièrement intenses – avec 45 sites culturels endommagés – celle de Kharkiv – 40 sites endommagés – et celle de Kyiv – 26 sites endommagés. D’après Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco : « Ces atteintes répétées aux sites culturels ukrainiens doivent cesser. Le patrimoine culturel, sous toutes ses formes, ne saurait en aucun cas être pris pour cible. Je réitère mon appel au respect du droit international humanitaire, notamment de la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé. » Dès le début de la guerre, la Directrice générale de l’Unesco a impulsé une série de mesures d’urgence pour prévenir au maximum les destructions. L’Organisation a prodigué des conseils techniques aux professionnels de la culture sur le terrain pour protéger les bâtiments et inventorier les œuvres, des refuges ont été identifiés pour mettre en sécurité les objets qui pouvaient être déplacés, les dispositifs anti-incendie ont aussi été renforcés. L’Unesco a par ailleurs accompagné les autorités ukrainiennes dans le marquage des sites culturels avec l’emblème distinctif du bouclier bleu. Ce symbole indique que le bien est protégé au titre de la Convention de La Haye de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Décision de l’Église orthodoxe bulgare sur la levée du schisme de l’Église orthodoxe de Macédoine du Nord

Le 21 juin 2022, lors d’une réunion plénière (prot. n° 2), le Saint- Synode a examiné les lettres du patriarche œcuménique Bartholomée et du patriarche serbe Porphyre en rapport avec le statut canonique de l’Église orthodoxe de Macédoine du Nord, et après un vote, a décidé : L’Église orthodoxe bulgare – Patriarcat bulgare accueille avec gratitude envers Dieu et joie spirituelle les décisions de lever le schisme et d’entrer en communion canonique et eucharistique avec l’Église orthodoxe de Macédoine du Nord. La question du nom de l’Église orthodoxe de Macédoine du Nord n’est pas encore réglée. Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe a statué au sujet des décisions de l’Église orthodoxe ukrainienne

Le 29 mai 2022, en la salle du Conseil ecclésial supérieur située dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, a eu lieu une réunion extraordinaire du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, sous la présidence de Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie. Les membres du Synode ont débattu sur les résultats de l’Assemblée de l’Église orthodoxe ukrainienne qui s’est tenue à Kiev le 27 mai 2022, au cours de laquelle ont été adoptés des compléments et des modifications dans les Statuts au sujet de la gouvernance de l’Église orthodoxe ukrainienne, et a été prise une série de décisions liées à la poursuite des hostilités en Ukraine, l’accroissement de la pression exercée sur l’Église orthodoxe ukrainienne, les saisies continuelles de ses églises, les nombreux faits de discrimination et de la violation des droits de ses fidèles. À l’issue de la réunion, les membres du Synode ont décidé (protocole N°56) de : 1) Exprimer leur soutien total et leur compréhension aux archipasteurs, pasteurs, moines, moniales et laïcs de l’Église orthodoxe ukrainienne, exposés à une pression sans précédent de la part des représentants des structures schismatiques, des pouvoirs locaux, des médias, des organisations extrémistes et de la partie du public qui est d’orientation nationaliste. 2. Appeler le plérôme de l’Église orthodoxe russe à des prières ferventes pour l’affermissement des forces de nos frères en Ukraine et pour que leur soit accordé le courage ainsi que l’aide de Dieu dans leur exploit quotidien du témoignage chrétien. 3. Constater que le statut de l’Église orthodoxe ukrainienne a été défini par la Charte de Sa Sainteté le Patriarche de Moscou et de toute la Russie Alexis II en date du 27 octobre 1990. 4. Mentionner que les compléments et des modifications dans les Statuts au sujet de la gouvernance de l’Église

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Accueil

Communiqué de la Sainte Communauté du Mont Athos sur la guerre en Ukraine

« La Sainte Communauté du Mont Athos, à l’occasion de la guerre en Ukraine, qui a commencé en 2014, entre des frères et sœurs unis depuis des temps immémoriaux par une foi et une histoire commune en Christ, a depuis longtemps exhorté les saints établissements monastiques de la Sainte Montagne à intensifier leurs supplications et leurs prières pour qu’elle cesse. Alors que celle-ci se poursuit et s’intensifie, elle exprime de tout cœur sa profonde tristesse pour la perte de tant de nos frères et sœurs et sa solidarité avec les victimes du conflit. La Sainte Montagne, en tant qu’État monastique plus que millénaire, suivant les préceptes d’amour et de fraternité entre les hommes, transmis par notre Seigneur Jésus-Christ à travers l’Évangile et l’Église, prie nuit et jour pour la paix du monde entier et des régions en guerre mentionnées ci-dessus en particulier. Une paix qui sera obtenue par le « Dieu de la paix et Père miséricordieux » en revenant à l’esprit de l’Évangile et par le repentir sincère de tous, afin que règnent l’amour, la vérité et la justice. Que la Très sainte Mère de Dieu, Protectrice et Gardienne de notre saint lieu (Mont Athos NdT), dont nous invoquons l’intercession, ainsi que celle de tous les saints, intercède auprès du Christ ressuscité pour que prévale la paix tant désirée ! Tous les Représentants et Supérieurs dans l’assemblée commune des saints vingt monastères du Mont Athos ». Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué du Comité de coordination de la Commission internationale mixte pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique-romaine

Le Comité de coordination de la Commission internationale mixte pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique romaine s’est réuni du 16 au 20 mai 2022 à Réthymnon (Grèce), sous la co-présidence du cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et de l’archevêque Job de Telmessos, du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Comme il l’indique dans son communiqué, le Comité a terminé la révision du projet de texte intitulé « Primauté et synodalité au cours du deuxième millénaire et aujourd’hui », qui sera présenté à une session plénière de la Commission mixte internationale, prévue pour 2023. La dernière réunion du Comité de coordination s’était tenue en novembre 2018 au monastère de Bose (Italie). Le dernier document publié par la Commission, intitulé « Synodalité et primauté pendant le premier millénaire : Vers une compréhension commune au service de l’unité de l’Église » avait été adopté en septembre 2016 à Chieti (Italie). « Communiqué du 20 mai 2022 Après une interruption de deux ans due à la pandémie, le Comité de coordination de la Commission internationale mixte pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique romaine, sous la co-présidence du Cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et de l’Archevêque Job de Telmessos, du Patriarcat œcuménique de Constantinople, s’est réuni du 16 au 20 mai 2022, au Centre de conférences Theomitor de Réthymnon (Crète, Grèce). Le Comité a été généreusement et fraternellement accueilli par le métropolite Prodromos de Réthymnon et Avlopotamos. Le Comité a terminé la révision du projet de texte intitulé « Primauté et synodalité au deuxième millénaire et aujourd’hui », qui sera présenté à une session plénière de la Commission internationale mixte, prévue pour 2023. Gravement préoccupés par la guerre tragique en Ukraine et les nombreuses victimes et réfugiés, les membres

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

« Il est du devoir de l’Église orthodoxe de servir la cause de la paix » a déclaré le patriarche Bartholomée

Vous trouverez ci-dessous le texte de la communication du patriarche Bartholomée lors du Forum interreligieux qui s’est tenu à Riyad, en Arabie Saoudite, au début de cette semaine. Vos Excellences, Estimés responsables religieux, Mesdames et Messieurs, C’est une grande joie et un privilège unique de m’adresser à cette assemblée éminente, ici, au Forum pour la promotion de valeurs communes parmi les fidèles des religions, à Riyad, en Arabie Saoudite, à l’aimable invitation de Son Excellence le Cheikh Muhammad Al-Issa, Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Nous nous exprimons au nom du Patriarcat œcuménique, qui se consacre au dialogue et au rapprochement, à la construction de ponts entre les diverses religions, cultures et peuples, entre les hommes et leur environnement naturel, ainsi qu’à la promotion de la paix et de la solidarité dans le monde entier, dans l’intérêt de la défense de la dignité humaine. Le Patriarcat œcuménique a initié des dialogues interreligieux entre les trois religions monothéistes et a cultivé d’autres projets interreligieux. Nous poursuivons ces efforts avec sincérité et confiance. Il est impossible de comprendre le passé, d’analyser le présent ou d’imaginer l’avenir de l’humanité sans faire référence au rôle des religions. En effet, les religions ne sont pas seulement associées aux préoccupations profondes de l’être humain, elles sont aussi corrélées à l’identité des peuples et des civilisations. Les religions ont créé et sauvegardé les plus grandes réalisations culturelles de l’humanité, les valeurs morales essentielles, le respect de la dignité humaine et l’intégrité de la création. Nos textes sacrés contiennent de précieuses connaissances anthropologiques. La religion est l’arc de la sagesse et l’héritage spirituel de l’humanité. La culture subit, en général, l’impact de la religion. Une autre fonction essentielle de la religion est le maintien de la paix. À notre époque, la crédibilité des religions dépend largement de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Message de Pâques 2022 de métropolite Jean de Doubna

Aux Excellences, au clergé, aux moines, aux moniales et aux fidèles de l’Archevêché des Églises Orthodoxes de Tradition Russes en Europe Occidentale. Chers Messeigneurs, Pères, Frères et Sœurs bien aimés en…

Communiqué de Vladimir Legoïda au sujet d’éventuelles provocations armées en Ukraine contre des églises orthodoxes, le jour de Pâques

Vladimir Legoïda, président du Département synodal du Patriarcat de Moscou des relations de l’Église avec la société, s’exprimant au sujet de provocations éventuelles contre des églises orthodoxes en Ukraine le jour de Pâques, dont s’est fait l’écho, entre autres, le Secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises dans sa seconde lettre au patriarche de Moscou Cyrille, a publié le communiqué suivant : « Selon certaines informations, lorsque le plus grand nombre de fidèles se rassemblent dans les églises pour Pâques, ce jour peut être utilisé pour des provocations militaires. On ne peut se représenter quelque chose de plus inhumain que de faire de la Lumineuse Résurrection du Christ, que fêtent les peuples orthodoxes tant en Russie qu’en Ukraine, et encore dans de nombreux autres pays, un instrument d’escalade du conflit. De tels plans ne peuvent venir que de forces hostiles tant au peuple russe qu’ukrainien, lesquelles sont intéressées à l’aggravation de la haine fratricide, à la création de nouveaux obstacles sur la voie de la paix. L’Église, n’étant pas en mesure d’empêcher cela, prie pour que les provocations dans les églises le jour de Pâques ne se produisent pas. J’espère que tous les gens qui ne sont pas indifférents uniront leurs efforts afin de ne pas permettre des outrages aux chrétiens le jour de la Résurrection du Christ ». L’information à laquelle se réfère Vladimir Legoïda, et dont il indique le lien est la suivante, émanant de l’Agence russe RIA Novosti : « Les militaires russes possèdent des preuves selon lesquelles Kiev prépare des provocations à Pâques avec de nombreuses victimes parmi les civils. C’est ce qu’a déclaré le chef du centre National de contrôle de la défense de la Russie, le général Mikhaïl Mizintsev. Selon l’organisme mentionné, des bombardements à l’arme lourde sont prévus contre les églises orthodoxes, afin d’accuser ensuite les militaires russes de massacres massifs de la population civile et ce dans les régions de Zaporojié, Nikolaïevsk, Odessa, Soumy et Kharkov ». Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Lettre du 19 avril 2022 du secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises au patriarche Cyrille

Dans une deuxième lettre adressée (1 et 2) à Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies le 19 avril 2022, le secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises (COE), le père Ioan Sauca, a exhorté le patriarche Cyrille à « intervenir et à demander publiquement un cessez-le-feu pendant au moins quelques heures durant la célébration de la Résurrection ». « Genève, le 19 avril 2022 Votre Sainteté, C’est le cœur lourd que je vous écris à nouveau en cette fin de Carême, alors que nous entrons dans la Semaine Sainte, accompagnant le Christ souffrant sur son chemin vers le Calvaire et vers le jour de la Résurrection. La guerre tragique et brutale en Ukraine, qui a commencé à la veille du Carême, a coûté la vie à tant de civils innocents, de femmes et d’enfants, a provoqué d’immenses destructions, a déplacé des populations et des communautés et a fait des millions de réfugiés. Ces personnes sont dans un grand désespoir et une grande souffrance ! Les fidèles orthodoxes et gréco-catholiques d’Ukraine, de Russie et du monde entier se préparent à célébrer à la fin de cette semaine la fête la plus importante de l’année, le jour de la Résurrection. Il est reconnu que pour le christianisme oriental, ce jour a une résonance et une importance particulières. L’histoire nous rappelle que, même dans les moments les plus difficiles de persécutions, de guerres et de souffrances, personne ne pouvait empêcher les fidèles de chanter et de proclamer avec courage l’hymne pascal qui proclame la victoire de la vie sur la mort, de la lumière sur les ténèbres, de la liberté sur la tyrannie : Le Christ est ressuscité des morts, terrassant la mort par la mort. Il est émouvant de lire que, pendant la première guerre mondiale, les

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

1 2 27

Ne manquez jamais une mise à jour importante

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans une callyve près de Karyès pour former avec quelques frères l’une des meilleures petites communautés de la Sainte Montagne.Ce catéchisme se présente comme un exposé linéaire plutôt que sous la forme souvent adoptée de question-réponses, mais il se subdivise en petites unités ce qui rend son usage tout aussi aisé.Après une introduction générale sur la nature et le but de la catéchèse, il comporte trois grandes parties :1. La foi de l’Église, avec comme subdivisions : le Dieu trinitaire ; la création du monde intelligible et sensible ; l’Économie divine ; la Très-Sainte Mère de Dieu ; la Sainte Église ; le Royaume de Dieu.2. La vie liturgique (l’office liturgique et les fêtes ; le lieu de culte ; les saintes icônes et les saintes reliques ; les vases sacrés ; les ornements sacrés et les livres liturgiques ; la Divine Liturgie ; les sacrements).3. La vie en Christ (l’époque de l’Ancien Testament ; l’époque de la grâce ; la prière ; l’ascèse ; la trinité des vertus ; la déification de l’homme.L’épilogue est constitué par la confession de foi de saint Nicodème l’Hagiorite.Un glossaire est proposé en fin d’ouvrage.Ce catéchisme a l’avantage d’être impeccable sur le plan doctrinal, simple dans ses exposés de sorte qu’il peut facilement être utilisé pour la catéchèse des enfants, sobre dans son expression, et constamment fondé sur les enseignements des Pères de l’Église ; s’ajoute à ces qualités la longue expérience spirituelle de l’auteur et sa compétence reconnue dans le domaine liturgique (rappelons

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à la tradition ecclésiale, un souci de répondre aux problèmes contemporains et un sens aigu du dialogue avec les autres confessions chrétiennes, il est considéré comme l’un des plus importants théologiens orthodoxes de notre temps.En France pourtant, son œuvre volumineuse, écrite majoritairement en russe et surtout en anglais, n’a que très peu été traduite.En proposant vingt-cinq de ses articles en traduction française totalisant 340 pages, ce volume entend combler cette lacune.Ces articles sont centrés sur deux thèmes majeurs de la pensée de Florovsky : la nature de la théologie (et donc la façon dont elle doit être pratiquée) et la nature de l’Église. Ces deux thèmes sont eux-mêmes axés sur la notion de Tradition, laquelle tient dans l’œuvre de l’auteur une place essentielle et fait l’objet d’une conception renouvelée où l’indispensable référence aux Pères se conjugue avec la nécessité de répondre de manière adaptée aux besoins de chaque époque. Divers thèmes connexes sont également abordés: le lien de la théologie avec la Révélation et avec la vie liturgique et spirituelle dans l’Église; la catholicité de l’Église; l’Église comme réalité communautaire; le statut du dogme; le statut des Conciles; le statut de l’Écriture et les relations de l’Ancien et du Nouveau Testament; le vrai sens de l’œcuménisme… Écrits entre 1927 et 1967, ces articles gardent un caractère actuel, car les problèmes qu’ils ont affrontés continuent à exister, et les solutions qu’ils proposent sont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis d’Amérique : déclaration sur le caractère sacré de la vie humaine et sa fin prématurée

« Dimanche 19 juin 2022 Préambule Nous, les membres de l’Assemblée des évêques orthodoxes canoniques des États-Unis d’Amérique, promouvons et défendons l’essence sacrée et inviolable de la vie humaine. Les défis continus de notre époque nous incitent à publier une déclaration plus complète de la considération de l’Église orthodoxe pour la vie humaine et, en particulier, pour l’interruption de la vie humaine. Préparée par notre comité pour l’Église et la société et approuvée par l’Assemblée dans son ensemble, cette déclaration vise à exprimer succinctement l’enseignement chrétien orthodoxe pour les fidèles et à poursuivre la tradition de l’Église en tant que phare et témoin de la vie librement donnée par notre Créateur bon et aimant. Le caractère sacré de la vie Le caractère sacré de la vie est partagé avec toutes les créatures et la création façonnées et mises en place par notre Créateur tout-puissant. Des organismes unicellulaires aux plantes, des reptiles aux oiseaux, ou des souris aux éléphants, tous sont créés et donc sacrés. “Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et cela était très bon” (Genèse 1 : 31). En tant qu’êtres humains, il nous incombe de traiter toute vie en conséquence : avec soin, révérence, humilité et amour. La vie humaine est sacrée et inviolable La reconnaissance de chaque personne humaine comme étant créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, destinée à la vie éternelle et donc sacrée et inviolable, est une pierre angulaire du christianisme. À travers les canons, le dogme et le code moral de l’Église à travers les siècles, nous avons affirmé cette compréhension de la vie humaine, du sein maternel à la tombe. Ces convictions sont enseignées et témoignées par l’Église orthodoxe dans toutes ses manifestations à travers le monde aujourd’hui. Toute vie humaine est à la fois sacrée et inviolable, indépendamment de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

27 juin

Carême des saints Apôtres Saint Samson l’hospitalier, anargyre à Constantinople (vers 530) ; sainte Jeanne la myrrhophore ; saint Sévère, prêtre (VIème s.) ; saint Didier d’Autun (579) ; sainte Angadrême, abbesse du…

14 juin (ancien calendrier) / 27 juin (nouveau)

Carême des saints ApôtresSaint Élisée, prophète (IXème s. av. J.-C.) ; saint Méthode, patriarche de Constantinople, confesseur (847) ; saint Mstislav baptisé Georges, prince de Novgorod (1180) ; saint Méthode,…

13 juin (ancien calendrier) / 26 juin (nouveau)

Dimanche de tous les saints glorifiés en Russie. Tous les saints du Mont Athos. Tous les saints de Roumanie Carême des saints Apôtres – dispense de poisson Sainte Aquiline, martyre…

26 juin

Dimanche de tous les saints glorifiés en Russie. Tous les saints du Mont Athos. Tous les saints de Roumanie Carême des saints Apôtres – dispense de poisson Saint David de…

Sept faits concernant saint Jean Baptiste expliqués par le patriarche Daniel

L’Église honore saint Jean Baptiste pour son œuvre et sa vie saintes, a déclaré le patriarche Daniel vendredi, en la fête de la Nativité de saint Jean Baptiste. Le patriarche a expliqué dans sa prédication sept faits importants sur ce saint. « Il allie courage et humilité. Humble, il est en même temps un confesseur courageux du Christ Messie et un accomplisseur de la volonté de Dieu », a déclaré Sa Béatitude à propos du saint. « Cette vie sainte de Jean Baptiste fait de lui un accomplisseur du plan du salut du monde par le fait qu’il est le Précurseur, le Baptiste et le Prophète du Seigneur, qui relie l’Ancien Testament au Nouveau Testament », a déclaré le patriarche Daniel. 1. Pourquoi est-il représenté avec des ailes ? « Le prophète Malachie voit ce Précurseur comme un ange marchant devant la face du Seigneur. Il n’a pas dit devant le Seigneur, mais devant le Face du Seigneur, car le Fils est l’Icône du Père, c’est le Visage de Dieu tourné vers l’humanité », a expliqué le patriarche Daniel. « Le prophète Malachie vit donc qu’il cheminait devant la Face du Seigneur, qui était sur le point de s’incarner. C’est pourquoi il est peint dans l’iconographie orthodoxe comme un ange avec des ailes, bien qu’il se fût trouvé dans la chair. » Saint Jean-Baptiste est également un précurseur du monachisme chrétien, car sa mère a fui Hérode pour épargner la vie de son nourrisson et ils ont tous deux vécu dans le désert avec peu de nourriture et peu de ressources. 2. Que signifie son nom ? Le nom Yōḥānān en hébreu signifie « Dieu a eu pitié », « Celui à qui Dieu fait miséricorde », « le bien-aimé de Dieu ». 3. Que signifie « il ramènera le cœur des pères vers leurs enfants ? « Après qu’il ait commencé à parler, le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le feu se propage dans une zone forestière du Mont Athos

Un incendie d’origine inconnue s’est déclaré tard dans la nuit du vendredi 24 juin dans une zone forestière de la région de saint André au Mont Athos, et est actuellement en cours.Dès le départ, 12 véhicules des sapeurs-pompiers ont été dirigés vers le site.Selon les dernières informations, 112 pompiers opèrent dans la zone, avec 5 équipes de secours, 35 véhicules, 6 avions, 2 hélicoptères et des engins de l’armée. Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

25 juin

Carême des saints Apôtres – dispense de poisson Après-fête de la Nativité de St Jean Baptiste. Sainte Fébronie, vierge, martyre en Mésopotamie (vers 304) ; saint Gallican, évêque d’Embrun (VIème…

11 juin (ancien calendrier) / 24 juin (nouveau)

Carême des saints Apôtres Saint Barthélémy et Saint Barnabé, apôtres (I) ; Saint Barnabé de Vetlouga (1445); Saints 222 martyrs de Chine (1900) ; transfert des reliques de Saint Ephrem…

24 juin

Carême des saints Apôtres – Dispense d’huile et de vin Nativité du vénérable et glorieux prophète, précurseur et baptiste Jean ; saint Orence et ses frères: saints Pharnace, Eros, Firme,…

10 juin (ancien calendrier) / 23 juin (nouveau)

Carême des saints Apôtres Saint Alexandre et sainte Antonine, vierge, martyrs à Cadramon (vers 313) ; saint Timothée, évêque de Brousse, martyr (361-363) ;  saint Théophane d’Antioche (363) ; saint…

Lettre de félicitations du patriarche Cyrille pour le centenaire de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale

“À Son Éminence Jean, métropolite de Doubna, chef de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale Éminence, cher Vladyka ! Je vous félicite, ainsi que le clergé, les moines, les moniales et les laïcs de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale, à l’occasion de son 100e anniversaire. Les bouleversements sociaux qui ont frappé la Russie au début du XXe siècle, ont contraint des millions de nos compatriotes à chercher refuge sur d’autres terres, notamment en Europe occidentale. Vivant à l’étranger, dans les travaux et les privations, peuple a gardé précieusement la foi orthodoxe, puisant en elle les forces spirituelles et la consolation, sachant que l’espoir qui vient de l’expérience de la souffrance endurée n’est pas trompeur (Rm 5, 4). Vivre dans un ennotre vironnement culturel étranger a incité les Russes à porter un regard nouveau sur leur richissime patrimoine, et les a aidés à découvrir en lui des significations profondes, inconnues jusqu’alors. Ainsi, l’un des phénomènes spirituels et culturels les plus marquants de cette période en Europe fut l’activité de l’École de théologie de Paris, qui influença les esprits des contemporains et le développement des sciences religieuses orthodoxes en général. Témoignant devant le monde occidental de l’authentique beauté de la tradition chrétienne orientale, les émigrés russes créèrent des communautés paroissiales, bâtirent des églises, fondèrent des écoles de théologie ou des confréries orthodoxes d’hommes et de femmes. Ainsi fut posé le fondement de la structure dont prit la tête le métropolite Euloge, de bienheureuse mémoire, structure qui devint par la suite l’Archevêché. Au cours du siècle écoulé, le cheminement de l’Archevêché des paroisses de tradition russe en Europe occidentale n’a pas été simple. Mais la conscience d’être responsable de la conservation et du développement de la tradition spirituelle et culturelle russe est restée le gage de la réunion tant attendue

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Message de Pâques 2022 de métropolite Jean de Doubna

Message de Pâques 2022 de métropolite Jean de Doubna

Aux Excellences, au clergé, aux moines, aux moniales et aux fidèles de l’Archevêché des Églises Orthodoxes de Tradition Russes en Europe Occidentale. Chers Messeigneurs, Pères, Frères et Sœurs bien aimés en

Brouillon auto

Condoléances du patriarche Cyrille à l’occasion de l’incendie de l’église Saint-Séraphin-de-Sarov à Paris

Le 19 avril 2022, le patriarche de Moscou Cyrille a exprimé ses condoléances au métropolite Jean de Doubna, à la suite de l’incendie de l’église Saint-Séraphin-de Sarov, rue Lecourbe à Paris. « À Son Éminence Jean, métropolite de Doubna, chef de de l’Archevêché des églises orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale. Votre Éminence, cher Monseigneur ! J’ai appris avec une grande tristesse la nouvelle de l’incendie qui s’est déclaré dans l’église de Saint-Séraphin-de-Sarov, rue Lecourbe à Paris. Je vous exprime, ainsi qu’au clergé et aux membres de la communauté paroissiale, mes sincères condoléances. Exemple unique d’architecture religieuse, l’église est depuis près d’un siècle un centre important de la vie spirituelle de la communauté orthodoxe de la capitale française, où prient non seulement des générations d’immigrants russes, contraints par les circonstances historiques de rester loin de leur patrie, mais aussi de nombreux Européens qui ont embrassé la foi orthodoxe. Que le Seigneur miséricordieux renforce la force de tous ceux qui sont en deuil et les console dans leurs épreuves. Avec amour en Jésus-Christ. + Cyrille, Patriarche de Moscou et de toutes les Russies » Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe

Décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, réuni au monastère Saint-Daniel de Moscou sous la présidence du patriarche de Moscou Cyrille le 24 mars, a adopté une série de décisions importantes. Les membres du Saint-Synode ont soutenu l’appel du patriarche à tous les enfants de l’Église orthodoxe russe à renforcer la prière pour le rétablissement rapide de la paix en Ukraine et à lire quotidiennement dans ce but le « canon d’intercession à la Très sainte Mère de Dieu, chanté dans toutes les afflictions et les adversités », en y ajoutant la prière qui avait été approuvée précédemment. Le Saint-Synode a imploré la bénédiction de Dieu sur tous ceux qui aident les réfugiés et les civils sinistrés, et sur tous ceux qui offrent des fonds et des objets de première nécessité. Le Saint-Synode a écouté la communication du patriarche Cyrille sur les discussions qui ont eu lieu en ligne avec le pape de Rome François et l’archevêque de Cantorbéry Justin Welby et a décidé « de considérer qu’il est important de transmettre la position de l’Église orthodoxe russe au sujet de la crise en Ukraine aux chefs des Églises hétérodoxes et des organisations interchrétiennes, ainsi que le développement des initiatives communes pacificatrices et humanitaires. Le Saint-Synode a inclus dans l’ordre du jour de l’Assemblée des évêques [qui sera convoquée ultérieurement, ndt] l’examen des amendements déterminés précédemment par les décisions du Saint-Synode, ainsi que la question de la confirmation des listes nominatives des synaxes locales des saints vénérés dans les Églises auto-administrées, exarchats, districts métropolitains et diocèses. Au cours de sa session, le Saint-Synode a confirmé : les dispositions internes de l’Exarchat patriarcal d’Afrique et les statuts de l’organisation religieuse « Exarchat patriarcat d’Afrique de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou) ; les dispositions concernant les paroisses de vieux-croyants de l’Église orthodoxe russe ; la conception de l’organisation du

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué de l’Église orthodoxe serbe à l’occasion de la Résolution du Parlement européen du 9 mars 2022

Communiqué de l’Église orthodoxe serbe à l’occasion de la Résolution du parlement européen du 9 mars 2022

Le 8 mars dernier le Parlement européen a approuvé un rapport contenant des recommandations sur la manière de mettre fin aux dangereuses attaques étrangères contre la démocratie. Le rapport déplore « l’influence russe dans les Églises orthodoxes, en particulier en Serbie, au Monténégro, en Bosnie-Herzégovine, notamment dans sa République serbe, en Géorgie et, dans une certaine mesure, en Ukraine, qui a pour buts de semer la division parmi les populations locales, de réécrire l’histoire de façon biaisée et de promouvoir des mesures anti-Union ». L’Église orthodoxe serbe a réagi avec un communiqué publié le 9 mars : « La mention totalement injustifiée de l’Église orthodoxe serbe dans la résolution du Parlement européen sur l’ingérence extérieure dans tous les processus démocratiques de l’Union européenne, y compris la désinformation, basée uniquement sur des préjugés historiques profonds et des stéréotypes tendancieux n’est pas surprenante, mais certainement profondément décevante pour nous. Donner à l’Église orthodoxe serbe le rôle de cause des « tensions ethniques dans les Balkans occidentaux afin d’attiser les conflits et de diviser les communautés » est totalement contraire aux faits et à l’engagement de l’Église dans la vie quotidienne, et nous rejetons donc fermement une telle attitude. L’Église prie sans cesse pour la paix, construit la paix et encourage ses fidèles à guérir les blessures du passé, promeut la confiance et construit des ponts de coopération avec les voisins, quelle que soit leurs religion et nationalité. Cette qualification de l’Église orthodoxe serbe dans la Résolution pertinente, contrairement à ces faits irréfutables et bien connus, donne une image fausse et des résultats non conformes aux objectifs en vertu desquels l’Union européenne a été fondée et existe, à en juger au moins par ses principes proclamés et ses documents officiels, et ce sont la justice et la liberté pour tous. Nous sommes obligés d’éclaircir la mise vraiment surprenante

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Auto Draft

Réponse du patriarche Cyrille de Moscou au père Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises

En date du 10 mars 2022, le patriarche Cyrille de Moscou a répondu ce qui suit à la lettre du père Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises : « Cher Père Ioan, Je vous remercie pour votre lettre du 2 mars. Je vous connais depuis de nombreuses années comme un serviteur dévoué de l’Église du Christ et un travailleur infatigable dans le domaine de l’instruction et de la formation des jeunes générations. J’estime hautement vos labeurs en tant que secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises, destinés à créer la concorde et le respect mutuel entre représentants des différentes confessions chrétiennes. En 1961, notre Église est entrée dans le COE, ayant accepté la base renouvelée du Conseil, dans laquelle le COE est défini comme une « communauté fraternelle d’Églises », et la déclaration de Toronto, dans laquelle il était affirmé que « le Conseil œcuménique des Églises ne saurait devenir l’instrument d’une confession ou d’une école (…) Les Églises membres doivent reconnaître leur solidarité, s’assister mutuellement en cas de besoin, et à s’abstenir de tout acte incompatible avec le maintien de relations fraternelles ». Depuis 1983, parmi les orientations prioritaires de l’activité du COE a été mis en avant le programme d’engagement des Églises-membres dans le processus de reconnaissance de la responsabilité commune pour la justice, la paix et l’intégrité de la création dans la communauté internationale. C’est-à-dire que la qualité de membre du COE, les dialogues, les discussions sur un pied d’égalité et la coopération avec tout le monde chrétien n’étaient pas seulement la manifestation de notre service à l’œuvre de réconciliation entre les hommes, mais nous ont aussi donné la certitude de la solidarité et du soutien de la fraternité chrétienne mondiale. Maintenant, les prières et les pensées de millions de chrétiens dans le monde entier sont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Faculté de théologie de l’Université de Fribourg (Suisse) suspend le poste de professeur titulaire au métropolite Hilarion Alfeyev

La Faculté de théologie de l’Université de Fribourg (Suisse) suspend le poste de professeur titulaire du métropolite Hilarion Alfeyev

Dans une déclaration publique, publiée sur le site officiel de la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg, le doyen Mariano Delgado a annoncé la décision de suspendre jusqu’à nouvel ordre le poste de professeur titulaire du métropolite Hilarion qui lui avait été accordé en 2011. Vous pouvez lire la déclaration ci-dessous : « Déclaration publique du doyen de la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg/Suisse au sujet du professeur titulaire, le métropolite Hilarion (Alfeyev) Dans une déclaration publique du 2 mars et dans une lettre privée du 3 mars à l’occasion de l’invasion militaire de la Russie en Ukraine, j’ai exprimé, en tant que doyen de la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg/Suisse, au métropolite Hilarion (Alfeyev), directeur du Département des relations extérieures ecclésiastiques du Patriarcat de Moscou et professeur titulaire de la Faculté depuis 2011, mon attente qu’il use de son influence ecclésiastique et politique, pour condamner publiquement et sans équivoque l’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie, qui est contraire au droit international, qu’il demande publiquement et sans équivoque au président Poutine de retirer immédiatement les troupes russes, et qu’il s’engage publiquement et sans équivoque en faveur d’une solution du conflit basée sur le dialogue, sur la base du droit international et des droits de l’homme. Dans une lettre datée du 3 mars, le métropolite Hilarion m’a fait savoir que lui et son Eglise étaient engagés dans le domaine humanitaire, en particulier depuis 2014, dans le contexte du conflit ukrainien, et qu’ils faisaient tout leur possible pour aider les personnes dans le besoin et mettre fin au conflit. Cependant, étant donné que cela ne correspond pas à ce que la faculté attend de lui en ce moment, il estime qu’il convient de suspendre son poste de professeur titulaire, tout en me remerciant personnellement ainsi que la faculté

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué du conseil de l’ACER-MJO

Communiqué du conseil de l’ACER-MJO

 « Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle. » Rm 14, 19 « La guerre, plus que jamais, exige de nous une mobilisation totale de nos forces spirituelles. »Sainte Marie de Paris Suite à l’agression de l’Ukraine par le régime du président russe Vladimir Poutine, nous, les membres du conseil de l’ACER-MJO, exprimons notre sentiment d’horreur et de consternation face à cette guerre que nous condamnons avec la plus grande fermeté. Nous exprimons notre solidarité, notre soutien et notre compassion à tous les Ukrainiens, à ceux qui souffrent, ont subi des pertes humaines et matérielles ou sont forcés à l’exil ! Nous saluons le courage des Ukrainiens, ainsi que leur volonté déterminée de lutter pour leur liberté, leur indépendance, leur dignité et leur identité. Nous assurons de notre soutien toutes celles et ceux qui, en Russie ou au Belarus, s’opposent à cette guerre, et qui, courageusement, au prix de leur liberté, clament et manifestent leur désaccord. Nous dénonçons les distorsions de l’Histoire opérées à des fins belliqueuses et en vue de justifier l’injustifiable. Notre Mouvement n’a jamais manqué de dénoncer, en Union Soviétique et dans la Russie post-soviétique, de telles méthodes de falsification et de mensonge. Nous rappelons également que notre Mouvement trouve aussi son origine à Kiev avec le père Basile Zenkovski, un de nos fondateurs et présidents, qui y fut professeur à l’université et ministre d’un gouvernement ukrainien.Alors que nous entrons dans le Grand Carême, nous appelons tous nos frères orthodoxes à entreprendre ensemble une démarche de repentir et de réflexion sur ce qui a pu conduire à cette guerre. Nous appelons instamment les responsables religieux, en Russie en particulier, à user de toute leur autorité morale pour faire cesser cette guerre fratricide et prions avec ferveur le Seigneur pour un retour rapide

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Déclaration du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, en réponse au communiqué du Patriarcat d’Alexandrie

Déclaration du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, en réponse au communiqué du Patriarcat d’Alexandrie

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, en date du 28 janvier 2022, a publié la déclaration suivante en réponse au Patriarcat d’Alexandrie, au sujet de la création d’un exarchat patriarcal russe en Afrique : « Les membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, ont pris connaissance du communiqué du Saint-Synode du Patriarcat d’Alexandrie, publié le 12 janvier 2022, concernant l’établissement d’un Exarchat patriarcal d’Afrique par l’Église orthodoxe russe. Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe considère nécessaire de répondre aux tentatives effectuées dans le document susmentionné d’altérer les causes et les circonstances authentiques de la formation de l’exarchat. La décision du Patriarcat de Moscou est expliquée dans le communiqué par « le fait de la reconnaissance de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe ukrainienne » par S.B. le patriarche d’Alexandrie Théodore. Une telle affirmation est fondée sur une thèse intentionnellement fausse, étant donné que l’Église orthodoxe ukrainienne a existé, et existe comme telle jusqu’à maintenant en tant que partie auto-administrée de l’Église orthodoxe russe. L’Église ukrainienne n’a demandé, ni n’a reçu, aucune autocéphalie. Au contraire, elle a rejeté résolument le processus d’octroi du soi-disant tomos d’autocéphalie imposé de l’extérieur et soutenu par les autorités gouvernementales de l’époque et par les schismatiques. On a parlé publiquement de cela à de nombreuses reprises dans les déclarations officielles de l’Assemblée des évêques et du Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne, dans les interventions de ses archipasteurs, du clergé, de l’ordre monastique et des laïcs, dont la majorité absolue souhaitait et souhaite garder l’unité avec le Patriarcat de Moscou. La soi-disant autocéphalie a été octroyée par le Patriarcat de Constantinople non pas à l’Église orthodoxe ukrainienne canonique, la plus grande confession en Ukraine, comptant actuellement 108 hiérarques, 12 381 paroisses, 12 513 membres du clergé, 260 monastères et 4 630 moines et moniales, mais à un groupe de schismatiques qui en

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué de la sainte Épistasie sur la pandémie au Mont Athos – « Les voix individuelles des moines ne nous représentent pas »

Communiqué de la sainte Épistasie sur la pandémie au Mont Athos – « Les voix individuelles des moines ne nous représentent pas »

La sainte Épistasie du Mont Athos, à l’occasion du récent émoi suscité par la situation de pandémie au Mont Athos, souhaite apporter les clarifications suivantes : Dès le début de la pandémie, la Sainte Communauté (1) et la sainte Épistasie (2) ont pris toutes les mesures de protection nécessaires et sérieuses, conformément aux décisions ministérielles publiées de temps à autre sur la pandémie, sur la base du statut spécial du Mont Athos, et ont constamment exhorté les saints Monastères et leurs dépendances à les observer. Nous avons coopéré de manière excellente à cette fin avec les autorités civiles de la Sainte Montagne. La contribution et l’assistance du gouverneur civil, M. Athanasios Martinos, ont été particulièrement précieuses et ce à plusieurs niveaux. Il a déployé toutes les possibilités dans le cadre de ses compétences, a allégé le grand fardeau de la lutte contre la pandémie et a fourni aux saints Monastères toutes les facilités possibles. La Sainte Montagne lui est profondément reconnaissante pour ce qu’il a fait, ce qui bien au-delà de ce qui est requis par sa fonction, comme, à son initiative, la réalisation quotidienne et continue de tests de Covid à l’entrée de la Sainte Montagne. La contribution et les efforts du centre de santé du Mont Athos, ainsi que des autres services publics, qui coopèrent de manière excellente avec la sainte Épistasie, ont également été significatifs. Chaque saint monastère est autonome et responsable pour les mesures de protection supplémentaires, qui viennent en plus des mesures, directives et recommandations communes de la Sainte Communauté. À la Sainte Montagne, il n’y a pas d’atmosphère de division entre les moines au sujet de la pandémie, mais un authentique respect mutuel pour l’attitude et les choix de chaque monastère et de chaque personne. Les phénomènes de maladies massives parmi les moines ou

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Roumanie

Décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Roumanie

Nous publions ci-dessous le communiqué du Bureau de presse de l’Église orthodoxe roumaine au sujet des décisions prises par celle-ci lors de sa récente session : « Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Roumanie s’est réuni le jeudi 16 décembre 2021 pour une session de travail en la salle « Patriarche Théoctiste » du Palais patriarcal, sous la présidence de S.B. le patriarche Daniel. Le Saint-Synode a élu, par scrutin secret, l’évêque vicaire Nestor de Hunedoara en tant que nouvel évêque de Deva et Hunedoara, pour succéder à l’évêque Gourias Georgiu de bienheureuse mémoire, décédé en octobre 2021. L’intronisation du nouvel évêque aura lieu le 26 décembre 2021. Les décisions suivantes ont été prises lors de la même session : – L’année 2023 a été déclarée « Année solennelle du soin pastoral des personnes âgées » et « Année commémorative des hymnographes et chantres », au Patriarcat de Roumanie. – Saint Diadoque, évêque de Photicée, a été introduit dans le calendrier de l’Église orthodoxe roumaine avec pour jour de fête le 29 mars. Les textes liturgiques du synaxaire, de l’office, de l’acathiste du saint, de même que son icône ont été approuvés également. – Le texte de l’acathiste à saint Justin le martyr et philosophe (1er juin) a été approuvé. – Le Saint-Synode a approuvé la demande de l’Agence nationale contre la traite des êtres humains concernant la publication d’un prospectus sur la prévention de la traite des êtres humains et sa distribution dans les paroisses de l’Église orthodoxe roumaine. Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Roumanie apprécie l’activité sociale et caritative des diocèses, paroisses, monastères et centres sociaux ». Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué du Phanar au sujet de la rencontre de Joe Biden et du patriarche œcuménique

Communiqué du Phanar au sujet de la rencontre de Joe Biden et du patriarche œcuménique

« La rencontre du patriarche œcuménique Bartholomée et du président Joe Biden s’est déroulée le 25 octobre 2021 dans une ambiance chaleureuse. À cette occasion, le bureau de presse du Patriarcat œcuménique a publié le communiqué suivant : « La rencontre au bureau ovale s’est déroulée dans un climat chaleureux, d’autant plus que les deux dirigeants sont liés par une amitié personnelle depuis de nombreuses années. Les questions qui ont été discutées étaient, entre autres, la protection de l’environnement et l’inquiétude commune pour l’avenir de la planète, en vue de la prochaine conférence de la COP26 à Glasgow, mais aussi le triste développement de la pandémie du coronavirus dans le monde et le devoir des pays les plus riches pour assurer les vaccins nécessaires des pays en voie de développement. Ensuite, à l’occasion des 50 ans de l’interruption injustifiée du fonctionnement de la Faculté de Halki, le président a assuré le patriarche que la réouverture de l’établissement continue de constituer la priorité du gouvernement américain. En outre, le président a évoqué sa prochaine visite à Rome et la rencontre qu’il aura avec Sa Sainteté le Pape, dont il a fait l’éloge pour son affection envers les nécessiteux, et il a loué la coopération du pape François et du patriarche Bartholomée. Le président Biden n’a pas omis de féliciter le Patriarche œcuménique pour le trentième anniversaire de son patriarcat ». Au sujet de la rencontre de Sa Toute-Sainteté avec Antony Blinken et avec l’ambassadeur de Turquie, le communiqué mentionne : « Le lundi 25 octobre 2021, Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée, après sa brève indisposition, a participé à un petit-déjeuner officiel à l’ambassade de Turquie dans la capitale américaine, à la fin duquel Son Excellence l’ambassadeur Murat Mercan et le patriarche ont échangé des salutations chaleureuses. Ensuite, Sa Toute-Sainteté a adressé un message électronique pour l’inauguration

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Déclaration du Saint-Synode des évêques du Patriarcat d’Antioche

Déclaration du Saint-Synode des évêques du Patriarcat d’Antioche

« Le Saint-Synode antiochien, présidé par S.B. le patriarche Jean X (Yazigi) a tenu sa douzième session ordinaire du 5 au 8 octobre 2021 à Balamand, en présence de Leurs Éminences les Très Révérends métropolites : Élie (Archevêché de Beyrouth et dépendances), Élie (Archevêché de Tyr, Sidon et dépendances), Saba (Archevêché de Houran et Jabal Al-Arab), Georges (Archevêché d’Homs et dépendances), Basile (Archevêché de Tripoli, Koura et dépendances), Ignace (Archevêché de France, Europe de l’Ouest et du Sud), Ghattas (Archevêché de Bagdad, Koweït, Péninsule arabique et dépendances), Silouane (Archevêché des Îles britanniques et Irlande), Antoine (Archevêché de Zahleh, Baalbek et dépendances), Nicolas (Archevêché de Hama et dépendances), Ignace (Archevêché du Mexique, Venezuela, Amérique centrale et Caraïbes), Athanase (Archevêché de Lattaquié et dépendances) et Jacques (Archevêché de Buenos Aires et de toute l’Argentine). L’évêque Éphrem Maalouli, secrétaire du Saint-Synode était également présent. Leurs Éminences le Très Révérend métropolite Serge (Archevêché de Santiago et du Chili), Damascène (Archevêché de São Paulo et de tout le Brésil), Isaac (Archevêché d’Allemagne et d’Europe centrale), Joseph (Archevêché de New York et de toute l’Amérique du Nord) et Basile (Archevêché d’Australie, Nouvelle-Zélande et Philippines) n’ont pu participer. Son Éminence, le Très Révérend métropolite Paul (Archevêché d’Alep, Alexandrette et dépendances), dont l’absence est due à son enlèvement, était présent dans les prières et les supplications des Pères synodaux. Après la prière, l’invocation du Saint-Esprit et l’imploration de la miséricorde divine pour l’âme de l’évêque Luc al-Khoury [décédé le 5 janvier 2021, ndt], les Pères ont revu l’ordre du jour, après que les réunions du Synode antiochiens ont été interrompues pendant deux ans en raison de la pandémie du COVID-19 Ils ont d’abord abordé la question des deux métropolites enlevés, Paul Yazigi et Yohanna Ibrahim, et ont dénoncé le silence de la communauté internationale sur le sujet, alors que nous

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe de Moldavie demande au Parlement de ne pas ratifier la Convention d’Istanbul

L’Église orthodoxe de Moldavie demande au Parlement de ne pas ratifier la Convention d’Istanbul

Par un message daté du 6 octobre 2021, l’Église orthodoxe de Moldavie a demandé à la présidente de la République, au parlement et au gouvernement de Moldavie, de ne pas ratifier la Convention d’Istanbul. Les Églises orthodoxes de Bulgarie et de Pologne avaient fait précédemment des déclarations dans le même sens. Nous publions ci-après le message de l’Église orthodoxe de Moldavie in extenso : « Chère Madame la Présidente, Chers Députés, Chers Membres du gouvernement, L’Église orthodoxe de Moldavie a exprimé, à plusieurs reprises, sa préoccupation au sujet de la ratification par le Parlement de la République de Moldavie, en première lecture, de la Convention du Conseil de l’Europe concernant « la prévention et la lutte contre la violence exercée contre les femmes et la violence domestique » (ci-après, « Convention d’Istanbul »). Nous attirons votre attention sur la dénomination de cette acte juridique qui, à première vue, est auréolé d’une bonne intention. En effet, il ne fait aucun doute que la violence vis-à-vis des personnes est répréhensible. Souvent, comme dans le cas du texte de la Convention d’Istanbul, c’est dans les détails que l’on se cache. Une série de formulations très suggestives et des nuances juridiques camouflées dans la Convention mentionnée peuvent ouvrir la porte à une avalanche de conséquences graves pour notre société, certes non parfaite, mais telle que nous la connaissons. L’un des aspects les plus controversés de la Convention d’Istanbul est la définition du concept du « genre ». Selon l’article 3, alinéa c) de la convention, le terme « genre » « désigne les rôles, les comportements, les activités et les attributions socialement construits, qu’une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes ». Ainsi, pour la première fois, un traité international n’assimile pas le « genre », de façon classique, avec « le sexe biologique », mais il le définit comme une « construction sociale ». D’où

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :