24/10/2017
Actualités

Archives de catégorie : Europe

Souscrire au flux

Première église orthodoxe russe à Bonn (Allemagne)

La première église orthodoxe russe dans l’histoire de la ville de Bonn a été inaugurée le 21 octobre dernier. Plusieurs centaines de personnes ont participé à l’événement festif. La nouvelle église orthodoxe russe est dédiée à la sainte impératrice Hélène égale-aux apôtres. Bonn abrite depuis 1964 la communauté orthodoxe de la Sainte protection de la Mère de Dieu, composée principalement de russophones, qui louaient une petite pièce dans une église évangélique. C’est un philanthrope qui a acheté l’église évangélique et l’a transférée à l’Église orthodoxe russe. Les offices seront célébrés en russe et en allemand. Depuis le décès de l’archevêque Théophane du diocèse de Berlin du Patriarcat de Moscou, le diocèse est provisoirement administré par l’évêque Anton de Zvenigorod. Avec les paroisses relevant directement du Patriarcat de Moscou et celles de l’Eglise orthodoxe russe hors-fronitères, il y a plus de 150 paroisses orthodoxe russes en Allemagne.

Des étudiants de l’Université Pompeu Fabra en visite à la paroisse orthodoxe de Barcelone « Protection de la Mère de Dieu » (Patriarcat de Serbie).

Accompagnés de la professeur Tamara Djermanovic, coordinatrice du Séminaire des études slaves de la Faculté des Lettres de l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, les étudiants de la troisième et la quatrième années en lettres, qui étudient le thème optionnel «Esthétique et philosophie de la culture» : la tradition esthétique russe » ont visité l’église orthodoxe de Barcelone. Pendant la visite, Mme Djermanovic et l’archiprêtre Joan (García Casanovas) ont fait un exposé sur la tradition de l’art iconographique à travers les icônes de l’église. Les étudiants ont également visité l’atelier d’iconographie de la paroisse.

Le patriarche de Jérusalem Théophile III en visite à Rome

Le site catholique Zenit nous informe que le patriarche de Jérusalem Théophile III sera reçu par le pape François le 23 octobre 2017, au Vatican. Le patriarche sera en effet à Rome du 22 au 25 octobre, accompagné d’une délégation de trois personnes : l’archevêque Aristarque, chef du secrétariat du patriarcat, l’archidiacre Marc, ainsi que Rami Moghrabi et Nader Elias Moghrabi. Il s’agira de la troisième rencontre entre le pape et Téophile III, après celle qui a eu lieu lors du pèlerinage du pape François en Terre Sainte, en mai 2014 et après celle de l’invocation pour la paix, avec les présidents israélien et palestinien, dans les Jardins du Vatican, le 8 mai de la même année. Théophile III rencontrera aussi le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et Mgr Paul Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats. La délégation orthodoxe s’entretiendra par ailleurs avec le cardinal Kurt Koch, président du dicastère pour l’unité des chrétiens, et avec le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

La cérémonie du dies academicus au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève)

La cérémonie traditionnelle du « dies academicus », séance solennelle annuelle de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe, a eu lieu samedi 14 octobre au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy (Genève). Après l’office de la bénédiction et la lecture du message patriarcal, lu en grec par l’évêque Makarios de Lampsaque (vicaire du métropolite de Suisse) et en français par l’archevêque Job de Telmessos (professeur à l’Institut), des discours ont été prononcés par le métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre de Chambésy, le professeur V. Pheidas, recteur de l’Institut, la vice-rectrice de l’Université de Fribourg Astrid Kaptijn, la vice-doyenne de la Faculté protestante de l’Université de Genève Elisabeth Gangloff–Parmentier, et la représentante de l’Insitut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg Barbara Halensleben. Ensuite, a eu lieu la remise des diplômes Master of Arts en études théologiques (Spécialisation : orthodoxie et études interchrétiennes) de l’Université de Fribourg ainsi que des diplômes en théologie orthodoxe du Patriarcat œcuménique aux huit lauréats de cette année : Andrij Krochak (Patriarcat œcuménique), Nikolaos Papadopoulos (Patriarcat œcuménique), Ivan Ilin (Eglise de Russie), Ognjen Zvekic (Eglise de Serbie), Kristiyan Yanakiev (Eglise de Bulgarie), Αναστάσιος Λουκάς (Eglise de Grèce), Eustahios Chiolos (Eglise de Grèce) et Jakub Oniszczuk (Eglise de Pologne). Au nom de tous les étudiants, Ivan Ilin a prononcé un discours de remerciements. La cérémonie, à laquelle ont assisté des membres du corps diplomatique, des institutions religieuses de Genève et de nombreux invités, s’est terminée par le chant « Ad multos annos » en l’honneur du patriarche oecuménique Bartholomée, puis avec un repas dans la salle du Centre orthodoxe de Chambésy.

Photographie : Romfea

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie et détient 60% des lieux de culte

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie (18 confessions religieuses sont reconnues dans le pays), mais détient 60% des lieux de culte (16 403 sur les 27 384), selon des statistiques récentes du secrétariat d’État roumain pour les Religions.

Source (dont illustration): Basilica

Un nouveau site internet sur la famille impériale russe

Avec la bénédiction du métropolite d’Ekaterinbourg et de Verkhotoursky Cyrille a été mis en place un nouveau site internet consacré à la famille impériale martyre. La date du démarrage du site a été fixée au 14 octobre, jour de la fête de la Protection de la Mère de Dieu. Ce projet présente un « regard véridique sur la famille impériale comme un tout par la présentation de chacun de ses membres » a souligné le chef de projet, l’évêque de l’Oural central Eugène, lors de la présentation du site. Celui-ci a ajouté que sur ce site ne seront pas placés les opinions des historiens, publicistes et écrivains contemporains. On ne pourra y trouver « que la parole vivante, les journaux personnels, les lettres des saints martyrs impériaux, des membres de cette sainte famille ». Il a souligné que ce projet était indispensable comme contrepoids « à l’information altérée, répandue parfois dans la société ». Le site Tsarskaïa-semya.rf  (« famille impériale. Fédération de Russie) est destiné à un large public et évoque à ses visiteurs « des personnes réelles, leurs pensées, leur espoirs, leurs attentes et leur amour » a ajouté l’évêque Eugène. Sur le site seront présentés des biographies, des photographies, des souvenirs des Romanov et de leurs proches, des journaux personnels et des livres.

Source

L’action sociale et spirituelle a commencé dans la région de Novossibirsk

Le site du diocèse métropolitain de Novossibirsk a annoncé, le 11 octobre, que la 22ème action sociale, caritative et d’instruction spirituelle du train « Pour la renaissance spirituelle de la Russie » a commencé. Cette action est consacrée cette année au 80ème anniversaire de la création de la région (« oblast ») de Novossibirsk. Les participants à la tournée du train seront au nombre de 200, et englobera 19 districts de la région. À la gare centrale de Novossibirsk, les missionnaires, les prêtres, les artistes, les travailleurs sociaux, les médecins, les acteurs de l’éducation et de la culture ont été accompagnés par le métropolite de Novossibirsk et de Berd Tikhon, le vice-gouverneur de la région de Novossibirsk Alexandre Titkov, le vice-directeur de l’administration des Chemins de fer de la région de Novossibirsk G. Mankov. Après l’office d’intercession pour les voyageurs, le métropolite Tikhon s’est adressé aux participants du train par ces paroles : « Vous apportez la joie de la fête du jubilé de la région aux villageois, vous leur accordez une aide spirituelle, sociale, médicale, des activités éducatives. Les villageois vous attendent et préparent un accueil chaleureux ». Le métropolite a également remercié les autres organisateurs de l’action, le gouvernement de la région de Novossibirsk et la direction des chemins de fer de Sibérie occidentale, pour leur travail fructueux et ce depuis des années pour le bien de la région. Il a fait remarquer que l’un des objectifs fondamentaux du train est l’aide aux villages, le soutien aux habitants de la Sibérie profonde. « Cette action fait de nous un seul peuple, il unit la ville et le village », a souligné Mgr Tikhon. « Lorsque nous parlons de la renaissance spirituelle de la Russie, nous comprenons que ce n’est pas seulement un appel à nos citadins, nos compatriotes à retourner à nos racines historiques, mais c’est encore une collaboration laborieuse destinée à apporter un renouveau spirituel quotidien à notre région de Novossibirsk », a déclaré le vice-gouverneur de la région de Novossibirsk A.P. Titkov. Au nom du gouvernement de la région, il a remercié le métropolite Tikhon pour ses labeurs pour le bien des habitants de la région. L’action continue jusqu’au 20 octobre.

Source

Symposium dédié au monachisme dans l’Église orthodoxe serbe aujourd’hui

La fraternité panorthodoxe du diocèse serbe de Vranje « saint Justin de Ćelije et de Vranje” a organisé un symposium international dédié au monachisme dans l’Église orthodoxe serbe aujourd’hui. Dans le but d’échanger des expériences et d’améliorer la vie monastique, les thèmes traités au symposium, sont ceux qu’impose notre époque. L’assemblée monastique a commence par la sainte liturgie célébrée par l’évêque de Vranje Pacôme, assisté de l’archimandrite Méthode, higoumène du monastère athonite de Chilandar, du hiéromoine Luc, du monastère athonite de Grigoriou, de l’archimandrite Basile du diocèse d’Édessa (Grèce), de l’archimandrite Hilarion, higoumène du monastère des saints Archanges à Draganac, du hiéromoine Raphaël, higoumène du monastère de Podmaine à Budva (Monténégro) et du clergé du diocèse de Vranje. Près de 80 moines et moniales étaient présents, venus de plusieurs diocèses de l’Église orthodoxe serbe, de même que du Mont Athos, de Grèce et de Pologne. “Bien que de tous les côtés on nous impose des idées, des tendances, des rythmes qui cherchent avec insistance à s’imposer comme de nouvelles lois, assourdissant nos oreilles corporelles, mais surtout spirituelles, il y a cependant ceux qui écoutent la voix immuable, éternelle “Prends ta croix et viens à ma suite”, et y répondent. Et aujourd’hui, comme jadis, l’Église est ornée par de nombreux moines. Bien qu’il n’y ait plus les exploits ascétiques des premiers moines égyptiens glorifiés, Dieu a laissé pour la génération actuelle des “miettes de la table royale” comme le dit saint Ignace Briantchaninov. De même que les anciens ermites se rassemblaient pour échanger leurs expériences ou pour trouver une solution à leurs doutes, ainsi nous nous sommes rassemblés aujourd’hui ici afin de confirmer leurs lignes directrices, de s’encourager, s’inspirer, afin de poursuivre le chemin foulé par les saints Pères » a déclaré l’un des intervenants.

Source

À Novgorod, une église du XVème siècle, dédiée aux Douze Apôtres, a été rendue à l’Église orthodoxe russe

L’antenne régionale de l’Agence fédérale pour la gestion des biens de l’État (Rossimouchestvo) dans les régions de Pskov et Novgorod ont rendu à l’Église orthodoxe russe une église du XVème siècle, située dans le centre historique de Novogorod, selon les informations de l’agence russe Interfax. « L’église des douze Apôtres est remise à l’église pour utilisation gratuite » a précisé l’interlocuteur de l’Agence. Il a rappelé que récemment, trois monuments d’importance fédérale qui remontent aux XIV-XVIème siècles, inclus sur la liste du Patrimoine universel de l’Unesco, à savoir les églises Saint-Clément, Saint-Blaise et Saints-Pierre-et-Paul à Novgorod ont également été remis à l’Église orthodoxe russe. Tous les édifices sont dans un état de conservation satisfaisant. Selon les données contenues dans les chroniques, l’église des Douze-Apôtres, construite en pierres, a été érigée à Novgorod La Grande en 1454 sous l’archevêque Euthyme II. L’église a été fortement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale. Le monument a été reconstruit et restauré en 1949 et dans les années 1957-1958.

Source

Le métropolite de Volkolamsk Hilarion accuse les États-Unis « d’antidémocratisme »

Les agissements des États-Unis à l’égard de la chaîne télévisée TV russe en langue anglaise « Russia Today », peuvent être considérés comme antidémocratiques, selon le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. « J’ai rencontré maintes fois des gens de différents pays qui m’ont dit qu’ils regardaient cette chaîne télévisée. Si les autorités américaines décident de fermer cette chaîne aux États-Unis, cela rappellera les agissements de l’Union soviétique à l’égard de la radio « La voix de l’Amérique » a déclaré samedi dernier le métropolite lors de l’émission « L’Église et le monde » sur la chaîne « Rossiya 24 ». Selon le métropolite Hilarion, « personne ne pouvait s’attendre à un acte pareil, il y a encore peu de temps, de la part de « l’Amérique démocratique » qui soi-disant lutte pour la liberté de parole ». Précédemment, la rédactrice en chef de « Russia Today », Margarita Simonian, sur les ondes de la chaîne russe « NTV » a déclaré que « Russia Today » pourrait cesser d’émettre en Amérique en raison des autorités américaines.

Source

Une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine a visité le centre du Patriarcat œcuménique à Chambésy

Le centre inter-orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy a reçu la visite, le 12 octobre 2017, d’une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Celle-ci était constituée de l’évêque de Barychev Victor et le représentant du Département des affaires ecclésiastiques d’Ukraine, l’archiprêtre Nicolas Danylievitch. La délégation a été reçue chaleureusement par le métropolite de Suisse Jérémie, l’archevêque de Telmessos Job et l’évêque de Lampsaque Macaire. Après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, le métropolite a évoqué les services du Centre, qui fonctionne depuis plus d’un demi-siècle. Ensuite, la délégation ukrainienne a été informée des objectifs de l’Institut, ainsi que sur ses activités universitaires et pédagogiques. De son côté, l’évêque Victor a mentionné la raison de sa visite à Genève, qui concerne les droits des fidèles en Ukraine. Il a également évoqué les églises orthodoxes en Ukraine, dont s’emparent les schismatiques ou encore qui sont incendiées par ceux-ci, le cas des fidèles de l’Église canonique roués de coups, ainsi que les différents problèmes rencontrés. « Le soutien des orthodoxes des Églises locales, mais aussi du Patriarcat œcuménique, dont nous demandons les prières, revêt une importance particulière pour nous », a déclaré l’évêque Victor. Le métropolite de Suisse, à son tour, a mentionné que des problèmes similaires à ceux qu’affronte l’Église d’Ukraine aujourd’hui, ont été personnellement vécus par lui en Ukraine au début des années 1990, lorsque la délégation du Conseil œcuménique des Églises et du Conseil européen des Églises est arrivée en Ukraine, où l’église avait été fermée et les délégués s’étaient retrouvés dehors. « Nous voyons aujourd’hui la répétition des mêmes événements, mais nous prions pour l’Église et le peuple ukrainien » a souligné le métropolite Jérémie. Les deux parties ont exprimé la nécessité d’un contact et d’une collaboration plus étroits entre l’Église d’Ukraine et le Patriarcat œcuménique. Enfin, l’archevêque de Telmessos Job a conduit les visiteurs dans les locaux du Centre ainsi qu’à l’église de l’apôtre Paul.

Source

Les protestations de l’Église orthodoxe de Grèce contre le projet de loi sur « le changement de sexe » provoquent les réactions du Premier ministre grec et des membres du Parlement hellénique

Les protestations de l’Église au sujet de la loi « sur le libre changement de sexe » ont provoqué des réactions de mécontentement chez les représentants du gouvernement. Depuis la tribune du Parlement, Nikos Filis, ancien ministre de l’Instruction publique, actuellement député du parti au pouvoir, a accusé l’Église d’immixtion dans la politique et de transgression des « droits de l’homme ». Quant au Premier ministre Alexis Tsipras, il a appelé les députés à manifester de « l’héroïsme politique » et à soutenir le projet de loi en question. « Nous vivons en Europe – cela signifie que nous aspirons au progrès, et ne demeurons pas dans l’obscurantisme. Nous développons les droits de l’homme et modernisons le pays… Aucune tradition, aucune religion ne peut être au-dessus des droits des hommes » a-t-il souligné. De son côté, la hiérarchie de l’Église de Grèce a déclaré que « la soi-disant élite, démontrant son étroitesse d’esprit et son provincialisme, à l’instar des singes, copie tout, successivement, chez les pays ayant une autre histoire, d’autres traditions et mœurs ». En refusant constamment à l’Église le droit de s’exprimer sur des questions d’actualité, les représentants de l’élite diffusent n’importe quelles insinuations : « Lorsque quelqu’un se moque, outrage et calomnie l’Église et son clergé, la liberté de parole devient illimitée et ‘sacrée’. Lorsque l’Église parle, on lui refuse le droit de parler » a souligné la hiérarchie.

Source (dont photographie): Pravoslavie

Une session de l’ONU examine les questions de la violation des droits et des libertés des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine

Le 10 octobre a commencé à Genève l’évaluation de l’accomplissement, par le gouvernement ukrainien, de ses obligations internationales dans le cadre de la XXVIIIème session du Conseil pour les droits de l’homme, et de la procédure de « l’examen périodique universel » relative à celles-ci. Au préalable, conformément au règlement en vigueur, a été envoyé à l’ONU une note d’information de l’état de réalisation dans le pays, des droits et des garanties de liberté de conscience et de religion. Participaient à cette session l’évêque de Barychev Victor, chef de la représentation de l’Église orthodoxe d’Ukraine auprès des organisations internationales, des représentants du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le représentant de l’ONG « Sensibilisation du public » Oleg Denisov. « La composition de la représentation permet de fournir des informations de première main sur les violations des droits des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine » est-il dit dans un communiqué.

Source (dont photographie): Pravlife

Le patriarche Cyrille de Moscou a reçu les membres du Comité des représentants des Églises orthodoxes auprès de l’Union européenne

Le 8 octobre, le patriarche Cyrille de Moscou a reçu les membres du Comité des représentants des Églises orthodoxes auprès de l’Union européenne, après la réunion du Comité dans la capitale russe, le 6 octobre. Un compte-rendu en français de cette réunion (dont la photographie ci-contre) est en ligne ici.

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement hellénique. Les évêques grecs suivent de près le débat intense qui entoure le projet de loi, et qui cause un bouleversement dans la société et dans l’Église. Lors d’une consultation ouverte devant le représentant du comité parlementaire ad hoc, l’Église a soumis son opinion sur le problème. Comme cela a été rapporté précédemment, conformément au nouveau projet de loi « Sur le libre changement de sexe », il suffit de fournir une déclaration écrite pour obtenir un changement de genre légal. En vue du prochain débat au Parlement, le Saint-Synode de l’Église de Grèce a exprimé ses positions fondamentales à ce sujet :

« 1. Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.

2. Le Synode considère que la jurisprudence des tribunaux helléniques couvre, là où cela est nécessaire, les problèmes existants, étant donné que le sexe n’est jamais choisi librement ni changé sur demande, mais est déterminé sur la base des caractéristiques anatomiques, physiologiques et biologiques qui définissent l’identité d’un homme telle qu’elle est établie par les rapports médicaux destinés au tribunal. La loi ne peut se contenter d’une déclaration du citoyen, non étayée scientifiquement, qui peut être changée plus tard.

3. Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.

4. Le Synode ne voit pas, derrières ces tentatives, un intérêt pour le prochain méprisé et affligé, mais l’existence de groupes puissants, ce qui a pour résultat la dissolution de la cohésion sociale et la mort spirituelle de l’homme.

5. Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.

L’Église entoure tous les hommes avec amour et compréhension indistinctement, mais puisqu’elle désire toujours leur salut, elle doit démontrer l’échec de leurs choix décisifs ».

La Communauté du Mont Athos a également élevé sa voix sur la question, dans une lettre aux ministres de la Justice et des Affaires religieuses, respectivement Stavros Kontonis and Konstantinos Gavroglou, ainsi qu’aux membres du Parlement hellénique. Les représentants des vingt monastères athonites ont déclaré qu’ils ressentaient de l’anxiété et de la préoccupation pour la foi orthodoxe en Grèce et les développements concernant le projet de loi sur le « changement de sexe ». Les moines athonites ont déclaré que celui-ci constitue une lutte contre Dieu et un défi lancé au Créateur Lui-même et à Ses commandements divins. Citant les paroles bibliques « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme » (Gen. 1,27), les membres de la Communauté ont demandé aux deux ministres et à tous les parlementaires grecs de ne pas permettre un tel blasphème « dans notre patrie orthodoxe, ce qui lance un défi, législativement et sans ambages, au commandement divin »

De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré avec indignation dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique : « Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… » a-t-il conclu.

Sources : Orthodox Christianity, Pravoslavie

Deux nouveaux saints ont été canonisés par l’Église orthodoxe roumaine

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine, qui s’est réuni le 5 octobre pour une session de travail en la résidence patriarcale à Bucarest sous la présidence du patriarche Daniel, a décidé de canoniser deux nouveaux saints. Il s’agit du métropolite Joseph Naniescu, canonisé sous le nom de « saint hiérarque Joseph le Miséricordieux, métropolite de Moldavie », et sa fête est fixée au 26 janvier. Le deuxième saint canonisé est l’ascète Georges Lazar, sous le nom de « saint Georges le Pèlerin », et sa fête est fixée au 17 août. Les nouveaux saints avaient été proposés précédemment à la canonisation lors de la réunion du 15 juin du Synode métropolitain de l’Église de Moldavie et de Bucovine. Le même synode local a également proposé d’introduire dans le calendrier de l’Église orthodoxe roumaine St-Néophyte le Reclus de Chypre, ce qui a été également accepté par le Saint-Synode le 5 octobre. Ce saint sera célébré le 28 septembre, à partir de 2019. Le Saint-Synode avait décidé précédemment, le 6 juin 2016, de canoniser et d’introduire dans le ménologe quatre grands ascètes liés au monastère de Putna : le métropolite Jacques de Moldavie, et les vénérables pères Silas, Nathan, et Paphnuce l’iconographe, ce qui a été fait le 6 août.

Le métropolite Joseph naquit en 1820 dans la famille du prêtre Ananie Mihalache, et reçut le nom de Jean au baptême. Son père étant décédé alors que lui-même était âgé d’un an, il fut élevé par sa mère Thédosie, puis, à l’âge de dix ans, on le confia à une personne de la famille, le hiérodiacre Théophylacte au monastère Frumoasa en Bessarabie. Accompagné par celui-ci, il partit en 1831 à Iaşi pour vivre au monastère de St Spyridon, qui se trouvait sous la direction spirituelle de l’archevêque Barlaam Cuza Sardeon. Il suivit ensuite le hiérodiacre Théophylacte au monastère du saint prophète Samuel à Focşani où, le 23 novembre 1835, il prononça ses vœux monastiques devant l’évêque Césaire, et le lendemain, il fut ordonné diacre. Il suivit les cours du séminaire nouvellement établi à Buzău de 1836 à 1840, puis ceux de Saint-Sava à Bucarest de 1840 à 1847. Il fit office de recteur du monastère de Şerbăneşti-Morunglavu de 1849 à 1857, et du monastère de Găiseni de 1857 à 1863. Le 29 août 1850, il avait été ordonné à la prêtrise, puis élevé au rang d’archimandrite en 1860. Pendant une courte période (1863-1864), il fut higoumène du monastère de Sărindar à Bucarest. Il travailla également comme professeur de religion à l’école Gh. Lazarus (1864-1866), au lycée « Matei Basarab » (1866-1873) et à l’école « Carol Ier » (1867-1873). Le 23 avril 1872, il fut consacré évêque, et le 18 janvier 1873, il a été nommé évêque d’Arges, où il resta peu de temps avant d’être élu, le 10 juin 1875, métropolite de Moldavie. Il a été intronisé à Iaşi le 6 juillet 1875, où il exerça son ministère jusqu’à son trépas, le 26 janvier 1902.

Quant à Georges Lazar, il naquit au village de Sugag, dans le district d’Alba en 1846. Il se maria à l’âge de 24 ans et eut cinq enfants. Il vivait une vie chrétienne honorable, dans le travail, la prière, le jeûne et l’aumône. Il partit en pèlerinage à Jérusalem en 1884 et resta au monastère du Jourdain, puis dans désert du Sinaï pendant plus d’un an. Il partit ensuite au Mont Athos, où il demeura un an et demi, puis il revint dans son pays. Il vécut avec sa famille pendant quelques années, et après que ses enfants furent élevés, il se retira comme pèlerin dans les monastères de Moldavie en 1890. Il s’établit de façon permanente dans la cité de Piatra Neamţ, vivant dans l’ascétisme comme un véritable ermite dans la tour d’Étienne-le-Grand dans le centre de la ville pendant 26 ans, jusqu’à son trépas. Il y resta seul dans le jeûne et la prière, hiver comme été, sans chauffage, sans lit, sans manteau, sans chaussures à ses pieds, vivant dans la grâce de Dieu. Il mourut le 15 août 1916 et fut enterré dans le cimetière de la ville. En été 1934, ses restes furent placés au monastère de Văratec dans le Nord-Est de la Roumanie. Il est connu comme « petit père Georges » parmi les pieux fidèles. Ses reliques, qui se trouvent sous l’église principale du monastère, dégagent un parfum.

Source (dont icônes des deux saints) : Orthodox Christianity

Le métropolite de Phtiotide Nicolas proteste contre le nouveau projet de loi adopté en première lecture par le parlement hellénique sur le « changement de sexe »

Au cours d’une récente prédication, le métropolite de Phtiotide Nicolas (Église orthodoxe de Grèce), a abordé la question du nouveau projet de loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par les parlementaires grecs. Le métropolite a déclaré : « La parole de Dieu, mes frères, est toujours actuelle, et elle parle au cœur de chaque homme, de chaque époque. L’apôtre Paul délivre aujourd’hui un message à ces parlementaires qui ont voté pour le changement de sexe. L’apôtre Paul parle du caractère sacré de notre corps : « Vous êtes le corps du Dieu vivant ». C’est Dieu qui a créé notre corps et qui vit en lui. Notre corps renferme l’Esprit Saint. N’avez-vous pas vu la déchéance des parlementaires grecs orthodoxes ? Heureusement pas tous. Ils ont voté en blasphémant le corps. Ils ont donc voté que chacun peut, après l’âge de 15 ans, signer une déclaration selon laquelle il peut changer de sexe. Cela est inconcevable pour un être raisonnable et, naturellement, est satanique par rapport à la loi divine. Cependant, certains ont été poussés à faire de notre État, l’État du péché. Le premier gouverneur de notre pays, Jean Capo d’Istria et les députés ont fondé la constitution de la Grèce sur les idéaux, les valeurs, sur le respect envers Dieu, Auquel ils ont attribué la liberté de la Grèce. Dieu et la très sainte Vierge nous ont libérés, et la première constitution a été conservée telle quelle jusqu’à ce jour : elle comporte l’invocation de la sainte Trinité dans son préambule, et contient des paragraphes qui se rapportent à la valeur même de la personne humaine. C’est pourquoi aujourd’hui, nous protestons et nous manifestons notre désaccord. Non, vous ne pouvez pas faire de l’État celui du péché. On vient nous dire aujourd’hui que Dieu n’a pas créé le masculin et le féminin, et ils rendent fous les enfants. Chaque homme pourra dire plus tard qu’il ne veut pas être homme, mais femme, et inversement. Savez-vous pourquoi ils le font ? Parce que les homosexuels veulent quoi qu’il en soit adopter des enfants. Ne vous seriez-vous jamais attendu à ce que nous arrivions à une telle déchéance ? Nous respectons chaque homme, quel qu’il soit, mais il y a une différence entre respecter et accepter servilement. On nous impose des choses opposées à la nature, au droit, à Dieu et à la vie spirituelle. Je demande aux politiciens qui ont de telles convictions de ne pas franchir le seuil des églises pour se railler de nous, nous tromper pour obtenir nos suffrages. Que voulons-nous de leur part ? Ils ont besoin de nous et puisqu’ils ont besoin du peuple, qu’ils en tiennent compte, ainsi que de l’Église. Mes frères, le problème est l’indifférence du peuple. Si celui-ci était fort, nul ne pourrait le renverser dans ses convictions, mais, vous le voyez, nous sommes exsangues économiquement et nous sommes chaque jour étouffés par les impôts, nous ne savons pas ce qui va nous arriver et en plus nous nous sommes désagrégés intérieurement. La pire chose qu’il puisse arriver à l’homme est le désespoir. C’est un piège du diable. « Espérez dans le Seigneur et réjouissez-vous, les justes » (cf Ps. 31,11). Il ne faut pas que nous désespérions, mais il nous faut rester inébranlables dans nos traditions. Je vous demande, puisque vous habitez une région héroïque connue pour son amour de la tradition, de l’Église, de la patrie, de donner les réponses appropriées et à parler à nos politiciens… Ils jettent la Grèce dans les ordures. Qui leur en a donné le pouvoir ? »

Source (dont photographie): Vima Orthodoxias

Le métropolite d’Amérique orientale et de New York Hilarion et l’archevêque de San Francisco et d’Amérique Cyrille (Église russe hors-frontières) ont adressé un message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de la Sainte-Croix à Genève

Note de la rédaction du Synode hors-frontières : Relativement à la suspension temporaire de l’archevêque Michel de l’administration du diocèse d’Europe occidentale de l’Église russe hors-frontières, le président et le secrétaire du Synode des évêques se sont adressés par un message au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, qui a été lu dans les églises du diocèse d’Europe occidentale le dimanche 18 septembre / 1er octobre. Lors d’une réunion exceptionnelle du Synode des évêques, qui a eu lieu le lundi 19 septembre / 2 octobre de cette année, l’administration temporaire du diocèse d’Europe occidentale a été confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, primat de l’Église russe hors-frontières. Pendant que la situation à la cathédrale de l’Exaltation de la Croix est sous investigation, le Synode des évêques a désigné le couvent féminin russe de Sainte-Elisabeth à Buchendorf (Allemagne) comme lieu de résidence de l’archevêque Michel. L’archiprêtre Paul Tzvetkoff est nommé remplaçant du recteur de la cathédrale à Genève, et l’archiprêtre Émilien Pocinoc, administrateur de la chancellerie du Diocèse d’Europe occidentale. L’archevêque Michel est invité à la session du Synode des évêques, qui aura lieu le 19 novembre / 2 décembre.

Message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix à Genève :

« Chers pères, frères et sœurs en Christ,
De tout cœur nous vous saluons tous à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Croix, votre fête patronale, qui continue. En ces jours, dans la prière, nous souhaitons à tous l’aide divine qui renforce tout, dans les labeurs, et particulièrement, dans le port de la croix, tant personnel qu’ecclésial. En effet, le Seigneur confie à tous une croix dans la vie qui, comme nous le croyons, mène l’homme à la vie éternelle. « Où est la croix, là est la résurrection », écrit Dostoïevski. Et maintenant, le Seigneur confie une croix particulière non seulement à toute la communauté de la cathédrale de Genève, mais aussi au clergé, aux fidèles enfants du diocèse de l’Église russe hors-frontières. En continuant à étudier les questions complexes, liées à l’administration de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, le Synode des évêques, lors de sa dernière session, a décidé de libérer temporairement l’archevêque Michel de ses obédiences archipastorales en Europe occidentale, accordant un congé à Son Éminence. Ce faisant, l’archiprêtre Paul Tzvetkoff, l’un des clercs les plus anciens de notre Église russe hors-frontières,  est nommé, par intérim, recteur de la cathédrale et administrateur du diocèse d’Europe occidentale. Dans son activité, le père Paul sera soumis à la commission synodale spéciale créée lors du concile des évêques, qui a eu lieu en juin de cette année en Allemagne. Le Synode des évêques appelle le clergé et les fidèles à aider père Paul dans son ministère, lui manifestant confiance et obéissance [à partir du lundi 19 septembre / 2 octobre, l’administration du diocèse d’Europe occidentale est confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, NDLR du site du Synode].
Nous considérons qu’il est important de souligner que le Synode des évêques, n’accuse personne dans la situation actuelle. Le seul but de notre décision est de rétablir, après avoir étudié la situation sous tous ses aspects, la paix prescrite par Dieu dans notre paroisse de la cathédrale de Genève, qui est chère à nos cœurs. Selon les paroles de l’apôtre Paul, tous les fidèles, qui forment dans l’Église du Christ un seul corps, doivent garder «  l’unité de l’esprit par le lien de la paix » (Éph. 4,3), ne pas approfondir les différends, ne pas s’abstenir de la prière et de relations les uns avec les autres, ainsi que de ne pas refuser la bonne entente ecclésiale par la manifestation de la désobéissance à la hiérarchie. Aussi, nous devons tous aspirer au but élevé du rétablissement de la paix, du calme et de l’union fraternelle en Christ, nous souvenant que les épreuves dans la vie ecclésiale sont permises par Dieu pour notre propre utilité, afin que les communautés ecclésiales se renforcent spirituellement, se rapprochent de Dieu et l’une avec l’autre, afin que les hommes choisissent ensemble la voie évangélique et ecclésiale. Une telle sorte d’épreuves ou de tribulations constituent en quelque sorte un appel à ce que les membres des paroisses deviennent véritablement l’Église du Christ. Le premier pas dans notre travail commun sera l’assemblée paroissiale qui aura lieu le 15 octobre 2017. L’archevêque Marc de Berlin et d’Allemagne, membre permanent du Synode des évêques la présidera. Dans son « Homélie sur l’obéissance », l’archevêque de Genève et d’Europe Occidentale Antony d’éternelle mémoire (Bartochevitch +1993), écrit : « L’exemple d’obéissance nous a été donné par la Mère de Dieu, lorsque l’archange Gabriel non seulement La salua à l’occasion de la nativité de Son Fils Divin, mais Lui révéla alors toutes les tribulations et les difficultés du cheminement de Sa vie, comme Mère de notre Sauveur. La Vierge Marie n’a été en rien effrayée, mais, modestement et humblement, elle répondit : « Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole! » Et notre œuvre, bien-aimés frères et sœurs, est de soumettre notre volonté à celle de Dieu, Lui dire, comme Il le dit au moment le plus difficile de Sa vie terrestre, au Père céleste : Père que Ta volonté soit faite ! Par ces paroles, nous devons terminer chacune de nos prières. Combien de fois, dans la prière, nous voulons soumettre notre volonté non pas à celle de Dieu, mais au contraire soumettre la volonté de Dieu à notre volonté. Nous demandons avec force, nous exigeons, et même, lorsque le Seigneur n’accomplit pas notre volonté, nous en voulons en quelque sorte à notre Créateur ». Aussi, manifestons de l’obéissance envers la sainte Église, au Synode des évêques et au clergé de la cathédrale avec, à sa tête, le père Paul, suivant l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, dont l’apôtre Paul écrit qu’Il « s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant à Son Père jusqu’à la mort » (Phil. 2,8). Et alors, que Dieu le fasse, nous trouverons ensemble la voie juste pour l’édification de notre vie ecclésiale. Que la force pleine de grâce de la croix du Christ nous y aide. Amen. Avec amour dans le Seigneur,

+ Hilarion, métropolite d’Amérique orientale et de New York, primat de l’Église russe hors-frontières,

+ Cyrille, archevêque de San Francisco et d’Amérique occidentale, secrétaire du Synode des évêques, 1er octobre 2017.

Source

L’Église de Grèce et la Constitution du pays

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Ce mercredi 14 octobre, le Saint-Synode de la hiérarchie de l’Eglise de Grèce s’est réuni en session ordinaire dans la salle de réunions du Saint Synode de la hiérarchie, sous la présidence de l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, Hiéronymos
Après la prière, lecture a été faite de la liste des hiérarques présents et le quorum a été constaté. Les actes de la session d’hier ont été approuvés.
Suite au rapport du métropolite de Didymoteichos et Soufliou Damaskinos, intitulé « Mythes et réalité concernant les relations entre l’Eglise et l’Etat, en vue de la révision de la Constitution », le Saint-Synode de la hiérarchie a indiqué que la révision des relations entre l’Eglise et l’Etat constituait un sujet complexe, sensible et multidimensionnelle.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source (dont photographie): Romfea, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Bertrand Vergely : « L’esprit. Hegel. » – lundi 9 octobre

Bertrand Vergely nous parlera le lundi 9 ocotbre de « L’esprit. Hegel. »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Un reportage de la télévision helvétique à l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève

A l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève (un historique), dédiée à l’Exaltation de la Sainte Croix, la télévision helvétique a réalisé un reportage que l’on peut visionner ici.

Des panneaux avec des citations de la correspondance de la famille impériale russe ont été installés à Moscou

Des panneaux avec des citations de la correspondance des saints martyrs de la famille impériale russe ont été installés dans différents districts de Moscou. Dédiées à l’amour, au mariage et au bonheur familial, ces citations proviennent du journal personnel de l’impératrice Alexandra et de ses lettres à l’empereur Nicolas II. Cela fait partie d’un projet intitulé « Nicolas II et Alexandra Feodorovna. Paroles d’amour », émanant du département synodal du Patriarcat de Moscou pour les relations de l’Église avec la société et les médias. Ce projet est destiné à affermir les valeurs familiales dans la société russe, et aussi à faire parvenir à la population une information véridique sur la vie de la famille impériale martyre. Depuis plus de cent ans, la vie privée de la famille des derniers Romanov reste la cible de mythes et de spéculations. Or l’histoire réelle de la vie de leur couple, fondée sur la foi, l’amour et le respect mutuel peut servir d’exemple aux relations familiales pour nos contemporains. « Mes prières ardentes t’accompagnent jour et nuit. Que le Seigneur te garde, qu’Il te protège et te ramène en bonne santé à la maison. Je te bénis et je t’aime comme peu ont été ainsi aimés ». Ce n’est là qu’une des citations du projet dont les habitants peuvent prendre connaissance dans les rues de Moscou. On considère que le projet « Nicolas II et Alexandre Feodorovna. Paroles d’amour » deviendra avec le temps un exemple, et un moyen positif pour découvrir des pages quasiment oubliées de l’histoire russe.

Source

17000 personnes ont bénéficié du programme social de l’Église orthodoxe roumaine intitulé « La Table de la joie »

Le Patriarcat de Roumanie a mis au point une série de programmes sociaux dans le cadre desquels de la nourriture chaude et des produits alimentaires sont distribués aux nécessiteux. Par ce programme, intitulé « La Table de la joie », 17.048 personnes au titre de la seule année 2016 ont reçu de l’assistance en Roumanie, selon le rapport de l’agence d’information patriarcale Basilica.ro. Le programme « Table de la joie » a été réalisé dans 24 diocèses par 178 institutions caritatives. Depuis 2009, la valeur totale des produits offerts s’est élevée à 4,4 millions d’Euros. Le programme social du Patriarcat de Roumanie bénéficie à ceux qui sont connus des services sociaux au niveau paroissial et diocésain, ainsi que des organisations non-gouvernementales qui opèrent avec la bénédiction des évêques et des archidiocèses.

Source

Les reliques de la reine martyre Ketevan sont arrivées en Géorgie

Sainte grande-martyre et reine Ketevan

Le 24 septembre, un fragment des reliques de la sainte grande-martyre et reine Ketevan est arrivé à Tbilissi, en provenance de l’Inde. Les reliques ont été accueillies à l’aéroport de Tbilissi par le patriarche catholicos de Géorgie Élie II ainsi que par le clergé et les fidèles. Elles resteront six mois en Géorgie. Le patriarche a déclaré à cette occasion : « Comment peut-il y avoir des incroyants dans une nation qui compte tant de saints, tant de martyrs – des centaines de milliers -, la reine Tamar, sainte Nina, sainte Ketevan. Et nous remercions le Seigneur pour nous avoir donné la force et cette grâce. Le peuple géorgien entier semble avoir été uni aux cieux aujourd’hui… Notre reine bien-aimée est revenue vers nous aujourd’hui, Sa Majesté la reine Ketevan ». Le reliquaire a été transféré à la cathédrale de la Sainte Trinité à Tbilissi le 25 septembre, puis ensuite à la cathédrale d’Alaverdi, à 85 km de la capitale, où elles resteront jusqu’à la fête de la sainte le 26 septembre. Elles seront ensuite transportées dans les différents diocèses de Géorgie pour y être vénérées par les fidèles. On peut visionner ici l’arrivée des reliques.

Source

25ème anniversaire du rétablissement de la vie monastique à la Laure de Sviatogorsk (Ukraine)

Le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Kiev Onuphre a présidé les solennités liées au renouveau de la vie monastique à la Laure de la Dormition de Sviatogorsk, dans le diocèse de Donetsk. La fête a lieu le jour de la commémoration de la Synaxe des saints de Sviatogorsk, au nombre de 18, qui y ont vécu dans l’ascèse du XVIIème au XXème siècle. Dans l’église principale de la Laure se trouvent les reliques de 11 moines monastère : les ascètes Jean le Reclus, Arsène, Germain, Longine, Théodose, Cyprien, Joannice, Isaac, les moines confesseurs Triphon, Michel et Jean. La Laure de Sviatogorsk est l’un des plus grands monastères de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Les premiers moines se sont installés dans ce lieu dès les VIIIème-IXème siècles. En 1787, suivant un décret de l’impératrice Catherine II, le monastère de Sviatogorsk a été fermé et les villages et les terres lui appartenant ont été remis au trésor public. En 1844, par décret de l’empereur Nicolas Ier, le monastère a été rétabli, et l’ordo de l’ermitage de Glinsk y a été introduit. Les 70 années suivantes, le monastère a connu une apogée sans précédent, devenant l’un des plus grands de l’Empire russe. En janvier 1918 a commencé le pillage du monastère par le pouvoir soviétique. En 1922, le monastère a été « liquidé », et une maison de repos pour les travailleurs du Donbass y a été installée. En 1992, a commencé la renaissance du monastère qui a reçu le statut de Laure, par décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe d’Ukraine du 9 mars 2004.

Source

Les moines de la Laure des Grottes de Kiev organise des repas pour les nécessiteux

Le département social de la Laure des Grottes de Kiev a organisé un repas pour les nécessiteux. Cette action de bienfaisance a reçu la bénédiction du supérieur du monastère, le métropolite de Vychgorod et de Tchernobyl Paul. À l’action « Nourris ton prochain » ont participé plus de cent personnes. Après le repas, les invités ont eu des entretiens avec le clergé sur des thèmes spirituels. Comme le mentionne le responsable de cette action, l’adjoint du chef du département des œuvres sociales de la Laure de Kiev, le hiéromoine Gleb (Kazmiriouk), la tradition de service au prochain existe à la Laure depuis sa création. « Au cours de toutes les années, l’Église et notre saint monastère se sont occupés de tous les nécessiteux qui y venaient et recevaient consolation, joie, aide et possibilité d’être écoutés », a déclaré le père Gleb. Il est prévu que des repas caritatifs pour les nécessiteux soient désormais organisés chaque semaine par le département social de la Laure.

Source

Arrivée du pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II à Belgrade

Le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II est arrivé le 22 septembre à Belgrade, où il a été accueilli par le patriarche Irénée de Serbie. On peut visionner ici son accueil sur l’aéroport de Belgrade par le patriarche Irénée, les allocutions des deux patriarches, la doxologie en la cathédrale Saint-Michel, avec le chant du tropaire de la Nativité de la Mère de Dieu (fêtée le 21 septembre selon l’ancien calendrier), les allocutions, puis le chant du « ad multos annos » pour les deux primats.

Source

Le patriarche russe Cyrille invite le patriarche Bartholomée à Moscou

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a effectué une visite au Patriarcat œcuménique le mardi 19 septembre. Le métropolite de Volokolamsk, qui était accompagné par l’archiprêtre Igor Yakimtchouk et le prêtre Anatole Chouriakov, membre du Département mentionné, a été reçu par le patriarche œcuménique Bartholomée. À la rencontre étaient également présents les métropolites Emmanuel de France et Bartholomée de Smyrne, secrétaire en chef du Saint-Synode. À cette occasion, le métropolite de Volokolamsk a transmis l’invitation du patriarche de Moscou Cyrille au patriarche Bartholomée à participer aux célébrations qui auront lieu à Moscou durant la première semaine de décembre pour la commémoration du 100ème anniversaire du commencement des persécutions contre l’Église consécutives à la révolution d’octobre, et de la convocation du Concile panrusse de 1917, ainsi que du rétablissement de l’institution patriarcale en Russie après son abolition depuis 200 ans. Le patriarche Bartholomée a remercié le métropolite de Volokolamsk et a déclaré que la question de sa réponse sera examinée suite à la réunion du Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople. En outre, les deux parties ont discuté de façon approfondie la question du Concile de l’Église orthodoxe qui a eu lieu en Crète en juin 2016, ainsi que d’autres questions bilatérales et inter-orthodoxes.

Source

Le métropolite de Minsk et Zaslav Paul, exarque patriarcal de Biélorussie, a appelé les fidèles à ne pas regarder le film « Mathilde »

Le métropolite de Minsk et Zaslav Paul, exarque patriarcal de Biélorussie, a appelé les fidèles à ne pas regarder le film « Mathilde » qui déshonore la mémoire du saint empereur Nicolas II : « À ce jour, il n’y a pas de position officielle de l’Église orthodoxe russe au sujet de ce film, mais on peut écouter l’opinion de très nombreuses personnes. Ce film n’est pas encore sorti sur les écrans, mais des discussions ont lieu à son sujet. J’ai visionné quelques extraits sur internet, et une impression très désagréable s’est formée en moi sur le film », a déclaré le métropolite dans une interview au site de l’Église orthodoxe en Biélorussie. L’exarque patriarcal a mentionné que l’Église ne peut empêcher la projection du film « Mathilde », mais ceux pour qui la mémoire du saint empereur martyr Nicolas II est chère, « peuvent voter avec leurs pieds ». « Aucune agression ne doit avoir lieu de la part des fidèles. Simplement, n’allez pas voir ce film », a conseillé le métropolite. « Je pense que toute œuvre artistique a un certain but et comporte une signification particulière. Pour quelle raison un homme écrit-il un livre ou tourne-t-il un film ? Il est possible que ce soit pour égayer les gens lorsqu’il écrit une comédie, et peut-être, raconter une histoire, et alors il écrit un récit sur une certaine personne, dont les exploits et les œuvres constituent une édification ou encore un avertissement à d’autres personnes contre des actions mauvaises. Je ne comprends pas le dessein du film « Mathilde ». Pour quelle raison et dans quel but il a été créé ? Et son résultat est évident. Il a divisé notre société, il a semé le trouble dans le cœur de nombreuses personnes, il a déclenché une tempête d’indignation chez ceux pour qui l’empereur Nicolas II est un martyr », continue le métropolite. Celui a rappelé que Nicolas II est un saint, « et sa mémoire est sacrée pour tous les chrétiens orthodoxes ». « Si l’on veut tourner un film sur lui, il doit, selon ma profonde conviction, être édifiant, noble, inspirant à l’exploit et une œuvre positive pour le bien du peuple », a souligné le métropolite. Ce qui provoque une amertume particulière et l’indignation, selon le métropolite, est le fait que la projection du film est prévue pour l’automne 2017, l’anniversaire de la révolution d’octobre. « On voudrait s’adresser et demander à ceux qui ont créé ce film : en quoi sommes-nous meilleurs que le journal français « Charlie Hebdo » qui se moque de ce qui est cher au cœur des gens, sur les sentiments éprouvés par les gens qui ont perdu des proches dans des circonstances difficiles ? En rien ! Chez nous se produit un événement bien plus triste : nous nous moquons de notre histoire. C’est terrible », a-t-il déclaré.

Source

La chapelle orthodoxe russe de Lausanne-Pully ferme définitivement ses portes

Située dans la banlieue de Lausanne, la chapelle de la Nativité de Pully accueillait depuis près de 70 ans la communauté orthodoxe russe vaudoise, relevant de l’Église russe hors-frontières. La propriété devant être mise en vente, la paroisse cessera d’y célébrer le 20 septembre 2017, et elle devra libérer les lieux pour la fin du mois. Voir ici l’histoire de cette chapelle, avec des photos.

Source

Une fillette muette âgée de huit ans commence à parler devant l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu dite « Celle qui exauce rapidement » à Sochos, en Grèce du Nord

Chaque année, le 6 septembre, l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu dite « Celle qui exauce rapidement » vient du Mont Athos au couvent de Sochos, en Grèce du Nord, pour une semaine. C’est ainsi que ceux qui ne peuvent aller au monastère athonite de Docheiariou, où se trouve l’icône, principalement les femmes et les petits enfants, ont la possibilité de la vénérer. Des milliers de personnes de Grèce et de Chypre viennent au couvent vénérer l’icône de la Mère de Dieu et recevoir la bénédiction de l’higoumène du monastère de Docheiariou, le père Grégoire. Cette année, comme l’a témoigné la moniale Thècle du couvent de Sochos, une femme de Larissa est venue avec sa fillette de huit ans. Elle a raconté, en larmes, que sa petite fille était muette et qu’elle espérait qu’avec l’aide de la Mère de Dieu elle recevrait le don de la parole. « J’avais lu le miracle qui s’était produit avec un jeune homme âgé de 18 ans, venu de la région de Skopje, en décembre dernier. Il avait parlé pour la première fois devant l’icône de la Mère de Dieu et je veux demander qu’Elle guérisse mon enfant ». En effet, ce jeune homme de Skopje ne pouvait qu’émettre des sons inintelligibles et, lorsqu’il entra au monastère de Dochiariou et se trouva près de l’icône miraculeuse, il cria soudain dans sa langue maternelle : « Mère Marie, donne-moi la santé ! » Les moniales conseillèrent à la femme d’aller avec la fillette devant l’icône miraculeuse, de se mettre à genoux et de lui demander avec foi de guérir son enfant. Cela est une réaction naturelle pour les moniales qui ont vu tant de miracles se produire au monastère. Par ailleurs, l’higoumène du monastère de Docheiariou, qui est aussi le père spirituel du couvent de Sochos, dit de façon caractéristique à ceux qui lui rapportent leurs problèmes après qu’il les ait béni par le signe de Croix : « Vas à l’icône de la Mère de Dieu et dis-lui à l’oreille ton problème ». C’est si simple. Au moment où la mère et la fillette ont vénéré l’icône miraculeuse dans l’église, la petite, en regardant la Mère de Dieu a crié pour la première fois son nom, Raphaëla. Tous ceux qui étaient là restèrent stupéfaits et la mère éclata en sanglots. Le jour suivant, la mère et la fillette revinrent au couvent. La petite alla vers la moniale Thècle et lui dit sans cesse son nom. Questionnée, la Mère Thècle, à qui l’on demandait si la fillette disait seulement cela, répondit qu’elle n’avait jamais parlé jusqu’à présent et ne pouvait encore s’exprimer. La mère de la fillette enverra un document écrit à l’higoumène du monastère de Docheiariou dans lequel elle décrira le miracle.

Source ; photographie

Fête de la Ceinture de la Mère de Dieu au monastère athonite de Vatopédi

Le 31 août (13 septembre avec l’ancien calendrier), l’Église orthodoxe commémore la déposition de la Ceinture de la Mère de Dieu en l’église de Chalcoprateia (située non loin de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople). Après avoir été dérobée par le tsar bulgare Jean Asen au XIIème siècle, la relique fut reprise par les Serbes et offerte par le saint prince Lazare (+1389) au monastère de Vatopédi où elle se trouve jusqu’à nos jours. C’est ainsi que comme chaque année, cette fête a été solennellement commémorée dans ce monastère. L’office des vigiles, suivi de la sainte Liturgie était présidé par le métropolite de Sébaste Dimitri (Patriarcat œcuménique). Concélébraient avec lui l’higoumène du monastère, l’archimandrite Éphrem, l’higoumène du monastère d’Iviron, l’archimandrite Nathanaël, et de nombreux autres hiéromoines et diacres. Plusieurs centaines de fidèles venus de Grèce, Chypre, Russie, Roumanie et d’autres pays assistaient à l’office. On peut visionner ici des extraits de l’office (début des vêpres et sainte Liturgie).

Source

Commémoration du 75ème anniversaire du trépas de saint Gorazd en République tchèque

L’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie a commémoré, les 3 et 4 septembre, le 75ème anniversaire du trépas de saint Gorazd, l’évêque qui a fait renaître l’orthodoxie en Terre tchèque après presque dix siècles d’interruption et qui a été exécuté par les nazis en 1942. Le lundi 4 septembre 2017, à l’occasion de la fête du saint, la divine liturgie en la cathédrale Saints-Cyrille-et-Méthode de Prague était présidée par l’archevêque Michel, primat de l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie, assisté du métropolite Élie d’Oulu (Église de Finlande) et de l’évêque-vicaire Isaïe d’Olomouc, un grand nombre de prêtres et trois diacres. À l’issue de l’office a été organisée une visite de la prison dans laquelle le saint hiérarque Gorazd a été incarcéré et interrogé. Ensuite, sur le lieu où saint Gorazd a été fusillé, a été célébré un office de requiem pour les patriotes tchèques qui ont été fusillés avec lui. La commémoration s’est achevée par une réception officielle, en présence des ambassadeurs des pays orthodoxes et d’autres invités.

Source

Le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II se rendra en visite officielle à Belgrade du 22 au 29 septembre

Le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II se rendra en visite officielle à Belgrade du 22 au 29 septembre. Lors de son arrivée à Belgrade, le patriarche Théodore II sera solennellement accueilli en la cathédrale Saint-Michel, où une doxologie sera célébrée. Le samedi soir 23 septembre, le patriarche assistera aux vigiles, également en la cathédrale. Le lendemain, les patriarches Théodore II d’Alexandrie et Irinée de Belgrade y concélébreront la divine liturgie, avec des hiérarques et des prêtres des deux Églises. Les jours suivants, le patriarche Théodore II visitera les monastères de Krušedol, Hopovo, Žiča, Studenica, Sopoćani, Peć, Dečani, Ravanica, ainsi que la ville de Niš. Les deux patriarches rencontreront des hautes personnalités de l’État et de la société serbes. Les deux primats et les membres de leurs délégations auront également des entretiens sur les problèmes que rencontrent leurs Églises. L’une des principales questions abordées sera les causes et les conséquences des souffrances et de l’exode des peuples, particulièrement du Moyen Orient et d’Afrique.

Source

L’Église grecque condamne la profanation de ses églises

Suite à la controverse dans toute l’Europe de la chaîne allemande de supermarchés Lidl d’utiliser des photos de célèbres églises orthodoxes grecques avec des croix qui ont été enlevées dans la publicité et sur les emballages de sa série de produits grecs « Eridanous », ainsi qu’un certain nombre d’autres provocations, comme le tournage d’une vidéo « rap » dans une église, le diocèse de Thira de l’Église orthodoxe grecque, dont dépend les célèbres églises de Santorini, a publié une réponse condamnant ces actes. L’émoi a commencé lorsqu’un client belge de Lidl a remarqué et s’est plaint à Radio Télévision Luxembourg (RTL) de la retouche des photos par la société. « Étant donné que le diocèse métropolitain n’est pas acquis à la théorie du caractère « multiculturel » des monuments, nous précisons que la contrefaçon dans la représentation photographique d’une église pour des raisons d’opportunité politique ou commerciale ne peut être tolérée. Au contraire, cela traduit un manque de respect pour l’intégrité et la sainteté des monuments et, malheureusement, un manque d’éducation » est-il dit dans le communiqué de presse. Cela constitue une réponse aux propos du représentant de Lidl qui a expliqué ainsi le choix de la société : « Nous évitons d’utiliser des symboles religieux parce que nous ne voulons exclure aucune croyance religieuse. Nous sommes une société qui respecte la diversité et c’est ce qui explique la conception de cet emballage ». La déclaration du diocèse métropolitain a été précédée par la révélation que le distributeur français Carrefour et la société laitière grecque Megval avaient eu la même conception pour leurs emballages, utilisant des photographies des églises de Santorin avec des dômes et des clochers « amputés ». En outre, le rappeur américain Rick Ross a filmé la vidéo musicale pour son chant vulgaire et blasphématoire « Santorini Greece » à l’intérieur et autour de l’église Saint-Eustrate à Vourvourou, dans le district de Thira, où il a chanté et dansé devant le saint Autel. Le communiqué de presse du diocèse souligne qu’aucune permission n’avait jamais été accordée pour filmer à l’intérieur de l’église et mentionne qu’avec regret, le diocèse avait ordonné « une procédure disciplinaire pour vérifier les conditions de l’incident » et qu’il recherchait « les responsabilités dans la profanation du site sacré » et qu’il recourra « à la justice contre toute personne responsable ». « Si en tant que Grecs », conclut le communiqué, « nous acceptons avec légèreté de tels arguments « politiquement corrects » ou de « multiculturalisme » pour porter atteinte au respect de notre foi et de notre culture en Grèce, il nous faut alors prendre en compte que des excuses similaires sont également utilisées par des États avec des religions différentes pour justifier la profanation d’églises chrétiennes ».

Source

Le métropolite Athénagoras de Belgique, orateur principal du 50e Congrès international du service pastoral des aéroports à Stockholm

Du 10 au 15 septembre s’est déroulé le 50e Congrès international du service pastoral des aéroports à Stockholm sur le thème « Faire face au futur ». Le métropolite Athénagoras de Belgique en fut l’orateur principal avec une conférence sur « La vie spirituelle dans la tradition orthodoxe ». Un compte rendu en français est en ligne sur cette page (photographies dont celle ci-contre).

Russie : le métropolite Hilarion de Volokolamsk a commenté l’exacerbation des tensions autour du film « Mathilde »

En Russie, le métropolite Hilarion de Volokolamsk (Alfeyev) a commenté l’exacerbation des tensions autour du film «Mathilde» (bande-annonce), son texte est ici en français.

Photographie: une image du film

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce décrète que sa permission est requise pour les moines athonites visitant ou faisant des conférences dans ses diocèses

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié en date du 13 septembre un décret qui ne permet aux higoumènes, hiéromoines et simples moines du Mont Athos de visiter et prononcer des conférences dans les églises de Grèce que sur sa seule permission, alors que, jusqu’à présent seule l’autorisation du métropolite diocésain était requise. Cette décision pourrait affecter les relations entre le Patriarcat œcuménique, sous la juridiction duquel se trouve le Mont Athos, l’Église de Grèce et bien entendu le Mont Athos lui-même. La décision du Saint-Synode a déjà été communiquée au Patriarcat oecuménique, à la Sainte-Communauté du Mont Athos et à tous les monastères athonites. La Sainte-Communauté prépare actuellement sa réponse à la décision du Saint-Synode. Parlant au site grec Vima Orthodoxias, l’higoumène d’un monastère athonite a déclaré que cela ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire des relations entre l’Église de Grèce et le Mont Athos, et que la décision concernée pouvait être attribuée à d’autres facteurs. Pour sa part, le métropolite d’Attique a expliqué au site grec susmentionné qu’« aucune responsabilité n’avait été retirée aux métropolites. Mais puisque le Synode doit savoir ce qui se produit dans les diocèses métropolitains, nous n’accorderons cette permission que pour des raisons formelles ». Des tensions s’accroissent depuis un certain temps entre l’Église de Grèce et le Patriarcat œcuménique. Selon l’agence russe RIA Novosti, l’archevêque d’Athènes Jérôme est, entre autres, profondément préoccupé par les actions du représentant du Patriarcat de Constantinople à Athènes, le métropolite Amphiloque (Stergios). Selon les informations de l’agence, ce métropolite a commencé la construction d’une église et d’un bâtiment administratif dans la région d’Athènes sans demander la permission de l’archevêque diocésain, Mgr Jérôme.

Sources 1 et 2

Office de requiem annuel à Bucarest pour le célèbre père spirituel Sofian Boghiu

Les fidèles bucarestois ont participé le 9 septembre 2017 à l’office de requiem pour l’archimandrite Sofian Boghiu, célèbre père spirituel de la capitale roumaine, à l’occasion du quinzième anniversaire de son trépas. Le père Sofian a été higoumène du monastère Antim de Bucarest pendant une cinquantaine d’années. La commémoration a commencé par la célébration de la sainte Liturgie au monastère de saint Antim d’Iviron, suivie de l’office de requiem pour le père Sofian. Après cette célébration, l’assistance s’est déplacée au monastère de Căldărușani, où se trouve la tombe du père Sofian. Là, l’archimandrite Clément Haralam, grand ecclésiarque de la cathédrale patriarcale, avec le groupe de célébrants du monastère Antim, a célébré un office de requiem dans l’église du monastère, suivi d’un trisaghion sur la tombe elle-même. L’archimandrite Sofian Boghiu, père spirituel connu en Roumanie, a été surnommé par le célèbre père Cléopas Ilie « l’apôtre des Bucarestois ». Il fut peintre de fresques et témoin de la foi, pour laquelle il a été emprisonné de 1958 à 1964. Le père Sofian est resté dans la conscience de ceux qui l’ont connu comme un père spirituel doux, humble, patient et pardonnant facilement. Apprécié par les autorités ecclésiastiques et par les fidèles, le père Sofia a formé des dizaines de jeunes qui plus tard sont devenus des espoirs pour l’Église et la société.

Source

Le mouvement « Pour la vie » a organisé le 14 septembre des rassemblements dans 34 villes russes

Des opposants à l’avortement ont organisé le 14 septembre des rassemblements intitulés « Ils auraient pu aller à l’école », à l’occasion du début de la nouvelle année scolaire. Des rassemblements ont eu lieu dans 34 villes de Russie, dont Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg, Kazan, Mourom, Krasnoïarsk, Tioumen, Krasnodar, Kirov, Nijni-Novgorod, Novossibirsk, Omsk et Orenbourg. « Les membres du mouvement panrusse « Pour la Vie ! » tentent d’attirer l’attention du public sur le fait que la Russie perd chaque jour l’équivalent des étudiants de deux grandes écoles dans les cliniques d’avortement du pays », a déclaré le service de presse du mouvement. « Pendant les rassemblements, les activistes ont disposé des chaussures d’enfants sur les places des villes, symbolisant le nombre d’avortements dans les régions et localités concernées. Les organisateurs ont prévu de placer 2000 paires de chaussures d’enfants sur la place Sokolniki Park de la capitale, ce qui correspond au nombre quotidien d’avortements dans le pays. Des bénévoles ont collecté des chaussures chez les habitants de Moscou et de la région », mentionne le mouvement. Selon les organisateurs, les chaussures sont destinées à faire « visualiser les statistiques brutes de l’avortement ». Les chaussures seront ensuite distribuées aux familles pauvres. Pendant deux ans et demi, un autre programme « Sauvez une vie », qui fonctionne avec plus de 140 psychologues et travailleurs sociaux dans 86 localités de Russie, a réussi à empêcher 7000 avortements chez des femmes ayant des problèmes financiers. 65.000 femmes en tout ont reçu de l’aide de diverses façons. Les activistes pensent que l’État et la société ont assez de ressources pour aider de telles familles à garder leurs bébés. En août de cette année, « Pour la Vie » a annoncé le recueil de plus d’un million de signatures pour soutenir l’initiative destinée à débloquer une assistance du budget de l’État pour les familles nombreuses. La pétition comportait également une proposition de protéger la vie de chaque enfant depuis le moment de sa conception. Le nombre d’avortements en Russie a été réduit de moitié sur les quatre dernières années, selon le ministre de la Santé, Veronika Skvortsova. Celle-ci a mentionné que 2016 a été une année « très importante », le nombre d’avortements ayant été réduit de 96.300 (13%). Les années précédentes, la baisse moyenne était de 8%, par exemple 67.000 de moins en 2015. « Je suis très contente », a-t-elle dit, que « sur un nombre supérieur à 90.000, le nombre d’avortements désirés, c’est-à-dire pour des raisons autres que médicales, a diminué de 72.000 ». L’Église orthodoxe russe avait déclaré que le problème des avortements ne peut être résolu que si les femmes voient une alternative véritable sous la forme d’aide et de participation à leur sort par l’État et la société. Le 15 août 2017 avait eu lieu une liturgie nocturne à Moscou, suivie d’une prière « pour la cessation du péché d’infanticide ».

Sources : 1 et 2

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski