25/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Archives des mots-clés : Jérusalem

Archives des mots-clés : Jérusalem

Souscrire au flux

Fêtes au couvent russe du Mont des Oliviers à Jérusalem en l’honneur du bicentenaire de la naissance de l’archimandrite Antonin Kapoustine

Des festivités ont eu lieu au couvent du Mont des Oliviers, qui relève de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’archimandrite Antonin Kapoustine. L’archimandrite Antonin Kapoustine, l’une des plus grandes personnalités ayant œuvré en Terre Sainte, qui fut chef de la Mission ecclésiastique russe à Jérusalem et grâce aux labeurs duquel a été créé un héritage unique de l’Église orthodoxe russe, appelé maintenant « Palestine russe », est né le 25 août 1817. La décision de fêter ce jubilé a été prise en novembre 2016 au cours des réunions communes des hiérarques du Patriarcat de Moscou et de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, à laquelle prirent part l’archevêque de Berlin et d’Allemagne Marc, l’évêque de l’administration du Patriarcat de Moscou pour les institutions à l’étranger, Mgr Antoine de Zvenigorod, le chef de la Mission de l’Église russe hors-frontières l’archimandrite Romain (Krasovsky), le chef de la Mission du Patriarcat de Moscou l’archimandrite Alexandre (Elisov), et d’autres personnalités officielles. Le 24 août, la veille de la mémoire de l’archimandrite Antonin, a été célébré l’office des vêpres au couvent du Mont des Oliviers, présidé par le métropolite d’Amérique orientale et de New York Hilarion, primat de l’Église orthodoxe russe hors-frontières. Concélébraient avec lui le métropolite de Kazan et du Tatarstan Théophane, représentant officiel du patriarche de Moscou Cyrille pour ces festivités, le métropolite de Ternopol et de Kremenets Serge, l’archevêque de Berlin et d’Allemagne Marc, les chefs des deux Missions, des prêtres venus en pèlerinage. Le 25 août, le métropolite Hilarion, assisté des métropolites Théophane et Serge, de l’archevêque Marc et du clergé, a célébré la divine liturgie. Au moment de la petite entrée, la moniale Barbara (Novikov) a été élevée au rang d’higoumène du couvent du Mont des Oliviers. À l’issue de l’office, le métropolite Hilarion a remis à mère Barbara le bâton d’higoumène. Ensuite a eu lieu la partie solennelle de la fête, au cours de laquelle le primat a remis aux participants des festivités la médaille frappée spécialement pour le jubilé. Enfin a eu lieu une réception pendant laquelle a eu lieu la présentation du volume « L’archimandrite Antonin Kapoustine, prédications, et ses traductions effectuées à Kiev », dans lequel sont publiées des prédications qui étaient jusqu’à présent inconnues, ainsi que ses traductions des homélies de saint Jean Chrysostome sur l’Évangile selon saint Jean. Après la présentation a eu lieu la projection du nouveau film documentaire du réalisateur Alexandre Slobodski « L’archimandrite Antonin Kapoustine, bâtisseur de la Palestine russe » et une exposition de documents d’archives liés au père Antonin.

Source (dont photographie): Église russe hors frontières

Déclaration conjointe des patriarches et des chefs des Églises de Jérusalem «Apprenez à faire le bien : recherchez le droit, mettez au pas l’oppresseur» (Isaïe 1,17)

En juillet 2017, nous, les chefs des Églises de Jérusalem, avons été obligés de publier un communiqué de presse concernant les violations du Statu quo qui régit les lieux saints et assure les droits et privilèges des Églises. Ce Statu quo est universellement reconnu par les autorités religieuses et les gouvernements, et a toujours été soutenu par les autorités civiles de notre région.
Nous nous trouvons unis une nouvelle fois encore pour condamner un nouvel empiétement sur ce Statu quo. En pareil cas, les chefs des Églises sont résolus et unis pour s’opposer à toute action de quelque autorité que ce soit ou de tout groupe qui porte atteinte à ces lois, accords et règlements qui ont ordonné notre vie depuis des siècles.
De nouvelles actions sont une violation flagrante du Statu quo. Le jugement dans l’affaire « Jaffa Gate » contre le Patriarcat orthodoxe grec de Jérusalem, que nous considérons comme injuste, ainsi qu’un projet de loi à la Knesset, qui est politiquement motivé et qui restreindrait les droits des Églises sur leurs propres propriétés, sont des agressions supplémentaires sur les droits que le Statu quo a toujours garantis.
Nous voyons dans ces actions une tentative systématique de saper l’intégrité de la ville sainte de Jérusalem ainsi que de la Terre Sainte et d’affaiblir la présence chrétienne. Nous affirmons, dans les termes les plus clairs possibles, qu’une communauté chrétienne vivante et dynamique est un élément essentiel dans la composition de notre société  si diversifiée, et les menaces sur la communauté chrétienne ne peuvent qu’accroître les inquiétantes tensions qui ont émergé dans ces périodes troublées.
De telles tentatives pour saper la communauté chrétienne de Jérusalem et de Terre Sainte ne touchent pas qu’une seule Église ; elles nous touchent tous, et elles affectent les chrétiens et toutes les personnes de bonne volonté à travers le monde. Nous avons toujours été fidèles à notre mission de veiller à ce que Jérusalem et les lieux saints soient ouverts à tous, sans distinction ni discrimination, et nous soutenons unanimement les actions, y compris un appel de la Haute cour, contre le jugement du « Jaffa Gate » et nous nous opposons à toute loi proposée qui restreindrait les droits des Églises sur leurs propriétés.

Par conséquent, nous, à qui la divine providence a confié le soin des lieux saints et la garde pastorale des communautés vivantes et chrétiennes originaires de Terre Sainte, faisons appel aux responsables et fidèles des Églises chrétiennes dans le monde entier, ainsi qu’aux chefs des gouvernement et toutes les personnes de bonne volonté, pour nous soutenir afin de s’assurer qu’aucune autre tentative ne soit faite de n’importe quelle part que ce soit pour changer se Statu quo historique, ses dispositions et son esprit.
Nous ne pouvons pas souligner assez fortement la gravité des conséquences qu’a eu la récente et systématique attaque du Statu quo sur l’intégrité de Jérusalem et sur le bien-être des communautés chrétiennes de Terre Sainte, ainsi que sur la stabilité de notre société.
Nous, les chefs des Églises de Jérusalem, restons résolument unis pour travailler pour la réconciliation et pour une paix juste et durable dans notre région, et nous demandons les bénédictions de Dieu sur tous les peuples de notre bien-aimée Terre Sainte.
Les patriarches et chefs des Églises de Jérusalem
+ Patriarche Théophile III, Patriarcat grec-orthodoxe
+ Patriarche Norhan Manougian, Patriarcat de l’Église apostolique arménienne orthodoxe
+ Mgr Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du Patriarcat latin
+ Père Francesco Patton, ofm, custode de Terre Sainte
+ Mgr Anba Antonius, Patriarcat copte orthodoxe, Jérusalem
+ Mgr Swerios Malki Mourad, Patriarcat syrien orthodoxe
+ Mgr Aba Embakob, Patriarcat orthodoxe éthiopien
+ Mgr Joseph- Jules Zerey, Patriarcat melkite
+ Archevêque Mosa El -Hage, Exarchat maronite
+ Mgr Souheil Dawani, Eglise épiscopale de Jérusalem et du Moyen-Orient
+ Mgr Munib Younan, Eglise évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte
+ Mgr Pierre Malki, Exarchat syrien catholique
+ Mgr Georges Dankaye, Exarchat arménien catholique
(publié le 3 septembre 2017)

Source: Patriarcat orthodoxe de Jérusalem

Le patriarche de Jérusalem dénonce la décision du tribunal israélien concernant la vente de terrains appartenant au patriarcat

Le Patriarcat orthodoxe grec de Jérusalem dénonce la décision du tribunal israélien reconnaissant légale la vente de terrains appartenant à l’Église à des compagnies israéliennes qui veulent élargir leur présence dans l’ancienne ville de Jérusalem. Dans une annonce au journal palestinien « Al Quds » paru mardi, le patriarche de Jérusalem affirme que le contrat concerné a été conclu de façon illégale, sous la supervision de son prédécesseur, lequel a été révoqué pour cette raison. La décision du tribunal ouvre la possibilité à ce qu’un bail de 99 ans portant sur des biens du patriarcat dans la vieille ville soit concédé à « Ateret Cohanim », un groupe associé aux colons israéliens de Cisjordanie. Le patriarche déclare qu’il « produira tous les efforts juridiques et financiers possibles pour faire invalider le contrat ». La plupart des chrétiens orthodoxes de Jérusalem sont palestiniens et refusent de vendre des terrains aux Juifs.

Source (dont photographie) : Romfea, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Reportage vidéo: la cérémonie du « Feu sacré » 2015 à Jérusalem

13Le Patriarcat de Jérusalem a mis sur son site internet un reportage vidéo de la cérémonie du « Feu sacré » 2015, samedi dernier à Jérusalem, ainsi que des photographies (dont celle ci-dessus). Voici le reportage, une plongée au sein d’une immense ferveur et d’une ambiance indescriptible !

« Patriarcat de Jérusalem: des clercs demandent une meilleure reconnaissance des Arabes »

Sur le site Parlons d'orthodoxie: "Patriarcat de Jérusalem: des clercs demandent une meilleure reconnaissance des Arabes". En complément sur cette actualité: " Statement of the Arab Orthodox Clergy for Revival"; un appel similaire lancé en juin (en grec).

Photographie: une vue de Jérusalem (source)

Le président roumain Traian Băsescu a rendu visite au patriarche de Jérusalem

1-9Le 20 janvier, jour de la synaxe de saint Jean Baptiste selon l’ancien calendrier, le président roumain Traian Băsescu, en visite officielle en Israël, a rendu visite au Patriarcat de Jérusalem, accompagné par des représentants du gouvernement roumain et de l’ambassadeur de Roumanie en Israël Mme Andreea Păstârnac. Le patriarche de Jérusalem et les pères de la Confrérie du Saint-Sépulcre ont reçu le président et sa suite. Le patriarche a remis au président la grande-croix de l’ordre des chevaliers du Saint-Sépulcre. Dans son allocution, le président roumain a souligné que, « après le régime communiste, l’État roumain s’efforce de rétablir ses relations avec l’Église de Roumanie, laquelle est considérée comme sa partie inséparable ». Le président, remerciant le patriarche pour la manière dont il représente les chrétiens en Terre Sainte et à Jérusalem, lui a demandé que l’Église de Jérusalem regarde d’un œil bienveillant le problème qui a surgi entre les patriarcats de Jérusalem et de Roumanie. Dans sa réponse, le patriarche a répondu : « Nous sommes déjà parvenus à un accord préliminaire, dont nous attendons qu’il soit signé par Sa Béatitude le patriarche de Roumanie Mgr Daniel ». Le patriarche a également déclaré que, dans le cadre de l’amélioration entre les deux patriarcats, un étudiant de la Fraternité du Saint-Sépulcre avait été envoyé en Roumanie pour étudier». Ensuite, le président, accompagné par le patriarche et les membres de la Confrérie du Saint-Sépulcre, s’est rendu à la basilique de la Résurrection pour vénérer le tombeau du Seigneur.

Source (dont photographie): Romfea, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Le président du Parti socialiste grec, Evangelos Venizelos, a rendu visite au Patriarcat de Jérusalem

1-11Le mercredi 9 octobre, Evangelos Venizelos, président du Parti socialiste grec, ministre des Affaires étrangères et vice-président du gouvernement hellénique, a rendu visite au Patriarcat de Jérusalem, alors qu’il était en visite d’État en Israël avec le Premier ministre grec Antonis Samaras.

Evangelos Venizelos a été chaleureusement accueilli par le patriarche de Jérusalem Théophile, en présence des pères de la Confrérie du Saint-Sépulcre. Pendant sa visite, M. Venizelos a informé sa Béatitude que, dans le cadre des rencontres avec le Premier ministre israélien Netanyahu, le président de l’Autorité palestinienne, Abu Mazen et, quelques jours auparavant, avec le roi de Jordanie Abdullah II, a été faite une mention particulière de la position et du rôle du patriarcat, comme un facteur religieux, pacificateur et régulateur pour la préservation du statut des sites de pèlerinage ainsi que du statut politique de Jérusalem. Sa Béatitude a remercié le vice-président pour l’intérêt ainsi manifesté et a ajouté que, en raison de son histoire et de ses biens spirituels et matériels, le patriarcat constitue un facteur significatif de paix et d’équilibre politique et religieux dans le contexte de sa juridiction ecclésiastique. Or, en même temps et pour les mêmes raisons, le patriarcat devient parfois la cible d’attaques visant ses droits, mais aussi ses biens. En particulier, le patriarche Théophile a évoqué le problème maintenant résolu de l’approvisionnement en eau de la basilique de la Résurrection par la société israélienne « Gihon Water Supply Company », et le problème actuel de l’empiètement sur le territoire patriarcal de Béthanie, pour lequel une solution est promue par le président Abu Mazen avec le soutien du gouvernement hellénique.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source (dont photographie) : Patriarcat de Jérusalem, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Présentation des carnets du père Cyprien (Kern) à Jérusalem

P_Cyprien_KernLe 23 janvier, à l’occasion du séminaire orthodoxe de Jérusalem, a eu lieu la présentation du livre « Montons à Jérusalem. Carnets de Jérusalem de l’archimandrite Cyprien (Kern). Octobre 1928 – juin 1930 » (en russe). À la présentation prirent part l’archevêque Marc de Berlin (Église orthodoxe russe hors-frontières), en charge de la supervision de la Mission ecclésiastique russe en Terre Sainte, le hiéromoine Romain (Krasovsky), chef de la dite mission (Église orthodoxe russe hors-frontières), de la mère higoumène Elisabeth du couvent de Gethsemani, de moines et laïcs de Jérusalem. Le livre a été présenté par le diacre Alexandre Zanemonetz, qui a préparé l’édition.

Le père Cyprien (Kern) est connu aux habitants de Jérusalem, en premier lieu, comme auteur de la seule monographie existant jusqu’à maintenant sur le père  à Antonin (Kapoustine, qui dirigea la Mission ecclésiastique en Terre Sainte et réussit à acquérir de nombreux lieux saints). Il est connu également des séminaristes et du clergé par son livre de pastorale orthodoxe, et des savants par ses travaux liturgiques. Depuis la moitié des années 1920 jusqu’à sa mort, le père Cyprien enseigna (d’abord en Yougoslavie, puis ensuite à l’Institut Saint-Serge à Paris) l’apologétique, le grec ancien, la patristique. Il fut l’initiateur des « congrès liturgiques » annuels auprès de l’Institut Saint-Serge, qui continuent jusqu’à maintenant. Mais peu de gens savent que le père Cyprien passa deux ans à Jérusalem alors qu’il était jeune, en tant que chef de la Mission ecclésiastique russe. Ces années (1928-1930), sont décrites dans ses carnets qui sont édités maintenant et accessibles aux lecteurs, tant en Terre Sainte qu’en Russie.

Les sujets abordés dans les carnets sont les plus variés. On peut y trouver des pages sur la vie interne de « la Palestine russe », au temps du mandat britannique, que dirigeait en ces années le père Cyprien et l’archevêque Anastase (Gribanovsky), futur primat de l’Église russe hors-frontières. Les contacts entre orthodoxes et anglicans et autres hétérodoxes en Terre Sainte y sont évoqués en détails. On peut encore y avoir des informations sur les rencontres du père Cyprien avec un grand nombre de personnalités vivant alors à Jérusalem ou venues en Terre sainte, sur le conflit entre Juifs et Arabes en 1929, ainsi que sur les relations entre les différentes Églises locales orthodoxes et aussi entre les différentes parties de la diaspora russe.

Lire la suite »

500.000 pèlerins russes ont visité la Terre Sainte en 2012

image1Lors de sa visite à la Mission orthodoxe russe locale, le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a mentionné que 500.000 pèlerins russes avaient visité la Terre Sainte en 2012, alors que le nombre total de visiteurs s’est élevé 3.000.000 au cours de la même période. Le maire a souhaité une bonne fête de Noël aux membres de la Mission et a invité le chef de celle-ci à participer à la conférence « Les villes de pèlerinage du monde » qui aura lieu à Jérusalem au printemps.

Au mois de novembre de l’année passée, le patriarche de Moscou Cyrille a visité la Terre Sainte. Dans ses contacts avec les journalistes, faisant le bilan de sa visite en Israël, Palestine et Jordanie, il constata que la présence de l’Église russe se renforce dans la région. 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source : Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com, Pravmir (photographie prise lors de la visite du maire de Jérusalem)

Des slogans antichrétiens ont été inscrits sur les murs du monastère orthodoxe de la Sainte-Croix à Jérusalem

Le mercredi matin 12 décembre, des individus appartenant à l’organisation « Price-tag » ont inscrit des slogans antichrétiens sur les murs du monastère orthodoxe grec de la Sainte-Croix dans la partie occidentale de Jérusalem, non loin de la Knesset. Ces inscriptions en hébreu revêtent un caractère diffamatoire à l’égard de la personne de notre Seigneur Jésus-Christ. Dans le passé, des inscriptions similaires avaient été faites sur le même monastère et par les membres de la même organisation. L’higoumène du monastère, l’archimandrite Claude en a informé le Patriarcat. De son côté, la mairie et la police israélienne ont effacé les graffitis.

L’après-midi du même jour, le secrétaire en chef du Patriarcat, l’archevêque de Constantina Aristarque, accompagné de Yacoub Salameh et Cesar Marzieh, représentants du département des affaires chrétiennes du ministère des Cultes de l’État d’Israël se sont rendus sur place. Le Patriarcat, protestant catégoriquement, condamne cet acte provocateur, comme une atteinte à la liberté religieuse, mais prie néanmoins pour que soit remis le péché des responsables de cet acte. De même, il continue sa mission en Terre Sainte, laquelle encourage la paix, la réconciliation et la cohabitation harmonieuse des membres des religions abrahamiques.

Des personnalités religieuses et gouvernementales en Israël, parmi lesquelles les personnes susmentionnées du ministère des Cultes, ont fermement condamné l’acte en question et ont exprimé leur sympathie au Patriarcat. Le consul général des États-Unis  à Jérusalem, M. Michael Ratney et Mme Cheryl Igiri, en charge des affaires chrétiennes du dit consulat, ont condamné, lors d’un entretien téléphonique avec le patriarche de Jérusalem Théophile, l’acte concerné et ont exprimé leur entière sympathie au Patriarcat.

Source (dont photographie): Patriarcat de Jérusalem, traduit du grec pour Orthodoxie.com
 

Le patriarche russe Cyrille a souligné l’importance du dialogue interreligieux

L'agence de presse Romandie rapporte: "Le patriarche de l'Eglise orthodoxe russe Kirill a appelé à une coopération renforcée entre les religions pendant une rencontre dimanche avec les grands rabbins d'Israël à Jérusalem, au troisième jour de sa visite en Terre sainte. En ces temps où de plus en plus de personnes abandonnent leur foi et la tradition, il y a une signification particulière à entretenir des liens entre les hommes de foi, a affirmé le patriarche lors d'une rencontre avec le grand rabbin sépharade d'Israël Shlomo Amar. Aujourd'hui, alors que tant de gens pensent que la chose principale dans la vie est d'être libre et de renoncer à ses croyances, il est important de préserver les valeurs morales, (…)" Il  "a aussi rencontré le grand rabbin ashkénaze Jonah Metzger, auquel il a confié que la situation en Afrique et au Moyen-Orient (nécessitait) le dialogue religieux. Il a été également reçu dimanche par le président israélien Shimon Peres."
D'autre part, le 11 novembre également, à Jérusalem, la traduction en hébreu de son livre "Liberté et responsabilité" a été présentée.

Sources: Crif, Romandie, Patriarcat de Moscou (1 2, 3), photographie, le patriarche Cyrille avec le grand rabbin Jonah Metzger (Patriarcat de Moscou)

Le patriarche Cyrille salue la mémoire des victimes du fascisme au mémorial de Yad Vashem

Le 12 novembre, le patriarche Cyrille a visité le mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Le primat de l’Église russe a participé à la cérémonie de la flamme du souvenir à la salle de mémoire et déposé une couronne au mémorial.
Des hiérarques et des clercs des patriarcats de Jérusalem et de Moscou, ainsi que le président de la fondation « Appel à la conscience », le rabbin Arthur Scheider, assistaient à l’évènement.
Au cours de la cérémonie, le patriarche Cyrille a dit :
« On se souvient ici des noms de ceux qui ont défendu le peuple juif, de ceux qui ont sauvés des Juifs d’une mort inexorable. En ces lieux, j’aimerais faire mémoire des guerriers de l’Armée rouge qui ont sauvé le monde de la peste fasciste. Avec les six millions de Juifs tués, j’aimerais faire mémoire des vingt sept millions de citoyens soviétiques qui ont péri en défendant le monde du pouvoir fasciste et de l’arbitraire fasciste.
« Yad Vashem » est certainement un lieu d’affliction nationale pour tous les Juifs, mais cet endroit est en même temps un lieu où nous pouvons commémorer et prier pour tous ceux qui ont donné leur vie pour qu’aucune idéologie misanthrope ne règne plus, qui séparerait les gens suivant leur race, disant des uns qu’ils sont de race supérieure, les autres étant de race inférieure, destinés à l’élimination.
Faisons mémoire de l’affliction et des souffrances et faisons aussi mémoire de la grandeur de l’héroïsme de ceux qui ont vaincu le fascisme. Mémoire éternelle ».

Sources: Patriarcat de Moscou, de la photographie

Ndlr: Le mémorial de Yad Vashem a été édifié à Jérusalem en mémoire des victimes juives de la Shoah. C'est lui qui décerne, au nom de l'Etat d'Israël, le titre de "Juste parmi les nations" aux non-juifs qui ont aidé des juifs, au risque de leur vie, lors de la Seconde guerre mondiale. Sainte Mère Marie (Elisabeth) Skobtsov et le père saint Dimitri Klépinine ont été déclaré justes parmi les nations en 1985 pour avoir sauvé des juifs.

Les primats des Églises orthodoxes de Jérusalem et de Russie ont célébré la divine liturgie à l’église de la Résurrection

Le 11 novembre, le patriarche Théophile de la sainte cité de Jérusalem et de toute la Palestine et le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie ont célébré une divine liturgie nocturne à l’église de la Résurrection du Christ de Jérusalem (Saint Sépulcre).
Au soir du 11 novembre, le patriarche Cyrille a présidé la procession se dirigeant depuis les portes de Jaffa de la vieille ville. Près des locaux du patriarcat, le patriarche Théophile s’est joint à la procession, entouré de l’épiscopat et du clergé. La procession s’est dirigée vers l’église de la Résurrection.
La divine liturgie était concélébrée, outre les primats des deux Églises, par les hiérarques du Patriarcat de Jérusalem : le métropolite Isyhios de Capitoliade, le métropolite Timothée de Vostra, les archevêques Dorotheos d’Avila, Aristarque de Constantina, Théophilacte de Jordanie et Théophane de Gerash ; concélébraient également les membres de la délégation de l’Église orthodoxe russe, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et de l’évêque Serge de Solnetchnogorsk, directeur du secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou, ainsi que l’archevêque Marc de Berlin, d’Allemagne et de Grande-Bretagne, vice-président du synode épiscopal de l’Église russe hors-frontières et l’archevêque Alexandre de Pereyaslav-Hmelnitsky.

Lire la suite »

Solution en vue pour les factures d’eau réclamées au Patriarcat de Jérusalem

Le gouvernement israélien, selon les informations publiées par le quotidien grec « To Vima », prendra en charge une partie des fonds réclamés par la compagnie privée des eaux qui dessert la basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Il y a dix jours, le Patriarcat de Jérusalem s’était vu réclamer 1.8 millions d’euros à ce titre, ce qui avait été évoqué ici.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source: To Vima, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Le patriarche de Moscou Cyrille et le patriarche de Jérusalem Théophile se sont rendus ensemble au Saint-Sépulcre

Le 9 novembre, premier jour de sa visite en Terre Sainte, le patriarche de Moscou Cyrille s’est rendu en la basilique de la Résurrection du Christ – le Saint-Sépulcre – avec le patriarche de Jérusalem. Après être entrés dans la basilique, les deux primats ont vénéré la pierre de l’onction. Devant le « Kouvouklion », a été lu l’évangile de la Résurrection du Christ. Ensuite, les deux primats ont vénéré le tombeau du Seigneur, puis un office d’actions de grâces a été célébré par le patriarche Cyrille au catholicon de la basilique.  À l’issue de l’office, le patriarche de Jérusalem a prononcé une allocution, soulignant entre autres :
« L’Église de la sainte Sion, l’Église de la Terre Sainte, l’Église de la Terre promise et des prophètes, l’Église de la manifestation dans la chair de notre Seigneur Jésus-Christ, l’Église de la chambre haute de Sion et de la Pentecôte, l’Église des saints apôtres, des saints martyrs et ascètes, est dans la joie et l’allégresse en recevant aujourd’hui en son sein l’Église-sœur russe. Celle-ci est l’Église des saints égaux-aux-apôtres le prince Vladimir et la princesse Olga, l’Église des grands startsy et des innombrables néomartyrs, dont le respecté primat, le bien-aimé sanctissime patriarche Cyrille, effectue une visite cordiale chez nous avec sa vénérable suite.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Lire la suite »

Fête patronale de la paroisse arabophone Saint-Jacques à Jérusalem

Le lundi 23 octobre était fêtée la mémoire de saint Jacques, le frère du Seigneur et premier évêque de Jérusalem, selon l’ancien calendrier, qui est suivi par le Patriarcat de Jérusalem. L’église Saint-Jacques est utilisée par la communauté orthodoxe arabophone de Jérusalem et est située entre la basilique de la Résurrection et la résidence de la Confrérie du Saint-Sépulcre. L’office de la fête a commencé la veille par les grandes vêpres et a continué le lendemain par les matines suivies de la liturgie, célébrée par le patriarche de Jérusalem Théophile, les archevêques Isichios de Capitoliade et Aristarque de Konstantina, ainsi que d’autres clercs grecs et arabes. Des fidèles orthodoxes arabes, grecs – dont le consul général de Grèce à Jérusalem – et russes assistaient à l’office.
On peut visionner sur le lien ci-dessous des larges extraits des grandes vêpres, des matines et de la liturgie, célébrés en grec et en arabe.

Source: Amen, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Déclarations de représentants du Patriarcat de Jérusalem au sujet de la facture d’eau impayée

Nous avons évoqué ici l’éventualité de la fermeture de la basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem en raison d’une facture d’eau impayée. Dans une déclaration à l’agence russe Itar-Tass, le représentant du Patriarcat de Jérusalem l’archevêque Isichios a donné les précisions suivantes.
Selon les propos tenus par l’archevêque, il y a quelques jours, la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem pourrait être fermée en raison des dettes, la compagnie israélienne d’approvisionnement en eau ayant présenté au patriarcat a présenté une facture de 9 millions de shekels soit environ 2.4 millions de dollars, représentant des arriérés pour plusieurs années, et  bloqué sans avis préalable son compte en banque. « Cela signifie que nous-mêmes, les franciscains et les Arméniens devons payer cette somme » a ajouté l’archevêque Isichios.
« Nous n’avons jamais payé l’eau, ni du temps des Ottomans, ni de celui des Jordaniens, et d’autant plus, de celui des Israéliens » a dit l’archevêque, qui a précisé que « le patriarche a envoyé une lettre aux dirigeants de la Russie, des États-Unis, de Chypre et de Grèce ». « Il faut que le monde entier sache ce qui se passe dans le lieu le plus saint de la terre, où viennent des pèlerins et des touristes qui dépensent des millions » a souligné l’archevêque.
« Les représentants de la compagnie israélienne nous ignorent, et nous fermerons l’église [du Saint-Sépulcre], car nous ne pouvons exister sans argent » a-t-il dit.
Un autre représentant du patriarcat, l’archevêque de Sébaste Théodose a rappelé que la basilique du Saint-Sépulcre, «depuis des temps immémoriaux, dispose de privilèges qui lui permettent d’exister sans payer les impôts et les services publics, mais les autorités israéliennes, il y a deux ans, ont commencé à introduire de nouvelles procédures pour l’annulation de ces privilèges… Le patriarcat a refusé  d’accepter les nouvelles règles et nous prévoyons, si cette crise continue, de prendre différentes mesures, pouvant aller jusqu’à la fermeture de la basilique [du Saint-Sépulcre] » a déclaré l’archevêque Théodose. « On nous a mis dans une position très complexe : nous ne pouvons acquitter les salaires, nous ne pouvons couvrir les dépenses d’entretien de cette église ».

Source: Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com. Photographie: entrée principale du Saint-Sépulcre (source: Wikimedia)

Jérusalem: des risques de fermeture de la basilique de l’Anastasis en raison d’une facture d’eau impayée

L'agence Romandie rapporte: "Les comptes en banque du Patriarcat grec-orthodoxe, en charge d'une partie du Saint-Sépulcre (basilique de l'Anastasis, ndlr), le haut lieu du christianisme, ont été bloqués par une compagnie des eaux israélienne qui réclame une montagne d'arriérés, selon le quotidien israélien Maariv.
Le Maariv affirme, dans son édition du week-end, que cette mesure a été prise il y a une dizaine de jours par la société Hagihon qui demande 9 millions de shekels (2,1 millions de dollars, 1,8 million d'euros) d'arriérés accumulés depuis des années.
En guise de protestation, le Patriarcat grec-orthodoxe menacerait, ajoute le quotidien, de fermer l'église du Saint-Sépulcre, lieu de la crucifixion et de la résurrection du Christ selon la tradition."

Sources (et intégralité de l'information): Romandie, Ism-France, The Guardian

L’église orthodoxe roumaine de Jérusalem victime de dégradations

" Des inconnus ont lancé des pierres, des bouteilles et des détritus contre une église orthodoxe chrétienne à Jérusalem, un nouvel acte de vandalisme visant des lieux de culte chrétiens en Israël, a indiqué la police israélienne. L'attaque contre l'église roumaine orthodoxe Saint-Georges, située tout près du grand quartier juif ultra-orthodoxe de Méa Sharim, n'a fait aucune victime ".

Source (et intégralité de l'information): Le Figaro

Triple anniversaire pour l'Eglise orthodoxe roumaine

Le dernier numéro en ligne (n°206) du Feuillet St Jean Cassien, hebdomadaire de la métropole roumaine, rapporte, en page 2, entre autres nouvelles, les festivités de cette fin de semaine en Roumanie. En effet, 2005 est l’année d’un triple anniversaire : 120 ans depuis la reconnaissance de son autocéphalie, en 1885, par le Patriarcat œcuménique, 80 ans depuis son élévation, en 1925, au rang de patriarcat et 90e anniversaire du patriarche Théoctiste (voir l’information donnée récemment). Le point d’orgue des festivités, qui se déroulent à Bucarest en cette fin de semaine, sera,outre samedi, dimanche, la divine liturgie avec le patriarche œcuménique.

Pour lire ce numéro .

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski