22/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Strasbourg

Résultats de la recherche : Strasbourg

L’Église orthodoxe russe proteste contre la décision de la Cour de Strasbourg de mettre fin à la vie de Charlie Gard, un enfant britannique atteint d’une maladie grave

L’Église orthodoxe russe proteste contre la décision prise par la Cour européenne de débrancher l’aide respiratoire du petit Charlie Gard, âgé de dix mois, qui souffre d’une maladie génétique rare. « La décision monstrueuse de la Cour Européenne des Droits de l’Homme démontre la crise très profonde de la notion de protection des droits de l’homme. Aujourd’hui, le droit à la vie laisse la place au droit à la mort », a déclaré le métropolite Hilarion, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Selon le hiérarque, la situation est particulièrement dramatique du fait que les parents ne peuvent prendre une décision indépendante. Le métropolite se demande « pourquoi, au XXIème siècle, dans un État démocratique libre, une famille est enfermée dans les murs d’une clinique en raison d’une décision de justice et ne peut bénéficier des services d’un autre établissement médical ». Le métropolite appelle cette situation « une violation de la conscience des parents, un moquerie à leur égard, du sadisme coloré avec des tons humanistes ». Il a souligné que dans le cas de Charlie, il y avait des médecins aux États-Unis qui étaient prêts à le soigner et des moyens financiers sont disponibles. Malgré cela, la Cour a pris la décision que « dans le meilleur intérêt » de l’enfant, il convenait de débrancher les appareils maintenant celui-ci en vie, de lui fournir les soins palliatifs et le « laisser mourir avec dignité ». Le métropolite Hilarion est perplexe devant le fait que la vie humaine est toujours proclamée une valeur absolue, tandis que dans beaucoup de pays la privation de vie de personnes gravement malade, dont les enfants, devienne une « réalité légalisée ». Il espère que les parents de Charlie auront possibilité de donner à leur enfant le traitement qu’ils considèrent nécessaire. « Je prie pour qu’ils puissent traverser ces épreuves terribles auxquelles ils font face Je crois que le Dieu miséricordieux ne privera pas le petit Charlie de Son amour et transformera ses souffrances en viatique de la vie éternelle » a-t-il conclu.

Source

Vendredi 19 mai : inauguration du nouveau centre culturel et spirituel orthodoxe russe à Strasbourg

Ce vendredi 19 mai, à partir de 17h, aura lieu l’inauguration du nouveau centre culturel et spirituel orthodoxe russe à Strasbourg en présence du maire de la ville, Roland Ries. Pour plus d’informations, dont le programme, voir cette page.

L’Eglise orthodoxe de Tous-les-Saints en construction à Strasbourg est couronnée de dômes dorés provenant de la Russie

e 29 mars, 2017, nous avons franchi une étape importante et symbolique pour la construction de la nouvelle église de Tous les Saints à Strasbourg. La flèche, le dôme principal et le tambour sont installés sur l’ensemble de la construction. Quelques jours avant, les petits dômes avec les petites croix ont été installés sur les voutes de côtes. La croix principale est prévue d’être installée plus tard en présence de bienfaiteurs, d’agents de la mairie, de membres de la paroisse et d’autres invités d’honneur. Tous ces éléments dôme et les croix ont été fabriquées en Russie par l’entreprise « Predslava », spécialisée dans la fabrication des structures pour les toits complexes des églises. Dans un état démonté, ils ont été amenés en France sur trois camions. Les représentants des entreprises de construction françaises ont apprécié la qualité de produits manufacturés en Russie, les éléments de construction du futur toit d’église, ainsi que l’originalité des solutions d’ingénieurs russes pour la réalisation de tâches complexes liées à l’installation de la flèche et du toit. Le dôme central est à 3 mètres dans le diamètre et de 3,85 mètres à la hauteur. Le processus d’assemblage de ce dôme a pris plusieurs semaines et a eu lieu à Eschau, une petite ville près de Strasbourg. La ville d’Eschau détient depuis le VIII-ème siècle les reliques des saintes appelés la Foi, l’Espérance et la Charité et leur mère Sophie, est un centre de pèlerinage, y compris pour les chrétiens orthodoxes. La flèche a été rassemblée directement sur le chantier de construction. La livraison du dôme central d’Eschau à Strasbourg était un problème logistique difficile, car en raison de sa taille, il est classé en tant que cargaison surdimensionnée. Pour cette raison, il était nécessaire d’avoir un convoi exceptionnelle avec une plate-forme et une escorte policière sur toute la route. Les transporteurs ont dû pré-mesurer la hauteur de chacune des travées sous les ponts, afin d’assurer le passage du dôme à quatre mètres, qui a été monté sur une plate-forme en dessous. Dans un cas « gap » entre le sommet du dôme et la partie inférieure du pont était d’environ de 5 cm « . Avant de commencer l’installation, l’hégoumène Philippe (Ryabykh) recteur de la paroisse russe orthodoxe de Tous les Saints, en présence de représentants des entreprises de construction impliquées dans les opérations de montage, a consacrée la flèche, les dômes et les petites croix.

Pour soulever et installer la flèche dont le poids est supérieur à 12 tonnes, une grue à flèche extensible avec une capacité allant jusqu’à 250 tonnes a été amenée sur le chantier. Grâce aux travaux préparatoires menés à la veille de l’installation, la flèche et le dôme ont été installés rapidement et sans complications.

L’élégance et les formes harmonieuses de la flèche de l’église et du dôme central, qui a été posé sur le terrain, avait l’air énorme et semblait d’être disproportionnée par rapport avec l’église elle-même. Suite à l’installation sur les voûtes de l’église, la proportion de la partie inférieure du bâtiment donnait une vue magnifique sur toute l’ensemble de la construction. On note surtout les rayures d’or qui ornent le périmètre de la flèche de l’église, ce qui lui donne une élégance particulière de solennité.

La construction de l’église de Tous les Saints à Strasbourg se réalise depuis 2013 exclusivement par les dons privés. À l’heure actuelle, environ deux mille personnes de chaque coin du monde, ainsi que plusieurs entreprises russes, ont contribué à la construction. Les fonds pour la production et l’installation de la flèche, des dômes, des croix et du toit de l’église ont été financées par la société russe pétrolière « Transneft », qui demeure le principal bienfaiteur de la construction.

La paroisse garde un livre qui s’appelle «la Dîme» qui enregistre tous les noms de tous ceux qui ont contribué à la construction de l’église orthodoxe russe sur le sol français. Leur nom sera immortalisé dans la future église. La portée des travaux est si grande que la paroisse avait besoin d’un soutien financier. En plus des coûts pour la construction, la paroisse a besoin des fonds pour l’équipement, la décoration de l’église et la maison paroissiale. La paroisse sera reconnaissante de toute aide.

La construction de l’église russe est très suivie par la presse locale et suscite un grand intérêt parmi les résidents de la ville. Ils sont surtout attirés par une façon non-habituelle à la construction des églises – il s’agit d’un style de la flèche, qui est très caractéristique de l’architecture de la Russie du nord. L’architecte principal du projet est Dmitry Pshennichnikov (Moscou, Russie). Le terrain de l’église a été visité par le maire de la Ville Rolan Reis, les représentants de différentes sociétés françaises de construction et de l’architecture, ainsi que les membres de différentes délégations des organes locales de l’Alsace.

Strasbourg est une ville souvent nommée comme la «Capitale de l’Europe». Elle est le siège du Conseil de l’Europe et de nombreuses organisations internationales. Les sessions du Parlement Européen siègent également à Strasbourg une fois par mois. L’existence de la construction de cette église n’est pas juste important pour la communauté russophone orthodoxe. Cette œuvre va également être un témoignage de la foi et des traditions orthodoxes au cœur de l’Europe occidentale. Sans doute, l’église et la centre paroissiale vont devenir un centre de rapprochement et une plateforme spirituelle et culturelle entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest.

Depuis 2004, la Représentation du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l’Europe existe à Strasbourg, qui est dirigée par l’hégoumène Philip (Ryabykh), qui demeure en même temps le recteur de l’église russe orthodoxe de Tous les Saints. Depuis 2016, l’hégoumène Philip est également responsable à représenter le Patriarcat de Moscou auprès des institutions européennes à Bruxelles (Belgique).

Nous invitons tous les membres de la paroisse à admirer la nouvelle église. On vous prie, cependant, à bien noter que l’entrée au chantier est interdite pour des raisons de sécurité. Vous pouvez voir l’église, sa flèche et les dômes et faire de belles images de la zone autour de la clôture, sans aller sur le site lui-même. L’église a surtout une vue très magnifique de l’autre côté du canal.

Pour voir l’album de photographies, cliquez ICI !

Source

La chorale de la cathédrale orthodoxe de Damas privée de visa pour venir chanter à Strasbourg

Vingt musiciens syriens se sont vu refuser un visa pour la France où ils devaient participer à un festival de musique religieuse à Strasbourg, a-t-on appris lundi auprès des organisateurs mais le ministère de l’Intérieur a demandé au consulat de « réexaminer » leur dossier.

« Nous avons découvert cette situation par voie de presse. Immédiatement, nous avons donné des instructions pour que le consulat procède à un réexamen bienveillant, la décision rendue ne nous paraissant pas adaptée », a déclaré à l’AFP Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Interrogé par l’AFP, un responsable de l’ambassade de France à Beyrouth avait précisé plus tôt dans la journée que « l’administration (était) saisie » et que « le dossier (était toujours) en cours d’examen à Paris ». Ces artistes âgés de 21 à 54 ans sont membres du chœur Saint-Ignace de la cathédrale grecque-orthodoxe mariamite de Damas. Ils devaient se rendre en France début novembre pour donner trois concerts à Strasbourg dans le cadre des « Sacrées journées », un festival de musiques sacrées qui réunit des fidèles de différentes religions, a expliqué à l’AFP son président, l’ancien pasteur Jean-Louis Hoffet. Depuis Damas, les chanteurs orthodoxes se sont rendus en car à l’ambassade de France à Beyrouth pour y déposer leur dossier de demande. Ils étaient munis de billets d’avion aller-retour, d’une réservation d’hôtel et d’une attestation du maire de Strasbourg, dont la collectivité subventionne le festival. Selon M. Hoffet cependant, les chanteurs ont essuyé un refus. Leurs demandes ont été refusées car leurs dossiers ont été jugés « pas fiables », a-t-il raconté. « C’est ahurissant! Je suis outré, stupéfait qu’on puisse refuser un visa à des gens qui viennent chanter leur foi dans nos églises, alors même qu’on fait des grands discours sur l’accueil de 24.000 migrants! » s’est emporté l’organisateur. Lors des « Sacrées journées » à Strasbourg, le chœur Saint-Ignace de Damas doit chanter en araméen et en syriaque, aux côtés notamment de bouddhistes tibétains chinois et indiens, de moines hindouistes et de musulmans soufis tunisiens. Parmi tous les artistes programmés, les membres de la chorale byzantine de Damas « sont les seuls qui se sont vu refuser leur visa », s’est désolé M. Hoffet.

Source

Début de la visite de la délégation officielle de l’Église orthodoxe d’Ukraine à Strasbourg

Avec la bénédiction du métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, la visite officielle de la délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine avec, à sa tête, son chancelier, le métropolite de Borispol et Brovary Antoine, a commencé à Strasbourg. Le métropolite Antoine est accompagné par le vice-président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, l’archiprêtre Nicolas Danilievitch, et la présidente du Département synodal « Église et culture », la Mère higoumène Séraphima (Chevtchik). Le but de la visite est la participation de la délégation au programme culturel et spirituel « Millénaire de l’héritage du prince Vladimir, baptiste de la Russie », dans le cadre duquel aura lieu également la présentation de l’exposition de tableaux de peintres ukrainiens intitulée « L’Ukraine, région du prince Vladimir le Grand ». En outre, plusieurs rencontres sont prévues au Conseil de l’Europe avec le métropolite Antoine. Le premier jour de la visite, celui-ci a célébré la sainte liturgie en l’église de Tous-les-Saints à Strasbourg, au cours de laquelle a été élevée une prière pour la paix en Ukraine. À l’issue de la liturgie a été célébré un office d’intercession et la bénédiction de l’icône de la Mère de Dieu de Strasbourg, qui a été peinte pour la paroisse susmentionnée par le Département d’iconographie du séminaire ecclésiastique d’Odessa et transmise par le métropolite Antoine au recteur de l’église, l’higoumène Philippe (Riabykh). S’adressant aux fidèles à cette occasion, le métropolite a déclaré, entre autres : « Il y a beaucoup de personnes venant d’Ukraine dans cette paroisse et je voudrais souhaiter à nos chers paroissiens que, tout en se trouvant ici, loin de leur Terre, ils n’oublient pas leurs racines. Et en ce temps difficile d’épreuves pour notre État, priez afin que le Seigneur pacifie nos âmes, parce seul Lui peut raisonner chacun d’entre nous et nous rendre l’amour fraternel et ces qualités qui ont toujours été propres à chaque ukrainien orthodoxe ».

Source

Liturgie commune de toutes les paroisses orthodoxes de Strasbourg pour le Dimanche de l’orthodoxie

Huit_pretresDimanche dernier, premier dimanche de Carême et « Dimanche de l’orthodoxie », c’était au tour de l’église roumaine Saint-Jean le Précurseur de recevoir les prêtres et les fidèles des différentes paroisses orthodoxes de Strasbourg pour célébrer ensemble la divine liturgie. Près de trois cents fidèles assistaient à cette liturgie célébrée par huit prêtres des paroisses grecque, roumaine, russes (francophone et slavophone), géorgienne et bulgare.

Le représentant de l’Église orthodoxe russe à Strasbourg craint la répétition en Ukraine des persécutions soviétiques contre les croyants

Le représentant de l’Église orthodoxe russe à Strasbourg, l’higoumène Philippe (Riabykh), a appelé à ne pas permettre la répétition des persécutions contre les orthodoxes, semblables à celles qui se sont produites à l’époque soviétique. Comme cela a été communiqué, le Parlement de la ville de Kiev a rayé l’Église orthodoxe d’Ukraine de la liste des organisations religieuses bénéficiant de facilités relatives au payement de l’impôt immobilier. Le maire de Kiev Vitaly Klitchko a qualifié la décision des députés d’inconstitutionnelle et a demandé de l’abroger. « Il est alarmant que 78 députés, à Kiev, ont voté pour cette décision. Cela montre l’atmosphère ambiante chez les représentants des autorités, qui sont prêts à déclarer une organisation religieuse comme leur ennemi politique et à aller dans le sens de sa discrimination et de porter atteinte à ses droits » a déclaré le prêtre dans une interview publiée lundi dernier dans le journal russe « Ogoniok ». Le représentant de l’Église a mentionné les nombreux faits de destructions et d’incendies volontaires des églises orthodoxes, d’églises dont se sont emparés le ‘Patriarcat de Kiev’ autoproclamé, ainsi que les menaces aux clercs et aux fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine. À son avis, les décisions semblables à celle du conseil municipal de Kiev, « ne font que jeter de l’huile sur le feu des confrontations entre les citoyens de l’Ukraine ». « La représentation de Strasbourg informe le Conseil de l’Europe de ces faits. Je suggère qu’on le fasse plus intensivement, car dans le cas contraire nous ferons face à des persécutions ouvertes de l’Église canonique en Ukraine, semblables aux persécutions soviétiques athées », conclut le prêtre.

Source

Journée d’études sur saint Maxime le Confesseur le 6 février à la Faculté de théologie catholique de Strasbourg

MaximeUne journée d’études sur le thème « Maxime le Confesseur: questions sur l’Écriture, théologie et anthropologie, un apport décisif à l’histoire de la théologie » est proposée le 6 février prochain par la Faculté de théologie catholique de Strasbourg.
Organisée par Françoise Vinel, professeur de patrologie à cette faculté et traductrice des Questions à Thalassios dans la collection « Sources chrétiennes », elle comportera successivement les interventions de Françoise Vinel (« Maxime et le commentaire de l’Écriture »), Jean-Claude Larchet (« Le concept de gnômè et quelques autres concepts clés, difficiles ou ambigus, de la pensée de Maxime »), Élie Ayroulet (« Maxime le Confesseur, une interprétation dynamique des notions d’image et ressemblance »), Marie-Luce Ploix-Charpin (« La réception de Chalcédoine dans la Mystagogie »), Pascal Mueller-Jourdan (« De l’espace et du temps chez Maxime le Confesseur: des conditions de la création à la transfiguration »), et Ovidiu Sorin Podar (« Le Commentaire du Notre Père, une entrée dans la théologie de Maxime »).
Le programme peut être visionné sur le site de l’École doctorale et téléchargé sur le site de la Faculté.
Date: le 6 février 2015 de 9h à 17h
Lieu: Faculté de théologie catholique de Strasbourg, 9 place de l’université 67000 Strasbourg, salle Tauler.
Accès: la journée est ouverte à tous sans frais, et nécessite pas d’inscription préalable.

Pose de la première de la nouvelle église orthodoxe de Strasbourg

pic_mark_kamenLe 30 septembre, la première pierre de la nouvelle église orthodoxe de Strasbourg a été posée. L'archevêque Marc d'Egorievsk, chef du département du Patriarcat de Moscou pour les institutions à l'étranger, a dirigé la cérémonie. "L'église orthodoxe de Tous-les-Saints et un centre religieux et culturel russes seront construits au bord du canal de la Marne, non loin du Quartier européen, conformément à une décision prise par le conseil municipal de Strasbourg en 2011. L'auteur du projet est un architecte de Saint-Pétersbourg, Iouri Kirst. L'architecte alsacien Nicolas Berst participe aussi à la construction de l'église. Le projet de la future église haute de 42 m s'inspire de l'église Saint-Nicolas du monastère russe de Valaam. Le futur centre religieux est destiné à accueillir la représentation de l'Eglise orthodoxe russe auprès du Conseil de l'Europe, une salle de conférence, des salles de réunion, des bureaux et des logements. Le centre comprendra en outre une petite église de maison de la représentation du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l'Europe."

Sources: Ria-novosti, de la photographie: Eglise de Tous-les-Saints

Pose de la première pierre des fondations de l’église de Tous-les-Saints à Strasbourg

Le mardi 30 septembre 2014, un événement longtemps attendu et joyeux se déroulera à 12h00 sur le terrain mis à disposition pour la construction de l'église de Tous-les-Saints à Strasbourg – un temps de prière pour la pose de la première pierre des fondations de l'église. Pour cette date les murs des sous-sols de l’église et du centre paroissial seront élevés.
La cérémonie sera dirigée, avec la bénédiction de Mgr Cyrille, Patriarche de Moscou et de toutes les Russies, par Mgr Marc, archevêque de Yegorievsk, directeur du Département du Patriarcat de Moscou pour les établissements à l'étranger. Le chœur de l’Académie de théologie de Moscou chantera pendant l'office. Pour voir plus sur le projet de construction, cliquez ICI ! Vous pouvez regarder la vidéo du projet ci-dessous.
 

La Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg déclare « illégale » la loi grecque limitant les unions civiles aux hétérosexuels

Une loi promulguée en Grèce et permettant les unions civiles de couples hétérosexuels, mais n’incluant pas les partenaires de même sexe a été déclarée illégale par la Cour européenne des droits de l’homme. Lorsqu’un pays promulgue la reconnaissance des couples hétérosexuels sous la forme d’union civile, déclare la cour lors d’un jugement publié le 7 novembre, les partenaires de même sexe doivent pouvoir en bénéficier de la même façon. Dans un jugement portant sur des demandes jointes de Vallianatos et Mylonas c. Grèce et C.S. et autres c. Grèce, la grande chambre de la CEDH a statué que la loi grecque viole la convention européenne des droits de l’homme. Cela est dans la ligne de la pratique jusque là réussie des groupes de pression pour infirmer les lois nationales. Les activistes ont porté les deux cas devant la CEDH, exigeant que le gouvernement reconnaisse les partenariats de même sexe.

Six des sept demandeurs, a mentionné la cour, « vivent ensemble » en couple à Athènes ou « sont en relation », mais « pour des raisons professionnelles ou sociales ne vivent pas ensemble ». « Le septième demandeur est une association sans but lucratif, dont le but est entre autre de fournir un soutien psychologique et moral aux homosexuels et lesbiennes » est-il mentionné dans les arrêtés de la Cour.

La loi, intitulée « Réformes concernant la famille, les enfants et la société » est entrée en vigueur en 2008. Les requérants, lors d’une audition en janvier 2013,  se plaignaient du fait « que le pacte de vie commune étant destiné uniquement aux couples de sexe opposé, il portait atteinte à leur droit à la vie privée et familiale et opérait une discrimination injustifiée entre les couples hétérosexuels et les couples homosexuels ». La loi a été mise en place pour protéger les femmes et les enfants nés dans le cadre d’unions libres, et était soutenue au parlement par l’argument qu’une reconnaissance légale limitée d’unions de partenaires de sexe opposé refléteraient une « réalité sociale », de cohabitations répandues en dehors du mariage. Elle était destinée à permettre au « personnes concernées d’enregistrer leur relation dans un cadre légal plus flexible que celui du mariage ». De tels partenariats « de facto » ont augmenté vers 2008 atteignant environ 5% de tous les enfants nés en Grèce.

Lire la suite »

Soirée commémorative dédiée à l’higoumène Nina (Bojanus) à Strasbourg

1. Bojanus Nina 1915Le 13 octobre a eu lieu à Strasbourg une manifestation commémorative dédiée au 60e anniversaire du trépas de l’higoumène Nina (Bojanus) (photographie ci-contre), dont les ancêtres étaient originaires d’Alsace, du côté paternel. Cette grande ascète est décédée le 13 octobre 1953, la veille de la fête de la Protection de la Mère de Dieu à Kinel-Cherkassy (région de Samara), où elle a été inhumée. Actuellement, la vénération de l’higoumène Nina s’accroît dans l’Église orthodoxe russe, ainsi que l’intérêt pour son héritage spirituel. L’origine alsacienne de ses ancêtres en ligne directe a été découverte, il n’y a pas si longtemps, par l’historien strasbourgeois Philippe Edel. Un nombre significatif de savants appartient à cette famille. Parmi eux, entre autres, Louis-Henri Bojanus, savant-naturaliste de l’université de Vilnius, Carl Bojanus, fondateur et historien de l’homéopathie en Russie, Semen Bojanus, spécialiste de philologie russe en Grande-Bretagne. Ces témoignages manifestent un vaste ensemble de liens humains qui existent entre la France, l’Allemagne, la Biélorussie et la Russie. Sur l’initiative du monastère Saint-Sauveur-et-Sainte-Euphrosyne de Polotsk, a été édité un livre sur l’higoumène Nina. Dans ce livre a été publiée également son œuvre, parue avant la révolution, sous le titre « Conversations sur la vie ». Dans la revue « Saisons d’Alsace » de 2011, dédiée au sort des Alsaciens dans le monde, a été publié l’article de l’historien F. Edel sur la famille Bojanus. En 2013, cet article a été publié en russe dans le « Journal du Patriarcat de Moscou ».

Lire la suite »

Fête des saintes martyres Foi, Espérance, Charité et de leur mère Sophie à Eschau, près de Strasbourg, et présentation d’un guide des lieux saints d’Alsace (en russe)

Les 29 et 30 septembre ont eu lieu les offices dédiés aux saintes martyres Foi, Espérance, Charité et de leur mère Sophie à Eschau, près de Strasbourg. C’est précisément en ce lieu, où se trouvait un couvent féminin, que furent transférées depuis Rome, le 10 mai 777, les reliques de ces saintes. Avec la bénédiction du patriarche de Moscou Cyrille, l’évêque de Neftekamsk et Birsk Ambroise (Bachkirie, Russie) est venu à Strasbourg pour présider les offices. Il était accompagné par le chœur du séminaire de Chișinău. Des centaines de pèlerins sont venus de France, de Russie, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, de Suisse et d’autres pays. Concélébraient avec l’évêque Ambroise l’archiprêtre Maxime Kozlov, premier vice-président du comité pédagogique de l’Église orthodoxe russe, ainsi que l’higoumène Philippe (Riabykh), recteur de la paroisse stavropégiaque Tous-les-saints à Strasbourg et représentant du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l’Europe, ainsi que des clercs de différents pays d’Europe. Après la liturgie a eu lieu la procession autour de l’église, durant laquelle les paroissiens portèrent une grande icône de saintes martyres, tandis que le clergé portait une relique de la Croix du Seigneur, les reliques de sainte Sophie et d’autres encore. À cette occasion, l’higoumène Philippe a rappelé que ces « solennités suscitent un grand intérêt chez les habitants de la localité qui viennent voir l’office orthodoxe ». Le maire de la ville d’Eschau, M. Freyd, qui offre un soutien organisationnel au pèlerinage, s’est adressé, avant le début de la liturgie, aux pèlerins orthodoxes et les a salués au nom des habitants de la ville. Le curé de l’église Saint-Trophime, Jean-Luc Friderich, s’est adressé aux pèlerins de la part de la paroisse catholique-romaine. À la fin des offices, une réception a été offerte par la mairie à la délégation du Patriarcat de Moscou. Une exposition a lieu au musée municipal sur le pèlerinage à Eschau. Les hôtes de la mairie l’ont visitée et ont pu voir la maquette de l’ancien couvent, fondé au VIIIème siècle.

Lire la suite »

Le permis de construire a été accordé à l’église orthodoxe russe de Strasbourg

95469.pLe maire de Strasbourg, Roland Ries, a transmis aux représentants du Patriarcat de Moscou le permis de construire de l’église orthodoxe russe de cette ville. La cérémonie a eu lieu dimanche 23 décembre en l’église de la Sainte-Trinité à Khoroshevo, lors de la rencontre du maire avec l’archevêque Marc de Yegorevsk, chargé des institutions patriarcales à l’étranger, et le recteur de la paroisse de Tous-les-Saints à Strasbourg, l’higoumène Philippe (Ryabykh), représentant de l’Église orthodoxe russe auprès du Conseil de l’Europe. Les deux parties ont rappelé qu’en janvier 2011, le conseil municipal de la ville a pris la décision d’accorder un bail de 99 ans à la communauté orthodoxe russe pour un terrain destiné à la construction d’une église dédiée à tous les saints, avec la possibilité de l’acquérir après l’achèvement de la construction. Le 22 décembre 2011, la paroisse russe a présenté une demande de permis de construire. Au cours de l’année en cours les documents nécessaires ont été préparés et les démarches avec les diverses autorités ont été effectuées. Grâce au permis qui a été maintenant obtenu, les travaux pourront démarrer très prochainement.
La paroisse orthodoxe russe existe à Strasbourg depuis 2003. Elle est constituée de personnes de langue russe qui habitent en Alsace et dans les régions avoisinantes. Son noyau est formé par des collaborateurs temporaires du Conseil de l’Europe, des institutions diplomatiques, et aussi des enseignants et des étudiants de l’Université de Strasbourg. Actuellement, la paroisse loue un ancien garage qui a été aménagé pour y célébrer régulièrement les offices.
Le projet de la future église, établi par l’architecte Youri Kirs de Saint-Pétersbourg, a reçu la bénédiction du patriarche Cyrille et a été approuvé par les autorités municipales strasbourgeoises.

Source (dont illustration) : Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com

La Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg rejette le recours de l’Église orthodoxe serbe relativement à la restitution de ses biens au Monténégro

La décision de la Cour européenne des droits de l’homme, à Strasbourg, de rejeter la plainte du diocèse de Budimlija et Nikšić et de onze organisations de l’Église orthodoxe serbe, déposée en 2004 contre l’État du Monténégro au sujet de la restitution de leurs biens, est considérée par l’évêque diocésain Mgr Joannice comme une action qui n’a rien fait perdre à l’Église, mais aussi rien gagner.

« Au Monténégro a commencé un grand tapage, des commentaires politiques et passionnés à l’occasion de la décision de la Cour, qui ne concernent pas le droit et détournent ainsi l’attention du sujet principal qui est l’obligation du Monténégro de légiférer sur la restitution des biens ecclésiastiques qui ont été injustement expropriés. Bien que les autorités compétentes de l’État aient promis de le faire, il y a huit ans, elles ne se sont pas exécutées, mais l’ont retardé délibérément aux dépens de l’Église » a déclaré Mgr Joannice. « La Cour de Strasbourg ne nous a pas refusé le droit à la restitution, pas plus qu’elle n’a libéré l’État de son obligation de nous restituer les biens saisis de façon illicite ».

Lire la suite »

Strasbourg: début du XIVe congrès de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale

C'est aujourd'hui, en fin de journée, par l'accueil à Strasbourg, que débute le XIVe congrès de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale. Il se terminera lundi 28 mai. Pour voir le programme détaillé, cliquez ici. D'autres informations se trouvent sur cette page (autres langues).

Quelques places pour le logement encore disponibles pour le prochain congrès orthodoxe d’Europe occidentale (25 au 28 mai à Strasbourg)

Le patriarche de la sainte ville de Jérusalem et de toute la Palestine, Théophile III, est arrivé le 25 avril en Ukraine, selon les informations du site de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Le patriarche a été invité à Kiev sur l’invitation de l’Institut des droits de l’homme, de la lutte contre l’extrémisme et la xénophobie, pour participer à la deuxième conférence interreligieuse. Le 25 avril, le patriarche Théophile III a rencontré le président de l’Ukraine, Victor  Ianoukovytch. L’archevêque Antoine de Borispol, président du département des affaires extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine et l’archevêque Alexandre de Pereyaslav-Khmelnytskyy, secrétaire du primat de l’Église d’Ukraine ont assisté à l’entretien.

Ensuite, le patriarche de Jérusalem a visité la laure des Grottes de Kiev, où il a présidé un office d’intercession aux saints Antoine et Théodose. À la fin de l’office, l’archevêque de Belotzerkov et de Boguslaw Mitrophane a salué le patriarche de la part de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Le même jour, le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite Vladimir a rencontré le patriarche Théophile III, qui lui a déclaré : « Nous serons toujours heureux de vous voir à Jérusalem, et nous manifesterons ainsi notre unité et notre unique témoignage du Christ crucifié et ressuscité ».

Source: Pravoslavie

Quelques places pour le logement encore disponibles pour le prochain congrès orthodoxe d’Europe occidentale (25 au 28 mai à Strasbourg)

Il reste encore quelques places pour le logement au prochain congrès orthodoxe d’Europe occidentale (25 au 28 mai à Strasbourg). Pour plus d’informations et s’inscrire, voir le site de la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale.

Une parcelle des reliques de sainte Odile est offerte à la paroisse orthodoxe russe de Strasbourg

Sainte_odile

Le 22 février 2012, la paroisse stavropégiale du Patriarcat de Moscou Tous-les-Saints, à Strasbourg, a accueilli solennellement l’icône de sainte Odile, patronne de l’Alsace. L’icône a été peinte au couvent de Sainte Elisabeth à Minsk, dans la tradition de l’iconographie orthodoxe, spécialement pour la communauté orthodoxe russe de Strasbourg. Une parcelle des reliques de la sainte, offerte par les sœurs de ce couvent, a été montée sur l’icône. L’office d’intercession devant celle-ci a été célébré par le recteur de la paroisse, l’higoumène Philippe (Riabykh), le recteur de la paroisse francophone Saint-Grégoire-Palamas-et-Sainte-Attalie, le prêtre Daniel Esclain (diocèse de Chersonèse), et le prêtre Eugène Makouchine de la paroisse Tous-les-Saints. L’office a été célébré en slavon et en français. Avant l’office, l’higoumène Philippe s’est adressé par les mots suivants aux paroissiens : « Aujourd’hui, nous éprouvons une grande joie. Nous accueillons en notre paroisse la sainte protectrice de l’Alsace. Elle vécut à la limite des VIIème et VIIIème siècles. Par ses prières et ses labeurs, le christianisme orthodoxe et le monachisme féminin se sont affermis sur cette terre. Nous croyons et nous espérons qu’en priant devant sa sainte icône et ses reliques, nous recevrons l’aide non seulement dans notre vie spirituelle, mais aussi pour la construction d’une église orthodoxe à Strasbourg (…) La vénération des saints orthodoxes locaux, qui ont brillé en Occident jusqu’à la séparation des Églises au XIème siècle a une grande signification pour la renaissance de la sainte orthodoxie dans cette partie de l’Europe et pour le témoignage dans la société locale sur les sources spirituelles pures de la vie vertueuse ».

Lire la suite »

Bénédiction panorthodoxe des eaux à Strasbourg

Emmanuel

Le 29 janvier 2012, les communautés orthodoxes de Strasbourg ont célébré la divine liturgie en l’église Saint-Paul à l'occasion de la fête de la paroisse grecque des Trois Saints Hiérarques (Patriarcat de Constantinople) et à l'invitation du recteur de celle-ci, le père Christos Filiotis. L’office était présidé par le métropolite de France Emmanuel (Patriarcat de Constantinople). Concélébraient avec lui le prêtre Christos Filiotis, l’higoumène Philippe (Riabykh), représentant de l’Église orthodoxe russe à Strasbourg, l’archiprêtre Basile Iorgulescu, recteur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (Église orthodoxe roumaine), le prêtre Daniel Esclin, recteur de la paroisse Saint-Grégoire-Palamas-et-sainte-Attale (Patriarcat de Moscou), ainsi que le prêtre Georges (Église orthodoxe de Géorgie). Au cours de l’office, le grec, le slavon d’église, le géorgien, le roumain et le français furent utilisés.

Lire la suite »

Ordination diaconale à Strasbourg

OrdinationDiaconalePhilippe-JeanHERBILLONPhilippe-Jean Herbillon, enseignant de français et de civilisation contemporaine à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et secrétaire général de l'AMEITO a été ordonné diacre par Mgr l'archevêque Gabriel de Comane le dimanche 4 décembre dernier à  Strasbourg.Il desservira la paroisse orthodoxe francophone Saint Jean Cassien de Strasbourg.

Strasbourg: un office devant les reliques de saint Amand, premier évêque de la ville

Le 26 octobre 2011, fête de saint Amand, premier évêque de Strasbourg, un office d’intercession orthodoxe en langue française a été célébré devant les reliques du saint hiérarque en l’église Saint-Pierre-le-Vieux. Des fidèles des paroisses Saint-Grégoire-Palamas-et-Sainte-Attalie (diocèse de Chersonèse) et de Tous-les-Saints (1).

Source: Patriarcat de Moscou

Une table-ronde à Strasbourg sur « Europe, démocratie turque et avenir des minorités religieuses »

Une table ronde « Europe, démocratie turque et avenir des minorités religieuses » aura lieu à la salle de conférence de la MISHA à Strasbourg, le lundi 24 octobre, de 16h à 18h30. La projection du film documentaire « Istanbul – Truth, fear and hope » sera suivi d'un débat (en anglais, possibilité de traduction simultanée, présentation).

Strasbourg et Eschau: célébration de la mémoire des saintes Foi, Espérance et Charité et de leur mère Sophie

"Les 29 et 30 septembre 2011, Strasbourg et Eschau ont fêté la mémoire des saintes martyres Sophie, et ses trois filles Foi, Espérance et Charité. Les festivités étaient organisées par la représentation du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l’Europe et par la paroisse de Tous-les-Saints de Strasbourg, avec la participation des diocèses de Chersonèse et de Berlin (Église orthodoxe russe)".

Source et intégralité de l'information: Patriarcat de Moscou

Visite canonique du patriarche roumain Daniel à Strasbourg

Les 9 et 10 avril, le patriarche roumain Daniel a effectué une visite canonique à Strasbourg, sur invitation de Mgr Joseph, de la métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et méridionale. À cette occasion, le patriarche Daniel a béni l'iconostase de l'église Saint Jean-Baptiste de la paroisse orthodoxe roumaine à Strasbourg, la chapelle paroissiale consacrée à saint Jean le Valaque ainsi que la salle de conférence et la bibliothèque de la paroisse dédiée à Dumitru Staniloae. Nous vous proposons ci-dessous la première partie du reportage vidéo de cette visite. Pour visualiser l'album de photographies de l'évènement cliquez ICI !

Un communiqué de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France sur la visite du patriarche Bartholomée à Paris et du patriarche Daniel à Strasbourg

Bartholomee_A la rencontre du mystère-couverture] L'Assemblée des évêques orthodoxes de France a publié hier un communiqué qui évoque notamment sur la visite du patriarche Bartholomée à Paris et celle du patriarche Daniel à Strasbourg. Extrait: " Le patriarche Bartholomée effectue une visite officielle en France du 11 au 14 avril 2011, où il aura l'occasion de rencontrer, à Paris, plusieurs officiels de notre pays. Le patriarche Bartholomée compte aussi rencontrer les évêques orthodoxes de France et d'échanger avec eux sur le vécu de l'Eglise orthodoxe dans notre pays ainsi que sur la coopération inter-orthodoxe au sein de l'AEOF. Le lundi 11 avril 2011 à 18h30, le patriarche Bartholomée célébrera une doxologie (Te Deum), ouverte à tous, en la cathédrale Saint-Stéphane. De même, à l'occasion de cette visite, Sa Sainteté participera le mardi 12 avril 2011 à 10h30 à une rencontre aux éditions du CERF à Paris pour la présentation de son livre (couverture ci-contre, en librairie le 21 avril, ndlr) À la rencontre du mystère. Comprendre le christianisme orthodoxe aujourd’hui. Une visite à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris est également programmée pour le jeudi 14 avril, à 10h, où se tiendra une séance académique ayant comme sujet la nouvelle édition de la TOB. L'AEOF diffusera le programme détaillé de l'ensemble de la visite du patriarche Bartholomée à Paris prochainement. De son côté, Sa Béatitude le patriarche Daniel, primat de l'Eglise orthodoxe de Roumanie, effectuera une visite du 9 au 13 avril à Strasbourg, invité par le Conseil de l'Europe à s'adresser à cette instance, comme ce fut le cas pour d'autres primats d'Eglises orthodoxes par le passé. "

Un colloque à Strasbourg : « De l’humain au divin : la contribution d’Élisabeth Behr-Sigel à la vie de l’Église »

Du 1er au 3 septembre prochain se tiendra à Strasbourg un colloque en anglais sur le thème : « De l’humain au divin : la contribution d’Élisabeth Behr-Sigel à la vie de l’Église », conjointement organisé par le Conseil oecuménique des Églises et l’Académie de théologie de Volos (Grèce). Ce colloque se penchera sur la vision anthropologique de la théologienne, notamment par le biais de trois grands thèmes : l’œcuménisme, l’hagiographie et la participation des femmes à la vie de l’Église, à travers une dizaine de contributions internationales. La rencontre aura également pour but de découvrir la ville natale d’Élisabeth Behr-Sigel. Le coût total en sera de 300 euros, comprenant la pension complète et l’ensemble des interventions, ainsi que la visite guidée de Strasbourg. Pour plus d’information contacter Sarah Hinlicky Wilson.

Quatre conférences de Christos Yannaras à Strasbourg

Christos Yannaras, philosophe et théologien grec viendra en France pour participéerà la célébration des 2500 ans de la bataille de Marathon. A cette occasion il donnera plusieurs conférence. Le jeudi 27 janvier à 18 heures (voir l'affiche puor les lieux) donnera la conférence intitulée "L'hellénisme contemporain. Quel apport à l'unité européenne ?". Le vendredi 28 janvier à  18h30 la conférence "Quel rapport entre la démocratie d'aujourd'hui et la démocratie athénienne de l'Antiquité" (voir l'affiche puor les lieux). Le samedi 29 janvier à 13h30 à la ibrérie Kleber à Strasbourg une troisième conférence "Les défis de la crise, un point de vue hellénique" sera donnée. La quatrième conférence, organisée par le mouvement de la jeunesse des paroisses orthodoxes de Strasbourg le samedi 29 janvier porte sur "La Religiosation et l'évènement ecclésial" sera donnée à partir de 17h00 à l'église des Trois saints docteurs et hiérarques (Patriarcat œcuménique) (7, rue de la Manufacture des Tabacs).

Une conférence de Christos Yannaras à Strasbourg

Le 29 janvier, à 17 heures, à l'église grecque de Strasbourg (7, rue de la manufacture des tabacs) aura lieu une conférence du philosophe et théologien grec Christos Yannaras, proposée par le mouvement de la jeunesse des paroisses orthodoxes de Strasbourg. Le thème sera: "La religiosation de l'évènement ecclésial".

Construction d’une nouvelle église orthodoxe à Strasbourg

Le conseil municipal de Strasbourg, lors de sa séance du 17 janvier, a décidé de la construction d'une nouvelle église orthodoxe avec un centre culturel et religieux, un "projet de grande ampleur estimé à une dizaine de millions d'euros" selon Les échos. Un terrain de 0,5 hectare a été octroyé pour cela. Il est situé non loin du Parlement européen. L'autorisation a été donnée également pour deux mosquées qui seront financées à hauteur de 10% par la mairie.

Sources: Ria-novosti, Les échos

Un terrain pour la paroisse Tous-les-saints à Strasbourg

Les Dernières nouvelles d'Alsace signalent qu'un terrain a été trouvé pour la paroisse Tous-les-saints de Strasbourg grâce à la municipalité. Une partie plus importante de l'article en question est en ligne sur cette page.

Conférence de Jean-Claude Larchet à Strasbourg

À l’occasion de la « semaine de prières pour l’unité des chrétiens » et à l’invitation du groupe œcuménique des « Sept églises », Jean-Claude Larchet donnera le mardi 26 janvier 2010, à 20h00, au couvent des dominicains, 21 boulevard de la Victoire, à Strasbourg, une conférence intitulée « La conception orthodoxe de l’unité et de la catholicité de l’Église ». Le groupe œcuménique des « Sept églises » est constitué de membres de sept communautés orthodoxes de la ville.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski