23/10/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une

Archives de catégorie : A la Une

Souscrire au flux

Des étudiants de l’Université Pompeu Fabra en visite à la paroisse orthodoxe de Barcelone « Protection de la Mère de Dieu » (Patriarcat de Serbie).

Accompagnés de la professeur Tamara Djermanovic, coordinatrice du Séminaire des études slaves de la Faculté des Lettres de l’Université Pompeu Fabra de Barcelone, les étudiants de la troisième et la quatrième années en lettres, qui étudient le thème optionnel «Esthétique et philosophie de la culture» : la tradition esthétique russe » ont visité l’église orthodoxe de Barcelone. Pendant la visite, Mme Djermanovic et l’archiprêtre Joan (García Casanovas) ont fait un exposé sur la tradition de l’art iconographique à travers les icônes de l’église. Les étudiants ont également visité l’atelier d’iconographie de la paroisse.

Vidéo de la conférence de Julija Vidovic

Nous vous invitons à regarder la vidéo de la conférence de Julija Vidovic « La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’homme », donnée dans le cadre des  rencontres organisées par l’atelier Littéramorphose,

Le patriarche de Jérusalem Théophile III en visite à Rome

Le site catholique Zenit nous informe que le patriarche de Jérusalem Théophile III sera reçu par le pape François le 23 octobre 2017, au Vatican. Le patriarche sera en effet à Rome du 22 au 25 octobre, accompagné d’une délégation de trois personnes : l’archevêque Aristarque, chef du secrétariat du patriarcat, l’archidiacre Marc, ainsi que Rami Moghrabi et Nader Elias Moghrabi. Il s’agira de la troisième rencontre entre le pape et Téophile III, après celle qui a eu lieu lors du pèlerinage du pape François en Terre Sainte, en mai 2014 et après celle de l’invocation pour la paix, avec les présidents israélien et palestinien, dans les Jardins du Vatican, le 8 mai de la même année. Théophile III rencontrera aussi le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et Mgr Paul Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats. La délégation orthodoxe s’entretiendra par ailleurs avec le cardinal Kurt Koch, président du dicastère pour l’unité des chrétiens, et avec le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Recension: Livres récents publiés à l’intention de la jeunesse par la métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale.

Il faut saluer une fois de plus les efforts que développent les éditions Apostolia, de la Métropole roumaine d’Europe occidentale, en faveur de la catéchèse des enfants et des adolescents.

Parmi les livres récemment publiés, le plus remarquable est celui de Dimitrios Th. Belos, Histoires de la Sainte Montagne pour petits et grands, Éditions Apostolia, Limours, 2017, 90 p. + une carte illustrée du Mont-Athos (60x45cm).
Ce livre rassemble des récits de faits merveilleux et édifiants, récents ou plus anciens, qui se sont déroulés sur la Sainte Montagne, autrement dit le Mont-Athos. Il se présente comme un recueil de contes et nous introduit, comme le font ceux-ci, dans un monde où l’extraordinaire surgit dans le monde ordinaire et où le monde surnaturel fait irruption dans le monde naturel pour entrer en symbiose avec lui. La différence est que les faits rapportés ici ne sortent pas de l’imagination d’un écrivain, ne sont pas des fictions, mais se sont réellement passés. Sur le mode apparent du conte, se dévoile donc l’ampleur de la réalité dans laquelle se meut le chrétien, où le monde naturel coexiste avec un monde qui le dépasse très largement, qui est ordinairement invisible aux sens, mais qui est en réalité en constante interaction avec lui et se laisse voir à l’esprit pour autant que celui-ci y soit ouvert. Ce livre abondamment illustré et imprimé en grands caractères, d’un format intermédiaire entre un livre et une bande dessinée, est d’une lecture agréable et aisée. Les représentations de personnages et d’extérieurs ou intérieurs athonites, sous forme de peintures naïves mais en même temps suffisamment réalistes pour qu’ils soient immédiatement situés par le habitués de l’Athos, sont une première initiation à l’univers merveilleux de la Sainte Montagne, et une invitation à de futurs pèlerinages, d’autant plus qu’une carte des lieux est jointe à l’ouvrage. Les différents chapitres sont quant à eux des initiations, sous formes d’exemples concrets et touchants, à diverses vertus chrétiennes comme la pénitence, l’obéissance, l’honnêteté, la générosité, le pardon, l’humilité l’amour de Dieu et du prochain, et aussi à la présence active de la Providence de Dieu qui veille sur chacun, se manifestant le plus souvent de manière discrète, mais aussi, quand c’est nécessaire, sous la forme frappante du miracle. Comme l’indique le titre, les plus grands prendront autant de plaisir que les plus jeunes à lire ces belles histoires.

Il faut saluer aussi la publication, par les mêmes éditions, d’un livre de petit format, destiné aux petits de 5 à 10 ans, d’un jeune prêtre grec, le Père Ioannikios Zampelis, La prière. Manuel à l’usage des enfants (2017, 87 p.). Abondamment illustré, de manière adaptée au public visé, par Pegy Fourka, ce petit livre est composé de plusieurs sections.
Une introduction explique en termes simples pourquoi, comment, où et quand on prie, dans quelles circonstances on prie seul et dans quelles autres on prie ensemble.
Sont ensuite expliqués divers gestes ou objets qui accompagnent la prière: le signe de croix, le chapelet, la veilleuse, les cierges, l’encensoir.
Suit un recueil des prières de base, pour tous les moments forts de la journée (matin, journée tout entière, repas, soir…) ou la communion eucharistique (avant et après), avec, en face, de brefs et simples commentaires ou prières de saint Silouane l’Athonite. On y trouve aussi le Credo, la Doxologie, l’hymne à la Mère de Dieu « Il est digne… », et quelques extraits de paumes.
La section suivante invite, sous forme de questions, à réfléchir sur ce qui a été présenté.
Les dernières pages proposent, sous des formes ludiques très bien conçues, des activités en relation avec la prière (mots mêlés, mots ou phrases à compléter, questionnaires à choix multiples, composition d’une prière personnelle à Dieu et au saint protecteur, remplissage de diptyques à l’intention des vivants malades et des défunts, comment faire des collages d’icônes, comment installer une petite iconostase dans sa chambre, comment allumer une veilleuse et en prendre soin, comment faire brûler de l’encens…).

On peut être plus réservé sur une troisième publication, du même format que la précédente: La confession. La joie d’ouvrir son cœur à la Lumière (2017, 63 p.). Si les illustrations sont de bon aloi, la composition de l’exposé est dans son ensemble assez confuse, et témoigne d’une vision trop étroite à la fois du péché (p. 53-54), de la pénitence (dont l’aspect positif n’est pas suffisamment mis en valeur), et du sens de la confession (exprimé de manière trop vague). C’est évidemment un sujet délicat, surtout pour les jeunes et surtout dans l’environnement social actuel. Raison de plus pour l’aborder avec circonspection, sachant que toute insuffisance dans la formation religieuse d’un enfant peut avoir des conséquences graves sur ses choix à l’époque de l’adolescence et sur son attitude vis-à-vis de la pratique religieuse à l’âge adulte.

Jean-Claude Larchet

Communiqué de la Commission internationale pour le dialogue théologique entre anglicans et orthodoxes

Malte, 14–21 octobre 2017

Au nom du Dieu Trine, et avec la bénédiction et le soutien de nos Eglises, la Commission internationale pour le dialogue théologique entre anglicans et orthodoxes s’est tenue à Sliema (République de Malte) du 14 au 21 octobre 2017, sous la co-présidence de Son Excellence l’archevêque Richard Clarke d’Armagh (Eglise d’Irlande) et Son Eminence le métropolite Athénagoras de Belgique (Patriarcat oecuménique). La Commission exprime sa profonde reconnaissance pour l’hospitalité sans limite et chaleureuse proposée par la Communion anglicane et le diocèse d’Europe. La Commission a accueilli son nouveau co-président orthodoxe, le métropolite Athénagoras, et le nouveau représentant du Patriarcat d’Antioche, ainsi que de nouveaux représentants de la Communion anglicane.

Comme toujours, le travail de la commission fut ponctué de prières quotidiennes. Lac a assisté à l’Eucharistie dominicale à la Pro-Cathédrale anglicane de Saint Paul et à la célébration de la Divine Liturgie à l’église orthodoxe grecque de Saint-George à La Valette, appartenant à la Métropole d’Italie et de Malte.

Comme convenu lors de sa dernière réunion à Armagh, la commission a poursuivi le développement de ses travaux sur la compréhension théologique de la personne humaine, conformément aux principes énoncés dans sa déclaration « A l’image et à la ressemblance de Dieu: Une Anthropologie pleine d’espérance » (Buffalo 2015). Cette année, la commission s’est focalisée sur les implications pratiques de la Déclaration, spécialement en tenant compte des questions complexes et urgentes relatives à l’environnement, l’écologie ainsi que la fin de vie.

Les membres de la commission ont débattu en séance plénière de quatre documents principaux traitant de ces questions, en plus des commentaires écrits sur ces documents par, à chaque fois, un membre anglican et orthodoxe. Des membres délégués par la Commission ont été chargés de rassembler les différents points de vue sur les deux thèmes en se basant sur les exposés, les interventions et les discussions qui ont suivi. Ceux-ci seront rassemblés en vue d’une rédaction ultérieure en prévision de futures déclarations conjointes à convenir à l’avenir. La Commission devait conclure son travail en observant qu’un niveau significatif de convergence théologique sur ces questions avait été atteint dans ses discussions.

Documents présentés:
1. Ecologie: une approche orthodoxe par le Révérend Dr Valentin Vassechko.
Réaction anglicane: Révérend Canon Dr John Gibaut
Réaction orthodoxe : Son Eminence le Métropolite Séraphim de Zimbabwe

2. “Voilà, c’était très bon”: L’Amour de Dieu et la Fragilité de la Création par le Très Révérend Dr Humberto Maiztegui Gonçalves de Porto Alegre.
Réaction anglicane: Le Très Révérend Graham Usher de Dudley.
Réaction orthodoxe: Professeur Dr. Miltiadis Konstantinou.
3. Approches anglicanes sur la mort et l’agonie par le Très Révérend Dr Richard Clarke of Armagh et la Révérende Canon Dr Sarah Rowland Jones.
Réaction anglicane: La Révérende Canon Dr Alison Joyce
Réaction orthodoxe: Le Révérend Père Jonathan A. Hemmings

4. L’Euthanasie et l’approche orthodoxe par le Protopresbytre Prof. George Dion Dragas
Réaction anglicane: Le Révérend Canon Philip Hobson OGS
Réaction orthodoxe: le Métropolite Chrysostomos de Kition

Dans le contexte des problèmes environnementaux et de la crise écologique de notre maison commune, la Commission a noté avec gratitude les contributions des dirigeants orthodoxes et anglicans ces dernières années et un engagement croissant dans nos communautés en faveur de la justice environnementale et de la durabilité.

La aommission honora les liens de saint Paul avec Malte en effectuant des pèlerinages sur les lieux saints, comme la grotte de Saint Paul à Rabat, liée à la présence de l’apôtre sur l’île après son naufrage lors de son voyage vers Rome (Ac 27 et 28). Conformément à la traditionnelle hospitalité locale (voir Actes 28.2), les membres de la Commission ont été accueillis avec extrêmement de gentillesse par les chrétiens de Malte. Des visites furent organisées à la Cathédrale Catholique Romaine de St Paul à Mdina et à la Co-Cathédrale de St Jean à la Valette. Mgr Charles Jude Scicluna, Archevêque de Malte, a généreusement reçu la Commission à diner dans sa résidence officielle. Cette visite fut malheureusement assombrie par le meurtre de la journaliste Daphné Caruana Galizia. Au cours du dernier jour, la Commission était attendue pour une réception dans la maison de Marina, Lady Marks.

La commission souhaite exprimer ses sincères remerciements au co-président sortant, Son Eminence le métropolite Kallistos de Diokleia, ainsi qu’aux autres anciens membres de la Commission.

Les travaux de la Commission se poursuivront en octobre 2018, dans leur prochaine réunion qui sera accueillie par l’Eglise Orthodoxe de Chypre.

Le Très Révérend Dr Richard Clarke, Archevêque d’Armagh
Co-Président anglican

Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique
Patriarcat Œcuménique
Co-Président orthodoxe

Représentation de l’Eglise Orthodoxe

Son Eminence le Métropolite Séraphim de Zimbabwe
Patriarcat d’Alexandrie

Le Révérend Père Jonathan A. Hemmings
Patriarcat d’Antioche

Protopresbytre Prof. George Dion Dragas
Patriarcat de Jérusalem

Révérend Dr Valentin Vassechko
Patriarcat de Moscou

Professeur Dr Bogdan Lubardic
Patriarcat de Serbie

Son Eminence le Métropolite Nifon de Târgovişte
Patriarchat de Roumanie

Le Très Révérend Protopresbytre Prof. Dr Giorgi Zviadadze
Patriarcat de Géorgie

Son Eminence le Métropolite Chrysostomos de Kition
Eglise de Chypre

Professeur Dr Miltiadis Konstantinou
Eglise de Grèce

Evêque Ilia de Philomelion
Eglise d’Albanie

Le Révérend Dr Christos B Christakis
Co-Secrétaire

L’Archidiacre Philadelphos Kafalis

Représentation de la Communion Anglicane

Le Très Révérend Dr Phillip Aspinall, Archevêque de Brisbane
Eglise Anglicane d’Australie

Source de la photographie

Vidéo Bertrand Vergely : « La vie. Bergson »

Bertrand Vergely nous a parlé le lundi 16 octobre de « La vie. Bergson »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ».

Extrait de la conférence :

La conférence dans son intégralité :

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

La plus grande cathédrale orthodoxe du monde

Sur RTL.be : la plus grande cathédrale orthodoxe du monde est en cours de construction à Bucarest. L’inauguration est prévue pour le 30 novembre 2018.

Photographie (en 2016) : Wikipedia

Concert de chants liturgiques orthodoxes à Paris

Un concert est organisé par les deux associations : Ménas Togo qui vient en aide à la jeune Église orthodoxe du Togo et les jeunes orthodoxes regroupés au sein de Nepsis France. Le concert aura lieu dimanche 22 octobre à la cathédrale roumaine des Saints-Archanges, 8 bis rue Jean de Beauvais Paris 5e à partir 17 h. Entrée libre, libre participation.

Bertrand Vergely : « La personne. Berdiaef » – lundi 23 octobre

Le lundi 23 octobre, Bertrand Vergely nous parlera de « La personne. Berdiaef » dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

La cérémonie du dies academicus au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève)

La cérémonie traditionnelle du « dies academicus », séance solennelle annuelle de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe, a eu lieu samedi 14 octobre au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy (Genève). Après l’office de la bénédiction et la lecture du message patriarcal, lu en grec par l’évêque Makarios de Lampsaque (vicaire du métropolite de Suisse) et en français par l’archevêque Job de Telmessos (professeur à l’Institut), des discours ont été prononcés par le métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre de Chambésy, le professeur V. Pheidas, recteur de l’Institut, la vice-rectrice de l’Université de Fribourg Astrid Kaptijn, la vice-doyenne de la Faculté protestante de l’Université de Genève Elisabeth Gangloff–Parmentier, et la représentante de l’Insitut d’études œcuméniques de l’Université de Fribourg Barbara Halensleben. Ensuite, a eu lieu la remise des diplômes Master of Arts en études théologiques (Spécialisation : orthodoxie et études interchrétiennes) de l’Université de Fribourg ainsi que des diplômes en théologie orthodoxe du Patriarcat œcuménique aux huit lauréats de cette année : Andrij Krochak (Patriarcat œcuménique), Nikolaos Papadopoulos (Patriarcat œcuménique), Ivan Ilin (Eglise de Russie), Ognjen Zvekic (Eglise de Serbie), Kristiyan Yanakiev (Eglise de Bulgarie), Αναστάσιος Λουκάς (Eglise de Grèce), Eustahios Chiolos (Eglise de Grèce) et Jakub Oniszczuk (Eglise de Pologne). Au nom de tous les étudiants, Ivan Ilin a prononcé un discours de remerciements. La cérémonie, à laquelle ont assisté des membres du corps diplomatique, des institutions religieuses de Genève et de nombreux invités, s’est terminée par le chant « Ad multos annos » en l’honneur du patriarche oecuménique Bartholomée, puis avec un repas dans la salle du Centre orthodoxe de Chambésy.

Photographie : Romfea

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie et détient 60% des lieux de culte

L’Église orthodoxe roumaine rassemble 86,45% des croyants de Roumanie (18 confessions religieuses sont reconnues dans le pays), mais détient 60% des lieux de culte (16 403 sur les 27 384), selon des statistiques récentes du secrétariat d’État roumain pour les Religions.

Source (dont illustration): Basilica

La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’homme, une rencontre avec Julija Vidovic – 20 octobre

Dans la séries des rencontres Littéramorphose, il y a une toute particulière, l’épreuve de la synergie. Parce que la synergie entre la grâce divine et la volonté de l’homme constitue une des doctrines fondamentales de la foi chrétienne, et que la question reste ouverte quant à la manière dont la grâce divine peut devenir partie intégrante de la volonté humaine… Parce que les applications anthropologiques de la christologie dyothélite de saint Maxime de Confesseur sont d’une actualité accrue… Parce que la conception même de volonté libre de l’homme est trop souvent mal interprété et entraîne une montée foudroyante de l’individualisme et de l’autosuffisance… Vous êtes invités au débat à coté de Julija Vidovic, chercheur en anthropologie chrétienne à l’Institut catholique de Paris et à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, pour vous convaincre que l’homme est appelé à collaborer avec la grâce divine car « le mystère du salut est à ceux qui le veulent, non à ceux qui le subissent ».
Vendredi 20 octobre  à 19h30 dans les locaux d’Orthodoxie.com (286 rue Saint-Jacques – Paris 5e)

Vidéo : « L’esprit. Hegel », une conférence de Bertrand Vergely

Le jeudi 12 octobre, Bertrand Vergely nous a parleé de l’esprit. Hegel dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ».

Extrait de la conférence :

La conférence dans son intégralité :

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Un nouveau site internet sur la famille impériale russe

Avec la bénédiction du métropolite d’Ekaterinbourg et de Verkhotoursky Cyrille a été mis en place un nouveau site internet consacré à la famille impériale martyre. La date du démarrage du site a été fixée au 14 octobre, jour de la fête de la Protection de la Mère de Dieu. Ce projet présente un « regard véridique sur la famille impériale comme un tout par la présentation de chacun de ses membres » a souligné le chef de projet, l’évêque de l’Oural central Eugène, lors de la présentation du site. Celui-ci a ajouté que sur ce site ne seront pas placés les opinions des historiens, publicistes et écrivains contemporains. On ne pourra y trouver « que la parole vivante, les journaux personnels, les lettres des saints martyrs impériaux, des membres de cette sainte famille ». Il a souligné que ce projet était indispensable comme contrepoids « à l’information altérée, répandue parfois dans la société ». Le site Tsarskaïa-semya.rf  (« famille impériale. Fédération de Russie) est destiné à un large public et évoque à ses visiteurs « des personnes réelles, leurs pensées, leur espoirs, leurs attentes et leur amour » a ajouté l’évêque Eugène. Sur le site seront présentés des biographies, des photographies, des souvenirs des Romanov et de leurs proches, des journaux personnels et des livres.

Source

Bertrand Vergely : « La vie. Bergson » – lundi 16 octobre

Bertrand Vergely nous parlera le lundi 16 octobre de « La vie. Bergson »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Podcast audio, “Orthodoxie” (France-Culture) : « Monuments chrétiens en Cappadoce, 2 »

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie du 1er octobre sur France-Culture intitulée « Monuments chrétiens en Cappadoce ». Il s’agit de la seconde partie (première partie). L’invitée est Catherine Jolivet-Lévy, historienne de l’art byzantin, directrice d’études émérite à l’École pratique des hautes études. Présentation : « Les monuments comme source d’information sur l’histoire et la société ; la question des donateurs et l’implication des militaires ; deux exemples : Tokali kilise 2 à Göreme (fondation attribuée à la famille des Phocas) et l’église du Grand Pigeonnier de Çavuşin (photographie) ; la question de la préservation du patrimoine chrétien de la Cappadoce. »

 

Le métropolite de Volkolamsk Hilarion accuse les États-Unis « d’antidémocratisme »

Les agissements des États-Unis à l’égard de la chaîne télévisée TV russe en langue anglaise « Russia Today », peuvent être considérés comme antidémocratiques, selon le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. « J’ai rencontré maintes fois des gens de différents pays qui m’ont dit qu’ils regardaient cette chaîne télévisée. Si les autorités américaines décident de fermer cette chaîne aux États-Unis, cela rappellera les agissements de l’Union soviétique à l’égard de la radio « La voix de l’Amérique » a déclaré samedi dernier le métropolite lors de l’émission « L’Église et le monde » sur la chaîne « Rossiya 24 ». Selon le métropolite Hilarion, « personne ne pouvait s’attendre à un acte pareil, il y a encore peu de temps, de la part de « l’Amérique démocratique » qui soi-disant lutte pour la liberté de parole ». Précédemment, la rédactrice en chef de « Russia Today », Margarita Simonian, sur les ondes de la chaîne russe « NTV » a déclaré que « Russia Today » pourrait cesser d’émettre en Amérique en raison des autorités américaines.

Source

Une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine a visité le centre du Patriarcat œcuménique à Chambésy

Le centre inter-orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy a reçu la visite, le 12 octobre 2017, d’une délégation de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Celle-ci était constituée de l’évêque de Barychev Victor et le représentant du Département des affaires ecclésiastiques d’Ukraine, l’archiprêtre Nicolas Danylievitch. La délégation a été reçue chaleureusement par le métropolite de Suisse Jérémie, l’archevêque de Telmessos Job et l’évêque de Lampsaque Macaire. Après avoir souhaité la bienvenue à ses hôtes, le métropolite a évoqué les services du Centre, qui fonctionne depuis plus d’un demi-siècle. Ensuite, la délégation ukrainienne a été informée des objectifs de l’Institut, ainsi que sur ses activités universitaires et pédagogiques. De son côté, l’évêque Victor a mentionné la raison de sa visite à Genève, qui concerne les droits des fidèles en Ukraine. Il a également évoqué les églises orthodoxes en Ukraine, dont s’emparent les schismatiques ou encore qui sont incendiées par ceux-ci, le cas des fidèles de l’Église canonique roués de coups, ainsi que les différents problèmes rencontrés. « Le soutien des orthodoxes des Églises locales, mais aussi du Patriarcat œcuménique, dont nous demandons les prières, revêt une importance particulière pour nous », a déclaré l’évêque Victor. Le métropolite de Suisse, à son tour, a mentionné que des problèmes similaires à ceux qu’affronte l’Église d’Ukraine aujourd’hui, ont été personnellement vécus par lui en Ukraine au début des années 1990, lorsque la délégation du Conseil œcuménique des Églises et du Conseil européen des Églises est arrivée en Ukraine, où l’église avait été fermée et les délégués s’étaient retrouvés dehors. « Nous voyons aujourd’hui la répétition des mêmes événements, mais nous prions pour l’Église et le peuple ukrainien » a souligné le métropolite Jérémie. Les deux parties ont exprimé la nécessité d’un contact et d’une collaboration plus étroits entre l’Église d’Ukraine et le Patriarcat œcuménique. Enfin, l’archevêque de Telmessos Job a conduit les visiteurs dans les locaux du Centre ainsi qu’à l’église de l’apôtre Paul.

Source

Réactions des diocèses orthodoxes des États-Unis suite aux incendies de forêt dans le nord de la Californie

Les incendies continuent à se répandre rapidement à travers le nord de la région viticole de Californie du Nord. Les derniers rapports font état de 23 personnes décédées, de 285 autres disparues, de 70.000 hectares ravagés par les flammes avec 3500 maisons détruites. Plus de 20.000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer. Environ 8000 pompiers de Californie et d’autres États de l’ouest américain travaillent incessamment pour contenir les incendies. Dans cette terrible situation, les hiérarques et les diocèses orthodoxes appellent à la prière et organisent l’aide pour les sinistrés. L’archevêque Benjamin, hiérarque du diocèse de l’Ouest de l’Église orthodoxe d’Amérique (OCA), écrit : « Je vous demande à tous de mentionner dans vos prières les habitants des vallées de Sonoma et Napa. À l’heure où je vous écris, la situation change continuellement. Mais je peux vous dire qu’il n’y a pas eu de victimes jusqu’à présent ». Les moniales de la skite de N.D. de Kazan, à Santa Rosa, et du Monastère de la Dormition à Calistoga ont été évacuées. Une famille de la paroisse Saint-Séraphin de Sarov à Santa Rosa a perdu sa maison, heureusement, personne n’a été blessé. L’église Saints-Pierre-et-Paul de Santa Rosa, qui relève de l’Église russe hors-frontières, s’est associée aux services communautaires américano-russes pour subvenir aux besoins essentiels de cinq familles qui ont perdu tout, et aux personnes déplacées qui sont accueillies par l’église. Encore, heureusement, personne n’a été blessé. Le prêtre de paroisse, le père Alexandre Krassovsky, écrit : « La tempête de feu qui a frappé Santa Rosa et ses environs durant ces derniers jours est sans précédent dans l’histoire de la paroisse mais, par la Grâce de Dieu, nous avons vérifié que tous nos paroissiens étaient en vie et indemnes. Dieu soit loué ! Malheureusement, cinq familles, dans notre paroisse, ont perdu leurs maisons. Notre préoccupation immédiate, ici, à l’église Saints-Pierre-et-Paul est de fournir une assistance financière à ces familles pour leurs besoins essentiels, tels que nourriture, vêtements et autres nécessités de premier ordre. En outre, nous travaillons pour assurer immédiatement à ces familles un logement temporaire dans notre région, afin qu’elles puissent ramener leurs enfants à l’école et qu’elles-mêmes puissent travailler et disposer d’une maison, afin de commencer les démarches difficiles avec les compagnies d’assurances ». Le métropolite Joseph de l’archidiocèse d’Amérique du Nord du Patriarcat d’Antioche s’est trouvé en contact avec le père Georges Baalbaki de la paroisse Saint-Nicolas à San Francisco, qui rapporte que plusieurs fidèles dans la région ont été évacués, tandis que d’autres ont subi des pertes matérielles, mais personne n’a été blessé. Le métropolite Joseph écrit : « Nous savons que notre Seigneur a commandé qu’une colonne de feu protège Son peuple et Il a parlé à Moïse depuis le buisson qui brûlait sans se consommer. Je demande aux fidèles de supplier avec ferveur le même Seigneur de déployer Sa main droite depuis Sa sainte demeure et d’éteindre rapidement ces incendies par Sa puissance divine. Au nom de tous mes frères hiérarques, notre clergé et les laïcs, j’élève nos prières et j’offre notre soutien à ceux qui ont été frappés. Nous serons avec vous ». Le métropolite Gérasime de San Francisco, de l’archevêché grec d’Amérique, écrit : « Nos prières sincères et ferventes accompagnent tous ceux qui sont affectés par l’incendie. Les paroles ne peuvent pas transmettre adéquatement notre amour et notre soutien à ceux qui déplorent la perte de leurs maisons, de leurs biens et surtout pleurent leurs proches, dont la vie s’est achevée tragiquement alors que ces incendies ravageaient les maisons et les terres. Que Dieu accorde force et courage à tous ceux qui risquent leurs vies pour protéger les autres et qu’Il veille sur eux avec Sa Main puissante. Nous prions aussi afin qu’Il calme les vents, place les incendies sous contrôle et accorde réconfort à tous ceux qui ont été déplacés pendant cette tragédie ». Notre paroissien de l’église Saints-Constantin-et-Hélène à Vallejo a perdu sa maison et tous ses biens, tandis que des familles de la même paroisse et de celle de la Nativité du Christ à Novato ont été évacués. Le diocèse métropolitain de San Francisco dresse actuellement la liste des paroissiens au nord de la Californie qui peuvent fournir nourriture et abri aux familles déplacées ».

Source

Colloque à Bruxelles le 14 octobre : « Chrétiens de tradition orientale et citoyens d’Occident »

L’Institut orthodoxe Saint-Jean-le-Théologien organise le 14 octobre à Bruxelles un colloque sur le thème: « Chrétiens de tradition orientale et citoyens d’Occident ». Pour tout renseignement, voir cette page (affiche).

Les protestations de l’Église orthodoxe de Grèce contre le projet de loi sur « le changement de sexe » provoquent les réactions du Premier ministre grec et des membres du Parlement hellénique

Les protestations de l’Église au sujet de la loi « sur le libre changement de sexe » ont provoqué des réactions de mécontentement chez les représentants du gouvernement. Depuis la tribune du Parlement, Nikos Filis, ancien ministre de l’Instruction publique, actuellement député du parti au pouvoir, a accusé l’Église d’immixtion dans la politique et de transgression des « droits de l’homme ». Quant au Premier ministre Alexis Tsipras, il a appelé les députés à manifester de « l’héroïsme politique » et à soutenir le projet de loi en question. « Nous vivons en Europe – cela signifie que nous aspirons au progrès, et ne demeurons pas dans l’obscurantisme. Nous développons les droits de l’homme et modernisons le pays… Aucune tradition, aucune religion ne peut être au-dessus des droits des hommes » a-t-il souligné. De son côté, la hiérarchie de l’Église de Grèce a déclaré que « la soi-disant élite, démontrant son étroitesse d’esprit et son provincialisme, à l’instar des singes, copie tout, successivement, chez les pays ayant une autre histoire, d’autres traditions et mœurs ». En refusant constamment à l’Église le droit de s’exprimer sur des questions d’actualité, les représentants de l’élite diffusent n’importe quelles insinuations : « Lorsque quelqu’un se moque, outrage et calomnie l’Église et son clergé, la liberté de parole devient illimitée et ‘sacrée’. Lorsque l’Église parle, on lui refuse le droit de parler » a souligné la hiérarchie.

Source (dont photographie): Pravoslavie

Une session de l’ONU examine les questions de la violation des droits et des libertés des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine

Le 10 octobre a commencé à Genève l’évaluation de l’accomplissement, par le gouvernement ukrainien, de ses obligations internationales dans le cadre de la XXVIIIème session du Conseil pour les droits de l’homme, et de la procédure de « l’examen périodique universel » relative à celles-ci. Au préalable, conformément au règlement en vigueur, a été envoyé à l’ONU une note d’information de l’état de réalisation dans le pays, des droits et des garanties de liberté de conscience et de religion. Participaient à cette session l’évêque de Barychev Victor, chef de la représentation de l’Église orthodoxe d’Ukraine auprès des organisations internationales, des représentants du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le représentant de l’ONG « Sensibilisation du public » Oleg Denisov. « La composition de la représentation permet de fournir des informations de première main sur les violations des droits des fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine » est-il dit dans un communiqué.

Source (dont photographie): Pravlife

Vidéo de la conférence de Bertrand Vergely : « L’expérience de la beauté. Platon »

Le 9 octobre dernier, Bertrand Vergely a donne la conférence «L’expérience de la beauté. Platon » dans le cadre de cycle de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice » organisé par Orthodoxie.com.

Extrait de la conférence :

La conférence dans son intégralité :

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Croissance de l’orthodoxie en Ouzbékistan

La cathédrale de la Dormition à Tachkent

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion a déclaré récemment qu’il y avait un nombre croissant de chrétiens orthodoxes en Ouzbékistan, malgré la diminution de la population russophone. Parlant à l’émission télévisée « L’Église et le Monde », le métropolite a ajouté : « Le nombre des orthodoxes ne diminue pas, parce qu’il y a un travail parallèle très actif, qui est effectué dans le domaine de l’éducation catéchétique et religieuse du peuple. Cela veut dire que la population russophone a diminué, tandis que, de toute façon le nombre des orthodoxes s’accroît ». Le métropolite a également précisé que, après la chute de l’URSS, des processus ont commencé en Ouzbékistan, qui ont contribué à l’amoindrissement de la population russophone. Le pays abrite 840.000 russophones, pour une population de 32 millions d’habitants, selon les statistiques arrêtées au 1er janvier de cette année. De tous les pays d’Asie centrale, l’Ouzbékistan a la population la plus nombreuse. On estime que 85% de la population est musulmane, 13.8% ne professe aucune religion, et seulement 0.75% sont chrétiens. Le métropolite Hilarion a souligné que lors de la visite du patriarche de Moscou Cyrille en Ouzbékistan, nombreux étaient ceux qui voulaient saluer le primat de l’Église orthodoxe russe, lorsqu’il rencontra les croyants de Tachkent, Samarkand et Bukhara. Pendant sa visite, liée au 145ème anniversaire de l’orthodoxie en Ouzbékistan, le patriarche a rencontré les responsables nationaux et les fidèles orthodoxes. Il a également vénéré la tombe du prophète Daniel à Samarkand. La première Bible complète en langue ouzbek a été présentée dans la capitale, Tachkent, le 1er juin de cette année, au centre diocésain de Tachkent et d’Ouzbékistan de l’Église orthodoxe russe. Les traducteurs y ont travaillé pendant 23 ans. Il a été annoncé récemment que les documents sont en cours de préparation au diocèse de Tachkent de l’Église orthodoxe russe pour la canonisation de douze nouveaux martyrs qui ont souffert pour la foi en Ouzbékistan des mains des bolcheviques.

Source

Jeudi 12 octobre : « L’esprit. Hegel », une conférence de Bertrand Vergely à Paris

Ce jeudi 12 octobre, Bertrand Vergely nous parlera de l’esprit. Hegel dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement hellénique. Les évêques grecs suivent de près le débat intense qui entoure le projet de loi, et qui cause un bouleversement dans la société et dans l’Église. Lors d’une consultation ouverte devant le représentant du comité parlementaire ad hoc, l’Église a soumis son opinion sur le problème. Comme cela a été rapporté précédemment, conformément au nouveau projet de loi « Sur le libre changement de sexe », il suffit de fournir une déclaration écrite pour obtenir un changement de genre légal. En vue du prochain débat au Parlement, le Saint-Synode de l’Église de Grèce a exprimé ses positions fondamentales à ce sujet :

« 1. Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.

2. Le Synode considère que la jurisprudence des tribunaux helléniques couvre, là où cela est nécessaire, les problèmes existants, étant donné que le sexe n’est jamais choisi librement ni changé sur demande, mais est déterminé sur la base des caractéristiques anatomiques, physiologiques et biologiques qui définissent l’identité d’un homme telle qu’elle est établie par les rapports médicaux destinés au tribunal. La loi ne peut se contenter d’une déclaration du citoyen, non étayée scientifiquement, qui peut être changée plus tard.

3. Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.

4. Le Synode ne voit pas, derrières ces tentatives, un intérêt pour le prochain méprisé et affligé, mais l’existence de groupes puissants, ce qui a pour résultat la dissolution de la cohésion sociale et la mort spirituelle de l’homme.

5. Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.

L’Église entoure tous les hommes avec amour et compréhension indistinctement, mais puisqu’elle désire toujours leur salut, elle doit démontrer l’échec de leurs choix décisifs ».

La Communauté du Mont Athos a également élevé sa voix sur la question, dans une lettre aux ministres de la Justice et des Affaires religieuses, respectivement Stavros Kontonis and Konstantinos Gavroglou, ainsi qu’aux membres du Parlement hellénique. Les représentants des vingt monastères athonites ont déclaré qu’ils ressentaient de l’anxiété et de la préoccupation pour la foi orthodoxe en Grèce et les développements concernant le projet de loi sur le « changement de sexe ». Les moines athonites ont déclaré que celui-ci constitue une lutte contre Dieu et un défi lancé au Créateur Lui-même et à Ses commandements divins. Citant les paroles bibliques « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme » (Gen. 1,27), les membres de la Communauté ont demandé aux deux ministres et à tous les parlementaires grecs de ne pas permettre un tel blasphème « dans notre patrie orthodoxe, ce qui lance un défi, législativement et sans ambages, au commandement divin »

De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré avec indignation dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique : « Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… » a-t-il conclu.

Sources : Orthodox Christianity, Pravoslavie

Commémoration solennelle de toutes les victimes de la révolution russe de 1917 et de la guerre civile – vendredi 20 et samedi 21 octobre

À l’occasion du centenaire des évènements qui marquèrent l’année 1917 en Russie et bouleversèrent le destin du peuple russe, et en mémoire de tous les enfants défunts de l’Église orthodoxe russe victimes de la répression bolchévique et de la guerre civile, l’association Chants liturgiques orthodoxes (A.C.L.O.), avec la bénédiction de Monseigneur Jean, archevêque de Charioupolis, invite à se réunir en une célébration solennelle le vendredi 20 octobre à 18h aux matines des défunts (« parastas ») et le samedi 21 octobre à 10h à la divine liturgie en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, 12 rue Daru Paris 8è.

Dimanche 15 octobre à Paris : séance solennelle de l’Institut Saint-Serge

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge aura lieu dans les locaux de l’Institut protestant de théologie (83 bld Arago – 75014 Paris), dimanche 15 octobre à 15h00, sous la présidence de l’archevêque Jean de Charioupolis.

À l’ordre du jour : compte-rendu de l’année universitaire 2016-2017 par l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut; discours académique prononcé par le diacre André Lossky, professeur de l’Institut, sur le thème : « Les créatures dans la liturgie, la création comme liturgie », suivi du vin d’honneur.

Deux nouveaux saints ont été canonisés par l’Église orthodoxe roumaine

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine, qui s’est réuni le 5 octobre pour une session de travail en la résidence patriarcale à Bucarest sous la présidence du patriarche Daniel, a décidé de canoniser deux nouveaux saints. Il s’agit du métropolite Joseph Naniescu, canonisé sous le nom de « saint hiérarque Joseph le Miséricordieux, métropolite de Moldavie », et sa fête est fixée au 26 janvier. Le deuxième saint canonisé est l’ascète Georges Lazar, sous le nom de « saint Georges le Pèlerin », et sa fête est fixée au 17 août. Les nouveaux saints avaient été proposés précédemment à la canonisation lors de la réunion du 15 juin du Synode métropolitain de l’Église de Moldavie et de Bucovine. Le même synode local a également proposé d’introduire dans le calendrier de l’Église orthodoxe roumaine St-Néophyte le Reclus de Chypre, ce qui a été également accepté par le Saint-Synode le 5 octobre. Ce saint sera célébré le 28 septembre, à partir de 2019. Le Saint-Synode avait décidé précédemment, le 6 juin 2016, de canoniser et d’introduire dans le ménologe quatre grands ascètes liés au monastère de Putna : le métropolite Jacques de Moldavie, et les vénérables pères Silas, Nathan, et Paphnuce l’iconographe, ce qui a été fait le 6 août.

Le métropolite Joseph naquit en 1820 dans la famille du prêtre Ananie Mihalache, et reçut le nom de Jean au baptême. Son père étant décédé alors que lui-même était âgé d’un an, il fut élevé par sa mère Thédosie, puis, à l’âge de dix ans, on le confia à une personne de la famille, le hiérodiacre Théophylacte au monastère Frumoasa en Bessarabie. Accompagné par celui-ci, il partit en 1831 à Iaşi pour vivre au monastère de St Spyridon, qui se trouvait sous la direction spirituelle de l’archevêque Barlaam Cuza Sardeon. Il suivit ensuite le hiérodiacre Théophylacte au monastère du saint prophète Samuel à Focşani où, le 23 novembre 1835, il prononça ses vœux monastiques devant l’évêque Césaire, et le lendemain, il fut ordonné diacre. Il suivit les cours du séminaire nouvellement établi à Buzău de 1836 à 1840, puis ceux de Saint-Sava à Bucarest de 1840 à 1847. Il fit office de recteur du monastère de Şerbăneşti-Morunglavu de 1849 à 1857, et du monastère de Găiseni de 1857 à 1863. Le 29 août 1850, il avait été ordonné à la prêtrise, puis élevé au rang d’archimandrite en 1860. Pendant une courte période (1863-1864), il fut higoumène du monastère de Sărindar à Bucarest. Il travailla également comme professeur de religion à l’école Gh. Lazarus (1864-1866), au lycée « Matei Basarab » (1866-1873) et à l’école « Carol Ier » (1867-1873). Le 23 avril 1872, il fut consacré évêque, et le 18 janvier 1873, il a été nommé évêque d’Arges, où il resta peu de temps avant d’être élu, le 10 juin 1875, métropolite de Moldavie. Il a été intronisé à Iaşi le 6 juillet 1875, où il exerça son ministère jusqu’à son trépas, le 26 janvier 1902.

Quant à Georges Lazar, il naquit au village de Sugag, dans le district d’Alba en 1846. Il se maria à l’âge de 24 ans et eut cinq enfants. Il vivait une vie chrétienne honorable, dans le travail, la prière, le jeûne et l’aumône. Il partit en pèlerinage à Jérusalem en 1884 et resta au monastère du Jourdain, puis dans désert du Sinaï pendant plus d’un an. Il partit ensuite au Mont Athos, où il demeura un an et demi, puis il revint dans son pays. Il vécut avec sa famille pendant quelques années, et après que ses enfants furent élevés, il se retira comme pèlerin dans les monastères de Moldavie en 1890. Il s’établit de façon permanente dans la cité de Piatra Neamţ, vivant dans l’ascétisme comme un véritable ermite dans la tour d’Étienne-le-Grand dans le centre de la ville pendant 26 ans, jusqu’à son trépas. Il y resta seul dans le jeûne et la prière, hiver comme été, sans chauffage, sans lit, sans manteau, sans chaussures à ses pieds, vivant dans la grâce de Dieu. Il mourut le 15 août 1916 et fut enterré dans le cimetière de la ville. En été 1934, ses restes furent placés au monastère de Văratec dans le Nord-Est de la Roumanie. Il est connu comme « petit père Georges » parmi les pieux fidèles. Ses reliques, qui se trouvent sous l’église principale du monastère, dégagent un parfum.

Source (dont icônes des deux saints) : Orthodox Christianity

Recension: Isidore de Péluse, « Lettres », tome III

Isidore de Péluse, « Lettres, tome III, Lettres 1701-2000 ». Texte critique, traduction et notes par Pierre Évieux avec la collaboration de Nicolas Vinel. Collection « Sources chrétiennes » n° 586, Paris, Cerf, 2017, 488 p.
Saint Isidore de Péluse est l’auteur de 2000 lettres que la collection « Sources chrétiennes » publie peu à peu. Ce troisième volume comporte les lettres 1701 à 2000, tandis que le volume 1 (n° 422, 1997) comportait les lettres 1214 à 1413 et le volume 2 (n° 454, 2000) les lettres 1414 à 1700. Il reste donc à publier plus de la moitié de cette vaste correspondance.
Cette édition a été préparée par Pierre Évieux, mais son décès en 2007 a exigé pour le présent volume la collaboration de Nicolas Vinel.
Le tome 1 comporte une remarquable introduction de Pierre Évieux (180 pages), dans laquelle il livre un résumé de ses savantes recherches sur l’auteur, qui ont été intégralement exposées dans un livre de référence (Isidore de Péluse, « Théologie historique », Paris, Beauchesne, 1995).
Alors que beaucoup de spécialistes avaient dans les décennies précédentes douté de l’attribution de ce corpus de lettres à Isidore de Péluse et avaient même douté de l’existence du Pélusiote, les recherches de Pierre Évieux ont établi avec de solides bases argumentaires la réalité de l’une et de l’autre.

Né vers 355, issu d’une famille aisée et pieuse, Isidore passa par toute la formation grecque classique (incluant notamment la connaissance des poètes, des orateurs antiques et des philosophes); cela explique à la fois sa vaste culture (on disait de lui qu’il était tout une bibliothèque) et la grande qualité de son style. Après avoir été formé à Péluse puis à Alexandrie où il se perfectionna dans l’art de la rhétorique, il obtint la chaire de sophiste à Péluse. Vers 385, il embrassa la vie monastique au désert de Nitrie, où il s’imprégna de la spiritualité des Pères du désert, ce qui valut à certains de ses enseignements de figurer parmi les Apophtegmes de la collection alphabétique, et se traduit dans ses lettres par des références aux cadres classiques de la spiritualité de cette époque fondatrice de l’ascétique chrétienne orientale, qui fut aussi son âge d’or. Après quelque temps, il retourna à Péluse où il fut ordonné prêtre par l’évêque Ammonios qui lui confia les fonctions de didascale. Les mœurs de certains membres du clergé étaient alors très dégradées. Isidore multiplia les remontrances (on en trouve de nombreuses traces dans sa correspondance), et finit, par entrer en conflit avec le nouvel évêque du lieu, Eusèbe, qui le chassa du presbyterium. Il se retira alors (vers 413) dans un monastère situé à environ 20 km de la ville, où il termina sa vie dans l’ascèse et la prière, tout en continuant sa correspondance. Il mourut aux environs de 435-440.

Les 2000 lettres écrites par Isidore s’adressent à 426 destinataires, appartenant à divers milieux: 172 clercs (à qui sont adressées 1239 lettres); 63 moines (150 lettres), 138 laïcs (549 lettres), parmi lesquels 104 sont dans l’administration impériale (413 lettres) et 34 sont impliqués dans la vie municipale (136 lettres); à noter que l’on trouve au moins 24 païens parmi les destinataires. On peut comprendre à partir de là que ces lettres apportent une foule de renseignements sur la situation de l’Église et de la société de l’époque, et qu’elles abordent les sujets les plus divers, répondant le plus souvent aux questions de correspondants dont les conditions sont différentes et le niveau spirituel variable. Isidore traite volontiers de questions exégétiques, mais, en rapport avec la situation et les interrogations de son milieu, il aborde le plus souvent des thèmes ascétiques et moraux. La théologie est peu présente dans ces lettres, mais Isidore manifesta aussi sa compétence dans ce domaine: contemporain du concile d’Éphèse, il fut en correspondance avec saint Cyrille d’Alexandrie, et Sévère d’Antioche mentionne ses positions.

Les lettres d’Isidore se caractérisent par leur brièveté (elles n’ont parfois que quelques lignes). Leur style est sobre et concis, jusqu’à prendre la forme de maximes, ce qui lui donne souvent une forme percutante, mais ne l’empêche pas d’être d’une grande élégance et de manifester un grand sens de la mesure. L’intelligence s’y conjugue avec une haute qualité spirituelle. Elles sont empreintes d’une profonde sagesse, reflet de celle des Pères du désert, mais intégrant aussi dans une perspective chrétienne le meilleur de la sagesse antique, stoïcienne en particulier.

Nous en donnons ci-dessous quelques exemples, tiré du volume 3 qui vient de paraître:

Lettre 1779, à Nil
« Le juste tombera sept fois » (Pr 24, 16) n’est pas dit au sens premier, mais parce que celui qui lutte en respectant la Loi tombe nécessairement, tel un athlète. Or cela n’est pas forcément la cause d’une défaite, mais souvent d’une victoire: beaucoup, dans leur chute, ont déséquilibré ceux qui semblaient stables en projetant, par le pied, tout le corps au sol et en arrachant la victoire. Voilà pourquoi on ne dit pas seulement qu’il tombera, mais on ajoure aussi qu’il se relèvera, pour annoncer son couronnement. L’homme qui, même quand il chutera, se redressera vite, considère-le comme excellent.

Lettre 1795, à Léontjos
La vertu est si loin d’être prise en défaut par les vicissitudes de l’existence que, en leur appliquant des rênes adaptées, elle garde la direction qui convient. En effet, elle associe la parcimonie à la richesse, la mesure à la gloire, la modestie au pouvoir et le courage à la pauvreté. Si donc elle triomphe des revirements de situation, si elle acquiert ici-bas une renommée vénérable et qu’elle doive la conserver dans l’au-delà, pourquoi ne l’embrassons-nous pas?

Lettre 1803, à Cyros, prêtre
Bien que le sacerdoce soit plus éminent et plus digne que toute royauté, ceux qui l’ont reçu ne doivent pas pour autant se croire au-dessus des autres, mais estimer que la douceur mêlée d’intelligence en est l’ornement le plus convenable et le plus approprié, en songeant qu’il est supérieur à toute distinction et toute dignité humaines, que c’est par la grâce et la disposition divines qu’ils l’ont reçu en vue d’aider les autres, et qu’ils ne sauraient avoir le droit de l’outrager par la tyrannie.

Lettre 1806, à Harpocras, sophiste
Quand une armée allie la prudence, la discipline et l’ordre à un général vertueux, alors elle paraît redoutable à ses adversaires et remporte souvent les trophées avant l’assaut, car les ennemis cherchent à négocier et envoient des ambassadeurs. Dès lors, puisque routes ces qualités, dont nous aurions besoin contre les démons, nous font défaut (au lieu de nous liguer contre eux, nous nous liguons avec eux les uns contre les autres), notre défaite n’a rien d’étonnant: ce qui serait étonnant, c’est plutôt que, sans rien faire de ce qui convient aux vainqueurs, nous soyons dignes la victoire.

Lettre 1840, à Hirakléios
Combien de gens, pour avoir désiré plus, ont tout perdu? Pour avoir accumulé le superflu, combien ont perdu même le nécessaire? Pour avoir outrepassé les limites légitimes, combien ont été dépouillés d’une fortune moyenne? Il faut donc retrancher le superflu, afin d’être riches du nécessaire: la plus grande richesse, ce n’est pas d’avoir la richesse, mais de ne pas en avoir besoin.

Lettre 1847, à Paul
Il faut garder sa langue bienveillante et noble: puisqu’il s’agit d’extraire de l’abîme du vice ceux qui y ont sombré, et qu’il semble parfaitement absurde que la personne censée en relever d’autres chute elle-même, elle sera fondée, autant que possible, à voiler la turpitude de leurs actes par la noblesse de ses mots, pour éviter de salir sa propre langue en voulant les réprimander, et de se souiller elle-même en souhaitant les débarrasser d’une souillure. Si tu déclares qu’il est impossible de toucher l’auditeur en disant les choses avec noblesse, je déclare pour ma part que l’homme qui méprise un reproche modéré fait encore moins de cas d’un reproche immodéré et brut : si la douceur de la voix et la noblesse des mots sont sans utilité, il y a peu de chances que l’exposition brute des actes soit utile.

Lettre 1859, à Théodore, Augustale.
Le signe d’un tempérament d’homme d’État n’est pas, comme tu le crois, la vanité et l’orgueil, mais la douceur, l’affabilité et un comportement clément envers tous. La première attitude est celle d’une bête sauvage et d’un serpent, la seconde est propre à commander et très utile aux sujets. En effet, ce n’est pas l’orgueil, mais la prudence des chefs qui règle les affaires des sujets. L’un est dangereux pour eux-mêmes et pour leurs subordonnés, l’autre est sûre pour tous: pour les uns, s’ils amènent le pouvoir à se faire plus proche du peuple ; pour les autres, s’ils changent la clémence des chefs en une affection supérieure il la crainte.

Lettre 1901, à Stratégios, moine
Celui qui constate en philosophe que la nature des choses n’est rien de plus que le courant d’un fleuve, une fumée dispersée dans l’air et une ombre fuyante – voire moins que cela –, ne saurait être ni exalté par les événements heureux ni accablé par les malheurs: au milieu de ces changements, il gardera son esprit inchangé. En effet, celui qui ne s’attache pas aux bonheurs présents ne sera pas non plus affligé s’ils disparaissent.

Jean-Claude Larchet

 

Vidéo : l’émission « L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) du mois d’octobre

Ci-dessous: la vidéo de l’émission “L’orthodoxie, ici et maintenant“, sur KTO, du mois d’octobre. Elle est consacrée à l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » qui s’est ouverte à l’Institut du monde arabe à Paris. L’invité est Raphaëlle Ziadé, responsable du département byzantin du Petit Palais et commissaire scientifique en charge de cette exposition (son entretien sur celle-ci dans le quotidien libanais L’Orient-Le Jour).

 

Le métropolite de Phtiotide Nicolas proteste contre le nouveau projet de loi adopté en première lecture par le parlement hellénique sur le « changement de sexe »

Au cours d’une récente prédication, le métropolite de Phtiotide Nicolas (Église orthodoxe de Grèce), a abordé la question du nouveau projet de loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par les parlementaires grecs. Le métropolite a déclaré : « La parole de Dieu, mes frères, est toujours actuelle, et elle parle au cœur de chaque homme, de chaque époque. L’apôtre Paul délivre aujourd’hui un message à ces parlementaires qui ont voté pour le changement de sexe. L’apôtre Paul parle du caractère sacré de notre corps : « Vous êtes le corps du Dieu vivant ». C’est Dieu qui a créé notre corps et qui vit en lui. Notre corps renferme l’Esprit Saint. N’avez-vous pas vu la déchéance des parlementaires grecs orthodoxes ? Heureusement pas tous. Ils ont voté en blasphémant le corps. Ils ont donc voté que chacun peut, après l’âge de 15 ans, signer une déclaration selon laquelle il peut changer de sexe. Cela est inconcevable pour un être raisonnable et, naturellement, est satanique par rapport à la loi divine. Cependant, certains ont été poussés à faire de notre État, l’État du péché. Le premier gouverneur de notre pays, Jean Capo d’Istria et les députés ont fondé la constitution de la Grèce sur les idéaux, les valeurs, sur le respect envers Dieu, Auquel ils ont attribué la liberté de la Grèce. Dieu et la très sainte Vierge nous ont libérés, et la première constitution a été conservée telle quelle jusqu’à ce jour : elle comporte l’invocation de la sainte Trinité dans son préambule, et contient des paragraphes qui se rapportent à la valeur même de la personne humaine. C’est pourquoi aujourd’hui, nous protestons et nous manifestons notre désaccord. Non, vous ne pouvez pas faire de l’État celui du péché. On vient nous dire aujourd’hui que Dieu n’a pas créé le masculin et le féminin, et ils rendent fous les enfants. Chaque homme pourra dire plus tard qu’il ne veut pas être homme, mais femme, et inversement. Savez-vous pourquoi ils le font ? Parce que les homosexuels veulent quoi qu’il en soit adopter des enfants. Ne vous seriez-vous jamais attendu à ce que nous arrivions à une telle déchéance ? Nous respectons chaque homme, quel qu’il soit, mais il y a une différence entre respecter et accepter servilement. On nous impose des choses opposées à la nature, au droit, à Dieu et à la vie spirituelle. Je demande aux politiciens qui ont de telles convictions de ne pas franchir le seuil des églises pour se railler de nous, nous tromper pour obtenir nos suffrages. Que voulons-nous de leur part ? Ils ont besoin de nous et puisqu’ils ont besoin du peuple, qu’ils en tiennent compte, ainsi que de l’Église. Mes frères, le problème est l’indifférence du peuple. Si celui-ci était fort, nul ne pourrait le renverser dans ses convictions, mais, vous le voyez, nous sommes exsangues économiquement et nous sommes chaque jour étouffés par les impôts, nous ne savons pas ce qui va nous arriver et en plus nous nous sommes désagrégés intérieurement. La pire chose qu’il puisse arriver à l’homme est le désespoir. C’est un piège du diable. « Espérez dans le Seigneur et réjouissez-vous, les justes » (cf Ps. 31,11). Il ne faut pas que nous désespérions, mais il nous faut rester inébranlables dans nos traditions. Je vous demande, puisque vous habitez une région héroïque connue pour son amour de la tradition, de l’Église, de la patrie, de donner les réponses appropriées et à parler à nos politiciens… Ils jettent la Grèce dans les ordures. Qui leur en a donné le pouvoir ? »

Source (dont photographie): Vima Orthodoxias

Le métropolite d’Amérique orientale et de New York Hilarion et l’archevêque de San Francisco et d’Amérique Cyrille (Église russe hors-frontières) ont adressé un message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de la Sainte-Croix à Genève

Note de la rédaction du Synode hors-frontières : Relativement à la suspension temporaire de l’archevêque Michel de l’administration du diocèse d’Europe occidentale de l’Église russe hors-frontières, le président et le secrétaire du Synode des évêques se sont adressés par un message au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, qui a été lu dans les églises du diocèse d’Europe occidentale le dimanche 18 septembre / 1er octobre. Lors d’une réunion exceptionnelle du Synode des évêques, qui a eu lieu le lundi 19 septembre / 2 octobre de cette année, l’administration temporaire du diocèse d’Europe occidentale a été confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, primat de l’Église russe hors-frontières. Pendant que la situation à la cathédrale de l’Exaltation de la Croix est sous investigation, le Synode des évêques a désigné le couvent féminin russe de Sainte-Elisabeth à Buchendorf (Allemagne) comme lieu de résidence de l’archevêque Michel. L’archiprêtre Paul Tzvetkoff est nommé remplaçant du recteur de la cathédrale à Genève, et l’archiprêtre Émilien Pocinoc, administrateur de la chancellerie du Diocèse d’Europe occidentale. L’archevêque Michel est invité à la session du Synode des évêques, qui aura lieu le 19 novembre / 2 décembre.

Message archipastoral au clergé et aux fidèles de la cathédrale de l’Exaltation de la Sainte Croix à Genève :

« Chers pères, frères et sœurs en Christ,
De tout cœur nous vous saluons tous à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Croix, votre fête patronale, qui continue. En ces jours, dans la prière, nous souhaitons à tous l’aide divine qui renforce tout, dans les labeurs, et particulièrement, dans le port de la croix, tant personnel qu’ecclésial. En effet, le Seigneur confie à tous une croix dans la vie qui, comme nous le croyons, mène l’homme à la vie éternelle. « Où est la croix, là est la résurrection », écrit Dostoïevski. Et maintenant, le Seigneur confie une croix particulière non seulement à toute la communauté de la cathédrale de Genève, mais aussi au clergé, aux fidèles enfants du diocèse de l’Église russe hors-frontières. En continuant à étudier les questions complexes, liées à l’administration de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève, le Synode des évêques, lors de sa dernière session, a décidé de libérer temporairement l’archevêque Michel de ses obédiences archipastorales en Europe occidentale, accordant un congé à Son Éminence. Ce faisant, l’archiprêtre Paul Tzvetkoff, l’un des clercs les plus anciens de notre Église russe hors-frontières,  est nommé, par intérim, recteur de la cathédrale et administrateur du diocèse d’Europe occidentale. Dans son activité, le père Paul sera soumis à la commission synodale spéciale créée lors du concile des évêques, qui a eu lieu en juin de cette année en Allemagne. Le Synode des évêques appelle le clergé et les fidèles à aider père Paul dans son ministère, lui manifestant confiance et obéissance [à partir du lundi 19 septembre / 2 octobre, l’administration du diocèse d’Europe occidentale est confiée au métropolite d’Amérique occidentale et de New York Hilarion, NDLR du site du Synode].
Nous considérons qu’il est important de souligner que le Synode des évêques, n’accuse personne dans la situation actuelle. Le seul but de notre décision est de rétablir, après avoir étudié la situation sous tous ses aspects, la paix prescrite par Dieu dans notre paroisse de la cathédrale de Genève, qui est chère à nos cœurs. Selon les paroles de l’apôtre Paul, tous les fidèles, qui forment dans l’Église du Christ un seul corps, doivent garder «  l’unité de l’esprit par le lien de la paix » (Éph. 4,3), ne pas approfondir les différends, ne pas s’abstenir de la prière et de relations les uns avec les autres, ainsi que de ne pas refuser la bonne entente ecclésiale par la manifestation de la désobéissance à la hiérarchie. Aussi, nous devons tous aspirer au but élevé du rétablissement de la paix, du calme et de l’union fraternelle en Christ, nous souvenant que les épreuves dans la vie ecclésiale sont permises par Dieu pour notre propre utilité, afin que les communautés ecclésiales se renforcent spirituellement, se rapprochent de Dieu et l’une avec l’autre, afin que les hommes choisissent ensemble la voie évangélique et ecclésiale. Une telle sorte d’épreuves ou de tribulations constituent en quelque sorte un appel à ce que les membres des paroisses deviennent véritablement l’Église du Christ. Le premier pas dans notre travail commun sera l’assemblée paroissiale qui aura lieu le 15 octobre 2017. L’archevêque Marc de Berlin et d’Allemagne, membre permanent du Synode des évêques la présidera. Dans son « Homélie sur l’obéissance », l’archevêque de Genève et d’Europe Occidentale Antony d’éternelle mémoire (Bartochevitch +1993), écrit : « L’exemple d’obéissance nous a été donné par la Mère de Dieu, lorsque l’archange Gabriel non seulement La salua à l’occasion de la nativité de Son Fils Divin, mais Lui révéla alors toutes les tribulations et les difficultés du cheminement de Sa vie, comme Mère de notre Sauveur. La Vierge Marie n’a été en rien effrayée, mais, modestement et humblement, elle répondit : « Je suis la servante du Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole! » Et notre œuvre, bien-aimés frères et sœurs, est de soumettre notre volonté à celle de Dieu, Lui dire, comme Il le dit au moment le plus difficile de Sa vie terrestre, au Père céleste : Père que Ta volonté soit faite ! Par ces paroles, nous devons terminer chacune de nos prières. Combien de fois, dans la prière, nous voulons soumettre notre volonté non pas à celle de Dieu, mais au contraire soumettre la volonté de Dieu à notre volonté. Nous demandons avec force, nous exigeons, et même, lorsque le Seigneur n’accomplit pas notre volonté, nous en voulons en quelque sorte à notre Créateur ». Aussi, manifestons de l’obéissance envers la sainte Église, au Synode des évêques et au clergé de la cathédrale avec, à sa tête, le père Paul, suivant l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ, dont l’apôtre Paul écrit qu’Il « s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant à Son Père jusqu’à la mort » (Phil. 2,8). Et alors, que Dieu le fasse, nous trouverons ensemble la voie juste pour l’édification de notre vie ecclésiale. Que la force pleine de grâce de la croix du Christ nous y aide. Amen. Avec amour dans le Seigneur,

+ Hilarion, métropolite d’Amérique orientale et de New York, primat de l’Église russe hors-frontières,

+ Cyrille, archevêque de San Francisco et d’Amérique occidentale, secrétaire du Synode des évêques, 1er octobre 2017.

Source

L’Église de Grèce et la Constitution du pays

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Ce mercredi 14 octobre, le Saint-Synode de la hiérarchie de l’Eglise de Grèce s’est réuni en session ordinaire dans la salle de réunions du Saint Synode de la hiérarchie, sous la présidence de l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, Hiéronymos
Après la prière, lecture a été faite de la liste des hiérarques présents et le quorum a été constaté. Les actes de la session d’hier ont été approuvés.
Suite au rapport du métropolite de Didymoteichos et Soufliou Damaskinos, intitulé « Mythes et réalité concernant les relations entre l’Eglise et l’Etat, en vue de la révision de la Constitution », le Saint-Synode de la hiérarchie a indiqué que la révision des relations entre l’Eglise et l’Etat constituait un sujet complexe, sensible et multidimensionnelle.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source (dont photographie): Romfea, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Bertrand Vergely : « L’esprit. Hegel. » – lundi 9 octobre

Bertrand Vergely nous parlera le lundi 9 ocotbre de « L’esprit. Hegel. »  dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ». La conférence aura lieu à partir de 19h30 (ouverture des portes à 19h00), dans l’auditorium Jean XXIII de la Mutuelle Saint-Christophe au 277 rue Saint-Jacques Paris 5e. Entrée payante: 10 € (pas de carte bancaire). Pour plus d’informations: 06 17 86 32 96. Pour consulter les dates et les thèmes des prochaines conférences, cliquez ICI !

Vidéo de Bertrand Vergely : « Correspondance poétique. Baudelaire » – 26 septembre 2017

Bertrand Vergely nous a parlé le lundi 26 septembre de la correspondance poétique – Baudelaire dans sa cinquième série de conférences «Introduction à l’éthique de la vie créatrice ».

Extrait de la conférence :

La conférence dans son intégralité :

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

L’archevêque Michel du Diocèse de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe à l’étranger est provisoirement relevé de ses fonctions

L’archevêque Michel (Donskoff), qui dirige depuis 2006 le Diocèse de l’Europe occidentale de l’Église orthodoxe russe à l’étranger, a été libéré provisoirement de ses fonctions le lendemain de la célébration du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève (27 septembre 2017), par un décret du Synode de l’Église orthodoxe russe à l’étranger. Ce décret a été rédigé lors de sa séance du 2 septembre 2017, mais communiqué seulement au moment de son entrée en vigueur le 1er octobre.
Selon les termes de décret, Mgr Michel n’est plus autorisé à célébrer dans les églises du Diocèse de l’Europe occidentale, mais peut le faire dans d’autres diocèses. De même, il n’est plus commémoré liturgiquement dans les églises du diocèse. Il lui est demandé de se retirer au couvent Sainte-Elisabeth à Buchendorf (placé sous la juridiction de Mgr Mark, en Bavière). L’archiprêtre Paul Tsvetkov est nommé recteur provisoire de la cathédrale de Genève et l’archiprêtre Emelian Pochion chancelier du diocèse, dans l’attente d’une décision définitive du Synode, dont la prochaine réunion doit avoir lieu le 2 décembre en présence de Mgr Michel.
Aucune infraction personnelle n’est reprochée à Mgr Michel. Selon une lettre adressée le 4 octobre en russe  et en anglais par le Synode aux fidèles et au clergé du diocèse, la mise à l’écart provisoire de Mgr Michel est relative à des «problèmes complexes liés à l’administration de la cathédrale de l’Exaltation de la Croix à Genève» et n’a en vue que de rétablir dans l’immédiat la paix et l’unité.
Ces problèmes semblent générés par l’hostilité envers l’archevêque d’un petit groupe de laïcs appartenant au conseil paroissial et s’opposant aux orientations et au fonctionnement ecclésial voulus par Mgr Michel. Ce groupe avait adressé, au printemps 2017, au Primat de l’Église orthodoxe russe à l’étranger, une lettre émettant une série de reproches à l’encontre du prélat et se concluant par un ultimatum. La réponse du Synode sous la forme d’une mise à l’écart provisoire de l’archevêque semble découler de sa volonté de prévenir une escalade du conflit dans l’attente de sa résolution. Une pétition adressée au Synode par plusieurs centaines de fidèles du diocèse a fait part de son son soutien à l’évêque Michel et demandé sa remise en fonction, soulignant que les accusations portées contre lui sont inconsistantes.

L’Église orthodoxe russe a envoyé une lettre au secrétaire d’État américain Tillerson en réponse au rapport du Département d’État sur les violations des droits religieux en Russie

Le Patriarcat de Moscou a envoyé une lettre au secrétaire d’État américain Rex Tillerson au sujet du rapport du Département d’État américain sur les soi-disant violations des libertés religieuses en Russie. C’est ce qu’a annoncé le vice-président du département des affaires ecclésiastiques extérieures, l’archimandrite Philarète (Boulekov). « La lettre a été envoyée à l’ambassade des États-Unis afin d’être transmise au destinataire », a-t-il ajouté, précisant qu’il ne s’agissait pas d’une « lettre ouverte ». Selon le père Philarète, après la réception de la lettre en question par le secrétaire d’État, un rapport sera mis en ligne sur le site du département des affaires ecclésiastiques extérieures « sur les positions fondamentales de l’Église russe concernant le rapport, telles que présentées dans la lettre ». Le chef de la division du département des affaires ecclésiastiques extérieures pour les activités inter-religieuses, le père Dimitri Safonov, avait déclaré précédemment lors d’une conférence de presse que l’Église préparait une lettre à Tillerson au sujet du « rapport partial » sur les libertés religieuses en Russie et le mépris complet des persécutions à l’encontre du Patriarcat de Moscou en Ukraine. En particulier, comme l’écrit le département des affaires ecclésiastiques extérieures, le rapport « ne mentionne aucunement les nombreuses églises incendiées, les prêtres battus, et la législation en préparation en Ukraine qui est complètement discriminatoire envers toutes les associations religieuses qui n’ont pas leur centre en Ukraine ».

Source (dont photographie de Rex Tillerson de Ria-Novosti): Orthodox Christianity, traduit de l’anglais pour Orthodoxie.com

Sur cette même actualité, en français, une analyse par Mgr Hilarion de Volokolamsk.

Parution prochaine d’un livre de l’archimandrite Placide (Deseille), « De l’Orient à l’Occident – orthodoxie et catholicisme »

Les Editions des Syrtes annoncent la parution prochaine d’un livre du père archimandrite Placide (Deseille) intitulé De l’Orient à l’Occident – orthodoxie et catholicisme. L’ouvrage de 450 pages (couverture ci-contre), qui comprend un avant-propos de Bernard Le Caro, sera disponible à partir du 16 novembre au prix de 20 euros.

Présentation de l’éditeur: « Si les divergences principales entre l’orthodoxie et les confessions occidentales sont aujourd’hui connues, les racines de celles-ci, ainsi que leurs implications sur la vie spirituelle ont été peu traitées en langue française. Peu de choses sont connues sur la période qui a précédé le schisme de 1054 et qui l’a préparé. C’est, entre autres, cette lacune que vient compléter l’ouvrage du père Placide, de façon positive et avec discernement, en cherchant « la confession et non la confrontation ». Dans cet esprit, il sait déceler également ce qui, en Occident, a gardé un parfum d’orthodoxie après le schisme.

En même temps qu’une œuvre, ces pages retracent le parcours de l’archimandrite Placide Deseille. Ayant vécu depuis son adolescence dans un monastère cistercien et ayant étudié en profondeur les sources bibliques et patristiques, il est devenu orthodoxe au Mont Athos et porte en Occident, depuis plus de quarante ans, le témoignage de la tradition de l’Église des dix premiers siècles, toujours vivante dans l’orthodoxie. Comme le dit l’higoumène du monastère de Simonos Petras, il s’agit d’un « témoignage authentique de la vie orthodoxe et du monachisme athonite dans un environnement quasiment déchristianisé et dans une société en décomposition ».

L’ouvrage part de l’Orient des premiers siècles pour arriver en Occident au XXIe siècle : des racines chrétiennes de la France avec une foi commune à l’Occident et à l’Orient, puis ses déviations, notamment au niveau de son repli sur l’augustinisme, pour arriver à la Révolution française. Mais ce livre ne se cantonne pas à l’histoire ancienne, abordant les problèmes actuels de l’Église orthodoxe et sa façon de les résoudre. La sincérité et la profondeur de la démarche du père Placide, sa connaissance approfondie de la tradition spirituelle et théologique occidentale, et son expérience de l’orthodoxie donnent à sa parole une autorité unique.

L’archimandrite Placide (Deseille), né en 1926, entre à l’abbaye cistercienne de Bellefontaine en 1942 à l’âge de seize ans. Il fonde en 1966 avec d’autres moines un monastère de rite byzantin à Aubazine en Corrèze. En 1977, les moines décident de devenir orthodoxes et en février 1978, ils deviennent moines au Mont Athos. Rentré en France peu après, père Placide fonde le monastère Saint-Antoine-le-Grand, à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme) dans le Vercors, et en devient l’higoumène. Dans son sillage naît le monastère de la Protection de la Mère de Dieu, plus connu aujourd’hui sous le nom de monastère de Solan. Il a enseigné à l’Institut Saint-Serge, et est également auteur et traducteur de plusieurs ouvrages sur la spiritualité et le monachisme orthodoxes. »

Un reportage de la télévision helvétique à l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève

A l’occasion du 150e anniversaire de la cathédrale orthodoxe russe de Genève (un historique), dédiée à l’Exaltation de la Sainte Croix, la télévision helvétique a réalisé un reportage que l’on peut visionner ici.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski