31/03/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe (page 30)

Archives de catégorie : Europe

Souscrire au flux

« Les archives athonites du XXème siècle» (en russe) sont éditées à Bruxelles

« Les archives athonites du XXème siècle», tel est le titre du huitième volume des Archives de l’émigration russe, publiées à Bruxelles, à l’occasion du millénaire de la présence monastique russe sur la sainte-Montagne de l’Athos. Des documents peu connus, gardés dans les archives bruxelloises de l’émigration russe, et qui sont liés à l’histoire du monastère Saint-Pantéléimon sur le Mont Athos, sont publiés dans ce livre de 352 pages. Le rédacteur de ce tome et de toute la série est l’archiprêtre Paul Nedosekine, recteur du métochion de la Sainte-Trinité, de l’Église orthodoxe russe à Bruxelles. Les documents suivants ont été publiés dans le huitième tome : Chronique du monastère 1917-1927 (auteur anonyme), Rapport de 1919 « Au sujet du monachisme sur l’Athos » du professeur Théodore Titov, Correspondance du monastère Saint-Pantéléimon avec la Sainte Communauté et le Patriarcat œcuménique, Messages du monastère russe au roi des Serbes, Croates et Slovènes Alexandre, et aussi au patriarche serbe Dimitri, Messages et appels du monastère à la diaspora russe, Message au monastère des patriarches œcuméniques Photius et Benjamin, correspondance avec les autorités grecques et les diplomates russes. On trouve encore dans ce volume le message de Sainte Communauté des vingt monastères athonites du 11.04.1941, la lettre à Hitler du 13/26.04.1941 et « La situation de l’Athos » rédigée par le secrétaire du monastère Saint-Pantéléimon, le père Basile (Krivochéine). En tout, 27 documents ont été publiés dans ce volume. Ils sont tous accompagnés d’un index, de commentaires et d’un apparat savant. Actuellement, les Archives de l’émigration russe préparent un neuvième tome de leurs documents, qui sera consacré à l’histoire de l’Église orthodoxe russe au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes.

Source

Le patriarche de Serbie Irénée a reçu à Belgrade une délégation de l’Église catholique-romaine pour une visite de travail

Le patriarche de Serbie Irénée a reçu le 24 février, pour une visite de travail, le cardinal Kurt Koch, président du président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Outre le patriarche serbe Irénée, ont assisté à la réception le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque, l’évêque de Zvornik et Tuzla Chrysostome, l’évêque de Toplica Arsène, l’archiprêtre Savo Jović, secrétaire principal du Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe. En ce qui concerne les invités, ont participé : le nonce apostolique Son Excellence Orlando Antonini, l’archevêque Stanislav Hočevar, Mgr Janusz Błachowiak, les prêtres Hyacinthe Destivelle et Robert Pastiuk.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le métropolite de Zagreb Porphyre (Église orthodoxe serbe) : « Les Serbes de Croatie ont peur »

Environ 30.000 Serbes vivent à Zagreb, mais beaucoup ont peur de se déclarer publiquement comme tels, ayant peur que leurs droits pour une vive normale soient menacés, a déclaré le 22 février 2015 le métropolite de Zagreb et Ljubljana Porphyre. Mgr Porphyre estime que la venue à Zagreb du Premier ministre serbe Alexandre Vučić, le jour de la Rencontre du Seigneur, qui est la fête nationale de la Serbie, a constitué un grand encouragement pour les Serbes de Croatie. Le métropolite Porphyre a donné pour exemple le fait que seulement deux à trois cents Serbes viennent le dimanche à l’église. « La raison est la peur. Cela se voit particulièrement lorsque les caméras de quelconques médias sont présentes dans l’église. Alors, les gens viennent encore en plus petit nombre car ils ont peur d’être vus. Ils craignent d’avoir des problèmes », a déclaré le métropolite Porphyre. Celui-ci a ajouté que les problèmes sont divers, mais que les gens, pour être bref, ont peur de voir leurs droits à une vie normale, limités. Par ailleurs, Mgr Porphyre dit qu’il est bien reçu en Croatie, avant tout par les Serbes de ce pays, mais aussi par l’ensemble du public croate. « Je suis souvent présent dans la ville lors des différentes manifestations et je suis reçu partout avec bienveillance. J’ai l’occasion dans une mesure que je juge suffisante d’être présent dans les médias croates. Et je fais tout cela, bien sûr, afin d’encourager notre peuple, dans la mesure où cela est possible » a précisé Mgr Porphyre. Celui-ci estime que la venue du Premier ministre Alexandre Vučić à Zagreb, le jour de la Rencontre du Seigneur, qui est la fête nationale en Serbie, a constitué un grand encouragement pour les Serbes de Croatie ainsi qu’un geste pacificateur pour les relations entre les deux pays. “Je suis heureux que (Vučić) ait participé avec nous à la sainte Liturgie le jour de la Rencontre du Seigneur. Dieu voulait que cela se produise en ce jour. La fête de la Rencontre nous révèle que la rencontre, l’aptitude au dialogue, à la discussion, à la construction de ponts entre les hommes et les peuples est un mode authentique d’existence”, a souligné le métropolite. Il a ajouté que les Serbes de Croatie ont approuvé la venue du Premier ministre serbe. “Il existe de nombreuses questions ouvertes entre la Croatie et la Serbie, qui influent sur le statut du peuple serbe en Croatie et qui ne peuvent se régler sans dialogue. L’absence de communication n’apporte de bien à personne, et les problèmes s’approfondissent. Aussi, la visite du premier ministre serbe, me semble-t-il, est un changement dans les relations entre les deux pays” a conclu le métropolite dans son interview au journal “Blic”.

Source

Le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine donne sa bénédiction à un jeûne renforcé chaque vendredi du grand Carême pour la paix en Ukraine

Le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine a donné sa bénédiction pour que le jeûne soit renforcé pour la paix en Ukraine : chaque vendredi, jusqu’au coucher du soleil, il conviendra de se limiter au pain et à l’eau, et de lire également douze fois le « Notre Père » et douze fois la prière « Réjouis-toi Vierge, Mère de Dieu », avec des prosternations à terre :

« Circulaire du primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine au clergé, moines, moniales et laïcs de ladite Église, sur le renforcement du jeûne pendant la période du grand Carême.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Patriarche oecuménique Bartholomée Ier – discours catéchétique en ouverture du saint et grand Carême

Discours catéchétique en ouverture du saint et grand Carême,
† Bartholomée, par la grâce de Dieu, archevêque de Constantinople-Nouvelle Rome et patriarche œcuménique,
à tout le plérôme de l’Église,
que la grâce et la paix de notre Seigneur Jésus-Christ, ainsi que notre prière, bénédiction et absolution soient avec vous !

« Il est ouvert, le stade des vertus, y entrent ceux qui veulent s’exercer. »

(Dimanche des laitages, laudes.)

Frères et enfants bien-aimés dans le Seigneur,

Notre Seigneur Jésus Christ nous greffe dans Son corps et nous appelle à devenir saints, « car, dit-Il, je suis saint » . Notre Auteur souhaite que nous soyons en communion avec Lui pour bénéficier de Sa grâce, c’est-à-dire pour participer à Sa sainteté. La communion avec Dieu est vie de pénitence et de sainteté, alors que l’éloignement de Lui, le péché, est assimilé par les Pères de l’Église à la « méchanceté du cœur ». Le « péché ne procède pas de la nature, mais de la mauvaise volonté » ou de l’esprit mauvais et « nul, s’il professe la foi, ne pèche » , selon saint Ignace le Théophore.

La sainteté est un attribut du Seigneur, Lui « qui offre et qui est offert, qui reçoit et qui est distribué ». L’officiant qui, par grâce, célèbre le sacrement de la divine eucharistie offre aux croyants « les choses saintes aux saints », le Corps et le Sang du Christ. En réponse à son offrande, il reçoit immédiatement celle du plérôme des orthodoxes: « Un seul est saint, un seul est Seigneur : Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père », «partout mangé et jamais consommé, mais qui sanctifie ceux qui le reçoivent ».

Dans la lutte de l’être humain pour parvenir à la ressemblance de Dieu – raison pour laquelle il fut créé, c’est-à-dire pour obtenir la sainteté –, ne cherchant que le salut de l’homme, l’Église orthodoxe une, sainte, catholique et apostolique « a divinement institué » une période annuelle spécialement consacrée à la prière et à la supplication pour apaiser les passions de l’âme et du corps.

La période qui commence demain c’est la préparation salutaire à « la grande et très sainte Pâque du Christ ». C’est le saint et grand Carême que nous devons vivre « en apportant notre supplication et en implorant le pardon », pour participer véritablement à la sainte Pâque « avec tous les Saints », devenant « saints », confessant devant Dieu et les hommes notre condition de « vases d’argile » brisés quotidiennement par le malin « tombant et nous relevant ». Autrement dit, confesser notre imperfection et faiblesse humaine, ainsi que notre nullité devant Dieu. Faire pénitence et répéter, matin et soir, en tout temps et en toute heure, que, bien qu’étant « saints » par le baptême, « Un seul est Saint, un seul est Seigneur : Jésus Christ, à la gloire de Dieu le Père ».

Or, nous appelons tous les orthodoxes, croyants, ecclésiastiques, moines et moniales, frères, sœurs et enfants, de transformer notre vie, toujours, mais tout particulièrement durant cette période du saint et grand Carême. De nous préparer, par un effort de charité envers notre prochain, à communier avec le Seigneur d’une façon plus réelle encore au jour sans déclin de son Royaume : « la Pâque nouvelle ». Nous vous invitons tous à une vie de sainteté et de combat spirituel pour qu’il soit accordé au monde et à vous – comme un « don de valeur » et un « cadeau parfait » – la possibilité de vaincre le péché. Car « quiconque est né de Dieu ne commet plus le péché (…) et il ne peut plus pécher, parce qu’il est né de Dieu » .

Entrons donc de tout cœur, sans nous assombrir, mais joyeux et radieux, dans le stade spirituel des vertus. Revêtons les armes de Dieu : « la lumière de la charité, l’éclat de l’oraison, la pureté de cœur et l’énergie des forts » . Soyons les compagnons de route du Seigneur en L’implorant de « nous préserver du péril que nous encourrons du fait de nous être séparés de Lui » ; de nous accorder de « nous hâter noblement, le troisième jour, vers la sainte Résurrection qui répand sur l’univers son immortelle clarté » .

Frères et enfants dans le Christ,

Étant une période de préparation et de pénitence, le saint et grand Carême est la voix de notre conscience, intérieure et indicible : un jugement personnel. Lorsqu’elle nous trouve en faute, elle proteste énergiquement, puisque « dans le monde, il n’y a rien de plus virulent », selon saint André de Crète, héraut de la pénitence en tant qu’expérience vécue. Dès lors, par la pénitence, nous devons nous efforcer d’être en paix avec notre conscience pour « offrir l’holocauste mystique des fruits brûlés au feu de notre conscience » , immolant nos passions comme sacrifice d’amour pour notre prochain, à l’instar du Seigneur qui se sacrifia pour « la vie et le salut du monde ». Ce n’est qu’alors que le pardon jaillira du tombeau pour nous aussi et que l’humanité vivra dans le respect mutuel et l’amour, sans les atrocités qui sévissent dernièrement dans le monde. Dans ce combat, nous avons comme alliés et intercesseurs tous les Saints, surtout la très-sainte Mère de notre Seigneur qui, par ses prières, « purifie la conscience ».

Dès lors, comme père spirituel des croyants orthodoxes à travers le monde, nous vous exhortons et vous prions de vous hâter d’entrer dès demain dans le stade des vertus « sans pensées absurdes ni actes illicites » ; marchant dans la Grâce, de purifier les consciences, « affermis » par la pénitence, dans la certitude que la lumière de la Résurrection du Seigneur brillera finalement sur les cieux et la terre, ainsi que sur toute chose « visible et invisible ».

Et « nous tenant devant les portes du sanctuaire du Seigneur », à condition de nous comporter dignement, nous serons revêtus d’une tunique de lumière imitant le Christ et serons gratifiés du « breuvage nouveau » puisé dans la Source d’incorruptibilité, goûtant à la joie du vivifiant tombeau du Seigneur et nous pressant dans l’église jusqu’à « l’autel » où le « redoutable mystère » est célébré. Ainsi soit-il.

Saint et grand Carême 2015

† Bartholomée de Constantinople, fervent intercesseur devant Dieu de vous tous.

Source

Commémoration à Sofia du 65ème anniversaire du trépas de l’archevêque Séraphim (Sobolev), doyen des paroisses russes en Bulgarie, de 1921 à 1950

Le 15 février, le métropolite de Vidine Dométiena a célébré la liturgie en l’église Saint-Nicolas du métochion du Patriarcat de Moscou à Sofia, où se trouve, dans la crypte, la tombe de l’archevêque Séraphim (1881–1950) , homme de sainte vie et thaumaturge. Le métropolite Dométien était assisté par le métropolite de Saratov et Volsk Longin (Patriarcat de Moscou), du secrétaire principal du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Bulgarie, de l’archimandrite Gérasime (Gueorgïev), du recteur de l’église russe l’archimandrite Philippe (Vasiltsev), du représentant de l’Église orthodoxe de Roumanie auprès du Patriarcat de Bulgarie, le prêtre Neluta Opri, du prêtre Alexandre Tchebotarev, du protodiacre Ivan Petkov et des clercs de du métochion. Le patriarche de Bulgarie Néophyte était présent à l’office. Après l’ecténie double, le métropolite Longin a élevé une prière pour la paix en Ukraine. Selon la tradition en vigueur dans toutes les églises bulgares, le Tsar-Libérateur Alexandre II a été commémoré à la Grande Entrée de la liturgie avec tous ceux qui ont péri au combat pour la libération de la Bulgarie du joug turc. L’Évangile a été lu en langue bulgare. À l’issue de la liturgie, le primat de l’Église de Bulgarie, le patriarche Néophyte, a prononcé l’homélie suivante : « Chaque lecture évangélique nous découvre les mystères du Royaume de Dieu et nous apprend comment s’approcher de Lui, et la vie des hommes dont la mémoire est vénérée et gardée par la Sainte Église confirme la véracité de l’enseignement de l’Évangile, incarné dans leur vie et leurs actes. Si l’un ou l’autre saint de Dieu a vécu de façon sainte et agréable au Seigneur, il est compté au nombre des saints immédiatement après sa vie terrestre, lorsqu’il passe à la vie éternelle. Par l’acte de canonisation, l’Église confirme seulement que celui-ci a reçu accès à Dieu et peut intercéder pour nous devant le trône divin. La glorification vient de Dieu, tandis que la canonisation ecclésiale est utile avant tout à nous, qui vivons sur terre. Elle nous permet de savoir que nous avons encore un intercesseur auprès de Dieu et un exemple digne, que nous pouvons suivre dans notre vie. Souvent, le peuple commence à vénérer un saint bien avant la glorification ecclésiale de celui-ci. Les gens affluent à la tombe du saint et aux lieux liés à sa vie, lui adressent leurs prières et témoignent de l’aide pleine de grâce qu’ils ont reçue. Et lorsque ces miracles deviennent toujours plus nombreux, la glorification du saint s’accroît. L’archevêque Séraphim (Sobolev) est un tel saint que nous commémorons aujourd’hui. Mgr Séraphim est un exemple rare d’une pureté inhabituelle, d’une vie pure et juste, d’une humilité merveilleuse, d’absence de méchanceté, de patience et de miséricorde, d’un hiérarque sage avec une pure conscience pastorale. L’ascétisme en Christ, la piété, la croissance dans la grâce et l’acquisition des vertus était unie en lui avec la préservation zélée de la foi orthodoxe ainsi que de la confession de la vérité, qui est le Christ Lui-même, et ce avec courage, mais aussi avec douceur. Sa théologie n’est pas le fruit d’une érudition sèche, mais de l’amour envers le Christ et de sa vie selon Ses commandements. Et on dirait que Dieu Lui-même a témoigné de la justesse de ses convictions, l’appelant à Lui précisément le jour du Triomphe de l’orthodoxie. Dans la personne de l’archevêque de Bogoutchar Séraphim, nous voyons l’un de ces justes dont parle l’Évangile de ce jour, qui ont accompli ce qui nous est commandé par le Seigneur et à qui sont adressés ces paroles : « Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde » (Matth. 25, 34). Selon les témoignages de ses contemporains, encore sur cette terre, il était un ange céleste. Et tant durant sa vie qu’après son bienheureux trépas, par la force de sa prière ardente, Mgr Sérpahim apporte consolation aux affligés, la guérison aux malades, des recommandations dans les circonstances difficiles de la vie, il donne l’aide dans la grâce à tous ceux qui accourent à son intercession et son abondant amour paternel abondant. Nous vous souhaitons à tous, frères et sœurs, en notre nom et celui du Saint-Synode de l’Église de Bulgarie, une bonne fête et vous souhaitons que par l’intercession du saint hiérarque Nicolas de Myre en Lycie, la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ vous accompagne et sanctifie tous les jours de votre vie, Amen ». S’adressant ensuite au métropolite Longin, le patriarche a déclaré : « La Providence divine est merveilleuse, elle qui vous a dirigé, vous précisément, en ce jour mémorable dans notre capitale et dans cette sainte église pour représenter S.S. le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille et la sainte Église orthodoxe russe à ces solennités. Parce précisément sous la coupole de cette église, à l’époque de vos études à l’école supérieure de théologie de Sofia, vous avez célébré devant l’autel et à plusieurs reprises vous avez élevé d’ardentes prières à Dieu devant la tombe de l’archevêque Séraphim que nous honorons aujourd’hui (…) ». À son tour, le métropolite Longin a déclaré : « Votre Sainteté, permettez-moi, encore et toujours d’exprimer ma joie pour ma présence, avec la bénédiction de S.S. le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, en Bulgarie, dans cette ville et cette église qui me sont chères, parmi les gens qui me sont proches. Je suis très heureux de la possibilité d’être présent en ces jours aux solennités en l’honneur de l’archevêque Séraphim d’éternelle mémoire. Tous ceux qui sont présents ici savent quelle place il occupe dans le cœur du fidèle bulgare, dans celui de tout homme qui sait quelque chose à son sujet, qui se rappelle de sa vie ascétique et qui sait combien de consolation et de joie il apporte à ceux qui prient sur sa tombe ». Le métropolite Longin a exprimé l’espoir que « le souhait de très nombreux cœurs de voir canoniser Mgr Séraphim s’accomplir en son temps, Dieu aidant ». Au nom du clergé et des paroissiens de l’église russe, l’archimandrite Philippe a remercié le patriarche Néophyte pour son attention envers l’église russe et sa participation aux manifestations dédiées au 65ème anniversaire du trépas de l’archevêque Séraphim : « Avec la bénédiction du patriarche Cyrille, avec votre bénédiction, en ces jours se sont tenues pour la première fois les manifestations dédiées à Mgr Séraphim. Cette solennités ont montré l’amour et la vénération du peuple bulgare envers l’archevêque d’éternelle mémoire. Mais il y a encore un moment important qu’ont souligné ces solennités : c’est la célébration de la sainte liturgie, à laquelle a assisté presque la moitié des membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Bulgarie. Aujourd’hui, ces solennités s’achèvent par votre présence, votre participation dans la prière à la sainte liturgie et votre bénédiction ». « Ces solennités sont le témoignage de l’unité en Christ de nos peuples. Cette unité commandée par le Christ, doit être gardée par nous et renforcée entre nos peuples orthodoxes, c’est-à-dire renforcée dans la foi au Christ Sauveur. C’est seulement en Lui que nous pouvons être un. Que Dieu fasse que cette unité en Christ reste avec nous toujours, jusqu’à la consommation des siècles ». Ensuite, le métropolite Longin a célébré un court office de requiem dans la crypte pour l’archevêque Séraphim, en présence du patriarche bulgare. Un repas réunissait les participants aux solennités.

Source

La deuxième session de la commission inter-orthodoxe pour la préparation du saint et grand concile s’est achevée

Le 20 février s’est achevée, au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople à Chambésy, ladeuxième session de la commission inter-orthodoxe pour la préparation du saint et grand concile, laquelle avait commencé le 15 février. Avec la bénédiction du patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, l’Église orthodoxe russe était représentée à ladite session par une délégation comprenant le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Hilarion (chef de la délégation) et le vice-président dudit département, l’archiprêtre Nicolas Balachov. Le diacre Anatole Tchouriakov, du même département, participait en tant que traducteur. La commission a achevé la rédaction d’une grande partie du projet de document du concile panorthodoxe intitulé « « La contribution de l’Église orthodoxe au triomphe de la paix, de la justice, de la liberté, de la fraternité et de l’amour entre les peuples et à la suppression des discriminations raciales et autres ». À été également définie la procédure concernant la poursuite des travaux de révision dudit document et de la rédaction des autres projets de décisions conciliaires. La commission spéciale inter-conciliaire continuera ses travaux en mars-avril 2015. Les délégations des quatorze Églises orthodoxes locales ont pris part aux travaux de la commission, sous la présidence du métropolite de Pergame Jean (Patriarcat de Constantinople). La composition des délégations était la suivante :

Patriarcat de Constantinople : protopresbytre Georges Tsetsis, archimandrite Maxime (Pophos).
Patriarcat d’Alexandrie : métropolite du Cap de Bonne Espérance Serge, archimandrite Nicolas Ioannidis.
Patriarcat d’Antioche : métropolite d’Akkar Basile, Georges Ghandour.
Patriarcat de Jérusalem : métropolite de Constantine Aristarque, professeur Théodore Yangou.
Patriarcat de Géorgie : métropolite de Samtavisi et Gori André, protopresbytre Georges Zviadadzé, moine Anthime (Tsavatshishvili).
Patriarcat de Serbie : métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque, évêque de Bačka Irénée, archiprêtre Gajo Gajić.
Patriarcat roumain : métropolite de Târgoviște Niphone, archiprêtre Viorel Ioniţă.
Patriarcat de Bulgarie : métropolite de Varna et Velikopreslav Jean, métropolite de Nevrokop Séraphim
Église orthodoxe de Chypre : métropolite de Paphos Georges, professeur Nicolas Zakharopoulos.
Église orthodoxe de Grèce : métropolite de Dimitrias Ignace, métropolite de Messinia Chrysostome
Église orthodoxe d’Albanie : métropolite de Korçë Jean, évêque d’Appolonia Nicolas.
Église orthodoxe de Pologne : évêque de Siemiatycze Georges, archiprêtre André Kuzma.
Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie : archevêque de Michalovce-Košice Georges.

Le secrétariat de la commission était assuré par le métropolite de Suisse Jérémie, l’archidiacre Jean Chrysavghis et V. Phidas (Patriarcat de Constantinople).

Source

Plus de 70 000 personnes ont vénéré la relique de la main droite de saint Dimitri de Thessalonique au monastère Novospassky à Moscou

Du 5 au 18 février, la relique de la main droite de St Dimitri de Thessalonique a séjourné au Nouveau monastère du Sauveur (Novospassky) à Moscou. Plus de 70 000 personnes sont venues vénérer la sainte relique.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Rencontre du pape et patriarche d’Alexandrie avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras

Le 19 février a eu lieu une rencontre entre le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore. La rencontre, dans un climat chaleureux, a eu lieu au palais Maximou et a donné lieu à un change concernant des questions d’intérêt commun. Le patriarche d’Alexandrie a informé le premier ministre au sujet du patriarcat et de la situation des chrétiens au Moyen Orient. Le premier ministre a écouté le patriarche avec intérêt et l’a assuré qu’il serait à ses côtés. Des cadeaux ont ensuite été échangés. Selon les informations de l’agence Romfea.gr le patriarche Théodore a invité le premier ministre grec le 24 avril, à l’occasion de la bénédiction de l’église Saint-Georges au Caire, laquelle a été restaurée. L’invitation a été acceptée.

Source

Le patriarche d’Antioche Jean X est en visite en Russie

Le patriarche d’Antioche Jean X est en visite en Russie. Le primat de l’Église d’Antioche y évoquera la situation des chrétiens au Moyen Orient avec le patriarche Cyrille et le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Serge Lavrov. Le Fonds international de l’unité des peuples orthodoxes remettra son prix annuel au patriarche Jean X. Celui-ci, élu à la dignité patriarcale en décembre 2012, a déjà visité Moscou l’année passée. Ce fut sa première visite officielle. Le secrétaire du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Yakitmtchouk a déclaré à l’agence RIA Novosti que la remise du prix du Fonds international de l’unité des peuples orthodoxes aura lieu le 20 février en la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, « pour l’apport exceptionnel du patriarche Jean X à l’œuvre du renforcement de l’unité orthodoxe ».

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Des offices d’intercession devant une icône miraculeuse sont célébrés dans toutes les gares de Moscou

Une procession avec l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu dite « Apaisement des cœurs malveillants », de laquelle s’exsude une huile parfumée a eu lieu le 18 février dans toutes les gares ferroviaires de Moscou. Dans chacune des neuf gares que compte la capitale, un office d’intercession pour la sauvegarde de la paix a été célébré devant ladite icône miraculeuse. Les gares n’ont pas été choisies arbitrairement pour ces célébrations : récemment, les gares de Leningrad, Paveletsky et Koursk, ont été évacuées suite à des alertes terroristes qui se sont avérées sans fondement. L’icône donne si abondamment cette huile parfumée qu’avec le temps, le cadre en bois de l’icône qui, à l’origine, ne pesait que quelques kilos, a maintenant atteint un poids de 20 kg. Cette icône voyage beaucoup en Russie et dans le monde. Elle partira le 19 février à Mourmansk, puis, du 6 mars jusqu’à Pâques se trouvera aux États-Unis.

Source

La Commission interorthodoxe spéciale poursuit ses travaux

La réunion de la Commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du concile panorthodoxe se poursuit au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople de Chambésy, près de Genève. Ses membres examinent le projet de document « La contribution de l’Église orthodoxe au triomphe de la paix, de la justice, de la liberté, de la fraternité et de l’amour entre les peuples et à la suppression des discriminations raciales et autres », adopté par la troisième conférence préconciliaire panorthodoxe (28 octobre – 6 novembre 1986). S’adressant aux membres de l’assemblée, le métropolite Hilarion de Volokolamsk leur a transmis les bons souhaits du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, partageant les opinions des archipasteurs de l’Église orthodoxe russe sur le processus de préparation du concile panorthodoxe, exprimées pendant la conférence épiscopale des 2-3 février. Le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a aussi présenté ses réflexions sur la révision du document. En marge de la réunion, le métropolite Hilarion a rencontré d’autres hiérarques représentant leurs Églises locales à la commission.

Source

Bruxelles : première paroisse orthodoxe polonaise à l’étranger

Le 8 février s’est avéré une date historique non seulement pour la communauté orthodoxe à Bruxelles, mais également pour l’ensemble de l’Eglise orthodoxe en Pologne. Ce jour-là, s’est déroulée une liturgie inaugurale de la première paroisse orthodoxe polonaise à l’étranger. Des efforts ont été réalisés pour que la paroisse polonaise puisse naître, et ce, pendant plusieurs années. Au milieu de l’année dernière, ces efforts ont pris enfin la ligne droite d’arrivée. Fin décembre, fut bénit pour devenir prêtre un jeune et énergétique homme du nom de Pawel Cecha. Sa connaissance des langues étrangères, y compris du français, a conduit à lui confier la garde du bien-être spirituel de la nouvelle communauté en formation.
Le premier office a eu lieu dans la chapelle œcuménique de la Résurrection, rue Van Maerlant 22. Malgré la grande forme cylindrée de la chapelle, dimanche, il y a eu des difficultés pour accueillir tous les fidèles qui sont venus assister à la liturgie. On estime que près de 250 personnes étaient présentes. Dès 8 heures, père Pawel attendait des volontaires pour la confession. Le chœur sous la direction de la femme du père Pawel, Marta Cecha, et soutenu activement par deux jeunes filles, répétait continuellement jusqu’au début de l’office. Les quatre grands chandeliers n’ont pas été en mesure d’accueillir près de la moitié des bougies achetées par les fidèles. Certains avec joie, d’autres avec des larmes d’émotions attendaient le premier „Béni est le Royaume…”. Père Pawel, assisté des pères Evangelos et Konstantinos, a commencé l’office ponctuellement à 10h. Le chœur malgré le stress et les inquiétudes a chanté très surement et efficacement. La liturgie était célébrée en slavon mais de nombreux passages tels que la lecture des Lettres des Apôtres, l’Évangile, quelques prières et les litanies ont été lus en polonais. Pères Evangelos et Konstantinos ont donné aussi une litanie en français.
Dans l’homélie du dimanche, père Pawel a rappelé aux réunis le cycle et ordre qui règnent dans le calendrier de l’église orthodoxe – les dimanches préparatoires, le jeûne (lors de la célébration, ainsi que par l’analogie du fils prodigue à l’expérience de l’eucharistie). À l’eucharistie, ont participé des dizaines de personnes dont un nombre assez important d’enfants. Une fois le service terminé, Père Pawel a remercié tout le monde pour la présence, mais aussi pour les efforts fournis dans l’organisation et la préparation de la première liturgie paroissiale. Le prêtre a également invité les personnes présentes à prolonger l’office sous forme de réunion conjointe autour d’un café et des gâteaux.
La paroisse a été créée grâce à un accord avec L’Église de Pologne et le Patriarcat de Constantinople. Selon l’accord, la paroisse polonaise est légalement ancrée dans les structures du patriarcat, mais le choix du prêtre appartient au métropolite de Varsovie. Le prêtre appartient aussi au clergé de l’Église polonaise. Pendant les services religieux sont mentionnés les supérieurs comme suit: le patriarche de Constantinople, métropolite de Varsovie et de toute de la Pologne et le métropolite de Belgique.
À l’heure actuelle, la paroisse ne dispose pas de son propre bâtiment, mais des démarches ont déjà été entreprises en vue d’obtenir un tel endroit.

Source

Le président français a invité le patriarche œcuménique à la réunion internationale sur le climat qui se tiendra aux Philippines

Sur l’invitation du président français François Hollande, le patriarche Bartholomée se rendra aux Philippines afin de participer avec d’autres personnalités à la réunion internationale sur le climat, qui aura lieu du 26 au 27 février, en vue de la prochaine 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Paris au mois de décembre. Le patriarche œcuménique se rendra aux Philippines avec le président français. Nous publions ci-après le communiqué y relatif du Patriarcat œcuménique : « En vue de la convocation en décembre prochain, à Paris, de la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21), une réunion aura lieu pendant deux jours, les 26 et 27 février aux Philippines au sujet du climat et de l’itinéraire d’un appel commun vers la mobilisation mondiale pour le succès de la Conférence de Paris. Son Excellence le président de la République française François Hollande, se rendra dans le but susmentionné aux Philippines et sera accompagné par « de nombreuses personnalités connues pour leur combat en faveur de la paix, l’environnement et le développement durable » comme il l’est dit dans l’invitation, Sa Toute-Sainteté le Patriarche étant inclus au nombre desdites personnalités. Celui-ci a volontiers accepté cette invitation honorifique et y participera. Il sera accompagné de S.E. le métropolite de France Mgr Emmanuel et du révérendissime Archidiacre du Patriarcat œcuménique et professeur Ioannis Chrysavghis. Sa Toute-Sainteté reviendra le 28 février, Dieu voulant, à Constantinople ».

Source

Début de la deuxième réunion de la Commission interorthodoxe spéciale

La deuxième réunion de la Commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du Concile panorthodoxe a débuté le 16 février 2015, au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople de Chambésy, près de Genève.
A la bénédiction de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute les Russies, l’Église orthodoxe russe est représentée par une délégation présidée par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. La délégation se compose en outre de l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, et du diacre Anatole Tchouriakov, employé du DREE, interprète.
La commission a été créée suivant une décision de l’Assemblée des primats des Églises orthodoxes locales, qui se déroulait à Istanbul les 6-9 mars 2014. Elle poursuivra les travaux de révision des projets de documents du Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe entamés lors de sa première réunion, qui a eu lieu du 30 septembre au 3 octobre 2014.

Profanation de l’église orthodoxe de Karlovac (Croatie)

La joie de la fête de la Rencontre du Seigneur (15 février selon l’ancien calendrier) a été assombrie, pour les Serbes de Croatie, par la profanation de l’église Saint-Nicolas, à Karlovac. Après avoir fracturé les portes, dans la nuit du 14 au 15 février, de malfaiteurs ont pénétré dans l’église et profané le sanctuaire, puis dispersé dans l’église les livres et objets liturgiques. Toutes les croix ont été volées, les rhipides [éventails liturgiques] ont été brisés et les objets destinés au baptême ont été endommagés. Selon les déclarations des représentants de l’Église orthodoxe serbe, des profanations semblables dans les églises du diocèse de Gornji Karlovac se reproduisent d’année en année. Le dernier délit enregistré remonte à la fin de l’année 2014. Les fautifs n’ont pas été trouvés. Les vandales laissèrent alors des graffitis menaçants et injurieux sur les murs de la même église. Par cela, ils voulaient montrer leur haine envers les lieux saints orthodoxes et les habitants de la région. Les représentants de l’Église orthodoxe serbe signifient des incidents semblables aux autorités croates depuis des années.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a envoyé une lettre au patriarche de Constantinople Bartholomée au sujet de la rencontre de celui-ci avec le pape François.

Dans un article intitulé « Les moines du Mont Athos sont inquiets des contacts du Patriarche Bartholomée et du Vatican », publié le 6 février par l’agence de presse Ria Novosti, qui se réfère à la lettre de la Sainte Communauté au patriarche de Constantinople publiée ici, il est fait mention d’une réaction du patriarche de Moscou Cyrille au sujet de la rencontre du pape François et du patriarche Bartholomée à Constantinople :

« Le vice-président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Nicolas Balachov, commentant, à la demande de l’agence de presse Ria Novosti la réaction [de la Sainte Communauté du Mont Athos, ndt] qui a suivi la rencontre du patriarche Bartholomée et du pape François à Istanbul, a déclaré que le primat de l’Église russe, en réponse à l’information reçue par lui de Constantinople sur la rencontre mentionnée, a également, de son côté, envoyé une lettre au patriarche Bartholomée. « Dans la lettre <…>, il est dit que, dans les conditions du monde contemporain, lorsque les normes fondamentales de l’éthique chrétienne sont de plus en plus refoulées de la vie publique des pays occidentaux, le développement des relations avec les chrétiens hétérodoxes qui restent fidèles aux valeurs évangéliques fondamentales peut apporter de bons fruits si ledit développement « est accompagné du souci de préserver la pureté de l’enseignement orthodoxe et de l’observation sans défaillance de la tradition canonique de l’Église orthodoxe » a dit le père Nicolas Balachov. L’archiprêtre a ajouté que « le patriarche Cyrille a estimé positivement le message sur la défense des chrétiens du Moyen Orient, contenu dans la déclaration commune du pape de Rome et du patriarche de Constantinople, ainsi que l’appel lancé à toutes les parties à la guerre civile en Ukraine à passer de la confrontation au dialogue et au règlement pacifique du conflit ».

Source

La Grèce et la Russie fêteront ensemble le millénaire du monachisme russe sur le Mont Athos

Les ministres des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et de Grèce, Serge Lavrov et Nikos Kodzias se sont mis d’accord le 11 février pour organiser en commun, en 2016, « L’année de la Russie en Grèce » et « L’année de la Grèce en Russie », ainsi que pour coopérer dans l’organisation de la fête du millénaire de la présence du monachisme russe sur la Sainte Montagne de l’Athos. À l’occasion de leur rencontre, le 11 février à Moscou, les ministres ont discuté en détails l’état des relations bilatérales, les perspectives futures du développement de la collaboration russo-grecque dans différents secteurs, dont notamment le renforcement des relations dans le domaine de la culture.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

L’Église orthodoxe de Bulgarie propose une meilleure promotion du tourisme religieux

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Bulgarie a proposé une meilleure promotion des lieux saints du pays auprès des touristes et leur inclusion dans des circuits de pèlerinages. Ces questions ont été soulevées pendant la rencontre des représentants du Saint-Synode, dont le patriarche de Bulgarie Néophyte avec la ministre du tourisme Nikolina Angelkov. Il a été décidé, lors de la rencontre, que le Saint-Synode aurait un représentant auprès du Conseil national du tourisme. À ce stade, le représentant du Saint-Synode n’aura pas le droit de vote, mais sera autorisé à participer et à faire des déclarations lors des réunions du Conseil national du tourisme. On s’attend à ce qu’un accord de partenariat soit bientôt conclu entre l’Église orthodoxe de Bulgarie et le ministère du tourisme. Les possibilités de promotion des saints lieux – monastères, églises, icônes miraculeuses et saintes reliques – et leur inclusion dans les circuits touristiques ont également été discutées. Selon les représentants du Saint-Synode, les pèlerinages sont sous-développés en Bulgarie. La ministre Angelkov a déclaré que les monuments orthodoxes importants, qui pourraient être inclus dans des circuits de pèlerinages, doivent être répertoriés. En outre, les participants à la réunion ont discuté d’un mécanisme par lequel une part des droits d’entrée aux saints lieux serait allouée à leur entretien et à améliorer l’accès des touristes. L’accès aux églises orthodoxes dans des buts touristiques sera réglementée, de telle façon que l’ordre soit respecté. En outre, l’information présentée aux touristes devra être appropriée et conforme aux traditions orthodoxes. Enfin, le Saint-Synode présentera une liste des églises et lieux orthodoxes importants qui pourraient faire l’objet de films thématiques et d’autres matériaux destinés à promouvoir le tourisme en Bulgarie.

Source

Nouvelles décisions du Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine

Une séance de travail du Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine a eu lieu les 5 et 6 février en la résidence patriarcale, sous la présidence du patriarche Daniel. Entre autres, les décisions suivantes ont été prises :

– L’approbation du nouveau règlement des autorités canoniques disciplinaires et des instances de justice de l’Église orthodoxe roumaine.

– La coopération pastorale inter-frontalière des diocèses orthodoxes roumains du pays et de ceux qui se trouvent près des frontières de la Roumanie, ayant pour but l’organisation et le déroulement de projets et de programmes communs à caractère pastoral et missionnaire, social et caritatif, culturel et éducatif.

– L’évaluation périodique par les Centres diocésains des moines et prêtres qui développent une activité de communication dans l’espace virtuel. L’utilisation par les clercs orthodoxes de moyens de communication virtuelle dans toute l’activité ecclésiale doit être effectuée dans le but de promouvoir la mission, la vie spirituelle et l’unité de l’Église, non à leur détriment.

Étant donné que la motivation de la Cour constitutionnelle de Roumanie, par sa décision N°669 du 12 novembre 2014 concernant le cours de religion affirme l’importance de celle-ci dans l’éducation des élèves, les diocèses assisteront les parents d’élèves à prendre conscience de la nécessité pour les élèves de continuer le cours de religion et d’étudier celle-ci systématiquement durant toute la période de scolarisation.

Source

Dans la région de Tcherkassy (Ukraine), les schismatiques et le parti « Pravy Sektor » s’emparent d’une église

Selon les informations du diocèse d’Oumansk, le 12 février, après la liturgie, un groupe de personnes portant une tenue camouflage avec les insignes de « Pravy Sektor » a bouclé l’église de l’Exaltation-de-la-Sainte-Croix du village de Velikaïa Sevastianovka dans le district de Khristinovka, dans la région de Tcherkassy. Cela avait été précédé d’une « assemblée », au cours de laquelle des gens qui n’habitent pas le village et n’ayant aucun rapport avec celui-ci, ont accablé d’injures les fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Les personnages en tenue camouflage ont chassé le doyen du district de Khristinovka, l’archiprêtre Basile Mikhantchouk, sans lui laisser la possibilité de s’exprimer. Les organisateurs de « l’assemblée » ont menacé et forcé le prêtre local à passer au schisme. Ensuite, ils ont mis en place une garde autour de l’église et n’ont pas laisser entrer les fidèles à l’église. Les représentants du conseil municipal ont été empêchés de s’opposer aux actes illégaux des radicaux de passage, ce qui provoque encore un foyer d’hostilités interconfessionnelles.

Source

Appel du primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine à l’occasion de l’anniversaire des événements de la place Maïdan à Kiev

Appel du primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine à l’occasion de l’anniversaire des événements de la place Maïdan à Kiev.

Chers frères et sœurs,
Chers concitoyens,

Alors que l’on commémore toutes les victimes des affrontements sanglants sur la place Maïdan de Kiev, je souhaite m’adresser à tous les fidèles enfants de l’Église orthodoxe d’Ukraine et, avec eux, à tous ceux qui ne sont pas indifférents au sort de l’État ukrainien. Au moment où notre patrie traverse les épreuves du feu, nous offrons à Dieu notre tristesse et notre chagrin dans la prière. Il y a un an, le monde entier était ému par les événements, précisément ici à Kiev, lesquels ont coûté la vie à plus d’une centaine de nos compatriotes. Leur sacrifice a constitué le début d’une tragédie encore plus grande, qui a écrit l’année passée une page sanglante de l’histoire ukrainienne. Nous, avec des milliers de veuves et d’orphelins, avec les mères inconsolables des meilleurs fils de l’Ukraine qui sont tombés à l’Est de notre patrie, avec tous les nécessiteux et les estropiés, avec tous ceux qui ont perdu leur maison, nous supplions Dieu de donner la sagesse et l’amour chrétien à tous ceux dont dépend la cessation de cette horrible effusion de sang. Nous prions Dieu avec insistance d’apporter à la terre d’Ukraine la paix tant attendue. Au nom de l’Église orthodoxe d’Ukraine millénaire, j’appelle tous ceux qui se disent chrétiens d’arrêter immédiatement de s’entretuer. Des civils coupables en rien, des femmes, des vieillards et, le plus terrible, des enfants sans péchés, sont quotidiennement les victimes des affrontements. Dans quelques jours, l’Église commencera la semaine des laitages. Habituellement, en Ukraine, c’est dans les réjouissances que l’on attend en ces jours le début du grand Carême. Toutefois, en se rappelant de la tragédie sanglante de Maïdan, dont l’anniversaire coïncide avec ladite semaine, en se rappelant des milliers de victimes l’an passé dans l’est de l’Ukraine, en se rappelant qu’aujourd’hui aussi, et peut-être à l’heure actuelle les gens y perdent leur vie, l’Église orthodoxe d’Ukraine annule toutes les festivités qui ont traditionnellement lieu à cette époque de l’année. J’appelle les représentants de la culture et des arts, aux médias, à tous nos compatriotes, à s’unir à cette initiative. Ce n’est pas maintenant le moment des distractions et des réjouissances. C’est maintenant le moment de la prière et du jeûne, le moment de l’expiation des péchés pour l’avenir de notre Ukraine et de ses descendants ».

+ Onuphre, métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine

Source

L’archimandrite Jean Renneteau est élu évêque auxiliaire du patriarche œcuménique et mis à la disposition de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale relevant dudit Patriarcat

Le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique s’est réuni sous la présidence du patriarche Bartholomée du 11 au 13 février. Durant cette session, tous les sujets retenus à l’ordre du jour ont été examinés et les décisions relatives à celui-ci ont été prises. Lors de la dernière session, sur la proposition du patriarche œcuménique Bartholomée et par les suffrages canoniques du Saint-Synode en la cathédrale patriarcale, le révérendissime archimandrite du trône œcuménique, le père Jean Renneteau, recteur de la paroisse francophone Sainte-Catherine et Sainte-Trinité de Genève, du diocèse métropolitain de Suisse, a été élu à l’unanimité évêque auxiliaire auprès du patriarche œcuménique, avec le titre de l’évêché jadis florissant de Charioupolis. Le patriarche mettra le nouvel évêque à disposition de l’Exarchat patriarcal des églises orthodoxes en Europe occidentale de tradition russe, pour ses nécessités. À la fin de cette session, des allocutions ont été échangées entre le métropolite de Chicago Jacques, de la part des membres sortants du Saint-Synode et le Patriarche œcuménique, à l’occasion du terme de la présente période synodale.

Source

Au monastère de Saint-Pantéléimon, sur le Mont Athos, ont été célébrés les saints martyrs et confesseurs de Russie

Le 8 février, les moines du monastère de Saint-Pantéléimon, sur le Mont Athos, ont célébré, avec toute l’Église orthodoxe russe, les saints martyrs et confesseurs de Russie. Parmi ceux-ci se trouvent des moines athonites russes qui avaient vécu à Saint-Pantéléimon et dans d’autres monastères du Mont Athos.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

L’archevêque d’Ohrid Jean est arrivé en Russie

Le 8 février, à l’invitation du patriarche de Moscou Cyrille, est arrivé en Russie l’archevêque d’Ohrid Jean (Vraniškovski), pour y être soigné. L’archevêque Jean a été accueilli à l’aéroport de Cheremetievo par l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du département relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et le collaborateur du secrétariat du même organisme A. Khochev. L’archiprêtre Nicolas Balachov, au nom du président dudit département, le métropolite de Volokolamsk Hilarion, a salué son hôte, exprimant sa joie pour la libération de l’archevêque. Celui-ci est accompagné par le recteur du métochion russe à Sofia, l’archimandrite Philippe (Vasiltsev) et la mère du hiérarque Mme Vraniškovski. Le même jour, l’archevêque s’est rendu à Saint-Pétersbourg, où il a été accueilli par l’évêque de Cronstadt Nazaire et l’higoumène Sophie (Silina), higoumène du monastère de Novodievitchi, dans lequel le patriarche Cyrille a donné sa bénédiction à l’archevêque Jean de séjourner en vue d’y être soigné.

Source

Le représentant de l’Église orthodoxe russe à Strasbourg craint la répétition en Ukraine des persécutions soviétiques contre les croyants

Le représentant de l’Église orthodoxe russe à Strasbourg, l’higoumène Philippe (Riabykh), a appelé à ne pas permettre la répétition des persécutions contre les orthodoxes, semblables à celles qui se sont produites à l’époque soviétique. Comme cela a été communiqué, le Parlement de la ville de Kiev a rayé l’Église orthodoxe d’Ukraine de la liste des organisations religieuses bénéficiant de facilités relatives au payement de l’impôt immobilier. Le maire de Kiev Vitaly Klitchko a qualifié la décision des députés d’inconstitutionnelle et a demandé de l’abroger. « Il est alarmant que 78 députés, à Kiev, ont voté pour cette décision. Cela montre l’atmosphère ambiante chez les représentants des autorités, qui sont prêts à déclarer une organisation religieuse comme leur ennemi politique et à aller dans le sens de sa discrimination et de porter atteinte à ses droits » a déclaré le prêtre dans une interview publiée lundi dernier dans le journal russe « Ogoniok ». Le représentant de l’Église a mentionné les nombreux faits de destructions et d’incendies volontaires des églises orthodoxes, d’églises dont se sont emparés le ‘Patriarcat de Kiev’ autoproclamé, ainsi que les menaces aux clercs et aux fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine. À son avis, les décisions semblables à celle du conseil municipal de Kiev, « ne font que jeter de l’huile sur le feu des confrontations entre les citoyens de l’Ukraine ». « La représentation de Strasbourg informe le Conseil de l’Europe de ces faits. Je suggère qu’on le fasse plus intensivement, car dans le cas contraire nous ferons face à des persécutions ouvertes de l’Église canonique en Ukraine, semblables aux persécutions soviétiques athées », conclut le prêtre.

Source

Une délégation d’évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières a effectué un pèlerinage en Ukraine et a célébré à la Laure des Grottes de Kiev les 7 et 8 février

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Pour la première fois depuis un siècle, une nouvelle église orthodoxe sera construite à Varsovie

Pour la première fois depuis un siècle, une nouvelle église orthodoxe sera construite à Varsovie, avec un bâtiment administratif. Le projet architectural sera inspiré de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, avec de grandes coupoles. La superficie du terrain est d’un hectare et demi. La nouvelle église desservira les orthodoxes du sud de Varsovie et de la ville de Piaseczno. Les travaux commenceront au début du mois d’avril 2015.

Source

Patriarche oecuménique Bartholomée : « La déification dans la tradition orthodoxe »

Nous vous proposons ci-dessous la traduction de la conférence du patriarche œcuménique Bartholomée « La déification dans la tradition orthodoxe », prononcée à l’université de Louvain (KU Leuven) le 29 janvier dernier.

LA TRANSFIGURATION DU MONDE ENTIER
Implication contemporaine de la doctrine orthodoxe de theosis
Patriarche œcuménique Bartholomée

(i) Introduction: La théologie en contexte postmoderne
C’est pour nous une joie sincère et un privilège de nous adresser à l’Institut pour l’étude de la spiritualité et la Faculté de Théologie et d’Etudes religieuses –en particulier le Groupe de recherche en contexte postmoderne – de la Katholieke Universiteit Leuven. Nous nous remémorons avec grande joie et gratitude avoir reçu un doctorat honoris causa de votre honorable institution il y a une vingtaine d’années, une distinction qui nous honore particulièrement. Cette relation encourage un plus grand et constant engagement en vue d’une coopération interdisciplinaire et interreligieuse pour résoudre les défis sociaux et politiques cruciaux de notre temps.
C’est ainsi que nous concevons votre conférence consacrée à la theosis, car vous cherchez à accroître le dialogue entre les Eglises d’Orient et d’Occident. En outre, c’est aussi la manière dont nous entendons “faire de la théologie dans un contexte postmoderne.” Nous sommes convaincus que le thème de votre conférence conduit à une plus large évaluation des questions globales auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés eu égard aux droits de l’homme et de la liberté religieuse. Le thème de la divinisation a lui aussi des implications socio-politiques plus larges, qui transcendent l’aspect religieux proprement dit pour s’étendre aux questions globales comme la crise environnementale. La mystique, en effet, ne peut être simplement réduite à une expérience individuelle ou une expression spirituelle.
En pressentant et en affirmant qu’il existe un lien essentiel et vital entre la théologie mystique, la recherche académique et les questions mondiales, nous ne déprécions pas l’importance transformatrice du concept de divinisation ni ne diminuons l’influence, sur le plan de la formation, qu’exercent les études dans un cadre universitaire. Nous mettons simplement en exergue l’interrelation critique de tous les domaines et disciplines afin de répondre et de résoudre les questions qui touchent notre monde. Ce que le mystique accomplissait au moyen-âge dans sa cellule monastique ; ce que le savant poursuit dans la bibliothèque de cette université catholique ou toute autre université ; et ce à quoi tout citoyen de notre société globale appelle en matière de compréhension mutuelle et la tolérance respectueuse ; tout cela est intégralement et inséparablement lié. Cest précisément pour cette raison que nous avons accepté avec plaisir l’invitation à participer à votre conférence “Mystical Theology Network”. C’est ce que nous espérons vous transmettre par notre modeste contribution.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Communiqué du diocèse de Ras et Prizren (Kosovo) au sujet des déclarations tendancieuses de la presse albanophone concernant l’église du Christ Sauveur à Priština

Des textes publiés dans certains médias du Kosovo en langue albanaise prétendent pour la énième fois que la cathédrale du Christ Sauveur, au centre de Priština, aurait été construite illégalement et, pour cette raison, doit être détruite. Le diocèse de Ras et Prizren de l’Église orthodoxe serbe, à cette occasion, souligne à nouveau que la construction de ladite église a commencé sur un terrain qui est la propriété de l’Église orthodoxe serbe, selon les procédures légales existantes à l’époque. Le diocèse dispose de la documentation détaillée avec les permis et les extraits du cadastre qui prouvent que toute affirmation au sujet d’une construction soi-disant illégale est sans fondement. La construction de l’église a commencé en plein accord avec les institutions de l’État et de la province, ainsi que de la direction de l’Université de Priština, qui se trouve dans le voisinage. Aucune plainte n’a été déposée relativement à la construction en question. Si l’on prétend que ladite construction doit être légalisée, cela doit alors être valable pour tous les édifices construits à cette époque conformément aux normes légales alors en vigueur. L’interprétation sélective de la loi au détriment de l’Église orthodoxe serbe est plutôt du domaine de la discrimination sur la base ethnique ou religieuse que d’une quelconque législation. La construction de l’église du Christ Sauveur a commencé en 1992, alors qu’environ 40.000 Serbes vivaient à Priština. Étant donné que l’Église orthodoxe serbe ne possédait qu’une petite église, insuffisante pour couvrir les besoins des fidèles, la construction d’une église plus grande était indispensable. L’affirmation selon laquelle la construction de cette église était motivée politiquement constitue une provocation. En effet, l’idée de construire une église a été promue par l’évêque de Ras et Prizren Paul, futur patriarche de Serbie, qui a reçu l’accord des institutions alors compétentes pour ce projet. En outre, le terrain sur lequel se trouve encore l’église inachevée du Christ Sauveur au centre de Priština est toujours en possession cadastrale de l’Église orthodoxe serbe, ce que prouve le dernier extrait du cadastre du Kosovo de 2012. Aussi toutes les spéculations au sujet d’une soi-disant construction illégale de cette église sont infondées et constituent une tentative d’exploitation politique abusive de cette question. L’évêque de Ras et Prizren a, en temps opportun, fourni tous les documents relatifs à la construction de ladite église et la propriété du terrain à toutes les institutions internationales au Kosovo et en Metochie, et est prêt à défendre ses droits par tous les moyens légaux. Toute attaque dirigée contre cette église sera une attaque contre l’Église orthodoxe serbe elle-même, dont les droits sont clairement réglementés.

Source

Lettre de la Sainte Communauté du Mont Athos au patriarche Bartholomée au sujet de la visite du pape de Rome à Constantinople en novembre 2014

La Sainte Communauté du Mont Athos a adressé au patriarche de Constantinople Bartholomée une lettre concernant la visite du pape de Rome à Constantinople en novembre 2014. Rédigée au mois de décembre, elle a été publiée seulement maintenant.

« Très saint Père et Seigneur,

Nous nous adressons à votre Toute-Sainteté avec profond respect dans le Seigneur, vous soumettant nos civilités filiales et nos humbles vœux à l’occasion du seuil de la nouvelle année de la bonté du Seigneur, commémorant jours et nuits Votre vénérable nom dans nos humbles prières.

Ayant été rendus dignes de nous installer au saint Jardin de Notre Dame la Mère de Dieu, célébrant les offices sacrés ou lisant les écrits des Pères théophores, nous vénérons parmi les saints le hiéromartyr Cosmas le Protos (1) et ceux qui étaient avec lui, car par leur confession et leur sang ils ont « maintenu l’Église immaculée de l’illusion de l’erreur », « ne voulant pas communier avec les latinophrones et s’accorder avec eux » (tropaire de la 3ème ode et kondakion). De même, avec saint Nicodème l’Hagiorite, nous glorifions saint Marc d’Éphèse Eugenikos, car il « se montra inflexible devant les attaques des adversaires de la foi divine, les falsificateurs latins qui altérèrent celle-ci » et nous lisons ailleurs, chez saint Silouane l’Athonite : « Comme nous sommes heureux, chrétiens orthodoxes, car le Seigneur nous a donné la vie dans l’Esprit… Je crois seulement en l’Église orthodoxe, car en celle-ci se trouve la joie du salut, qui s’acquiert par l’humilité en Christ ! »

Éduqués dans cette tradition spirituelle et méditant sur les luttes des Pères d’autrefois et de l’époque récente pour notre sainte foi sans innovation, il nous est difficile de comprendre ce qui s’est produit, lors des jours de fête de la mémoire du saint apôtre André le Premier appelé. En effet, en l’instant très-sacré de la sainte Anaphore, notre Patriarche, sortant du saint sanctuaire, a donné le baiser liturgique au pape de Rome qui avait revêtu l’omophore et qui a ensuite prononcé la Prière du Seigneur.

Ayant écouté l’inquiétude des pères et frères qui vivent dans l’ascèse sur la Sainte Montagne, nous exprimons la perplexité qui nous frappe, car les faits susmentionnés blessent le sentiment dogmatique et liturgique, provoquant en outre la confusion dans les consciences des chrétiens dans le monde entier. Répétés, ces faits donnent le sentiment qu’ils ne servent à rien, si ce n’est à provoquer le scandale, compte tenu de la stagnation du dialogue théologique qui a commencé depuis des décennies, de sorte que la vision de l’unité dans la vérité et dans une seule foi paraît être une réalité inaccessible. Et ce alors que de nombreux catholiques-romains, déçus par la sécularisation de l’Église occidentale, imprégnée des doctrines hérétiques du papisme, cherchent une issue dans l’Église orthodoxe.

En tant que Sainte Communauté, Votre Toute-Sainteté, nous avons considéré comme un devoir filial de vous faire part de notre vive inquiétude, nous qui aspirons à ce que reste inébranlable l’unité ecclésiale des orthodoxes du monde entier et de notre corps athonite, car nous ne cachons pas que nous sommes affligés et inquiets à l’idée de l’éventualité de revivre les événements qui ont eu lieu ici, il y a cinquante ans (2). Nous ne souhaitons naturellement pas les voir se renouveler, car nous en supportons encore les conséquences douloureuses, comme cela vous a été rapporté par notre lettre de la Sainte Communauté N° F2/7/1679/18.7.2014.

Conscients du lourd fardeau que vous portez, nous vous soumettons cela avec peine et serrement de cœur, demandant filialement que vous vous préoccupiez paternellement d’apaiser les consciences de nos frères « pour lesquels le Christ est mort », demandant Vos prières patriarcales et révérant profondément votre précieuse Droite ».

Tous les représentants et délégués des vingt monastères de la Sainte Montagne de l’Athos en synaxe commune ».

____________
(1) Ayant refusé l’Union de Lyon (1274), il fut martyrisé par les soldats de l’empereur Michel VIII Paléologue (ndt)
(2) C’est-à-dire l’interruption de la commémoration du Patriarche de Constantinople dans la plupart des monastères athonites (ndt).

Source

L’évêque Clément (Église orthodoxe d’Ukraine) : « Hier, j’ai entendu qu’un chef religieux s’est rendu aux États-Unis pour demander des armes »

Le « patriarche » schismatique ukrainien, Philarète Denisenko, s’est rendu aux États-Unis, où il a décoré John McCain et a demandé aux États-Unis des armes pour l’Ukraine. Cela a été commenté de la façon suivante par l’évêque Clément, chef du département de l’information de l’Église orthodoxe d’Ukraine : « Le seul moyen juste pour parvenir à la paix est de s’adresser à Dieu, comme source éternelle de tout bien. Cependant, lorsque le croyant demande quelque chose à Dieu, il ne doit pas croire que sa demande sera réalisée de quelque façon naturelle. La prière agit toujours de façon étonnante, c’est-à-dire au contraire de la logique terrestre. Aujourd’hui, l’Église, en appelant à la réconciliation, appelle à croire en ce qui est seulement possible selon les commandements du Christ. Seul le Seigneur peut réconcilier les hommes qui se haïssent mutuellement jusqu’à la mort », a déclaré entre autres Mgr Clément. « Hier, j’ai entendu qu’un leader religieux s’était rendu outre Atlantique pour demander aux États-Unis d’Amérique des armes pour l’Ukraine. C’est ce qu’ont rapporté nombre d’agences de presse, comme d’un quelconque exploit. Mais la parole de Dieu, dans l’Évangile selon saint Matthieu dit : « tous ceux qui prendront le glaive périront par le glaive ». Que révèle un tel acte ? C’est l’éloquent témoignage du fait que, dans l’âme de cet homme, a commencé une profonde crise religieuse. Il a cessé de croire dans les paroles du Christ, c’est-à-dire, en d’autres termes, qu’il est devenu incroyant. C’est malheureux, non pas seulement en raison du drame religieux personnel de cet homme. Il est triste qu’à son absence de foi, les médias accordent le statut d’exploit moral et, ce faisant, sèment l’incroyance dans les âmes de millions de gens. Il est malheureux que cette incroyance est aujourd’hui la barrière principale sur la voie de l’établissement de la paix en Ukraine. Pour cette raison, l’appel des pacificateurs aujourd’hui ne consiste pas seulement dans la déposition des armes, mais aussi dans la foi en Christ – le seul véritable pacificateur, qui vainc le monde par son amour qui englobe tout ».

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski