26/05/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe (page 30)

Archives de catégorie : Europe

Souscrire au flux

Le président serbe Tomislav Nikolić a annulé sa visite au Vatican en raison d’une défaillance en vol d’un réacteur de son avion

Selon les informations de la chaîne télévisée serbe RTS, le président serbe Tomislav Nikolić a dû annuler sa visite au Vatican en raison d’une défaillance en vol d’un réacteur de son avion, qui s’est produite le 17 avril. Alors qu’il était en route pour le Vatican, l’avion “Falcon 50” se trouvait à 10.000 mètres au-dessus de la mer Adriatique, et le réacteur a été subitement coupé. Grâce au professionnalisme du pilote, la catastrophe a été évitée. L’avion est revenu à Belgrade et l’atterrissage s’est déroulé dans de bonnes conditions. La conseillère du président serbe, Stanislava Pak Stanković, a confirmé que l’on avait dû annuler la visite du président en raison de l’incident. « Nous espérons que la date de la nouvelle visite sera bientôt confirmée », a-t-elle ajouté.

Source et photographie

Le président israélien a rendu visite au Patriarcat orthodoxe de Jérusalem

Le mardi 14 avril, le président israélien Reuven Rivlin a rendu visite au Patriarcat de Jérusalem, afin de souhaiter une bonne fête pascale au patriarche Théophile, ainsi qu’aux chefs des Églises chrétiennes qui y étaient rassemblés. À la rencontre ont participé : le patriarche latin de Jérusalem Fouad Twal, le représentant de la Custode franciscaine de Terre Sainte, le père Dobromir Jasztal, les chefs et représentants à Jérusalem des Églises copte, syriaque, éthiopienne et autres. La Mission ecclésiastique russe à Jérusalem était représentée par son chef par intérim, l’higoumène Théophane (Loukianoff) et le membre de la Mission, le hiéromoine Dométien (Markarian).

Source

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev) a appelé les Russes qui justifient Staline à « se dégriser »

Le président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev), lors d’une émission sur la première chaîne de la télévision russe, a appelé les Russes qui justifient Staline à se rendre au « Polygone de Boutovo », afin de « se dégriser ». « Nous connaissons le mérite historique de tous ceux qui, de la part de notre État, ont mené la guerre afin que nous vainquions et ne perdions pas, et il ne convient pas d’amoindrir ce mérite » a déclaré le métropolite Hilarion. « Mais qu’il y ait eu de nombreux millions de victimes, des répressions, qu’il y ait eu un génocide de notre propre population, tout cela est un fait. Nous ne pouvons pas et ne devons pas fermer les yeux sur cela», a-t-il poursuivi. « Je pense que pour se dégriser, il faut se rendre au polygone de Boutovo, à la périphérie de Moscou. Il y a là-bas un musée, des photographies de personnes, on y raconte ce qui s’est passé – chaque jour on y amenait et fusillait la nuit 200, 300, voire 400 personnes » a rappelé le métropolite Hilarion, ajoutant que parmi les fusillés figuraient des enfant de 15-16 ans. « Par un miracle de Dieu, on a érigé ce mémorial, et nous savons qui y a péri. Je pense qu’il n’y a aucune justification à ces crimes monstrueux ». Rappelons que selon les résultats du sondage effectué par le Centre Levada, un tiers des Russes adopte une attitude respectueuse envers Staline, alors qu’il y a trois ans, seuls 21% des sondés s’étaient prononcés de cette façon à la question dudit institut. Si, au début des années 2000 une attitude négative se dégageait envers la personne de Staline, 39% des sondés l’estiment aujourd’hui de façon positive. Parmi ceux-ci, 30% ressentent du respect, 7%, de la sympathie et 2%, de l’admiration. Chaque troisième sondé reste indifférent à la personne de Staline.

Source

La Géorgie fait désormais partie des dix pays les plus religieux

L’institut d’opinion publique faisant autorité « Win / Gallup International Association » a publié les résultats de ses sondages concernant le niveau de religiosité dans différents pays. Dans chacun des pays, mille personnes ont été interrogées. Les sociologues ont posé la question « êtes-vous ou non religieux ». Comme le mentionne le site Gruzia (Géorgie) on line, le plus grand nombre de croyants se trouvent au Ghana (96% de la population), au Nigéria (93%), en Arménie (92%), aux îles Fidji (92%), en Macédoine (90%), en Roumanie (89%), en Irak (88%), au Kenya (88%), au Pérou (86%), au Brésil (86%), en Géorgie (84%), au Pakistan (83%), en Moldavie (83%), en Colombie (83%). La Russie se trouve au milieu de la liste avec 55%. Les pays comportant le plus petit pourcentage de personnes se déclarant religieuses sont la Chine (14%), le Japon (16%), la Tchéquie (20%), la Turquie (23%), la Suède (29%), le Viet Nam (30%), l’Australie (37%) et la France (37%). Pour ce qui concerne l’athéisme, la Chine se trouve en tête (47% des sondés se disent athées convaincus), suivie par le Japon (31%), la Tchéquie (30%), la Corée du Sud (15%), l’Allemagne (15%), les Pays-Bas (14%). La Russie se trouve à la vingtième place avec 6% d’athées. En tout 52.000 personnes de 57 pays ont été interrogées, dans lesquels vit 73% de la population mondiale. « La religion continue à dominer dans notre vie quotidienne, et nous voyons que le nombre général de personnes se considérant comme croyantes est en réalité assez grand », a déclaré le président de Win Gallup International Association, Jean-Marc Léger.

Source

Fête de l’icône de la Mère de Dieu d’Iviron (Mont Athos)

Le mardi après Pâques est fêtée l’icône de la Mère de Dieu dite « Portaïtissa » au monastère athonite d’Iviron. De nombreux fidèles assistaient cette année à la fête et ont pris part à la procession avec l’icône, depuis le catholicon du monastère jusqu’au lieu où celle-ci a été découverte, en l’an 1004. La cérémonie était présidée par le métropolite de Laggada Jean et l’évêque d’Amorée Nicéphore, assistés de l’higoumène du monastère, l’archimandrite Nathanaël, du pro-higoumène Basile, et de nombreux hiéromoines. On peut voir sur ce lien des photos de la fête.

Source

Le gouvernement grec allouera une somme de 1.3 million d’euros au Mont Athos

Selon les informations du Journal officiel du gouvernement hellénique, le Conseil des ministres de ce pays a donné son accord pour allouer le montant annuel d’aide aux monastères du Mont Athos, conformément à l’article 2 de la loi 1166/1981 portant « Sur l’institution de subsides annuels aux saints monastères du Mont Athos ». La décision a été prise quelques jours après la visite d’une délégation de la Sainte-Communauté du Mont Athos à Athènes, au cours de laquelle les moines ont rencontré la vice-ministre des finances, Nadia Valavani. Le montant de l’aide accordée sera de 1,278 million d’euros pour 2015.

Source

Des néo-nazis menacent une communauté orthodoxe russe à Berlin

Des menaces ont été proférées par des extrémistes de droite à l’égard de la paroisse orthodoxe russe Saint-Vladimir dans le district de Marzahn-Hellersdorf, dans l’Est de Berlin. La veille de Pâques, des inconnus ont activé un explosif placé dans la boîte à lettres de l’église. En outre, les membres de l’organisation dite « Légion Königsberg » ont dispersé des tracts sur le territoire de l’église avec des menaces et des insultes. « Sorcières russes, nous n’avons pas l’intention de vous supporter plus longtemps à Marzahn-Hellersdorf. Dégagez, sinon il n’y aura pas de pitié !», est-il dit sur ces tracts avec en outre des menaces d’incendier l’église. À ce jour, la police ne dispose pas de témoignages lui permettant d’identifier qui se cache derrière l’appellation « Légion Königsberg ». Il est clair seulement qu’il s’agit d’un des groupuscules néo-nazis.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le patriarche Cyrille de Moscou a reçu le ministre de la Défense grecque

Le 15 avril, le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a reçu le ministre de la Défense nationale de la République grecque, leader du parti « Grecs indépendants », Panos Kammenos. L’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, et le diacre Anatole Tchouriakov, du secrétariat du DREE aux relations interorthodoxes, ont pris part à cette rencontre. Le primat de l’Église russe a salué son hôte et rappelé qu’il avait récemment rencontré le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Le patriarche a constaté l’importance du développement des relations gréco-russes, soulignant que le fait que la majorité des citoyens des deux pays soient de confession orthodoxe avait son importance dans les rapports entre la Russie et la Grèce. « Le facteur orthodoxe joue un rôle très particulier dans les relations entre la Grèce et la Russie. Dans notre pays comme dans le vôtre, les gouvernements changent, les partis et même les régimes politiques se succèdent, mais nos relations restent bonnes car elles sont bâties sur la base de l’orthodoxie » s’est dit certain le primat. Le patriarche Cyrille a mentionné que Panos Kammenos avait été l’initiateur de la création au parlement grec d’un groupe sur la question de l’hellénisme et de l’orthodoxie. Il a parlé à son hôte du groupe de députés défendant les valeurs chrétiennes à la Douma d’état russe. Par ailleurs, a précisé au Patriarche Cyrille, il existe une assemblée interparlementaire de l’Orthodoxie dans le cadre de laquelle travaillent des députés de Grèce, de Russie et d’autres pays. Pendant l’entretien, le primat est revenu sur la position de Panos Kammenos sur le soutien (y compris matériel) au clergé de l’Église orthodoxe grecque, qui poursuit une très importante activité missionnaire et sociale, en particulier dans les campagnes où l’Église est le centre de la vie communautaire. Le patriarche Cyrille a souligné la nécessité d’une solidarité panorthodoxe et interchrétienne. « Je pense aujourd’hui que l’aide aux populations chrétiennes du Proche Orient et d’Afrique du Nord doit être le principal souci de tous les chrétiens » a-t-il affirmé. Le patriarche a évoqué les destructions d’églises et l’exode des chrétiens d’Irak et de Syrie, concluant que celui-ci entraînerait une modification de l’équilibre et une radicalisation de la société musulmane, parce que « la présence de la minorité chrétienne incitait à la tolérance et aux bonnes relations entre chrétiens et musulmans ». Le patriarche est revenu ensuite sur les souvenirs de son voyage en Syrie au tout début de la guerre dans ce pays, avant d’insister sur l’importance de la position de la Russie sur la question syrienne. « Je suppose que nous devons accorder une importance particulière à la situation des chrétiens dans cette région, y compris au dialogue avec les gouvernements islamiques. Aujourd’hui, le christianisme est la religion la plus persécutée. La même chose se produit au Nigéria, au Pakistan, en Afrique du Nord. Même en Europe, dans certains pays, le port de la croix est interdit sur le lieu de travail et, se référant à la nécessité de la tolérance, on n’utilise plus le mot « Noël », on n’appelle plus « Pâques » Pâques, il n’y a plus qu’une fête de l’hiver et une fête du printemps. C’est pourquoi nous avons du travail, y compris au niveau international, dans le dialogue avec les états d’autres pays. » Le patriarche a ensuite évoqué la situation en Ukraine : « Certains évènements ont provoqué le déclenchement des mécanismes de guerre civile, et différentes forces s’opposent dans un terrible combat à mort. Notre Église est dans une situation très difficile, car nous avons des fidèles tant à l’est, qu’à l’ouest et à Kiev. » L’Église doit rester un ferment de paix, a affirmé le patriarche. Elle perd son potentiel pacifique si elle s’engage politiquement. Ainsi, l’Église gréco-catholique ukrainienne et le « Patriarcat de Kiev » schismatique ont pris parti dans le conflit et enflamment les passions. « Nous nous efforçons de tout faire pour réconcilier le peuple, pour restaurer les rapports humains. Nous arrivons à quelque chose. Mais toute position pacifique est vulnérable, car chaque parti cherche à trouver dans l’Église une justification à sa propre position. Mais nous continuerons notre ministère car viendront des temps où il faudra relever les ruines. Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, il n’y a pas en Ukraine d’autre organisation que l’Église qui en soit capable. C’est pourquoi nous portons notre croix, avec une pleine conscience de l’importance de notre mission ». Le ministre de la Défense grec a souligné qu’il était heureux de rencontrer le primat de l’Église russe et de lui témoigner ses respects. Comme le constatait Panos Kammenos, le parti politique dont il est le chef se prononce pour le maintien des valeurs chrétiennes traditionnelles. Il a soutenu la position du patriarche Cyrille sur la situation des chrétiens au Proche Orient. « De fait, on crucifie des gens, on tue, on torture, on peut parler de nouveaux martyrs chrétiens… » Il est important d’aider les gens de cette région à faire tout ce qui est possible pour préserver les sanctuaires chrétiens. Kammenos a également constaté l’importance d’une solution pacifique au conflit en Ukraine, exprimant son soutien aux efforts pacificateurs de l’Église orthodoxe russe et son inquiétude devant les cas de prises d’églises orthodoxes par la force. Pendant l’entretien, Panos Kammenos a parlé de l’année croisée de la culture grecque en Russie et de la culture russe en Grèce, en 2016. La même année, aura lieu la célébration du millénaire de la présence russe au Mont Athos. « Je veux assurer Votre Sainteté que nous emploierons tous nos efforts à fêter cet évènement avec toute la majesté qu’il mérite » a dit le chef du ministère de la Défense grec, soulignant l’importance de ce jubilé pour le Mont Athos et pour le développement des relations gréco-russes.

Des cadeaux ont été échangés à la fin de la rencontre.

Source

La cathédrale Smolny de Saint-Pétersbourg est restituée à l’Église

La cathédrale Smolny de Saint-Pétersbourg, qui entre dans l’ensemble architectural du musée national « Cathédrale Saint-Isaac » (« Musée des quatre cathédrales »), sera restituée à l’Église orthodoxe russe. « La décision a été prise de la façon suivante : la cathédrale Smolny sera transmise au diocèse. Nous cherchons maintenant, le plus tôt possible, à nous établir dans un nouveau lieu » a déclaré le directeur du musée Nicolas Bourov, lors de la conférence de presse qui s’est déroulée mardi dernier. Le chœur de chambre de Smolny se produit régulièrement en ladite cathédrale. Un autre espace a déjà été proposé à cet ensemble, qui convient parfaitement aux activités musicales.

Source

Des versets du Coran ont été déclamés pour la première fois depuis 85 ans en la basilique Sainte-Sophie de Constantinople

Le vendredi 10 avril 2014 – Vendredi Saint pour les chrétiens orthodoxes – des sourates du Coran ont été lues solennellement en la basilique Sainte-Sophie de Constantinople et ce pour la première fois depuis 85 ans, selon les informations de l’AFP. La lecture du Coran a été retransmise également par la chaîne télévisée russe « Russia Today ». Depuis les années 1930, l’édifice de la basilique Sainte-Sophie est utilisé comme musée. Après l’arrivée au pouvoir, en 2002, du « Parti de la justice et du développement » avec, à sa tête, Recep Tayyip Erdoğan, il a été maintes fois question de transformer la basilique en mosquée. Le vice-premier ministre turc Bülent Arinç avait provoqué un scandale en novembre 2013 en exprimant l’espoir du changement de statut de la basilique Sainte-Sophie, à savoir sa transformation en mosquée. La Grèce avait réagi fermement, déclarant que cette déclaration « blessait les sentiments religieux de millions de chrétiens », selon le site azerbaïdjanais « Contact ». Les sourates du Coran ont été chantées par l’imam de la mosquée Ahmet Hamdi Akseki lors de la prière du vendredi, en la présence d’un certain nombre d’invités de haut rang. À la cérémonie a assisté le président de l’Agence pour les affaires religieuses de Turquie Mehmet Görmez. On peut visionner l’événement sur le lien ci-après.

Source

Complément: Pour sa part, le journal turc « Hürriyet » relève que, selon un officiel musulman d’Ankara, la qualification, par le pape François, des massacres massifs des Arméniens dans l’empire ottoman comme « premier génocide du XXème siècle » ne fera qu’accélérer la réouverture de Sainte-Sophie au culte musulman. « Sincèrement, je crois que les remarques du pape ne feront qu’accélérer le processus de réouverture de Sainte-Sophie au culte [musulman] » a affirmé le professeur Mefail Hızlı, le mufti d’Ankara, dans une déclaration écrite le 15 avril. Selon Hızlı, la déclaration du pape constitue un relent «moderne des croisades qui ont été lancées dans ces terres pendant des siècles ».

Lettre du Premier ministre grec Alexis Tsipras à l’archevêque d’Athènes Jérôme, au sujet des propriétés de l’Église orthodoxe de Grèce

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a envoyé une lettre à l’archevêque d’Athènes, dans laquelle il félicite celui-ci pour la proposition qu’il a exprimée lors d’une interview récente, à savoir exploiter la propriété de l’Église pour le bien du peuple et la diminution de la dette du pays. L’archevêque, dans son interview télévisée, a déclaré que la propriété immobilière ecclésiastique pouvait être exploitée par l’Église et l’État dans le cadre de l’accord qui a avait été passé avec le gouvernement précédent. Rappelons qu’il avait été constitué par une loi du gouvernement Samaras, une société par laquelle les propriétés de l’Église de Grèce seraient co-exploitées et les revenus y relatifs répartis à hauteur de 50% pour chacune des deux parties, l’Église s’engageant a utiliser les revenus ainsi générés à des fins caritatives. M. Tsipras mentionne que ladite proposition peut être discutée immédiatement dans le cadre de la commission commune Église-État. La lettre du Premier ministre suit 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Le Premier ministre,
Alexis Tsipras

Source

Solennités en l’honneur de saint Jean de Cronstadt en Russie

Le patriarche de Moscou Cyrille, ainsi que des prêtres et des représentants de différentes organisations publiques et ecclésiastiques portant le nom de saint Jean de Cronstadt, tant de Russie que de 19 autres pays, prendront part aux solennités qui auront lieu au mois de juin, intitulées « La Russie reconnaissante au grand pasteur », consacrée au 25ème anniversaire de la glorification de saint Jean de Cronstadt en Russie (le saint avait été glorifié à l’étranger par l’Église orthodoxe russe hors-frontières en 1964). Les solennités auront lieu à Saint-Pétersbourg, Cronstadt et au village de Soura, dans la région d’Arkhangelsk, et ce du 10 au 14 juin. Parmi les invités figureront des représentants des orphelinats, écoles, collèges, fraternités, sororités, centres de réadaptation d’Australie, Bosnie-Herzégovine, Grande-Bretagne, Allemagne, Indonésie, Iran, Italie, Canada, France, États-Unis, Chili et d’autres pays du monde. Figurent au programme des manifestations la visite du musée installé dans l’appartement du saint à Cronstadt, un office d’intercession en la cathédrale « navale » Saint-Nicolas à Cronstadt, une procession missionnaire en train à Sura, village natal du saint. Là, les participants au pèlerinage auront la possibilité d’entrer en contact avec le patriarche, qui célébrera également la liturgie solennelle au couvent Saint-Jean. Saint Jean de Cronstadt naquit en 1829. Dans les années 1890, sont nom était connu dans toute la Russie. Il décéda à Cronstadt en décembre 1908, à l’âge de 80 ans et a été enterré dans la crypte du couvent Saint-Jean à Saint-Pétersbourg. La vénération populaire du saint, comme grand homme de prière, thaumaturge possédant entre autres le don de clairvoyance, et ce durant sa vie terrestre, n’a jamais cessé parmi les fidèles orthodoxes, tant en Russie soviétique que dans l’émigration russe au XXème siècle.

Source

Un reportage photographique sur les célébrations de Pâques à Chambésy (Suisse)

AnastasiDes photographies (dont celle ci-dessus) de l’office des matines du Samedi saint (épitaphion), avec celles des célébrations des vêpres et de la liturgie de saint Basile Samedi saint (liturgie célébrée par le grand protopresbytre Georges Tsetsis) et du dimanche de Pâques (nuit du samedi à dimanche) présidée par le métropolite Jérémie, au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy (Genève), sont en ligne sur cette page. Lors de la proclamation de la Résurrection, la péricope de l’Évangile de Marc et le tropaire de Pâques ont été dits en grec, en arabe, en roumain, en slavon et en français par les prêtres des différentes paroisses qui sont abritées au Centre.

Fin de la réunion de la commission interorthodoxe pour la préparation des documents du concile panorthodoxe

customLogo.gifLe 2 avril, la réunion de la commission interorthodoxe spéciale pour la préparation des documents du concile panorthodoxe a pris fin au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique à Chambésy en Suisse. Un compte rendu en français est proposé ici.

Les cloches des églises orthodoxes de Pologne sonneront le 23 avril en mémoire des victimes du génocide arménien

wpi3Les cloches des églises orthodoxes de Pologne sonneront le 23 avril en mémoire des victimes du génocide arménien, à l’occasion du centenaire de ce génocide. Cette décision a été prise lors de l’assemblée des évêques orthodoxes de Pologne le 17 mars dernier.

Source: Armenpress. Photographie: le métropolite Sawa, primat de l’Église orthodoxe de Pologne, célébrant (source: Église orthodoxe de Pologne)

« En Ukraine, pour la première fois depuis les années 90, des uniates tentent de prendre par la force une église orthodoxe »

0976« Suivant une information publiée par le site officiel de l’Église orthodoxe ukrainienne, le 22 mars, dans la région de Ternopol, des représentants de l’Église gréco-catholique ukrainienne ont tenté de s’emparer d’une église orthodoxe. »

Suite et intégralité de l’information (dont photographie): Patriarcat de Moscou

Troisième réunion de la Commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du Concile panorthodoxe du 30 mars au 2 avril

La troisième réunion de la Commission interorthodoxe spéciale pour la préparation du Concile panorthodoxe a débuté le 30 mars 2015 au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople, à Chambésy, près de Genève.

A la bénédiction de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, une délégation du Patriarcat de Moscou, présidée par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, participe à la réunion. La délégation se compose également de l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, et du diacre Anatole Tchouriakov, interprète, employé du DREE.

Cette troisième réunion de la Commission interorthodoxe spéciale doit terminer la révision du projet de document du Concile panorthodoxe « Contribution des Eglises orthodoxes à la réalisation des idéaux chrétiens de paix, de liberté, de fraternité et d’amour entre les peuples, et à la suppression des discriminations raciales », commencée pendant la seconde réunion. Ses membres devront également réviser les projets d’autres décisions du Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe.

L’ouverture de la réunion a été précédée de deux jours de travail de la commission de rédaction, qui siégeait les 28 et 29 mars sous la présidence du métropolite Amphiloque du Monténégro et du Littoral (Patriarcat de Serbie). L’Église orthodoxe russe était représentée aux travaux de la commission par l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE. Font partie de cette commission des représentants des Patriarcats d’Antioche, de Jérusalem et de Roumanie, ainsi que de l’Église orthodoxe de Grèce.

A la réunion de la Commission interorthodoxe spéciale, qui se déroule sous la présidence du métropolite Jean de Pergame (Patriarcat de Constantinople), prennent également part des délégations des Églises orthodoxes locales de Constantinople, du Patriarcat d’Alexandrie, du Patriarcat d’Antioche, du Patriarcat de Jérusalem, du Patriarcat de Géorgie, du Patriarcat de Serbie, du Patriarcat de Roumanie, du Patriarcat de Bulgarie, de l’Église orthodoxe de Chypre, de l’Église orthodoxe grecque, de l’Église orthodoxe albanaise, de l’Église orthodoxe polonaise, de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie.

Le métropolite Jérémie de Suisse, l’archidiacre Jean Chrissavgis et V. Phidas (Patriarcat de Constantinople) assurent le secrétariat de la commission.

Source

La troisième session de la commission pour la préparation des documents du concile panorthodoxe a commencé

La troisième session de la commission spéciale inter-orthodoxe pour la préparation du concile panorthodoxe a commencé le 30 mars au Centre orthodoxe du Patriarcat de Constantinople à Chambésy. L’Église orthodoxe russe est représentée par une délégation ayant à sa tête le métropolite de Volokolamsk Hilarion. Font également partie de la délégation russe l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et le collaborateur dudit département, le diacre Tchouriakov (traducteur). La troisième session de la commission spéciale est consacrée à l’achèvement de la révision du projet du document du concile panorthodoxe intitulé « Apport de l’Église orthodoxe à la promotion de la paix, de la justice, de la liberté, de la fraternité et de l’amour entre les peuples et à l’élimination des discriminations raciale et autres », commencé lors de la deuxième sessions, ainsi qu’à la rédaction de projets d’autres résolutions du saint et grand Concile de l’Église orthodoxe. Les travaux de la commission de rédaction ont précédé l’ouverture de la session, lesquels se sont déroulés sous la présidence du métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque (Patriarcat de Serbie). Le vice-président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Nicolas Balachov a pris part aux travaux de la commission de même que les représentants des Patriarcats d’Antioche, de Jérusalem, de Roumanie et de l’Église orthodoxe de Grèce. À la session de la commission spéciale inter-orthodoxe, sous la présidence du métropolite de Pergame Jean (Patriarcat de Constantinople) participent aussi les délégations des Églises orthodoxes locales comme suit :

– Patriarcat de Constantinople : protopresbytre Georges Tsetsis, archimandrite Maxime (Pophos).
– Patriarcat d’Alexandrie : métropolite du Cap de Bonne Espérance Serge, archimandrite Nicolas Ioannidis.
–  Patriarcat d’Antioche : métropolite d’Akkar Basile.
– Patriarcat de Jérusalem : métropolite de Constantine Aristarque, professeur Théodore Yangou.
– Patriarcat de Géorgie : métropolite de Samtavisi et Gori André, protopresbytre Georges Zviadadzé.
– Patriarcat de Serbie : métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque, évêque de Bačka Irénée
– Patriarcat de Roumanie : métropolite de Târgoviște Niphone, archiprêtre Viorel Ioniţă.
– Patriarcat de Bulgarie : métropolite de Varna et VelikI Preslav Jean, le métropolite de Nevrokopi Séraphin.

– Église orthodoxe de Chypre : métropolite de Paphos Georges, M. Spirou.
– Église orthodoxe de Grèce : métropolite de Peristérion Chrysostome, métropolite de Dimitrias et Almyros Ignace, métropolite de Messinia Chrysostome.
– Église orthodoxe d’Albanie : métropolite de Korçë Jean, évêque d’Appolonia Nicolas.
– Église orthodoxe de Pologne : évêque de Siemiatycze Georges, archiprêtre André Kuzma.
– Église orthodoxe des Terre tchèques et de Slovaquie : archevêque de Michalovce et de Košice Georges, archimandrite Séraphim (Chemiatovski)

Le secrétariat de la commission est assuré par le métropolite de Suisse Jérémie, l’archidiacre Jean Chrysavghis et V. Phidas (Patriarcat de Constantinople).

Source

Un archiprêtre du diocèse d’Ekaterinbourg, est interdit de célébration pour avoir lancé des appels à rejoindre les séparatistes pro-russes à Lougansk

Le 11 mars de cette année, un clerc de l’église Saint-Innocent-de-Moscou, l’archiprêtre Vladimir Zaïtsev, agissant en contradiction avec la position de l’Église orthodoxe russe concernant les événements en Ukraine, a lancé publiquement et arbitrairement un appel à partir dans la région de Lougansk dans le but « de battre les ordures fascistes ». Ce fait a été examiné par le conseil diocésain d’Ekaterinbourg, qui dans sa session du 18 mars, a décidé : « De reconnaître l’opinion personnelle de l’archiprêtre Zaïtsev comme ne correspondant pas au devoir pastoral qui est celui d’un prêtre de l’Église orthodoxe russe. 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a présenté un exposé à l’université fédérale de Kazan

Le 28 mars, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, recteur de l’Institut des hautes études Saints-Cyrille-et-Méthode a présenté un exposé lors de l’assemblée plénière de clôture de la conférence nationale de sciences appliquées « Le choix civilisationnel des peuples de Russie », qui se déroulait à l’université fédérale de Kazan dans le cadre des festivités consacrées au millénaire du décès de saint Vladimir.
Le métropolite Hilarion a consacré son exposé à « La foi, force constitutive et fondement de la stabilité civilisationnelle de l’état ». En marge du forum, le métropolite Hilarion s’est entretenu avec le recteur de l’université fédérale de Kazan, I. Gafourov. Les deux personnalités ont constaté l’importance de l’épanouissement spirituel des jeunes générations et discuté des perspectives de collaboration possible entre l’université de Kazan et l’Institut des hautes études Saints-Cyrille-et-Méthode. La conférence nationale de sciences appliquées « Le choix civilisationnel des peuples de Russie » se déroulait à Kazan les 27 et 28 mars. La conférence était organisée par le séminaire de Kazan, l’université fédérale de Kazan, l’Institut islamique russe, l’Institut des sciences orientales de l’Académie des sciences russes. Parmi les thèmes abordés : le choix civilisationnel comme processus historique permanent ; civilisation, culture et religion : une typologie des interactions ; les frontières islamo-chrétiennes dans l’espace russe ; les liens interconfessionnels dans l’espace culturel russe ; les religions traditionnelles de Russie face aux défis du radicalisme religieux ; les lieux du patrimoine culturel en tant qu’élément confessionnel de la région de la Volga inférieure ; réflexion théologique, religieuse et philosophique sur la voie historique de la Russie ; l’idéologie laïciste et la vision religieuse du monde dans l’espace spirituel russe.

Source

Des reliques de saint Nectaire d’Égine ont été offertes à la cathédrale de Cluj (Roumanie)

Un fragment des reliques de St Nectaire d’Égine a été accueilli solennellement à la cathédrale de Cluj. Cette sainte relique a été offerte par le métropolite d’Hydras, Spetsès et Égine Ephrem, sur la demande du métropolite de Cluj André. L’accueil des reliques a été célébré par le métropolite de Vad, Feleac et Cluj André, l’évêque-vicaire de Someș Basile, l’archimandrite-exarque Dimitri, en présence du maire de Cluj-Napoca, du préfet, des autres autorités politiques et militaires, et du clergé. La cérémonie a eu lieu le 24 mars, veille de l’Annonciation, fête à laquelle est dédiée la cathédrale. Le 25 mars a été célébrée en la cathédrale la Liturgie avec la participation de l’archevêque d’Arad Timothée, des évêques de Sălaj Petroniu et de Sighet Justin. Après les fêtes, la sainte relique sera placée dans une chapelle dédiée à saint Nectaire située dans le centre hospitalier qui porte son nom et qui est spécialisé dans l’oncologie, lequel appartient au diocèse métropolitain de Cluj. On peut voir sur le lien suivant un court film vidéo sur l’accueil des reliques.

Source

Lecture du Grand Canon de saint André de Crète à la laure des Grottes de Kiev

On peut visionner ici de courts extraits de la lecture du Grand Canon de St André de Crète par le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite Onuphre, en l’église des saints Antoine et Théodose de la laure de la Dormition de Kiev. Rappelons que le Grand Canon, après avoir été récité en quatre parties durant la première semaine du grand Carême, est lu dans sa totalité le mercredi soir de la cinquième semaine. En outre, dans les monastères, on ajoute en ce jour la lecture de la vie de sainte Marie d’Égypte. Cette dernière tradition a été établie à l’époque du VIème concile œcuménique.

Source

Un monastère orthodoxe est reconstruit dans la zone d’occupation turque à Chypre

La reconstruction du monastère orthodoxe Saint-Pantéléimon a commencé dans la zone d’occupation turque à Chypre. Le projet est issu du programme commun conclu entre l’archevêque Chrysostome II et le grand mufti Talip Atala. L’idée de base du projet est la renaissance des lieux saints chrétiens dans la partie occupée par les Turcs en Chypre du Nord et celle des mosquées et des monastères de derviches au sud de l’île. Le monastère orthodoxe dans la zone « morte » de 1976 à 2004 a été utilisé par les forces d’occupation comme caserne. Il se trouve jusqu’à présent dans un piètre état. Le coût de reconstruction s’élève à 2 millions d’euros et a été pris en charge par l’Union européenne. Le monastère Saint-Pantéléimon, jusqu’à l’invasion turque en juillet et août 1974, était un lieu populaire de pèlerinage sur l’île. Il y avait un afflux de pèlerins de toute la Méditerranée orientale jusqu’à 1922-1923, lorsque les chrétiens furent expulsés d’Asie Mineure et de la partie de la Syrie appartenant à la Turquie. Le monastère Saint-Pantéléimon avait été construit au Moyen-Âge par des moines athonites du monastère du même nom. Après l’occupation de Chypre par les Turcs en 1571, la cathèdre épiscopale du métropolite de Kyrenia fut transférée au monastère, dont l’église principale actuelle est datée de 1710. Les fresques sur ses murs ont été définitivement perdues du temps de l’occupation turque. La plupart des icônes et des vases sacrés ont été sauvegardés par les habitants du village voisin de Mirtou. Le dernier moine est mort dans ces murs en 1976 en tant que prisonnier de guerre.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a adressé ses condoléances à l’occasion de la catastrophe aérienne dans le sud de la France

Le patriarche de Moscou Cyrille a adressé ses condoléances au roi d’Espagne Philippe VI et à la chancelière de l’Allemagne fédérale Angela Merkel à l’occasion de la mort des passagers et de l’équipage de l’avion de la compagnie allemande qui s’est écrasé dans les Alpes. « Recevez mes profondes condoléances au sujet de la tragédie qui a frappé votre pays : la chute de l’avion à bord duquel il y avait non seulement les passagers adultes et les membres de l’équipage, mais aussi des enfants » a déclaré le patriarche dans son message au roi d’Espagne. Le primat de l’Église orthodoxe russe, mentionnant qu’il élevait des prières pour la consolation de ceux qui ont perdu des parents et des proches lors de la catastrophe aérienne, a souhaité à Sa Majesté royale et au peuple espagnol la force et le courage pour surmonter cette lourde épreuve. Dans son adresse à la chancelière allemande, le patriarche Cyrille a déclaré : « J’ai appris avec tristesse la chute de l’avion de la compagnie aérienne Germanwings dans les Alpes. La tragédie a emporté la vie des passagers de l’avion et des membres de l’équipage, dont des enfants, parmi lesquels une partie importante est constituée de citoyens de la République fédérale d’Allemagne. Je vous prie d’accepter mes sincères condoléances ». « Je prie doublement le très miséricordieux Seigneur afin qu’Il accorde aux parents et proches des défunts la consolation et la force de surmonter cette perte. En ces jours de deuil, je souhaite à Votre Excellence et à tout le peuple allemand, du courage et la force d’âme » est-il encore dit dans le message de condoléance du primat de l’Église orthodoxe russe.

Source

Selon le journal turc Hürriyet, des Turcs cherchent la guérison à leurs maladies dans les églises orthodoxes

Une enquête du journal turc Hürriyet, sous le titre « dans quelle église ils se rendent et dans quel espoir », révèle que les Turcs fréquentent de préférence les églises orthodoxes grecques dans la région de Constantinople. La première et la plus connue de ces églises figurant sur cette liste étonnante est l’église Saint Georges Koudounas aux Îles des Princes, qui est devenue connue dans le monde entier pour le pèlerinage massif des Turcs qui s’y déroule à l’occasion de la fête du saint le 23 avril. Outre ce lieu, ceux-ci se rendent dans d’autres églises orthodoxes grecques pour prier. C’est ainsi qu’ils vont, selon le journal, prier à l’église Saint-Dimitri de Kuruçeşme, pour guérir les problèmes de voix. Parmi ces pèlerins turcs, il y a encore les muets et les dyslexiques s’y rendent également. 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le métropolite Hilarion a présidé la première réunion de la commission aux questions théologiques de la Conférence interconciliaire de l’Église orthodoxe russe dans sa nouvelle composition

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Arrivée de l’icône de la Mère de Dieu dite « de Jérusalem » à Athènes

L’icône miraculeuse de la Mère de Dieu, dite « de Jérusalem » est arrivée à Athènes, en l’église des saints Anargyres, au métochion du Saint-Sépulcre, dans le quartier de Plaka. L’icône a été apportée depuis Jérusalem, de l’église de la Tombe de la Mère de Dieu à Gethsémani, par l’exarque du Saint-Sépulcre à Athènes, l’archimandrite Damien. À la cérémonie d’accueil de l’icône étaient présents les métropolites de Kifisia, Amarousion et Oropos Cyrille, de Nouvelle Guinée Georges, représentant du Patriarcat d’Alexandrie, de Glyphada, Hellenikon, Voula Paul, Ilion, Acharnon et Petroupolis Athénagoras, des clercs et laïcs. Après l’accueil de l’icône s’est déroulée une procession dans les rues de Plaka. Ensuite, l’icône a été placée au centre de l’église. L’exarque du Saint-Sépulcre en Grèce, l’archimandrite Damien a évoqué l’histoire de l’icône et a souligné « le fait important que l’accueil de l’icône a lieu la veille de la fête de l’Annonciation, laquelle montre la place centrale de la Vierge Marie dans le dessein de la divine Economie pour le salut du genre humain… Que le jour présent de l’annonce joyeuse à la Vierge constitue pour nous tous une occasion de penser que notre libre acceptation de la volonté du Seigneur est nécessaire pour notre salut. Répondons nous aussi à Sa condescendance infinie par notre humilité et notre obéissance. Ainsi, nous conserverons en nous l’espoir du salut et, avec pureté de cœur, nous deviendrons participants à la grâce divine qui renouvelle et divinise l’homme… Vénérons, comme d’humbles pèlerins l’icône miraculeuse de notre Souveraine la Mère de Dieu, avec l’espoir qu’elle nous renforcera dans les différentes difficultés auxquelles nous faisons face, tant au niveau spirituel que celui de nos besoins quotidiens. Chaque fois que nous pensons être dans l’impasse, écoutons les paroles du Seigneur : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » et continuons notre combat spirituel avec la certitude que le Seigneur nous sauvera, comme Pierre, du trouble des afflictions et des angoisses, par les prières de Sa Très-sainte Mère, Amen ». Le soir du même jour, une vigile nocturne a été célébrée. L’icône restera à Athènes jusqu’au 17 avril. On peut visionner ci-dessous.

Source

Office de requiem à Belgrade à l’occasion du 16ème anniversaire des bombardements de la Serbie par l’OTAN

Mgr Arsène, évêque de Toplica et vicaire du patriarche de Serbie, a célébré, le 24 mars, à l’occasion du 16ème anniversaire de l’agression de l’OTAN contre la Serbie, un office de requiem pour les morts de la 250ème division anti-missile de l’armée serbe. La réunion de prière a été tenue dans le complexe de l’Académie militaire et de la caserne de Banjica, près de Belgrade, devant le monument aux soldats et officiers de cette unité qui ont donné leur vie pour la défense de la Serbie au cours de l’agression de l’OTAN en 1999. Après avoir rendu les honneurs aux héros disparus, dont les noms ont été déclamés, l’évêque Arsène s’est adressé aux officiers, soldats et parents des disparus :

« Messieurs les officiers, sous-officiers et soldats, chers frères et sœurs,
Dans l’Évangile selon saint Jean, notre Seigneur Jésus-Christ nous recommande ce qui suit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13). Cet amour saint et désintéressé a orné nos courageux soldats qui ont offert leur vie sur l’autel de la patrie, défendant leur pays, leurs familles, leurs amis, leurs foyers. Après avoir été nourris des entrailles d’une mère serbe, dans lesquels bat un cœur épris de liberté, ils n’ont jamais hésité un instant à prendre la défense de leur patrie, malgré la supériorité de l’adversaire. Ils ont marché sans crainte, résolument, sur les pas de leurs ancêtres qui, pendant des siècles, ont imbibé de leur sang la terre serbe martyre, défendant la vérité, la justice, la liberté, l’honneur et la dignité. Aujourd’hui, lors du 16ème anniversaire du commencement du bombardement de la Serbie par l’OTAN, nous nous rappelons de tous les militaires et civils innocents qui ont péri. Ces citoyens de la République de Serbie n’étaient coupables de rien si ce n’est d’avoir vécu sur cet espace de terre, au Sud-Est de l’Europe, respirant le même air, réchauffés par le même soleil, se réjouissant de la vie, et aimant leur pays tout autant que tous les autres peuples de la planète. L’amour envers Dieu, l’amour envers les lieux saints serbes, l’amour envers le Kosovo, ce lieu serbe crucial, est considéré comme un péché, car leur amour se dressait sur le chemin des puissants de ce monde. Ils ont courageusement porté leur croix et se sont hissés sur le Golgotha, conduits par l’exemple du prince Lazare et des héros du Kosovo, portant dans leur cœur les paroles de la mère Euphrosyne, mère du prince Marko [chant épique serbe, ndt] : « Tu ne dois pas, mon fils, perdre ton âme ; il est préférable que tu perdes la vie, plutôt que de pécher contre ton âme ». Aujourd’hui, dans toutes les églises orthodoxes serbes, des prières sont élevées pour le salut de leurs nobles âmes, afin que le Seigneur les accueille dans Son sein et les place dans les demeures des justes, là où il n’y a ni peine, ni tristesse, ni gémissements, au Royaume éternel du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Que leur mémoire soit éternelle ! »

Source

Les uniates et les militants du « Pravy sektor » ont attaqué une église orthodoxe dans la région de Ternopol (Ukraine)

Comme l’a annoncé le recteur de l’église de la Nativité de la Très sainte Mère de Dieu du village de Stenka du district de Boutchatsky, dans la région de Ternopol, le prêtre Basile Moïsiouk, une dizaine de prêtres de l’Église ukrainienne gréco-catholique (uniate) ont organisé, le dimanche 22 mars à 15h, une action provocatrice visant ladite église. Les uniates étaient soutenus par le député du district de Boutchatsky, André Boutchinsky (membre du parti d’extrême droite « Svoboda »), et étaient accompagnés de plus de cinquante jeunes gens cagoulés et en tenue camouflage, qui se sont présentés comme faisant partie du « Pravy sektor ». Cette information est communiquée par le site de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Les militants, de toute évidence avec des intentions belliqueuse, ont essayé de pénétrer dans l’église, soi-disant pour prier. Les fidèles de la communauté orthodoxes ont refusé de les laisser entrer, expliquant que toute personne peut entrer dans l’église pendant les offices, mais qu’il fallait toutefois y pénétrer sans armes et le visage découvert. Selon le communiqué du chef de la direction régionale de la police de Ternopol, Alexandre Bogomol, 80 gardiens de la paix ont été déployés pour prévenir les conflits violents pour motifs religieux au village de Stenka. La même chose a été faite à Potchaïev. Lors de la conférence de presse, il a déclaré que des activistes du « Pravy sektor » étaient venus pour soutenir les représentants de l’Église gréco-catholique ukrainienne. Le conflit lui-même, selon ses paroles, vient du fait que « la communauté de l’Église gréco-catholique ukrainienne cherche à obtenir la possibilité de célébrer les offices dans l’église utilisée par l’Église orthodoxe d’Ukraine. Les représentants du « Pravy sektor » ont essayé de défendre la position de la communauté de l’Église gréco-catholique ukrainienne ». Alexandre Bogomol a déclaré que les représentants des autorités locales ont promis d’entreprendre tous les efforts pour assurer la possibilité de prier paisiblement pour les deux communautés. Le même jour, vers 17h30, les prêtres de l’Église gréco-catholique d’Ukraine et les représentations du « Pravy sektor », se sont rassemblés à côté de la chapelle de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, qui est située dans le même village. Lors de ces rassemblements, les éléments radicaux ont proféré des insultes à l’égard des fidèles orthodoxes du village, et ont aussi déclaré que les prêtres uniates entreraient dans quelques jours dans l’église orthodoxe dédiée à la Nativité de la très sainte Mère de Dieu, et ce à tout prix.

Source

Au DREE, première réunion de la commission pour la coopération internationale du Conseil présidentiel pour la collaboration entre communautés religieuses de Fédération de Russie

Le 19 mars, le département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou a accueilli la première réunion de la commission pour la coopération internationale du Conseil présidentiel pour la collaboration entre communautés religieuses de Fédération de Russie. La commission a été créée le 11 décembre 2014 lors de la dernière réunion du conseil de l’année.

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et président de la commission, a présidé la réunion.

Prenaient part à cette réunion : des hommes d’État, des personnalités publiques et des représentants des communautés religieuses traditionnellement implantées en Russie, soit des délégués de l’Église orthodoxe russe, parmi lesquels le métropolite Juvénal de Kroutitsy et de Kolomna et l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du DREE, des représentants des communautés bouddhistes, évangélistes-luthériennes, musulmanes, catholiques, juives, baptistes. Étaient également présents des représentants d’associations de défense des droits de l’homme et de diverses associations publiques.

Dans son allocution, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rappelé que la commission pour la coopération internationale avait été créée pour lutter contre les tendances « menaçant la religion et le système de normes morales et de valeurs personnelles, familiales et sociales dont elle est l’origine ».

En Occident, la notion de mariage comme union d’un homme et d’une femme est en pleine érosion, on légalise les cohabitations homosexuelles, on fait la promotion du droit des homosexuels à l’adoption d’enfants.

L’Église est inquiète de la dépréciation de la vie humaine dans le monde contemporain, a poursuivi le hiérarque. « Le XXI devrait voir triompher l’humanisme, les droits et les libertés humaines. Et pourtant, nous sommes témoins d’une criante et massive violation des droits de l’homme. Je pense à l’avortement. Nous devons donner à tout homme le droit de naître. Et tout homme doit avoir le droit de vivre aussi longtemps que Dieu l’a déterminé. Nous sommes à une époque où, dans certains pays d’Europe, se développent l’euthanasie mobile, avec des brigades de médecins qui se déplacent à domicile, l’euthanasie infantile et le suicide assisté (le patient se suicide en présence d’un soignant).

Suivant l’archipasteur, les manifestations de laïcisme agressif sont particulièrement dangereuses pour la paix civile. Sous prétexte de liberté de parole et d’expression, les sentiments des croyants et ce qu’ils ont de plus sacré est profané et moqué. « Nous sommes parfois confrontés à une incompréhension des craintes des croyants au sujet d’actes blasphématoires, qui entraînent, comme l’ont montré les évènements à la rédaction du journal parisien « Charlie Hebdo », des actes de violences et font des victimes humaines » a constaté le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou.

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a aussi évoqué la situation au Proche-Orient. « Il est plus que temps de prendre des mesures décisives pour éradiquer l’extrémisme, de mettre en place les conditions nécessaires à un quotidien paisible pour les minorités religieuses, y compris les chrétiens » a souligné le hiérarque. « En ce sens, on ne peut que saluer la déclaration pour la défense des chrétiens et des autres communautés du Proche Orient dont la Fédération de Russie, le Saint Siège et le Liban ont été les initiateurs ». Mgr Hilarion a rappelé aux membres de la rencontre que ce document a été présenté le 13 mars de l’année en cours pendant la 28e session du Conseil de l’ONU aux droits de l’homme à Genève, et a été signé par 65 pays.

Les membres de la réunion ont soutenu l’initiative de la municipalité de Moscou sur l’organisation durant l’automne de l’année en cours de la III Conférence internationale « Religion et monde ». Il a été décidé de la consacrer à la défense des valeurs traditionnelles, à la protection des sentiments des croyants, des symboles religieux et des sanctuaires religieux, ainsi qu’au ministère social des organisations religieuses.

Les personnes assemblées ont discuté de la coordination des efforts des organes d’état, des communautés religieuses et des organisations publiques pour la défense et le respect des droits des croyants. Il a été décidé de soutenir l’action de l’Association russe pour la défense de la liberté religieuse dans l’organisation d’une surveillance dans ce domaine, consistant notamment à fixer les cas de discrimination des croyants dans le monde, ainsi qu’à élaborer un document final consacré à cette problématique.

Les membres de la réunion ont examiné la résolution 2036 (2015) de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe « La lutte contre l’intolérance et la discrimination en Europe, notamment à l’encontre des chrétiens » adoptée lors de la réunion de l’Assemblée le 29 janvier de l’année en cours. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a reconnu pour la première dans cette résolution l’existence de nombreux cas d’actes d’hostilité ou de violence à l’égard des chrétiens, ainsi que de vandalisme contre les lieux de culte. La résolution constate que ces cas sont souvent ignorés des autorités.

Le document appelle les états-membres du Conseil de l’Europe à contribuer à une « adaptation raisonnable », y compris sur les lieux de travail, afin de ne pas forcer les croyants à accomplir des obligations de service contraires à leur foi. Les états européens doivent respecter le droit des parents à offrir à leurs enfants une instruction conforme à leurs convictions religieuses. Ils doivent aussi inciter les médias à éviter les stéréotypes négatifs et les préjugés sur les chrétiens et les croyants d’autres religions.

La commission a établi son plan de travail pour l’année 2015.

Source

Un métropolite du Patriarcat de Constantinople : « Nous ne les appelons pas ‘Patriarcat de Kiev’. Ce sont des schismatiques »

Le 18 mars a eu lieu une rencontre du président du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Lougansk et Altchevsk Mitrophane avec la délégation du Conseil œcuménique des Églises, en visite à Kiev. Le métropolite Mitrophane a évoqué les relations interconfessionnelles en Ukraine devant la délégation du COE. Il a mentionné que l’Église orthodoxie d’Ukraine entretient des relations sans problèmes avec toutes les confessions ukrainiennes, à l’exception de la soi-disant « Église orthodoxe d’Ukraine – Patriarcat de Kiev », dont les représentants, avec le soutien des forces politiques radicales, et souvent celui de certains représentants des administrations locales, s’emparent des églises, calomnient et entretiennent une campagne d’informations mensongères contre l’Église. Après avoir écouté le métropolite Mitrophane, l’un des membres de la délégation, le métropolite de Sasime Gennade (Patriarcat de Constantinople) a déclaré : « Vous avez mentionné le Patriarcat de Kiev. Dans notre Église, nous ne l’appelons pas « Patriarcat de Kiev. Nous les appelons schismatiques, afin de ne pas donner l’impression que nous les reconnaissons. Ils peuvent s’appeler comme ils le veulent, mais aucune Église ne les reconnaît ».

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a célébré les funérailles de l’écrivain Valentin Raspoutine

Le 18 mars, en la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, le patriarche Cyrille a célébré les funérailles de l’écrivain Valentin Raspoutine, qui est décédé le 14 mars. Le cercueil avec le corps de l’écrivain a été placé la veille en la cathédrale du Christ Sauveur. Parmi ceux qui sont venu faire leurs adieux au célèbre écrivain se trouvait le président Poutine. Avant l’office des funérailles, le patriarche Cyrille a prononcé une allocution dédiée à la mémoire de Valentin Raspoutine. Le patriarche était assisté par le métropolite de Belgorod et Staroskolsk Jean, président du département synodal missionnaire, de l’évêque de Solnetchnogorsk  Serge, dirigeant du secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou, de l’archiprêtre Michel Riaziantsev, recteur de la cathédrale du Christ Sauveur, de l’archimandrite Tikhon (Chevnoukov), secrétaire responsable du conseil patriarcal pour la culture ; de l’archiprêtre Vsevolod Tchapline, président du département synodal pour les relations entre l’Église et la société, ainsi que plusieurs clercs de Moscou. Assistaient à la célébration le ministre de la Culture de la Fédération de Russie V.R. Medinsky et de nombreux autres officiels, ainsi que la famille du défunt. Les chants ont été exécutés par le chœur de la cathédrale du Christ Sauveur. La cérémonie a été retransmise par la chaîne TV « Soyuz » en direct. Conformément à la volonté du défunt, celui-ci sera enterré sur le territoire du monastère de la Mère de Dieu « du Signe » à Irkoutsk. L’inhumation aura lieu le 19 mars. On peut visionner ici l’allocution du patriarche Cyrille, ainsi qu’une partie de la cérémonie.

Source

Le premier tome du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras est paru en albanais

kopertina jpg phtshLe premier tome du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras est paru en albanais, par les soins de l’Église orthodoxe d’Albanie. L’archevêque Anastase, primat de ladite Église, a écrit dans son introduction : « Il y a de nombreux récits sur les vies, principalement, le martyre de différents saints, qui sont gardés comme des trésors dans les livres appelés « Synaxaires ». Souvent, dans le but d’un profit spirituel, les récits sont écrits d’une façon moins formelle. Parmi les différents recueils existants, nous avons préféré traduire en albanais le Synaxaire qui a été rédigé par le saint monastère de Simonos Petras sur le Mont Athos. La raison est que celui-ci est basé sur les meilleures sources et constitué avec un processus critique sérieux. Ce volume contient les vies des saints que l’Église orthodoxe vénère et célèbre durant les mois de septembre et octobre ». Rappelons que les volumes 3, 4 et 5 ont été réédités récemment en français, sous une nouvelle présentation et avec de nombreux compléments. Le Synaxaire a été publié dans de nombreuses langues du monde orthodoxe.

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski