24/10/2014
Actualités
You are here: Home > Actualités > Persécutions antichrétiennes

Category Archives: Persécutions antichrétiennes

Feed Subscription

Graffitis de l’État islamique sur les murs du monastère de Dečani (Kosovo)

Des graffitis « ISIS »  (État islamique d’Irak et de Syrie) sont apparus le 12 octobre sur les murs d’un bâtiment annexe du monastère de Dečani, au Kosovo. Le lendemain matin, de nouveaux graffitis « ISIS » et « AKSH » (Armée nationale albanaise) sont apparus cette fois sur le portail du monastère. D’autres inscriptions telles que « UCK », « AKSH » ainsi que la phrase « Le califat arrive » ont été peintes en noir et rouge (les couleurs du drapeau albanais).  Sur l’un des bâtiments annexes, à 150 mètres du poste de contrôle italien de la KFOR figuraient deux graffitis en langue arabe. Comme l’a mentionné l’higoumène du monastère de Dečani, l’archimandrite Sava, les graffitis les plus proches ont été inscrits sur l’abri de jardin qui est distant de 300 mètres de l’église du monastère, alors que les autres sites ayant fait l’objet de graffitis se trouvent dans un rayon de 500 mètres. Il est question ici de propriétés du monastère, où les moines cultivent la terre et gardent le bétail. Une partie seulement de ces biens est clôturée par un mur. Les graffitis, le plus probablement, ont été peints dans la nuit du samedi au dimanche, et les moines les ont remarqués le dimanche après la Liturgie. Ils ont alors prévenu la police du Kosovo et la KFOR. Pendant l’enquête, au cours de laquelle étaient présents l’higoumène Sava Janjić et le colonel Angelo Mineli, un groupe d’Albanais, à une centaine de mètres de là, a crié pendant quelques minutes « UCK, UCK ». « La KFOR italienne, durant les dernières semaines a resserré sa surveillance sur le monastère, et un nouveau système de surveillance video a été installé derrière la clôture du monastère. Toutefois, nous faisons face à des dangers et  des difficultés qui sont bien plus graves que précédemment. La possibilité que des gens qui de toute évidence ont de mauvaises intentions viennent si près du monastère et se livrent à de telles provocations malgré la protection de la KFOR, montre la nouvelle réalité au Kosovo et en Métochie », a déclaré le père Sava Janjić.

Source et photographie

Visite virtuelle de l’exposition « Vaincre » consacrée aux néomartyrs et confesseurs de Russie

Une visite virtuelle de l’exposition « Vaincre. L’Église orthodoxe russe et le pouvoir soviétique » a été ouverte sur le site de l’Université Saint-Tykhon de Moscou. On peut le visionner ici. Il s’agit de la plus grande exposition consacrée aux persécutions contre l’Église durant les années soviétiques, qui est désormais accessible sur internet, et ce à la veille de l’achèvement des travaux de restauration de la Maison diocésaine de Moscou. L’exposition à la mémoire des néomartyrs et confesseurs de Russie, organisée par l’Université Saint-Tykhon en hiver 2012/2013 au musée de l’histoire contemporaine de Russie, et qui a duré deux mois et demi, a été visitée par plus de 7000 personnes. Elle était constituée d’objets uniques, rassemblés des différentes régions de l’Union soviétique : des effets personnels des saints, différents documents reflétant tant la politique athée militante du pouvoir que la réaction envers celle-ci de l’Église, des objets liturgiques clandestins des camps. Le format interactif de l’exposition a rendu accessibles aux visiteurs les résultats de vingt années de recherches sérieuses, accomplies par les érudits de l’Université Saint-Tykhon dans le domaine de l’histoire récente mais, et c’est ce qui est le principal, elle a donné la possibilité de ressentir la dimension de l’exploit des néomartyrs pour l’homme contemporain. La parution de cette visite virtuelle de l’exposition coïncide avec le prochain achèvement des travaux de restauration de la Maison diocésaine de Moscou, lieu symbolique pour l’histoire de l’Église orthodoxe russe au XXème siècle. C’est précisément là, au concile local de 1917 que fut rétabli le patriarcat, dont des centaines de délégués souffrirent ensuite pour la foi dans le Christ et dont cinquante ont été canonisés dans le cadre de la synaxe des néomartyrs et confesseurs de Russie. L’année prochaine, la Maison diocésaine de Moscou, restituée à l’Église et qui avait été transmise à l’Université Saint-Tykhon à l’état de ruines, deviendra, avec la bénédiction et le concours du patriarche de Moscou Cyrille, le bâtiment principal de l’Université Saint-Tykhon et ce conformément à sa destination puisqu’elle servira à l’éducation.

Source et photographie

Saisie par la force de certaines églises de l’Église orthodoxe d’Ukraine

Lors de la rencontre des dirigeants ukrainiens Tourtchynov et Iatseniouk avec le Conseil pan-ukrainien des Églises, l’évêque d’Irpen Clément (Église orthodoxe d’Ukraine) a soulevé la question des églises saisies par les schismatiques. Une dizaine d’églises appartenant à l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou ont été saisies par la violence en Ukraine ces derniers temps a déclaré l’évêque Clément lors de la rencontre du président de la Rada Alexandre Tourtchynov et du premier ministre Arsène Iatseniouk avec les membres du Conseil pan-ukrainien des Églises et organisations religieuses, qui a eu lieu le 3 octobre. L’évêque Clément a déclaré que « la saisie par la force de certaines églises de l’Église orthodoxe d’Ukraine pour les transférer avec la même méthode au « Patriarcat de Kiev » (entité schismatique, ndt) » provoque l’inquiétude. Souvent, lorsqu’ils s’emparent des églises, les schismatiques causent « des lésions corporelles » aux prêtres et aux paroissiens qui s’opposent à eux, et ce avec la pleine complicité de la police, a précisé l’évêque. « Il y a un cas horrible dans le village de Novostav, dans le diocèse de Ternopol, où l’église Saint-Michel a été arrachée par la force à ses propriétaires légitimes. Pendant la liturgie, le prêtre a été jeté dehors, et les fidèles écartés par la force. Après cela, le greffier, on ne sait sur quelle base, a prononcé la liquidation de la paroisse, tandis que le président de l’administration d’État régionale, Sirotiouk, a pris la décision d’enregistrer les statuts de cette paroisse sous une nouvelle rédaction, mais cette fois dans le cadre du soi-disant Patriarcat de Kiev ». Une situation semblable s’est produite dans la localité de Khodos, dans le district de Rovno, où la force a été employée « non seulement envers les fidèles mais aussi envers le prêtre » a souligné l’évêque. Lors de la première semaine de septembre, six paroisses de l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou avaient été occupées par les adeptes du « Patriarcat de Kiev », lequel n’est reconnu par aucune Église orthodoxe. Dans la majorité des cas, ceci a été accompli de manière frauduleuse. À la rencontre était présent le chef du « Patriarcat de Kiev », Philarète Denisenko. Rien n’a été communiqué sur son éventuelle réaction aux paroles de l’évêque Clément. Rappelons que celui-ci a récemment été nommé président du département synodal de l’information de l’Église orthodoxe d’Ukraine, en remplacement de l’archiprêtre Georges Kovalenko.

Source et photographie

Une neuvième église Sainte-Sophie est transformée en mosquée en Turquie

L’église Sainte-Sophie à Ereğli (en grec Héraclée), dans la province de Zonguldak, est devenue la neuvième église Sainte-Sophie transformée en mosquée durant ces dernières années. L’église orthodoxe a reçu un nouveau nom des autorités. Elle s’appelle désormais la mosquée Orkhan, en l’honneur du sultan turque Orkhan Ier. L’historien turc Recep Çetin, intervenant lors de la présentation de la nouvelle mosquée, a mentionné « la signification historique de l’événement » : « Sainte-Sophie à Ereğli est déjà la neuvième église de ce nom qui est transformée en mosquée musulmane ». Précédemment, les églises Sainte-Sophie de Trébizonde et Sainte-Sophie de Nicée (dans laquelle se déroula le VIIème concile œcuménique) avaient été données à la communauté musulmane. L’église Sainte-Sophie d’Ereğli est encore plus ancienne que Sainte-Sophie de Constantinople. Selon les historiens, elle a été construite sous l’empereur Théodose II, c’est-à-dire entre l’an 408 et 450.

Source et photographie : Pravoslavie.ru

Tripoli (Liban) : rencontre des responsables religieux chrétiens et musulmans

Lors d’une réunion qui s’est tenue le 3 septembre à l’archevêché grec-orthodoxe, les évêques chrétiens de Tripoli ainsi que les représentants de Dar al-Fatwa (Conseil islamique) se sont dits étonnés par le climat inaccoutumé qui s’est manifesté dans la ville et ont appelé à la coopération afin que soit préservée la tradition profondément ancrée d’amicalité, de modestie et de paix. Ils ont insisté sur le fait qu’ils étaient unis comme les doigts de la main pour contrer cette « intrusion d’idées, de pratiques et de comportements étranges », tout en affirmant qu’il n’y avait aucune confrontation islamo-chrétienne à Tripoli et que les forces de l’ordre étaient garantes de la sécurité de tous. Ils ont ajouté qu’une responsabilité particulière leur incombait en ces jours difficiles, afin de témoigner de l’égalité de tous les citoyens de la ville en matière de droits et de devoirs et de partage des joies et des peines. Ils ont enfin souligné que le Liban est un pays exemplaire qu’ils se devaient de préserver au moment où tout le monde nous envie et cherche à détruire cette belle symbiose pour des gains futiles.

Source et photographie : MJOA.org

France: un communiqué conjoint du ministre des Affaires étrangères et de l’Intérieur sur la situation des chrétiens d’Orient

Hier, à Paris, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ont publié le communiqué conjoint suivant sur la situation des chrétiens d'Orient, plus particulièrement en Irak:

" La situation des chrétiens d’Orient est malheureusement dramatique. L’ultimatum lancé contre ces communautés à Mossoul par l’EIIL est le dernier exemple tragique de la terrible menace que font peser les groupes jihadistes en Irak, mais aussi en Syrie et ailleurs, contre ces populations historiquement partie intégrante de cette région.

La France est révoltée par ces exactions qu’elle condamne avec la plus grande fermeté. Nous avons obtenu du Conseil de sécurité des Nations Unies qu’il condamne les persécutions menées par l’Etat islamique contre les minorités en Irak. Nous venons en aide aux déplacés qui fuient les menaces de l’Etat islamique et se sont réfugiés au Kurdistan. Nous sommes prêts, s’ils le souhaitent, à en favoriser l’accueil sur notre sol au titre de l’asile. Nous avons débloqué, une aide humanitaire exceptionnelle pour leur porter assistance. La France continuera de mobiliser dans les prochains jours la communauté internationale pour que soit assurée la protection de ces populations, qui est une condition de la stabilité de la région. Nous sommes en contact constant avec les autorités locales et nationales pour que tout soit mis en œuvre afin d’assurer leur protection.

Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve recevront prochainement les représentants en France des communautés chrétiennes d’Irak. "

Sources: ministère des Affaires étrangères et du Développement international; ministère de l'Intérieur; communiqué en anglais

Plus aucun chrétien dans la ville natale de saint Antoine le Grand

Il n'y a pas un seul chrétien ou ni aucune église dans la ville égyptienne de Qeman, anciennement connu sous le nom de Coma, dans la province centrale de Beni Souef, où saint Antoine, fondateur du monachisme chrétien, est né en 251. Cela a été rapporté par des sources égyptiennes consultées par l’agence Fides, organe d’information des oeuvres pontificales missionnaires. Ces derniers temps, les dirigeants de la communauté copte orthodoxe de la région ont pris note que le flux de migration interne enregistré dans la zone a également entraîné le transfert des dernières familles qui vivaient à proximité du village, dans une zone où des fonds agricoles sont encore visés. comme anciennes possessions de la famille d'origine du grand saint.

Source : Agence Fides

Le Patriarcat de Jérusalem condamne la déclaration contre les chrétiens en Irak

Le 19 juillet dernier le patriarche de Jérusalem Théophile a lancé un appel contre la déclaration de l’organisation armée djihadiste « l’État islamique » dirigée contre les chrétiens en Irak. Vous pouvez lire ci-dessous la traduction de cet appel.

« Le Patriarcat de Jérusalem est alarmé après avoir entendu l’horrible déclaration émise par le groupe de « l’Etat islamique », disant aux communautés chrétiennes dans la ville irakienne de Mossoul qu’ils doivent se convertir à l’islam, payer la djizîa, ou abandonner tous leurs biens et quitter la ville, ou bien faire face à une exécution imminente.
La déclaration inhumaine contraire à la symbiose pacifique entre chrétiens et musulmans en Irak et dans toute la région du Moyen-Orient à travers les siècles va complètement à l’encontre des principes et des valeurs de ces religions monothéistes. "L’Eglise Mère" de Jérusalem condamne fermement et sans équivoque la déclaration épouvantable du groupe de l’Etat islamique" et appelle de toute urgence la communauté internationale d’intervenir immédiatement afin d’éviter de telles actions et de protéger la population chrétienne de l’Irak, qui a vécu pendant plusieurs siècles dans la paix avec leurs compatriotes musulmans. Sa Béatitude Théophile III, patriarche de Jérusalem »

Des jeunes membres d’un groupe islamiste ont été arrêtés suite à l’incendie d’une église au Tatarstan

Le ministre russe de l’Intérieur a rapporté le fait sans spécifier à quels groupes les jeunes gens appartenaient. Ceux-ci sont présumés responsables de l’incendie de deux églises sur sept au total, qui ont été enregistrés cette année dans cette république russe à majorité musulmane. Selon l’agence Asia News, la police russe a arrêté un certain nombre de jeunes gens appartenant à un « groupe islamique non-traditionnel » non défini, étant soupçonnés d’incendies volontaires commis au mois de novembre sur des églises chrétiennes dans la république autonome du Tatarstan. Un groupe d’individus âgés de 22 à 35 ans, sont présumés avoir mis le feu à deux églises orthodoxes au milieu du mois de novembre à l’aide de cocktails Molotov, selon une déclaration du ministère de l’Intérieur, tandis que dans le second cas, un gardien a déclenché un incendie dans une église de la ville de Tchistopol. Bien qu’étant majoritairement musulman, le Tatarstan n’a jamais connu de problèmes quant à la coexistence religieuse. Néanmoins, sept églises ont fait l’objet d’actes de malveillance cette année. Rien de tel ne s’était produit en 2012. Le bureau du procureur général a pointé du doigt « des extrémistes non identifiés » qui pourraient être condamnés à une peine allant jusqu’à 20 ans de prison. Les autorités musulmanes ont également fait face à une attaque l’an passé. Le religieux musulman le plus ancien a survécu à une tentative d’assassinat, que les autorités ont attribuée à des groupes radicaux du nord du Caucase.

Source: Pravmir, traduit de l'anglais pour Orthodoxie.com

 

Syrie : situation dramatique des chrétiens à Deir Atiyya

eglisedetruiteLe 22 novembre, des milices islamistes ont semé la mort et la terreur dans la petite ville de Deir Atiyya, située à 88 km au nord de Damas et dont la population s’élève à environ 25.000 habitants ; chrétiens et musulmans y vivent en bonne entente. Durant les dernières semaines, des centaines d’habitants de Qârah (à 100 km au nord de Damas), dont les Grecs-catholiques et leur prêtre, y  ont trouvé refuge. Les milices sont entrées dans l’hôpital et ont pris des malades en otage, pillé et détruit le musée local, pillé des maisons, dévasté l’église orthodoxe et transformé des habitants en boucliers vivants. Des chrétiens ont tenté de prendre la fuite mais les miliciens avaient dressé des barrages et retenaient ceux dont les noms étaient manifestement chrétiens. Le prêtre de la communauté orthodoxe a lancé un appel pressant à la communauté internationale et aux autorités religieuses de tout faire pour sauver Deir Atiyya.

Source et photographie : Calam1.org

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le représentant spécial de l’ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi

IMG_9404Le 17 novembre, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le représentant spécial de l'Organisation des Nations unies pour la Syrie, Lakhdar Brahimi. "Le métropolite Hilarion a détaillé à son interlocuteur les efforts entrepris par l’Église orthodoxe russe pour améliorer la situation en Syrie et soulager les souffrances du peuple syrien. (…) A son tour, le haut représentant de l’ONU a constaté que la Russie jouait un rôle particulier dans la résolution du conflit syrien. Il a également exprimé sa solidarité avec la position du Patriarcat de Moscou et son aspiration, en utilisant ses contacts avec les leaders religieux du monde, à arrêter au plus tôt le bain de sang en terre syrienne." Par ailleurs, le même jour, au Liechtenstein, le métropolite Hilarion a participé à un colloque sur la crise syrienne avec un exposé ayant pour titre: "La tragédie humanitaire des chrétiens de Syrie : un défi pour l’ensemble du monde civilisé". Enfin, le même jour également, le métropolite Hilarion a rencontré des représentants des communautés chrétiennes d'Irak.

Photographie: le métropolite Hilarion avec Lakhdar Brahimi (source)

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le représentant spécial de l’ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi

IMG_9404Le 17 novembre, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a rencontré le représentant spécial de l'Organisation des Nations unies pour la Syrie, Lakhdar Brahimi. "Le métropolite Hilarion a détaillé à son interlocuteur les efforts entrepris par l’Église orthodoxe russe pour améliorer la situation en Syrie et soulager les souffrances du peuple syrien. (…) A son tour, le haut représentant de l’ONU a constaté que la Russie jouait un rôle particulier dans la résolution du conflit syrien. Il a également exprimé sa solidarité avec la position du Patriarcat de Moscou et son aspiration, en utilisant ses contacts avec les leaders religieux du monde, à arrêter au plus tôt le bain de sang en terre syrienne." Par ailleurs, le même jour, au Liechtenstein, le métropolite Hilarion a participé à un colloque sur la crise syrienne avec un exposé ayant pour titre: "La tragédie humanitaire des chrétiens de Syrie : un défi pour l’ensemble du monde civilisé". Enfin, le même jour également, le métropolite Hilarion a rencontré des représentants des communautés chrétiennes d'Irak.

Photographie: le métropolite Hilarion avec Lakhdar Brahimi (source)

“Le conseil oecuménique des Eglises aidera à défendre les chrétiens” (métropolite Hilarion de Volokolamsk)

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk a donné un entretien (en français) à l'agence Ria-novosti sur le rôle du Conseil oecuménique des Eglises concernant la défense des chrétiens persécutés. Ainsi, à propos de la Xe assemblée du Conseil oecuménique des Eglises, qui se tient actuellement à Pusan en Corée du Sud, il observe: "Cette assemblée peut et doit appeler d’une seule voix les choses par leur nom : exprimer une protestation vigoureuse contre le génocide (je n’ai pas peur du mot) des chrétiens qui se produit au Proche Orient et est la conséquence d’une politique volontaire des extrémistes et des forces terroristes qui veulent éliminer le christianisme de la région."

Vote d’un voeu de soutien aux chrétiens d’Orient par le Conseil de Paris

Les élus du Conseil de Paris ont voté à l'unanimité, le 15 octobre, un voeu de soutien aux chrétiens d'Orient. Dans celui-ci, il est observé: " la situation vulnérable des minorités chrétiennes qui vivent sous pression constante et dangereuse des islamistes radicaux, notamment en Egypte, en Irak et en Syrie". Il est affirmé: "la France pays des droits de l’homme se rendrait complice de ces crimes à grande échelle si elle n’intervenait pas pour soutenir ces minorités en danger". En conséquence, les élus de Paris émettent à l’unanimité le voeu "que le maire de Paris veille auprès des organisations humanitaires que la situation spécifique des chrétiens d’Orient comme les autres communautés religieuses soit prise en compte dans leur programme ". Les élus demandent aussi que le maire de Paris "intervienne auprès des autorités des pays de la zone du Proche et Moyen-Orient pour rappeler son attachement à la non-discrimination des minorités de toutes sortes et en particulier à l’égard des chrétiens d’Orient."

Ce voeu a été présenté par la "Coordination chrétiens d'Orient en danger", laquelle a déjà organisé une rencontre à l'Assemblée nationale, le 8 octobre, et, dernièrement, le 16 octobre, au Sénat.

Protestation du diocèse de Korçë (Église orthodoxe d’Albanie) au sujet d’une pièce de théâtre blasphématoire

«L'Église orthodoxe est contestée partout" a déclaré, dans un communiqué, le diocèse métropolitain de Korçë (Albanie). La déclaration a été faite après les protestations provoquées parmi les croyants orthodoxes de Korçë par la pièce « Notre-Dame de Berat », écrite par l’homme politique albanais et écrivain Namik Dokle [ex-communiste, ndt], et qui a été jouée au théâtre municipal de la ville. Après cinq jours, le spectacle a été suspendu. Les fidèles orthodoxes de la ville considèrent la pièce, dans laquelle le clergé est dénigré, comme un «blasphème» contre l'orthodoxie.

Dans un écrit paru dans les médias électroniques, le prêtre Michel Sanelari, déclare que l’œuvre constitue une provocation pour les fidèles orthodoxes du pays,  et est diffamatoire sur le Patriarcat œcuménique et saint Cosmas d'Étolie (+1779).

Sources: Amen, traduit du grec pour Orthodoxie.com, Eglise orthodoxe d'Albanie

Syrie: les rebelles syriens détruisent des lieux saints chrétiens et chiites

Des formations armées de l’opposition en Syrie détruisent des lieux de cultes appartenant à des communautés religieuses minoritaires. Deux églises chrétiennes ont été pillées dans les villages de Gasaniyeh et de Jdeideh dans la province de Lattaquié. Un lieu de culte chiite a été également détruit à  Zarzour dans la province d'Idlib. Selon les déclarations de témoins oculaires, les trois lieux de culte ont été détruits après que l’opposition s’est emparée de la région et le départ de l’armée gouvernementale. Des trois villages occupés par les rebelles, la quasi-totalité des habitants ont fuit. Certains leaders de l’opposition se sont certes engagés à protéger tous les Syriens, mais dans la pratique ils ne peuvent résoudre comme il se doit les problèmes liés aux attaques infondées contre les lieux de culte des minorités, comme le constate Human Rights Watch. L’opposition n’a pas non plus été en mesure de faire cesser les pillages et les enlèvements, ainsi que les autres sortes d’activités criminelles des combattants.

Source: Sedmitza, traduit du russe pour Orthodoxie.com

Profanation de cinq nouveaux cimetières au Kosovo

grobAprès la récente profanation de tombes au cimetière de Kosovo Polje que nous avons évoquée ici de nouveaux actes de vandalisme ont eu lieu dans cinq autres cimetières, ce qui fait l’objet du communiqué suivant du diocèse de Ras et Prizren. « Une semaine seulement après la profanation de 50 tombes au cimetière de Kosovo Polje, les extrémistes albanais ont entamé une nouvelle campagne de profanation dans cinq cimetières orthodoxes dans la nuit du 20 au 21 janvier 2013, détruisant des dizaines de tombes.

Read More »

Communiqué du diocèse de Ras et Prizren au sujet de la profanation de 58 tombes orthodoxes serbes au Kosovo

image_2.php« Le diocèse de Ras et Prizren et de Kosovo et Métochie condamne le plus fermement la profanation de 58 monuments funéraires au cimetière orthodoxe serbe de Kosovo Polje. Cet acte de barbarie extrême témoigne malheureusement qu’aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les Serbes restés au Kosovo qui souffrent, mais que leurs parents défunts eux-mêmes n’y trouvent pas la paix. Depuis des années, nous sommes témoins d’une guerre diabolique contre les morts, qui se déroule aux yeux de la communauté internationale et des institutions provisoires du Kosovo. Une telle conduite est le reflet d’une atmosphère politique et d’une (anti)culture qui est emplie de nationalisme féroce, d’intolérance envers les membres d’autres nations et religions, et de l’absence de la primauté du droit et de la loi. Les auteurs de ce crime ne seront probablement jamais identifiés, à l’instar de ce qui s’est produit dans le cas de centaines d’autres cimetières serbes qui sont encore en ruines.   
Néanmoins, cette triste image des cimetières profanés, de Kosovo Polje, du sud de Mitrovica, Staro-Gracko, des tombes exhumées en Métochies, sont un rappel douloureux de la situation réelle dans laquelle vivent aujourd’hui les Serbes du Kosovo et de Métochie. En même temps, ces images constituent un témoignage vivant aux yeux du monde civilisé du fait que le Kosovo et la Métochie sont de nos jours la seule partie du continent européen où même les morts ne peuvent reposer en paix.

Read More »

Les fidèles orthodoxes ont été empêchés d’assister aux offices de Noël au monastère de Dečani et certains ont été arrêtés par la police kosovare dans un autre monastère du Kosovo

liturgA l’occasion des tentatives d’obstruction à la célébration de Noël au Kosovo du fait de groupes albanais et de la conduite provocatrice de la police kosovare, notamment à Gračanica, le diocèse de Ras et Prizren a publié le communiqué suivant :

« La célébration de la Nativité du Christ au Kosovo et en Métochie a été assombrie cette année par la conduite extrêmement inappropriée et provocatrice de la police kosovare, qui a procédé au monastère de Gračanica à une véritable « descente de police » parmi les visiteurs et a arrêté plusieurs fidèles qui étaient venus pour la fête. L’évêque diocésain, Mgr Théodose,  a déclaré que la police kosovare, par une telle conduite, décourage les fidèles de visiter leurs lieux saints et a fait preuve de brutalité d’une façon extrêmement primitive. Ayant en vue les incidents que la police kosovare a provoqués le jour de la fête du « Vidovdan » [fête nationale serbe, ndt] l’an passé, on peut dire que l’on est devenu coutumier du fait que chaque fête religieuse de l’Église orthodoxe ait lieu dans la peur de la terreur et des arrestations policières. Mgr Théodose a également exprimé son grand mécontentement au sujet de l’attitude incorrecte des institutions du Kosovo envers les personnalités officielles serbes, auxquelles l’accès aux lieux saints de l’Église orthodoxe serbe a été interdit. Ou encore, lesdites personnalités sont obligées, comme dans le cas de M. Vulin [directeur du bureau pour le Kosovo et la Métochie du gouvernement serbe, ndt], de quitter précipitamment le monastère de Gračanica avant la fin de la cérémonie. Un incident semblable s’est produit il y a quelques mois, lorsque M. Marko Đurić, conseiller du président de la République de Serbie, a été brutalement expulsé du territoire du Kosovo. L’évêque Théodose a fait savoir aux officiels internationaux présents qu’une telle conduite des institutions kosovares est inacceptable et que par voie de conséquence, la célébration dans des conditions normales des fêtes chrétiennes est devenue impossible.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Read More »

Un acte terroriste contre une église copte dans le Nord du Sinaï a été empêché in extremis

Les militaires égyptiens ont réussi à empêcher un acte terroriste, que des extrémistes avaient préparé la nuit de Noël dans l’une des églises du nord du Sinaï. Les terroristes avaient planifié de faire sauter une église copte dans la ville de Rafah. Une patrouille armée avait découvert deux voitures sans plaque minéralogique. Lorsque les soldats ont tenté de procéder à l’inspection des véhicules suspects, des hommes armés se sont enfuis avec l’un des véhicules, abandonnant le second. Lors de la fouille, on trouva dans celui-ci un grand nombre d’explosifs, de détonateurs, d’armes légères, de lance-grenades et de munitions. La police recherche en ce moment les fugitifs.

Le 1er janvier 2011, à Alexandrie, avait eu lieu une explosion dans une église copte, qui avait provoqué la mort de 24 paroissiens. Jusqu’à maintenant, on ignore qui en étaient les responsables.

Source: Pravoslavie, traduit du russe pour Orthodoxie.com

“Hausse alarmante des violences islamistes contre les chrétiens africains”

Le Monde a publié cet article, intitulé "Hausse alarmante des violences islamistes contre les chrétiens africains", sur les persécutions des chrétiens dans le monde. L'article rend compte de la publication de l'Index mondial de la persécution 2013 (1) par l'ONG "Portes ouvertes", d'obédience protestante. "Portes ouvertes" rappelle que "Plus de 150 millions de chrétiens souffrent de discriminations graves ou d’actes de violences, que ce soit de la part de personnes d’autres religions ou de régimes totalitaires." (50 premiers pays)

La Russie est préoccupée par le sort des chrétiens du Proche-Orient selon le ministre russe des Affaires étrangères

" La Russie est préoccupée par le sort des chrétiens dans les pays du Proche-Orient, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d'une réunion de la Société impériale orthodoxe de Palestine tenue à Moscou." Evoquant la récente visite du patriarche russe Cyrille au Proche-Orient, il a observé: "L'ensemble du programme des visites a clairement démontré le rôle de l'Eglise orthodoxe russe dans les efforts visant à instaurer la paix et l'harmonie en Terre Sainte". "

Source: Ria-novosti

Libye: le cimetière grec de Tripoli a été profané par des inconnus

Le métropolite Théophylacte de Tripoli (1) s’est rendu au cimetière grec de la ville, accompagné de l’ambassadeur et du consul de Chypre ainsi que du président de la communauté hellénique. Le cimetière est entièrement saccagé. Quant au monument aux morts grecs, il se trouve dans un état lamentable. Le métropolite a célébré un court office funèbre au cimetière et a discuté avec  l’ambassadeur chypriote des possibilités de réparer les dommages.
 

Source: Amen, traduit du grec pour Orthodoxie.com

Exposition à Moscou, consacrée aux persécutions contre l’Église

A Moscou, une exposition consacrée aux persécutions contre l’Église, sous le titre « L’Église russe et le pouvoir soviétique » se déroulera du 8 novembre au 9 décembre au Musée central national de l’histoire contemporaine de la Russie à Moscou. L’exposition sera consacrée aux persécutions contre l’Église durant les années soviétiques et sera répartie en six salles dans l’ordre chronologique. Elle est organisée conjointement par l’Université orthodoxe des sciences humaines « Saint-Tikhon » et ledit musée. « Pendant 20 ans, les historiens de l’Université orthodoxe des sciences humaines Saint-Tikhon ont rassemblé de nombreux témoignages de confession et de martyre de la foi, retracé le sort de milliers de personnes, analysé l’histoire des conflits à l’intérieur de l’Église déclenchés par les persécuteurs, rédigé les pages saillantes de la lutte du régime athée avec l’Église orthodoxe » a déclaré le recteur de l’Université Saint-Tikhon, l’archiprêtre Vladimir Vorobiev. Selon ses paroles, le but de l’exposition est de montrer l’histoire « de la résistance spirituelle à l’athéisme et à apprendre à tirer les leçons du passé qui nous ont été enseignées par nos martyrs ».

Source et photographie : Pravoslavie.ru, traduit du russe pour Orthodoxie.com

 

Syrie: le dernier chrétien (un orthodoxe) présent dans le centre d’Homs a été tué

L'agence d'informatons catholique Agenzia Fides nous apprend que le dernier chrétien présent dans le centre d’Homs en Syrie après l’évacuation de la population civile a été tué. Elias Mansour, 84 ans, chrétien orthodoxe n’avait pas voulu quitter sa maison, rue Wadi Sayeh, parce qu’il devait prendre soin de son fils handicapé, Adnane, même s’il savait que sa vie était en danger. La zone de Wadi Sayeh – habitée par des chrétiens et des musulmans sunnites – est encore au centre de combats opposant l’armée régulière et des rebelles. Les rebelles sont retranchés dans les quartiers de Khalidiyeh, Bab houd, Bustan diwan, Hamidiyeh, jusqu’aux rues Wadi Sayeh et Ouret al shayyah. Les forces de l’armée régulière les encerclent. Ainsi que l’indique à Fides un prêtre grec orthodoxe, Elias Mansour a été tué hier. Les jours précédents, il avait déclaré qu’il n’aurait quitté sa maison pour aucun motif et que, s’il avait rencontré les rebelles, « il leur aurait rappelé les dix commandements et les Ecritures saintes ». Les obsèques seront célébrées aujourd’hui dans une église orthodoxe. Un prêtre orthodoxe tente actuellement de retrouver son fils handicapé dont on est sans nouvelles. Entre temps, comme l’indiquent des sources de Fides, ce matin, le couvent des Jésuites se trouvant dans le quartier d’Hamidiyeh a été touché au cours des combats qui ont lieu chaque jour. La structure a subi de légers dommages mais aucune victime n’est à déplorer. Les Jésuites et les évacués qui s’y trouvaient ont vécu des moments de peur mais vont bien. 

Syrie: explosion d’une bombe lors des obsèques du père Fadi Haddad

L'agence Fides relate qu'une bombe a explosé lors des obsèques, hier, du père Fadi Haddad. Cet attentat a causé, d'après l'agence, la mort de deux civils et de plusieurs militaires. Le patriarche Ignace IV a célébré les funérailles en l'église Saint-Elie à Qatana. La dépêche précise également: "Le père Fadi Jamil Haddad était né à Qatana le 2 février 1969. Il avait étudié la théologie à Damas et au Liban. Il s’était marié et avait été ordonné prêtre en 1995 par S.B. le patriarche Ignace IV Hazim. Il était curé (recteur, ndlr) de la paroisse orthodoxe Saint-Elie à Qatana. Une source du patriarcat remarque que « il était aimé par tous les groupes religieux et n’avait pris aucune position politique durant le conflit en cours en Syrie. Mais il était fortement engagé en faveur de la réconciliation ». " Il a été enlevé et tué alors qu'il menait une mission humanitaire pour tenter de récupérer un des fidèles de la paroisse Saint-Elie qui avait été enlevé quelques jours auparavant.

Source: Fides. Photographie: le père Fadi Haddas et l'église Saint-Elie à Qatana (source)

Mgr Hilarion, métropolite de Volokolamsk: « Faire obstacle à la discrimination des chrétiens dans le monde : une contribution à une défense plus efficace des droits de l’homme »

Intervention le 23 octobre de Mgr Hilarion, métropolite de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, au IIIe comité de l’Assemblée générale de l’ONU réunie en session à New York.

" Monsieur le président,   Je représente à cette tribune de la prestigieuse organisation internationale que sont les Nations Unies l’Eglise orthodoxe russe qui compte de nombreux millions de fidèles dans le monde entier. La défense des droits de l’homme dans diverses régions du monde est l’une des orientations essentielles des organisations internationales parmi lesquelles l’ONU occupe une place primordiale. La liberté de confesser sa foi est l’un des droits fondamentaux de l’homme. Notre Eglise se prononce immuablement contre la discrimination, les persécutions et la violence sous des prétextes religieux quelles qu’en soient les formes. Nous sommes aujourd’hui les témoins de très fréquentes violations de la liberté de religion et de manifestations de violence à l’égard de communautés ou de groupes ethniques et religieux dans le monde entier.

Read More »

Syrie: décès lors d’un enlèvement du père Fadi Jamil Haddad

Le site Alboushra.org annonce le décès du père Fadi Jamil Haddad sans préciser les circonstances. Il était recteur de la paroisse Saint-Elie à Qatana, un faubourg de Damas. Il a été enlevé par un groupe armé non identifié il y a quatre jours. L'agence Fides relate notamment sur son enlèvement, dans une dépêché datée d'hier: " Selon des informations parvenues à Fides, les ravisseurs, qui ont enlevé avec lui deux autres hommes voici trois jours, ont demandé à la famille du prêtre et à son Eglise une rançon de 50 millions de sterling syriennes (soit plus de 550.000 €uros). La communauté chrétienne grecque orthodoxe est fortement préoccupée par le sort du prêtre et des deux autres otages."

Il est aussi rappelé dans cette dépêche que: "Parmi les différentes communautés chrétiennes présentes en Syrie, la communauté grecque orthodoxe est la plus importante, comptant en effet environ 500.000 fidèles. Elle est concentrée principalement dans l’ouest du pays et à Damas."

Sources: Alboushra (dont photographie), Fides

Ajout (18h30): l'agence Fides rapporte que l'on a retrouvé le cadavre du père Fadi Jamil Haddad au nord de Damas, dans le quartier de Jaramana, non loin du lieu où il a été enlevé, avec des marques d'un supplice particulièrement atroce. Il avait 43 ans.

Discours de Mgr Hilarion de Volokolamsk au synode sur la nouvelle évangélisation des évêques catholiques et en présence du pape

Sur le site Parlons d'orthodoxie: la traduction française du discours de Mgr Hilarion de Volokolamsk, le 16 octobre au Vatican, au synode sur la nouvelle évangélisation, en présence du pape. Mgr Hilarion a notamment déclaré: " Je profite de cette occasion pour appeler nos frères catholiques à mettre en place un front commun de défense de la foi chrétienne dans les pays où elle est opprimée et persécutée. Nous voyons aujourd’hui les tenants du sécularisme et de l’athéisme en Europe s’appliquer à évincer la foi chrétienne : les symboles chrétiens deviennent l’objet d’interdits, la vision traditionnelle chrétienne du mariage comme une union entre un homme et une femme est attaquée, la valeur de la vie humaine est mise en doute ceci depuis son début et jusqu’à sa fin naturelle. L’existence même des Eglises chrétiennes est menacée dans certaines parties du monde. Dans les pays dits du « printemps arabe » des millions de chrétiens encourent de cruelles persécutions. Ils doivent quitter des terres qu’ils ont habitées depuis de nombreux siècles. Il y avait encore il y a peu près de un million et demi de chrétiens en Irak, il n’en reste aujourd’hui que près de 150.000. Les autres ont été soit exterminés, soit chassés. En Egypte, en Libye, en Afghanistan, au Pakistan, au Nigeria, en Inde, en Indonésie ainsi que dans d’autres pays du Proche Orient les persécutions des chrétiens se font de plus en plus cruelles.
La catastrophe humanitaire que vit actuellement la Syrie nous est profondément douloureuse. Les islamistes radicaux, soutenus par certains pays occidentaux, veulent s’y emparer du pouvoir politique. Là où ils ont déjà réussi à le faire les chrétiens sont persécutés et exterminés. Les communautés chrétiennes de Syrie et du Proche Orient implorent notre aide. Les médias occidentaux ne prêtent aucune attention à cette clameur. "

Scroll To Top
Jovan Nikoloski