Mgr Hilarion (Alfeyev) : « Nous respectons le patriarche de Constantinople en tant qu’il occupe la première place dans l’ordre d’honneur, mais nous refusons de le voir comme pape d’Orient »

L’agence d’informations russe Interfax.ru a récemment publié une interview de Mgr Hilarion (Alfeyev) dont nous vous proposons une traduction française. À l’approche de la session régulière de la commission mixte pour le dialogue théologique entre l’Eglise catholique et l’Église orthodoxe en Italie, le représentant de l’Église orthodoxe russe auprès les institutions européennes Mgr Hilarion, dans une interview donnée à l’agence russe Interfax.ru, a averti par avance que le  patriarcat de Moscou avait l’intention de défendre fermement son point de vue sur la question de la primauté et du conciliarité dans le gouvernement de l’Église. Quand et où aura lieu la prochaine session de la commission mixte pour le dialogue théologique entre les orthodoxes et les catholiques ? Quelles sont les questions qui y seront discutées ? Notre réunion aura lieu en octobre 2007 à Ravenne, Italie. Lors de cette réunion, nous allons terminer la discussion au sujet du document portant sur l’épiscopat et le conciliarité dans l’Église.Ce document avait été à l’origine rédigé par la commission lors de sa réunion de 1990 à Moscou. Alors, la commission l’avait mis de côté et pendant dix ans, elle s’est occupée de la question d’uniatisme.  Après cela il y a eu une interruption de six ans dans le travail de la commission, et enfin en septembre 2006 à Belgrade, la commission est revenue sur ce texte.La réunion de Belgrade a fait révéler les différences essentielles des opinions des participants au sujet de l’un des paragraphes du document. Malgré les différences, le Comité de la rédaction de la commission s’est réuni en mars.Le comité se compose de trois représentants orthodoxes – Mgr Kallistos métropolite de Dioklée du patriarcat de Constantinople, le diacre Ioann Ika de l’Église roumaine et de moi-même – et de trois représentants catholiques. Nous sommes parvenus à changer ce paragraphe pour

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Mgr Hilarion (Alfeyev) : « Nous respectons le patriarche de Constantinople en tant qu’il occupe la première place dans l’ordre d'honneur, mais nous refusons de le voir comme pape d’Orient »

L’agence d’informations russe Interfax.ru a récemment publié une interview de Mgr Hilarion (Alfeyev) dont nous vous proposons une traduction française. À l’approche de la session régulière de la commission mixte pour le dialogue théologique entre l’Eglise catholique et l’Église orthodoxe en Italie, le représentant de l’Église orthodoxe russe auprès les institutions européennes Mgr Hilarion, dans une interview donnée à l’agence russe Interfax.ru, a averti par avance que le  patriarcat de Moscou avait l’intention de défendre fermement son point de vue sur la question de la primauté et du conciliarité dans le gouvernement de l’Église. Quand et où aura lieu la prochaine session de la commission mixte pour le dialogue théologique entre les orthodoxes et les catholiques ? Quelles sont les questions qui y seront discutées ? Notre réunion aura lieu en octobre 2007 à Ravenne, Italie. Lors de cette réunion, nous allons terminer la discussion au sujet du document portant sur l’épiscopat et le conciliarité dans l’Église.Ce document avait été à l’origine rédigé par la commission lors de sa réunion de 1990 à Moscou. Alors, la commission l’avait mis de côté et pendant dix ans, elle s’est occupée de la question d’uniatisme.  Après cela il y a eu une interruption de six ans dans le travail de la commission, et enfin en septembre 2006 à Belgrade, la commission est revenue sur ce texte.La réunion de Belgrade a fait révéler les différences essentielles des opinions des participants au sujet de l’un des paragraphes du document. Malgré les différences, le Comité de la rédaction de la commission s’est réuni en mars.Le comité se compose de trois représentants orthodoxes – Mgr Kallistos métropolite de Dioklée du patriarcat de Constantinople, le diacre Ioann Ika de l’Église roumaine et de moi-même – et de trois représentants catholiques. Nous sommes parvenus à changer ce paragraphe pour

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Grèce : parution d’un entretien avec le patriarche de Russie Alexis II sur les relations entre orthodoxes et catholiques

Dans un entretien paru hier dans le journal grec Eleftherotypia, le patriarche de Russie Alexis II a estimé que les positions des Eglises orthodoxe et catholique sont très proches dans de nombreux domaines, mais que des problèmes persistent. Il a précisé : «A mon avis, nous sommes d’accord qu’il est très important de promouvoir le dialogue et la coopération entre nos deux Eglises pour témoigner au monde contemporain des valeurs traditionnelles du christianisme. Sur bien des questions, qu’il s’agisse de la morale chrétienne, de la famille ou de la bioéthique, nos positions sont très proches de celles des catholiques.»Parmi les problèmes qui demeurent, il y a les « (…) activités missionnaires des catholiques parmi les gens baptisés ou se croyants orthodoxes. Il est tout aussi nécessaire de régler certaines questions d’ordre pratique dans les relations entre les orthodoxes et les uniates. » Abordant la question d’une visite du pape à Moscou, il a redit que celle-ci ne sera possible qu’après le « (..) règlement préalable des questions compliquées dans les rapports interconfessionnels». Source : Ria-novosti

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos

Après avoir publié une traduction partielle du communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos au sujet de la visite du pape au Phanar, suivie de celle de l’archevêque d’Athènes au Vatican, nous avons signalé l’existence d’une traduction française du texte intégral du communiqué faite à partir d’une version anglaise qui comprenais un certain nombre d’erreurs. Cette fois nous vous invitons à lire la traduction française du texte intégral faite à partir du grec. “Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne Karyès, le 30 décembre 2006 La récente visite du pape Benoît XVI au Patriarcat oecuménique, en la fête patronale de saint André (30 novembre 2006), puis la visite de S.B. l’archevêque d’Athènes, Mgr Christodoulos, (14 décembre 2006), ont provoqué une multitude d’impressions, d’analyses et de réactions. Nous ne nous attarderons pas sur ce que la presse sécularisée a jugé de positif ou de négatif, pour n’insister que sur ce qui concerne notre salut, en vertu duquel nous sommes sortis du monde pour vivre dans la solitude de la Sainte Montagne.En tant que moines de la Sainte Montagne, nous respectons le Patriarcat oecuménique, à la juridiction canonique duquel nous appartenons. Nous honorons et vénérons notre très saint patriarche oecuménique Bartholomée et nous réjouissons de tout ce qu’il accomplit avec amour en Dieu et avec beaucoup de peine pour l’Église. Nous sommes particulièrement sensibles à sa défense ferme et infatigable des droits inaliénables du Patriarcat oecuménique, et ce dans des circonstances défavorables. Ajoutons à cela son soutien aux Eglises locales orthodoxes très éprouvées ainsi que sa préoccupation d’annoncer au monde entier le message de l’Église orthodoxe. En outre, nous, moines de la Sainte Montagne, honorons la très sainte Église d’Hellade, dont nous sommes pour la plupart issus, et nous respectons son béatissime primat. Toutefois, les événements

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l'Athos

Après avoir publié une traduction partielle du communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne de l’Athos au sujet de la visite du pape au Phanar, suivie de celle de l’archevêque d’Athènes au Vatican, nous avons signalé l’existence d’une traduction française du texte intégral du communiqué faite à partir d’une version anglaise qui comprenais un certain nombre d’erreurs. Cette fois nous vous invitons à lire la traduction française du texte intégral faite à partir du grec. “Communiqué de la Communauté sacrée de la Sainte Montagne Karyès, le 30 décembre 2006 La récente visite du pape Benoît XVI au Patriarcat oecuménique, en la fête patronale de saint André (30 novembre 2006), puis la visite de S.B. l’archevêque d’Athènes, Mgr Christodoulos, (14 décembre 2006), ont provoqué une multitude d’impressions, d’analyses et de réactions. Nous ne nous attarderons pas sur ce que la presse sécularisée a jugé de positif ou de négatif, pour n’insister que sur ce qui concerne notre salut, en vertu duquel nous sommes sortis du monde pour vivre dans la solitude de la Sainte Montagne.En tant que moines de la Sainte Montagne, nous respectons le Patriarcat oecuménique, à la juridiction canonique duquel nous appartenons. Nous honorons et vénérons notre très saint patriarche oecuménique Bartholomée et nous réjouissons de tout ce qu’il accomplit avec amour en Dieu et avec beaucoup de peine pour l’Église. Nous sommes particulièrement sensibles à sa défense ferme et infatigable des droits inaliénables du Patriarcat oecuménique, et ce dans des circonstances défavorables. Ajoutons à cela son soutien aux Eglises locales orthodoxes très éprouvées ainsi que sa préoccupation d’annoncer au monde entier le message de l’Église orthodoxe. En outre, nous, moines de la Sainte Montagne, honorons la très sainte Église d’Hellade, dont nous sommes pour la plupart issus, et nous respectons son béatissime primat. Toutefois, les événements

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Réunion de la Commission mixte pour le dialogue entre l’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique à Belgrade

Réunion de la Commission mixte pour le dialogue entre l’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique à Belgrade

Du 18 au 25 septembre, se déroule à Belgrade la neuvième session de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique. Chaque Eglise est représentée par 30 membres. Le coprésident orthodoxe est Mgr Jean Zizioulas et le coprésident catholique le cardinal Walter Kaspers. La Commission délibérera sur des thèmes théologiques du domaine de l’ecclésiologie. Les participants ont été accueillis par le patriarche Paul (Pavle) de Serbie. Le service d’information du Vatican précise sur les objectifs de cette rencontre: « Le comité de coordination mis en place en décembre dernier à Rome a décidé que, “en accord avec les documents déjà concordés, le thème choisi dans le cadre de recherche fixé sur la Koinonia-communion devait être approfondi par de nouveaux débats sur deux sujets fondamentaux pour les rapports inter-ecclésiaux: le primat de l’évêque de Rome et la question uniate, tous deux largement ouverts (…) La réunion de Belgrade permettra d’étudier le projet de document préparé à Moscou en 1990 lors d’une réunion du Comité mixte mais qui n’a pas encore été débattu en assemblée. Il s’agit des conséquences ecclésiologiques et canoniques relatives à la sacramentalité de l’Eglise, de la conciliarité et de l’autorité dans l’Eglise. Cette question sera donc envisagée en fonction du primat romain et de l’uniatisme”. »Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarcat de Moscou ne partage pas l'« optimisme démesuré » du cardinal Kaspers au sujet des progrès des relations entre les orthodoxes et les catholiques

L’Église orthodoxe russe a fait preuve de retenu dans sa réaction aux propos du cardinal Walter Kaspers concernant les progrès des rapports entre les orthodoxes et les catholiques, et une prochaine visite du pape en Russie.« La position de notre Eglise reste inchangée. Une rencontre entre les représentants des deux Églises aura un sens si elle permet d’arriver à une véritable résolution des problèmes qui nous séparent : ce sont d’une part la question du prosélytisme, d’autre part le problème les tentatives expansionnistes des gréco-catholiques à l’encontre de l’orthodoxie en Ukraine », a communiqué mardi à Interfax le vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Vsevolod Tchaplin. La question de la visite du pape en Russie, comme il l’a affirmé, n’a pas été soulevée lors des derniers contacts entre Églises.Il s’agissait là de sa réaction à l’annonce faite la veille par le représentant du Conseil de la Papauté pour l’unité chrétienne, le cardinal Walter Kaspers, lequel affirmait que les relations entre l’Église orthodoxe et le Vatican s’aplanissaient rapidement et « auguraient d’une visite possible du Pape en Russie dans les prochaines années ».« Nous souhaiterions croire que tôt ou tard, nous arriverons à un consensus sur ces questions, mais à mon sens il est encore trop tôt pour faire preuve d’un optimisme illimité » – a remarqué le représentant de l’Église russe.André Kouraëv, professeur à l’Académie théologique de Moscou a à son tour exprimé de la même manière son désaccord avec l’annonce du cardinal Kaspers disant que les relations entre l’Église russe et le Vatican avaient un « nouvel esprit ».« Je n’ai pas l’odorat assez fin pour détecter ce nouvel esprit. En tant que clerc moyen, je n’ai perçu aucune amélioration dans les relations entre l’Eglise orthodoxe russe et le Vatican » a repris le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarcat de Moscou ne partage pas l’« optimisme démesuré » du cardinal Kaspers au sujet des progrès des relations entre les orthodoxes et les catholiques

L’Église orthodoxe russe a fait preuve de retenu dans sa réaction aux propos du cardinal Walter Kaspers concernant les progrès des rapports entre les orthodoxes et les catholiques, et une prochaine visite du pape en Russie.« La position de notre Eglise reste inchangée. Une rencontre entre les représentants des deux Églises aura un sens si elle permet d’arriver à une véritable résolution des problèmes qui nous séparent : ce sont d’une part la question du prosélytisme, d’autre part le problème les tentatives expansionnistes des gréco-catholiques à l’encontre de l’orthodoxie en Ukraine », a communiqué mardi à Interfax le vice-président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Vsevolod Tchaplin. La question de la visite du pape en Russie, comme il l’a affirmé, n’a pas été soulevée lors des derniers contacts entre Églises.Il s’agissait là de sa réaction à l’annonce faite la veille par le représentant du Conseil de la Papauté pour l’unité chrétienne, le cardinal Walter Kaspers, lequel affirmait que les relations entre l’Église orthodoxe et le Vatican s’aplanissaient rapidement et « auguraient d’une visite possible du Pape en Russie dans les prochaines années ».« Nous souhaiterions croire que tôt ou tard, nous arriverons à un consensus sur ces questions, mais à mon sens il est encore trop tôt pour faire preuve d’un optimisme illimité » – a remarqué le représentant de l’Église russe.André Kouraëv, professeur à l’Académie théologique de Moscou a à son tour exprimé de la même manière son désaccord avec l’annonce du cardinal Kaspers disant que les relations entre l’Église russe et le Vatican avaient un « nouvel esprit ».« Je n’ai pas l’odorat assez fin pour détecter ce nouvel esprit. En tant que clerc moyen, je n’ai perçu aucune amélioration dans les relations entre l’Eglise orthodoxe russe et le Vatican » a repris le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Interview du patriarche de Moscou Alexis II accordée à la BBC

Dans une interview donnée à la BBC, le patriarche de Moscou Alexis II a évoqué entre autres sujets la réunification de l’Église russe hors-frontières et les relations avec l’Exarchat des églises russes d’Europe occidentale. Nous vous proposons une traduction française de l’interview accordée mercredi dernier au rédacteur en chef du service russe de la BBC, Constantin Eggert. BBC : Votre sainteté, vous êtes entré dans la seizième année de votre service patriarcal. Qu’est-ce qui vous réjouit le plus et qu’est-ce qui vous chagrine le plus dans les relations de l’Église avec l’État et la société. Le patriarche Alexis II : La normalisation des relations entre l’Église et l’État en Russie et dans la majorité des pays du la CEI est l’un des principaux acquis de ces quinze dernières années. L’éloignement qui prévalait autrefois a été surmonté et l’Église et l’État coopèrent activement à tous les niveaux. Cependant l’opinion, répandu surtout en Occident, selon laquelle l’Église orthodoxe russe cherche à acquérir un statut d’Église d’État ne correspond pas à la réalité. L’histoire nous apprend qu’un tel statut peut entraver fortement les forces de l’Église, l’alourdir, faire obstacle au libre accomplissement de sa mission. L’Église apprécie la liberté qu’elle a acquise, mais n’a pas l’intention de devenir une partie de l’appareil étatique. En même temps je suis convaincu que les chrétiens orthodoxes sont en droit de compter sur une collaboration prioritaire des autorités avec l’Église orthodoxe russe. Il y a à cela plusieurs raisons. L’apport de notre Église dans la formation de l’État russe, de la culture russe, de la conscience nationale de notre peuple, fut déterminant. L’Église orthodoxe russe est la communauté religieuse la plus nombreuse de notre pays, l’institution la plus ancienne de la société civile. Elle jouit de la confiance de millions de gens en Russie et au-delà des

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Evolution et situation des communautés religieuses en Ukraine

L’agence ukrainienne Risu (Religious information service of Ukraine) vient de publier un entretien avec Ihor Bondarchuk, direction du Département des questions religieuses de l’Etat ukrainien. Celui-ci y fait le point de l’évolution et de la situation des communautés religieuses en Ukraine. On y dénombre environ 30 000 organisations religieuses de 55 dénominations différentes dont 378 monastères, 173 établissements d’éducation religieuse, 12 000 « école du dimanche ». La tendance est à la croissance de ces organisations. L’année dernière, plus de 1000 nouvelles ont été enregistrées. Avec plus de 15000 paroisses, les Eglises orthodoxes constituent un peu plus de 51% de ces organisations religieuses. L’Eglise orthodoxe ukrainienne, liée au Patriarcat de Moscou, est la plus importante avec 69% de toutes les paroisses orthodoxes du pays. Le nombre de ses communautés augmente, sauf dans l’ouest de l’Ukraine. Le « Patriarcat de Kiev » (non canonique) a près de 3500 paroisses. Leur nombre s’accroît aussi. Il est mieux implanté dans le centre et l’ouest du pays. Quant à l’Eglise autocéphale, aussi non canonique, 70% de ses 1172 communautés se trouvent dans l’ouest du pays. Les Eglises catholiques, également en développement, sont surtout présentes dans le centre et l’ouest du pays. Avec 3500 paroisses, l’Eglise grecque catholique (« uniate ») est la plus importante. L’Eglise catholique romaine compte 870 communautés. Il y a 38 Eglises protestantes qui comptabilisent plus de 8000 organisations enregistrées. Il faut y ajouter plus de 1100 qui ne sont pas enregistrées. Parmi les non chrétiens, les juifs ont 274 centres. Les musulmans sont surtout présents (80%) en Crimée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Eglise orthodoxe et l’Eglise catholique : articles et entretiens

Le magazine catholique international 30 jours propose, dans sa version française, et sur son site Internet, plusieurs articles et entretiens sur l’orthodoxie et les relations des Eglises orthodoxes avec l’Eglise catholique. Nous vous proposons ci-dessous une liste des liens relatifs aux trois dernières années en commençant par le dernier numéro paru actuellement en ligne. La primauté: une aide, non un poids, entretien avec le métropolite Philarète de Minsk (Biélorussie) ; Le désir de nos vénérables prédécesseurs, texte du patriarche œcuménique Bartholomée sur le pape Jean-Paul II ; L’orthodoxie veut jouer son rôle, entretien avec Mgr l’archevêque d’Athènes Christodoulos, primat de l’Eglise de Grèce ; L’unité que nous souhaitons voir de nos yeux durant notre vie sur terre ; compte rendu d’une visite du patriarche Bartholomée à Rome en 2004 ; La nouvelle primauté de la politique étrangère, entretien avec Anatoliy Torkounov, président de l’Université d’État des Relations internationales de Moscou, dans lequel l’action internationale de l’Eglise russe et de l’Etat russe est évoquée ; L’évêque de Rome et l’unité des chrétiens, entretien avec un théologien catholique qui réagit à la suite de la publication d’un entretien avec le patriarche œcuménique (lien suivant) ; La racine du schisme: une pensée mondaine dans l’Église, entretien avec le patriarche Bartholomée ; Et Bartholomeos écrivit au Pape…, article sur un courrier du patriarche de Constantinople au pape à propos de l’Eglise grecque-catholique d’Ukraine (uniate) ; Primauté ou hégémonie? L’histoire d’une séparation, une réflexion catholique sur le schisme entre catholiques et orthodoxes; Il reste l’espoir, entretien avec le métropolite Cyrille de Smolensk qui dirige le Département des relations extérieures du patriarcat de Moscou ; Plus de pouvoir et moins de fidèles, un article sur la situation de l’Eglise orthodoxe en Russie dans lequel est évoqué la lettre du 1er avril 2003 du patriarche russe Alexis

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le cardinal Philippe Barbarin évoque son voyage en Russie et souligne la « vigueur de l’élan spirituel » dans ce pays

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et primat des Gaules, a rendu compte, lors d’une rencontre avec la presse, vendredi 21 octobre, de son voyage en Russie, du 15 au 19 octobre, à l’invitation de l’Eglise orthodoxe russe. Il a noté la « vigueur de l’élan spirituel » en précisant notamment : « Malgré les assauts du matérialisme, du commerce, de la mafia, de l’argent, il y a toujours eu dans l’histoire du peuple russe un élan spirituel (et) les séminaires regorgent de vocations. » Toutefois, il a aussi observé un « déficit » de lieux de culte. Cette visite, a-t-il précisé, a été préparée avec le cardinal Walter Kasper, responsable des relations œcuméniques au Vatican. Il a estimé qu’une visite du pape ne semble pas possible actuellement. La question de l’Eglise grec-catholique (uniate) est une pomme de discorde entre Moscou et Rome. Le site Internet de l’archidiocèse de Lyon fournit des détails concernant cette visite. Il a notamment participé à un colloque où fut évoqué saint Irénée de Lyon et les rapports entre les théologies d’Orient et d’Occident. Il a rencontré des disciples du père Alexandre Men. Il s’est rendu sur les lieux de l’assassinat de père Alexandre. Il a effectué un pèlerinage au monastère de la Trinité-Saint-Serge à Sergiev-Possad. Il a également visité le monument Butovo érigé en l’honneur des chrétiens victimes du communisme stalinien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Ukraine : une étonnante proposition du cardinal Husar

Dans une déclaration surprenante, le cardinal Husar, primat de l’Eglise grecque catholique d’Ukraine (uniate), a appelé à la création d’une seule Eglise patriarcale en Ukraine réunissant orthodoxes et catholiques qui retourneraient, ainsi, tout en préservant leurs spécificités, à « l’unité première ». Toutefois, bien que rejetant l’uniatisme, compris comme une sujétion au Vatican, il estime que ce patriarcat doit être uni à Rome. Pourtant, l’uniatisme, né au XVIe siècle en Ukraine occidentale, a été déclaré comme n’étant plus accepté comme une voie d’union, malgré les difficultés qui peuvent surgir.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’orthodoxie, le catholicisme et l’Europe

Le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, est intervenu, samedi 17 octobre, avec Mgr Hilarion (Alfeyev), du Patriarcat de Moscou, lors d’un rassemblement œcuménique à Gniezno en Pologne. Le cardinal Kasper a souligné que « l’intégration dans l’Europe ne réussira pas si nous ne prenons pas sur notre bateau l’Eglise orthodoxe ». Il a annoncé la reprise du dialogue avec l’Eglise orthodoxe à l’automne. La question de la primauté du pape y sera abordée. A ce propos, il a déclaré : « Nous devons nous demander ce que nous entendons par une seule Eglise. Ce qui nous amène au problème du siège de Pierre. Nous voulons aborder ce sujet à l’automne, quand nous reprendrons le dialogue avec l’Eglise orthodoxe. Ces dernières années des propositions de solutions ont été avancées des deux côtés et elles ont des chances d’être appliqués ». Mgr Hilarion, intervenant juste après, a précisé qu’il fallait « défendre la chrétienté traditionnelle qui est attaquée de toutes parts ». Il a également ajouté : « L’Europe s’est déchristianisée si rapidement qu’une action urgente est nécessaire pour empêcher qu’elle ne perde son identité chrétienne séculaire », cela pour « combattre ensemble le sécularisme, le libéralisme et le relativisme qui dominent en Europe ». Cela n’infirme pas, pour Mgr Hilarion, le dialogue théologique et ecclésial (comme la question des uniates qu’il a aussi évoqué), qui se poursuit, mais il s’agit de « ne pas perdre un temps précieux » à attendre, de nombreuses années, les conclusions de ce dialogue avant d’entamer une action commune dans la société.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Ukraine : l’Etat, les Eglises, l’unité

Les tensions se sont ravivées en Ukraine depuis août. Il y a eu tout d’abord, le transfert du siège de l’Eglise grecque-catholique (uniate) de Lvov à Kiev, le 21 août, avec le changement de titre de son primat et, toujours, la perspective revendiquée de devenir un patriarcat. D’autre part, le 24 août, le président ukrainien Victor Yushchenko, dans son discours à la nation, a souligné qu’il aspirait à la constitution d’une unique Eglise orthodoxe ukrainienne. Actuellement les fidèles orthodoxes ukrainiens se partagent entre trois Eglises : l’Eglise autonome d’Ukraine, dans le Patriarcat de Moscou, la seule canonique (en communion avec les autres grandes Eglises orthodoxes du monde), laquelle regroupe plus des deux tiers des paroisses (en communion avec les autres grandes Eglises orthodoxes du monde) ; le patriarcat autoproclamé de Kiev, environ un quart des paroisses, non canonique, et l’Eglise dite autocéphale composée de moins d’un dixième des paroisses ukrainiennes, également non canonique, mais en relation avec la majeure partie de la diaspora ukrainienne dans le monde qui, elle, relève du Patriarcat de Constantinople. Depuis l’élection du président Yushchenko, les contacts se sont intensifiés entre la présidence, le Patriarcat de Constantinople et les Eglises non canoniques. L’objectif clairement exprimé par la présidence est l’unification des Eglises et la constitution d’une Eglise orthodoxe ukrainienne indépendante. Pour cela, il souhaite l’appui et la médiation du Patriarcat œcuménique. De son côté, le Patriarcat de Moscou et l’Eglise autonome y voient une ingérence qui n’a pas lieu d’être, la tentative de reconnaissance d’Eglises privées de légitimité –parce que non canoniques et qu’une Eglise canonique existe- et même, pour certains, une volonté d’évincer l’influence historique de la Russie. Ainsi, le métropolite Cyrille de Smolensk, qui dirige de Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, a affirmé que l’union ne peut être artificielle et fondée

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une détérioration des relations entre le Patriarcat de Moscou et le Vatican

Une dépêche de l’agence Interfax, datée d’aujourd’hui, rapporte que le patriarche Alexis II estime que les relations entre l’Eglise russe et le Vatican vont se détériorer en raison du transfert du siège de l’Eglise grecque-catholique (uniate) de Lvov à Kiev. Selon le patriarche, il s’agit d’une « mesure inamicale » qui va amener une «grande tension» dans les relations entre Moscou et Rome. Il a précisé que ce transfert ne peut se justifier d’un point de vue historique, ecclésial ou encore canonique (voir des explications ici). Une autre information, de la même agence, rend compte d’un appel de l’Union des citoyens orthodoxes au patriarche Alexis II. Cette association russe lui demande, en raison de l’activité des uniates en Ukraine, de mettre fin aux relations avec l’Eglise catholique romaine et d’entamer un important travail missionnaire en Europe et en Amérique. Les relations avec le siège romain ne servent actuellement qu’aux intérêts du Vatican, dit également ce texte, et «empêche l’Eglise du Christ d’accomplir la mission demandée par le Seigneur». L’Union des citoyens orthodoxes préconise également : « Il est nécessaire d’accepter dans le sein de l’Eglise orthodoxe toutes les communautés vieilles-catholiques qui désirent la rejoindre, d’établir une formation russe orthodoxe pour le clergé de rite latin destiné à servir en Europe et en Amérique et d’y développer un intense travail missionnaire orthodoxe. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le métropolite Vladimir d’Ukraine adresse une lettre ouverte au pape Benoît XVI

Le métropolite Vladimir, primat de l’Eglise autonome d’Ukraine (dans le Patriarcat de Moscou), a envoyé une lettre ouverte au pape à propos du transfert, demain, du siège de l’Eglise grecque-catholique (dite uniate) de Lvov à Kiev. Il écrit notamment : « Dans le contexte de ces problèmes auxquels l’Église est confrontée aujourd’hui, les querelles inter ecclésiales ou interconfessionnelles sont de trop ; elles gaspillent les forces qui auraient pu être utilisées à l’accomplissement de notre premier devoir chrétien : celui de porter la lumière du Christ et de servir le Christ en servant notre prochain. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Ukraine : un cours sur les valeurs chrétiennes dans les écoles

L’agence Risu (Religious information service of Ukraine) rapporte qu’une lettre a été adressée par les quatre primats des principales Eglises chrétiennes en Ukraine au président Victor Yushchenko, au premier ministre, au président du Parlement et au ministre de l’éducation nationale. Elle a été signée par les primats de l’Eglise autonome ukrainienne (Patriarcat de Moscou), l’Eglise orthodoxe ukrainienne (autoproclamée Patriarcat de Kiev), l’Eglise orthodoxe autocéphale ukrainienne, l’Eglise grecque-catholique ukrainienne (parfois appelée « uniate »). Dans cette missive, les signataires apportent leur soutien au président Yushchenko qui souhaite introduire un cours sur les valeurs chrétiennes dans les écoles et propose, pour cela, de publier des manuels et de mettre en place la législation nécessaire. Ils suggèrent, en outre, de donner, dans ce cours, des informations sur les autres religions présentes en Ukraine. Ils proposent également que les professeurs, en charge de cet enseignement, suivent une formation pour préparer celui-ci.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Nouvelle rubrique: Regard orthodoxe sur l’actualité – Le Bloc-notes de Jean-François Colosimo

Chaque samedi, retrouvez le Bloc-notes de Jean-François Colosimo dans notre nouvelle rubrique: Regard orthodoxe sur l’actualité. En avant première du Bloc-notes, voici son article* paru dans les pages « Débats et opinions » du quotidien Le Figaro le 4 avril dernier dans une page de commentaires sur la mort du pape Jean Paul II. *Reproduit avec l’aimable autorisation du quotidien et de l’auteur; tous droits réservés. Orientale Lumen, cette « lumière de l’Orient » que Jean Paul II devait célébrer comme source de la foi, avait baigné dés l’enfance la piété de Karol Wojtyla. Pour être né en bordure de l’autre Europe, baptisée par Byzance, et ayant su en perpétuer l’héritage fait de liturgies cosmiques, de chants angéliques, d’icônes théophaniques, de peuples girant en processions et pèlerinages autour de l’autel eucharistique, le pape savait le dogme inutile, incertain sans les symboles charnels qui le rendent incarnés et l’assimilent à la radiance même du Christ transfiguré. D’où son aspiration nostalgique à la manifestation de cette splendeur qui était aussi bien celle de la vérité. Une nostalgie qui ne s’imposait pas moins personnelle, portée par le souvenir d’une mère trop tôt partie, elle-même issue d’une de ces chrétientés « uniates », arrachées par l’histoire à l’orthodoxie pour être rattachées au catholicisme. Une aspiration qui ne se voulait pas moins urgente, accrue par la nécessité de restaurer le sens du magistère après la chaotique réception du Concile de Vatican II au sein de l’Eglise romaine. Mais une nostalgie et une aspiration qui allaient aussi, in fine, en raison même de cette proximité, apparaître ambigus à l’Eglise orthodoxe. C’est en effet dans le nœud de cette relation conflictuelle qu’affleure un échec des plus significatifs dans le pontificat de Jean Paul II. Pourquoi ? Comment ? A l’heure du deuil, seule vaut la prière et,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

« L’Eglise orthodoxe russe au début du XXIe siècle » – un entretien avec le patriarche Alexis II

Le site internet d’études géopolitiques diploweb a récemment mis en ligne un entretien du patriarche Alexis II avec la journaliste Nathalie Ouvaroff intitulé L’Eglise orthodoxe russe au début du XXIe siècle . Dans celui-ci, un tour d’horizon des principales questions de L’Eglise russe, à la fois ce qui concerne ses relations extérieures et la situation à l’intérieur du pays, est effectué. Ainsi, la proposition d’une réunification des Eglises de tradition russe est évoquée. Au passage, Alexis II mentionne le rôle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge de Paris dans le rayonnement de l’orthodoxie. Autres questions abordées : l’Eglise et la diaspora russe, les relations avec l’Etat russe, la pratique de la foi – on y apprend entre autres que ces quinze dernières années seize mille églises ont été ouvertes-, le dialogue avec l’Eglise russe hors-frontières, avec l’Eglise catholique, la question uniate, la situation en Estonie, l’absence de la mention des racines chrétiennes de l’Europe dans le projet de Constitution européenne, etc. Pour lire cet entretien, cliquez ici .

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :