17/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Kolomyïa

Résultats de la recherche : Kolomyïa

L’évêque diocésain de l’Église orthodoxe d’Ukraine a prié devant l’église scellée à Kolomyïa

L’évêque d’Ivano-Frankiv et Kolomyïa Tykhon a procédé, le 18 juin, à la récitation de l’hymne acathiste à saint Job de Potchaïev devant l’église de Kolomyïa, dont les portes ont été scellées par les autorités ukrainiennes. L’évêque était assisté par les prêtres de l’église et du diocèse, rassemblés pour soutenir les fidèles de l’Église orthodoxe d’Ukraine qui, pour la troisième semaine consécutive, sont contraints à prier devant les portes fermées de leur église. L’évêque Tikhon s’est adressé avec des paroles de soutien aux paroissiens faisant face à ces difficultés. Comme l’a souligné le hiérarque, les chrétiens, à l’instar des apôtres, doivent suivre le Christ sans tarder, prier et avoir une foi et une espérance fermes dans le Seigneur. Le 4 juillet, le jour de la Pentecôte, treize prêtres uniates avaient tenté de s’emparer de l’église, suite à quoi, celle-ci a été scellée « jusqu’à la régularisation du problème dans le cadre de la législation ». Les autorités locales effectuent des tentatives d’inspection inopinées, injustifiées, de l’édifice. De leur côté les clercs uniates organisent auprès de l’église des offices d’intercession à caractère de meetings. Les fidèles de l’église continuent à se tenir dans la prière devant l’église. Les fidèles déclarent qu’ils continueront leur action jusqu’à ce que leurs droits constitutionnels soient rétablis et les portes de l’église ouvertes à nouveau.

Source

Déclaration du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine au sujet des événements qui se sont produits en l’église de la ville de Kolomyïa, dans la région d’Ivano-Frankiv, en Ukraine occidentale

Suite à l’irruption de 13 prêtres uniates dans la paroisse orthodoxe ukrainienne de Kolomyïa , en Ukraine occidentale, le département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine a publié le communiqué suivant :

« Le 4 juin 2017, en la fête de la Pentecôte, 13 prêtres de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, avec leurs fidèles et le soutien des miliciens de la « Centaine noire », sont entrés dans l’église de l’Annonciation, qui dépend de l’Église orthodoxe d’Ukraine, où ils ont célébré la liturgie. Depuis lors, l’église est fermée illégalement, tandis que la communauté paroissiale de l’Église orthodoxe d’Ukraine n’a pas la possibilité de prier dans son église. Actuellement, des discussions sont en cours au sujet du sort ultérieur de l’église. Hormis la tentative du clergé et des fidèles de l’Église gréco-catholique d’Ukraine de s’emparer de l’église susmentionnée, des menaces sont également proférées, visant à l’accaparement d’une autre église appartenant à l’Église orthodoxe d’Ukraine à Kolimyïa, à savoir l’église de la Sainte-Dormition. Des menaces sont également proférées envers le recteur de cette église, l’archiprêtre Nicolas Smetaniouk. On effraye les fidèles de notre Église, on diffuse des calomnies, des menaces de violence, celles-ci émanant entre autres des aumôniers uniates, dont le p. Michel Arsenitch. Des tracts comportant des informations mensongères et des appels dirigés contre notre Église sont distribués aux habitants de la ville de Kolomyïa. La paroisse de l’Église orthodoxe d’Ukraine utilise le local de l’église de l’Annonciation sur des bases légales et ce depuis 1990. Actuellement, le diocèse de Kolomyïa-Tchernovtsy de l’Église orthodoxe d’Ukraine ne dispose d’aucune confirmation juridique du fait que l’église en question lui a été remise sous condition qu’elle soit rendue à l’avenir à l’Église ukrainienne gréco-catholique. Si le diocèse gréco-catholique considère que l’église de l’Annonciation de la Très sainte Mère de Dieu est son église, il lui faut prouver lа justesse de ses affirmations de façon civilisée, à savoir au moyen d’un jugement. Malgré la position irénique adoptée à cette occasion dans la déclaration officielle du diocèse de Kolomyïa-Tchernovtsy de l’Église gréco-catholique d’Ukraine et l’assurance donnée que « les événements mentionnés n’étaient pas pris à son initiative », le diocèse n’explique pas la participation dans ce conflit des prêtres de l’Église gréco-catholique, qui visent à l’accaparement de l’église paroissiale de l’Église orthodoxe d’Ukraine et appellent à s’en emparer. Nous considérons également inopportuns et intempestifs les appels, dans ladite déclaration, au rétablissement de « la justice historique » qui, selon le contenu de la déclaration, réside dans le fait que la communauté de l’Église orthodoxe d’Ukraine doit restituer l’église, qui à une certaine époque aurait soi-disant appartenu à l’Église gréco-catholique d’Ukraine. Nous voyons dans une telle approche le danger de nouveaux affrontements interconfessionnels qui se baseraient sur le « rétablissement de la justice historique ». Nous considérons qu’en ce moment donné, il ne faut pas recourir à de telles actions qui peuvent amener à des prétentions réciproques à la propriété des églises entre les différentes confessions. Par exemple, à Kiev, l’église Saint-Nicolas à Aksoldova Mogila, et aussi l’église Saint-Nicolas dans le quartier de Podol ainsi que d’autres églises historiques, qui aujourd’hui sont utilisées par les communautés gréco-catholiques, ont été en leur temps construites comme églises orthodoxes et appartenaient historiquement à l’Église orthodoxe. Entre autres, l’archiprêtre Alexandre Glagolev (1872-1937), théologien orthodoxe connu, célébrait en l’église Saint-Nicolas à Podol. Aussi, si l’on suit cette logique, l’Église gréco-catholique doit également restituer à l’Église orthodoxe d’Ukraine les églises que ladite confession utilise actuellement, cette dernière « n’ayant aucun droit moral et juridique », selon la même logique poursuivie dans la déclaration, de « renoncer » à ses églises en faveur d’autres confessions religieuses ». La situation qui s’est créée autour de l’église de l’Annonciation à Kolymïa peut provoquer des actions réciproques visant des églises gréco-catholiques dans d’autres régions d’Ukraine. Nous sommes certains qu’une telle approche n’apportera pas la paix et la stabilité dans les rapports interconfessionnels. L’Église orthodoxe d’Ukraine se prononce pour la paix interconfessionnelle et le refus de tout affrontement religieux. En outre, comme on le sait, l’Église gréco-catholique d’Ukraine dispose d’environ 20 églises à Kolomyïa, alors que l’Église orthodoxe d’Ukraine n’en a que 2. Aussi, la tentative de s’emparer de l’église de l’Annonciation ne saurait être causée par le manque de lieux de prières pour les fidèles de l’Église gréco-catholique d’Ukraine. Après avoir pris connaissance des films vidéo pris sur le lieu du conflit, nous constatons que les prêtres uniates qui sont entrés dans l’église de l’Annonciation afin de convaincre la communauté orthodoxe de changer son appartenance confessionnelle, ont eu recours à une rhétorique absolument hostile et au harcèlement ouvert de leurs concitoyens selon leur appartenance confessionnelle. Nous sommes convaincus que de telles actions du clergé gréco-catholique ne correspondent pas à l’orientation des relations entre orthodoxes et catholiques-romains. En effet, conformément à la déclaration de La Havane, « Orthodoxes et gréco-catholiques ont besoin de se réconcilier et de trouver des formes de coexistence mutuellement acceptables » (Déclaration de La Havane, point 25). Nous appelons les dirigeants de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, ainsi que ceux du diocèse de Kolomyïa-Tchernovtsy, à aborder la résolution de cette question dans le calme et avec précaution, dans un esprit d’amour chrétien et de respect des convictions religieuses d’autres personnes, dans un esprit de pleine responsabilité ».

Source

Le jour de la Pentecôte, 13 prêtres uniates ukrainiens ont tenté de s’emparer de l’église orthodoxe de Kolomyïa (Ukraine occidentale)

Le jour de la fête de la Pentecôte, des prêtres de l’Église gréco-catholique ont fait irruption dans une église orthodoxe et y ont célébré la liturgie. À l’aide des autorités locales et des activistes du mouvement « Tchornaya sotnya » [« la centaine noire », mouvement fasciste ukrainien, ndt], les gréco-catholiques (uniates) ont tenté de s’emparer de l’église orthodoxe de la Mère de Dieu située à Kolomyïa, dans le district d’Ivano-Frankiv, en Ukraine occidentale. Le jour de la Pentecôte, les prêtres de l’Église gréco-catholique sont entrés dans l’église et y ont célébré leur liturgie. Comme le raconte le recteur de l’église de l’Annonciation de la Très Sainte Mère de Dieu, l’archiprêtre Basile Kobelsky, ils sont venus à l’église avec un stratagème. « Ce jours des activistes et des prêtres de l’Église gréco-catholique ukrainienne ont organisé leur marche traditionnelle sur les tombes des volontaires de la légion ukrainienne [formation militaire sous l’empire austro-hongrois, ndt], qui se trouvent non loin de notre église. Le représentant des Services de sécurité ukrainiens (SBU) vint me trouver pour me demander que je les laisse entrer et prier dans l’église. Nous avons donné notre accord. Mais les prêtres gréco-catholiques, qui étaient au nombre de treize, sont entrés directement dans le sanctuaire et ont commencé à célébrer la liturgie. Nous ne nous attendions pas à cela », a déclaré le prêtre. Selon les gréco-catholiques, le but poursuivi était de convaincre la communauté paroissiale orthodoxe de se soustraire à la hiérarchie du Patriarcat de Moscou et de transmettre les droits d’utilisation de l’église, qui appartiennent à l’Église orthodoxe d’Ukraine, à l’Église gréco-catholique d’Ukraine. L’acte des intrus a provoqué la protestation de la communauté, et un conflit a surgi dans la cour de l’église. Le 23 mai déjà, les membres du conseil municipal local avaient tenté de transmettre l’église au « Patriarcat de Kiev » ou aux gréco-catholiques. Le président du conseil municipal avait alors promis que personne ne s’emparerait par la force de l’édifice et que l’on demanderait l’avis des fidèles de la communauté de l’Église orthodoxe d’Ukraine. L’archiprêtre Basile Kobelsky, a dit que jusqu’à maintenant, aucune déclaration officielle n’était venue de la part des autorités locales, mais les représentants du diocèse orthodoxe se sont adressés aux observateurs de l’OSCE et ont prévenu la représentation locale des Services de sécurité ukrainiens des provocations possibles. L’église de l’Annonciation de la Très sainte Mère de Dieu fait partie des monuments architecturaux d’importance nationale dans le district d’Ivano-Frankiv, qui se trouvent sous la protection de l’État et sous la tutelle du Bureau régional de l’administration publique. Selon le recteur de l’église, la décision des membres du conseil municipal concernant le transfert de juridiction de l’église est purement politique, favorisant les « tendances de l’époque ».

Source

Rencontre du métropolite de Borispol et Brovary Antoine (Église orthodoxe d’Ukraine) et du nonce apostolique à Kiev, Mgr Claudio Gugerotti

Lors de la rencontre du métropolite de Borispol et Brovary Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, et du nonce apostolique à Kiev, Mgr Claudio Gugerotti, a été discutée la situation des relations entre orthodoxes et catholiques-romains au niveau global et ukrainien. La rencontre a eu lieu le 14 juin avec la bénédiction du métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre. À l’entretien assistait également le vice-président du Département des affaires extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, l’archiprêtre Nicolas Danilevitch. La position de l’Église orthodoxe d’Ukraine concernant les événement récents qui se sont produits à l’église de Kolomyïa où un conflit a éclaté entre gréco-catholiques et orthodoxes,

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski