19/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Nicolas Cernokrak

Résultats de la recherche : Nicolas Cernokrak

Le père Nicolas Cernokrak réélu doyen de l’Institut Saint-Serge

Le 12 juin, a eu lieu, à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, à Paris, un conseil extraordinaire des enseignants, présidé par Mgr l’archevêque Jean de Charioupolis, qui a réélu l’archiprêtre Nicolas Cernokrak comme doyen de l’Institut Saint-Serge pour les trois prochaines années, donc de juin 2017 à juin 2020.

Photographie ci-dessus, en partant de la gauche: Jean-François Colosimo, Mgr Jean de Charioupolis, père Nicolas Cernokrak.

L’archiprêtre Nicolas Cernokrak nouveau doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Le Conseil des enseignants de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge réuni sous la présidence de Mgr Job de Telmessos, recteur de l’Institut, a élu doyen l'archiprêtre Nicolas Cernokrak, professeur de Nouveau Testament et de théologie ascétique, pour les trois prochaines années académiques (du 1er septembre 2014 au 31 août 2017). Dans son discours de candidature, le nouveau doyen a appelé ses collègues à un « processus de reconstruction de l'Institut, dans l’esprit de collégialité, d’objectivité et de transparence qu'[il] a toujours favorisé ». Il a listé quelques grands objectifs : 1° redéfinir la mission de l’ITO pour le long terme, 2° améliorer les compétences académiques de l’ITO, notamment en poursuivant des partenariats avec le monde universitaire et autres établissements de théologie, 3° redonner une dynamique à l’enseignement théologique à distance qui favorise le rayonnement de l'ITO dans le monde. « Si nous nous ouvrons et redéfinissons nos objectifs à long terme, a-t-il conclu, nous serons fidèles à la mission spirituelle, pastorale et théologique qui est celle de cet Institut depuis 90 ans ».

Source: Institut Saint-Serge

Un entretien avec le père Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut Saint-Serge

Le blog Parlons d'orthodoxie a publié la traduction d'un entretien avec le père Nicolas Cernokrak, doyen de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, publié initialement sur le site Bogoslov.ru. Le père Nicolas Cernokrak est doyen de l'Institut Saint-Serge depuis 2007 et le restera jusqu'au 31 août 2012. Il sera ensuite remplacé par le père Nicolas Ozoline, élu pour deux ans.

Photographie: le père Nicolas Cernokrak (source: Bogoslov.ru)

Le père Nicolas Cernokrak élu de nouveau doyen de l’Institut Saint-Serge

Cernokrak Le 20 mai dernier, le conseil des professeurs de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris s’est réuni pour renouveler, selon les statuts, le poste de doyen. L’archiprêtre Nicolas Cernokrak a été élu,  à une large majorité de voix. Le père Nicolas s'est engagé de poursuivre les réformes, académiques et administratives, entamées pendant son premier mandat.

Lire la suite »

Dimanche de l’orthodoxie à Paris : homélie du père Nicolas Cernokrak

Dsc05019

Dimanche
dernier, 16 mars, dimanche de l’orthodoxie, l’archiprêtre Nicolas Cernokrak,
doyen de l’Institut Saint-Serge et
recteur de la paroisse Saint
Séraphin de Sarov à Paris, a prononcé l’homélie dans la cathédrale
Saint Étienne. Pour lire le texte de celle-ci, cliquez sur ce
lien
.

Photographie (de ML):
père Nicolas lors de son homélie

Le père Nicolas Cernokrak élu doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Nicolas_cernokrak_3
L’archiprêtre Nicolas Cernokrak a été élu ce soir doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris par le conseil des professeurs, au terme de la procédure normale de renouvellement du décanat. Père Nicolas est notamment professeur de Nouveau Testament et de théologie ascétique, ainsi que responsable de la Formation théologique par correspondance, à l’Institut Saint-Serge et recteur de la paroisse Saint-Séraphin-de-Sarov et la protection de la Mère de Dieu à Paris. Pour une présentation plus détaillée, voir ce document.

«La figure du pasteur dans le Nouveau Testament» par le père Nicolas Cernokrak

Nous vous invitons à écouter le podcast de l’émission diffusée sur RCF Nice-Alpes-Côte d’Azur le 26 avril dernier : « La figure du pasteur dans le Nouveau Testament » enregistrée avec le père Nicolas Cernokrak, professeur de Nouveau Testament à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris) et directeur de la Formation Théologique par Correspondance (FTC). Production : P. Michel Philippenko (paroisse orthodoxe russe Saint-Nicolas à Nice)

Première partie :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier en cliquant sur le logo « podcast ».

Deuxième partie

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier en cliquant sur le logo « podcast ».

Source : Paroisse orthodoxe russe Saint-Nicolas de Nice

« La réception de la Parole de Dieu dans la tradition orthodoxe » par le père Nicolas Cernokrak

Le groupe œcuménique de Nice a proposé en mars dernier un cycle de conférences « Bible et Vie »,  organisé annuellement dans la salle du CUM (Centre Universitaire Méditerranéen).  Le  conférencier orthodoxe était le père Nicolas Cernokrak, professeur de Nouveau Testament à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge de Paris, dont le propos s’intitulait « La réception de la Parole de Dieu dans la tradition orthodoxe ». Nous vous invitons à écouter le podcast de sa conférence.

Cliquez ici pour télécharger le MP3

La Formation théologique par correspondance à l’Institut Saint-Serge –entretien avec le père Nicolas Cernokrak

P_nicolas_cernokrak
Fondée en
1981 et dirigée depuis 1983 par l’archiprêtre Nicolas Cernokrak,
la Formation
théologique par correspondance
de l’Institut
de théologie orthodoxe Saint-Serge est destinée à donner une formation
systématique dans les matières bibliques et théologiques. Elle conduit à la
licence de théologie. A partir de cette année universitaire, une réforme
académique a été mise en place à l’Institut Saint Serge. Celle-ci concerne
aussi la Formation par correspondance. C’est pourquoi, avant la première réunion de
l’année, le 11 novembre
, nous avons posé quelques questions au père Nicolas Cernokrak
afin de faire le point. Pour lire
cet entretien, cliquez sur ce lien.

Photographie :
père Nicolas Cernokrak
(source)

Podcasts audio du colloque à la mémoire du Père Nicolas Afanassieff

Le 13 octobre dernier, l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge a organisé un colloque à la mémoire du père Nicolas Afanassieff (1893-1966). Le compte-rendu du colloque se trouve en ligne sur le site de l’Institut Saint-Serge, un album de photographies est également en ligne. Une traduction anglaise de son livre "L’Eglise de Saint Esprit" est à paraître dans les Éditions de Notre-Dame Press. Nous vous proposons d’écouter les podcasts des contributions de cette journée.

Discours d’introduction du doyen le père archimandrite Job (Getcha) :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"La vie et l‘œuvre du père Nicolas Afanassieff" – protopresbytre Boris Bobrinskoy :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"La notion de ‘priorité’ et l’icône de l’Eglise" – archiprêtre Nicolas Ozoline :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"L’ecclésiologie du père Nicolas Afanassieff vue par un néo-testamentaire"  – archiprêtre Nicolas Cernokrak :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"Le père Nicolas Afanassieff et le Concile Vatican II" – père Hervé Legrand, o.p. :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"La notion de primauté chez le père Nicolas Afanassieff et le père Alexandre Schmemann" – prof. Joost Van Rossum :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

"L’ecclésiologie eucharistique du père Nicolas Afanassieff et sa réception aujourd’hui" – Prof. Michel Stavrou :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

Intervention complémentaire du père Nicolas Ozoline :

Cliquez ici pour télécharger le MP3

Pour lancer la diffusion, cliquez sur Play (le carré vert). Vous pouvez également télécharger directement le fichier audio en cliquant sur le logo « podcast ».

Présentation du film « Saint Nicolas de Serbie »

St_nicolas_1
Le
dimanche 26 novembre à partir de 17 heures, dans les locaux de la paroisse
orthodoxe serbe Saint Sava à
Paris
, aura lieu la présentation d’un documentaire sur la vie du saint
récemment canonisé par l’Eglise orthodoxe serbe Mgr Nicolas de
Jitcha et d’Ohrid
. Le film, réalisé dans la production de la paroisse orthodoxe
serbe de Berlin et sous la direction du diacre Nenad Ilic, retrace la vie et
l’enseignement de l’un des plus grands intellectuels orthodoxes du XXème siècle
qui de son vivant fut appelé le « Chrysostome serbe ». Quatre de ces
ouvrages ont été déjà traduits en français : Cassienne,
enseignement sur la conception chrétienne de l’amour
, Théodule – le
peuple serbe comme serviteur de Dieu
(ces deux livres traduits par
Jean-Louis Palierne), ainsi que Prière
sur le lac
et Vie de saint Sava.

Le
documentaire, d’une durée de 112 minutes et synchronisé en quatre langues dont
le français, sera présenté par le père Nicolas Cernokrak, M. Ljubomir
Mihailovic, traducteur du livre Vie de saint Sava, et Mme Zorica
Terzic traductrice de Prières sur
le lac.

Eglise
orthodoxe serbe Saint Sava à Paris

23,
rue du Simplon 75018, Metro Simplon Ligne 4

Entée libre

Dimanche 15 octobre à Paris : séance solennelle de l’Institut Saint-Serge

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge aura lieu dans les locaux de l’Institut protestant de théologie (83 bld Arago – 75014 Paris), dimanche 15 octobre à 15h00, sous la présidence de l’archevêque Jean de Charioupolis.

À l’ordre du jour : compte-rendu de l’année universitaire 2016-2017 par l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut; discours académique prononcé par le diacre André Lossky, professeur de l’Institut, sur le thème : « Les créatures dans la liturgie, la création comme liturgie », suivi du vin d’honneur.

Vient de paraître: « Les 12 grandes fêtes de Notre Seigneur et de la Mère de Dieu »

Les 12 grandes fêtes de Notre Seigneur et de la Mère de Dieu, monastère du Buisson Ardent, éditions Parole et Silence, 2017.

Les moniales de la Résurrection, au monastère du Buisson Ardent, ont une vive conscience de l’immense richesse du patrimoine liturgique de l’Église byzantine, et particulièrement des douze grandes fêtes de l’année liturgique. Elles ont voulu mettre à la disposition de tous, en un recueil très accessible, la traduction de ces textes qu’elles utilisent pour leurs célébrations. Cette traduction a été améliorée par leurs soins au cours des 50 dernières années, depuis qu’elles célèbrent en français tous ces offices. Il ne s’agit donc pas d’une traduction savante, mais de textes qui ont été polis par l’usage et la prière d’une communauté monastique. Cela est perceptible dans la simplicité de la langue qui reste cependant fidèle au grec et à la richesse théologique de ces textes fondamentaux pour notre foi.
Cette traduction peut être très utile pour les paroisses orthodoxes lors de la célébration des grandes fêtes et pour tous les fidèles orthodoxes qui trouveront dans la méditation de ces textes si riches une véritable nourriture spirituelle. Ce livre peut être aussi l’occasion pour des chrétiens non orthodoxes de se familiariser aisément avec un patrimoine patristique élaboré avant le Xe siècle et que la liturgie nous rend vivant sous forme poétique.
Le livre est complété par un encart comportant des reproductions des icônes de ces fêtes. On peut regretter que les explications de ces icônes soient regroupées en fin de volume et non en vis-à-vis des reproductions. Un lexique permet aussi de mieux comprendre les termes liturgiques.

P. Nicolas Cernokrak

Communiqué de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge suite à l’assemblée générale qui s’est tenue le 22 juin

« L’assemblée générale de l’Institut Saint-Serge s’est tenue ce jeudi 22 juin 2017 au 93 rue de Crimée 75019 Paris.
Suite aux divers rapports, pédagogique du Doyen P. Nicolas Cernokrak, moral du Président M. Jean-François Colosimo, financier de la Trésorière Mme Catherine Desplanque et consécutivement aux rapports de certification du Commissaire aux comptes M. Guy de la Tour d’Artaise agissant au nom de la société IREC, l’assemblée a approuvé à l’unanimité les comptes pour l’exercice 2016-2017 ainsi que l’ensemble des résolutions prises au cours de cette période.
Il en ressort :
1. Qu’en dépit de sa suspension partielle d’activité en 2015-2016, l’Institut a su renouer avec une activité prometteuse.
2. Que les économies drastiques qui ont été consenties par l’ensemble des personnels ont permis de retrouver un équilibre financier minimal, en fait de survie, qui reste de fait insuffisant en l’absence de reconstitution de ressources propres.
3. Que, consécutivement à la résiliation de son bail de location en raison de la détérioration des sols du site qui rend impossible à terme la poursuite de son activité, l’Institut est menacé de faillite par les demandes réitérées à ce jour par le bailleur, la Société immobilière SISP, agissant au nom de l’Archevêché des églises russes orthodoxes d’Europe occidentale. Ces demandes de la SISP postulent la nécessité d’analyser les « conditions juridiques, économiques et financières » de la rupture du bail, notamment « la remise en état des locaux loués » et « le financement des travaux entrepris cette année, mais également ceux qui auraient dû l’être ». Ces exigences de la SISP, quoique contestables juridiquement partiellement ou totalement, sont de nature à mettre en péril la continuité de l’exploitation de l’Institut, c’est-à-dire à le forcer à déposer son bilan et à fermer définitivement. Ce dont convient le Commissaire aux Comptes dans son rapport annexe où il alerte l’assemblée sur la réalité de ce risque.
4. Que le protocole d’accord conclu le 1er mai 2017 entre l’Institut et l’Archevêché visant à l’établissement d’un Comité conjoint apte à régler tout possible différend passé et à rechercher des solutions communes à l’avenir du site du 93 rue de Crimée reste à ce jour en attente d’une mise en effet de la part du Conseil diocésain de l’Archevêché.
5. Que l’Institut regrette la situation d’impasse qui résulte des deux points précédents, qu’il réaffirme être prêt à entreprendre un dialogue réel sur des bases raisonnables, concertées et participatives, qu’il réaffirme être désireux d’apporter une contribution dans la mesure de ses moyens à la solution des problèmes les plus urgents, mais qu’à défaut il assumera les responsabilités qui lui incombent.
L’assemblée a félicité le Doyen P. Nicolas Cernokrak pour sa réélection à ce poste pour un mandat de trois ans. Elle a réélu au Conseil d’administration les membres sortants et candidats M. Vladimir Gantchenko, P. Jivko Panev, M. Michel Stavrou. Le Conseil d’administration a recueilli la démission, pour des raisons de convenance personnelle, de Mme Catherine Desplanque de son poste de Trésorière et l’a remercié d’en demeurer membre. Il a reconduit comme Président M. Jean-François Colosimo, comme Vice-Président M. François Guès qui assurera jusqu’en janvier 2017 l’intérim au poste de Trésorier, ainsi que P. Renaud Presty comme Secrétaire.
Le Conseil a acté que les comptes certifiés de l’exercice 2016-2017 seront rendus publics sur le site de l’Institut dès après le 26 juin 2017 afin de les rendre accessibles à tous. Il a également confirmé les dispositions pratiques de déménagement et de relocalisation de l’Institut pour les deux futurs exercices 2017-2018, 2018- 2019 qui seront effectives au 15 septembre 2017. »

Communiqué conjoint de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale et de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

« Qu’il est bon, qu’il est doux de demeurer en  frères tous ensemble » Psaume 133, 1. 

À l’initiative et en présence de Son Éminence Mgr Jean de Charioupolis, les délégués du Conseil diocésain de l’Archevêché et du Conseil d’administration de l’Institut se sont réunis ce lundi 1er mai 2017 en la cathédrale Saint Alexandre Nevsky à Paris.

Le P. Jean Gueit, Vice-Président, ainsi que M.M. Nicolas Lopoukhine, Secrétaire, et Alexandre Victoroff, Trésorier, pour l’Archevêché, M.M. Jean-François Colosimo, Président, et  François Guès, Vice-Président, accompagnés du P. Nicolas Cernokrak, Doyen, pour l’Institut ont ainsi pu mener le dialogue fraternel auquel les avait invités Mgr Jean.      

Ils ont réaffirmé le lien spirituel des deux institutions fortes de bientôt un siècle de communion ecclésiale et d’histoire commune au service de l’orthodoxie en France et en Europe au sein du patriarcat œcuménique de Constantinople.     

L’Institut a redit son attachement fidèle à l’Archevêché comme le premier lieu,  naturel et organique, de sa vocation, de sa mission et de son activité.

L’Archevêché a redit son attachement fidèle à l’Institut dans le respect de son indépendance en tant qu’établissement universitaire privé.

Les délégués sont convenus que leur devoir est de faire face ensemble aux défis présents et à venir, à commencer par la restauration du site de la Colline Saint-Serge, 93 rue de Crimée Paris XIXe, rendue urgente au regard de la détérioration accélérée des sols qui pourrait en compromettre le maintien.

Ils sont également convenus qu’au regard de cette situation objective, d’ordre strictement matériel, et des risques d’interruption dans la continuité de l’enseignement qu’elle présente, l’Institut a pour devoir de se relocaliser de manière transitoire le temps nécessaire à la résolution de ce problème tout en gardant le vif souhait de pouvoir réintégrer dans des conditions propices et dans les meilleurs délais son lieu historique.   

Ils sont convenus, enfin, que l’Archevêché est en droit d’attendre une pleine mobilisation de toutes les compétences utiles à la réhabilitation indispensable et à la permanence vivante,  pour les orthodoxes et par-delà, de ce haut-lieu symbolique.

Les délégués ont ainsi décidé, au nom de leurs institutions respectives, de former un comité conjoint afin d’unir leurs forces et de partager leurs moyens propres afin de rechercher à assurer, en parfaite synergie, la sauvegarde de la Colline Saint-Serge.

Son Éminence Mgr Jean de Charioupolis, Exarque de l’Archevêché, Chancelier de l’Institut, a loué cette concorde, béni cette concertation et encouragé les délégués à mener à bien l’œuvre commune de ce comité conjoint dont il  présidera les travaux.

Paris, le 2 mai 2017

Les mutations en cours de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris – entretien avec Jean-François Colosimo

L’ITO a repris vie, déménage et innove… Entretien avec Jean-François Colosimo, président du conseil d’administration de l’ITO Saint-Serge

En votre qualité de président, pouvez-vous nous dire où en est l’Institut après la crise qu’il a traversée ? 

La transition a été plus aisée qu’on ne pouvait s’y attendre. Nombre d’amis de Saint-Serge, proches par l’histoire ou par l’affinité, mais aussi d’inconnus nous ont manifesté un grand  soutien. Leurs messages, venus de France, d’Europe et d’ailleurs, ont afflué, insistant sur la nécessité que l’Institut continue d’exister comme un bien commun pour les orthodoxes, pour les autres chrétiens, les croyants de fois différentes et, plus généralement, les femmes et les hommes de bonne volonté. Le Père Doyen, Nicolas Cernokrak, en a retiré qu’il nous fallait rouvrir sans tarder. Il a eu raison. Cette année 2016-2017, nous comptons 34 étudiants réguliers répartis dans les trois cycles du cursus, 76 à distance préparant un diplôme dans ce cadre et 16 auditeurs libres au programme fourni. En d’autres termes, nous n’avons pas perdu, ni en rayonnement, ni en recrutement. Mieux, nous sommes en dette par rapport aux étudiants : leur confiance est notre justification.

On reproche parfois à l’Institut une baisse de qualité dans l’enseignement…

Il est sûr que nous pouvons faire mieux, particulièrement en termes de ressources pédagogiques. Une refonte des programmes a d’ores et déjà été entreprise. Une meilleure coordination des contenus est en cours. Une procédure d’évaluation sera installée. Notre maillage avec la mise en réseaux actuelle des universités à l’échelle nationale et européenne est à parfaire. Le chantier doit être permanent, bien sûr… Je crains toutefois que, parfois, on en vienne à mythifier un prétendu âge d’or.  Aujourd’hui, sur quatorze enseignants, dont six membres du clergé, nous disposons de huit docteurs, de deux agrégés et de trois doctorants qui occupent également d’autres fonctions significatives dans des universités, des centres de recherche, des instances œcuméniques, interreligieuses ou culturelles. Pour ma part, la diversité de provenances et d’expériences, d’approches et de talents de mes collègues m’épate. Mais, oui, eux comme moi, nous devons recevoir la critique pour ce qu’elle est, non seulement comme bienvenue, mais encore comme indispensable puisque c’est la notion de service qui nous réunit.

Économiquement parlant, où en êtes-vous ?

Ah, alors là, de manière indiscutable, dans la meilleure tradition de Saint-Serge ! C’est-à-dire en dessous du seuil de pauvreté. Plus sérieusement, après l’énorme malversation dont nous avons été victimes, nous n’avons plus de réserve financière. En attendant de la reconstituer, nous vivons très chichement, d’échéance en échéance, grâce à nos fidèles donateurs, à nos faibles revenus et à de drastiques économies. Pour votre information, les personnels,  enseignant et éducatif, ont accepté de réduire de moitié leurs émoluments et le plus haut salaire atteint un demi-smic mensuel, soit 570 euros par mois. Mais, pour la plupart, ils reçoivent moins et certains travaillent pour rien. Telle est la réalité. Elle ne nous fait pas peur. Pour autant, nous devons évoluer et nous rétablir. Les membres désormais plus diversifiés du Conseil d’administration nous y aident grandement avec des compétences qui jusque-là  faisaient défaut et ils renforcent ainsi nos capacités de prévision, de contrôle et de décision. La vérité est aussi que trop longtemps nous avons beaucoup demandé et peu démontré. C’est en nous réinventant, en créant des offres nouvelles et en étant plus proches de nos soutiens que nous gagnerons en stabilité et autonomie. Encore une fois, il nous faut nous ouvrir.

Est-ce pour ces raisons que vous quittez le 93 rue de Crimée, votre berceau historique ?

Non. Vous pouvez au contraire imaginer quel poids symboliquement grave revêt une telle décision. Elle répond à une situation d’urgence qui s’impose à nous et qui n’est pas de notre choix. Pour mémoire, le site appartient à l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale et est géré par la Société immobilière Serguievski Podvorie. L’Institut et la paroisse sont locataires mais le bail leur destine la charge financière des gros travaux. Or, la  malformation géologique des sols génère désormais une situation menaçante qui entraîne la détérioration accélérée de bâtiments déjà forts vétustes, le tout provoquant des injonctions des services préfectoraux avec le risque, à terme, d’une évacuation sous contrainte. Ni conflit, ni litige, donc. Tout simplement, l’Institut ne peut faire face aux coûts de rénovation estimés qui correspondent à plusieurs années d’exercices et dont la simple inscription budgétaire devrait causer, en bonne comptabilité juridiquement fondée, une incapacité à poursuivre l’activité au cas où les instances dirigeantes ne prendraient pas les décisions idoines. De quelque manière que l’on se saisisse du problème, nous sommes forcés de déménager. C’est malheureux, mais c’est ainsi.

Pour aller où ?

Diverses pistes sont à l’étude. Dès que l’option finale sera connue, je vous promets de la réserver en exclusivité à Orthodoxie.com.

Vous n’en direz pas plus ?

À grands traits, les dispositifs universitaires à localisations diverses constituent un modèle, la question de l’internat peut être assez facilement résolue et il nous importe par-dessus tout que la vie liturgique, fondement de notre mission théologique, puisse continuer à s’épanouir.  Mais, pour l’essentiel, il serait mortifère de confondre le maintien du patrimoine matériel, les pierres, et la sauvegarde du patrimoine immatériel, l’esprit. Par ailleurs, notez qu’en toute hypothèse, et ce n’est là qu’un paradoxe apparent, le fait que nous quittions le lieu peut permettre à la Société immobilière de mieux le préserver parce que nous libérons par-là, incidemment, son pouvoir d’initiative.  Enfin, c’est bien au terme d’une séquence historique que nous arrivons, mais non pas la fin de l’histoire de Saint-Serge que nous scellons. Le défi n’est pas nouveau. Il nous éprouve depuis quelques années maintenant. Qu’il se précise dans son caractère impératif peut être l’occasion d’une revivification inattendue.

Ce déménagement signifie-t-il un changement de statut ou d’orientation ?

Absolument pas ! C’est un transport physique, en rien un transit spirituel et encore moins un transfert ecclésial. Du point de vue du droit français et européen, l’Institut est un établissement d’enseignement supérieur privé dont l’autonomie est garantie et qui est donc libre de tout assujettissement qui relèverait de surcroît  du régime distinct, spécifique et cultuel de la loi de 1905. Pour autant, l’Institut s’inscrit résolument dans la vie et la communion de l’Église. Par sa genèse, il est lié à l’Archevêché ; par sa tradition, il a Mgr Jean de Charioupolis pour chancelier ; par sa vocation, il s’honore de subsister, comme l’Archevêché et comme Mgr Jean, dans le patriarcat œcuménique, auprès de Sa Toute Sainteté Bartholomée Ier, dans la fidélité à sa personne, à sa vision et à son action.  Pour nous, rien de tout cela n’est appelé à changer, dans tous les cas pas de notre volonté. Enfin, n’oublions pas que l’Institut a toujours été au service du plérôme orthodoxe dans le monde entier, que de nombreux hiérarques comptent parmi ses anciens étudiants, ne serait-ce qu’au sein de l’Assemblée des Évêques de France, Mgr Nestor, Mgr Joseph et, en premier lieu, le Métropolite Emmanuel qui en est le président. Il serait pour le moins curieux que l’on confonde un changement d’adresse avec un changement d’identité !

L’Institut compte cependant innover ?

Oui. Tout d’abord, et sans tarder, l’Institut doit intensément contribuer à la diffusion et à la réception de l’événement décisif qu’est le Saint et Grand Concile qui s’est tenu la Pentecôte 2016 en Crète. Pour le reste, il faudrait un autre entretien afin de détailler les perspectives que nous sommes en train de débattre, jauger et vérifier, mais dont certaines seront effectives dès la rentrée 2017-2018. On peut les rassembler en quatre grandes directions : la formation continue des orthodoxes par des programmes adaptés et décentralisés, d’abord celle du clergé en liaison avec l’épiscopat pour faire face à nos réalités, à commencer par l’encouragement aux vocations, mais aussi  celle du Peuple de Dieu qui a  de vifs besoins et de vraies attentes quant à son intelligence de la foi, et sans oublier une meilleure synergie avec les milieux monastiques pris dans leur spécificité ; l’ouverture soutenue à nos sœurs et frères préchalcédoniens des Églises orientales qui sont dans la tourmente ; l’expertise sur le fait religieux et les mondes orthodoxes à destination des interlocuteurs profanes qualifiés, publics ou privés ; l’action culturelle sur des thèmes qui nous sont propres, de spiritualité ou d’actualité, ainsi que des initiations artistiques, dont le chant liturgique et l’iconographie,  destinée à des publics plus mixtes. Ce sont là des directions, non un programme arrêté ou exhaustif. La certitude est que l’école canonique de théologie, qui reste l’épine dorsale, ne peut que bénéficier d’un environnement et d’un rayonnement plus large. Il va de soi que le dialogue œcuménique, qui est vital, et les dialogues interreligieux, principalement avec le judaïsme et l’islam où nous sommes tributaires d’un certain retard, participent plus que jamais de cette ambition. Nous reparlerons de tout cela en temps donné.

Un mot pour conclure ? 

Je ne vous ai rien dit de bien édifiant. Quoique selon toute vraisemblance je n’ai pas été élu à ce poste pour prêcher, mais pour réformer. Donc, et simplement, gratitude à ceux qui nous comprennent et nous accompagnent. Et, plus largement, à tous, un carême apaisé, recueilli,  priant sur le chemin de la Résurrection.         

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge – le samedi 15 octobre

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e) aura lieu le samedi 15 octobre à 14h00 dans ses locaux, sous la présidence de son Eminence l’archevêque Jean de Charioupolis. À l’ordre du jour :

  • Compte-rendu de l’année universitaire 2015-2016 par l’Archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut
    Discours académique prononcé par Sophie STAVROU, professeur de l’Institut, sur le thème : «L’étude du grec : un réveil de la conscience théologique»
  • suivi du vin d’honneur

L’émission « Une foi pour toutes « consacrée à la rentrée à l’Institut Saint-Serge

L’émission « Une foi pour toutes consacrée » à la rentrée à l’Institut Saint-Serge, avec l’interview de son doyen, le père Nicolas Cernokraka été  diffusée sur RCF-Liège le jeudi 8 septembre dernier.

L’Institut Saint- Serge : lettre d’ouverture de l’année académique 2016-2017

La direction de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge annonce la reprise des cours pour l’année académique 2016-17 :

« Paris, le 25 mars 2016
Fête de l’Annonciation

Chers Amis de l’Institut,

L’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge (ITO) prépare actuellement la prochaine année académique 2016-2017.

Après la suspension – pour un an – de son enseignement sur place, notre Institut, fidèle à son héritage historique ainsi qu’à sa mission, reprendra dès la rentrée prochaine l’ensemble de ses activités académiques, tout en veillant notamment, dans un esprit d’ouverture œcuménique, à renforcer sa collaboration et ses échanges avec d’autres facultés de théologie.

Nous sommes particulièrement conscients que la vocation première de cette École a toujours été et demeure un authentique service ecclésial : assurer une formation théologique de haut niveau, tant pour les (futurs) clercs que pour les laïcs, tous soucieux de mieux comprendre leur foi et attentifs à dialoguer avec le monde contemporain, ses problématiques, ses enjeux.

Dans cet esprit, nous appelons celles et ceux qui se sentent concernés à venir sans hésitation bénéficier des formations que propose l’ITO :
– soit sur place en assistant aux cours réguliers ;
– soit par le canal de l’Enseignement théologique à distance (ETD).

Ces formations sont conformes au système universitaire de Bologne, proposant des cycles de niveau licence, master et doctorat (LMD). A noter que les auditeurs libres sont admis aux différents cours délivrés en cycle de licence et de master.

Si vous êtes intéressés par l’une ou l’autre de ces formations, nous vous invitons à prendre contact dès à présent avec l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, 93, rue de Crimée, 75019 Paris (e-mail : ito@saint-serge.net et, pour la formation à distance : ftc@saint-serge.net).

Pour toute information complémentaire, vous pouvez aussi visiter le site Internet de l’Institut : www.saint-serge.net où notre Livret 2016-2017 sera bientôt en ligne.

Archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen »

Source

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge du 7 février

Plus de 150 personnes ont assisté, le 7 février dernier, à la séance solennelle de l’Institut Saint-Serge, (lire le compte-rendu de l’évènement). Nous vous invitons à regarder le discours de Mgr Emmanuel, métropolite de France, le rapport moral du doyen de l’Institut, l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, ainsi que le discours académique de Jean-François Colosimo, « L’École de Paris face au XXIe siècle ».

Discours de Mgr Emmanuel :

Discours du P. Nicolas Cernokrak :

Discours de Jean-François Colosimo – « L’École de Paris face au XXIe siècle » :

La séance solennelle de l’Institut Saint-Serge (dimanche 7 février à 15h)

Invitation_seance_solennelle_7_fevrier_2016La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge aura lieu le dimanche 7 février à 15h. À l’ordre du jour :
– Compte-rendu de l’année universitaire 2014-2015 par l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut,
– Discours académique prononcé par Jean-François Colosimo, professeur de l’Institut, sur le thème : « L’école de Paris face au XXIe siècle »

Source

Tables rondes : « Le rôle du monachisme dans notre société contemporaine » – le 16 octobre à Paris

Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion de la célébration du 800e anniversaire de la fondation du monastère de Jitcha (Žiča), joyau culturel serbe figurant sur la liste des monuments culturels d’importance exceptionnelle de la Serbie, le Diocèse orthodoxe serbe d’Europe occidentale, organise le vendredi 16 octobre, en partenariat avec Orthodoxie.com et la Mutuelle Saint-Christophe assurance, deux tables rondes sur le thème : « Le rôle du monachisme dans notre société contemporaine ». La soirée se fera en présence des moniales de la communauté monastique de Jitcha qui en cette occasion interpréteront des chants et présenteront par des courts métrages le monastère de Jitcha.

PROGRAMME :

1. Première table ronde : « Témoignages de l’Eglise orthodoxe »

Modérateur : Julija Vidovic
Participants :
Mgr Marc (Alric), évêque auxiliaire de la Métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale ;
Archimandrite P. Elie (Ragot), monastère de la Transfiguration, métochion du monastère de Simonos-Petra du Mont Athos ;
mère supérieure Hélène, monastère de la Nativité de la Très-Sainte-Mère de Dieu ;
Père Nicolas Cernokrak, recteur de la paroisse Saint-Séraphin de Sarov et la Protection de la Mère de Dieu et doyen de l‘Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

2. Deuxième table ronde : « Témoignage œcuménique »

Modérateur : Père Christophe Levalois
Participants :
Mgr Nestor (Sirotenko), évêque de Chersonèse, Patriarcat de Moscou
Frère Richard de Taizé
Père Michel Mallèvre, dominicain, directeur du Centre d’études Istina et de l’ISEO

Le vendredi 16 octobre à 19h30 à l’auditorium Jean XXIII – ouverture des portes à partir de 19h00
 277, rue Saint-Jacques – 75005 Paris – métro : Luxembourg (sortie sud : rue de l’Abbé de l’Épée),  bus : 21 – 27 – 38 – 82 – 83 – 91.

Entrée libre dans la limite des places disponibles !

Jean- François Colosimo, président du conseil d’administration de l’ITO Saint-Serge

Ce vendredi 19 juin, l’assemblée générale de l’association régissant l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge a approuvé les diverses résolutions présentées, donné son quitus comptable pour l’exercice écoulé 2014-2015 et procédé par vote à pourvoir les sièges des administrateurs sortants.
Dans la suite de l’assemblée, le conseil d’administration réuni en séance plénière a élu, à l’unanimité, au poste de président Jean-François Colosimo qui succède ainsi à Jérémie Ceausescu, lequel n’était pas candidat à un nouveau mandat pour des raisons de convenance personnelle.
Le nouveau président élu a remercié les membres du conseil pour leur confiance et le président sortant pour son action au service de Saint-Serge. Il a rappelé que l’Institut fait face à un grave horizon de difficultés. Il a placé son mandat sous le signe de la continuité, particulièrement pour ce qui est de l’entreprise de réforme voulue et actée par le Conseil des enseignants ainsi que par le conseil d’administration et à l’édification de laquelle sera consacré, au bénéfice de la suspension momentanée de l’enseignement régulier sur place, l’exercice 2015-2016. Il a souligné que, plus que jamais, l’esprit de communion porté et incarné par le doyen, le père Nicolas Cernokrak, est le fondement de la vie de l’Institut, la marque de son authenticité et la garantie de son avenir. Il a conclu que, au cœur de cette vie, il y a les étudiants, objets d’un même souci de la part des enseignants et des administrateurs.
Interrogé par Orthodoxie.com, Jean- François Colosimo a déclaré : « Il faut se féliciter à la fois de l’unité et de la diversité des organes qui font la vie de Saint-Serge. Et, en chacun d’eux, d’une pluralité toujours plus enrichissante. Ainsi, Vladimir Gantchenko, François Guès, Daniel Struve, nouvellement élus, viennent renforcer la représentation de la société civile au sein du conseil. Car ce dont nous avons besoin, et qui sera le programme des mois à venir, est de consultations et de concertations les plus larges possibles afin de penser notre « refondation ». Notre désir, profond et réaffirmé, de dialogue s’adresse évidemment, en premier lieu, comme le stipule la « Déclaration  » de l’Institut, au Trône œcuménique et l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, à Sa Toute-Sainteté le patriarche Bartholomée et à Son Éminence le métropolite Emmanuel. Nous nous confions à la prière de nos sœurs et frères orthodoxes, en demandant singulièrement celle des monastères où nous comptons tant d’amitiés. Pour le reste, les premières mesures administratives qui ont été entérinées seront, bien sûr, mises en effet sans délai. D’autres suivront. Il s’agit maintenant d’avancer. »

Jean-François Colosimo

Jean-François Colosimo

Enseignant, éditeur, essayiste, Jean- François Colosimo, diplômé entre autres de Saint Vladimir’s Seminary (New York), est maître de conférences à l’Institut Saint-Serge depuis 1991. Après avoir dirigé diverses maisons et présidé le Centre national du Livre, établissement du ministère de la Culture, il est aujourd’hui le directeur général des Éditions du Cerf. Ayant participé à diverses missions d’État, dont la Commission Machelon sur la laïcité, ainsi qu’à divers organismes publics ou privés, il est présentement membre des comités scientifiques de l’ l’Institut européen en sciences des religions et de l’université Paris-IV Sorbonne, membre des conseils d’administration de l’Observatoire Pharos du pluralisme des cultures, de la librairie La Procure au sein du Groupe Médias, du magazine Télérama au sein du Groupe Le Monde, et membre du Club diplomatique des 20. Jean- François Colosimo est l’auteur de plusieurs films et livres, dont le dernier en date, « Les Hommes en trop –la malédiction des chrétiens d’Orient », paru chez Fayard à l’automne 2014 vient d’être couronné du « Prix des Nouveaux droits de l’homme ».

Soutenance d’une thèse sur saint Maxime le Confesseur

Photo 3Le 29 mai, à l’Institut catholique de Paris, en doctorat conjoint avec l’Institut Saint-Serge, Julija Vidovic a soutenu sa thèse intitulée « La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’homme selon saint Maxime le Confesseur ».  » Les directeurs de thèse étaient le p. Yves-Marie Blanchard (ICP) et le professeur Joost van Rossum (Saint-Serge). Les autres membres du jury étaient le p. Charbel Maalouf (ICP) et le p. Nicolas Cernokrak (Saint-Serge). Cette thèse portait sur une problématique qui a joué un rôle principal dans la théologie en Occident, à savoir la relation entre la grâce divine et la volonté libre de l’homme. En Orient ce problème théologique a été discuté dans toute sa profondeur par Maxime le Confesseur (VIIe s.). Mlle Vidović a expliqué que ce sujet n’a pas seulement un intérêt scientifique, mais que la théologie de saint Maxime peut aussi contribuer au dialogue œcuménique. Dans son traitement de cet aspect de la théologie de saint Maxime, Mlle Vidović a mis un accent particulier sur la cohérence de l’eschatologie et de la vie ecclésiale dans la pensée théologique de Maxime. La réception de la grâce divine est un mouvement éternel de l’homme vers Dieu, inné dans sa nature, mais obscurci par sa volonté personnelle qui a tendance à pécher. Cet élan naturel de l’homme vers Dieu ou participation à la vie éternelle est restauré par l’œuvre salvatrice du Christ à laquelle on participe dans la vie liturgique de l’Église. La vraie liberté de l’homme n’est pas basée sur son « libre choix », mais elle se trouve dans sa vie en Dieu, qui a son fondement dans la grâce donnée dans la vie liturgique et sacramentelle de l’Église. Mlle Vidović a souligné que saint Maxime se montre tout d’abord un théologien biblique, et non pas philosophique, tout en étant un des théologiens les plus spéculatifs des Pères grecs. L’Institut catholique de Paris a octroyé à Mlle Vidović la mention Summa cum laude, et l’Institut Saint-Serge lui a conféré la mention « Excellent ». »

Source (dont photographie de la soutenance): Institut Saint-Serge

 

Le 8 février à Paris: séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

headerL’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge tiendra sa séance solennelle dans ses locaux (93, rue de Crimée, Paris 19e) dimanche 8 février à 15 heures sous la présidence de Mgr Job de Telmessos. Après le compte rendu de l’année universitaire par le doyen, le P. Nicolas Cernokrak, le discours académique sera prononcé par le P. Jean Boboc, professeur de bioéthique, sur le thème « Discernement et économie au temps de l’imposture ». Un vin d’honneur suivra.

Un appel au soutien et une quête pour l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

headerLe doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, le P. Nicolas Cernokrak, a lancé un appel au soutien, régulier ou ponctuel, de l’Institut. Par ailleurs, l’archevêque Job de Telmessos a rappelé la traditionnelle quête effectuée lors de la célébration de la fête de la Nativité au profit de l’Institut Saint-Serge en précisant que des « travaux urgents doivent être entrepris sur la propriété ».

Photographie: lors de la fête de saint Serge de Radonège, le 8 octobre 2014 (source)

Vidéo de présentation de l’université de rentrée de l’Institut Saint-Serge « Chrétiens, entre guerres et paix »

L’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge organise dans ses locaux, du 25 au 27 septembre, une université de rentrée intitulée « Chrétiens, entre guerres et paix » sur le regard que les chrétiens développent au sujet de la guerre. Les intervenants sont : Antoine Arjakovsky, P. Nicolas Cernokrak, Jean-François Colosimo, Georges Prévélakis, Michel Stavrou et Bertrand Vergely. Pour vous y inscrire, vous pouvez télécharger le bulletin d'inscription et le renvoyer à l’adresse email de l'Institut ou bien téléphoner au 01 42 01 96 10. Pour consulter le programme, cliquez ICI ! Nous vous invitons à regarder la présentation de l'évènement ci-dessous :

Radio (France Culture): « La Bible et la vie chrétienne – 1 »

logoL’émission de radio Orthodoxie, sur France Culture, du dimanche 27 janvier, à partir de 8h05, aura pour sujet: "La Bible et la vie chrétienne". Il s'agit d'une première partie. Les invités seront: Anne-Marie Reijnen, pasteur protestante, Philippe Molac, prêtre catholique, père Nicolas Cernokrak, prêtre orthodoxe. Présentation: " Entretien avec trois enseignants à l'Institut supérieur d'études œcuméniques (ISEO) sur le sens des relations œcuméniques et la réception de la Bible par les différentes familles chrétiennes dans l'histoire et à l'époque contemporaine. Le sujet est celui du cours à trois voix que dirigent cette année à l'ISEO les trois intervenants  (cours dispensé à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge). Première émission réalisée dans le cadre de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens (18-25 janvier)." L'émission (fréquences de France Culture) pourra aussi être écoutée en direct par l’Internet sur le site de France Culture, puis, ensuite, sur cette page où se trouvent également les précédentes émissions en podcasts.

« Comprendre les futurs enjeux du concile de l’Eglise orthodoxe et ses aspects oecuméniques », le 19 octobre au Collège des Bernardins (Paris)

Une partie du colloque sur le grand concile panorthodoxe en préparation, qui aura lieu à à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris, du 18 au 20 octobre, se déroulera en dehors de l'institut au Collège des Bernardins, à Paris, le vendredi 19 octobre, de 20 heures à 22 heures (situation). Elle consistera en une table ronde sur le thème: "Comprendre les futurs enjeux du concile de l'Eglise orthodoxe et ses aspects oecuméniques". Interviendront: Mgr Jérôme Beauprésident du Collège des Bernardins;  le frère Enzo Bianchi, prieur de la communauté de Bose en Italie; le père Nicolas Cernokrak, professeur à l’Institut Saint-Serge; Georges Nahasvice-président de la Faculté de théologie de Balamand, Liban; Carol Sabaporte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Le débat sera animé par Antoine Arjakovsky, co-directeur du département de recherche « Société, liberté, paix » du Collège des Bernardins.

Un colloque exceptionnel sur les enjeux du futur concile panorthodoxe

Alors que l'on s'interroge sur la tenue prochaine ou non du grand concile panorthodoxe attendu et préparé depuis plus de 50 ans, un colloque exceptionnel sur les thèmes prévus pour ce concile aura lieu à l'Institut Saint-Serge (Paris) du 18 au 20 octobre. Organisé par l'Institut Saint-Serge et le Centre de recherches œcuméniques de l’Université catholique de Leuven, en partenariat avec la revue de théologie orthodoxe Contacts et le Collège des Bernardins (Paris), ce colloque international, a pour but de sensibiliser aux enjeux d'un événement ecclésial majeur à venir.
Le programme abordera, avec des théologiens orthodoxes issus de nombreux pays (France, Etats-Unis, Géorgie, Grèce, Liban, Roumanie, Russie) les 5 grands thèmes suivants : 1- Le calendrier liturgique commun, 2- Autocéphalie, autonomie et diptyques, 3- L'avenir de la "diaspora" orthodoxe, 4- Relations de l'orthodoxie avec les autres Eglises, 5- Les questions éthiques et sociales et le jeûne aujourd'hui. Tous ces grands thèmes seront aussi analysés par des observateurs non orthodoxes: catholiques romains et protestants, ce qui permettra une interaction fructueuse dans un esprit d’ouverture œcuménique.
Intervenants : Mgr Emmanuel de France; Mgr Gabriel de Comane; Nicolas Ozoline; Peter De Mey; Pierre Sollogoub; Vladimir Khoulap; Thomas Pott; John Erickson; Grigorios D. Papathomas; Joseph Famerée; Emmanuel Clapsis; Antoine Arjakovsky; Ivana Noble; Mgr Jérôme Beau; Carol Saba; Georges Nahas; Nicolas Cernokrak; Enzo Bianchi; Tamara Grzelidze; Michel Stavrou; Barbara Hallensleben; Radu Preda; Athanasios Papathanassiou; Anne-Marie Reijnen; Pantelis Kalaïtzidis.
Le programme détaillé et le bulletin d'inscription peuvent être téléchargés sur le site de l'Institut Saint-Serge.
Contact : Institut Saint-Serge: ito@saint-serge.net . Tél. 01 42 01 96 10 (secrétariat : du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 16h).

Une table ronde à l’Institut Saint-Serge sur «Les défis de l’enseignement religieux et théologique dans l’orthodoxie russe»

L'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge-Paris, l'Université Saint-Tikhon-Moscou et le Séminaire orthodoxe russe Épinay-sous-Sénart organisent avec l'association pour l’Orthodoxie locale de tradition russe (OLTR) une table ronde sur : « Les défis de l'enseignement religieux et théologique dans l'orthodoxie russe », le mercredi 6 juin à 19 heures à l'Institut Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e, carte). Les Intervenants seront le père Vladimir Vorobiev, recteur de l'Université Saint-Tikhon de Moscou, le père Alexandre Siniakov, recteur du Séminaire orthodoxe russe en France, le père Nicolas Cernokrak, doyen de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris.

La visite en France du métropolite Hilarion (Alfeyev) de Volokolamsk

IMG_0781

A l'occasion des premières Journées du livre orthodoxe en France et de la parution du second tome de son ouvrage intitulé L'Orthodoxie, le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a séjourné à Paris du 15 au 18 février. Le 16 février, il a été reçu à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (photographie ci-contre). " Le métropolite y fut reçu par l’archevêque Gabriel, le doyen de l’Institut l’archiprêtre Nicolas Cernokrak et les représentants du professorat (…) L’archevêque Gabriel a salué cordialement son visiteur, qui est docteur en théologie de l’Institut. Le métropolite Hilarion s’est déclaré content de se trouver à nouveau dans le lieu qui est devenu le centre de la renaissance de la pensée théologique russe au XXe siècle, là où ont prié et enseigné des théologiens éminents, comme l’archimandrite Cyprien (Kern), les archiprêtres Georges Florovsky, Serge Boulgakov et Nicolas Afanassiev, V.N. Lossky et plusieurs autres. Le métropolite a partagé les souvenirs de ses visites à l’Institut durant ses études et a mentionné, en particulier, comment il s’était arrêté dans la cellule de l’archiprêtre Serge Boulgakov."

Lire la suite »

La séance solennelle 2012 de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Cg10

La séance solennelle 2012 de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e) aura lieu le dimanche 12 février à partir de 15 heures. Elle sera présidée par l'archevêque Gabriel de Comane. À l'ordre du jour :

Photographie: Mgr Amphiloque du Monténégro (source: Eglise orthodoxe serbe)

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

Cette année la séance solennelle de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e) aura lieu le dimanche 12 février 2012 à 15h00, sous la présidence de son Eminence l'archevêque Gabriel de Comane. À l'ordre du jour :

  • Remise du doctorat honoris causa au métropolite Amphiloque du Monténégro
  • Compte-rendu de l'année universitaire 2010-2011 par l'archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l'Institut
  • Discours académique par Yvan Koenig sur le thème : "La lumière divine incréée dans l'enseignement et la tradition de l'église : l'expérience des premiers siècles."

Le recteur de l’Académie de théologie de Moscou s’est rendu au Séminaire orthodoxe russe en France

"L'archevêque Eugène de Véréia, recteur de l'académie de théologie et du séminaire de Moscou, président du comité pédagogique de l’Église orthodoxe russe, a rendu visite au Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart le 28 et le 29 novembre 2011. Mgr Eugène y était accueilli par l'évêque Nestor de Chersonèse et le recteur du séminaire, le hiéromoine Alexandre Siniakov. L'archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris, a participé au déjeuner donné en l'honneur de Mgr Eugène."

Source (et intégralité du compte rendu): Séminaire orthodoxe russe en France (photographies)

La rentrée académique 2011-2012 à l’Institut Saint-Serge

Rentree2011_2012 Cette année, la rentrée académique de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris a eu lieu le jour de la fête de saint Serge de Radonège, le 8 octobre. À la liturgie de matin, présidée par le recteur de l’Institut, Mgr Gabriel de Comane, en présence de Mgr Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France,  et la participation des professeurs, des étudiants, mais aussi des fidèles venus pour la fête de la paroisse. Pendant la célébration liturgique, Mgr Gabriel a ordonné diacre Léonide D'Hoe pour assister le père Théophile Pelgrims en charge de la communauté orthodoxe flamande à Bruxelles. Au cours de la séance de rentrée académique, le doyen de l’Institut, l’archiprêtre Nicolas Cernokrak, a présenté aux étudiants la nouvelle année 2011-2012. L’année s’annonce de façon très prometteuse. L’Institut a reçu une quarantaine de nouveaux inscrits répartis sur les trois cycles : 4 en licence sur place et 19 à distance, 6 en master et 10 en doctorat, qui viennent s’ajouter aux effectifs de l’année précédente d’une cinquantaine d’étudiants réguliers et de plus de 200 à distance et par correspondance en français et en russe. L’Institut continue, comme par le passé, d’enseigner les arts liturgiques et les langues anciennes et modernes (français, russe, grec). A la fin de la séance académique le doyen a délivré les diplômes de master à 3 étudiants : Dimitri De HeeringAlexey TourlovGoran Ilic Benke et un diplôme de maîtrise à Mme Elisabeth Heriard-Dubreuil. Pour voir l’album de photographies de la journée, cliquez ICI ! 

Un appel du doyen de l’Institut Saint-Serge

Archipretre_nicolas_cernokrak_6 À la veille de la rentrée académique, le doyen de l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris, l'archiprêtre Nicolas Cernokrak, a adressé un appel à l'aide aux amis de l'établissement. L'Institut qui commence son année universitaire avec "cinquantaine de nouveaux inscrits venant s’ajouter aux effectifs de l’année précédente d’une cinquantaine d’étudiants réguliers et de plus de 200 à distance et par correspondance" a besoin du soutien pour pouvoir poursuivre ses activités. Pour télécharger et lire la lettre, cliquez ICI !

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski