28/06/2017
Actualités
Page d'accueil > Résultats de la recherche : Jean-Marie Gourvil

Résultats de la recherche : Jean-Marie Gourvil

Jean-Marie Gourvil – Ne nous laisse pas entrer dans l’épreuve. Une nouvelle traduction du Notre Père

GourvilJean-Marie Gourvil, Ne nous laisse pas entrer dans l’épreuve. Une nouvelle traduction du Notre Père, Paris, François-Xavier de Guibert, 2004, 168 pages.

L’auteur joint sa voix aux nombreuses critiques qui ont été adressées à cette traduction.

La première partie de ce livre — la plus intéressante et la plus claire — est constituée par une réflexion critique sur la traduction française de la sixième demande du Notre Père, qui a été adoptée par toutes les confessions chrétiennes depuis 1966 en tant que « version œcuménique » de cette prière fondamentale : « Ne nous soumets pas à la tentation. »

Lire la suite »

« Quelle spiritualité pour demain selon Nicolas Berdiaev ? », un colloque en juillet au centre Sainte-Croix

Du 20 au 23 juillet, le centre Sainte-Croix, en Dordogne, organise un colloque sur le thème : « Quelle spiritualité pour demain selon Nicolas Berdiaev ? ». Parmi les intervenants : le P. Philippe Dautais, Bertrand Vergely, Igor Sollogoub, Jean-Marie Gourvil. Pour toute information, dont la présentation du colloque et du programme, voir cette page.

Photographie: Nicolas Berdiaev (source: Wikimedia)

Cycle de conférences « Pour une spiritualité créatrice dans une société en transition » par l’Acer-Mjo

jean-baptise-de-foucauldL’Acer-Mjo organise un cycle de conférences sur l’engagement du chrétien dans la cité. Le 30 mars prochain, Jean-Baptiste de Foucauld, ancien commissaire au Plan, porte parole du Pacte civique et président de Démocratie et spiritualité analysera d’un point de vue chrétien, la situation de notre société et les leviers d’action dont nous pourrions faire usage. La conférence aura lieu le 30 mars 2017 à 20h à la maison de l’Acer-Mjo au 91 rue Olivier de Serres dans le 15ème à Paris. Un buffet amical suivra la conférence.  La conférence sera animée par Jean-Marie Gourvilsociologue, diplômé de science politique (Université Laval à Québec), membre du comité de rédaction de la revue Le Messager orthodoxe, publiée par l’Acer-Mjo en collaboration avec la librairie les Éditeurs réunis.

Cycle de conférence « Pour une spiritualité créatrice dans une société en transition » par l’ACER-MJO

helene_strohl_grandL’ACER-MJO organise un cycle de conférence sur l’engagement du chrétien dans la cité. Le 16 mars prochain Hélène Strohl proposera une réflexion sur la crise de l’État providence et la question de la mobilisation des ressources sociales des réseaux et des communautés. Après des études de théologie protestante et d’histoire puis l’ENA, Hélène Strohl a été inspectrice générale des affaires sociales. Elle a également écrit des romans et des essais : l’Etat social ne fonctionne plus, aux éditions Albin Michel et avec Michel Maffesoli La France étroite, Éditions du Moment.. La conférence aura lieu le jeudi 16 mars 2017 à 20h à la maison de l’ACER-MJO au 91 rue Olivier de Serres dans le 15ème à Paris. Un buffet amical suivra la conférence.
La conférence sera animée par Jean-Marie Gourvil, sociologue, diplômé de science politique (Université Laval à Québec), membre du comité de rédaction de la revue Le Messager orthodoxe, publiée par l’ACER-MJO en collaboration avec la librairie les Éditeurs réunis.

« La fraternité confrontée à la violence: un appel à l’intériorité et à la spiritualité »

Jean-Marie Gourvil participera le mercredi 12 octobre à Paris (affiche ci-dessous) à une table ronde organisée par l’association La Traversée sur le thème « La fraternité confrontée à la violence: un appel à l’intériorité et à la spiritualité » avec Elisabeth Leblanc et Jean-Baptiste de Foucauld.

affiche-kv

La vie mystique chez les franciscains du XVIIème siècle

viemystiqueLa figure de François d’Assise occupe une place singulière dans la conscience orthodoxe -notamment dans la conscience orthodoxe russe- au même titre que saint Séraphin de Sarov ou saint Silouane occupent une place éminente dans la conscience catholique contemporaine. Nikita Struve a souhaité dans l’éditorial de la dernière livraison du Messager orthodoxe (N° 156 I-2014), que le futur grand et saint concile inscrive François d’Assise au calendrier des saints orthodoxes.
Dans la perspective d’une meilleure connaissance du franciscanisme par les orthodoxes notons la publication par le centre Saint-Jean de la Croix, collection « Sources mystiques », du troisième volume de l’anthologie La vie mystique chez les franciscains du XVIIème siècle auquel ont contribué Dominique Tronc, Pierre Moracchini et Jean-Marie Gourvil.
Les deux premiers volumes de l’anthologie permettent d’accéder à des textes mystiques oubliés depuis la condamnation par l’Inquisition, des grands mystiques du XVIIème et du début du XVIIIème siècle, depuis ce que Louis Cognet a désigné comme « le crépuscule des mystiques ». Les textes empruntés aux diverses branches du franciscanisme de l’époque : Observants, Tiers-Ordres, Récollets, Capucins, Minimes, nous livrent une haute mystique que l’on a appelé parfois l’Ecole du cœur. On y trouve à travers l’héritage du franciscain Harphius (1400-1477), le maître spirituel de l’Ordre, la marque du Pseudo Denys et de l’Ecole rhénane. On constate aussi contrairement à l’idée reçue, une prise de distance de nombreux franciscains avec la Dévotion moderne, avec l’Imitation de Jésus-Christ.
Le troisième volume comprend outre les derniers textes de l’anthologie, une présentation par Pierre Moracchini de la vie franciscaine à Paris au XVIIème, un nécrologe des capucins de Paris, et une présentation par Dominique Tronc maître d’œuvre de cette anthologie, des tableaux des filiations spirituelles des franciscains au XVIIème. Sous le titre « La fidélité des franciscains au mysticisme médiéval » Jean-Marie Gourvil propose une lecture socio-historique du franciscanisme. Il montre que la galaxie complexe des enfants de François tiraillée entre les tendances érémitiques (les spirituels) et les tendances plus monastiques (les conventuels) manifeste de façon générale, une spiritualité qui accepte le développement du monde communal – François est fils de commerçant, la route est son domaine- mais manifeste une spiritualité qui refuse en même temps le monde de la marchandise, choisit la voie de contemplation du Christ pauvre à l’image de François se convertissant à San Damiano devant une croix encore byzantine, ou recevant les stigmates, dans la lumière, au mont Alverne. Les franciscains ont refusé de devenir propriétaires de leurs couvents, de s’engager dans la gestion des œuvres (hôpitaux, écoles, séminaires…). Ils ont conservé au cours des siècles le sens de l’oraison (la prière dans la solitude) et la présence auprès des pauvres, dans les quartiers d’artisans pour soutenir les corporations et les confréries multiples, comme prédicateurs populaires, dans les lazarets et sur les champs de bataille ou encore pour assumer comme à Paris, le service d’incendie en allant directement au feu. Pour ces hommes d’Oraison, ces prédicateurs, ces mystiques le pauvre n’est pas celui qu’il faudrait comme on l’a voulu trop fortement à L’Age classique, éduquer, encadrer, enfermer, mais celui qu’il faut regarder comme la présence mystique du Christ souffrant. Les franciscains cultivant l’apophatisme de Denys et de Bonaventure accordent encore à la pauvreté, au XVIIème, la valeur mystique que lui conféraient le Moyen-Age et l’Antiquité tardive, celle que lui accordaient les Cappadociens. n’excluait ni l’enseignement universitaire, ni la prédication dans les cours des princes. Cette présence auprès des pauvres n’excluait ni l’enseignement universitaire, ni la prédication dans les cours des princes.

Un changement dans la traduction française du Notre Père dans l’Eglise catholique

Sur le site de l'hebdomadaire La Vie : "La traduction française du Notre Père va changer", cela  dans la nouvelle traduction française de la Bible liturgique (pour l'Eglise catholique, ndlr), qui sera diffusée en France par les éditions Mame/Fleurus à partir du 22 novembre prochain. Dans le Notre Père, la demande traduite ainsi: "Et ne nous soumets pas à la tentation", sera remplacée par : "Et ne nous laisse pas entrer en tentation".

Nos précédentes notes sur ce sujet: analyse de Jean-François Colosimo, recension de l'ouvrage de Jean-Marie Gourvil sur la traduction du Notre Père.

Colloque : Nicolas Berdiaev, la personne, la liberté, la créativité, l’avenir de la condition humaine (13-14 avril)

BerdiaevUn colloque, consacré à Nicolas Berdiaev (photographie ci-contre), aura lieu les 13 et 14 avril à Castelnaudary. Il participe du regain actuel pour la pensée de celui qui fut l'une des grandes figures du christianisme du XXème siècle. La crise actuelle de la modernité et l'espérance possible dans une nouvelle Renaissance ne peuvent qu'inviter à relire ses ouvrages. Ses lecteurs actuels sont de tous les horizons du christianisme, mais aussi, issus des milieux humanistes qui en appel à un sursaut spirituel et à une refondation de la démocratie.

Aristocrate russe ayant choisi le mouvement révolutionnaire et le marxisme au début du XXème siècle, Berdiaev refuse le bolchévisme et un socialisme qui nie la personne, la liberté et l'esprit. Il se rapproche de l'Eglise orthodoxe russe à laquelle il reste fidèle jusqu'à sa mort. Expulsé en 1922, il réside à Berlin, puis à Paris où il collabore avec de nombreux intellectuels autour de la revue Esprit ou aux Décades de Pontigny. Il recrée une Académie de philosophie religieuse, dirige la revue La Voie (Put) et les éditions Ymca-Press.  Son oeuvre centrée sur la liberté, l'éthique de la création, la personne et l'esprit est une critique de la modernité, de l'esprit bourgeois et de l'univers de la machine. Il fut l'un des promoteurs d'un socialisme personnaliste qui rallie la démocratie sociale au principe aristocratique de la personne, posture assez proche de celle de Tocqueville. L'oeuvre de Nicolas Berdiaev est une vaste réponse à la légende du Grand Inquisiteur que dresse Dostoïevski dans les Frères Karamazov. Il décède à Clamart en 1948.
Berdiaev voit l'homme spirituel participant à la création du monde, mais sans avoir l'utopie d'une fin de l'histoire, d'un temps où enfin l'homme aurait comme un sur-homme, réussi à se libérer de sa tragédie. L‘histoire individuelle et collective est expression et quête de l‘humano-divinité. Elle ne trouve son issue que dans le "Huitième jour". L'activité créatrice et inspirée de l'homme dessine, prépare la fin des temps, mais ne saurait avoir comme fin une cité terrestre.

La première journée sera consacrée à l'oeuvre et la pensée de Berdiaev. La seconde journée portera sur l'avenir de la démocratie, le personnalisme et la dimension spirituelle de la vie "communautaire". Pour toute information (renseignements, inscription, intervenants, programme), voir ce document. Contact: jeanclaude.guerre(at)neuf.fr. Parmi les intervenants: Antoine Arjakovsky, Jean-Marie Gourvil, Cyrille Sollogoub, Nikita Struve.

« Proposition d’orientation pour la Fraternité orthodoxe de l’Ouest: favoriser la rencontre des cultures orthodoxes »

En vue de la préparation de la prochaine assemblée générale de la Fraternité orthodoxe de l'Ouest, en juin 2011, son président, Jean-Marie Gourvil, diffuse un texte de réflexion et de propositions intitulé: "Proposition d'orientation pour la Fraternité orthodoxe de l'Ouest: favoriser la rencontre des cultures orthodoxes". Ces propositions sont donc mises en débat: "La Fraternité orthodoxe de l'Ouest engage une réflexion sur son orientation. Le thème de cette orientation (favoriser la rencontre des cultures orthodoxes) a été annoncé lors de l'assemblée générale de juin 2009 et devra donner lieu à débat et décision lors de l'assemblée générale de juin 2011. Le texte de cette proposition a été largement distribué lors du colloque organisé par la Fraternité orthodoxe de l'Ouest et la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale les 27 et 28 novembre au Mans. Nous soumettons le texte mis en débat  tous ceux qui nous permettront d'éclairer notre jugement et de nous aider à fixer une orientation à notre action. Le débat est largement ouvert. Une autre orientation pourrait être prise." Pour lire ce document, cliquez ICI. Les commentaires et remarques peuvent être adressés à Jean-Marie Gourvil: jmgourvil at gmail.com.

Vivre en orthodoxes en Occident – rencontre du Mans (France) 27 et 28 novembre 2010

Frat_lemans Un an et demi après le congrès orthodoxe européen d’Amiens, la Fraternité orthodoxe en Europe occidentale et la Fraternité de l’ouest proposent une rencontre les 27 et 28 novembre 2010, au Mans, autour de Daniel Struve (Paris), qui réfléchira à la manière dont nous pouvons vivre l’orthodoxie en Occident, et du père archimandrite Syméon, higoumène du monastère Saint-Silouane, qui parlera de l’universalité de notre foi. Une large place sera laissée aux échanges et au partage d’expériences dans deux ateliers : « Comment présenter l’orthodoxie autour de nous ? » avec le père Lambert Van Ditteren (Nantes) et la table-ronde animée par Jean-Marie Gourvil (Caen) sur les « cultures orthodoxes ». La soirée se terminera par une méditation sur l’Évangile du dimanche. Vous pouvez télécharger le programme, toutes les informations pratiques ainsi que l'affiche de l'événement.

Le n° 148 du « Messager orthodoxe » est paru

MO148 Le Messager orthodoxe dans son dernier numéro traite de deux sujet : le monastère Sainte-Catherine du Mont Sinaï et l’Eglise orthodoxe en Occident – problèmes et perspectives.

Sommaire : Nikita Struve : A nos lecteurs
Père Serge Boulgakov : Appels et rencontres
Père Alexandre Schmemann : Le patriarche œcuménique et l’Eglise orthodoxe
Père Jean Meyendorff: Entretien avec le SOP (1990)
Nikita Struve : Le problème de la mission dans l’émigration russe
Jean-Marc Joubert: La vie quotidienne au monastère Sainte-Catherine
Nathalie Beaux-Grimal : Ermitages d’hier et d’aujourd’hui autour du monastère Mont Moïse au Sinaï
Stig Syméon Froyschoff : Les manuscrits de la bibliothèque du Sinaï.
Témoignages de pèlerins
Jean Besse : Chroniques
Jean-Marie Gourvil : Le monde des livres

Lire la suite »

Parution du 145e numéro du Messager orthodoxe

1536344518_9f885f650e_o_3
Sommaire
:

Nikita Struve – A nos lecteurs (A propos de la réunification de l’Eglise
de Russie et de l’Eglise hors frontières)
Archimandrite Placide Deseille – Saint Isaac et la vie dans l’Esprit
Marie Semon – Mémoire divine, mémoire humaine
Nicolas Berdiaev – Crise ecclésiale et liberté de conscience
Nikita Struve – La pensée historiosophique et politique d’Ilya
Fondaminski
P. Alexandre Chramko – Extraits du « Journal d’un prêtre » et autres
textes

Lire la suite »

Compte rendu de l’assemblée générale de la Fraternité orthodoxe de l’ouest

La
Fraternité orthodoxe de l’Ouest a été créée juridiquement sous forme d’association
en juin 2001, mais son existence sur le terrain date de plus de 30 ans. Le père
Pierre Tchesnokof en fut l’un des
piliers. Elle a pour but de développer
la coopération et l’entraide fraternelle entre les membres des communautés
paroissiales et monastiques issues des différentes juridictions existant dans
l’ouest de la France, Bretagne, Pays de Loire, Normandie. Elle se place sous les
auspices de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF).

Lire la suite »

Parution du 144ème numéro du Messager Orthodoxe

Messager_1
Le 144ème numéro du Messager Orthodoxe vient de paraître.
SOMMAIRE :

  • Nikita Struve – A nos lecteurs
  • Père Alexandre Schmemann – Journal (1973-1983)
  • Notes autobiographiques du père Serge Boulgakov: Chap. IV : Ma vie dans l’orthodoxie et dans le sacerdoce
  • Jacob Drouskine – Journal (extraits)
  • Jean-Marie Gourvil – Travail sur soi et tradition orthodoxe
  • Entretien avec l’archimandrite Zénon – « L’icône ne représente rien, elle manifeste… »
  • Jean-Marc Joubert – Vladimir Volkoff – lecteur du NouveauTestament
  • Nicolas Lossky – Vladimir Lossky et la théologie de l’Occident médiéval
  • Jean Besse – Le Messager russe vu par un Français de l’Église Russe
  • Père Timothée Dewedi – L’Église orthodoxe au Bénin
  • Jean Besse – Bibliographie

Lire la suite »

A propos de la traduction du Notre Père – par Jean-François Colosimo

La version dite « œcuménique » du Notre Père a suscité de nombreux débats et de nombreuses interrogations. Cette traduction est aujourd’hui largement remise en question. De nombreux travaux, notamment du père catholique Jean Carmignac, et l’ouvrage récent de Jean-Marie Gourvil, permettent d’approfondir cette question. Sur celle-ci, Jean-François Colosimo a publié dans Le Monde des religions (n°8, novembre-décembre 2004) le texte que nous vous proposons ci-dessous avec son accord.

La prière la plus récitée de l’histoire est aussi la plus méconnue au monde. Car la plus mal lue, en raison de détournements qui outrepassent  les querelles d’interprétation. Ce n’est pas, en effet, que les traductions courantes du « Notre Père » soient fautives, abusives, discutables. C’est qu’elles  sont imaginaires. Elles s’instituent contre la littéralité  du grec pour y substituer  un texte inexistant.

Lire la suite »

Parution du 142ème numéro du Messager Orthodoxe

MessagerLe 142ème numéro du Messager Orthodoxe
vient de paraître. Prix du numéro : 12 euros.
Abonnement 2005 : 2 numéros (n° 142
et 143) : 23 euros.
Le Messager Orthodoxe est en vente à la
librairie Les Editeurs Réunis.
Les commandes sont à adresser à : LE
MESSAGER ORTHODOXE c/o Les Editeurs Réunis, 11 rue de la Montagne
Ste-Geneviève, 75005 Paris – France

Lire la suite »

Une réédition attendue depuis longtemps : L’Eucharistie, sacrement du Royaume du père Alexandre Schmemann

Une très bonne nouvelle que cette réédition. Cet ouvrage fondamental du père Alexandre Schmemann (1921-1983), achevé un mois avant son rappel à Dieu, vient d’être coédité par Ymca-Press et François-Xavier de Guibert dans la collection « L’Echelle de Jacob » qui est, par la même occasion, relancée. Celle-ci est désormais dirigée par Jean-Marie Gourvil, Jean-Marc Joubert et Daniel Struve. Le prochain ouvrage à paraître dans cette collection, également du père Alexandre, s’intitule Vous tous qui avez soif !… –Entretiens spirituels . Il s’agit d’homélies dominicales prononcées à la radio à destination de la Russie.

Lire la suite »

Parution du n°152 du « Messager orthodoxe »

Dans le n°152 (I-2012) du Messager orthodoxe, qui vient de paraître, l’éditorial de Nikita Struve rappelle la canonisation, par le Patriarcat œcuménique, de onze martyrs de l'Eglise d'Estonie qui ont souffert au début des années 1940 lors de la première invasion soviétique, et en particulier, d'Ivan Arkadiévitch Lagovski, membre très actif de l'ACER à Paris d'abord, puis en Estonie. Avec deux compagnons, Nikolai Penkin et Tatiana Desen, ils furent arrêtés, transférés à Léningrad, jugés dans l’affaire dite de l’ACER et exécutés à cause de leur activité missionnaire au sein du mouvement. Le parcours d’Ivan Lagovski est évoqué par Andrei Ivanen, pédagogue et écrivain de Narva, auteur d’études sur l’activité de l’ACER dans les pays baltes.

Trois articles de Nikita Struve, Cyrille Sollogoub, Antoine Arjakovsky sont issus de communications présentées les 5 et 6 novembre 2011 au congrès de l'Acer-Mjo, consacré au père Serge Boulgakov à l’occasion du 140e anniversaire de sa naissance. La traduction d’un texte du père Serge " La résurrection du Christ et la conscience contemporaine " complète ce dossier. Sont retracées ici la place que le père Serge a occupée dans l'histoire de son temps et dans celle de la pensée russe, dans les mouvements et les revues de l'émigration. Ces pages constituent une introduction à sa vie et à sa pensée, une incitation à se saisir à nouveau de la richesse de son héritage théologique et spirituel.

La traduction du premier chapitre d'un entretien paru en italien, entre Enzo Bianchi, prieur de la communauté de Bose et sa Sainteté Ignace IV, nous livre de façon très attachante les premiers pas dans la vie de l’actuel patriarche d'Antioche: des pages simples et directes, qui manifestent la sérénité, la foi, la prise en compte lumineuse de la réalité qui caractérisent celui qui a la responsabilité de l'Eglise d'Orient. Le texte retrace son enfance, sa formation au Liban, sa vie à Paris et en Europe.

Un article de Christine Chaillot consacré à l'Eglise orthodoxe en Tunisie nous fait découvrir cette Eglise méconnue, aux origines grecques et russes et incite à visiter les églises orthodoxes de Tunis, Bizerte, Djerba ou Sfax. Dans sa libre chronique, Jean Besse conseille la lecture d’un livre de Joël Schmidt sur sainte Geneviève de Paris, d’un autre sur le Carême signé par Bernard Le Caro et Matthieu Malinine, ainsi que d'un ouvrage en français sur le père Alexis Métchev (1859-1923) starets dont les Moscovites gardent aujourd'hui encore la mémoire vivante. La chronique aborde dans ses premières lignes, avec vigueur, la question des racines de l'anticléricalisme.

Jean-Marie Gourvil (1) fait la recension de l'Encyclopédie des mystiques rhénans publiée au Cerf sous la direction de Marie-Anne Vannier (1, 2, 3), qui est aussi un hommage à Vladimir Lossky, à son Essai sur la théologie mystique de l'Eglise d'Orient et à sa thèse (1) sur Maître Eckhart. Cette encyclopédie sera un ouvrage de référence pour tout orthodoxe qui cherche à saisir l'histoire spirituelle de l'Occident.

Couverture du numéro: portrait du néo-martyr Ivan Lagovski
 

Colloque à Caen: « L’engagement social au risque de la spiritualité »

Le père Nicolas Lacaille et Jean-Marie Gourvil participeront le vendredi 11 novembre à un colloque à côté de Caen sur le thème "L'engagement social au risque de la spiritualité" (présentation, programme et informations). Démarche: "Nous connaissons tous la question de la laïcité et du dialogue inter-culturel. Ce colloque se propose d'aller plus loin dans cette réflexion et de poser une question plus fondamentale: quelle prise en compte d'une vision spirituelle de l'homme permettrait aujourd'hui de développer une relation d'aide, une relation de soin ou une relation éducative qui dépasse le cadre étroit de la "modernité" et de la vision de la stricte laïcité  républicaine ? La relation d'aide, de soin ou éducative s'est enfermée progressivement dans une perspective institutionnelle de prestations. Le sentiment d'une perte d'humanité, de vivre dans un monde "réifié" ( Berdiaev) traverse les institutions. Nous tenterons avec toute la prudence nécessaire dans un débat ouvert à un large éventail d'opinions, de poser la question : quelle vision de l'homme permettrait de "réenchanter" le soin de soi et des autres, de permettre le développement d'une compassion réciproque, d'une vie communautaire intégrant une démarche personnaliste et une espérance partagée ? Cette journée s'adresse aux professionnels de la relation d'aide, de soin ou éducative. Elle s'adresse à tous ceux qui sont engagés professionnellement ou bénévolement dans "le social" mais de fait, elle s'adresse aussi à tous ceux qui pensent que le "vivre ensemble" qui est devant nous, devra intégrer une dimension spirituelle."

Croyances et travail social

La revue de sciences humaines Le sociographe destinée aux professionnels du champs social et médico-social publie dans son dernier numéro  (N°32 mai 2010)  un dossier sur le thème des croyances et du travail social.  Le dossier aborde la prise en compte des croyances et de la religion dans la relation d'aide, l'intervention sociale ou éducative. Essayant d'échapper aux positions laïques parfois rigides, le dossier ouvre des pistes de travail qui intéresseront les soignants,  les intervenants sociaux, les enseignants, et probablement chaque croyant.

Lire la suite »

Un colloque sur Jean de Bernières à Caen

Le samedi 13 juin le centre d'études théologiques de Caen organise un colloque à l'occasion du 350ème anniversaire de la mort de Jean de Bernières (1602-1659), mystique de l’abandon et de la quiétude. Ce colloque organisé en collaboration avec Jean-Marie Gourvil, président de la Fraternité orthodoxe de l'Ouest, montrera que la tradition spirituelle commune à l'Orient et l'Occident ne s'est pas interrompue brutalement au XIème siècle.

Lire la suite »

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski