29/05/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe (page 20)

Archives de catégorie : Europe

Souscrire au flux

Le Patriarcat œcuménique a reconnu le métropolite Rostislav, primat de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie

Le problème de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie, dont le primat n’était pas reconnu jusqu’à maintenant par le Patriarcat œcuménique, connaît une heureuse issue. En effet, selon les informations de l’agence grecque Romfea.gr, le problème de la reconnaissance du métropolite Rostislav a été résolu durant les entretiens qui se sont déroulés au Phanar sous la présidence du métropolite doyen de Pergame Jean. Selon lesdites informations, le métropolite Rostislav a demandé pardon au Patriarcat œcuménique pour les déclarations qu’il avait faites, lors d’une réunion de son clergé, contre le Patriarcat et la nation grecque. La demande de pardon a joué un rôle décisif dans le développement positif du problème. Il convient encore de mentionner que la décision implique le rétablissement des relations entre le métropolite Rostislav et le métropolite d’Olomouc Syméon, reconnu jusqu’à présent locum tenens de Tchéquie par le Patriarcat œcuménique.

Source

Condensé des événements principaux dans la vie de l’Église orthodoxe bulgare en 2015

Le début du processus de canonisation de l’archevêque de Bogutchar Séraphim (Sobolev) a été qualifié par les utilisateurs du site bulgare « Dveri Pravoslavia » (« Les portes de l’orthodoxie ») d’événement ecclésiastique le plus important en Bulgarie durant l’année 2015. En deuxième et troisième place selon l’importance des événements ecclésiastiques en Bulgarie viennent les festivités des 1150 années du baptême du peuple bulgare, qui a été commémoré au début du mois de mai et la célébration du 70ème anniversaire de la fin du « schisme bulgare ». Parmi les autres événements marquants figurent la visite officielle de la Bulgarie par le patriarche de Constantinople Bartholomée et la visite à Varna du métropolite de Limassol Athanase, qui est très populaire parmi les fidèles bulgares.

Source

L’Église orthodoxe russe n’a pas reçu de lettre l’avisant du transfert de la synaxe des primats de Constantinople à Genève

L’Église orthodoxe russe n’a reçu aucune lettre officielle du Patriarcat œcuménique au sujet du transfert de la synaxe de Constantinople à Genève. « Nous attendons une lettre officielle » a déclaré au site russe Pravmir le secrétaire pour les relations inter-orthodoxes du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Igor Yakimtchouk. Comme l’annonce l’agence RIA Novosti, la forme de participation de l’Église orthodoxe russe à la synaxe sera décidée après la réception de la lettre du Patriarcat de Constantinople. L’archiprêtre Igor Yakimtchouk a mentionné que, c’est ce qui est le plus probable, les primats des Églises orthodoxes locales pourraient se rencontrer « au centre du Patriarcat de Constantinople, dans la banlieue de Genève, à Chambésy, où se déroulent habituellement ce genre de manifestations ». Il a souligné que, jusqu’à la réception de la lettre officielle sur le lieu du déroulement de la réunion, on ne peut « que faire des suppositions ». Auparavant, l’agence d’information grecque Romfea avait annoncé qu’il était proposé de transférer de Turquie en Suisse la synaxe des primats des Églises orthodoxes.

Source

Célébrations de la Théophanie en Albanie

Malgré de fortes pluies le 6 janvier, les fidèles orthodoxes de toute l’Albanie ont assisté à la sainte liturgie et à la bénédiction des eaux. À Tirana, l’archevêque Anastase a célébré les offices, assisté par les évêques d’Amantia Nathanaël et de Byllis Astius, ainsi que par les prêtres de la capitale. La pluie torrentielle n’a pas empêché les fidèles d’assister à la liturgie, mais a fait obstacle à la célébration de la procession à l’extérieur de l’église.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

L’higoumène Daniel (Irbits), supérieur du monastère Saint-Georges, à 100 km de Berlin, a adressé une lettre au ministre allemand Peter Altmeier pour demander la protection des chrétiens dans les camps de réfugiés en Allemagne

Le supérieur du monastère Saint-Georges (situé à 100 km de Berlin) et membre du Conseil de l’intégration auprès du Chancelier fédéral d’Allemagne, l’higoumène Daniel (Irbits), a adressé une lettre au ministre fédéral pour les attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale d’Allemagne, Peter Altmaier, dans laquelle il a exprimé sa préoccupation au sujet de la situation des réfugiés chrétiens en Allemagne, qui sont exposés à des persécutions de la part des musulmans dans les camps pour migrants. Dans certains cas, la situation est sérieuse à ce point, que les chrétiens veulent revenir chez eux. Le père Daniel a écrit : « Avec grande préoccupation et honte, nous avons appris, ces derniers jours, que les migrants chrétiens de Syrie, Érythrée et d’autres pays sont exposés, dans les camps pour réfugiés, à des outrages, des persécutions et des harcèlements violents de la part de leurs voisins musulmans. Cela concerne aussi la minorité religieuse des yazidis. Les cas ne sont pas rares, lorsque le harcèlement va jusqu’aux blessures et menaces de mort. Ce sont les ex-musulmans convertis au christianisme, qui sont particulièrement exposés. Conformément à la tradition islamique, ceux-ci doivent être châtiés pour avoir apostasié l’islam. Ils sont exposés à une violente pression et craignent pour leur vie, car pour les musulmans radicaux, les « apostats » perdent tout droit à la vie. Pour beaucoup d’entre eux, la possibilité de demeurer la nuit dans les camps pour réfugiés est donc exclue, et ils sont contraints pour cette raison de dormir, par exemple, dans l’église évangélique-luthérienne de la Sainte-Trinité située à la Südendstrasse, dans le quartier de Berlin-Steglitz. Un certain nombre de chrétiens arrivants du Moyen Orient éprouvent des pressions si fortes qu’ils veulent revenir chez eux, parce que leur situation là-bas leur semble un moindre mal, comparée aux conditions dans les sites allemands de réfugiés. Nous considérons cela incompatible avec les buts de la culture allemande et de la politique d’offre d’asile, et il est honteux que de telles conditions prévalent dans l’octroi d’un abri en Allemagne. Les chrétiens recherchent une protection en Allemagne et ce faisant, en partie pour les raisons susmentionnées, ils se sentent ici moins en sûreté que dans les pays d’où ils sont issus. Cela va à l’encontre de la politique allemande à l’égard des réfugiés, laquelle dans une mesure importante comporte des buts nobles et désintéressés. Il ne peut et il ne doit y avoir aucun « rabais » sur le droit en vigueur ici. Qui plus est, l’Allemagne offre aux gens de confession musulmane la liberté religieuse dans les camps pour réfugiés et, il leur est permis notamment de construire des mosquées improvisées là où ils sont réinstallés. En outre, il est inacceptable, de notre point de vue, que les forces de police n’interviennent que rarement, voire jamais, dans la résolution des conflits religieux. Quelles que soient les causes que l’on invoque pour cela, c’est précisément là que les droits fondamentaux dans notre pays ont besoin d’une protection particulière. Il n’y a pas d’alternatives à cela. Aussi, nous vous demandons d’exercer la pression nécessaire pour que soit assurée l’observance de la législation allemande dans les centres pour demandeurs d’asile et, jusqu’à ce que cela soit possible à mettre complètement en place, d’accepter les propositions du clergé des différentes confessions chrétiennes d’Allemagne, et de garantir que les chrétiens soient logés séparément des musulmans. Notre société ne doit pas permettre que des gens qui, en Allemagne, cherchent à être protégés de la guerre et de la terreur, trouvent en réalité, ici, le contraire de ce qui leur était promis par les politiciens allemands. Nous vous en prions, faites le nécessaire pour que la disposition des Allemands à recevoir des réfugiés s’étende aussi aux chrétiens et aux yazidis, sans quoi, dans le cas contraire, la belle parole de « culture d’accueil des réfugiés » peut s’avérer simplement une farce ». Comme l’a raconté l’higoumène Daniel au site russe « Pravmir », il aide lui-même, actuellement, une famille de réfugiés de Damas. Le chef de famille est un Arabe qui a étudié en Russie, son épouse est russe, et ils ont une petite fille. « Ils sont arrivés, il y a environ deux mois en Allemagne. Ils sont chrétiens. On les a transférés de camp en camp, on ne leur donne pas d’argent pour la nourriture, ils sont à trente dans une chambre. Dans le camp où ils sont maintenant, il n’y a que deux familles chrétiennes de Syrie. Aussi, on peut s’imaginer les pressions qui sont exercées sur eux pour des motifs religieux. Il y a beaucoup de camps semblables, et de telles familles ne sont pas rares. Aussi, nous sommes simplement appelés à aider, comme nous le pouvons, de telles familles » a souligné l’higoumène Daniel.

Source

L’higoumène du monastère athonite de Philotheou a envoyé un message de Noël au peuple russe

L’archimandrite Nicodème, higoumène du monastère athonite de Philotheou, a envoyé le message de Noël suivant au peuple russe :

« À la Sainte Montagne, le 10 janvier 2016

« Bien-aimés frères en Christ,

Nous vous souhaitons chaleureusement de passer avec joie et dans l’allégresse spirituelle les fêtes de la Nativité du Christ et de la Théophanie. En outre, nous vous souhaitons une année nouvelle bénie 2016. L’année passée s’est caractérisée, pour toute l’humanité, par l’insécurité croissante, l’augmentation des difficultés dans tous les domaines de la vie publique. Une attaque frontale se déroule contre toutes les valeurs chrétiennes et les nations qui détiennent ces valeurs. Et en cette situation difficile, la Russie est restée en première ligne dans la tentative de résister à cette agression. Nous souhaitons de tout notre cœur que, pendant la nouvelle année 2016, par la grâce du Christ Enfant né dans la crèche et par l’intercession de Sa très-pure Mère et toujours Vierge Marie, vous sortiez vainqueurs dans votre combat personnel avec toutes les tentations, et que votre Patrie remporte la victoire dans le combat avec les ennemis de la vérité et de l’humanité ».

Source

Des pressions seraient exercées sur l’archevêque d’Athènes Jérôme pour participer à la réunion des primats des Églises orthodoxes

Alors que l’archevêque d’Athènes Jérôme avait exprimé le souhait de ne pas participer à la synaxe des primats des Églises orthodoxes, prévue maintenant à Genève, et de se faire représenter par trois métropolites du Saint-Synode de l’Église de Grèce, le Phanar aurait

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

 

C’est à Genève, et non à Constantinople, que devrait se tenir la prochaine synaxe des primats des Églises orthodoxes

genikoSelon les informations de l’agence d’informations Romfea, c’est à Genève, et non  à Constantinople, que devrait finalement se tenir la synaxe des primats des Églises orthodoxes, qui siègera le 21 janvier. Selon les informations recueillies par Romfea, le patriarche œcuménique Bartholomée aurait pris cette décision au dernier moment, afin qu’il n’y ait pas de justifications, de la part des autres Églises locales, pour ne pas participer à cette synaxe, destinée à préparer le saint et grand Concile de l’Église orthodoxe.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source (dont photographie): Romfea

Des inconnus ont tenté de mettre le feu à une église à Belopol (Ukraine)

Des intrus ont tenté de mettre le feu à l’église des Apôtres-Pierre-et-Paul à Belopol (Ukraine). L’incident s’est produit pendant l’office de la veille de la fête de la Nativité du Christ. Deux inconnus, pendant l’office, ont mis le feu aux linges que l’on accroche, selon la tradition ukrainienne, aux icônes. Grâce aux fidèles, le feu a été rapidement localisé, et l’église n’a pas été endommagée. Aucune information n’a été communiquée sur l’incarcération éventuelle des intrus. Comme on le mentionne dans le diocèse, les atteintes criminelles aux églises orthodoxes canoniques se produisent sur un fond d’inaction des autorités ukrainiennes.

Source

Le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque (Église orthodoxe serbe) : « Les sanctions contre la Russie sont une trahison et une honte »

Le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque a qualifié l’adhésion du Monténégro aux sanctions contre la Russie de « trahison et de honte ». C’est ce que le métropolite a déclaré à l’issue de la liturgie à Podgorica, en l’honneur du 30ème anniversaire de son accession au ministère épiscopal. S’adressant au métropolite de Tachkent et d’Asie centrale Vincent, qui représentait l’orthodoxie russe à cette occasion, le métropolite Amphiloque a souligné que sa présence aux solennités mentionnées confirme l’unité de l’Église de Dieu. Le métropolite a demandé de transmettre au patriarche de Moscou Cyrille que le Monténégro reste fidèle à la Russie qui partage la même foi. « Aujourd’hui », a déclaré le métropolite, « un groupe de ‘monténégristes’ qui bâtissent leur vie sur une nouvelle mythologie, on trahi, pour la première fois dans l’histoire, cette unité et cette fidélité. S’étant unis avec les ennemis séculaires de l’Église de Dieu dans ces contrées, et avec ceux contre lesquels a lutté saint Pierre de Cetinje, ils déclarent aujourd’hui la guerre à la Russie en introduisant des sanctions contre ce pays, à leur honte, au déshonneur et à la honte du Monténégro. Mais ce n’est pas là le Monténégro ! Le Monténégro ne peut oublier, effacer et cracher sur le sacrifice du saint martyr Nicolas II qui, à un moment historique décisif, a sacrifié sa couronne, sa propre personne et sa famille impériale pour le salut de la Serbie et du Monténégro, sous le règne du roi du Monténégro Nicolas Ier Petrović. C’est ainsi que ceux qui ont trahi le roi Nicolas, les reliques de saint Pierre de Cetinje, profané les reliques de saint Basile d’Ostrog [allusion aux actes des communistes monténégrins, ndt], renient maintenant le Tsar Nicolas II, le martyr, qui s’est sacrifié pour sauver la Serbie et le Monténégro, pour la justice et libérer des tyrans et des agresseurs au moment de la Première guerre mondiale » a poursuivi le métropolite, qui a conclu : « Transmettez à Sa Sainteté [le patriarche Cyrille] que nous restons là, où nous étions, et le resterons tant que nous serons sur cette terre, et remerciez-le en notre nom et celui du peuple de Dieu pour son amour et son empressement à soutenir cette unité et cette communauté des peuples slaves frères, cette unité et cette communauté bénie de l’Église du Christ ».

Source

Veillée de Noël en la cathédrale orthodoxe de Zagreb, en présence de la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović

L’office festif de Noël en la cathédrale de la Transfiguration à Zagreb, en présence du métropolite de Zagreb et Ljubljana Porphyre, a été célébré par l’archimandrite Daniel Ljubotina, assisté de plusieurs prêtres et moines, devant une assistance nombreuse. Étaient présents à l’office la présidente de la République de Croatie Kolinda Grabar-Kitarović, l’ambassadrice de la République de Serbie à Zagreb Mira Nikolić, le président du Conseil national serbe en Croatie Milorad Pupovac, le recteur de l’Université de Zagreb Damir Borac, le président du Conseil pour les minorités nationales de la République de Croatie Alexandre Tolnauer, les représentants des communautés religieuses, de la société civile et des autorités municipales de Zagreb. Dans son message à l’assistance, le métropolite Porphyre a appelé à la paix, l’amitié et à l’unité, tandis que les nombreux fidèles orthodoxes, pour lesquels la cathédrale était trop petite, remplissaient la place située devant l’édifice, malgré la neige qui tombait. Dans une ambiance de chaleur et de joie spirituelles, ils ont suivi l’office sur des grands écrans placés devant l’église. « Jamais les vœux de Noël et les paroles de paix n’ont résonné avec tant de force et ne se sont répercutés aussi profondément dans les cœurs de tous les hommes, et ont été aussi nécessaires qu’aujourd’hui », a souligné le métropolite, insistant sur le fait que l’on n’a pas besoin d’une profonde sagesse pour s’apercevoir que l’agitation est présente partout autour de nous. Conflits entre États, races différentes qui ne se supportent pas, exclusivité entre partis à l’intérieur de l’État, mais aussi intolérance qui descend jusque dans les cellules fondamentales de chaque société. Le père ne peut plus supporter le fils qui, à son tour, ne peut supporter le père, les frères sont en guerre les uns contre les autres. La nature se venge de l’injustice que nous lui faisons, par une mentalité consommatrice. L’égoïsme de l’individu et du groupe, la ploutocratie, le libéralisme moderne, ne reconnaît pas les besoins intérieurs et la valeur de chaque homme. L’agitation et le mal sembleraient plus forts que Dieu et la paix, mais il n’en est pas ainsi, ce que témoigne ce jour, lorsque le Seigneur vient parmi nous et lorsque la paix de Dieu s’installe parmi nous », a déclaré le métropolite. « Aussi, nous devons comprendre que c’est le temps de la pénitence, le dernier moment pour changer. La frontière qui sépare le bien du mal ne passe pas entre les peuples, les États, les races et les classes, pas même entre les gens, bons et mauvais. La frontière qui sépare le bien du mal passe précisément par le milieu, le centre, le cœur de chaque homme, de chacun de nous, mais ici aussi elle n’est pas arrêtée définitivement et établie pour toujours. Car dans chaque homme, aussi loin qu’il soit allé dans le rejet de Dieu, de lui-même et des autres hommes, aussi profonde que soit sa chute, il reste toujours une cellule de bien, car chaque homme porte le sceau divin, car il est l’icône de Dieu. De même, chez un homme très vertueux, il porte en lui, ne serait-ce qu’un germe de possibilité de faire le mal. Chaque homme est avant tout un être libre. Il est nécessaire de regarder en soi-même, de se recueillir, de se rappeler que nous sommes ici pour un instant seulement et de trouver dans notre cœur le Christ nouveau-né et la paix. Car la paix et la réconciliation qui viennent en tant que conséquence des facteurs politiques, bien que de toutes façons bienvenues et nécessaires, sont aussi limitées, comme nous l’avons souvent vu dans l’histoire et notre vie. La paix imposée dure autant que dure le diktat. C’est ce dont nous a convaincu le communisme. La paix durable est une catégorie spirituelle et ne vient pas de l’extérieur, mais du cœur. Noël nous appelle à construire les fondements d’une telle paix, dans laquelle nous nous placerons sur l’autel et la cathèdre de notre stricte conscience et procéderons à l’examen critique de nous-mêmes à la lumière de la présence du Christ. Lorsque nous nous réconcilierons avec Dieu, nous accueillerons tout ce qui est de Dieu, nous serons en paix avec nous-mêmes, avec notre prochain et avec la nature » a poursuivi le métropolite Porphyre, concluant que nous appartenons au Christ dans la même mesure où nous aimons chaque homme, et rappelant la responsabilité pour la paix et la réconciliation des élites religieuses, culturelles, intellectuelles et politiques. Après l’office a eu lieu la réception de Noël dans les locaux du Musée de l’Église orthodoxe serbe à Zagreb. S’adressant aux invités, la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović a exprimé sa satisfaction d’avoir eu l’occasion d’assister à l’office dans l’église orthodoxe de Zagreb qui, depuis plus d’un siècle s’inscrit dans l’une des plus importantes perspectives de la ville principale de Zagreb et constitue le signe le plus visible de la présence de l’Église orthodoxe serbe. « La tradition orthodoxe dont vous êtes fiers est riche des événements de la veille et du jour de Noël, qui sont l’expression de notre foi chrétienne commune, mais aussi d’une culture particulière que chérit le peuple serbe. Elle mérite le respect et l’estime et nous incite en même temps au développement de l’esprit œcuménique, du dialogue et de l’union pour le bien commun » a déclaré la présidente, ajoutant que Noël est la fête de la dignité humaine et une indication à nous tous sur la façon de se conduire les uns envers les autres. Tous les hommes doivent être une partie de cette joie de la Nativité. Les calendriers peuvent être différents, mais la disposition de joie et de paix, nos solennités ecclésiales et nos réunions familiales sont les mêmes. Le maire de Zagreb Milan Bandić, avec les représentants des autorités municipales a pris part à la réception.

Source

La liturgie de la Nativité à Belgrade

Le patriarche de Serbie Irénée a présidé la Liturgie de la Nativité, le 7 janvier, en la cathédrale Saint-Michel de Belgrade. Parmi les fidèles se trouvaient le président serbe Tomislav Nikolić, le prince Alexandre Karageorgévitch et son épouse la princesse Katarina, Ivica Dačić, premier vice-président du gouvernement, Nikola Selaković, les représentants des autorités de la République et de la municipalité, l’archevêque catholique-romain de Belgrade Stanislav Hočevar et les représentants des Églises et communautés religieuses, les membres du Corps diplomatique, ainsi que des personnalités de la vie culturelle et publique de la capitale. L’office a été retransmis en direct par la Radio-Télévision de Serbie.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la liturgie de la Nativité en la cathédrale du Christ Sauveur

Dans la nuit du 6 au 7 janvier, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la liturgie de la Nativité en la cathédrale du Christ Sauveur dans la capitale russe. L’office a été retransmis en direct sur la première chaîne de la télévision russe (« Rossia 1 »), ainsi que sur la chaîne « Spas » (« Sauveur ») et sur le site officiel de l’Église orthodoxe russe. Avant le début de l’office, le patriarche Cyrille a souhaité, en direct, une bonne fête aux téléspectateurs. Concélébraient avec le patriarche : le métropolite d’Istra Arsène, premier vicaire patriarcal pour la ville de Moscou, l’évêque de Solnetchnogorsk Serge, dirigeant du secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou, l’évêque de Podolsk Tikhon, l’évêque de Yegorievsk Tikhon, secrétaire du conseil patriarcal pour la culture, l’archiprêtre Michel Riazantsev, vice-recteur de la Cathédrale du Christ Sauveur, l’archimandrite Elite (Nozdrine), et encore d’autres clercs de la cathédrale et de Moscou. Parmi les fidèles se trouvait le premier ministre de la Fédération de Russie Dimitri Medvedev. Quant au président Poutine, il a assisté à l’office de la Nativité en l’église de la Protection de la Mère de Dieu dans le village de Tourginovo, dans la région de Tver, où ses parents avaient été baptisés.

Sources : 1 et  2

Bénédiction des eaux au port du Pirée en l’absence du Premier ministre grec Tsipras

Selon l’agence grecque Romfea.gr, « tous les regards étaient tournés vers le premier port du pays [le Pirée], lors de la célébration de cette année de la Théophanie, après la décision du Premier ministre Tsipras de ne pas être présent en raison des déclarations du métropolite du Pirée contre le « pacte de cohabitation » [légalisant les unions homosexuelles et voté récemment par le parlement grec. Le métropolite du Pirée Séraphim avait déclaré entre autres que ce « pacte » était contraire aux principes de la foi orthodoxe et que « l’on voulait créer un nouveau type d’homme qui n’existe pas dans la nature »]. Malgré cela, la fête de la Théophanie a été célébrée solennellement. La liturgie, en la cathédrale métropolitaine de la Sainte-Trinité, était présidée par le métropolite du Pirée Séraphim. Toutefois, pendant la liturgie, le parti « Laïki enotita » (« Unité populaire », dissidence de Syriza, ndt) avec des membres de la communauté homosexuelle ont procédé à un rassemblement de protestation à l’extérieur de la cathédrale. À l’issue de la liturgie a eu lieu la bénédiction des eaux sur le port du Pirée, au cours de laquelle le maire de la ville, Iannis Moralis, a lâché la colombe, selon l’usage.
Source

Pour la première fois dans l’histoire récente, la liturgie de la Nativité est célébrée en la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg

Comme l’annonce le service de presse du monument-musée de la cathédrale Saint-Isaac, l’office sera célébré par l’archiprêtre de l’église, le père Alexis Isaïev. L’office commence à 23h. L’église Saint-Isaac de Dalmatie avait été conçue par Pierre le Grand, dont le jour de naissance coïncidait avec la mémoire de ce saint. Trois églises ont précédé l’édifice actuel, dont le projet a été établi par l’architecte français Auguste Ricard de Montferrand. La construction a été commencée en 1825 et dura presque quarante ans. L’église a été consacrée le 12 juin 1858 en tant que cathédrale de la « capitale du Nord » (Saint-Pétersbourg). Cette cathédrale resta la principale église de Saint-Pétersbourg jusqu’à sa fermeture par les bolcheviques en 1928. Le 12 avril 1931, elle fut transformée en musée antireligieux et, en 1937, elle reçut le statut de monument national. Après une longue interruption, le premier office a eu lieu en 1990. En 2005, le premier accord entre le diocèse de Saint-Pétersbourg et le musée « Cathédrale Saint-Isaac » a été signé en 2005, pour l’utilisation commune de l’édifice. Actuellement, des offices quotidiens ont lieu dans cette cathédrale, dont la nef principale. La vie paroissiale s’y développe, ainsi que des projets missionnaires éducatifs.

Source

La nuit du 25 décembre, la liturgie de Noël a été célébrée selon le nouveau calendrier dans le musée dédié au métropolite Vladimir à Kiev

Musée dédié au métropolite Vladimir auprès de la cathédrale de la Transfiguration à Kiev

La nuit du 25 décembre, la liturgie a été célébrée dans le musée dédié au métropolite Vladimir auprès de la cathédrale de la Transfiguration à Kiev. La liturgie, célébrée avec la bénédiction du métropolite de Peryaslav-Khmelnitsky Alexandre, était présidée par l’archevêque Valéry Kravets, assisté de l’archiprêtre Georges Kovalenko, président du Département culturel de l’Église orthodoxe d’Ukraine, du père Alexis Struve, clerc de l’Exarchat des paroisses de tradition russe en Europe occidentale (Patriarcat de Constantinople), des pères André Doudtchenko et Serge Berejnoï. Avant la liturgie, le père Valéry a lu l’acathiste à St Spiridon de Trimythonte [que l’on célèbre le 25 décembre, selon l’ancien calendrier]. Le chœur, sous la direction d’Alexandre Tarasenko, a chanté pendant la liturgie les hymnes de la Nativité du Christ et de saint Spiridon, ainsi que des « kolyadki » [chansons de Noël populaires]. Les deux Évangiles étaient lus : celui de la Nativité et celui de saint Spiridon. À l’issue de l’office le père Valéry a souhaité que la lumière du Sauveur qui est né apporte la paix à l’Ukraine et au monde entier, à chaque famille et à tous les hommes. Le père Alexis Struve, qui vit et célèbre en France, travaille en tant que consultant auprès de l’ambassade de France en Ukraine, a exprimé ses remerciements pour la joie de la communion eucharistique en cette sainte nuit. « En cette nuit est née une tradition [i.e. de fêter Noël selon le nouveau calendrier, ndt] et s’est a pris forme une idée qui peut aider à tous les chrétiens d’Ukraine à fêter Noël avec les chrétiens du monde », a déclaré le père Georges Kovalenko sur Facebook.

métropolite de Kiev Onuphre, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine

Pour sa part, le métropolite de Kiev Onuphre, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, lors de l’assemblée du clergé du diocèse de Kiev, le 28 décembre, a adressé des remontrances au métropolite Alexandre concernant un certain nombre de ses agissements. De son côté, le métropolite de Borispol et Brovary Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, questionné par un site orthodoxe, le 28 décembre, au sujet de la célébration de Noël selon le nouveau calendrier en tant que mode de rapprochement avec le reste du mode chrétien, a donné la réponse suivante : « C’est déjà devenu une triste tradition, à la veille des fêtes de Noël, que certains commencent ici à agiter le peuple avec de telles idées. Cela est d’autant plus triste et étrange, lorsque ces idées, qui sèment la discorde dans la communauté de l’Église, sont promues par des gens de rang sacerdotal. Ceux qui, en vertu de leur vocation pastorale et de leur responsabilité particulière devant l’Église, doivent préserver saintement la tradition et les règles de celle-ci, son ordo liturgique, veiller à la continuité des traditions et préserver de toutes façons l’unité, la paix et le calme dans la vie interne de l’Église, apportent maintenant la discorde et la mésentente. Au lieu de se soumettre à la raison conciliaire de l’Église, ils se permettent de leur propre chef de changer la structure de vie établie de l’Église, d’abroger les anciens usages et d’en introduire de nouveaux. Un homme qui a reçu le rang sacerdotal, qui a fait le serment d’être en tout obéissant à la hiérarchie, s’accapare soudainement, unilatéralement, le pouvoir qui ne lui appartient pas. Il me semble qu’il y a là non seulement un problème canonique et spirituel, mais aussi psychologique (…) Chaque Église locale a défini pour elle-même son calendrier et les particularités de certaines traditions. Pour notre Église, le système chronologique est fixé selon le calendrier julien. On peut voir aussi en cela un effet particulier de la Providence divine. Le métropolite Antoine (Vadkovsky, +1912) disait : « Le calendrier julien et son application dans la pratique ecclésiale constitue dans tous les cas un ancrage fiable qui retient les orthodoxes contre leur absorption finale par le monde hétérodoxe, il est comme un étendard sous lequel les enfants de l’orthodoxie se rassemblent » (…) Pour ce qui concerne le fait d’atteindre l’unité chrétienne, il s’agit d’ici d’une inversion sournoise des concepts. On nous propose de sacrifier des principes de vie interne de l’Église pour quelques principes humanistes flous. Certaines personnes aiment « surfer » sur ce thème, sans être capables de trouver une langue commune avec leurs propres frères dans la foi, et malgré cela tentent de résoudre des problèmes de portée universelle… Apprenons d’abord l’obéissance à la mère Église, l’humilité et l’amour fraternel, apprenons à placer comme pierre d’angle de notre propre vie et de notre ministère non notre égoïsme et notre jactance, mais le principe de la catholicité et de l’obéissance, puis ensuite, sous une forme recevable, nous soulèverons les question qui ont une importance pour toute l’Église. Or, la compétence pour ces questions ne peut en aucun cas se limiter au « cercle d’initiative paroissiale ».

Sources : 1, 2 et 3

Le patriarche de Bulgarie Néophyte a accueilli des reliques de saint Séraphin de Sarov en la cathédrale Saint-Alexandre-de-la-Neva de Sofia

« À Sofia a eu lieu un événement merveilleux, par lequel Dieu a montré Sa miséricorde envers notre sainte Église orthodoxe bulgare et au peuple bulgare, tandis que l’Église du Christ montre sa catholicité dans la grâce et son unité par l’intermédiaire de l’ascète et saint de Dieu Séraphin de Sarov », selon les termes du communiqué du site officiel de l’Église orthodoxe bulgare. Une fraction des reliques de saint Séraphin a été offerte par l’Église russe, sur la demande formulée par le patriarche Néophyte l’an passé, et amenée à la cathédrale patriarcale de Sofia le 2 janvier par le représentant de l’Église orthodoxe russe à Sofia, l’archimandrite Philippe Vasiltsev. Avant cet office, l’évêque de Velitsa Sionios avait célébré la liturgie en l’église Saint-Nicolas – la représentation de l’Église orthodoxe russe à Sofia – et le patriarche Néophyte avait lu une prière de requiem dans la crypte où reposent les reliques de l’archevêque Séraphin (Sobolev), qui sera prochainement canonisé et qui portait le nom du saint de Sarov. Avant le commencement de l’office d’intercession célébré en la cathédrale de Sofia par le patriarche Néophyte, l’archimandrite Philippe a procédé à une courte allocution, dans laquelle il a exprimé l’espoir que saint Séraphin de Sarov protégera l’Église orthodoxe bulgare et la ville de Sofia, en tant que grand intercesseur auprès de Dieu. L’office d’intercession solennel a saint Séraphin a été célébré par le patriarche Néophyte, assisté de l’évêque de Velitsa Sionios, recteur du monastère de Troyan, de l’évêque de Branitsa Grégoire, vicaire du métropolite de Sofia, de l’archimandrite Gérasime, secrétaire du Saint-Synode, de l’archimandrite Philippe, représentant de l’Église orthodoxe russe à Sofia, des archimandrite Basile et Théophane, de l’archiprêtre André Boïtsov, recteur de l’église russe Saint-Nicolas à Bari, du protodiacre patriarcal Alexandre Nechev et du protodiacre de Sofia Ivan Petkov. Un grand nombre de fidèles assistaient à la cérémonie, auxquels le patriarche Néophyte a adressé cette parole : « Chez les saints de Dieu, la sainteté, la grâce et la puissance de Dieu pénètrent non seulement les âmes, mais aussi les corps. En vénérant les saintes reliques, nous vénérons les temples du Saint Esprit de Dieu (I Cor. 6,19 ; 3,17). Celui-ci vit en eux, accomplit des miracles après leur mort, au moyen de leurs reliques. Ces miracles témoignent de ce que l’honneur rendu par les hommes aux saintes reliques est agréable à Dieu ». L’article du site de l’Église orthodoxe bulgare conclut :« Les merveilleux saints de Dieu nous enseignent une seule et même chose, à savoir préserver la pureté de la sainte orthodoxie, afin de purifier notre vie et la consacrer en totalité au Seigneur, afin d’offrir un témoignage devant les hommes pour qu’ils glorifient Dieu, et pour notre salut ». Des photographies de l’événement sont disponibles ici, ainsi qu’un film vidéo .

Sources : 1 et 2

Communiqué de la réunion annuelle du clergé du diocèse métropolitain du Monténégro et du Littoral au sujet de la vie ecclésiale dans le pays, du Concile panorthodoxe et de l’entrée éventuelle de la République du Monténégro dans l’OTAN

« Avec l’aide de Dieu et la bénédiction de notre archipasteur S.E. l’archevêque de Cetinje et le métropolite Monténégro et du Littoral Amphiloque, nous nous sommes rassemblés à Cetinje pour la réunion annuelle ordinaire de notre diocèse, à l’occasion de laquelle nous envoyons nos vœux à tous les chrétiens orthodoxes, priant le Seigneur Jésus-Christ pour notre salut et celui de tous les fidèles de notre diocèse, de notre Patriarcat local serbe orthodoxe et de tous les hommes qui vivent dans la foi et l’espérance de la vie éternelle ainsi que de leur délivrance du péché et de la mort. Le clergé et l’ordre monastique félicitent sincèrement S.E. le métropolite pour le 30ème anniversaire de son élévation à l’épiscopat et le 25ème anniversaire de son ministère en tant que métropolite du Monténégro. Lors de la sainte Liturgie en l’église de la Nativité de la très sainte Mère de Dieu au monastère de Cetinje, nous avons prié pour la paix et l’unité de l’Église de Dieu, pour la paix et la prospérité dans notre peuple et dans notre pays, nous rappelant également de nos frères chrétiens au Moyen Orient et en Ukraine, qui souffrent de la haine insensée du frère et de Dieu. Ont été examinées de nombreuses questions concernant la foi et la morale chrétiennes, de même que les défis auxquels est confrontée la société monténégrine, tout comme l’humanité entière. Nous rendons grâces à Dieu de ce qu’un grand nombre de fidèles participent assidûment aux offices, ce qui est le fondement de la vie chrétienne. Nous exhortons et appelons tous les fidèles à fréquenter régulièrement les offices divins, car c’est là l’unique signe véritable de notre identité chrétienne et orthodoxe. Le nombre des prêtres, moines et moniales du diocèse a augmenté de plusieurs unités cette année, ce qui nous réjouit, particulièrement lorsque nous nous rappelons du nombre [minime] de prêtres, moines et moniales du diocèse lorsque le métropolite Amphiloque a commencé son œuvre archipastorale au Monténégro. Nous soutenons également l’aide et l’œuvre missionnaires du métropolite Amphiloque en Amérique du Sud, dont celui-ci a parlé dans son allocution introductive, soulignant sa conviction que l’avenir de l’orthodoxie sur le continent latino-américain était radieux, particulièrement si l’Église continue à réaliser sa mission avec plus d’unité et de collaboration panorthodoxes. Le métropolite a formulé ses remerciements pour l’organisation de la fête en l’honneur de son jubilé, mais il a rappelé que nous commémorerons en 2016 le millénaire du martyre de saint Jean Vladimir. Nous appelons, avec le métropolite, tous les fidèles à aider par la prière et les offrandes l’achèvement de l’église Saint-Jean-Vladimir à Bar, dont la dédicace est prévue pour septembre de cette année, avec la participation de notre primat et des autres patriarches orthodoxes. Le métropolite a encore, lors de notre réunion, fait une communication sur « La signification du prochain saint et grand Concile 2016 pour l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique ». Le métropolite, en tant que représentant de notre Église locale, participe activement, depuis des années, comme représentant de notre Église locale, aux préparatifs de ce Concile, et il est au courant de toutes ses activités. Le clergé et l’ordre monastique du diocèse métropolitain soutiennent les représentants de notre Église et toute l’Église orthodoxe locale dans leurs tâches en vue de la convocation du Grand Concile. Nous croyons et nous prions Dieu pour que l’on arrive à la tenue de ce Concile le jour de la Pentecôte de cette année pour témoigner conciliairement du Nom du Christ et réaliser la mission catholique de l’Église de Dieu dans le monde contemporain. Nous avons aussi entendus les rapports des protopresbytres en charge des doyennés épiscopaux qui, eux-aussi, ont confirmé la bonne tenue et le progrès de la vie ecclésiale dans toutes les paroisses de notre diocèse métropolitain. On dénote dans certaines régions, particulièrement dans la capitale Cetinje une tendance à l’émigration, principalement en raison de la mauvaise situation économique. Nous considérons que l’époque actuelle pose de nombreux défis et tentations dans le domaine moral et spirituel à tous les hommes, mais nous savons que l’Église de Dieu dispose des méthodes et des solutions communes à toutes les époques pour la majorité de ces questions. Le principal défi de la société humaine contemporaines concerne la sainteté du mariage et de la famille. Brièvement et pour ce qui concerne le principal, la position de l’Église est que : le mariage est l’union de l’homme et de la femme, et la personnalité humaine est inviolable dès sa conception. Nous croyons fermement qu’il est nécessaire que ces principes constituent une partie immuable de la législation de l’État, ce qui protégerait particulièrement les enfants qui, peut-être, n’ont jamais été autant menacés dans l’histoire du monde qu’aujourd’hui. Par ailleurs, pour ce qui concerne le manque de coopération de l’administration de l’État avec l’Église orthodoxe au sujet de l’adoption de la loi sur la liberté religieuse, il est incompréhensible. Nous soutenons pleinement les mesures prises jusqu’à maintenant par le diocèse et son conseil juridique pour l’adoption de la nouvelle loi conformément aux législations européennes modernes et aux droits humains fondamentaux. Nous exigeons que les représentants du diocèse métropolitain et de nos autres diocèses orthodoxes soient impliqués par les initiateurs de la loi dans le travail d’élaboration du nouveau texte de projet législatif. Nous soulignons particulièrement que le ministère pour les droits de l’homme et des minorités du gouvernement du Monténégro crée littéralement et soutient certaines organisations pseudo-religieuses au Monténégro qui, sans un tel soutien politique et financier n’existeraient pas. Nous pensons ici à la tentative de création « d’une communauté religieuse nationale sous l’appellation d’Église orthodoxe monténégrine » au Monténégro. La répartition des moyens financiers émanant du budget destiné aux Églises et communautés religieuses est opérée par le ministère de façon discriminatoire et non fondée juridiquement. Pour ce qui concerne les défis sociétaux auxquels fait face notre État du Monténégro, il est de notre devoir pastoral et citoyen, devant l’insistance du Monténégro officiel à devenir membre du pacte de l’OTAN, de communiquer au nom de l’Église qui a donné naissance au Monténégro, au nom de la dynastie des Petrović et du Monténégro de la bataille de Mojkovac [victoire, en 1916, de l’armée du Monténégro sur l’armée austro-hongroise, ndt], dont nous commémorons le centenaire, qu’il est indispensable pour une décision aussi fatidique, tout comme cela était le cas pour l’indépendance, qu’elle soit prise par tous les citoyens au moyen d’un référendum libre, et non pas seulement par une équipe gouvernementale intéressée. Nous prions Dieu pour que cette fête de la Nativité du Christ ne devienne pas à nouveau cette année une scène médiatique pour les gens malintentionnés qui manipulent les sentiments religieux des fidèles. Noël doit se passer dans l’amour et la concorde fraternels que notre Seigneur Jésus-Christ a apportés par Son incarnation et Sa résurrection. Que le Seigneur bénisse tous les fidèles de notre Église et tous les gens de bonne volonté et que Dieu accorde à nous toutes bénédictions terrestres et célestes ».

Source

L’archevêque de Zaporojié Luc (Église orthodoxe d’Ukraine) : « Changer la date du jour férié de Noël est une tentative de diviser la société en Ukraine »

L’archevêque de Zaporojié et Melitopol Luc, lors d’une conférence de presse avec les journalistes locaux a exprimé son opinion sur la déclaration du secrétaire du Conseil pour la sécurité et la défense de l’Ukraine, Alexandre Tourtchinov, selon laquelle il faudrait en Ukraine transférer la date du jour férié de Noël du 7 janvier au 25 décembre. Selon l’archevêque, la fête de Noël le 7 janvier est, pour les fidèles orthodoxes, une ancienne tradition, et il n’y a aucun sens pour transférer la fête, soi-disant pour l’intégration européenne. C’est une tentative de diviser la société ukrainienne. « Cette déclaration a provoqué l’indignation dans la société. Il y a une tradition, selon laquelle nous vivons. Si nous transférons la fête, nous perdrons notre tradition sans en trouver une nouvelle. Ces gens s’efforcent de diviser la société. Cette idée ne vient pas de Dieu. Notre Église vit selon son calendrier et nous célébrerons les fêtes selon notre calendrier à l’avenir également. À nouveau, la société est divisée entre les « nôtres » et les « autres », les « noirs » et « les blancs », a fait remarquer l’archevêque. En outre, la semaine dernière, l’archevêque Luc avait appelé le député du parlement ukrainien Irène Gerachtchenko à produire un démenti sur les fausses informations répandues par elle sur l’Église orthodoxe d’Ukraine.

Source

Le projet d’un nouveau catéchisme de l’Église orthodoxe russe sera présenté en février

Le nouveau texte du catéchisme de l’Église orthodoxe russe sera présenté en février lors de l’Assemblée des évêques du Patriarcat de Moscou. À cette occasion seront définis les délais pour l’achèvement des travaux concernant son texte. C’est ce qui a été annoncé par le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président de la commission synodale biblico-théologique. « Lors de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe, qui aura lieu les 2 et 3 février, sera présenté le projet de texte du catéchisme qui a été préparé par la commission synodale biblico-théologique » a déclaré le métropolite, qui a précisé : « L’Assemblée définira la procédure destinée à poursuivre la discussion de ce texte au niveau ecclésial général, elle nommera les rapporteurs et définira les délais d’achèvement des travaux ». Selon une autre source de l’Église orthodoxe russe, citée par l’Agence RIA Novosti, le nouveau texte du catéchisme accordera une attention particulière 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a célébré 210 offices en 2015

Le patriarche de Moscou Cyrille a célébré 210 offices en 2015, présidé 22 ordinations épiscopales, 58 ordinations presbytérales et 2 ordinations diaconales. Le primat a célébré en outre la dédicace de 23 églises et de 15 autres édifices : des chapelles, des poses de première pierre de futures églises, des croix, clochers, monuments et bâtiments. Le site officiel de l’Église orthodoxe russe a publié ici la chronique des offices patriarcaux en 2015.

Source

Liturgie du 1er janvier en la cathédrale patriarcale de Bucarest

Les fêtes du 1er janvier, à savoir la Circoncision du Seigneur et la mémoire de saint Basile le Grand, ainsi que la nouvelle année, ont été commémorées par la divine liturgie patriarcale en la cathédrale de Bucarest. Le patriarche de Roumanie Daniel était assisté par l’évêque de Ploieşti Barlaam et l’évêque de Prahova Timothée ainsi que des clercs de la cathédrale patriarcale. Dans son homélie, le primat de l’Église orthodoxe roumaine a souligné, entre autres, que l’année civile nouvelle nous appelle à sanctifier le temps, à l’utiliser pour nous approcher du Dieu qui est le seul saint et qui est au-dessus du temps, mais qui par Son amour des hommes s’est fait homme et a vécu dans le temps, dans le monde, Lui le Sauveur Jésus-Christ, le roi des siècles. « Le 1er janvier, demandons-nous quel bien nous avons fait l’année passée et quel bien nous ferons dans l’année dans laquelle nous entrons. Il faut réfléchir au passé et prendre, dans ce passé, ce qui a été bon et le continuer dans le présent et l’avenir ; il faut également que nous accomplissions les bonnes œuvres pour la gloire de Dieu et pour notre salut » a conclu le patriarche Daniel. À l’issue de la liturgie, il a été procédé à la lecture, par l’évêque Ploieşti Barlaam, de l’acte synodal annonçant que l’année 2016 sera consacrée à la figure du saint hiérarque Anthyme, métropolite d’Hongro-Valachie.

Source

Cérémonie commémorative des victimes qui ont péri au camp austro-hongrois de Doboj (Bosnie) pendant la Première Guerre mondiale

Le dimanche 27 décembre, l’évêque de Zvornik et Tuzla Chrysostome a célébré la liturgie en l’église-mémorial des saints apôtres Pierre et Paul, à Doboj (Bosnie), assisté de plusieurs prêtres et diacres de la région. L’office était célébré à l’occasion du 100ème anniversaire de l’ouverture du camp de concentration de Doboj, le premier camp de ce type dans l’Europe moderne. De nombreux fidèles étaient rassemblés et ont prié pour le repos de l’âme des martyrs du camp de Doboj.

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Source

Le déficit du budget 2016 du service d’assistance de l’Église orthodoxe russe « Miloserdié » (« Charité ») s’élève à 70 millions de roubles

En raison de la crise économique en Russie, le déficit budgétaire du service orthodoxe d’assistance « Miloserdié » (« Charité ») s’élève, pour 2016, à plus de 70 millions de roubles (0.9 millions d’Euros), dont 53 millions environ sont nécessaires à la réalisation de projets conjoints du monastère Saintes-Marthe-et-Marie et de « Miloserdié », en relation avec la prise en charge d’enfants gravement malades. C’est ce qu’a annoncé aux journalistes le président du département synodal de bienfaisance, le dirigeant de « Miloserdié », l’évêque d’Orekhovo-Zouïevsk Pantéléimon. Il est toutefois prévu que les fonds recueillis dans le cadre de l’émission télévisée « Voix de la Russie » du 25 décembre seront alloués à Miloserdié, qui ne les a pas encore prise en compte. « Nous ne sauvons pas seulement les vies, mais nous aidons à améliorer la qualité de vie des personnes gravement malades et invalides… Le déficit conjoint du monastère Saintes-Marthe-et-Marie et de « Miloserdié » dépasse 53 millions au titre de leurs projets communs. En tout, le déficit budgétaire de Miloserdié pour l’année à venir est de 73,1 millions de roubles » a déclaré l’évêque. Actuellement, le service « Miloserdié », réalise simultanément 25 projets, dont des hospices pour des personnes âgées, le « Foyer pour les mamans » pour les femmes en situation de crise, « l’abri du salut » pour les sans domicile et le foyer Sainte-Sophie pour enfants gravement handicapés. Afin que tous ces services soient assurés, des salariés y sont préposés, dont le nombre est maintenant de 500. Les fonds disponibles sont affectés au payement de ces salaires. 1500 bénévoles collaborent en outre à « Miloserdié ». L’évêque Pantéléimon a proposé que les impôts des citoyens ne soient pas destinés seulement aux projets sociaux de l’État, mais aussi aux autres organisation qui aident les gens, dont les projets de l’Église. Selon l’évêque, ce serait remarquable que l’État russe renonce graduellement à son monopole de l’action sociale et finance les projets les plus réussis et les projets offrant de bonnes perspectives des organisations publiques et religieuses.

Source

Un moine orthodoxe russe a gagné la première place au concours de chant « Voix de la Russie » de la première chaîne de la télévision russe

fotijLe hiéromoine Photios Motchalov (photographie ci-contre), âgé de 30 ans, hiéromoine du monastère Saint-Paphnuce-de-Borovsk, a gagné le prix du concours de chant « Voix de la Russie » de la première chaîne de télévision russe, vendredi dernier. Le hiéromoine a obtenu 76% des votes. Il avait obtenu au préalable la bénédiction de son évêque, le métropolite Clément, pour se présenter au concours. Il vécut avec ses parents en Allemagne dans sa jeunesse, puis devint moine après son retour en Russie, puis chef du chœur de son monastère. La récompense sera offerte à l’association caritative « Miloserdie » de l’Église orthodoxe russe. De son côté, le patriarche de Moscou Cyrille a fait la déclaration suivante : « Je félicite le père Photios pour sa victoire au concours « Voix de la Russie ». Dès son début, cette initiative était fort discutable et même, je voudrais le dire, dangereuse, pour le moine. Parce que la scène et la vocation monastique sont pour ainsi dire incompatibles. Mais en définitive, étonnamment, cette initiative s’est avérée positive et ce, je pense, aussi bien pour le père Photios que pour tous ceux qui l’ont écouté et apprécié. Aussi, en félicitant le père Photios, je voudrais lui souhaiter de garder cette attitude naturelle dans la conduite, la modestie, qui sont propres à la vocation monastique, et d’après laquelle les gens, qu’ils aillent à l’église ou non, définissent l’état spirituel du prêtre. Garde dans ton cœur, ce que je te souhaite à un moment qui n’est pas facile pour toi, qui commence après la victoire au concours. Je te souhaite également de te rappeler que la voie monastique que tu as choisie, selon sa signification et son sens dépasse cette victoire que tu as remportée. Car beaucoup ont voté non pas seulement pour une voix, mais aussi pour une image».

Source (dont vidéo ci-dessous) : Sputniknews

Canonisation du bienheureux Jean « aux pieds nus », au monastère de la Nativité de la Mère de Dieu à Kiev

Bienheureux Jean « aux pieds nus » (Rastorgouïev, + 1849)

bienheureux Jean « aux pieds nus » (Rastorgouïev, + 1849)

Le 29 décembre, le primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Kiev Onuphre a célébré la liturgie au monastère de la Nativité de la Mère de Dieu à Kiev. Concélébraient avec le primat le métropolite de Borispol et Brovary Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine et encore d’autres évêques ainsi que des prêtres. Après la liturgie a eu lieu le dernier office de requiem pour le bienheureux Jean « aux pieds nus », fol en Christ, et le métropolite Antoine a lu ensuite la décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe d’Ukraine du 19 juin 2014 concernant la canonisation locale, au nombre des saints du diocèse de Kiev, du bienheureux Jean « aux pieds nus » (Rastorgouïev, + 1849). La vie du saint nouvellement canonisé a été lue par l’évêque de Fastovo Damien. Le bienheureux Jean « aux pieds nus » est décédé en 1849 à l’âge de 50 ans et avait été enterré au cimetière de Chtchekavitsky. Durant la période athée, les restes du saint ont été transférés dans le carré des « vieux-croyants » de ce cimetière, où elles reposent jusqu’à présent. Avec la bénédiction du métropolite Onuphre, les reliques ne seront pas exhumées. Le bienheureux Jean était connu par ses œuvres de charité et son haut-fait spirituel de fol en Christ. Avec les fonds qu’il avait recueillis auprès de personnes aisées, il avait organisé un foyer pour les invalides, les pauvres et les sans-abris, où il accueillait et nourrissait près de 200 personnes par jour. La règle à laquelle il se tenait était d’arriver à l’office du soir la veille du dimanche sans un seul sou, ayant distribué tout ce dont il disposait. Dans son homélie, le métropolite Onuphre a souligné qu’à notre époque, il était plus facile que jamais d’arriver à la vertu de l’humilité : « Aujourd’hui a commencé une époque pendant laquelle les chrétiens sont humiliés partout. Nous, chrétiens orthodoxes, sommes trompés et calomniés, abaissés et stigmatisés par de tels mots qui n’ont aucun rapport avec nous » a déclaré le primat, qui a conclu : « Le tout est d’apprendre a accepter correctement ces situations que le Seigneur nous envoie. ‘Patiente et rends grâces à Dieu, et tu apprendras ainsi l’humilité et parviendras au salut’. Saint Jean est l’exemple d’un homme qui a aussi enduré la honte, et a souffert d’offenses injustifiées. Aussi, aujourd’hui, nous le glorifions comme un saint de Dieu ».

Source

Des liturgies auront lieu, la nuit du 31 décembre au 1er janvier, dans plus de vingt églises de Moscou

Des liturgies auront lieu, la nuit du 31 décembre au 1er janvier, dans plus de vingt églises de Moscou. Selon les églises, les offices commenceront par les vêpres et matines ou par un office d’intercession pour le nouvel an et seront suivis de la divine liturgie à minuit. Comme il est dit sur le site « Pravoslavnaïa Moskva » (« Moscou orthodoxe ») : « On peut fêter la nouvelle année avec des amis, dans le cercle familial, ou dans la solitude, mais on peut aussi aller à l’église pour l’office nocturne et prier pour sa famille et ses proches, et encore rendre grâces à Dieu pour l’année écoulée avec tous ses événements joyeux et tristes ». À cette occasion, comme pour la fête de Noël selon l’ancien calendrier, à savoir le 7 janvier, le métro de Moscou fermera une heure plus tard, à 2h du matin.

Source

Le patriarche de Serbie Irénée a reçu le président serbe Tomislav Nikolić

Le président et le patriarche ont examiné les problèmes auxquels se trouvent confrontés l’Église orthodoxe serbe et le peuple serbe éprouvé au Kosovo et en Métochie, tout particulièrement dans la perspective à laquelle on peut s’attendre après l’ouverture des négociations au titre du chapitre 35 avec l’Union Européenne [à savoir la normalisation des relations entre Belgrade et Priština ndt]. L’évêque de Bačka Irénée, membre du Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe, assistait à la rencontre.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille se rendra en Grèce et à Cuba en 2016

Le patriarche de Moscou Cyrille devrait se rendre en Grèce et à Cuba en 2016, selon un porte-parole du département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe russe. « Le millénaire de l’anniversaire de la première arrivée de moines russes sur le Mont Athos a une signification particulière pour l’Église orthodoxe russe », a déclaré celui-ci. « Les festivités auront lieu en Russie et sur le Mont Athos. Le patriarche Cyrille est censé présider les solennités, et il fera une visite en Grèce à cette occasion ». Le porte-parole a dit aussi que le patriarche avait reçu à plusieurs reprises des invitations des dirigeants cubains pour visiter ce pays. « Le dirigeant cubain Raoul Castro a été le premier chef d’État étranger à rencontrer le patriarche Cyrille après l’élection de celui-ci au rang patriarcal », a-t-il ajouté. « La visite du patriarche à Cuba en février constituera un pas important sur la voie du renforcement des relations de l’Église orthodoxe russe et des autorités cubaines, ainsi que de celles des peuples des deux pays ». Le patriarche a visité Cuba en 2008, alors qu’il était président du département des relations ecclésiastiques extérieures, mais cette fois, ce sera son premier voyage dans ce pays en tant que patriarche. Celui-ci a des plans pour d’autres voyages à l’étranger, mais les détails seront définis ultérieurement, selon le porte-parole.

Source

L’archiprêtre Vsevolod Tchapline a expliqué son congédiement par des désaccords avec le patriarche Cyrille

L’archiprêtre Vsevolod Tchapline qui a quitté, jeudi dernier, son poste de chef du département synodal pour les relations entre l’Église et la société et ce suite à la décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, explique son congédiement par des désaccords avec le patriarche Cyrille. « Depuis des années, je m’efforce de dire à Sa Sainteté le patriarche que le ton des relations avec l’État, adopté toujours plus par l’Église, est faux, et qu’il nous faut agir d’une façon plus critique à l’égard des actes immoraux et injustes du pouvoir, qu’il nous faut parler plus directement avec la société, et qu’en aucun cas il ne faut être servile devant des structures qui défient aussi ouvertement l’Orthodoxie, comme le pouvoir actuel ukrainien. Il nous faut parler prophétiquement, ne pas chaque fois avoir en vue ce qu’on en pensera et ce qu’on en dira, et ne pas avoir peur de se quereller avec les puissants de ce monde », a déclaré le père Vsevolod au correspondant d’Interfax-religion. Le deuxième domaine de son désaccord de fond avec le patriarche Cyrille est l’administration ecclésiastique actuelle. « Beaucoup de décisions sont prises de façon non systématique, sans consultations avec les institutions synodales concernées, dans le couloir, à la hâte. On ne peut agir ainsi. Un système qui fonctionne de cette façon commettra immanquablement des fautes », c’est là la conviction du père Vsevolod, qui ajoute qu’il avait exprimé à de nombreuses reprises des mises en garde à ce sujet, sans être écouté. « Je suis convaincu que l’administration ecclésiastique, tout comme le ton de la position de l’Église doivent être réformés. Si l’on parle de l’efficacité de l’une ou l’autre de ces structures, il faut avant tout prêter attention à la quantité énorme de « valets » qui entourent Sa Sainteté, et au personnel qui a été formé sans aucune discussion », a poursuivi l’archiprêtre. Comme cela a été communiqué, le Saint-Synode a institué jeudi dernier le Département pour les relations entre l’Église, la société et les médias, par la fusion des Départements de l’information et de celui des relations de l’Église et de la société. Une telle décision a été prise « dans le but d’optimiser le travail et d’en améliorer l’efficacité, ainsi que d’éliminer les processus parallèles dans l’activité des institutions synodales ». La nouvelle structure est présidée par le dirigeant du département de l’information, Vladimir Legoïda. « Je n’ai jamais tenu à ce poste. Je considère que le volume de travail, qui a été réalisé très efficacement dans le département créé et dirigé par moi, a été sans précédent dans notre Église. Je suis heureux de prendre une bouffée d’air frais et d’avoir, je l’espère, une certaine quantité de temps libre » a avoué le père Vsevolod. Il s’est qualifié « d’homme libre », qui a maintenant beaucoup plus de liberté. « Personne ne pourra m’enlever ma place, ma voix, mon droit de débattre avec qui que ce soit, qu’il s’agisse du patriarche, de hauts fonctionnaires de l’État ou des autorités médiatiques ou publiques. Je le ferai maintenant de toute ma voix », promet l’archiprêtre. Au sujet de sa fonction de recteur de l’église Saint-Nicolas aux « Trois montagnes » à Moscou, le père Vsevolod a répondu que, jusqu’à présent, il n’en avait pas été déchargé jusqu’à présent. « Mais je ne tiens à rien, et je n’attends rien », a-t-il précisé. Concernant ses perspectives dans l’Église, le père Vsevolod a déclaré qu’il lui avait été donné ce matin « de vagues promesses de future nomination », mais ils les considère « malicieuses et destinées à désamorcer la situation ». « Cependant, dans cette situation, il vaut mieux de dire la vérité, que d’attendre indéfiniment quelque chose de bien » a-t-il conclu.

Source

L’association caritative « Apostoli » de l’Église orthodoxe de Grèce a distribué jusqu’à maintenant 18,6 millions de portions alimentaires

Dans le cadre du programme « L’Église dans les rues » réalisé par l’archevêché d’Athènes et l’association caritative Apostoli, 10.000 portions alimentaires sont distribuées quotidiennement par 78 centres paroissiaux d’Athènes. Chaque jour, sans interruption, depuis cinq ans, l’archevêché d’Athènes nourrit des milliers de personnes. Depuis le début de cette initiative, 18,6 millions de portions alimentaires ont été distribuées, mettant en pratique les paroles de l’archevêque d’Athènes Jérôme « Qu’il n’y ait pas une seule personne sans nourriture ». Le directeur général de l’association Apostoli, M. Constantin Dmitsas a déclaré : « Les 18.650.000 portions de nourriture sont encore un élément statistique qui quantifie l’étendue de la crise que nous vivons ces dernières années ».
Source

Réunion du Saint Synode de l’Église orthodoxe russe du 24 décembre 2015

Durant sa réunion du 24 décembre 2015, le Saint Synode de l’Église orthodoxe russe a pris plusieurs décisions concernant sa politique extérieure.

Le Patriarche Cyrille a fait le bilan des célébrations du millénaire du trépas de saint Vladimir. Des cérémonies avaient réuni à Moscou du 26 au 28 juillet des dizaines d’hiérarques de l’Église orthodoxe russe, ainsi que de nombreuses délégations des Églises orthodoxes locales. Le millénaire de la naissance au ciel de saint Vladimir a également été fêté aux États-Unis, en Pologne, au Kazakhstan, où s’est déroulée une conférence scientifique, en Ukraine, en Biélorussie et dans les diocèses de l’Église orthodoxe russe.

Les membres du Synode ont ensuite entendu le rapport du métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, sur les réunions de la Commission interorthodoxe spéciale, fondée à l’initiative du Patriarche Bartholomée de Constantinople avec l’accord des Primats des Églises orthodoxes locales, afin d’élaborer un projet de Règlement des travaux du Concile panorthodoxe.

A la bénédiction de Sa Sainteté le Patriache Cyrille de Moscou et de toute la Russie, le métropolite Hilarion a présidé une délégation de l’Église orthodoxe russe afin de participer à la réunion de la Commission interorthodoxe spéciale à Athènes, du 16 au 18 décembre. Au 3e jour de la réunion, les travaux ont été interrompus, aucun consensus n’ayant pu être atteint.

Le Saint Synode de l’Église orthodoxe russe a approuvé la position de la délégation de l’Église orthodoxe russe à la réunion de la Commission interorthodoxe spéciale, et constaté que les discussions autour du Règlement du Concile panorthodoxe achoppaient à des difficultés qu’il n’a pas été possible de surmonter. Le Synode s’est dit préoccupé du fait que dans leur correspondance, les Primats des Églises orthodoxes de Constantinople et de Russie ne sont pas parvenus à trouver un accord sur plusieurs questions importantes relatives à la préparation du Concile panorthodoxe.

Pendant sa réunion du 22 octobre 2015 (procès-verbal n°71), le Saint Synode avait confié à la Commission synodale biblique et théologique l’examen du projet de document sur le Règlement, en tenant compte des discussions ayant eu lieu lors de la V Conférence préconciliaire panorthodoxe. La Commission devait présenter ses conclusions à la prochaine séance du Saint Synode.

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et de président de la Commission synodale biblique et théologique a également communiqué les résultats de l’examen du document « La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain », étudié pendant la V Conférence préconciliaire panorthodoxe, qui a eu lieu du 10 au 17 octobre 2015 à Chambésy (Suisse). Il a aussi présenté les propositions de la Commission synodale biblique et théologique pour perfectionner ce document.

Pendant sa séance du 24 décembre, le Synode a déclaré approuver les propositions de la Commission synodale biblique et théologique pour le document « La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain ». Pour le Synode, le consensus sur les points litigieux du document est une condition nécessaire à son approbation préalable dans le cadre de la préparation au Concile panorthodoxe.

Le Saint Synode a ensuite entendu un rapport sur la réunion à Sofia de la Commission mixte des Églises orthodoxes russe et bulgare sur la canonisation de l’archevêque Séraphin (Sobolev), qui s’est tenue les 3 et 4 décembre 2015. Il a été décidé de poser la question de la canonisation de l’archevêque Séraphin (Sobolev) lors du prochain Concile épiscopal de l’Église orthodoxe russe.

Ce Concile aura lieu à Moscou les 2-3 février 2016.

Le Synode a également nommé le métropolite Hilarion de Volokolamsk représentant de l’Église orthodoxe russe au Conseil interreligieux de Russie.

Ensuite, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille a présenté un rapport sur le V Congrès mondial des expatriés russes, auquel ont participé 400 personnes venues de près de 100 pays. Le Patriarche Cyrille a assisté le 5 novembre à l’inauguration du forum. Plusieurs hiérarques et clercs de l’Église orthodoxe russe accomplissant leur ministère à l’étranger y participaient. Le forum s’est intéressé à la préservation de l’espace spirituel de la Rus’ historique, au soutien et à la défense des droits et des intérêts des expatriés, à la consolidation de leurs liens avec la Patrie.

Le Synode considère comme important de poursuivre la collaboration de l’Église orthodoxe russe avec les États auxquels s’étend sa juridiction canonique afin de renforcer les liens spirituels et culturels avec la diaspora.

Enfin, les membres du Synode ont décidé de changer la dénomination du Séminaire orthodoxe de Paris, fondé en 2008. Depuis sa fondation, le fonctionnement de cet établissement, où les étudiants sont logés, suivis spirituels et suivent quelques cours, tout en poursuivant leurs études dans d’autres établissements d’enseignement français, diffère essentiellement de celui des séminaires de l’Église orthodoxe russe. Suivant les résultats de l’inspection du séminaire de Paris, le Comité pédagogique a proposé de renommer cet établissement, qui devient Centre de formation spirituel Sainte-Geneviève au diocèse de Chersonèse, tout en conservant le droit d’utiliser le terme de « séminaire » sur le territoire français et dans les pays où ce terme peut être appliqué aux établissements de ce type.

La nouvelle paroisse Saint-Séraphin, à Mongeron (France) est incorporée au diocèse de Chersonèse. A sa demande, l’archiprêtre Igor Vyjanov, recteur de l’église Saint-André de Naples est libéré de ses fonctions en Italie et se met à la disposition du Patriarche de Moscou et de toute la Russie.

Source

Les restes supposés des saints martyrs de la famille impériale de Russie confiés provisoirement à la garde de l’Église

Avec la bénédiction du patriarche de Moscou Cyrille, les restes supposés du tsarévitch Alexis et de la grande duchesse Marie Romanov se trouveront, durant l’enquête sur leur authenticité, sous la garde de l’Église. Des enquêtes complexes complémentaires vont être accomplies, dans le domaine historique et des archives, ainsi que des expertises anthropologiques et génétiques.

Source

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe a créé un département pour les relations de l’Église avec la société et les médias

Par décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, un département synodal pour les relations de l’Église avec la société et les médias a été créé et ce dans le but d’optimiser le travail et d’en améliorer l’efficacité, ainsi que d’éliminer les processus parallèles dans l’activité des institutions synodales. Le nouveau département est formé par la fusion du département de l’information et de celui des relations entre l’Église et la société. Une partie des fonctions des institutions mentionnées est transmise au département des relations ecclésiastiques extérieures et au service de presse du Patriarche de Moscou et de toute la Russie. Le Saint-Synode a déchargé l’archiprêtre Vsevolod Tchapline de sa fonction de président du département des relations entre l’Église et la société, lui exprimant sa reconnaissance pour sa participation, durant de nombreuses années, au dialogue avec les autorités concernant le développement de la législation sur les organisations religieuses, ainsi que pour sa participation aux travaux du Conseil inter-religieux de Russie. M. V. Legoïda est nommé président du département pour les relations de l’Église avec la société et les médias. Quant au métropolite de Volokolamsk Hilarion, il est nommé représentant de l’Église auprès du Conseil inter-religieux de Russie.

Source

Le patriarche de Serbie condamne les agissements des schismatiques en Ukraine

Le patriarche de Serbie Irénée a adressé des lettres au patriarche de Moscou Cyrille et au métropolite de Kiev Onuphre, dans lesquelles il a exprimé son soutien aux fidèles de l’Église orthodoxe canonique d’Ukraine et a condamné les schismatiques du soi-disant « Patriarcat de Kiev » : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits », est-il dit dans la Sainte Écriture (Matth. 7,16). Le mal peut se déguiser avec les vêtements de la foi, de la lumière et de la vérité, mais ses fruits : le mensonge, la division et la haine envers le prochain le dénoncent immanquablement. Les schismatiques du soi-disant « Patriarcat de Kiev » sont rejetés depuis longtemps par les Églises orthodoxes et ne sont orthodoxes que de nom. Tant leur mépris des normes de la morale chrétienne, que leur empressement à haïr, mentir et verser le sang, en témoignent », a souligné dans sa lettre le primat de l’Église orthodoxe serbe. Celui-ci a rappelé que les orthodoxes serbes prient pour le clergé et les fidèles éprouvés de la paroisse de la Dormition du village de Ptitchia dans la région de Rovno. « Nous élevons nos prières pour ceux qui sont devenus les victimes des violences et des abus flagrants dans ce village ; des membres du clergé qui ont été battus pour le nom du Christ et pour nos malheureux confrères qui déjà depuis plusieurs jours souffrent de la faim et de la soif dans leur propre église, à qui on ne permet pas même l’aide médicale nécessaire. Que le Seigneur leur donne la force de confesser le Christ et de passer avec courage toutes les épreuves qu’ils endurent pour Lui », est-il dit dans le message au métropolite Onuphre. « C’est une inquiétude non moindre que provoque la récente tentative d’enlever la laure des Grottes de Kiev à l’Église canonique. Pour le monde orthodoxe entier, les laures de Kiev et de Potchaïev sont de très grands lieux saints, et nous avons appris avec indignation l’intention [de l’État ukrainien, ndt] de les transmettre aux schismatiques, qui ne sont reconnus par aucune des saintes Églises orthodoxes » a poursuivi le primat de l’Église orthodoxe serbe. « Nous prions pour que le Seigneur renforce la sainte Église orthodoxe d’Ukraine dans son haut-fait de confession du Christ et qu’Il accorde les forces pour s’opposer à la violence et la haine, par l’amour et la longanimité en Christ ! » a conclu le patriarche Irénée.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille s’est exprimé au sujet des craintes des fidèles concernant le Concile panorthodoxe

La perspective du déroulement du Concile panorthodoxe en 2016 provoque des sentiments de préoccupation chez beaucoup de fidèles de l’Église orthodoxe russe. Cette préoccupation et a un « côté à la fois positif et négatif », a déclaré le patriarche de Moscou Cyrille le 21 décembre, à l’occasion de la réunion diocésaine du clergé de Moscou. « D’une part, c’est une bonne chose que notre peuple ne soit pas indifférent envers les questions de la foi et de l’héritage des Pères. 

Vous devez vous connecter en cliquant sur Login pour accéder à l'intégralité de l'article.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rendu visite à l’archevêque d’Athènes Jérôme

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rendu visite à l’archevêque d’Athènes Jérôme, dans le cadre de ses rencontres officielles en Grèce. Il a demandé à l’archevêque ses prières pour la paix en Palestine, car « tous les croyants ont besoin de la paix », a-t-il affirmé. À son tour, l’archevêque a déclaré : « Notre pensée est là-bas, non seulement en ces jours, mais toujours. Nous suivons avec anxiété les difficultés des gens qui y vivent et luttent pour leurs droits ». L’archevêque a offert à son hôte un album avec les monuments de Grèce, et lui a dit : « Lorsque vous le feuilletez, souvenez-vous de la Grèce, comme nous nous souvenons de votre patrie, car là-bas sont nos racines, là où est né le Roi de la Paix, Jésus-Christ ». De son côté, le président de l’Autorité palestinienne a offert à l’archevêque un tableau représentant la basilique de la Résurrection à Jérusalem avec le Saint Sépulcre, ainsi qu’un album avec des photos de Bethléem, « en marque d’estime et de respect », comme il l’a déclaré. À la rencontre étaient présents le ministre des Affaires étrangères de Palestine, l’ambassadeur et consul de Palestine en Grèce et l’ambassadeur de Palestine au Liban. La partie grecque était représentée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Ioannis Amanatidis.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille s’est indigné de la tentative du « Patriarcat de Kiev » de s’emparer de l’église du village de Ptitchya, dans la région de Rovno en Ukraine

Le patriarche de Moscou Cyrille a exprimé son indignation au sujet de la tentative du « Patriarcat de Kiev » de s’emparer de l’église du village de Ptitchya, dans la région de Rovno en Ukraine. Ledit édifice appartient à l’Église orthodoxe d’Ukraine. « Ils [les schismatiques, ndt] voulaient s’emparer de l’église, mais un petit groupe de fidèles et deux clercs [de l’Église canonique, ndt] ont réussi à pénétrer dans l’édifice sans être remarqués et se sont enfermés à l’intérieur. Que s’est-il produit ensuite ? On a coupé l’eau, la lumière et le chauffage. Et aujourd’hui, ces gens restent à l’intérieur de l’église. L’un d’entre eux a réussi à téléphoner grâce à un portable, et nous avons été mis au courant de ce cauchemar », a déclaré le patriarche, lors de la réunion diocésaine du clergé de Moscou. « Il fait si froid dans l’église qu’ils restent assis dos-à-dos afin de se réchauffer. Il n’y a ni nourriture, ni eau. Et tout cela se déroule dans le centre de l’Europe » a ajouté le primat, qui a précisé que les tentatives de s’emparer de l’église sont entreprises par des gens qui soi-disant aspirent à l’unité de l’Ukraine et « proclament l’idée de collégialité comme leur slogan ». « De quelle collégialité s’agit-il, lorsque les gens sont divisés par une telle méchanceté, une telle haine, une telle violence » s’est exclamé le patriarche. « Notre peuple et notre Église en Ukraine passent par un moment difficile de leur histoire. Aussi, prions pour que le Seigneur montre Sa miséricorde, guérisse ces terribles plaies et aide notre Église à garder son unité, et aide également le peuple d’Ukraine » a-t-il conclu. Le 18 décembre, les représentants du « Patriarcat de Kiev » et du parti ukrainien « Pravy Sektor » ont empêché les fidèles à entrer dans leur église. Des pétards, des barres de fer, des cocktails Molotov ont été jetés sur les fidèles, et des menaces ont été proférées, selon lesquelles des saisies massives d’églises orthodoxes seraient accomplies dans la région de Rovno. Selon les informations diffusées par l’Église orthodoxe d’Ukraine, la police n’a pas réagi. En outre, dans la nuit du 20 décembre, des fenêtres des maisons appartenant aux fidèles de l’Église d’Ukraine ont été brisées, les pneus de leurs voitures ont été crevés, et on a tiré avec des carabines à air comprimé sur les vitres de leurs habitations. Auparavant, le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie avait demandé à l’ONU, à l’OSCE, au Conseil de l’Europe ainsi qu’aux organisations internationales de défense des droits de l’homme d’intervenir.

Source

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski