24/09/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Europe (page 20)

Archives de catégorie : Europe

Souscrire au flux

L’Église orthodoxe de Bulgarie demande le report du Concile panorthodoxe

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Bulgarie a pris, en date du 1er juin, la décision suivante concernant sa participation au Concile panorthodoxe, publiée sur le site officiel de l’Église orthodoxe de Bulgarie :

« Lors de sa session de ce jour, faisant l’objet du protocole № 12 du 1.06.2016, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Bulgarie, siégeant au complet, a procédé à une discussion approfondie concernant les questions liées à la convocation du grand et saint Concile de l’Église orthodoxe qui se tiendra du 16 au 26 juin 2016 sur l’île de Crète.

Au vu des considérations et motifs suivants :

1) De l’absence de l’ordre du jour du Concile panorthodoxe de thèmes particulièrement importants pour la sainte orthodoxie, revêtant une importance actuelle et nécessitant une décision commune panorthodoxe en temps opportun

2) Des désaccords qui ont surgi et qui ont été déclarés officiellement par des Églises orthodoxes locales concernant des textes conciliaires déjà approuvés.

3) De l’impossibilité, selon le règlement déjà adopté du déroulement du saint et grand Concile de l’Église orthodoxe, de rédiger des textes au cours des travaux du Concile

4) De la place occupée dans la salle par les primats des Églises orthodoxes locales qui, telle qu’elle est proposée et prévue, transgresse le principe d’égalité des primats des Églises orthodoxes autocéphales

5) De l’emplacement des observateurs et hôtes du Concile, qui ne convient pas

6) De la nécessité de procéder à des dépenses importantes et injustifiées en cas de participation de l’Église orthodoxe de Bulgarie au Concile

Le Saint-Synode a décidé à l’unanimité, après avoir voté :

1. D’insister afin que le saint et grand Concile de l’Église orthodoxe du 16 au 26 juin de cette année soit reporté afin que la préparation à celui-ci soit prolongée
2. Dans le cas contraire, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe bulgare déclare sa décision catégorique de ne pas participer aux travaux du grand et saint Concile de l’Église orthodoxe planifiés pour le 16-26 juin de cette année.

Source

Communiqué de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe

L’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe s’est réunie en session ordinaire du 14 au 25 mai  et a publié le communiqué suivant au sujet de ses travaux :
« La session ordinaire de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a commencé au monastère du Patriarcat de Peć par la concélébration de la sainte Liturgie épiscopale et l’invocation du Saint Esprit, puis a continué à Prizren par la célébration de la dédicace du bâtiment du séminaire théologique, qui a été reconstruit. Ensuite, les sessions ordinaires de l’Assemblée ont été tenues dans les locaux du Patriarcat, à Belgrade, sous la présidence de S.S. le patriarche de Serbie Irénée. Tous les évêques diocésains de l’Église orthodoxe serbe ont participé aux travaux de l’Assemblée, à l’exception de l’évêque de Šabac Laurent, qui n’est pas venu pour des raisons justifiées. Le thème le plus important de la session de l’Assemblée était, cette année, la préparation de la participation de l’Église orthodoxe serbe au Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe, convoqué pour le mois de juin de cette année sur l’île de Crète. En ce qui concerne celui-ci, l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a adopté le texte qui exprime sa position de principe relative à toutes les questions essentielles qui seront débattues et décidées lors du Grand Concile. Une autre décision importante de l’Assemblée est de commencer en temps utile, à avoir aussitôt que possible – les préparatifs de la célébration du 800ème anniversaire de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe serbe (1219-2019), en collaboration avec les autorités de Serbie et de la République serbe de Bosnie et avec toutes les institutions scientifiques et culturelles concernées du peuple serbe. Simultanément, l’Assemblée a pris connaissance avec satisfaction du rapport du métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque au sujet du déroulement réussi des préparatifs en vue du millénaire du martyre du roi Jean-Vladimir, roi de Serbie, qui se tiendra en septembre de cette année à Bar et auquel, outre le Patriarche et les évêques de l’Église orthodoxe serbe, seront invités les primats de toutes les Églises orthodoxes ou, le cas échéant, de leurs délégations à haut niveau. À cette occasion est institué l’ordre du saint roi Jean-Vladimir, qui sera décerné aux confesseurs de la foi et de ceux qui ont souffert pour celle-ci. Comme chaque année, l’Assemblée a examiné les questions de l’éducation ecclésiale, ainsi que la mission interne et externe de l’Église. L’archiprêtre Gojko Perović, jusqu’à présent recteur intérimaire du séminaire Saint-Pierre-de-Cetinje à Cetinje, est élu recteur titulaire de celui-ci. Le statut de bibliothèque centrale sur tout le territoire de l’Église orthodoxe serbe est accordé à la Bibliothèque patriarcale de Belgrade. En outre, on constate avec tristesse que, ici et là, il y a des écoles dans lesquels le cours de religion est illégalement discriminé, bien que le tableau général dans ce domaine soit fort satisfaisant. Il est également constaté que les relations de l’Église orthodoxe serbe avec les Églises orthodoxes sœurs sont particulièrement bonnes, tout-à-fait dans l’esprit de la catholicité et de l’unité de l’Église, hormis une triste exception – celle des relations avec le Patriarcat de Roumanie, dont les évêques et les prêtres, depuis plusieurs années déjà, accomplissent des incursions, de façon non canonique et non fraternelle, sur le territoire juridictionnel de l’Église orthodoxe serbe en Serbie orientale, particulièrement dans la région de Timok. Après de nombreux messages et appels, malheureusement sans succès jusqu’à présent, l’Assemblée a appelé à nouveau l’Église roumaine à mettre un terme à cette pratique destructrice de l’Église ; dans le cas contraire, le problème sera porté devant le Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe. Dans la mesure où, après le Concile, une telle activité anti-canonique serait poursuivie, l’Église orthodoxe serbe – avec une sincère douleur, mais par amour pour l’Église – sera contrainte de cesser la communion liturgique et canonique avec l’Église orthodoxe roumaine. Les relations avec les autres Églises et communautés chrétiennes, de même qu’avec la communauté juive et la communauté islamique de Serbie, sont traditionnellement bonnes et correctes, ce qui, malheureusement, ne peut être dit au sujet des cercles extrémistes dans l’Église catholique-romaine en Croatie ainsi qu’en Bosnie et en Herzégovine. Il en est de même des relations avec des cercles similaires dans la communauté islamique de Bosnie et de Herzégovine, ainsi que dans la communauté islamique en Serbie. Les relations de l’Église et de l’État en Serbie se développent dans la bonne volonté et la collaboration, dans les conditions de séparation de l’Église et de l’État. Le soutien de la Direction pour la collaboration avec les Églises et les communautés religieuses auprès du Ministère de la justice est particulièrement important, tant pour l’Église orthodoxe serbe que pour toutes les autres Églises et communautés religieuses traditionnelles. L’Assemblée attend que soit rendu à cet organisme le statut de Ministère des religions. Il est constaté que l’aumônerie de l’Armée de Serbie, ainsi que des forces armées de Bosnie et de Herzégovine, va en se développant. Il y a, malheureusement, des problèmes et des questions non résolues. C’est ainsi que l’Assemblée attend que le processus de restitution des propriétés ecclésiastiques en Serbie injustement confisquées, soit accéléré et complètement achevé. L’Assemblée appelle à nouveau les organes compétents de l’État en Serbie à rendre à l’Église les livres métriques, qui lui ont été enlevés en 1946, soi-disant pour être recopiés. De même, l’Assemblée, pour la énième fois, réaffirme sa position au sujet des restes du grand homme serbe et mondial, Nicolas Tesla, lesquels ne sauraient être un objet d’exposition, mais doivent être dignement inhumés à un endroit convenable près de l’église Saint-Sava de Belgrade, de même que Vuk Karađić et Dosithée Obradović sont inhumés devant la cathédrale de Belgrade. Les membres de l’Assemblée ont constaté que la situation de l’Église orthodoxe serbe dans la région serbe du Sud [le Kosovo, ndt] continue à être particulièrement difficile, bien qu’il y ait des signes d’espoir et des raisons d’être optimiste, tels que le fonctionnement sans entrave du séminaire de Prizren et la reconnaissance des droits de propriété du monastère de Dečani [par la Cour constitutionnelle du Kosovo, ndt]. La situation dans cette région est, malheureusement, chargée de difficultés et de souffrances ; en Croatie, des chauvinistes d’inspiration oustachie se répandent en diatribes contre l’Église orthodoxe et le peuple serbes ; dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine, les pressions, voire la discrimination ouverte, sont constantes ; au Monténégro, une loi est en préparation qui non seulement ne reconnaît pas un statut et une identité à l’Église, mais menace celle-ci d’une persécution ouverte, tandis que les autorités du pays déclare l’Église orthodoxe serbe « ennemi numéro 1 » de l’État, apparemment dans l’esprit de sa « détermination démocratique et euro-atlantique » ; en République de Macédoine continuent encore les procès montés contre l’archevêque Jean et l’archevêché d’Ohrid. L’Assemblée a, naturellement, exprimé sa solidarité avec tous les chrétiens, orthodoxes et hétérodoxes, et aussi avec les musulmans, qui souffrent et meurent au Moyen-Orient. De même, l’Assemblée souhaite, dans la prière, la cessation, le plus rapidement possible, de l’affrontement entre frères de même foi et de même sang en Ukraine. Une session commune de l’Assemblée des évêques et du Conseil central pour la construction de l’église-mémorial Saint-Sava de Belgrade a eu lieu et le rapport sur les travaux effectués jusqu’ici pour l’aménagement intérieur de l’édifice a été accepté. Les rapports suivants ont été écoutés et approuvés : ceux du Saint-Synode, du Conseil administratif patriarcal, du Grand tribunal ecclésiastique, de la Fondation caritative « Čovekoljublje », de l’agence de pèlerinages « Dobročinstvo », et d’autres organismes et institutions ecclésiales, de même que les rapports de leurs Éminences les évêques portant sur leur activité pendant la période écoulée. La compétence du Comité concernant Jasenovac [camp de concentration oustachi, ndt] a été étendue à toutes les victimes appartenant à l’Église et au peuple serbes pendant la seconde guerre mondiale. Sur la base de la quasi-totalité des diocèses, il est établi avec regret que la « peste blanche » [les avortements, ndt], qui constitue un péché et un suicide national différé, sévit toujours plus dans le peuple serbe. Aussi, l’Assemblée appelle son peuple fidèle à la pénitence et à revenir à la raison. Le rapport détaillé sur l’incendie qui s’est produit dans l’église Saint-Sava au centre de New York a été écouté avec tristesse. Milivoje Novaković, ex-hiéromoine Maxime, qui a été réduit à l’état laïc, pseudo « chorévêque de Novobrdo et de Panonie », [appartenant au groupe de l’ex-évêque] Artème, est exclu de la communion ecclésiale. L’évêque Mitrophane, jusqu’à maintenant évêque d’Amérique de l’Est, est élu évêque du diocèse vacant du Canada ; l’évêque Irénée, jusqu’à maintenant évêque d’Australie et de Nouvelle Zélande, est élu évêque d’Amérique orientale ; le protosyncelle Silouane (Mrakić), du monastère de Pustinja (diocèse de Valjevo) est élu évêque d’Australie et de Nouvelle Zélande. L’archimandrite Cyrille (Bojović), momentanément au service du diocèse de Buenos Aires et d’Amérique du Sud et Centrale, est élu évêque-vicaire, avec le titre de Dioclée, dans le diocèse du Monténégro et du Littoral. L’évêque Jean, jusqu’à présent évêque de Niš, a été relevé de ses fonctions sur sa demande. L’évêque de Ras et Prizren a été élu administrateur du diocèse de Niš, tandis que l’évêque de Zahumije et de Herzégovine Grégoire demeure administrateur du diocèse de Dobrobosna, tandis que l’évêque de Budimlje-Nikšić Joannice reste administrateur du diocèse de Mileševo. Les membres du Saint-Synode pour la nouvelle période sont : l’évêque de Bačka Irénée, l’évêque de Žiča Justin, l’évêque de Dalmatie Photius et l’évêque de Ras-Prizren Théodose, les membres remplaçants étant le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque et l’évêque de Šabac Laurent.
Rédigé par l’évêque de Bačka Irénée, porte-parole de l’Église orthodoxe serbe

Source

Liste de la délégation du Patriarcat œcuménique au saint et grand Concile de l’Église orthodoxe

En date du 26 mai, le secrétariat du Patriarcat œcuménique a publié la liste de sa délégation au saint et grand Concile, comme suit :
• Sa Toute-Sainteté, le patriarche œcuménique Mgr Bartholomée, président du saint et grand Concile
• S.Em. l’archevêque de Carélie et de toute la Finlande, Mgr Léon
• S.Em. le métropolite de Tallinn et de toute l’Estonie, Mgr Stéphane
• S.Em. le métropolite-doyen de Pergame, Mgr Jean
• S.Em. l’archevêque-doyen d’Amérique, Mgr Dimitri
• S.Em. le métropolite d’Allemagne, Mgr Augustin
• S.Em. l’archevêque de Crète, Mgr Irénée
• S.Em. le métropolite de Denver, Mgr Isaïe
• S.Em. le métropolite d’Atlanta, Mgr Alexis
• S.Em. le métropolite des Îles des Princes, Mgr Jacques
• S.Em. le métropolite de Proikonissos, Mgr Joseph
• S.Em. le métropolite de Philadelphie, Mgr Méliton
• S.Em. le métropolite de France, Mgr Emmanuel
• S.Em. le métropolite des Dardanelles, Mgr Nicétas
• S.Em. le métropolite de Detroit, Mgr Nicolas
• S.Em. le métropolite de San Francisco, Mgr Gérasime
• S.Em. le métropolite de Kisamos et Selinon, Mgr Amphiloque
• S.Em. le métropolite de Corée, Mgr Ambroise
• S.Em. le métropolite de Sélybrie, Mgr Maxime
• S.Em. le métropolite d’Adrianoupolis, Mgr Amphiloque
• S.Em. le métropolite de Diokleia, Mgr Calliste
• S.Em. le métropolite de Hiérapolis, Mgr Antoine, chef des orthodoxes ukrainiens aux États-Unis
• S.Em. l’archevêque de Telmessos, Mgr Job, représentant permanent du Patriarcat œcuménique auprès du Conseil œcuménique des Églises
• S.Em. l’archevêque de Charioupolis, Mgr Jean, chef de l’Exarchat patriarcal des paroisses de tradition orthodoxe russe en Europe occidentale
• S.Exc. l’évêque de Nysse, Mgr Grégoire, chef des orthodoxes carpathorusses aux États-Unis
Conseillers spéciaux :
– S.Exc. l’évêque de Christoupolis, Mgr Macaire (Estonie)
– Révérendissime archimandrite Tykhon, higoumène du Monastère de Stavronikita au Mont Athos
– Révérendissime archiprêtre du Trône œcuménique Constantin Myron (Allemagne)
– Très révérende moniale Théoxenie, higoumène du Monastère de la Source Vivifiante, Chryssopigi Chania
– M. Pantéléimon Vingas, grand chartophylax de la Sainte Grande Église du Christ (Constantinople)
– Mme Élisabeth Prodromou, professeur (États-Unis)
– Révérendissime archimandrite Bartholomée Samaras, secrétaire en chef du Saint Synode (de Constantinople), secrétaire (personnel) du patriarche œcuménique

Source

Le président russe Vladimir Poutine au monastère Saint-Pantéléimon du Mont Athos

Le 28 mai, le président de la Fédération de Russie V. Poutine a visité la Sainte-Montagne de l’Athos. La visite du chef de l’État russe était rattachée aux célébrations du millénaire du monachisme russe sur la Sainte-Montagne.

A son arrivée à l’Athos, le chef de l’État russe a visité Karyès, centre administratif de l’Athos, où sont situés les organes de direction de l’Athos, notamment le sacré-kinote (Protaton).

V. Poutine a assisté à un office d’intercession à la cathédrale de la Dormition du Protaton, en présence du starets Paul, protos de l’Épistasie de la Sainte-Montagne, et de nombreux habitants des monastères athonites. A la fin de l’office, le président russe s’est adressé à l’assemblée : « Je suis ici pour la seconde fois et je ressens une chaleur particulière, une bonté, le meilleur accueil possible, non seulement à mon égard, en tant que chef de l’État russe, mais envers l’ensemble de la nation russe. Sur la Sainte-Montagne de l’Athos, se poursuit une œuvre très importante et essentielle pour le monde orthodoxe : la préservation des bases morales de notre société. Vous êtes pour une grande part source de prospérité et de grâce » a affirmé le président de la Fédération russe.

Ensuite, V. Poutine a rencontré les membres du Sacré-kinote. Le président grec, Prokopis Pavlopoulos, et le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, assistaient à la rencontre.

Dans son allocution, le chef de l’État russe a souligné le rôle exceptionnel de l’Athos dans la préservation des traditions spirituelles de l’orthodoxie :

« Monsieur le Président, Révérends Pères,

Je suis très heureux de revenir sur la Sainte Montagne de l’Athos. Dans la tradition orthodoxe, elle est considérée comme l’apanage de la Très-Sainte Mère de Dieu, c’est pourquoi tout homme qui pose le pied sur cette terre bénie éprouve naturellement des sentiments particuliers.

Monsieur le Président (grec) l’a déjà dit, la Sainte Montagne est un foyer unique d’orthodoxie, de christianisme. Voici plus de mille ans qu’on y conserve précieusement et qu’on y augmente les traditions spirituelles et nos valeurs communes. Je suis absolument d’accord : le rôle de l’Athos est exceptionnellement important aujourd’hui, alors que l’orthodoxie en Russie et dans d’autres pays s’affermit. Les orthodoxes s’affermissent, aidant un grand nombre de gens à trouver un soutien spirituel, y compris des gens vivant dans notre pays, en Russie.

La première mention écrite de la présence de Russes sur le Mont Athos a mille ans, ce qui souligne une fois de plus l’importance de ce lieu singulier pour la Russie d’aujourd’hui. Durant de nombreux siècles, les orthodoxes de notre pays ont puisé au Mont Athos forces spirituelles et connaissances.

Alors que nous remettons en valeur le patriotisme, la mémoire historique, la culture traditionnelle, nous comptons sur l’affermissement de nos relations avec l’Athos. Il est heureux que d’année en année, de plus en plus de pèlerins russes se rendent ici : ils sont déjà plus de onze mille par an. J’aimerais vous remercier de la chaleur de l’hospitalité qui attend ici nos compatriotes.

Les reliques athonites régulièrement exposées en Russie pour y être vénérées sont un témoignage des liens toujours plus étroits entre la Russie et l’Athos. Parmi ces reliques, la Ceinture de la Mère de Dieu apportée du monastère de Vatopédi, et la droite de saint Georges du monastère de Xénophon. Des centaines de milliers d’orthodoxes sont venus les vénérer en Russie. Je vous en remercie encore une fois. Nous espérons que cette éminente et noble mission des monastères athonites se poursuivra.

Cette année est l’année croisée de la Russie en Grèce et de la Grèce en Russie. Depuis des siècles, communauté de foi et sympathie mutuelle ont uni nos pays et, comme nous l’avons déjà dit, aident nos peuples à dépasser les difficultés et à vaincre. Cela a été mis en évidence dans le mouvement de libération des Balkans, et à beaucoup d’autres étapes de l’histoire mondiale. Ces sentiments profonds ont été hérités par les générations présentes.

Je suis certain que les rapports de la Russie avec la Sainte Montagne de l’Athos et avec la Grèce en général ne feront que se renforcer, tandis que la parenté spirituelle et la confiance continueront à caractériser nos relations traditionnellement d’étroite amitié.

Le Christ est ressuscité ! »

Ensuite, le président de la Fédération de Russie a visité le monastère russe Saint-Pantéléimon. Le patriarche Cyrille, l’archimandrite Jérémie (Alekhine), higoumène du monastère, et toute la communauté, attendaient Vladimir Poutine. Au son des cloches, le président russe et Sa Sainteté le patriarche, suivis de la communauté monastique, ont pénétré dans l’église Saint-Pantéléimon. Au centre de l’église était placé le reliquaire contenant le chef du saint martyr, devant lequel a été célébré un office d’intercession aux saints russes de l’Athos.

Les chants de l’office divin étaient interprétés par le chœur de la communauté monastique.

Des prières ont été dites pour « Sa Sainteté le patriarche Bartholomée de Constantinople et Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, Monsieur le président Vladimir Vladimirovitch, l’État et l’armée de notre patrie gardée par Dieu ».

A la fin de l’office, le patriarche Cyrille a adressé un discours à V. Poutine et à l’assemblée.

Le primat de l’Église russe a offert au chef de l’État une icône de saint Pantéléimon.

Le président russe a pris à son tour la parole :

« Sainteté, Révérend père, honorables pères et frères !

Je suis heureux de venir au monastère russe Saint-Pantéléimon. Historiquement parlant, il a rempli et continue à remplir une importante mission spirituelle, c’est pourquoi il est cher au cœur de tout orthodoxe en Russie et dans d’autres pays.

Je ne suis pas venu ici il y a 40 ans, comme Sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie, mais j’étais venu en 2005, et je peux dire que le changement est incroyable, tout simplement merveilleux.

J’ai répondu à votre invitation à participer au millénaire de la première mention de la présence de moines russes sur l’Athos avec un sentiment particulier.

Je le souligne une fois encore : de grands travaux ont été faits pour préparer ce jubilé. Un programme de célébrations est en cours de réalisation en Russie, en Grèce, sur la Sainte Montagne. Nous devons d’ailleurs remercier à ce sujet le Patriarcat œcuménique et l’Église de Grèce.

Je soulignerais que la Russie et l’Athos sont unis depuis longtemps par d’étroits liens religieux. Les traditions athonites ont joué un rôle important dans la vie du peuple russe.

De nos jours, l’intérêt pour l’Athos ne faiblit pas. Ces dernières années, avec la participation active de l’Église orthodoxe russe et, bien entendu, avant tout avec le soutien et la participation personnelle du Patriarche, grâce à des sponsors dont le patriarche de Moscou et de toute la Russie a déjà parlé, les lieux historiques de la présence russe sur la Sainte Montagne sont restaurés et préservés. Il est particulièrement agréable de voir le monastère renaître.

Je suis heureux de vous voir, Révérend Père, en bonne santé. Vous avez apporté une contribution inestimable à la restauration de ce saint monastère, vous avez beaucoup fait pour le développement des pèlerinages en provenance de la Russie.

Comme l’a rappelé le patriarche, le monachisme russe athonite a vécu des moments difficiles au XX siècle. De fait, si les moines russes étaient plusieurs milliers en 1913, il n’en était resté d’abord que quelques dizaines, puis quelques moines isolés.

La première visite du patriarche Pimène de Moscou et de toute la Russie à l’Athos remonte à 1972. Cette date marque le début de la renaissance du monastère Saint-Pantéléimon. Il était alors difficile de venir ici, et encore plus difficile de venir en Russie depuis ces lieux. Aujourd’hui, de multiples fidèles de Russie et d’autres pays slaves viennent dans votre monastère afin d’y vénérer les reliques conservées sur l’Athos. Il faut que nous fassions tout notre possible pour que ce coin russe de l’Athos continue à servir à l’affermissement des forces spirituelles de tous les fidèles orthodoxes.

Je vous remercie, Révérend Père, ainsi que la communauté monastique, de votre hospitalité et de votre largesse lorsque vous accueillez nos compatriotes. Vous êtes un exemple d’observation des principes de philanthropie, de bonté et de justice. Ces valeurs morales et culturelles traditionnelles servent aujourd’hui de critère moral et de soutien pour nous tous. Elles ont une grande importance pour la conservation de la paix, pour la consolidation de la Russie, la préservation de l’unité de l’Église orthodoxe russe.

Je souhaite que votre monastère prospère, je vous souhaite à tous de longues années de vie et une excellente santé. Que Dieu vous aide !

Le Christ est ressuscité ! »

Le chef de l’État russe et le primat de l’Église orthodoxe russe ont visité au monastère Saint-Pantéléimon les églises Sainte-Euvule-Saint-Hermolaüs, mère et maître spirituel du mégalomartyr Pantéléimon.

Le patriarche Cyrille et V. Poutine se sont ensuite entretenus à la bibliothèque monastique.

Source et photographie

Un membre américain de la mission de l’OSCE au Donbass est devenu orthodoxe

Le citoyen américain Jarol Brown, âgé de 36 ans, est devenu orthodoxe en la cathédrale de la Nativité à Severdonetsk, dans la région de Lougansk. L’archiprêtre Daniel Pertsev, clerc de la cathédrale, a célébré le baptême de Jarol Brown et lui a remis une icône du Sauveur.

Source

Des offices de requiem ont été célébrés dans toutes les églises de Crimée pour les victimes orthodoxes des déportations

Des offices de requiem pour tous les orthodoxes qui ont perdu la vie lors des déportations ont été célébrés mercredi dernier, « Jour de la commémoration des victimes des déportations des peuples de Crimée », dans toutes les églises et monastères de la péninsule. « Que le Seigneur bénisse la terre de l’ancienne Tauride ainsi que nos peuples. Et qu’Il aide à surmonter les conséquences affligeantes de ce qui s’est passé, afin que rien de pareil ne se répète ! », a déclaré le métropolite de Simféropol et de Crimée Lazare, mercredi dernier à la session du Conseil interconfessionnel de Crimée. Le métropolite a appelé tous les peuples de la péninsule « à préserver la modération, la sagesse et la paix ». Le métropolite, avec les dirigeants de Crimée et les responsables religieux, a déposé une couronne devant le monument aux victimes de la déportation à Simferopol.

Source

Une église de Kiev, relevant de l’Église orthodoxe d’Ukraine (Patriarcat de Moscou), a fait l’objet d’actes de vandalisme

Des inconnus ont perpétré des actes de vandalismes dans une église dédiée à la Transfiguration du Seigneur, située près du dispensaire en charge de la tuberculose à Kiev. L’incident s’est produit dans la nuit du 23 mai. Les malfaiteurs ont pénétré dans l’église après avoir brisé les portes. Ils ont ensuite mis le feu à l’intérieur et à l’extérieur de l’édifice et ont disparu. Les habitants du quartier, voyant les flammes, ont appelé la police. L’édifice est demeuré intact, bien que les murs aient été endommagés par l’incendie. Une enquête est en cours.

Source

Assemblée extraordinaire des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce au sujet du Concile panorthodoxe

L’assemblée extraordinaire des évêques de l’Église orthodoxe de Grèce a commencé ses travaux le 24 mai, sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme. Avant l’assemblée a été célébrée la liturgie en l’église du monastère des Saints-archanges de Petraki, à Athènes, par le métropolite de Karpenission Georges. Ensuite a été célébré l’office pour le début des travaux de la hiérarchie, puis a été dressée la liste des hiérarques présents, les absents – excusés – étant les métropolites Anthime de Thessalonique, Hiérothée de Lemnos et Saint-Eustrate, et Jacques de Mytilène, Éressos et Plomarion. La Commission de la Presse a été constituée des métropolites Hiérothée de Naupacte et Chrysostome de Saint-Blaise et de Patras. L’archevêque d’Athènes Jérôme a ensuite remercié les hiérarques pour leur venue à l’assemblée. Au sujet du saint et grand Concile de l’Église, qui est convoqué du 17 au 26 juin de cette année en Crète, l’archevêque a mentionné que « nous sommes appelés à servir un grand événement ecclésial historique, qui présuppose et exige l’illumination du Saint-Esprit, notre voix désintéressée et notre témoignage sacrificiel ». Appelant les hiérarques à prier fortement de telle façon que leur message unisse, éclaire et renforce le peuple fidèle qui attend aujourd’hui les conclusions et les décisions de l’assemblée, le primat a déclaré que durant ces deux jours de l’Assemblée, les hiérarques auraient la possibilité de discuter de façon exhaustive tous les paramètres du saint et grand synode. Poursuivant son allocution, l’archevêque a souligné à ce sujet : « J’aimerais vous demander que nous nous mouvions dans un esprit d’amour en Christ et de respect pour chaque opinion différente, la position dominante étant celle de la majorité. Nous avons le devoir d’aboutir à des propositions concrètes, prises le cas échéant à la majorité, afin de faciliter la tenue du secrétariat préparatoire panorthodoxe, mais aussi pour clarifier toute ombre, doute et perplexité ». Et de conclure ainsi son allocution : « Le Concile de Crète est un événement ecclésial historique et en même temps décisif. Le monde entier attend de nous le témoignage de notre unité. Le calice commun, le corps et le sang de notre Seigneur, sera toujours ce que nous unit ou qui nous sépare. Il n’y a pas de place pour des négociations en ce qui concerne les questions dogmatiques. Notre Église est une, sainte, catholique et apostolique et la nécessité est impérative quant à son témoignage missionnaire, son positionnement contemporain relativement aux problèmes de notre époque ainsi que la poursuite de son œuvre sanctifiante pour notre salut à tous. Il n’y a pas de place pour les aspirations personnelles et les revendications égoïstes anti-ecclésiales. Les défis des temps nous veulent unis. Les schismes et les factions sont l’œuvre du malin qui veut nous éloigner du calice commun. Laissons la grâce de Dieu couvrir nos propres lacunes, qui sont nombreuses. Que soient grandes et puissantes notre prière, notre foi, notre confiance dans l’illumination du Saint Esprit, Lui qui guide, malgré nos péchés, l’œuvre de l’Église du Christ depuis deux millénaires. Les époques que nous vivons se prêtent plus que jamais aux égoïsmes et aux ambitions. Ne le permettons pas et que notre prière principale soit la parole de l’archange : « Tenons-nous bien, tenons-nous avec crainte ! » Ensuite, conformément à l’ordre du jour, le métropolite d’Élis Germain a lu son rapport sur « les remarques de leurs Éminences les métropolites concernant les textes du saint et grand Concile ». Le métropolite Germain a préalablement fait une présentation détaillée de la préparation du saint et grand Concile et des actions spécifiques du Saint-Synode permanent de l’Église de Grèce pour mettre en œuvre les décisions nécessaires à la préparation de la participation de l’Église de Grèce aux travaux du saint et grand Concile. Il a ensuite abordé les sujets de la présente réunion de la hiérarchie, lesquels sont constitués par les propositions du Saint-Synode permanent présentées au vote, ainsi que le mode de scrutin. Après la pause a eu lieu une discussion approfondie sur ledit rapport. Les travaux de la hiérarchie se poursuivront jusqu’au 25 mai.

Source

Le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la liturgie au « polygone » de Boutovo, près de Moscou

Le 21 mai, samedi de la troisième semaine après Pâques, peu avant le jour de la mémoire de la synaxe des néomartyrs ayant péri à Boutovo, qui est fêtée chaque année le 4ème samedi après Pâques, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la sainte liturgie à ciel ouvert près de l’église des saints néomartyrs et confesseurs de Russie, au polygone de Boutovo. Il s’agit d’un lieu d’exécutions massives, dont de nombreux clercs et laïcs orthodoxes canonisés maintenant au nombre des néomartyrs. Concélébraient avec le patriarche quinze évêques et plusieurs prêtres et diacres. À l’office ont pris part des higoumènes et des moniales de plusieurs couvents féminins de l’Église orthodoxe russe, de nombreux fidèles, dont le président du Conseil pour le développement de la société civile et des droits de l’homme M. Fedotov. Les chants étaient assurés par le chœur de l’université orthodoxe Saint-Tikhon. Après l’ecténie double, des demandes ont été faites pour le repos des âmes des « serviteurs de Dieu d’éternelle mémoire, archipasteurs, pasteurs, moines et laïcs, qui ont subi de terribles souffrances et tortures pour la foi et la vérité durant les années de troubles et de persécutions contre l’Église du Christ et qui ont achevé leur vie en ce lieu et dont Tu connais Toi-même, Seigneur, les noms ». À l’issue de la Liturgie, le patriarche Cyrille a célébré un office d’intercession aux saints néomartyrs et confesseurs de Russie ainsi qu’un office de requiem pour tous ceux qui ont été exécutés et enterrés au Polygone de Boutovo. Le primat s’est en outre adressé aux fidèles par une homélie et a offert des vases eucharistiques à l’église des saints néomartyrs et confesseurs de Russie.

Source

Festival de musique liturgique orthodoxe à Hajnowka (Pologne)

Le 35ème festival de musique liturgique orthodoxe de Hajnowka (Pologne) a eu lieu cette année du 9 au 14 mai, sous la présidence du métropolite de Varsovie Sava. 29 chœurs de Pologne, Biélorussie, Ukraine, Russie, Géorgie, Lettonie et Roumanie y ont pris part. « Depuis plus de 35 ans, sous les voûtes de l’église de sainte Sophie (de Hajnowka) résonne la musique liturgique. Une musique qui a une dimension éternelle » a déclaré le directeur du festival, le prêtre Michel Niegierewicz, soulignant que la musique liturgique « n’est pas tant l’art que la prière ». Le grand prix a été attribué cette année au chœur des étudiants de l’Académie nationale de culture de Kharkov.

Source (vidéo)

Deuxième réunion du secrétariat pour la préparation du Concile panorthodoxe

Du 18 au 20 mai, en Crète, s’est tenue la deuxième session du secrétariat panorthodoxe pour la préparation du saint et grand Concile. Au cours des travaux, les membres du secrétariat panorthodoxe, sous la présidence de son coordinateur le métropolite de Suisse Jérémie (Patriarcat de Constantinople), ont procédé à plusieurs consultations et ont été informés de la préparation en cours du lieu du déroulement du Concile, l’Académie orthodoxe de Crète. Il est prévu que le jour de la Pentecôte, les primats des Églises orthodoxes locales célèbrent ensemble la liturgie à Héraklion en la cathédrale Saint-Ménas de l’archevêché de Crète et, la veille de la fête, l’office du soir en l’église du saint Apôtre Tite. Les membres du secrétariat ont visité les deux églises et ont fait part de leurs suggestions quant à l’organisation des offices solennels. Lors des consultations qui ont eu lieu à Héraklion et ensuite à l’Académie orthodoxe de Crète, ont été discutées les questions de préparation et d’organisation du saint et grand Concile, dont les sessions commenceront le 20 juin, jour du Saint-Esprit. Les représentants des Églises locales orthodoxes ont abordé une série de questions de protocole et de procédure. Les participants à la session ont également discuté en détails des principes de fonctionnement du site internet officiel du Concile, qu’il est prévu d’ouvrir très prochainement. Les principes d’accréditation et de travail de la presse pendant le Concile ont également été formulés. Pendant leur séjour en Crète, les participants à la session ont été reçus par l’archevêque de Crète Irénée au monastère de la Dormition de la très sainte Mère de Dieu d’Agarathou.

Source

Des milliers de fidèles se sont rendus à la laure de Potchaïev (Ukraine) pour la fête de saint Job

Le 19 mai, jour de la mémoire de saint Job de Potchaïev (+1651), a eu lieu la liturgie solennelle en la cathédrale de la Dormition de la laure de Potchaïev. L’office était présidé par le chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Borispol et Brovary Antoine, assisté par le métropolite de Ternopol et Kremenets Serge, le métropolite de Potchaïev Vladimir, supérieur de la Laure, l’archevêque de Gorodnitsky Alexandre, et l’évêque de Manhattan Nicolas (Église orthodoxe russe hors-frontières), ainsi que les nombreux prêtres du monastère et d’autres endroits, et un grand nombre de fidèles, parmi lesquels se trouvaient les membres du chœur synodal de jeunes de la cathédrale orthodoxe russe hors-frontières de New York. On peut visionner ici des extraits des vêpres, des matines, de la liturgie et ici la procession autour de la laure, avec les reliques de saint Job de Potchaïev.

Source

Le métropolite Hilarion : les dernières années de la préparation du Concile panorthodoxe témoignent de l’unité grandissante des Églises orthodoxes locales

Le saint et grand Concile de l’Église orthodoxe doit avoir lieu dans un mois, à l’île de Crète. Sa convocation a été précédée de 55 ans de processus préconciliaire, auquel l’Église orthodoxe russe a pris une part active. Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, est revenu sur la préparation du Concile panorthodoxe dans l’allocution qu’il a prononcée lors de l’assemblée solennelle du 70e anniversaire du DREE. « Un grand nombre des propositions du Patriarcat de Moscou, représenté pendant les séances de préparation au Concile par le département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, ont été prises en compte dans leurs grandes lignes, aussi bien en ce qui concerne le règlement des travaux du Concile panorthodoxe, que les projets de documents conciliaires, a constaté Mgr Hilarion. Pour nous, il était surtout important d’éviter que des décisions absolument inadmissibles pour elle soient imposées en Concile à n’importe laquelle des Églises locales. La méthode du consensus, approuvée à l’insistance de Sa Sainteté le patriarche Cyrille, permettra que toutes les décisions soient prises en excluant cette hypothèse. » Pour l’Église russe, il importait aussi que le règlement précise qu’aucun thème autre que ceux introduits à l’ordre du jour du Concile ne pourrait être examiné. « Pour nous, il ne s’agit pas d’une formalité : ces points du règlement permettent à l’Église russe de participer aux travaux du Concile sans craindre de situations imprévues impliquant des décisions allant à l’encontre des canons et de la tradition de l’Église. » En même temps, le processus de préparation du Concile n’est pas dépourvu de défauts, a reconnu le métropolite. « Les débats sur les projets de documents conciliaires soulevés par leur publication dans certaines Églises locales, y compris chez nous, ont montré que certains documents ont besoin d’être perfectionnés. J’estime que ce travail sur les documents, qui devra tenir compte de la position de toutes les Églises autocéphales, doit absolument être effectué, soit pendant la synaxe des primats, qui précédera le Concile, soit au saint et grand Concile orthodoxe. » Le président du département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a dit remercier Dieu de ce que ces dernières années du processus préconciliaires, la position de l’Église orthodoxe russe est mieux comprise et mieux soutenue, ainsi que son approche. Ceci témoigne d’une unité de pensée grandissante entre Églises orthodoxes locales, à laquelle nous nous efforçons d’apporter notre contribution.

Source

La ministre albanaise de la culture a déclaré que « les églises sont des endroits merveilleux pour des manifestations telles que les concerts, les expositions et les forums »

Dans une interview au journal albanais Gazeta Shqiptare, Mme Kumbaro, ministre albanaise de la culture, a déclaré que l’État transmettra une série de monuments en mains privées, étant donné qu’il n’est pas possible pour lui d’assumer leur conservation et leur restauration. Répondant aux questions des journalistes, qui lui demandaient si les monastères et les édifices cultuels de l’Église orthodoxe d’Albanie, actuellement propriétés de l’État, seraient rendus à celle-ci, la ministre a déclaré : « J’appelle les communautés religieuses à participer à la restauration des monuments. Par ailleurs, je considère que les églises sont des endroits merveilleux pour l’organisation de manifestations culturelles et publiques : concerts, expositions et forums ». À une autre l’occasion, le primat de l’Église orthodoxe d’Albanie, l’archevêque Anastase avait exprimé l’opinion que « l’Église orthodoxe d’Albanie reste persécutée par les autorités : les lieux saints, confisqués par le régime athée, ne lui sont pas rendus, dont de nombreux monastères ». Selon l’archevêque, « ce n’est pas l’affaire des autorités politiques de définir ce qui est sacré et ce qui ne l’est pas ». En mars 2016, à Durrës, avait eu lieu une réunion de clercs et de laïcs. Environ 300 prêtres et laïcs, représentant leurs paroisses, ont alors pris la décision d’adresser aux autorités une demande portant sur le retour à l’Église orthodoxe des monastères, des églises, des lieux et objets saints. La raison de cette réunion était que des photographies avaient été publiées sur internet, montrant de jeunes femmes faisant de la publicité pour des robes de mariées dans les églises orthodoxes de Berat et d’Elbasan. Les mannequins, dans des poses provocantes, se tenaient devant le sanctuaire et les icônes. Les clercs et laïcs participants à la réunion avaient exprimé des protestations au sujet du fait que l’État continuait à garder les lieux saints orthodoxes et ne les rendait pas à l’Église, tout en permettant que ceux-ci fussent profanés : « Nous exigeons que soient rendus à l’Église orthodoxe, les monastères, les églises, les saintes reliques, les icônes, les vases sacrés, qui constituent des lieux et des objets sacrés, mais pour les orthodoxes du monde entier ». Les nouveaux plans du ministère albanais de la culture pour l’utilisation des églises comme salles de concert et autres manifestations ont provoqué indignation et protestations.

Source

« Contre l’oubli » – Réunion à Athènes à l’occasion du troisième anniversaire de l’enlèvement du métropolite d’Alep Paul

Le 18 mai, le site internet Pemptousia et le monastère patriarcal de la Très-Sainte-Mère-de-Dieu de Balamand (Liban) organisent à Athènes un événement intitulé « Contre l’oubli », à l’occasion du troisième anniversaire de l’enlèvement du métropolite d’Alep. Les intervenants sont des personnalités de Grèce et de Syrie qui ont été en relation avec le métropolite d’Alep Paul, du Patriarcat orthodoxe d’Antioche. Le principal orateur est le métropolite de Mésogée et Laurentie Nicolas (Église orthodoxe de Grèce). Les représentants du Patriarche d’Antioche, de l’archevêque d’Athènes et du monde politique salueront l’assemblée. Près de trois années se sont écoulées depuis l’enlèvement du métropolite d’Alep Paul qui, avec le métropolite syro-jacobite Johanna Ibrahim, a été enlevé alors qu’il revenait à Alep depuis la Turquie. Depuis lors, leur sort est inconnu. Durant la manifestation, des films vidéo seront projetés provenant d’interviews, de l’œuvre et de la vie du métropolite d’Alep ainsi que des images de manifestations similaires en sa faveur à l’étranger. Participeront à la soirée la chorale des pères du monastère de Hamatoura au Liban, ainsi qu’une chorale de chant byzantin. L’allocution de clôture sera prononcée par le métropolite de Buenos Aires du Patriarcat d’Antioche, Mgr Silouane. Une résolution sera lue ensuite au sujet du silence international qui dure depuis trois ans autour de cet enlèvement. L’événement sera retransmis en direct à partir de 16h00.

En République de Moldavie, des milliers de fidèles ont répondu à l’appel du métropolite de Chișinău Vladimir pour participer à la « marche silencieuse» destinée à défendre les valeurs de la famille traditionnelle

Dans la capitale moldave s’est déroulée la « marche du silence » pour le soutien à la famille traditionnelle. Des milliers de clercs et fidèles de toutes les régions du pays au répondu à l’appel du métropolite de Chișinău Vladimir et ont participé à la marche silencieuse dédiée aux valeurs familiales traditionnelles. Avec, en tête du cortège, les évêques de l’Église orthodoxe de Moldavie, les participants à la procession sont partis du monastère Saint-Théodore, parcourant, de façon organisée, le boulevard Étienne-le-Grand jusqu’au parc situé devant la cathédrale métropolitaine. Pendant le parcours, les prêtres et les fidèles ont prié le Seigneur et Sa très pure Mère et ont porté des pancartes avec des inscriptions en faveur de la famille et contre le péché de l’homosexualité. Dans le parc de la cathédrale, le métropolite Vladimir s’est adressé à toutes les personnes présentes, en remerciant les participants à la marche pour leur mobilisation et leur unité au nom des valeurs saintes que sont celles de la famille. Ensuite, le métropolite a exhorté les chrétiens à ne pas avoir honte de témoigner leur foi dans le Christ, avant tout par l’exemple qu’ils donnent personnellement à la société, mais aussi avec leurs familles. Le primat a lancé un appel aux dirigeants de la République de Moldavie, au nom du peuple et du clergé de l’Église orthodoxe de Moldavie, les appelant à mettre fin à leur soutien à toutes les tendances destructives au niveau social et incompatibles avec la foi et les traditions du peuple de Moldavie. La marche pour la famille, pour la deuxième consécutive, a rappelé que le mariage d’un homme et d’une femme ainsi que la filiation père-mère-enfants constituent la base et l’avenir de la société moderne. On peut visionner ici un film de la manifestation.

Source

L’archevêque de Prešov, des Terres tchèques et de Slovaquie Rastislav a rendu visite au patriarche œcuménique Bartholomée

Le 13 mai, l’archevêque de Prešov, primat de l’Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie Rastislav, accompagné du métropolite de Prague Michel, de l’archiprêtre Milan Gerka, secrétaire du Saint-Synode, de l’archimandrite Seraphim Šemjatovský, du prêtre Michel Švajko,, de l’archidiacre Maxime Durila et du diacre Cyrille Sarkassina et de Mme Iverta Starcova, interprète, ont effectué une visite irénique au Patriarcat de Constantinople et au patriarche œcuménique Bartholomée. La délégation a été accueillie à l’aéroport par les métropolites d’Iconium Théolèpte de Kydonia Athénagoras, ainsi que le diacre Niphone, qui l’ont accompagnée à l’hôtel. Ensuite, l’archevêque Rastislav et sa suite ont assisté à la doxologie en la cathédrale patriarcale, puis ont été reçus chaleureusement par le patriarche œcuménique et les membres de sa hiérarchie en la salle du trône. Dans son allocution, le patriarche Bartholomée a déclaré, entre autres : « La joie de l’Église-Mère est grande comme, nous en sommes sûrs, la vôtre, Béatitude, après « l’hiver » par lequel est passé votre Église, provenant du déchirement, dû a des faiblesses humaines, de la sa tunique sans couture. C’est une joie, car grâce à nos efforts patriarcaux, mais aussi les vôtres, la paix et la normalité sont revenus au sein de votre Église et sa communion a été rétablie avec l’ensemble de l’Église orthodoxe dans le monde entier. Cette joie qui est nôtre «  est la satisfaction des désirs, la jouissance des choses agréables, l’oubli de celles qui chagrinent » comme le dirait le grand illuminateur de l’univers Jean Chrysostome (Sur Isaïe I, PG 56,100) (…) L’Église orthodoxe de Tchéquie et de Slovaquie doit elle-aussi présenter une œuvre spirituelle fructueuse (…) qui, nous en sommes sûrs, sous votre direction spirituelle, Béatitude, se poursuivra et s’étendra, de telle façon que d’une part, le troupeau orthodoxe soit affermi et que, d’autre part, la présence et le message de l’orthodoxie soient propagés dans les deux pays de la juridiction de votre Église, et qu’ainsi soit corroborée, par votre ministère ecclésial et spirituel et celui de vos évêques et clercs l’affirmation prophétique du célèbre byzantinologue contemporain Steven Runciman,  : « L’orthodoxie sera la religion du XXIème siècle ». Qu’il me soit permis d’ajouter, Votre Béatitude que notre orthodoxie introduit dans le mystère du siècle à venir, que nous vivons de façon plus intense en ces jours de la Résurrection. Notre Église orthodoxe est la seule qui conserve pur son caractère mystérique et qui a toujours fui les influences dévastatrices de la sécularisation qui transforment son institution fondée par Dieu en une simple fondation humaine. L’Église orthodoxe est l’espoir réel de tout homme qui cherche la vie spirituelle et ecclésiales authentiques ; elle est l’espoir des peuples d’Europe, elle est l’espoir de tous les confins de la terre. C’est pourquoi notre responsabilité à nous orthodoxes est grande devant Dieu et les hommes (…) ».

Source

Madrid: consécration de la nouvelle cathédrale Sainte-Marie-Madeleine du Patriarcat de Moscou

DSC_3138.800x1000wLe 15 mai, à Madrid, Mgr Nestor de Chersonèse et Mgr Antoine de Bogorodsk, responsable des institutions du Patriarcat de Moscou à l’étranger, ont consacré l’église-cathédrale Sainte-Marie-Madeleine. Un compte rendu de l’évènement est proposé ici et sur cette autre page un album de photographies (dont celle ci-contre).

L’Église orthodoxe serbe a décoré le réalisateur Nikita Mikhalkov pour son soutien à l’esprit orthodoxe

Le réalisateur Nikita Mikhalkov a reçu l’une des plus grandes distinctions de l’Église orthodoxe serbe, l’ordre de saint Stéphane. La cérémonie a eu lieu le 13 mai en la cathédrale de la Dormition à Podgorica, au Monténégro. La distinction a été remise par le métropolite du Monténégro et du Littoral Amphiloque au réalisateur pour son apport, durant de nombreuses années, au domaine de la culture et au soutien de l’esprit orthodoxe. Quelques jours auparavant, le patriarche de Serbie Irénée avait remis l’ordre de saint Pierre de Cetinje à l’artiste, acteur et réalisateur russe Nicolas Burliaev.

Source

Appel à l’unité, adressé par le patriarche de Serbie Irénée aux dirigeants des partis politiques de République serbe de Bosnie, à l’occasion de manifestations massives prévues à Banja Luka

Alors qu’une manifestation massive était prévue à Banja Luka le 14 mai contre le pouvoir actuel en République serbe de Bosnie avec de possibles affrontements, le patriarche de Serbie Irénée a adressé l’appel suivant aux dirigeants des partis politiques de ladite entité :
« Chers Frères en Christ et mes chers enfants spirituels, Chers dirigeants des partis politiques dans notre belle et bien-aimée République Serbe,
Vous savez que nous avons le devoir, grand et important, de préparer la session ordinaire de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe, que nous avons convoquée pour le 14 mai et que nous commencerons solennellement par la célébration de la sainte liturgie épiscopale en l’église des Saints-Apôtres de la grande laure du Patriarcat de Peć. Nous pensons que vous savez également que le Saint-Synode et l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe a toujours suivi avec amour tout ce qui s’est produit et se produit encore en République serbe[de Bosnie] et que nous avons participé personnellement à vos négociations et accords. Nous nous adressons à vous, maintenant comme toujours, avec amour, mais aussi avec une préoccupation paternelle, en raison de la manifestation que vous annoncez également pour le 14 mai de cette année.
De la même façon que nous croyons que, après la liturgie, le 14 mai, au Patriarcat de Peć et, le 15 mai, en la cathédrale Saint-Georges de Prizren, la sainte Assemblée des évêques réussira les jours suivants, lors de la session de travail à Belgrade, au sujet de la préparation du Concile panorthodoxe qui se tiendra au mois de juin de cette année en Crète, à répondre à toutes les questions et à dissiper certaines interrogations, nous voulons croire que vous aussi, chers frères en Christ et mes enfants spirituels, vous pourrez et devrez résoudre vos problèmes, vos différends politiques, par des discussions et des accords, peu avant et après le 14 mai 2016.
De grandes tâches nous attendent ici, ainsi que de grands préparatifs, mais chaque pensée au sujet des événements annoncés à Banja Luka avec leurs suites non souhaitables nous affligent et nos préoccupent fortement. Aussi, nous vous appelons à renoncer aux rassemblements et manifestations massifs le 14 mai et nous vous supplions paternellement de rechercher la solution à tous les accords, problèmes et conflits, dans des discussions fraternelles. Tout cela doit se faire dans le cadre des institutions de la République serbe [de Bosnie], de même que dans les discussions personnelles que vous devez mener, car aucun de ces désaccords, aucun de ces problèmes et conflits ne saurait passer avant notre République serbe [de Bosnie] et de notre peuple serbe. Le peuple nous est confié, à vous sur le plan séculier, et à nous, sur le plan spirituel, nous ne saurions l’oublier ! Ne permettez jamais que l’on en arrive à des problèmes avec des conséquences immenses. Faites des concessions, et comme des frères, des amis, des vrais Serbes, tendez-vous la main les uns autres. Vous trouverez une solution, car il n’existe pas de problème qui n’en ait pas pour nous, chrétiens orthodoxes ; la discorde nous a décimés, arrêtez cette chute dans l’abîme où nous précipitons notre peuple.
Ayez l’amour fraternel dans vos cœurs, que vos faiblesses soient dominées par la force du bon sens, ayez la foi et l’espérance dans l’aide de notre Seigneur Jésus-Christ, et faites qu’avec notre bénédiction et votre calme les passions et l’émotion s’apaisent dans le peuple et que vous résolviez conflits dans la paix tous les problèmes, les désaccords et les conflits.
En la mémoire de saint Basile d’Ostrog, 2016
Votre intercesseur devant le Seigneur,
Patriarche Irénée de Serbie »

Source

Le Conseil régional de Ternopol demande au président Porochenko que la laure de Potchaïev soit à nouveau considérée comme domaine national, afin de permettre aux schismatiques et aux uniates d’y célébrer

Le Conseil régional de Ternopol s’est adressé au président ukrainien Porochenko et au cabinet des ministres d’Ukraine afin de rendre à la laure de Potchaïev le statut de domaine national. Les 54 députés présents dans la salle ont voté pour cette proposition. Les députés du Conseil régional de Ternopol demandent d’annuler la décision prise en 2003 sur « l’exclusion du domaine national historique et architectural des bâtiments de la laure de la Sainte-Dormition de Potchaïev » et de transmettre ceux-ci à la propriété de l’État dans le but de donner à l’avenir aux représentants des autres Églises [i.e. les groupes schismatiques et les uniates, ndt] la possibilité d’y célébrer les offices. « Nous voulons rendre à la propriété de l’État ce lieu saint, et ensuite, par un concours ouvert pour le droit d’utiliser certains édifices, de donner la possibilité à d’autres Églises, dont l’Église gréco-catholique, d’y célébrer des offices d’intercession et des offices », a déclaré le député du Conseil régional de Ternopol du parti UKROP, André Tsyboulsky. Rappelons que la Laure de la Sainte-Dormition de Potchaïev est le plus grand lieu saint orthodoxe d’Ukraine après la laure des Grottes de Kiev. Depuis 1997, la Laure dispose du statut stavropégiaque, c’est-à-dire qu’elle dépend directement du Primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine. En 2003, le cabinet des ministres d’Ukraine l’a laissé la laure de Potchaïev à la disposition gratuite de l’Église orthodoxe d’Ukraine, tout en restant néanmoins la propriété de l’État.

Source

Lettre de l’higoumène du monastère de Koutloumousiou à la Sainte Communauté du Mont Athos au sujet du prochain Concile panorthodoxe

En date du 26 mars, l’higoumène du monastère de Koutloumousiou a adressé la lettre suivante à la Sainte-Communauté du Mont Athos au sujet du prochain Concile panorthodoxe :

« À la Sainte Communauté de la Sainte Montagne de l’Athos, à Karyès

Nous saluons fraternellement Votre Révérence en Christ,

Ayant lu avec grande attention la vénérable lettre patriarcale qui nous a été transmise relativement au Concile panorthodoxe, accompagnée des décisions s’y rapportant et de son règlement d’organisation et de fonctionnement, ainsi que la lettre du monastère de Karakallou qui exprime sa préoccupation, nous portons à votre connaissance ce qui suit, eu égard à l’importance exceptionnelle du Concile convoqué, tant pour le présent que l’avenir du monde orthodoxe. Concrètement, outre les nombreux éléments positifs des documents, surgissent certaines questions qui touchent le contenu théologique de la Tradition patristique.

1) Le règlement d’organisation et de fonctionnement du Concile panorthodoxe présente l’image d’une synaxe de primats, et non celle d’un Concile panorthodoxe selon le modèle des Conciles œcuméniques. Ce sentiment est créé par la limitation des membres aux seuls Primats des Églises autocéphales, ayant le droit exclusif de suffrage et de parole, ce qui exclut les autres membres de chaque délégation, mais également le grand nombre des évêques appartenant à chaque Église. Cela ne constitue pas la meilleure expression du système conciliaire. Nous craignons que, de cette façon, pénètre involontairement dans l’Église la théologie de la primauté, laquelle, par ailleurs, constitue l’aboutissement de la théologie de la personne, apparue au XXème siècle. Déjà sont apparues des opinions selon lesquelles le dogme et l’office liturgique ne peuvent constituer le lieu de l’unité ecclésiale, en tant que facteurs prétendument impersonnels, la personne du primat étant le seul lieu d’unité mis en avant.

2) Concernant le sujet des relations de l’Église orthodoxe avec le reste du monde chrétien, il est quelque peu inconséquent que l’Église, une, sainte, catholique et apostolique reconnaisse d’autres Églises chrétiennes, avec lesquelles, par voie de conséquence, elle peut être ou non en communion. C’est-à-dire qu’il semble que la question de la clarification de la foi est placée a posteriori, après la reconnaissance d’une communauté chrétienne en tant qu’Église, comme si la théologie constituait un complément de l’ecclésiologie. Il ressort de la formulation que le seul critère d’ecclésialité considéré est la succession apostolique historique ou la célébration du baptême.

3) L’article 22 du document « Relations de l’Église orthodoxe avec le reste du monde chrétien » qui se trouve assurément en rapport avec le dialogue œcuménique préjuge clairement de l’infaillibilité du Concile, et formule par écrit l’opinion plus générale selon laquelle « la foi orthodoxe authentique n’est sauvegardée que par le système conciliaire » et aussi qu’un Concile constitue le juge désigné et ultime en matière de foi ». Il implique enfin la condamnation de toute contestation des décisions du Concile par des personnes ou des groupes (y compris, manifestement, des hiérarques diocésains). Si cela ne résulte pas simplement d’une formulation malheureuse, on réfute ainsi le fait que le peuple fidèle est le gardien de la foi. Contrairement à cet article, la vie de l’Église témoigne que des personnes (i.e. les Pères théophores, les saints moines, les martyrs et les confesseurs), des groupes, et enfin le plérôme entier du peuple de Dieu, suivant la tradition apostolique de la sainteté, ont proclamé invalides des grands Conciles comportant de nombreux membres.

4) Étant donné que la tradition patristique, et ce conformément aussi aux documents, constitue un critère de l’unité ecclésiale et étant donné également que le futur Concile revendique une validité panorthodoxe, le plérôme de l’Église attend de lui qu’il n’ignore pas les Conciles précédents, ceux qui ont été convoqués sous saint Photius et saint Grégoire Palamas, qui ont fixé la théologie ainsi que l’expérience patristiques immuables et ont formé la conscience de l’Orthodoxie qu’elle a d’elle-même, pouvant en outre donner des réponses à l’homme d’aujourd’hui. S’il n’est pas fait mention de cela, il semblera éventuellement que l’Église orthodoxe n’accepte pas la théologie postérieure au septième Concile.

5) Enfin, bien que cela soit de moindre importance, nous ne comprenons pas l’utilité de la présence d’observateurs hétérodoxes à un Concile où il s’agit de discuter, à une large échelle, des questions nous concernant.

Le plérôme ecclésial attend vraiment du saint et grand Concile qu’il manifeste l’expression authentique de la tradition. En même temps parviennent de toutes parts des voix distinguées, d’où il ressort l’inquiétude que certaines positions créent des problèmes majeurs ou mineurs, lesquelles, fort probablement, provoqueront des schismes. Aussi, nous pensons que notre Lieu sacré, toujours sensible aux questions de foi et d’expérience orthodoxes, devrait articuler un discours correct et limpide, lequel contribuerait à l’édification de tous et qui probablement influerait positivement sur l’œuvre du Concile.

Cela étant, nous demeurons dans l’amour du Christ,

L’higoumène du saint monastère de Koutloumousiou,

+ Archimandrite Christodoulos et ses frères en Christ »

Source

L’Église orthodoxe de Grèce a dépensé 126 millions d’euros en 2015 pour ses œuvres caritatives

Au cours de sa séance du jeudi 12 mai, le Saint-Synode de l’Église de Grèce, sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme, a été informé des dépenses effectuées au titre des œuvres caritatives en 2015 par l’archevêché d’Athènes et les diocèses métropolitains de l’Église de Grèce. Le montant total desdites dépenses s’élèvent à 126.041.801,73 €, dont 29.2 millions pour les cantines distribuant les repas gratuits pour les victimes de la crise, 25.4 millions pour les foyers pour personnes âgées, le reste étant réparti entre les différentes œuvres caritatives de l’Église de Grèce.

Source

Le monastère du Sauveur à Simbirsk (actuellement Oulianovsk), en Russie, sera restauré 100 ans après sa fermeture

Le monastère du Sauveur, fondé simultanément avec la ville Simbirsk (actuellement Oulianovsk) sera restauré 100 ans après sa fermeture. « Les travaux de construction et de restauration du monastère du Sauveur dureront jusqu’en 2020 » a-t-on déclaré dans le diocèse. Il est prévu de commencer la restauration par le bâtiment des moniales, qui comprend l’église dédiée à l’icône de la Mère de Dieu d’Iviron, les cellules des sœurs et les chambres pour les pèlerins, ainsi que le réfectoire. L’étape suivante sera constituée par la restauration de la résidence de l’higoumène, où étaient situés les ateliers d’iconographie et de couture. Ensuite sera construit le clocher et l’église se trouvant au-dessus du portail. La dernière étape sera la reconstruction de la cathédrale du Sauveur sous sa forme historique. Le monastère a été construit à la fin de 1640. Les églises en pierres ont été érigées à la fin du XVIIème siècle – début du XVIIIème siècle, tandis que le mur de clôture et les cellules ont été achevées à la fin du XVIIIème s. En 1864, le monastère a brûlé, puis a été reconstruit ensuite. Il constituait la partie principale du centre historique de Simbirsk avec le collège classique, la maison du gouverneur et le jardin public Karamzine. Plusieurs églises faisaient partie du complexe : L’église de l’Icône du Sauveur « non faite de main d’homme », l’église Saint-Alexis-de-Moscou (détruite après l’incendie de 1864) et l’église de l’Icône de la Mère de Dieu dite d’Iviron. Le monastère a été fermé en 1920. Les bâtiments servirent alors de logements aux ouvriers de l’usine de cartouches et, plus tard, une partie du bâtiment a été détruite. En 1960, sur l’emplacement d’une partie du monastère a été construite la Maison des syndicats. Une partie des bâtiments abritant les cellules a été préservée, dont un a été rendu au diocèse et utilisé comme metochion du monastère de Saint-Michel-Archange du village de Komarovka, dans la région d’Oulianovsk. En avril 2015, un nouveau bâtiment a été rendu au diocèse de Simbirsk. Dans les années 1930, les églises d’Oulianovsk ont été fortement frappées par les destructions. En 1940, de deux monastères, trois grandes églises, quinze églises paroissiales et vingt chapelles n’avait survécu que l’église de la Résurrection du cimetière. Dans cette ville multinationale furent fermées la mosquée, les églises catholique et protestante, ainsi que le lieu de culte israélite.

Source

Visite du président grec Prokopis Pavlopoulos sur le Mont Athos

Le président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos, s’est rendu sur le Mont Athos le 12 mai, pour la première fois depuis son élection au rang présidentiel. Lors de son allocution en l’église du Protaton, le président de la République a déclaré que la République hellénique a pour obligation de protéger le lieu sacré de la Sainte Montagne, de conserver son caractère immuable et son cheminement futur. M. Pavlopoulos a mentionné que tous les Grecs se sentent fiers du fait que la Sainte Montagne fasse partie de leur patrie et il a exprimé sa joie et son attente que la rencontre de ce jour contribue encore plus à établir un esprit de proximité et de spontanéité. Dans son allocution au président de la République, le protos du Mont Athos, le gheron Paul du monastère de la Grande Laure a souhaité la bienvenue à M. Pavlopoulos et a caractérisé le Jardin de la Mère de Dieu (le Mont Athos), comme « l’acropole de l’orthodoxie et de l’hellénisme ». Par la même occasion, il a mentionné la crise économique du pays et a exprimé le souhait et l’espoir que l’État hellénique et le monde politique prêteront l’oreille à l’angoisse et aux justes revendications du peuple grec, et se placerait à ses côtés. Il a souligné également que malgré les problèmes économiques, le nombre des pèlerins sur le Mont Athos augmentait. Le président a été reçu à Karyès par le gouverneur civil du Mont Athos, Aristos Kasmiroglou, le protos Paul et les membres de la Sainte Épistasie ainsi que par les higoumènes des vingt monastères et le représentant du Patriarcat œcuménique, le métropolite de Milet Apostolos. La doxologie a eu lieu ensuite en l’église du Protaton, où le président a vénéré l’icône miraculeuse de la Mère de Dieu dite « Axion estin ». À l’issue de la cérémonie, le chef de l’État a été reçu à la Sainte Communauté, où lui a été montré le parchemin contenant le premier règlement (de l’an 972) du Mont Athos portant les signatures de l’empereur byzantin Jean Tsimiskès et de saint Athanase l’Athonite. Un déjeuner a été organisé ensuite, puis le président devait se rendre aux monastères d’Iviron et de la Grande Lavra, son retour à Athènes étant fixé le même jour. Le samedi 28 mai, le président grec se rendra à nouveau sur le Mont Athos, cette fois avec le président Vladimir Poutine. La veille, le vendredi 27 mai, arrivera le patriarche de Moscou Cyrille.

Source

Une église orthodoxe dédiée au saint prince Vladimir a été ouverte au Daghestan

Une église orthodoxe dédiée au saint prince Vladimir a été inaugurée le samedi 7 mai sur le territoire de la Maison du gouvernement au Daghestan. À la cérémonie d’inauguration ont pris part le chef du gouvernement du Daghestan Ramazan Abdoulatipov, l’évêque de Makhatchkala et de Grozny Barlaam, les dirigeants du gouvernement, du parlement, des ministres de la république, ainsi que les représentants de l’Église orthodoxe russe et les paroissiens. « En ce jour, nous rétablissons la vérité. Ici, à une certaine époque, il y avait la cathédrale Saint-Alexandre-de-la Néva, qui a été dynamitée, et en inaugurant la nouvelle église, nous devons laver ce péché qui pesait sur nous. Grâce à l’influence importante de Mgr Barlaam, on n’a pas érigé une simple chapelle, mais une véritable église, où l’on peut célébrer tous les offices. Je considère que c’est une grande fête pour nous tous, tant pour les chrétiens, que les juifs et les musulmans, pour tout le Daghestan » a déclaré le président Abdoulatipov lors de l’inauguration. Comme l’a mentionné l’évêque de Makhatchkala et de Grozny Barlaam, l’ouverture de cette église est un grand événement : « Nous accomplissons un événement historique et j’espère que celui-ci nous aidera tous à prendre conscience d’une vérité principale – nous sommes tous les enfants d’un seul Dieu. Que Dieu fasse que l’événement d’aujourd’hui nous encourage afin que nous tous – orthodoxes, musulmans et juifs – comprenions le plus important : notre maison est la Russie et nous devons la construire, la renforcer et, c’est le plus important, nous devons vivre dans la paix et la concorde », a conclu l’évêque Barlaam. L’église a été construite sur l’initiative du président de Daghestan Ramazan Abdoulatipov, et avec la bénédiction de l’évêque de Makhatchkala et de Grozny Barlaam. Le nombre des chrétiens au Daghestan s’élève à environ 60.000 personnes, soit 2% de la population.

Source

Décès de l’archiprêtre Ignace Peckstadt, pionnier de l’Eglise orthodoxe de Flandre

Le 7 mai est décédé l’archiprêtre Ignace Peckstadt, un avocat estimé du barreau de Gand et prêtre bien-aimé de la paroisse Saint-Apôtre-André à Gand.

Il est né à Evergem le 4 novembre 1926 dans une famille de vieille souche flamande et lors de ses années d’études à l’Université de Gand il est rentré en contact pour la première fois avec l’Église orthodoxe, son vécu et spiritualité. Il en était animé et parti en voyages à de nombreuses reprises dans les pays traditionnellement orthodoxes des Balkans (Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie, Grèce, Turquie, Russie), où il put établir des contacts avec les évêques, théologiens et moines et moniales, dont le grand Patriarche Athénagoras de Constantinople. Dans les années 60 – pendant la période du Concile Vatican II – il fonda à Gand une association sous le nom ‘Apôtre André – contacts avec l’orthodoxie’ qui amena en Flandres de grandes figures de l’Église orthodoxe afin d’initier un publique divers dans la richesse de la spiritualité orthodoxe. En 1972 il devient le fondateur de la paroisse orthodoxe Saint-Apôtre-André à Gand. Depuis cette paroisse et sous son impulsion, l’orthodoxie s’est répandue plus loin en Région flamande, raison pour laquelle il est vu comme un pionnier de l’Église orthodoxe en Flandre. En 1974 il est ordonné diacre à Paris et un an plus tard prêtre par l’archevêque Georges de Syracuse (Patriarcat œcuménique). Par ses nombreux contacts il put contribuer efficacement à l’obtention de la reconnaissance officielle de l’Église orthodoxe dans notre pays. Il faisait partie de l’Archevêché orthodoxe du Benelux (Patriarcat œcuménique), métropole qui depuis 2013 est conduite par son fils, le métropolite Athénagoras, chef du culte orthodoxe dans notre pays.

Le 2 mai, il célébra avec son épouse Marie-Thérèse Janssens son 63e anniversaire de mariage. Il était le père de quatre enfants, grand-père de dix petits-enfants et de trois arrière-petits-enfants. En plus de son fils métropolite, il y a aussi son autre fils (Bernard Peckstadt, paroisse de Bruges) et son beau-fils (Dominique Verbeke, paroisse de Gand) qui sont tous deux prêtres orthodoxes.

Sur le plan œcuménique il fut pendant de nombreuses années membre du Conseil inter ecclésial à Gand, du groupe d’études et de travail oecuménique de Flandre occidentale et de l’organe de consultation des Églises chrétiennes en Belgique, l’instance œcuménique la plus élevée en Belgique. Au niveau européen il était co-inspirateur des nombreux congrès orthodoxes.

De 1950 à 1998 il fut un avocat actif au barreau de Gand, dont pendant 9 ans membre du Conseil de l’ordre et pendant 16 ans président du bureau Pro-Deo, le service d’aide juridique. D’autre part il fut pendant plus de 35 ans juge de paix suppléant et professeur pour les matières juridiques dans l’enseignement supérieur des infirmiers.

Pour finir, l’archiprêtre Ignace Peckstadt était un orateur apprécié. Il était invité dans les milieux les plus divers pour parler des aspects historiques et spirituels du christianisme orthodoxe. D’autre part il est l’auteur de deux livres : « La force de la présence de Dieu. Sagesse de la spiritualité orthodoxe » (2001) Edition Averbode 215p. et Une fenêtre ouverte sur l’Église orthodoxe » (2005), Edition Averbode, 285 p.

Les funérailles de Ignace Peckstadt a lieu le samedi 14 mai à 11 heures dans l’église du béguinage gantois de sainte Elisabeth, Sophie van Akenstraat (près du Rabot). Une divine liturgie précédera dans l’église orthodoxe du Saint-Apôtre -ndré, Sophie van Akenstraat 17 à Gand.

Album de photographies

Convocation de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe

Sur la proposition du patriarche de Serbie Irénée, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe a pris la décision de convoquer son Assemblée des évêques en session ordinaire, laquelle commencera le samedi 14 mai 2016. L’Assemblée des évêques commencera par une liturgie épiscopale solennelle avec l’Invocation du Saint-Esprit, à 9 heures, en l’église des Saints-Apôtres de la Grande laure du Patriarcat de Peć. Le lendemain, le dimanche 15 mai, les évêques prendront part à la sainte liturgie épiscopale en la cathédrale Saint-Georges de Prizren, ainsi qu’à la bénédiction des bâtiments rénovés du Séminaire Saints-Cyrille-et-Méthode de la même ville. Les travaux de la session de cette année commenceront le 16 mai 2016 à 17 heures en la salle destinée à la session de l’Assemblée des évêques au palais patriarcal de Belgrade.

Source

La liturgie a été célébrée dans l’église à moitié détruite de l’aéroport de Donetsk

Le mardi de la semaine de Pâques, le 3 mai, les habitants de Donetsk ont prié à la liturgie en l’église de l’Icône de N.D. d’Iviron du couvent féminin de l’Église orthodoxe d’Ukraine, qui est située à un kilomètre du centre des combats qui ont eu lieu autour de l’aéroport de Donetsk. L’office était présidé par le métropolite de Donetsk et Marioupol Hilarion, assisté du métropolite de Gorlovka et Slaviansk Mitrophane, de l’évêque de Novoazovsk Barsanuphe, de l’archevêque de Makeevka Barnabé, ainsi que des prêtres des deux diocèses du Donbass. L’église de l’Icône de N.D. d’Iviron a été construite en 1997. En décembre 2001 a été ouvert le métochion du couvent féminin Saint-Nicolas. En décembre 2002, par une décision du Saint-Synode, le couvent a reçu le statut de monastère indépendant. En 2014, l’église ainsi que les bâtiments conventuels ont été exposés aux tirs de l’armée ukrainienne. Les moniales sont restées dans le couvent. Le 18 décembre 2014, le monastère a été pillé par les forces armées de l’Ukraine. Actuellement, les moniales ne vivent plus au monastère mais, lorsque la situation militaire le permet, elles se rendent sur place, et remettent de l’ordre peu à peu dans le bâtiment, dans la mesure des possibilités.

Source

Procession traditionnelle de l’icône de la Mère de Dieu d’Iviron sur le Mont Athos

Le mardi de Pâques – cette année le 3 mai selon le calendrier orthodoxe – a eu lieu la procession traditionnelle avec l’icône de la Mère de Dieu dite « Portaïtissa » au monastère athonite d’Iviron. Après les matines commence une procession au monastère, d’abord en la chapelle où l’Ancien Gabriel, originaire de Géorgie, avait, au IXème siècle, vu une lumière provenant de l’icône qui flottait sur la mer. La procession continue jusqu’à la chapelle construite sur le lieu où l’icône a été trouvée sur le rivage. La sainte liturgie y est célébrée, puis, près de la source qui a jailli sur le lieu de l’arrivée de l’icône, tous les clercs et fidèles vénèrent l’icône. Cette année, la célébration était présidée par le métropolite de Langada Jean.

Source 

Liste des participants de l’Église orthodoxe russe au Concile panorthodoxe

Lors de sa dernière session, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe a publié la liste de sa délégation au Concile panorthodoxe, qui se tiendra en Crète du 18 au 27 juin. Outre le patriarche de Moscou Cyrille, les participants seront les suivants :

1. S.B. le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre
2. Le métropolite de Kroutitsa et de Kolomna Juvénal
3. Le métropolite de Chișinău et de toute la Moldavie Vladimir
4. Le métropolite d’Astana et du Kazakhstan Alexandre
5. Le métropolite de Tachkent et d’Ouzbekistan Vincent
6. Le métropolite de Saint-Pétersbourg et de Lagoda Barsanuphe
7. Le métropolite de Minsk et Zaslava Paul, exarque patriarcal pour toute la Biélorussie
8. Le métropolite de Volokolamsk Hilarion, président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou
9. Le métropolite d’Odessa et d’Izmaïlsk Agathange
10. Le métropolite de Riga et de toute la Lettonie Alexandre
11. Le métropolite de Novossibirsk et de Berdsk Tikhon
12. Le métropolite de Ternopol et Kremenets Serge
13. Le métropolite d’Ekaterinbourg et Verkhotourié Cyrille
14. Le métropolite de Rostov et Novotcherkassk Mercure
15. Le métropolite de Lougansk et Altchev Mitrophane, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine
16. Le métropolite de Nijegorod et Arzamas Georges
17. Le métropolite de Borispol et Brovary Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine
18. L’archevêque de Berlin, d’Allemagne et Grande-Bretagne Marc (Église orthodoxe russe hors-frontières)
19. L’archevêque de Vilnius et de Lituanie Innocent
20. L’archevêque de Novogrouda et Slonim Gourias
21. L’archevêque de Sendaï Séraphim (Église autonome du Japon)
22. L’archevêque de Magadan et Sinegorié Jean
23. L’évêque de Narva et Pritchouda Lazare
24. L’évêque de Bogorodsk Antoine

Source

Les offices de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève)

P4300355Les offices de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques ont eu lieu au Centre orthodoxe de Chambésy (Genève) avec la participation d’un grand nombre de fidèles. Les célébrations ont été présidées par le métropolite Jérémie de Suisse, directeur du Centre, entouré de prêtres des paroisses grecque, francophone et roumaine qui y sont abritées. Au cours de la cérémonie de la Résurrection, le tropaire de Pâques a été chanté en grec, arabe, slavon, roumain et français.

Sources, Fanarion: 1 (matines et liturgie du Samedi Saint), 2 (dont photographie, fête de la Résurrection et vêpres du lundi de Pâques)

Russie: environ 4 millions de personnes ont participé aux offices de la nuit de Pâques

2P20160501-PAL_6596-1200Environ 4 millions de personnes ont participé aux offices orthodoxes nocturnes en Russie pour la célébration de Pâques selon le ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie. A Moscou, 660 000 personnes ont participé à la nuit pascale, dont 5 000 à la cathédrale du Christ-Sauveur.

Source: Interfax. Photographie: lors de la nuit de Pâques dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou (source: Patriarcat de Moscou)

En Ukraine, la femme d’un prêtre orthodoxe a été tuée et son mari gravement blessé lors d’une très violente agression

596845677bad0be9acDans la nuit du 25 au 26 avril, à Dnepropetrovsk en Ukraine, des inconnus ont agressé et torturé dans leur demeure l’archiprêtre Anatoly Lysenko (photographie), de l’Église orthodoxe ukrainienne autonome au sein du Patriarcat de Moscou, recteur de la paroisse Saint-André dans cette ville, et son épouse Irina. Ils ont exigé que le couple leur remette tout l’argent du foyer. Irina Lysenko a été battue à mort. Le père Anatoly a été emmené dans un cimetière où il a été battu et laissé sans connaissance. Lorsqu’il a repris connaissance, il a pu donner l’alerte. Sa femme a été découverte morte des suites des violences subies. Le père Anatoly, grièvement blessé, est lui à l’hôpital en soin intensif.

Sources: Interfax, Patriarcat de Moscou, Risu. Photographie: le père Anatoly Lysenko (source: Église orthodoxe ukrainienne).

Géorgie: la grâce présidentielle pour 95 prisonniers à l’occasion de la fête de Pâques orthodoxe

225449.bLe président géorgien Giorgy Margvelashvili a accordé la grâce présidentielle à 95 prisonniers à l’occasion de la fête de Pâques orthodoxe.

Source: Interfax. Photographie: le président géorgien et le patriarche Elie II (source)

Plusieurs monastères du Mont-Athos répondent aux documents préparatoires du prochain Concile panorthodoxe

AthosPlusieurs monastères du Mont Athos ont répondu aux documents préparatoires du prochain Concile panorthodoxe dans des lettres adressées à la Sainte-Communauté du Mont Athos qui ont été communiquées au public.
Les documents préparatoires du prochain Concile panorthodoxe ont été envoyés aux monastères du Mont Athos par le Patriarcat de Constantinople, et après examen des documents, il a été décidé de tenir une réunion extraordinaire des représentants et higoumènes des vingt monastère pour élaborer une réaction commune de la Sainte-Communauté. Cette réunion aura lieu après la Semaine Radieuse (semaine qui suit Pâques).
Comme un certain nombre de hiérarques, prêtres et théologiens – en particulier des Églises de Grèce, de Bulgarie, de Géorgie et de l’Église orthodoxe russe à l’étranger –, les pères athonites ont répondu avec gravité, en attirant l’attention sur plusieurs problèmes posés par les documents préparatoires, en particulier:
— La sous-estimation du principe de conciliarité et une théologie qui promeut fortement la primauté (en raison de la limitation de la participation des évêques et de l’autorité excessive conférée aux primats des Églises locales).
— Une ambiguïté inacceptable dans les textes préconciliaires, se prêtant à des interprétations qui s’écartent du dogme orthodoxe.
— L’établissement, comme base des dialogues, de « la foi et de la tradition de l’Église ancienne et des sept conciles œcuméniques », de sorte que l’histoire ultérieure de l’Église orthodoxe semble être en quelque sorte manquante ou susceptible de compromis.
— Une tentative faite par certains pour obtenir une confirmation panorthodoxe de textes inacceptables établis par le Conseil oecuménique des Églises.
— L’application inacceptable du terme « Église » à des communautés schismatiques ou hérétiques.
Plusieurs des lettres adressées à la Sainte-Communauté peuvent être lues en grec ici.

Source

Le président ukrainien Petro Porochenko plaide pour une Eglise orthodoxe unie et indépendante en Ukraine

PdtPorochenko_patriarcheDanielLe 21 avril, le président ukrainien Petro Porochenko a rencontré à Bucarest le patriarche Daniel de Roumanie. Il a évoqué lors de celle-ci son souhait de voir la constitution d’une Église orthodoxe unie et indépendante en Ukraine et d’obtenir sa reconnaissance par les autres Églises orthodoxes. Il a par ailleurs souligné qu’il existe en Ukraine cent paroisses en langue roumaine. Pour sa part, le patriarche Daniel a rappelé qu’il existe en Roumanie un vicariat orthodoxe ukrainien qui regroupe 32 paroisses et 3 monastères avec des offices en ukrainien et a exprimé son désir de l’établissement d’une paroisse à Bucarest pour le service de la communauté ukrainienne.

Le 23 avril, à Kiev, lors d’une réunion avec les représentants du Conseil pan-ukrainien des Églises et organisations religieuses, le président ukrainien a une nouvelle fois plaidé pour la constitution d’une Église orthodoxe unie et indépendante en Ukraine, unité « directement liée à l’unité de la société ukrainienne » a-t-il observé, laquelle, a-t-il poursuivi en mentionnant le contexte conflictuel actuel « est l’arme spirituelle principale de notre victoire ».

Sources: Basilica, Cath.ch, Présidence de l’Ukraine (dont photographie) (2).

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski