Mémoire de saint Jacques, frère du Seigneur, apôtre, 1er évêque de Jérusalem

Tropaire de la Résurrection en ton 1 : La pierre scellée par les Juifs,+ et ton corps très pur gardé par les soldats,/ Tu ressuscites le troisième jour, ô Sauveur, donnant la vie au monde.// C’est pourquoi les vertus célestes te crient : « ô Donateur de vie, gloire à ta résurrection !+ Gloire à ton royaume !/ Gloire à ton économie, seul Ami de l’Homme ! »//

Tropaires de l’église

Tropaire de saint Jacques en ton 4 : En disciple du Seigneur, tu as reçu l’Evangile du Christ ;+ tu as acquis le prestige des martyrs et, comme frère de Dieu, tu lui parles librement ;/ comme pontife, tu es capable d’intercéder:// prie donc le Christ notre Dieu/ d’accorder à nos âmes le salut !//

Kondakion de saint Jacques en ton 4 : Le Fils unique du Père, le Verbe notre Dieu, en ces derniers temps descendu jusqu’à nous,+ saint Jacques, a fait de toi le premier pasteur et docteur de Jérusalem,/ le fidèle dispensateur des mystères spirituels, saint apôtre, c’est pourquoi tous ensemble nous voulons te vénérer.//

Kondakia de l’église. Gloire…

Kondakion de la Résurrection en ton 1 : Ressuscité du tombeau dans la gloire divine,/ Tu as ressuscité le monde avec toi ;// la nature humaine te chante comme Dieu, la mort s’évanouit,+ Adam jubile, Seigneur,/ et Eve, désormais libérée de ses liens, proclame avec allégresse : Ô Christ, c’est Toi qui accordes à tous la Résurrection !//  Et maintenant

Kondakion de la Mère de Dieu en ton 6 : Protectrice assurée des chrétien…

Prokimenon du ton 1 (Ps 32, 22 et 1, Septante) : Que ta miséricorde, Seigneur, vienne sur nous,/  comme nous avons mis en toi notre espérance !// V/ : Exultez, les justes, dans le Seigneur ! Aux hommes droits convient la louange !

Epître : (usage grec et roumain) Ephésiens 2, 4-10 (saint Jacques : Galates 1, 11-19): Frères, dans l’abondance de sa miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes, Dieu nous a fait revivre avec le Christ. Oui, c’est par grâce que vous êtes sauvés ! Il nous a ressuscités et nous a fait siéger avec lui aux célestes séjours, dans le Christ Jésus, afin de montrer, dans les siècles à venir, l’extraordinaire richesse de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. Oui, c’est par grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi : cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu, indépendamment de nos mérites, afin que nul ne puisse se glorifier. Car nous sommes son œuvre, Il nous a créés en Jésus Christ pour la pratique du bien, dont Il nous a d’avance préparé le chemin.

Alléluia du ton 1 (Ps 17, 48 et 51, Septante) : Dieu m’accorde la revanche et me soumet les peuples ! – Dieu accomplit des merveilles pour le salut de son roi ; Il fait miséricorde à son Christ, à David et à sa descendance pour les siècles.

Evangile : (usage grec et roumain) Luc 8, 26-39 (saint Jacques : Matthieu 13, 53-58)

En ce temps-là, comme Jésus abordait au pays des Gadaréniens, il vint à sa rencontre un homme de la ville, possédé de démons ; depuis longtemps il ne portait pas de vêtements, il n’habitait pas non plus dans une maison, mais dans les tombeaux. Voyant Jésus, il se mit à vociférer, tomba à ses pieds et dit d’une voix forte : « Que me veux-Tu, Jésus, Fils du Dieu très-haut ? Je t’en prie, ne me tourmente pas ! » Jésus en effet commandait à l’esprit impur de sortir de cet homme. Car à maintes reprises l’esprit impur s’était emparé de lui ; alors, pour le garder, on le liait avec des chaînes et des entraves, mais il brisait ses liens et le démon l’entraînait vers les déserts. Jésus lui demanda : « Quel est ton Nom ? » Il répondit : « Mon nom est Légion », car beaucoup de démons étaient entrés en lui ; et ils suppliaient Jésus de ne pas leur ordonner de s’en aller dans l’abîme. Or il y avait là un troupeau considérable de porcs en train de paître dans la montagne ; les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans les porcs. Et Jésus le leur permit. Ils sortirent donc de cet homme, entrèrent dans les porcs et, du haut de l’escarpement, le troupeau se précipita dans le lac et s’y noya. Voyant ce qui était arrivé, les gardiens prirent la fuite et portèrent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Arrivés auprès de Jésus, ils trouvèrent l’homme dont étaient sortis les démons, assis aux pieds de Jésus, vêtu et dans son bon sens : et ils furent saisis de frayeur. Ceux qui en avaient été les témoins leur rapportèrent comment le possédé avait été guéri. Alors toute la population du territoire des Gadaréniens demanda à Jésus de partir de chez eux, car ils étaient en proie à une grande frayeur. Jésus monta en barque et s’en retourna. L’homme dont les démons étaient sortis priait Jésus de le garder avec lui, mais Jésus le renvoya en disant : « Retourne chez toi et raconte tout ce que Dieu a fait pour toi ». Il s’en alla et publia par la ville entière tout ce que Jésus avait fait pour lui.

Catéchèse : l’action de grâces – « nous connaissons Dieu, non par son essence, mais par sa magnificence et sa providence envers les êtres » (saint Maxime le Confesseur), par ses énergies, ses nombreuses manifestations.

1. L’action de grâce, prière fondamentale des baptisés : elle exprime la connaissance que nous avons du Seigneur par sa Révélation et par ses actes ; et nous remercions le Seigneur d’être qui Il est : un tel Dieu ! Dans l’épreuve, nous trouvons la grâce de remercier le Créateur, persuadés qu’à cette épreuve est jointe une grâce équivalente, que le Seigneur Lui-même est présent et habite la croix qu’Il nous tend. A plus forte raison le remercions-nous pour tous ses bienfaits visibles et invisibles (l’épître de ce jour le dit ; dans l’évangile, Jésus Christ enseigne l’ancien possédé à faire connaître tout ce qu’Il a fait pour lui.) L’action de grâce conduit ainsi à l’évangélisation : annoncer la grandeur de la miséricorde divine autour de soi, comme le fit la Mère de Dieu. Faisons cela et apprenons à nos enfants à voir l’action miséricordieuse du Seigneur dans leur vie : « Dieu a fait cela pour moi…». Dans le repentir, renonçons à l’ingratitude et à l’ignorance de Dieu, acquérons la gratitude !

2. Comment rendre grâces ? En témoignant simplement autour de nous de l’amour de Dieu pour nous ; par la prière communautaire (acathiste, psaume 117, office d’action de grâces, surtout la divine liturgie « eucharistique ») ; dans la prière solitaire, en prononçant continuellement une prière courte (« alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu ! » ou « Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi ! », et toute prière que nous conseillera notre père spirituel…) ; par des offrandes (argent, pain, vin, huile, fleurs, temps donné, offrande d’une icône à l’église, service d’autrui, dévouement aux pauvres, aux malade, etc.), par un pèlerinage.., surtout en consacrant toute notre vie à l’amour ineffable du Seigneur. L’oblation de nous-mêmes est la meilleure action de grâces !

3. Distinguer st Jacques, fils d’Alphée (9.10), apôtre et frère de st Matthieu ; Jacques, « frère du Seigneur », fils du premier mariage de st Joseph – rappel : Marie est la Toujours-vierge ; Jésus est son fils unique comme Il est le Fils unique de Dieu – (23.10 et le dimanche après Noël) ; et Jacques, fils de Zébédée et frère de st Jean (30.4). Le Jacques de ce jour est le premier évêque de Jérusalem et l’auteur d’une Lettre où il dit que la vraie religion est la manifestation de la miséricorde de Dieu autour de nous.

(Père Marc-Antoine Costa de Beauregard)

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !