L’archevêque Léon de Finlande au patriarche Cyrille : « Pour l’amour de Christ : réveillez-vous et condamné ce mal ! »

L’archevêque Léon de Finlande au patriarche Cyrille : « Pour l’amour de Christ : réveillez-vous et condamnez ce mal ! »

L’archevêque Léo, primat de l’Église orthodoxe de Finlande (Église autonome rattachée canoniquement au patriarcat de Constantinople) a interpellé le 3 avril le patriarche Cyrille de Russie

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Brouillon auto

Communiqué du Saint-Synode de l’Église autonome de Finlande, réuni à Constantinople

« Dans la glorification du nom du Dieu trinitaire s’est réuni, aujourd’hui, lundi 5 octobre 2020, au siège du Patriarcat œcuménique, avec la permission et sur l’incitation de Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée, le Saint-Synode de la très sainte Église autonome de Finlande, sous la présidence de S.E. l’archevêque d’Helsinki et de toute la Finlande, Mgr Léon. À cette réunion était présent et à participé de façon honorifique, de la part du patriarche et de l’Église-mère de Constantinople, S.E. l’archevêque d’Australie Mgr Macaire, tandis que le secrétariat, par délégation, était assuré par le révérendissime diacre Grégoire, sous-secrétaire du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique, le traducteur étant le révérend hiéromoine Damascène du monastère de Xénophon. Tout d’abord, les sujets à l’ordre du jour ont été présentés par S.E. le président, comme suit : 1) La question de l’élection d’un évêque-vicaire pour les besoins de notre Église, 2) L’examen de la conduite anti-canonique du protodiacre Georges Härkönen, clerc du diocèse métropolitain de Kuopio et de Carélie, 3) La désignation d’un premier secrétaire de notre Saint-Synode. Au cours de la session, les trois Éminentissimes hiérarques ont communiqué ensemble dans un esprit de réconciliation, de charité et de respect réciproque, soulignant, entre autres, l’événement réellement historique de la session du Saint-Synode de l’Église de Finlande, pour la première fois, à Constantinople, là où se trouve le cœur de notre Église-Mère. Relativement aux sujets abordés, les décisions suivantes ont été prises : – La question de l’élection d’un évêque-vicaire, la nécessité en étant constatée, est renvoyée à la prochaine assemblée clérico-laïque devant être convoquée pour le mois de novembre 2020, laquelle proposera les personnes appropriées pour notre Saint-Synode. – Une sanction de suspension de six mois de ses devoirs ecclésiastiques a été infligée au protodiacre Georges Härkönen, clerc du diocèse métropolitain de Kuopio et de Carélie, en raison

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Brouillon auto

Concours international de photographie « Couleurs de l’orthodoxie, Finlande »

“Le concours international de photographie est organisé pour présenter la diversité et la beauté de l’orthodoxie en Finlande. À travers ce concours, qui va être couronné par un album et une exposition, nous aimerions présenter la vie chrétienne en Finlande à un public plus large. Nous recherchons des images dans ces catégories : églises (architecture, fresques, croix, tombes, paysage) ; personnes (ordonnées et laïques, portrait, etc.) ; reportage (événements religieux, pèlerinages, fêtes, etc.). La participation au concours est gratuite. En raison de la pandémie du coronavirus, nous encourageons les participants à parcourir leurs archives. Si vous envoyez votre candidature avant le 31 mai, vous ne serez pas limités par cette date (vous pouvez envoyer 6 photographies par catégorie avant le 31 mai et la même quantité après cette date). Toutes les inscriptions doivent être reçues avant le 4 septembre 2020. Les prix dans ce concours seront : Grand Prix : 400 euros, 1er prix dans chaque catégorie : 200 euros, 2e prix dans chaque catégorie : 100 euros, 3e prix dans chaque catégorie : 50 euros, Mention Honorable : album photo de l’une des publications de nos partenaires (le nombre de mentions honoraires sera déterminé par le jury). Photographie la plus émouvante : 200 euros, ce qui est le prix supplémentaire offert par Andrzej Parafiniuk, consul honoraire de Finlande à Bialystok.”Plus d’informations sur le concours et la participation sont disponibles sur la page Web.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Brouillon auto

Statistiques de l’Église orthodoxe de Finlande : « Les indicateurs sont en rouge, le potentiel est en noir »

Les statistiques de l’Église orthodoxe de Finlande pour 2019 ont été publiées. À la fin de l’année 2019, l’Église orthodoxe de Finlande comptait 58.899 paroissiens enregistrés. Plus de 33.000 d’entre eux vivaient sur le territoire du diocèse d’Helsinki. La plus grande paroisse du diocèse est celle d’Helsinki, qui compte presque 20.000 paroissiens. La baisse du nombre des paroissiens (en tout 661 personnes) s’explique en partie par des raisons historiques : les pressions auxquelles ont fait face les orthodoxes rapatriés de Carélie [i.e. la partie devenue soviétique en 1947, ndt] continuent à influer sur la situation démographique de l’Église orthodoxe de Finlande. Dans beaucoup de ces familles, les enfants ont été baptisés dans l’Église nationale de la majorité (l’Église évangélique-luthérienne) dans l’espoir que cela leur permettrait de mieux s’adapter aux nouvelles conditions de vie. Bien qu’une partie des descendants de ces rapatriés soit revenue à l’Église orthodoxe, le déficit correspondant à la « génération perdue » se fera encore longtemps ressentir sous la forme d’indicateurs statistiques négatifs. En 2019, 737 paroissiens de l’Église orthodoxe de Finlande sont décédés. 287 personnes ont été baptisées, soit 450 de moins que l’an passé. Le déséquilibre démographique le plus saillant vient de la migration interne des diocèses de Kuopio et de Carélie, où le nombre des décès a dépassé de trois fois celui des baptisés. Le nombre de ceux qui ont quitté l’Église en 2019 est resté au niveau des indicateurs de l’année précédente, à savoir 993 personnes. De même, le nombre de ceux qui se sont convertis à l’Orthodoxie correspond à la tendance générale des dernières années : en 2019, 811 personnes sont devenues orthodoxes. L’examen des statistiques des paroisses pour 2019 a montré que, dans la plupart des cas, des personnes âgées de 20 à 34 ans quittent l’Église orthodoxe, partout en Finlande. Ce n’est pas une

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche de Moscou Cyrille se rendra en Finlande au mois de mai 2020

Le patriarche de Moscou Cyrille se rendra en Finlande au mois de mai de l’année prochaine, ce qui sera la première visite du patriarche Cyrille au pays voisin. En 1994, le patriarche Alexis II s’y était rendu pour la dernière fois. Le patriarche Cyrille a répondu à l’invitation commune de l’Église orthodoxe de Finlande, de l’Église catholique-romaine de Finlande et de l’Église évangélique luthérienne de Finlande, qui lui avait été adressée par les chefs de celle-ci à Moscou en 2015. Le patriarche Cyrille les rencontrera, afin de discuter de questions actuelles. « Je suis heureux que la visite de Sa Sainteté en Finlande ait lieu après tant d’année d’attente. Ici, à la frontière où l’Est rencontre l’Ouest, nous avons toujours construit des liens proches et constructifs avec l’Église orthodoxe russe », a déclaré l’archevêque Léon d’Helsinki et de toute la Finlande, de l’Église orthodoxe finlandaise. Depuis l’intervention de Constantinople sur le territoire de l’Église orthodoxe d’Ukraine, l’Église orthodoxe russe n’est plus en communion avec l’Église de Finlande, qui dispose d’un statut d’autonomie au sein du Patriarcat de Constantinople. Cependant, le jour après la décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe de cesser la communion avec celui-ci, les hiérarques de l’Église orthodoxe de Finlande avaient déclaré tout en déplorant la décision concernée: « L’Église orthodoxe de Finlande a toujours été prête à bâtir des relations constructives avec l’Église orthodoxe russe… Nous espérons que, par exemple, la collaboration culturelle et les actions n’ayant pas de relation directe avec la vie liturgique pourront continuer avec l’Église orthodoxe russe et ses membres ». En novembre passé, suite à sa visite en Finlande, l’ex-président Petro Porochenko avait déclaré que l’Église de Finlande soutenait l’autocéphalie ukrainienne, alors que celle-ci s’était distancée de cette déclaration : « L’Église orthodoxe de Finlande n’a fait aucune déclaration officielle selon laquelle elle soutiendrait ou non l’autocéphalie

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Histoire du monastère de Valamo en Finlande

Nous vous proposons ci-dessous l’histoire du monastère de Valamo (1, photographie ci-dessus) en Finlande, jusqu’à aujourd’hui, et une présentation de ses grandes figures. Ce texte, provenant des pages du site internet du monastère, a été traduit du finnois par Sophie Alix Capdeville, docteure en philosophie (thèse sur l’histoire du livre saami en Finlande),  diplômée de l’université de Jyväskylä. LE PASSÉ ET LE PRÉSENT Selon ses chroniques, le monastère de Valamo aurait été probablement fondé au XIIème siècle, et avec certitude au plus tard au XIVème siècle. Deux moines, qui y vécurent à ses débuts, sont considérés et respectés comme ses pères fondateurs : saint Serge et saint Germain de Valamo. La longue histoire du monastère est constituée non seulement de périodes de forte croissance, mais aussi de périodes difficiles. La phase de croissance la plus notable se situe à la fin du XVIème siècle. Au début du XVIIème siècle le monastère fut ravagé, à tel point qu’il n’y eut aucune activité pendant plus d’un siècle. La vie du monastère reprit son essor en 1716 : le tsar Pierre le Grand fit publier un décret selon lequel il en ordonnait la reconstruction. De la fin du XVIIIème au début du XXème siècle, le monastère vécut un véritable âge d’or tant au point de vue spirituel que matériel. Les chantiers entrepris par l’higoumène Nazaire et continués par son successeur l’higoumène Damascène transformèrent Valamo en une véritable institution, dont le monastère principal était entouré de douze skites, des monastères secondaires. Quoique la source principale de revenus ait été l’agriculture, il y avait aussi de nombreux ateliers artisanaux, et l’intense vie spirituelle des moines avait atteint un niveau exemplaire grâce à un système traditionnel de soutien aussi bien de la part des anciens que des pères spirituels. Le nombre des frères atteignit son apogée en 1913,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Deux nouveaux saints de Finlande canonisés par le Patriarcat œcuménique

Deux nouveaux saints de Finlande canonisés par le Patriarcat œcuménique

Le saint et sacré Synode, acceptant à l’unanimité la proposition de l’Église autonome de Finlande qui dépend du Patriarcat œcuménique, a inscrit au nombre des saints de l’Église orthodoxe le vénérable Jean de Valaam (1873-1958) et le saint martyr et confesseur Jean de Sonkajanranta (1848-1918), qui ont vécu et œuvré dans ce pays. Vénérable Jean de Valamo (1873-1958). Jean est né le 14 février 1873 dans la province de Tver, en Russie, dans une famille paysanne. Il a fait ses études à l’école paroissiale du village d’Il’inskoe. En 1889, il entre au monastère de Valamo. Après avoir passé quatre ans dans le skite de saint Germain de Valamo, il a ensuite fait son service militaire durant quatre ans. Libéré de ses obligations militaires, il rentre temporairement chez lui avant de retourner, en 1901, à Valamo. Jean a servi deux ans dans la métochion du monastère de Valamo à Saint-Pétersbourg. Il écrivit par la suite que la ville avait une mauvaise influence sur lui et que, faible dans sa volonté, il ne pouvait s’adapter à l’agitation urbaine. En 1906, Jean devint novice au monastère de Valamo et le 22 mai 1910, il fut tonsuré moine et on lui donna le nom de Hyacinthe. A la suite de nombreuses requêtes, Hyacinthe quitta la ville et retourna au monastère ; il vécut d’abord au skite du prophète Élie, puis dans celui de saint Jean-Baptiste. Le 19 octobre 1921, il fut nommé higoumène du monastère saint Tryphon de Petsamo. Le 13 novembre, il fut ordonné hiérodiacre et le 15 novembre hiéromoine. A cette époque, le monastère se trouvait sur le territoire de la Finlande nouvellement indépendante. En 1932, Hyacinthe retourna à Valamo et, en 1933, il devint moine de Grand Habit et prit le nom de Jean et commença à vivre dans l’isolement dans le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe de Finlande a démenti les propos de M. Porochenko selon lesquels celle-ci soutiendrait l’autocéphalie de l’Église d’Ukraine

L’Église orthodoxe de Finlande a démenti les propos de M. Porochenko selon lesquels celle-ci soutiendrait l’autocéphalie de l’Église d’Ukraine

L’Église orthodoxe de Finlande n’a pas fait de déclarations officielles sur l’autocéphalie en Ukraine. C’est ce qui a été communiqué le 8 novembre à l’agence russe Ria Novosti par le représentant de l’Église orthodoxe de Finlande, le diacre Vladimir Sokratiline. « La position officielle [de l’Église de Finlande] est la suivante : nous suivons le développement de la situation, nous prions pour la préservation de la paix et de l’unité de l’Église » a-t-il déclaré, précisant que la rencontre entre le président Porochenko et l’archevêque Léon, primat de l’Église orthodoxe de Finlande, portait un caractère fermé et informel. La veille, le site officiel de la présidence ukrainienne affirmait (dont photographie) que l’archevêque Léon avait confirmé à Petro Porochenko qu’il soutenait l’autocéphalie de l’Église non canonique en Ukraine. Or, précédemment, l’Église orthodoxe de Finlande avait déclaré qu’elle espérait la normalisation des relations de toutes les parties et qu’elle était prête à bâtir des relations constructives avec l’Église orthodoxe russe. Source : Ria Novosti

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe de Finlande planifie une réforme paroissiale à grande échelle

L’Église orthodoxe de Finlande planifie une réforme paroissiale à grande échelle

D’ici 2020, l’Église orthodoxe de Finlande devrait achever sa réforme administrative et ecclésiale. Son objectif principal est de créer des conditions pour le développement des activités pastorales et paroissiales. La question de la nécessité de changer l’infrastructure a été discutée à plusieurs reprises lors des conciles locaux annuels de l’Église orthodoxe de Finlande. Lors du concile de 2017, une décision a été prise « d’examiner et de modifier, si nécessaire, les limites et la structure des paroisses dans toute l’Église d’ici 2020 ». Il est prévu que les paroisses commencent leur activité dans les nouvelles circonscriptions à partir du 1er janvier 2020. Les directions prioritaires, censées d’intensifier la réforme à venir, concernent la vie liturgique, l’éducation et la diaconie ecclésiale. Pourquoi l’ Église finlandaise a-t-elle besoin d’une réforme administrative? La principale raison qui a poussé l’Église finlandaise à revoir sa structure canonique est la nécessité de développer ses activités pastorales. Cela est impossible dans le cadre de la structure existante. Aujourd’hui les membres du clergé et les employés de l’Église sont forcés d’accorder une « attention excessive » aux questions de gestion administrative – au détriment du service pastoral et du travail paroissial. Ainsi, ce sont les recteurs des paroisses qui font la gestion administrative de la paroisse. Au fil des ans, les tâches administratives liées aux activités de la paroisse ont considérablement augmenté. Par exemple, les changements des conditions des appels d’offres, le développement du droit du travail en Finlande et les changements dans les exigences de la transparence de l’activité paroissiale ont conduit à une situation où le travail administratif prend beaucoup plus temps qu’il y de dix ans et nécessite la mobilisation des « ressources incroyables ». L’Église orthodoxe en Finlande a les droits d’une personne morale, et à ce titre elle ne peut pas négliger les

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Les statistiques 2017 de l’Église orthodoxe de Finlande ont été publiées

Les statistiques 2017 de l’Église orthodoxe de Finlande ont été publiées

Les dernières statistiques de l’Église orthodoxe de Finlande, qui dépend du Patriarcat œcuménique, témoignent du déplacement du centre de la vie ecclésiale vers le sud de la Finlande. Le nombre des orthodoxes en Finlande continue à se réduire légèrement pour la cinquième année consécutive : fin 2017, le nombre des fidèles s’élevait à 60.186 personnes, soit 380 orthodoxes en moins par rapport à la fin de l’année précédente. Quatre facteurs influent principalement sur le nombre des fidèles : les baptêmes et les conversions les augmentent, tandis que les décès et les abandons de l’Église les diminuent. Durant la présente décennie, le nombre de baptêmes a constamment diminué. En 2017, 357 enfants ont été baptisés dans l’Église orthodoxe de Finlande, soit 30 de moins par rapport à l’année précédente. Le petit nombre de baptêmes s’explique par le faible niveau de natalité, d’une part, et le refus des parents d’influencer les convictions religieuses des enfants, d’autre part. En revanche, les conversions à l’orthodoxie sont plus nombreuses. 858 personnes sont devenues membres de l’Église orthodoxe de Finlande durant l’année écoulée, ce qui correspond à la tendance générale des années 2000. Toutefois, ceci ne compense pas la diminution générale du nombre des fidèles, provoquée par les changements démographiques et la diminution du nombre des baptêmes. L’an passé, 729 orthodoxes sont décédés, soit un nombre légèrement inférieur à l’année précédente. Le nombre de ceux qui ont quitté l’Église l’an passé est également légèrement inférieur par rapport à l’année précédente, soit 811 personnes, dont la moitié dans le diocèse d’Helsinki, où le nombre de convertis est en revanche en augmentation, s’élevant à 298 personnes. Le plus grand nombre de convertis sont originaires de Turku (95), Tampere (75) et Lappeenranta (56). Selon les statistiques, le plus grand nombre d’orthodoxes se trouve dans le diocèse d’Helsinki. Dans les

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le siège primatial de l’Église orthodoxe de Finlande sera transféré à Helsinki

Le siège primatial de l’Église orthodoxe de Finlande sera transféré à Helsinki

Le concile local de l’Église orthodoxe de Finlande, qui vient de s’achever au monastère de la Transfiguration – Nouveau Valaam – à Heinävesi, en Finlande, a décidé à l’unanimité de transférer le siège archiépiscopal de Kuopio à Helsinki. Le changement sera effectif dès le 1er janvier 2018, alors que le métropolite actuel d’Helsinki, Mgr Ambroise (Jaaskelainen) partira en retraite le 31 décembre de cette année. Ainsi, dès le début de 2018, le primat de l’Église de Finlande aura sa cathédrale à Helsinki et portera le titre « d’archevêque d’Helsinki et de toute la Finlande ». Le primat actuel de l’Église de Finlande est l’archevêque Léon (Makkonen) de Carélie et de toute la Finlande. La chancellerie de l’archevêque sera située à Helsinki, tandis que les services et le personnel du centre administratif de l’Église resteront à Kuopio. La cathédrale primatiale sera la cathédrale de la Dormition à Helsinki, Cette décision a été prise parce que la majorité des fidèles orthodoxes résident dans le diocèse d’Helsinki. Les évêques ont également relevé que selon la tradition ecclésiale habituelle, le primat d’une Église locale réside dans la capitale du pays. Le diocèse de Carélie sera désormais appelé « de Kuopio et de Carélie », dès le 1er janvier et son évêque diocésain, qui sera élu lors du concile local de 2018 portera le titre de « métropolite de Kuopio et de Carélie ». Le concile local a également décidé d’apporter certains amendements à la charte de l’Église, qui seront publiés dans ses statuts. Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Rencontre entre le patriarche Bartholomée et l’archevêque Léon de Finlande

Rencontre entre le patriarche Bartholomée et l’archevêque Léon de Finlande

L’archevêque de Carélie et de toute la Finlande Léon a rencontré le patriarche Bartholomée à Constantinople le samedi 11 novembre. Le primat de l’Église orthodoxe autonome de Finlande était accompagné de l’ambassadeur de Finlande à Ankara, Mme Päivi Kairamo, de l’hypodiacre Gaio, de son conseiller juridique, M. Jary Rantala. L’archevêque Léon a informé le patriarche de la prochaine réunion de l’Assemblée clérico-laïque de l’Église orthodoxe de Finlande et d’autres questions internes. Le dimanche 12 novembre, l’archevêque Léon a présidé la divine liturgie en l’église Saint-Dimitri dans le quartier de Tatavla à Constantinople, au cours de laquelle un chœur de jeunes de Finlande a exécuté les chants. Source 

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le métropolite Tikhon, primat de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) effectue une visite officielle à l’Église orthodoxe de Finlande

Le métropolite Tikhon, primat de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) effectue une visite officielle à l’Église orthodoxe de Finlande

Sur l’invitation de l’archevêque Léon de Carélie et de toute la Finlande, le métropolite Tikhon, primat de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA), effectue une visite en Finlande, qui a commencé le 22 février 2015. Le métropolite Tikhon est accompagné de l’archevêque Melchisedec de Pittsburgh et de Pennsylvanie occidentale, de l’archiprêtre John Jillions, chancelier de l’OCA et d’autres représentants de cette Église. Plusieurs événements marquent cette visite. Tout d’abord la concélébration du métropolite Tikhon et de l’archevêque Léon et encore d’autres hiérarques des deux Églises au monastère du Nouveau Valaam, le dimanche 28 février. Dans son allocution à l’issue de la liturgie, le métropolite Tikhon a déclaré, entre autres : « Alors que nous sommes séparés par de grandes distances, l’Église orthodoxe de Finlande et l’Église orthodoxe en Amérique partagent une histoire et une vision communes. Le premier saint d’Amérique vint en Alaska depuis Valaam. La participation du défunt archevêque Paul de Finlande à la canonisation, en 1970, de St Germain à Kodiak, en Alaska, reste un signe vivant de notre voie commune dans la mission et la sainteté. La présence persistante du fruit monastique et missionnaire de saint Germain et de ses prédécesseurs du grand Nord a été vivement ressentie au cours de notre visite. Les Églises orthodoxes en Finlande et en Amérique du Nord vivent dans des sociétés démocratiques occidentales, nous offrant de nombreuses occasions de témoignage et de mission, de travail pastoral et de bon ordre de notre vie d’Église. Nos églises bénéficient de structures de responsabilité partagées du peuple de Dieu entier, évêques, prêtres et laïcs. Nos sociétés présentent pour nous aussi de nombreux défis. Parfois, ces défis demandent de nous le courage d’être critiques envers nos sociétés, d’être à contre courant. D’autres fois, nos sociétés nous défient pour examiner notre foi, notre tradition, notre conscience, pour répondre à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le professeur Paul Meyendorff (Église orthodoxe d’Amérique) et le hiéromoine Romain (Église de Finlande) ont rendu visite à la Faculté de théologie du diocèse du Kenya du Patriarcat d’Alexandrie

Le professeur Paul Meyendorff (Église orthodoxe d’Amérique) et le hiéromoine Romain (Église de Finlande) ont rendu visite à la Faculté de théologie du diocèse du Kenya du Patriarcat d’Alexandrie

L’un des professeur de la faculté écrit : « Nous soulignons toujours l’importance de l’éducation ici, dans les établissements scolaires, secondaires et supérieurs, laquelle est donnée selon les critères corrects de la spiritualité orthodoxes. C’est ce que nous vivons quotidiennement ici, dans l’espace de notre Faculté patriarcale, où sont formés des jeunes de différents pays du continent africain. C’est ce que nous avons ressenti tout spécialement à l’occasion de la visite deux professeurs, le père Romain, de Finlande, et le Dr. Paul Meyendorff, fils du prêtre et théologien Jean Meyendorff, d’éternelle mémoire. Lors de leur séjour ici, les deux professeurs ont été admiratifs du sérieux des étudiants, de leur attitude et leur application, de leur façon de vivre les offices quotidiens, matin et soir, avec leurs voix harmonieuses et leur participation active. Les professeurs ont été impressionnés et sont partis tard le soir. Le matin, dans la grande salle de la bibliothèque de la faculté, le professeur Meyendorff a parlé devant environ 200 jeunes gens et jeunes filles, ainsi que les prêtres, au sujet de l’ecclésiologie du sacrement du Baptême. Tant les enseignants que les étudiants, de même que d’autres jeunes ont posé des questions au professeur Meyendorff et au métropolite du Kenya, lesquels ont donné leur réponse avec des effets excellents. Tous sont partis satisfaits et enthousiastes. Le métropolite a remercié les deux professeurs pour leur venue. Le père Romain a informé l’auditoire que la Faculté patriarcale sera reconnue bientôt comme égale à toutes les autres facultés de théologie, les deux professeurs étant convaincus du niveau académique élevé de la faculté locale. Le métropolite a célébré et a prêché dans une église provisoire dédiée à saint Jean, en présence des deux professeurs et des étudiants de la Faculté patriarcale. L’éducation académique, lorsqu’elle est accompagnée de la vie liturgique quotidienne

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Un incendie a ravagé plusieurs bâtiments du monastère « Nouveau Valaam » en Finlande

Le 23 janvier, plusieurs bâtiments du monastère de la Transfiguration du Sauveur, dit « Nouveau Valaam » à Heinävesi en Finlande ont été ravagés par un incendie. Le bâtiment principal n’a toutefois pas été touché. Les dommages pourraient atteindre des centaines de milliers d’euros. Source: Blagovest-info, traduit du russe pour Orthodoxie.com

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Télévision (Arte): une oeuvre du compositeur Einojuhani Rautavaara pour l’Eglise orthodoxe de Finlande

La chaine de télévision Arte diffuse actuellement, et rediffuse (prochainement: les 26 et 27 novembre), en deux parties, l’enregistrement d’une oeuvre du compositeur finlandais Einojuhani Rautavaara (lui-même luthérien selon le site d’Arte) commandée par l’Eglise orthodoxe de Finlande, Vigilia pour la Décollation du Précurseur (29 août), et interprétée récemment à Helsinki: voir cette page avec une bande-annonce vidéo, des photographies (dont celle ci-contre) et des explications, ainsi que cette autre page.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une délégation des Églises chrétiennes de Finlande à Moscou

Le 12 juin 2012, une délégation des Églises chrétiennes de Finlande est arrivée à Moscou. La délégation comprend l’archevêque Léon de Carélie et de toute la Finlande (Église orthodoxe de Finlande), l’archevêque Kari Mäkinen de Turku, Primat de l’Église luthérienne-évangélique de Finlande, l’évêque Teemo Sippo d’Helsinki (Église catholique romaine), l’archiprêtre Victor Liutik, recteur de l’église de l’Intercession d’Helsinki et représentant du Patriarcat de Msocou en Finlande, le révérend Kimmo Kiarianen, directeur exécutif du Département des relations internationales de l’Église luthérienne-évangélique de Finlande, Tuomo Pesonen, chef du service d’information de l’Église luthérienne-évangélique de Finlande et deux interprètes. La délégation a été accueillie à l’aréoport de Cheremetievo par l’archiprêtre Dimitri Sizonenko, secrétaire du DREE aux relations interchrétiennes et par d’autres employés du DREE. Le même jour, la délégation finlandaise a visité l’église du Christ Sauveur. Ils ont également visité l’exposition intitulée « l’Art de la broderie en perles », actuellement visible à l’église du Christ Sauveur. Slource : Mospat.ru  

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Pour ceux qui séjournent en Finlande

Pour ceux qui séjournent en Finlande: cette page présente, avec une localisation, les édifices orthodoxes les plus remarquables du pays (en finnois).

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Décès du métropolite Jean de Nicée, archevêque émérite de Carélie et de toute la Finlande

Le 1er juillet, Mgr Jean de Nicée, archevêque émérite de Carélie et de toute la Finlande est décédé. Né à Turku, en Finlande, en 1923, dans une famille luthérienne, Jean Wilho Rinne a rejoint l’Église orthodoxe en 1966. En 1967, il reçoit la tonsure monastique au monastère Saint-Jean-le-Théologien sur l’île de Patmos. En 1969, il est élu évêque de Laponie. En 1971, il a obtenu un doctorat de droit canonique à l’université de Thessalonique. En 1972, il devient métropolite d’Helsinki et en 1987, archevêque de Carélie et de toute la Finlande jusqu’à son retrait en 2001. Il fut un expert internationalement renommé dans le droit canon. Sources: Église orthodoxe de Finlande, OCA

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

En Finlande

Le quotidien Le Monde a évoqué hier le cas du prêtre orthodoxe finlandais Mitro Repo qui se présente aux élections européennes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Finlande: Mgr Léo rappelle qu’un prêtre ne peut pas participer à des élections politiques

Hier, Mgr Léo de Finlande a rappelé qu’un prêtre ne peut pas participer à des élections politiques. La question se pose dans ce pays depuis que le père Mitro Revon a annoncé le 16 avril dernier qu’il prendrait part aux élections européennes en tant que membre de la liste du Parti social-démocrate finlandais. Le 26 mai, une réunion de l’épiscopat de l’Eglise orthodoxe de Finlande se tiendra à Helsinki pour évoquer cette affaire et les conséquences pour le statut de prêtre du père Mitro. Celui-ci est invité à s’expliquer lors de celle-ci. Sources: Eglise orthodoxe de Finlande, Cerkiew.pl

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Finlande: un nouveau recteur pour la paroisse orthodoxe d’Helsinki

La  paroisse orthodoxe d’Helsinki a élu son nouveau recteur. Les résultats du vote ont été proclamés hier par le porte parole de la paroisse, le père Jurki Penttonen. Les trois candidats avaient été présélectionnés par le métropolite Ambroise d’Helsinki. Est élu le père Markku Salminen par 821 voix  Le père Elias Huurinainen recueillant 314 suffrages tandis que le hiéromoine Andreas Larikka en obtenait 203. Le taux de participation à l’élection est très bas 9,3 %. Moins d’un paroissien sur dix s’est rendu au scrutin qui s’annonce pourtant comme crucial pour l’Eglise orthodoxe en Finlande. Le recteur de la paroisse d’Helsinki est l’une des personnes les plus influentes de l’orthodoxe finlandaise étant à la tête de près d’un tiers des membres de la petite Église: 18 742 (2008) sur 60 160 (2008) orthodoxes enregistrés. La paroisse fondée en 1827 est d’origine russe mais le service liturgique n’est plus célébré en slavon dans la cathédrale Uspenski depuis 1990. La paroisse est en outre propriétaire de la cathédrale, des ses églises ainsi que de nombreux immeubles de rapport alors que le diocèse est locataire. Cette élection met un terme au débat qui avait suivi la mise à la retraite anticipée de l’ancien recteur, le Père Veikko Purmonen, pour avoir accepté une invitation du Patriarcat de Moscou à se rendre en Estonie sans en informer sa hiérarchie. Source: Église orthodoxe d’Helsinki

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Surprise et réfutation à la suite d’une proposition de Mgr Ambrosius (Finlande) d’établir la communion eucharistique entre orthodoxes et luthériens

Lors d’un récent séminaire, le métropolite d’Helsinki (Eglise orthodoxe finlandaise), Mgr Ambrosius, a proposé d’établir la communion eucharistique entre l’Eglise orthodoxe (1% de la population) et l’Eglise luthérienne (85% de la population – voir ici). Il a suggéré que cette mesure pourrait être introduite à l’occasion des mariages entre orthodoxes et luthériens. L’archevêque luthérien Jukka Paarma, qui est à la tête de l’Eglise luthérienne finlandaise, a répondu en disant que « l’Eglise luthérienne doit prêter attention à la proposition de Mgr Ambrosius et discuter du sujet ». Le Patriarcat de Moscou, par la voix du père Nicolas Balashov, secrétaire du Département des relations extérieures du patriarcat, a rapidement réagi et a exprimé sa surprise en disant qu’aucune Eglise locale orthodoxe n’a pratiqué la communion avec les protestants et qu’il y a sur cette question un accord unanime des Eglises orthodoxes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Visite de Mgr Leo de Finlande

Mgr Leo, archevêque de Carélie, primat de l’Eglise orthodoxe de Finlande, sera accueilli par l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, samedi 12 février à 10 heures à l’église Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e). En soirée, il célèbrera les vigiles dans la paroisse de la Sainte Trinité (crypte de la cathédrale, 12, rue Daru, Paris 8e), à partir de 18 heures. Le lendemain, dimanche 13 février, lors de la séance académique annuelle de l’Institut Saint-Serge (93, rue de Crimée, Paris 19e), à 15 heures, il lui sera remis un doctorat de théologie honoris causa. Le père Boris Bobrinskoy donnera le compte rendu de l’année universitaire 2003-2004. Le discours académique sera prononcé par Michel Stavrou. Il aura pour sujet : « L’Esprit procède du Père par le Fils. L’actualité de la pneumatologie de Nicéphore Blemmydès (13e siècle) ». Pour un rapide historique de l’orthodoxie en Finlande  cliquez ICI !

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Histoire et archives de l’Église orthodoxe en Amérique – Les anniversaires de saint Alexandre Hotovitzky

Histoire et archives de l’Église orthodoxe en Amérique – Les anniversaires de saint Alexandre Hotovitzky

Saint Alexandre Hotovitzky fut un remarquable missionnaire en Amérique et un martyr pour la foi en Russie. Deux anniversaires de la vie de saint Alexandre survenant cette année – le 150ème anniversaire de sa naissance (11 février 1872) et le 85ème anniversaire de son martyre (19 août 1937) – sont l’occasion de réfléchir à la fois sur son travail missionnaire en Amérique et sur le témoignage de son abnégation en tant que martyr en Russie. Le fait qu’il fut marqué par la grâce de Dieu était déjà évident lors de ses années au séminaire. Lors de son ordination sacerdotale à San Francisco, l’évêque Nicolas (Ziorov) des îles Aléoutiennes et de l’Alaska se souvint ainsi de sa première rencontre avec saint Alexandre à l’Académie de théologie : “Malgré votre âge relativement jeune, mon attention a été appelée spécifiquement sur vous et sur personne d’autre parce que je trouve en vous les germes de tout ce qui est nécessaire pour un tel ministère. En particulier, votre décence, votre bonne éducation, votre noble idéalisme, votre piété – m’ont immédiatement impressionné et m’ont fait vous distinguer de plusieurs autres jeunes hommes avec lesquels vous m’aviez rendu visite à Pétersbourg. J’ai vu que vous aviez cette étincelle divine qui transforme tout ministère en œuvre de Dieu et sans laquelle toute vocation devient un métier sans esprit et mort-né. Ne laissez pas s’éteindre cette étincelle divine en vous ; au contraire, essayez de l’allumer en vous afin qu’elle vous réchauffe, vous et ceux qui vous entourent.” La chorale de la cathédrale Saint-Nicolas de New York à la Maison Blanche, où elle a donné un concert en février 1914. Saint Alexandre Hotovitzky, doyen de la cathédrale, qui accompagnait le chœur, se trouve au centre du dernier rang Le travail missionnaire qui devait être fait a commencé lorsque

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le président du DREE a commenté des informations diffusées par les médias sur une éventuelle rencontre du patriarche Cyrille avec le pape François

Le président du DREE a commenté des informations diffusées par les médias sur une éventuelle rencontre du patriarche Cyrille avec le pape François

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a commenté des informations parues dans les médias sur une possible rencontre entre le patriarche Cyrille et le pape François. « Il est prévu que je rencontre le pape François de Rome vers le 20 décembre. Je dois lui souhaiter un bon anniversaire pour ses 85 ans, de la part de Sa Sainteté le patriarche Cyrille, et discuter avec lui de nombreux sujets concernant les relations bilatérales entre nos Églises. Parmi ces thèmes, la possibilité d’une future rencontre du pape François avec le patriarche Cyrille. Ni le lieu, ni la date de cette rencontre n’ont encore été définis. Sur la visite du patriarche Cyrille en Finlande, je dirai que le patriarche avait reçu, il y a quelques années, une invitation du chef de l’Église évangélique-luthérienne de Finlande, de l’archevêque orthodoxe de Finlande et de l’évêque catholique d’Helsinki. Seulement depuis, « beaucoup d’eau a coulé sous les ponts », la situation interorthodoxe a changé, il y a eu la pandémie. La préparation de cette visite est actuellement suspendue. Concernant une visite du pape à Moscou, je peux dire que la question n’a pas été abordée au niveau bilatéral. J’espère que la rencontre prévue aux environs du 20 décembre permettra d’éclaircir tous les sujets qui intéressent également nos deux Églises. » Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Saint Alexandre de la Neva

23 novembre

Carême de la NativitéAprès-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Amphiloque, évêque d’Iconium (394) ; sainte Félicité

« Invasions » et « territoires canoniques » questions et commentaires au sujet de l’autocéphalie ukrainienne

« Invasions » et « territoires canoniques » questions et commentaires au sujet de l’autocéphalie ukrainienne

Nous vous proposons ci-dessous un article publié le 14 février 2019 sur le site « Phos Phanariou », et traduit et publié en anglais le 27 septembre 2021. Le père Georges Tsetsis, grand protopresbytre du Trône œcuménique, est né à Istanbul (Constantinople) en 1934. Diplômé de l’Institut de théologie de Halki, et titulaire d’un doctorat de théologie de l’université de Thessalonique. Il a occupé diverses responsabilités au COE (Conseil œcuménique des Eglises) à Genève entre 1965 et 1984, avant d’être le représentant du Patriarcat œcuménique auprès du COE de 1985 à 1999. Il ne serait pas exagéré de dire que dans la longue controverse sur l’autocéphalie ukrainienne, l’Église de Russie est tombée dans une fosse qu’il creuse depuis longtemps pour y enterrer le Patriarcat œcuménique. Je m’explique. Il est bien connu que, bon ou mauvais, un nouveau processus d’octroi de l’autocéphalie à une Église orthodoxe locale avait déjà été entamé dès 1976 et qu’il a été approuvé en 2009, par une décision orthodoxe unanime, après bien des difficultés et des efforts. Mais il ne faut pas oublier le geste cordial et le sacrifice consenti par l’Église de Constantinople qui, pour sauvegarder l’unité panorthodoxe, a renoncé à son privilège canonique séculaire en vertu duquel elle avait agi en son temps pour émanciper les peuples orthodoxes vivant au nord et à l’ouest de Constantinople, en leur accordant le statut d’autocéphalie. Il ne fait aucun doute que si, durant la phase préparatoire parfois tumultueuse du saint et grand Concile à la fin du 20e et au début du 21e siècle, il n’y avait pas eu de discussion interminable et pédante sur le mode de « signature » du tomos d’autocéphalie, le sujet « Comment déclarer l’autocéphalie » aurait été à l’ordre du jour du Concile, et l’octroi de l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine aurait eu une dimension complètement nouvelle et

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le monastère de Nouveau Valaam reconnu pour sa gestion responsable des forêts

Le monastère de Nouveau Valaam reconnu pour sa gestion responsable des forêts

Le monastère de Nouveau Valaam à Heinävesi, en Finlande, a reçu cette année le prix honorifique « Bourgeon de responsabilité (Sprout of Responsibility) » de la branche finlandaise du Conseil de gestion forestière (Forest Stewardship Council) pour ses mérites en matière de gestion écologique, sociale et efficace des forêts. Un nouveau plan d’utilisation des terres forestières du monastère, qui couvre actuellement 1160 acres, a été élaboré en 2018, visant à définir des objectifs de gestion à long terme et à fixer des lignes directrices pour la gestion au niveau de l’échantillon, rapporte l’ Église orthodoxe finlandaise . Dans le cadre du nouveau plan, « la gestion des forêts du monastère de Valaam prend pleinement en compte l’expérience et les traditions orthodoxes éprouvées d’utilisation et de protection de la nature pour le bien des générations futures ». Dans ce contexte, les objectifs du monastère sont la gestion holistique de la nature, la conservation d’habitats précieux, la préservation de la valeur naturelle et paysagère immatérielle du monastère et la production durable de bois. Le monastère possède un bosquet de bouleaux de Carélie vieux de 38 ans, à partir duquel il envisage de fabriquer des objets décoratifs. « Pour nous, et pour beaucoup de nos hôtes, la forêt est un lieu de paix et d’expérience, mais aussi une source d’inspiration. Nous continuons cette tradition Valaam », lit-on dans le communiqué de presse du monastère cité par le service de presse de l’Église finlandaise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Saint Alexandre de la Neva

23 novembre (ancien calendrier) / 6 décembre (nouveau)

Carême de la Nativité Après-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Amphiloque, évêque d’Iconium (394) ; sainte Félicité et ses sept fils: saints Janvier, Félix, Philippe, Sylvain, Alexandre, Vital et Martial, martyrs à Rome (vers 164) ; saint Clément, premier évêque de Metz (IIIème s.) ; saint Sisine, évêque de Cyzique, et Théodore d’Antioche, martyrs (IVème s.) ; saint Colomban, missionnaire, abbé de Luxeuil (615) ; saint Grégoire, évêque d’Agrigente (630) ; sainte Vulfétrude, abbesse à Nivelles (669) ; saint Trond, prêtre en Hesbaye, Belgique (vers 690) ; saint Alexandre de la Neva, prince russe (1623) ; saint Mitrophane, évêque de Voronège (1703) ; saint Antoine de lezeru-Vâlcea en Roumanie (XVIIIème s). SAINT ALEXANDRE DE LA NEVA À l’époque la plus critique de l’histoire mouvementée du peuple russe, saint Alexandre brilla par son courage et ses vertus de chef d’état chrétien. Énergique, vaillant, défenseur de la foi et de la justice, il reçut de Dieu la mission d’offrir sa vie au service de son peuple assailli de toutes parts. Fils de Iaroslav Vsevolodovitch, prince de Pereïaslavl-Zalesski, au nord de Moscou, saint Alexandre naquit en 1220. Dès son plus jeune âge, le prince fut initié au métier des armes et à l’art du gouvernement par son père ; mais il apprit aussi à user de l’un et de l’autre avec sagesse et modération pour la cause de la piété et de la justice, grâce à la fréquentation assidue de l’église et à la méditation des saintes Écritures. Alexandre était si beau, si vaillant et se comportait avec un tel esprit évangélique, qu’il faisait l’admiration même de ses ennemis. En 1228, âgé de seulement dix ans, il était devenu avec son frère aîné, Théodore, prince de la fière et

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Fête de saint André et visite d’une délégation romaine au Phanar

Fête de saint André et visite d’une délégation romaine au Phanar

Le Patriarcat œcuménique a honoré la mémoire de son fondateur, le saint apôtre André le Premier-Appelé. Le lundi 30 novembre 2020, une divine liturgie solennelle a été présidée par Sa Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée et concélébrée par leurs éminences les métropolitains Théoleptos d’Iconium et Maxime de Selyvria dans l’église patriarcale Saint-Georges, au Phanar. L’homélie a été prononcée par le secrétaire en chef du Saint-Synode, le très révérend archimandrite Joachim Billis. La divine liturgie a été suivie par la délégation officielle de l’Église de Rome, dirigée par Son Éminence le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, ainsi que par le Premier ministre de l’Ukraine, M. Denys Shmyhal, accompagné de membres de son cabinet, ainsi que par une délégation de l’Église orthodoxe autonome de Finlande. À la fin de la divine liturgie, le patriarche œcuménique s’est adressé à la délégation officielle de l’Église catholique romaine par ces mots : Votre Éminence, frère bien-aimé dans le Christ, Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et les membres de la délégation officielle de l’Église de l’Ancienne Rome. Nous saluons votre présence au Phanar en fête avec un amour profond et un honneur particulier, en tant que porteurs des vœux festifs de Sa Sainteté le Pape François. Nous demandons à votre Éminence de transmettre à sa Sainteté, notre frère, la gratitude sans réserve de l’Église de Constantinople et nos remerciements personnels pour l’envoi de cette honorable délégation, ainsi que pour la gracieuse participation de l’Église de l’Ancienne Rome à la joie de cette fête du trône du Patriarcat œcuménique, malgré les difficultés encore causées par la pandémie du coronavirus Covid-19. En raison de cette crise sanitaire, pour la première fois depuis plus de cinq décennies, le Patriarcat œcuménique n’a

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Deux conférences à Moscou à l’occasion du centenaire de « l’exode russe » – l’évacuation de Crimée des troupes du général Wrangel en 1920

Deux conférences à Moscou à l’occasion du centenaire de « l’exode russe » – l’évacuation de Crimée des troupes du général Wrangel en 1920

Fuyant la répression bolchevique, les troupes du général Wrangel avec leurs familles, de nombreux membres du clergé, la population civile, s’embarqua sur 126 navires depuis les ports de Sébastopol, Yalta, Théodosie et Kertch en 1920. Ce centenaire a donné lieu à deux conférences, dont la première s’est déroulée le 16 octobre et était organisée par l’Académie ecclésiastique de Moscou, tandis que l’autre aura lieu le 26 octobre, sous les auspices du Conseil des éditions de l’Église orthodoxe russe. Le 16 octobre a eu lieu la séance plénière de la conférence « le centenaire de l’exode russe ». Elle  était organisée par la section d’histoire ecclésiastique de l’Académie ecclésiastique de Moscou avec la bénédiction du patriarche de Moscou Cyrille, et dédiée à la composante ecclésiastique des événements tragiques qui se sont produits il y a un siècle. Comme l’a mentionné dans son allocution d’accueil le recteur de l’académie, l’évêque de Zvenigorod Théodoret, malgré le format « en ligne » de la conférence, sa réalisation témoigne de la poursuite du travail éducatif et scientifique de l’Académie, qui n’a pas cessé malgré l’épidémie. Dans leurs conférences, les participants à la conférence ont passé sous revue les différents aspects de la vie des enfants de l’Église orthodoxe russe une, tant à l’époque de la guerre civile précédant l’évacuation de Crimée, que lors des années de l’émigration. Le vice-chancelier du Patriarcat de Moscou, l’évêque de Zelenograd Sabbas, dans sa communication « La vie ecclésiale dans la diaspora russe selon le journal de P.E. Kovalevsky » a souligné le danger de la perte de l’identité religieuse et nationale. Le recteur de l’Académie ecclésiastique, l’évêque de Peterhof Silouane, en se référant aux prêtres qui ont émigré en Finlande après la révolte de Cronstadt, a évoqué le sort du clergé russe dans ce pays. Le chef par interim du département de l’histoire

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Les hiérarques finlandais : “Nous reconnaissons nos fautes, nous ferons plus pour travailler ensemble »

Les hiérarques finlandais : “Nous reconnaissons nos fautes, nous ferons plus pour travailler ensemble »

Le 1er octobre, les hiérarques de l’Église orthodoxe finlandaise, à savoir l’archevêque Léon d’Helsinki et de toute la Finlande, le métropolite Arsène de Kuopio et de Carélie, et le métropolite Élie d’Oulu, se sont rendus au Phanar sur l’invitation du patriarche Bartholomée de Constantinople. Durant leur séjour, les évêques ont tenu une session du Concile épiscopal de l’Église orthodoxe finlandaise, avec la participation de l’archevêque Macaire de l’archevêché grec d’Australie au nom du patriarche Bartholomée. Parmi les décisions de la session figure la proposition, lors de l’Assemblée locale de l’Église finlandaise qui siègera le mois prochain, de désigner de dignes candidats au poste d’évêque auxiliaire, dont la nécessité se fait beaucoup ressentir. Selon la déclaration des hiérarques finlandais, datée du 8 octobre, la session a été fructueuse, aidant les hiérarques à reconnaître leurs fautes et à renouveler leurs souhaits et intentions à travailler ensemble pour le bien de l’Église en Finlande. À Constantinople, « une possibilité unique nous a été offerte de recréer l’unité d’esprit entre nos confrères évêques. Nous sommes reconnaissants au patriarche Bartholomée pour l’occasion qui nous a été donnée d’ouvrir une nouvelle page dans notre collaboration », ont déclaré les hiérarques, qui ont précisé : « Nous avons reconnu honnêtement que notre travail pour le bien de notre Église n’a pas toujours donné de bons fruits. Il nous est important de prendre conscience du passé, afin d’éclaircir la direction du mouvement dans le futur. Comme le dit l’apôtre Paul : « oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant » (Phil. 3,13). Il a été décisif d’apprendre à nous comprendre mutuellement et accepter ce qui est humain en chacun. Nous reconnaissons les erreurs commises. Comme l’a fait remarquer le patriarche Bartholomée, nous sommes tous imparfaits, nous tombons dans le péché et commettons des fautes. Nul n’est sans défauts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Brouillon auto

Session du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique

La session du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique a commencé le 6 octobre 2020 et se déroule au monastère de la Source Vivifiante à Balıklı, dans la ville de Constantinople. La veille, le patriarche Bartholomée avait reçu le métropolite du Mexique Athénagoras (Patriarcat œcuménique), accompagné des évêques vicaires élus pour le Mexique, Athénagoras de Myrina, Hésychios de Markiani, et Timothée d’Assos. Après avoir été reçus en audience privée par le patriarche et les hiérarques du Trône œcuménique, les évêques élus ont participé à la brève cérémonie de leur nomination. Ensuite, en la cathédrale patriarcale, en présence des hiérarques et la cour patriarcale et des pèlerins laïcs, les trois futurs évêques, successivement, ont pris part à la cérémonie au cours de laquelle leur élection a été communiquée solennellement. À cette occasion, le patriarche leur a prodigué ses conseils pour le succès de leur nouvelle mission dans l’Église, dans une région atteinte par la pauvreté, les maladies et la faim. S’en est suivie une discussion au cours de laquelle les problèmes, les idées, les points de vue ont été discutés sur les problèmes qui préoccupent cette église locale. Lors de sa réunion du 6 octobre, sur invitation du patriarche, les hiérarques de l’Église autonome de Finlande, qui dépend du Patriarcat œcuménique, ont été invités aux travaux du Saint-Synode. Il s’agit de l’archevêque d’Helsinki et de toute la Finlande, Mgr Léon, du métropolite de Kuopio et de Carélie, Mgr Arsène, et du métropolite d’Oulu Mgr Élie. Au cours de cette réunion, le Saint-Synode a élu à l’unanimité l’exarque de l’Église-Mère à Kiev et recteur de la Stavropégie patriarcale Saint-André, le révérendissime archimandrite Michel Anissenko, évêque de Comana. En outre, sur proposition des synodes provinciaux de l’archevêché d’Amérique, l’archimandrite Spyridon (Kezios) a été élu évêque d’Amastris, l’archimandrite Timothée (Bakakos), actuellement chancelier du diocèse de Chicago,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :