Livre : « Participants de la nature divine – La spiritualité orthodoxe à l’âge de la sécularisation » par l’archevêque Job Getcha

Brouillon auto Les éditions Apostolia viennent de faire paraître un nouveau livre de l’archevêque Job Getcha : Participants de la nature divine – La spiritualité orthodoxe à l’âge de la sécularisation. Nous vous invitons à lire la quatrième de couverture : « On raconte qu’un jour pas si lointain, un vieux moine demanda à un novice pourquoi il se rendait à l’église. Le novice répondit spontanément : “Pour prier”. L’ancien répliqua : “Quelle drôle d’idée. On peut prier chez soi, mais si l’on se rend à l’église, c’est pour constituer l’Église ». L’ancien voulait souligner d’une part qu’il fallait prier partout et en tout temps, et non pas seulement lorsque nous venons à l’église, et que d’autre part, toute assemblée liturgique était une assemblée ecclésiale et non pas un amoncellement d’individus qui viennent faire leurs dévotions personnelles pour en tirer un profit spirituel individuel. Il faut donc distinguer la prière personnelle de la prière communautaire ; la prière en cellule et la prière en Église. Cependant, l’une est inséparable de l’autre. Comme on l’enseigne encore aujourd’hui au Mont Athos, ce haut lieu du monachisme orthodoxe, la prière personnelle et la prière liturgique forment pour ainsi dire les deux plateaux de la balance de la vie spirituelle que le chrétien se doit de maintenir en équilibre. » Mgr Job Getcha, archevêque de Telmessos, est le représentant permanent du Patriarcat oecuménique de Constantinople auprès du Conseil oecuménique des Églises à Genève, co-président de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe, il enseigne la théologie liturgique à l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy-Genève et à l’Institut catholique de Paris.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

« La spiritualité à l’âge de la sécularisation », l’émission « L’orthodoxie, ici et maintenant » avec l’archevêque Job (Getcha)

“La spiritualité à l’âge de la sécularisation”, l’émission « L’orthodoxie, ici et maintenant » avec l’archevêque Job (Getcha)

L’émission de télévision « L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) du mois de février propose un entretien avec l’archevêque Job (Getcha) en relation avec son dernier ouvrage paru aux Éditions Apostolia, « Participants de la nature divine. La spiritualité orthodoxe à l’âge de la sécularisation » (en vente ici, avec la présentation du livre et la table des matières). A voir sur cette page et ci-dessous.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Archbishop Job (Getcha) of Telmessos: “Ukraine has always been the canonical territory of the Ecumenical Patriarchate”

Archevêque Job (Getcha) : L’Ukraine a toujours été le territoire canonique du Patriarcat œcuménique

Mgr Job, comme vous le savez, le Patriarcat œcuménique a décidé d’envoyer à l’Ukraine ses représentants (exarques) pour négocier avec les représentants des différentes Églises ukrainiennes la possibilité d’accorder l’autocéphalie. Cependant, le Saint-Synode du Patriarcat de Moscou a réagi à cette initiative de manière très critique, en déclarant qu’il s’agissait « d’une intrusion illégale sur son territoire canonique ». Moscou a même déclaré la suspension de la concélébration avec le Patriarcat œcuménique. Quel est votre comment, et dans quelle mesure les déclarations de Moscou sont justes ?  La décision du Patriarcat œcuménique était-elle vraiment illégale et non canonique ? Archevêque Job : Je voudrais rassurer tout le monde immédiatement sur le fait qu’il n’y a pas eu ou qu’il ne se passe aucune « intrusion sur le territoire canonique de quelqu’un d’autre ». Et il s’agit encore moins de créer un schisme ou de le légaliser. Au contraire, comme l’a déclaré à maintes reprises le patriarche œcuménique Bartholomée, l’Église de Constantinople en tant qu’« Église-mère », cherche à trouver les moyens canonique les plus optimaux pour guérir et surmonter le schisme existant en Ukraine. C’est à cette fin que les représentants (exarques) du trône œcuménique ont été désignés pour entamer un dialogue et pour rechercher des voies possibles. Car l’état de division qui existe dans l’Église ukrainienne depuis près de 30 ans n’est pas naturel. Des milliers de paroisses orthodoxes et des millions de croyants orthodoxes en Ukraine, à travers ce schisme, sont en dehors de l’unité de l’Église orthodoxe universelle, privés non seulement de l’unité eucharistique avec leurs frères orthodoxes dans la foi, mais privés également de l’essentiel : le salut au sein de l’Église canonique. Cela, bien sûr, ne peut que causer de la douleur et de l’anxiété de l’Église-mère. Pendant toutes ces années, l’Église de Constantinople, avec douleur, a observé sa fille, l’Église

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’archevêque de Telmessos Job (Getcha) : « L’autocéphalie est le moyen d’assurer l’unité de l’Église tant à l’intérieur de l’État, qu’entre les Églises locales ».

L’archevêque de Telmessos Job (Getcha) : « L’autocéphalie est le moyen d’assurer l’unité de l’Église tant à l’intérieur de l’État, qu’entre les Églises locales »

Nous publions ci-dessous l’interview accordée par l’archevêque de Telmessos Job (Patriarcat de Constantinople) au site ukrainien « Cerkvarium » :   – Monseigneur, le Patriarcat de Moscou insiste sur le fait que l’autocéphalie ne peut être demandée que par la partie canonique d’une Église donnée, tandis que tout le reste est « la légalisation du schisme ». Mais toutes les autocéphalies les plus récentes sont survenues suite à leur séparation du Patriarcat de Constantinople uniquement, et cela s’est produit difficilement et douloureusement. Y a-t-il des règles reconnues par tous, telles que qui peut demander l’autocéphalie et quand ? La plus grande expérience dans ce domaine revient précisément à Constantinople. – Si l’on étudie l’histoire de l’Église orthodoxe d’après les textes et les documents, et non sur la base de mythes créés et d’une fausse historiographie, il est évident qu’absolument toutes les autocéphalies contemporaines ont été proclamées par le Patriarcat œcuménique. Même si l’on considère l’histoire de l’Église orthodoxe en Russie, nous voyons que son autocéphalie a été auto-proclamée en 1448 lorsqu’à Moscou le métropolite Jonas avait été élu indépendamment, sans autorisation du Patriarcat œcuménique. Il est intéressant de souligner qu’un Tomos d’autocéphalie n’a jamais été donné à l’Église orthodoxe en Russie ! Dans les années 1589-1590, le patriarche œcuménique Jérémie II a simplement normalisé la situation, en élevant ce siège au rang patriarcal, étant entendu qu’il était permis au hiérarque de Moscou de « s’appeler » patriarche à la condition qu’il commémore le patriarche œcuménique et qu’il considère celui-ci « comme son chef et premier », selon ce qu’il est dit dans la charte. Les autocéphalies plus tardives, aux XIXème et XXème siècle, ont toutes été proclamées par le Patriarcat œcuménique : l’autocéphalie de l’Église orthodoxe de Grèce (1850), de Serbie (en 1879, et élevée au rang patriarcal en 1922), en Roumanie (en 1885 et élevée au patriarcat en 1925), en Pologne

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’archevêque Job (Getcha) de Telmessos du Patriarcat de Constantinople : « Le territoire de l’Ukraine est le territoire canonique de l’Église de Constantinople »

L’archevêque Job (Getcha) de Telmessos du Patriarcat de Constantinople : « Le territoire de l’Ukraine est le territoire canonique de l’Église de Constantinople »

Dans une interview en date du 29 juillet 2016 au site ukrainien RISU, que nous publions in extenso ci-dessous, l’archevêque Job (Getcha) s’exprime sur les Églises qui n’ont pas participé au Concile panorthodoxe, le sort des groupes marginaux à tendance eschatologique, la raison du blocage de la question de l’autocéphalie et sur l’espoir éventuel, pour les orthodoxes d’Ukraine, d’obtenir celle-ci. – Monseigneur, quelles sont les impressions du Concile panorthodoxe en Crète ? Est-on parvenir à faire ce qui était prévu ? L’organisation et les résultats sont-ils satisfaisants ? – Fondamentalement, le Concile s’est déroulé avec succès, en ce sens que tous les documents qui étaient préparés et coordonnés lors du processus panorthodoxe de préparation, ont été adoptés. Bien sûr, avec quelques corrections, mais celles-ci sont mineures, et ne changent pas le fond du contenu des documents. Aussi, nous considérons que le Concile s’est déroulé avec succès. Il est malheureux, naturellement, que quatre Églises aient refusé d’y participer. Elles ont refusé au dernier moment, alors qu’elles avaient pris part au processus de préparation, elles avaient signé les documents qui étaient préparés, elles avaient même pris part aux rencontres d’organisation, un mois avant le Concile. L’Église orthodoxe russe elle-même était présente, une semaine avant le Concile lors de la réunion du Comité de préparation du message du Concile. Or, elles ont décidé à la dernière minute de ne pas participer au Concile. – Cela était-il inattendu ? – Nous ne l’attendions pas, bien entendu. Malheureusement, ces Églises ont pris une telle décision, et maintenant elles en portent la responsabilité. Mais le Concile a eu lieu comme cela était planifié. – L’absence de ces quatre Églises a donné l’occasion à l’Église orthodoxe russe de déclarer qu’elle ne reconnaît pas le statut panorthodoxe du Concile. Mais, comme nous le savons par l’histoire, les Conciles œcuméniques mêmes n’avaient pas

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le Saint-Synode du Patriarcat oecuménique a relevé l’archevêque Job de Telmessos de ses fonctions à Paris

L’archevêque Job (Getcha) nouveau co-président de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique orthodoxe-catholique

L’archevêque Job (Getcha) (photographie ci-contre) est le nouveau co-président de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et l’Église catholique. Il succède à cette fonction au métropolite de Pergame, Mgr Jean (Zizioulas). Lors de la réception de la délégation orthodoxe au Vatican, à l’occasion de la fête des saints Pierre et Paul, le pape François dans son adresse a signalé offrir des prières pour le nouveau co-président. La Commission mixte est présidée par deux présidents, l’un orthodoxe, l’autre catholique. Source: RISU

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Brouillon auto

« L’Église autocéphale d’Ukraine devrait unir tous les orthodoxes » un entretien avec l’archevêque Job

L’archevêque Job (Getcha) a accordé un entretien à Lana Samokhvalova, pour La vérité religieuse (Relihiyna pravda) dans lequel sont abordées un certain nombre de questions concernant la nouvelle « Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine » (du Patriarcat de Constantinople) ainsi que la vie des Églises orthodoxes. Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de cette entrevue. – Monseigneur, l’Église orthodoxe d’Ukraine existe depuis plus d’un an. Vous connaissez bien le fonctionnement du trône œcuménique. Selon vous et selon les hiérarques des Églises du « cercle grec », notre Église passe-t-elle le test de la maturité ? – L’histoire des nouvelles autocéphalies des XIXe et XXe siècles montre qu’il s’agit toujours d’un processus long et difficile. Par exemple, les Bulgares ont proclamé leur indépendance ecclésiastique en 1870, mais le tomos d’autocéphalie n’a été accordé par le Patriarcat œcuménique qu’en 1945, 75 ans plus tard, et l’Église de Bulgarie n’a obtenu le statut de patriarcat qu’en 1961. Ce fut un processus très long. Autre exemple : l’Église orthodoxe de Pologne a reçu le tomos d’autocéphalie du trône œcuménique en 1924 en tant qu’ancienne partie de la métropole de Kiev, mais l’Église de Russie n’a accepté cette autocéphalie qu’un quart de siècle plus tard, en 1948. Les Albanais ont proclamé leur Église indépendante en 1922, mais le Patriarcat œcuménique ne l’a bénit qu’en 1937. L’Église d’Albanie a été complètement détruite par les autorités communistes, mais a finalement été complètement ressuscitée en 1991. Rien n’arrive instantanément, mais c’est le résultat de longs processus, conformément à la volonté de Dieu. Il y a un an, l’Église orthodoxe d’Ukraine a finalement reçu l’autocéphalie canonique. L’autocéphalie a été donnée au pays, pas aux individus. L’Église est l’Église du Christ, pas celle des individus. Face aux défis de son temps dans l’Église de Corinthe, l’apôtre Paul a écrit : « Car si quelqu’un dit : Je

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Mgr Job (Getcha) vient d’être nommé doyen de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy

Mgr Job (Getcha) vient d’être nommé doyen de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy

Mgr l’archevêque Job (Getcha) (1) vient d’être nommé doyen de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy (Genève). Il succède au professeur Vlassios Phidas (sur la photographie ci-dessus avec Mgr Job). Il est également le représentant permanent du Patriarcat œcuménique de Constantinople au Conseil œcuménique des Églises. Source (dont photographie) : Fanarion. Ci-dessous : la lettre de désignation du patriarche Bartholomée à Mgr Job. Mgr Job (Getcha) vient d’être nommé doyen de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’archevêque Job de Telmessos déclare dans une interview que le Patriarcat de Constantinople n’a pas l’intention de créer son propre exarchat en Ukraine 

L’archevêque Job de Telmessos déclare dans une interview que le Patriarcat de Constantinople n’a pas l’intention de créer son propre exarchat en Ukraine 

Lors des solennités à Kiev consacrées au Baptême de la Russie kiévienne, le président ukrainien Porochenko a invité le patriarche œcuménique Bartholomée. Celui-ci a envoyé pour participer aux célébrations son représentant, l’archevêque de Telmessos Job (Getcha). Après cette visite, de nombreuses interprétations des paroles et déclarations de Mgr Job ont été publiées, dont celles qui ont été prononcées par celui-ci pendant la cérémonie officielle à la « Vladimirskaïa Gorka », à Kiev. Or, ces interprétations sont diamétralement opposées, selon les vues et les convictions de ceux qui les font. Afin d’éviter tout malentendu concernant tant la visite de l’archevêque Job à Kiev, que la politique du Patriarche œcuménique à l’égard de la question ecclésiale ukrainienne, le site orthodoxe ukrainien pravlife.org s’est adressé directement à l’archevêque Job afin d’obtenir les éclaircissements nécessaires. – Monseigneur, vous étiez représentant du patriarche de Constantinople lors des solennités du Jour du Baptême de la Rous’ à Kiev. Pourquoi le patriarche Bartholomée n’a-t-il pu venir ? Quels souhaits Sa Sainteté a-t-elle transmis aux Ukrainiens ? De quoi a-t-il été question au cours de votre rencontre avec le Président ukrainien ? Avez-vous rencontré le chef du « Patriarcat de Kiev » ? – Le patriarche œcuménique a reçu l’invitation du Président ukrainien mais, malheureusement, eu égard au fait qu’il reçoit de nombreuses invitations et que le programme de ses visites est assez dense, il ne peut répondre positivement à toutes. Néanmoins, dans de tels cas, le patriarche, courtoisement, envoie toujours son représentant. Cette fois, en cette qualité, c’est moi qui suis venu à Kiev pour les festivités. Le patriarche a demandé de transmettre à tous les Ukrainiens qu’il était spirituellement avec eux, parce que l’Église de Constantinople est l’Église-Mère pour l’Église de Kiev. En tant que père spirituel du peuple ukrainien, sa prière et ses souhaits est la paix dans le pays et l’unité dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Vidéo de l’intronisation de Mgr Job, archevêque de Telmessos

La cérémonie d’intronisation de l’archevêque Job de Telmessos, exarque patriarcal des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale, a eu lieu le jeudi 5 décembre 2013, à 20 h, dans la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, rue Daru à Paris, à l’issue de la célébration des vigiles de la fête de saint Alexandre Nevsky. Nous vous invitons à visualiser l’enregistrement vidéo de cet évènement.  

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une chronique sur l’histoire de l’Archevêché et l’élection de l’archimandrite Job (Getcha) à la tête de celui-ci

Dans sa chronique du 10 novembre dans l’émission Lumière de l’orthodoxie, sur Radio Notre-Dame, le P. Christophe Levalois (photographie ci-contre) a évoqué l’élection de l’archimandrite Job (Getcha) à la tête de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, ainsi que l’histoire et le présent de l’Archevêché. Le texte de cette chronique est ci-dessous. Vendredi 1er novembre, à Paris, l’assemblée générale de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale a choisi l’archimandrite Job Getcha et l’a proposé au Saint-Synode du Patriarcat œcuménique de Constantinople pour succéder au défunt Mgr Gabriel de Comane à la tête de l’Archevêché. Le lendemain matin, 2 novembre donc, le Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople a procédé à l’élection canonique du père Job. Celui-ci sera consacré évêque le 30 novembre à Constantinople, puis intronisé archevêque le 5 décembre dans la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky à Paris. L’Archevêché a déjà une longue et très riche histoire. Un décret du saint patriarche Tikhon de Moscou, en 1921, lui a donné le jour. En 1931, il s’est placé sous l’autorité du Patriarcat œcuménique de Constantinople. Remarquons que la présence orthodoxe russe en France est plus ancienne. Ainsi, la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky à Paris date de 1861. Néanmoins, la révolution de 1917 entraine l’exode de nombreux Russes. On estime qu’environ 200 000 réfugiés se sont établis en France. Aussi l’Archevêché s’est très vite développé et l’on compte jusqu’à 200 lieux de culte ouverts, certains provisoirement, durant la période de l’Entre-deux-guerres. Cette émigration apporte avec elle un enrichissement culturel considérable pour la France, on le connait dans le domaine artistique, mais l’apport est aussi philosophique, avec Nicolas Berdiaev par exemple, religieux et spirituel. L’Institut Saint-Serge à Paris, fondé en 1925, au sein de l’Archevêché, a un rayonnement qui s’étend même par-delà les frontières de l’orthodoxie. C’est ce que l’on a appelé « l’Ecole de Paris »,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

La consécration épiscopale et l’intronisation de l’archimandrite Job (Getcha)

Sur le site de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale concernant la consécration épiscopale et l’intronisation de l’archimandrite Job (Getcha): “Le sacre épiscopal sera conféré le 30 novembre 2013, en l’église patriarcale Saint-Georges (au Phanar, ndlr) au cours de la liturgie patriarcale et synodale célébrée à l’occasion de la fête de l’apôtre André le Premier-Appelé, patron du siège patriarcal. L’intronisation sera célébrée les 5 et 6 décembre jour de la fête de saint Alexandre Nevsky, à la cathédrale. Le 5 décembre célébration de la vigile à 18h00 suivi à 20h00 du rite d’intronisation. Le lendemain, la divine liturgie à 10h00 sera présidée par le nouvel archevêque.”

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’archimandrite Job (Getcha) a été canoniquement élu ce matin par le Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople

L’archimandrite Job (Getcha) a été canoniquement élu ce matin par le Saint-Synode du Patriarcat de Constantinople à la tête de l’Archevêché des églises russes en Europe occidentale avec le titre d’archevêque de Telmessos. Photographie: l’archimandrite Job à la 2ème Conférence de la jeunesse orthodoxe organisée par le Patriarcat oecuménique en 2007 (source) Complément (3.11.2013): photographies de cette élection au Phanar, dans l’église Saint-Georges. On y voit notamment les membres du Saint-Synode qui déposent leur bulletin durant un office (le métropolite Arsénios d’Autriche officie) au cours duquel est chanté le tropaire de la Pentecôte, ainsi qu’une photographie de l’archevêque élu au Phanar lors d’une visite avec son père en 2011.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Nouvel archevêque pour l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

L’assemblée générale de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, réunie aujourd’hui en session générale, sous la présidence du métropolite Emmanuel, a élu l’archimandrite Job (Getcha) comme archevêque avec 109 voix, soit plus des deux-tiers des suffrages exprimés. Sur 191 votants, il y a eu 151 suffrages exprimés et 40 bulletins blancs ou nuls. Les deux autres candidats ont reçu : le hiéromoine Mykhaylo (Anischenko) 9 voix et l’archimandrite Bessarion (Komzias) 33 voix. C’est le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique qui procédera à l’élection canonique. Photographies: ci-contre, l’archimandrite Job s’adressant à l’assemblée aujourd’hui, ci-dessous, l’assemblée de l’Archevêché réunie le 1er novembre. Pour voir l’album de photographies de l’évènement, cliquez ICI !

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Nouvel archevêque pour l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

L’assemblée générale de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, réunie aujourd’hui en session générale, sous la présidence du métropolite Emmanuel, a élu l’archimandrite Job (Getcha) comme archevêque avec 109 voix, soit plus des deux-tiers des suffrages exprimés. Sur 191 votants, il y a eu 151 suffrages exprimés et 40 bulletins blancs ou nuls. Les deux autres candidats ont reçu : le hiéromoine Mykhaylo (Anischenko) 9 voix et l’archimandrite Bessarion (Komzias) 33 voix. C’est le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique qui procédera à l’élection canonique. Photographies: ci-contre, l’archimandrite Job s’adressant à l’assemblée aujourd’hui, ci-dessous, l’assemblée de l’Archevêché réunie le 1er novembre. Pour voir l’album de photographies de l’évènement, cliquez ICI !

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Forte participation orthodoxe au Conseil œcuménique des Eglises – par l’archimandrite Job (Getcha)

Les Eglises orthodoxes se sentent-elles marginalisées a l`assemblée du Conseil œcuménique des Eglises ? Si telle est l`opinion exprimée par Le Monde du 21 février, ce n`est pas celle de la majorité des délégués orthodoxes présents a Porto Alegre. Les anciens qui ont participé aux assemblées précédentes pourront affirmer que celle de Porto Alegre témoigne d`un progrès considérable, résultant de la contribution des orthodoxes au COE, grâce au travail de la commission spéciale sur la participation des orthodoxes au COE crée à la suite de l`assemblée de Harare de 1998. Celle-ci s`est penchée sur le domaine de l`ecclésiologie, la prière commune, la prise de décisions par consensus et les critères d`adhésion au COE. La présente assemblée a également été préparée par une réunion des orthodoxes qui s`est tenue a Rhodes en janvier 2005. Ce travail a produit ses fruits. Le mode de prise de décisions par consensus a été accepté à Porto Alegre, un texte de qualité sur l`ecclésiologie a été discuté, le Credo de Nicée-Constantinople (sans filioque) est confessé par les membres du COE. Outre les magnifiques liturgies célébrées dans les deux paroisses orthodoxes de Porto Alegre dimanche dernier au grand bonheur des fidèles locaux, les orthodoxes ont proposé hier soir à l`assemblée un office de vêpres avec artoclasie. Si l`un des thèmes majeurs à l`assemblée fut la participation des jeunes qui réclament 25% des sièges du comite central du COE, les orthodoxes et les pré-chalcédoniens peuvent se réjouir de constituer 26% de ce comite qui dirige le travail du COE entre les assemblées (et auquel j`ai eu l`honneur d`être élu hier après-midi). Par ailleurs, l`archevêque Anastase, primat de l`Eglise orthodoxe en Albanie, et Abuna Paulos, patriarche de l`Eglise orthodoxe (pré-chalcédonienne) d`Ethiopie, ont été élus parmi les 8 présidents du COE. L`assemblée a reçu des messages de salutation du

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

De l’archimandrite Job (Getcha) à Porto Alegre

Le père Job (Getcha), nouveau doyen de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, a envoyé ses impressions des débuts de la 9e assemblée du Conseil œcuménique des Eglises à Porto Alegre. Avec son autorisation, nous reproduisons son message ci-dessous. Il est daté du samedi 18 février : « La température est toujours bien chaude au Brésil même si nous passerons à l’heure d’hiver cette nuit. Cependant, pour l’instant, le déroulement de l’assemblée reste tiède, même si cette dernière est riche en couleurs et très rythmée par la musique sud-américaine.Ici, la présence orthodoxe reflète bien la diversité de l’Eglise. La délégation du Patriarcat œcuménique est composée de 15 personnes plutôt jeunes, dont la moitie sont des femmes, qui proviennent d’horizons très différents: Istanbul, Etats-Unis, Argentine, Grèce, Crète, Philippines, Corée… et Paris. La délégation du Patriarcat d’Alexandrie, dans laquelle se trouve l’archevêque Macaire du Kenya et le métropolite George du Zimbabwe, témoigne d’une Eglise orthodoxe très missionnaire. Le Patriarcat de Jérusalem est aussi présent (avec le métropolite Aristarche qui parle un très bon français) : un groupe de jeunes Palestiniens qui l’accompagnent mettent un peu d’atmosphère par leur musique et leurs danses pendant les pauses de l’assemblée qui pour le moment demeurent quelque peu soporifique avec ses différents rapports. Hier, l’archevêque de Cantorbéry a fait une bonne communication dans laquelle il a cité Olivier Clément. Les Eglises préchalcédoniennes (copte, éthiopienne, syrienne, arménienne) sont aussi représentées avec d’importantes délégations. La participation orthodoxe demeure pour le moment attentive bien que très présente: cet après-midi, une réunion confessionnelle permettra aux différentes délégations orthodoxes de se retrouver et de faire le point. Demain, deux liturgies orthodoxes seront célébrées respectivement dans les paroisses grecque et russe de Porto Alegre. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Mgr Dimitrios a rencontré le cardinal Kurt Koch

Mgr Dimitrios a rencontré le cardinal Kurt Koch

Le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, a rendu une visite officielle à Mgr Dimitrios (Ploumis), le nouveau métropolite de France du

(Re)voir « L’Évangéliaire slavon des rois de France » (“Orthodoxie”, France 2)

Durant un mois, il est possible de (re)voir en ligne le passionnant reportage d’ “Orthodoxie” sur France 2 consacré à l’évangéliaire slavon des rois de France conservé à Reims et à son histoire. Cet ouvrage, qui fut utilisé lors des sacres à partir de 1575, est un lien qui s’ajoute à d’autres entre l’Est et l’Ouest de l’Europe chrétienne. Des explications sur le sacre des rois à Reims sont données, ainsi que sur ce qu’est un évangéliaire dans la tradition orthodoxe et son rôle. Le documentaire, produit par le père Jivko Panev et réalisé par Alexey Vozniuk, est en ligne ici et ci-dessous. Les intervenants sont : Coline Gosciniak conservatrice de la bibliothèque Carnegie de Reims ; l’historien Patrick Demouy, notamment auteur d’un magnifique ouvrage intitulé « Le Sacre du roi » ; Georges Magnier, conservateur du patrimoine, directeur des musées de la ville de Reims ; l’archevêque Job de Telmessos, auteur du livre « Le Typikon décrypté. Manuel de liturgie byzantine » ; le P. Alexandre Siniakov, recteur du Séminaire orthodoxe Sainte-Geneviève à Épinay-sous-Sénart.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

3e bande-annonce « L’Évangéliaire slavon des rois de France » sur France 2 le 25 octobre à 9h30

Rediffusion : « L’Évangéliaire slavon des rois de France » sur France 2 – 13 mai à 9h30

La cathédrale de Reims a abrité pendant au moins deux siècles un évangéliaire en slavon, la langue commune des peuples slaves. Sur cet évangéliaire des rois de France ont prêté serment durant la cérémonie du sacre.« L’Évangéliaire slavon des rois de France », conservé à Reims, qui passera demain jeudi 13 mai à 9h30 dans l’émission de télévision « Orthodoxie » sur France 2 est une remarquable enquête in situ avec des intervenants de qualité, Coline Gosciniak conservatrice de la bibliothèque Carnegie de Reims , Patrick Demouy auteur d’un très remarquable ouvrage intitulé « Le Sacre du roi » et Georges Magnier, Conservateur du patrimoine, directeur des musées de la ville de Reims. Ils vont nous expliquer la légende et l’histoire de cet évangéliaire utilisé lors des sacres à Reims, où il est arrivé en 1574. L’archevêque Job de Telmessos, auteur du livre « Le Typikon décrypté : Manuel de liturgie byzantine », nous parlera de deux types d’évangéliaire dans la tradition byzantine : aprakos et tétra-évangiles, et leur utilisation liturgique. Le documentaire, produit par le père Jivko Panev et réalisé par Alexey Vozniuk, est visible dans le monde entier sur France 2.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Documentaire « ‘La mort terrassée !’ – La commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe » – dimanche 4 avril sur France 2

Documentaire « ‘La mort terrassée !’ – La commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe » – dimanche 4 avril sur France 2

Après le premier volet consacré à la commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe diffusé dimanche dernier, nous vous invitons à regarder le dimanche 4 avril sur France 2 à partir de 9h30 le deuxième volet intitulé « ‘La mort terrassée’ ». Invités : l’archevêque Job Getcha, auteur du livre Le typicon décrypté, Bernard le Caro, directeur de la collection Doxologie dans laquelle paraitra le livre « La commémoration des défunts dans les offices de l’Église orthodoxe » par le saint Athanase de Kovrov, ainsi que le hiérodiacre Irénée (Griboff) avec la chorale du Séminaire orthodoxe russe.Le documentaire produit et réalisé par le père Jivko Panev et Alexey Vozniuk, sera diffusé sur les petits écrans le 4 avril à partir de 9h30 sur France 2 ou en direct là et ensuite sur  France 2 replay visible dans le monde entier pendant un mois. Nous vous proposons de voir les 2 bandes-annonces du documentaire :

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

« Orthodoxie » (France-Culture) : “Participants de la nature divine”

L’émission Orthodoxie sur France-Culture diffusée le 21 mars avait pour thème “Participants de la nature divine”. L’invité était Mgr Job (Getcha). Présentation : “La spiritualité orthodoxe à l’âge de la sécularisation. Un livre sur la prière en Église ; définir la spiritualité et la sécularisation ; la sécularisation comme division ; la prière personnelle et la prière liturgique forment les deux plateaux de la balance de la vie spirituelle que le chrétien se doit de maintenir en équilibre.” Le podcast audio de l’émission peut être écouté ici. L’ouvrage de Mgr Job, “Participants de la nature divine. La spiritualité orthodoxe à l’âge de la sécularisation) (Ed. Apostolia) peut être commandé à la librairie du monastère de la Transfiguration.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Documentaire « ‘Ô Mort, où est ton aiguillon ?’ – La commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe » – dimanche 28 mars sur France 2

Documentaire « ‘Ô Mort, où est ton aiguillon ?’ – La commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe » – dimanche 28 mars sur France 2

La victoire sur la mort par le Christ est l’essence-même de la foi chrétienne. Avec Sa résurrection, la mort n’est plus un retour vers le néant mais un sommeil jusqu’à la résurrection universel des hommes lors du second avènement du Christ. Stéphane Charpier, professeur de neurosciences, et auteur du livre “La science de la résurrection : ils ont repoussé les frontières de la mort“, l’archevêque Job Getcha, auteur du livre “Le typicon décrypté” , le diacre Marc Andronikof, chef de service des urgences de l’hôpital Antoine-Béclère et co-auteur du livre “Médecin aux urgences“, Michel Stavrou, professeur de Théologie des dogmes et d’Histoire de l’Église byzantine à l’Institut Saint-Serge et Mgr Jean Renneteau sont invités du documentaire « ‘Ô Mort, où est ton aiguillon ?’ – La commémoration des défunts dans l’Église orthodoxe » diffusé le dimanche 28 mars à partir de 9h30 sur France 2 ou en direct et ensuite sur  France 2 replay visible dans le monde entier pendant un mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le métropolite Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe ukrainienne – patriarcat de Moscou : « La visite du patriarche Bartholomée à Kiev est dangereuse »

Le métropolite Antoine, chancelier de l’Église orthodoxe ukrainienne – patriarcat de Moscou : « La visite du patriarche Bartholomée à Kiev est dangereuse »

Le chancelier de l’Église orthodoxe ukrainienne – Patriarcat de Moscou (ci-après EOU-PM), le métropolite Antoine (Pakanitch), dans une interview donnée au portail Internet Vesti.ua a évoqué la décision probable de Constantinople de placer sous interdit l’épiscopat de EOU-PM, et aussi l’arrivée du patriarche œcuménique Bartholomée le jour de l’indépendance de l’Ukraine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

3e bande-annonce « L’Évangéliaire slavon des rois de France » sur France 2 le 25 octobre à 9h30

3e bande-annonce « L’Évangéliaire slavon des rois de France » sur France 2 le 25 octobre à 9h30

Voici la troisième bande-annonce du documentaire « L’Évangéliaire slavon des rois de France », conservé à Reims, qui passera demain dimanche 25 octobre à 9h30 dans l’émission de télévision « Orthodoxie » sur France 2. Une remarquable enquête in situ avec des intervenants de qualité, Coline Gosciniak conservatrice de la bibliothèque Carnegie de Reims , Patrick Demouy auteur d’un très remarquable ouvrage intitulé « Le Sacre du roi » et Georges Magnier, Conservateur du patrimoine, directeur des musées de la ville de Reims. Ils vont nous expliquer la légende et l’histoire de cet évangéliaire utilisé lors des sacres à Reims, où il est arrivé en 1574. L’archevêque Job de Telmessos, auteur du livre « Le Typikon décrypté : Manuel de liturgie byzantine », nous parlera de deux types d’évangéliaire dans la tradition byzantine : aprakos et tétra-évangiles, et leur utilisation liturgique. Le documentaire, produit par le père Jivko Panev et réalisé par Alexey Vozniuk, est visible dans le monde entier sur France 2 : la première diffusion le dimanche 25 octobre à partir de 9h30 et ensuite sur France 2 replay pendant un mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche Bartholomée hospitalisé

Le patriarche Bartholomée promet d’octroyer bientôt l’autocéphalie en Ukraine

S’adressant au Consul général honoraire à Istanbul à l’issue de la liturgie dominicale en l’église Saint-Phocas à Constantinople, le patriarche œcuménique Bartholomée a promis qu’il accorderait bientôt l’autocéphalie à la nouvelle Église d’Ukraine, « en raison de ses droits ». Une vidéo du discours patriarcal a été mise en ligne sur la page Facebook du Patriarcat œcuménique. Le patriarche s’est également adressé à un théologien tchèque qui assistait à la Liturgie, disant que l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie est la plus récente des Églises autocéphales, du fait que le patriarcat de Constantinople lui avait accordé l’autocéphalie en 1998. Cette Église, selon le patriarche, se trouve maintenant « sous l’amour et la protection de notre patriarcat ». Or, il convient de mentionner qu’en 1951, l’Église orthodoxe russe avait accordé l’autocéphalie à l’Église de Tchécoslovaquie, qui n’a été reconnue par le Patriarcat œcuménique qu’en 1998. En 2014, le Patriarcat de Constantinople avait refusé de reconnaître le métropolite Rostislav en tant que chef de l’Église des Terres tchèques et de Slovaquie, alors qu’il avait été canoniquement élu. Suite à la démission du métropolite Krystof, le Saint-Synode de l’Église tchèque avait accordé ses suffrages à l’évêque Joachim de Hodonin afin qu’il devînt le nouveau primat. Or, selon les statuts de cette Église, c’était au Concile local de l’Église tchèque, à savoir sa structure suprême, de se prononcer, et il élut le métropolite Rostislav et non l’évêque Joachim, et ce, à la majorité absolue. En mai de cette année, le métropolite Rostislav s’est exprimé contre l’autocéphalie en Ukraine, disant que « toute participation des fonctionnaires de l’État à des questions ecclésiales est inacceptable dans une société démocratique ». « Un schisme, causé par l’égotisme de l’homme ne peut être guéri que par le repentir et le retour à l’Église », avait dit alors le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

La première liturgie a été célébrée en la nouvelle cathédrale Sainte-Sophie de Varsovie

La première liturgie a été célébrée en la nouvelle cathédrale Sainte-Sophie de Varsovie

La première divine liturgie a été célébrée samedi dernier dans les murs de la nouvelle cathédrale Sainte-Sophie de Varsovie. Cet événement a eu lieu moins de trois ans après la bénédiction et la pose de la première pierre par le patriarche œcuménique Bartholomée et le métropolite Sava de Varsovie, le 5 décembre 2015. Cette église est le premier édifice orthodoxe construit à Varsovie depuis un siècle. La liturgie était célébrée par le métropolite Sava, assisté de l’archevêque Job (Getcha) de Telmessos (Patriarcat œcuménique), Mgr Hilarion (Alfeev) de Volokolamsk (Patriarcat de Moscou), l’évêque Diodor de Youjnoïé (Église orthodoxe d’Ukraine), des évêques de l’Église orthodoxe de Pologne et d’un grand nombre de membres du clergé. L’église était comble, avec des fidèles et des pèlerins venus de toute la Pologne et de l’étranger. La liturgie était chantée par quatre chœurs polonais. Visiblement ému par cet événement, le métropolite Sava a déclaré à l’assistance : « Aujourd’hui, nous tenant dans les murs de l’édifice de la sainte église Sainte-Sophie – la Sagesse de Dieu – à Varsovie, nous réalisons cette vérité que la providence divine gouverne le monde, l’Église et chacun d’entre nous… Nos joies et nos peines seront apportées à l’église, trouvant en elle la consolation, le rafraîchissement et un havre de paix ». Le métropolite a ensuite remercié tous ceux qui avaient contribué à la construction de l’église, que ce soit financièrement ou par leur travail. Les messages du patriarche œcuménique Bartholomée et du patriarche Cyrille de Moscou ont été lus, lesquels adressaient leurs félicitations pour la première divine liturgie célébrée en la cathédrale, ainsi que pour le 80ème anniversaire du métropolite Sava et le 20ème anniversaire de sa nomination sur le trône primatial de l’Église orthodoxe de Pologne. Après la divine liturgie, tout le clergé participant s’est réuni devant l’église pour

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Visite du métropolite de Borispol et de Brovary Antoine à Constantinople

Visite du métropolite de Borispol et de Brovary Antoine à Constantinople

Le bureau de presse du Patriarcat œcuménique a publié le communiqué suivant : « Le métropolite de Borispol et de Brovary Antoine, [chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine (Patriarcat de Moscou, ndt], a rendu visite au Patriarcat œcuménique, au Phanar, le 17 décembre. Le métropolite était accompagné de l’archiprêtre Nicolas Danylievitch, vice-président du Département des Affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe d’Ukraine, ainsi que de M. Vadim Novinsky, membre du Parlement ukrainien. La délégation a été reçue par le patriarche œcuménique Bartholomée. Lors de la réunion, qui a eu lieu dans une atmosphère chaleureuse et fraternelle, d’abord dans la Salle du Trône et ensuite dans le bureau patriarcal, des questions d’intérêt commun ont été discutées et des présents ont été échangés. Au préalable, le métropolite et sa suite avaient été invités à un déjeuner en la salle à manger patriarcale, tandis que le matin, avec la bénédiction du patriarche œcuménique, Mgr Antoine avait célébré la divine liturgie en l’église Saint-André, au métochion de Vatopédi, qui dessert la communauté russophone de Constantinople, avec la sollicitude du Patriarcat œcuménique. Le métropolite Antoine a été accueilli au métochion par l’archevêque de Telmessos Job, hiérarque du Trône œcuménique d’origine ukrainienne, qui lui a adressé une allocution de bienvenue. S’adressant aux médias ukrainiens qui suivaient la visite du métropolite Antoine à Constantinople, le patriarche œcuménique a déclaré- « Nous avons accueilli aujourd’hui au Patriarcat œcuménique une délégation venue d’Ukraine, sous la direction de notre frère le métropolite Mgr Antoine. Nous le remercions pour avoir célébré ce matin dans la communauté russophone de Constantinople et avoir béni les fidèles slavophones. Il a transmis à ces derniers la bénédiction de l’Église, à l’occasion de la fête de la Nativité qui s’approche. Je profite de l’occasion pour envoyer à tout le peuple ukrainien, qui est constitué d’enfants spirituels de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Des tensions se sont manifestées au cours de l’élection du co-président orthodoxe de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe

Des tensions se sont manifestées au cours de l’élection du co-président orthodoxe de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe

La XIVème session plénière de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe a commencé ses travaux à Chieti, en Italie, le 16 septembre 2016. Dans le cadre de la réunion de la partie orthodoxe de la Commission, qui précédait la réunion plénière, une vive discussion a eu lieu au sujet de l’élection du co-président orthodoxe de la Commission mixte, selon les informations du site Romfea.gr. Conformément au règlement de la Commission, qui a été adopté en 1980, chaque partie au dialogue élit un co-président parmi ses membres. Le patriarche Bartholomée avait au préalable envoyé des lettres dans lesquelles il communiquait la nomination de l’archevêque de Telmessos Job (Getcha) comme membre de la délégation du Patriarcat œcuménique en remplacement du métropolite de Pergame Jean (Zizioulas). Cependant, la proposition d’élection de l’archevêque Job comme co-président de la Commission n’a pas reçu le soutien de la majorité des membres orthodoxes de celle-ci. La raison probable, selon Romfea.gr, était la réputation ambiguë de l’archevêque de Telmessos, qui a été destitué de sa fonction d’archevêque des paroisses orthodoxes de tradition russe en Europe occidentale, en raison de conflits aigus entre lui, le clergé, le conseil de l’Archevêché, ainsi qu’avec le célèbre Institut théologique Saint-Serge connu dans le monde orthodoxe entier. En outre, S.E. Mgr Job n’a jamais été participant au dialogue entre orthodoxes et catholiques-romains. C’est pourquoi la majorité des membres orthodoxes de la Commission a proposé d’élire le métropolite de Sasime Gennade en tant que co-président. Seuls les représentants des Églises de Roumanie et de Pologne se sont prononcés en faveur de l’archevêque Job. En raison de l’impasse, il a été décidé de suspendre la réunion pendant une heure, afin de demander au patriarche œcuménique de changer sa décision, mais celui-ci l’a maintenue, invoquant le fait que le

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe russe considère comme une « invention journalistique » les paroles attribuées au représentant de Constantinople au sujet de l’appartenance canonique de l’Ukraine

L’Église orthodoxe russe considère comme une « invention journalistique » les paroles attribuées au représentant de Constantinople au sujet de l’appartenance canonique de l’Ukraine

On ne croit pas, au Patriarcat de Moscou, que le représentant de Constantinople, l’archevêque de Telmissos Job (Getcha), aurait appelé l’Ukraine son territoire canonique. « L’archevêque Job est un homme très instruit, spécialiste dans le domaine du droit canon. On ne peut croire qu’il aurait effectivement pu affirmer que, soi-disant, « le territoire de l’Ukraine constitue le territoire canonique de l’Église de Constantinople », écrit le vice-président du Département synodal du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, l’archiprêtre Nicolas Balachov, dans un article publié sur le site « Interfax-Religion ». Selon l’archiprêtre, une telle déclaration contredit la vérité historique, tout comme la position officielle du Patriarcat de Constantinople, confirmée des multitudes de fois (notamment par le fait que c’est précisément au patriarche de Moscou Cyrille que le patriarche de Constantinople Bartholomée a envoyé une notification officielle de la visite prochaine à Kiev de l’archevêque Job). L’archiprêtre Nicolas a indiqué que l’interview contenant la déclaration susmentionnée a été préparée par une partisane du schisme bien connue en Ukraine, qui fut dans le passé une activiste de la secte de « l’Ambassade de Dieu » de Sunday Adelaja, et a été publiée sur le site RISU, soutenu par les Gréco-catholiques (uniate), dont le chef s’est exprimé de façon outrageuse à l’égard de ses compatriotes orthodoxes ukrainiens. « Mgr Job a participé aux offices à Kiev sur l’invitation personnelle du métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre. Je pense que cela démontre de toute évidence la reconnaissance par le patriarcat de Constantinople de la seule Église et juridiction canoniques en Ukraine. Quant aux faits « retentissants » et aux sensations, nous les laissons à la conscience des journalistes qui les publie » précise le père Nicolas. À son avis, la tentative de nier la légitimité de la réunion de la métropole de Kiev au Patriarcat de Moscou ressemble plus à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Tensions et malaise au sein de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

Tensions et malaise au sein de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale

Le quotidien La Croix a publié le 12 novembre dernier un article intitulé « L’archevêché russe-orthodoxe en Europe occidentale a tenu une assemblée pastorale tendue » sur les tensions et le malaise qui affectent ce diocèse (réponse de Mgr Job de Telmessos à cet article). C’est le deuxième article du quotidien français en quelques mois sur cette question (le premier). Le 11 novembre s’est en effet tenue une assemblée pastorale rassemblant les clercs de l’Archevêché autour de l’archevêque Job de Telmessos. Précédemment, le 11 octobre, à l’occasion du congrès annuel de l’Acer-Mjo, une association ancienne et importante par son rôle, près de 120 personnes sont allées présenter leurs doléances à Mgr l’archevêque Job (compte rendu, dont la photographie ci-contre, photographies, une vidéo). Le compte rendu diffusé par l’Acer-Mjo indique : « Par leur présence à la divine liturgie à la cathédrale, par le caractère ecclésial de leur action, les membres de l’Acer-Mjo ont voulu montrer l’impasse d’une approche cléricaliste de l’Église, contraire aussi bien à l’esprit de l’Évangile qu’à la tradition de l’Église. » Le 8 octobre 2015, le conseil de l’Acer-Mjo avait adressé un courrier à Mgr Job – en réponse à une lettre de Mgr Job du 1er octobre – pour exprimer l’« incompréhension et indignation » face à la décision de suspendre a divinis le père Christophe D’Aloisio. Le père Christophe D’Aloisio, prêtre recteur d’une paroisse à Bruxelles, inspecteur pour l’enseignement de la religion orthodoxe pour la communauté française de Belgique, docteur en théologie, fut durant plusieurs années président de Syndesmos, fédération mondiale de la jeunesse orthodoxe (qui a publié un communiqué sur ce sujet). Une synthèse de l’affaire est proposée ici. Par ailleurs, plusieurs lettres et messages, notamment de prêtres, font état de difficultés sérieuses. Ainsi, dans le cadre de l’assemblée pastorale du 11 novembre, deux prêtres ont adressé des messages par e-mail

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :