20/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Lire > Recensions (page 5)

Archives de catégorie : Recensions

Souscrire au flux

Recension: saint Justin de Tchélié, « Dogmatique de l’Église orthodoxe »

51N3BJXPKDL._SS500_ Père Justin Popovitch, « Philosophie orthodoxe de la vérité. Dogmatique de l’Église orthodoxe ». Traduit du serbe par Jean-Louis Palierne, Lausanne, L’Age d’Homme, 5 volumes : tome 1, 1992, 364 p; tome 2, 1993, 244 p. ; tome 3, 1995, 389 pages; tome 4, 1997, 231 pages; tome 5, 1997, 464 pages.
La « Dogmatique », traduite en français et publiée en cinq volumes par les éditions L’Age d’Homme, est, avec la « Vie des saints » en douze volumes, l’œuvre majeure du grand théologien serbe Justin Popovitch (1894-1979) qui a été canonisé récemment par l’Église serbe, et dont l’Église orthodoxe célèbre ce soir et demain la première commémoration liturgique en tant que saint.
Publiée à l’origine en trois volumes – parus respectivement en 1932, 1935 et 1978 – elle a connu un grand rayonnement dans les pays orthodoxes.

Lire la suite »

Recension: Anne Khoudokornoff-Kotschoubey et Sœur Élisabeth (éd.), « Élisabeth de Russie. Moniale, martyre et sainte »

Elisabeth Anne Khoudokornoff-Kotschoubey et Sœur Élisabeth (éd.), « Élisabeth de Russie. Moniale, martyre et sainte », Lessius (Brusselles), 2010, 253 p.
Peu de temps après la parution en français du livre de Lioubov Miller «Sainte Élisabeth: princesse allemande, martyre russe», voici un nouveau livre consacré à sainte Élisabeth de Russie. Il s’agit d’une adaptation, par Anne Khoudokornoff-Kotschoubey et Sœur Élisabeth, du livre publié en 1995 par l’Institut Saint-Tikhon de Moscou sous le titre « “Chaque fibre de mon être est russe.” Archives concernant la martyre grande duchesse Élisabeth ». C’est un intéressant complément du précédent (qui est surtout une biographie). En effet, la vie est l’œuvre d’Élisabeth Féodorovna née princesse de Hesse-Darmstadt n’est rappelée ici que dans une courte introduction. Le reste de l’ouvrage propose des lettres d’Élisabeth (traduites par Claude Lopez-Ginisty, bien connu pour ses compositions et traductions hagiographiques), et d’autres textes et documents (traduits par Claire Jounievy, Alexandre Khoudokormoff) dont on trouvera la liste dans la table des matières reproduite ici.

Lire la suite »

Recension : « At the Roots of Christian Bioethics. Critical Essays on the Thought of H. Tristram Engelhardt Jr. »

Christian_Bioethics A. S. Iltis et M. J. Cherry (ed.), « At the Roots of Christian Bioethics. Critical Essays on the Thought of H. Tristram Engelhardt Jr. », Scrivener Press, Salem, MA, 2010, 337 p.
Ce volume, intitulé « Aux racines de la bioéthique chrétienne. Essais critiques sur la pensée de H. Tristram Engelhardt Jr. »,  rassemble quatorze contributions de collaborateurs et amis du célèbre bioéthicien orthodoxe américain Tristram Engelhardt, destinées à évaluer sa pensée en particulier par rapport à sa propre évolution religieuse et philosophique.
Le chapitre introductif, dû à T. J. Bole, est particulièrement intéressant, puisqu’il rappelle toutes les étapes de la brillante carrière d’Engelhardt, qui, après avoir mené à bien des études complètes de médecine, a entrepris et mené à bien (aux États-Unis et en Allemagne) des études de philosophie, matière qu’il enseigne maintenant depuis de nombreuses années à l’Université du Texas, à la fois au département de médecine et au département de philosophie. Il rappelle la façon dont « l’enfant terrible de la bioéthique, incontrôlable, irrévérencieux, imprévisible, mais toujours profond et brillant » (Jonsen) se fit connaître à travers de nombreuses publications et de multiples conférences internationales. Puis il décrit assez précisément l’étape de sa conversion à l’orthodoxie.

Lire la suite »

Un nouveau livre de Jean-Claude Larchet : « Une fin de vie paisible, sans douleur, sans honte… Un éclairage orthodoxe sur les questions éthiques liées à la fin de la vie. »



Fin_de_vie Jean-Claude Larchet vient de publier un nouveau livre aux éditions du Cerf sous le titre « Une fin de vie paisible, sans douleur, sans honte… » Comme l’indique le sous-titre, ce livre apporte « un éclairage orthodoxe sur les questions éthiques liées à la fin de la vie ».
Cette réflexion vient compléter celle que l’auteur avait consacrée aux questions bioéthiques liées au début de la vie, parue chez le même éditeur et dans la même collection sous le titre « Pour une éthique de la procréation ».
Sont ici traitées de manière claire et approfondies les questions relatives au suicide, à l’euthanasie, à l’acharnement thérapeutique, aux soins palliatifs, aux transplantations d’organes, au traitement du corps après la mort et à la crémation.
L’auteur  prend en compte la plupart des prises de positions qui se sont manifestées au sujet de ces questions au sein des Églises locales ou parmi les éthiciens orthodoxes et prend soin de situer sa réflexion tant par rapport à l’anthropologie, à la théologie et à la spiritualité patristiques que par rapport à la tradition canonique et à la pratique passée et actuelle de l’Église orthodoxe.

Au-delà de sa contribution essentielle à la réflexion et au débat actuels sur la bioéthique, ce livre offre à chacun les moyens d’une approche spirituelle concrète de toutes les questions, difficultés et options auxquelles il risque de se trouver confronté à la fin de sa vie, ainsi que des épreuves que constituent la dégradation du corps, la perte de l’autonomie, la souffrance et la mort. Il tente de préciser à quelles conditions l’homme peut trouver l’accomplissement de son vœu profond, maintes fois formulé par la liturgie orthodoxe, d’avoir « une fin de vie paisible, sans douleur et sans honte ».

Lire la suite »

Recension: Annuaire de l’Église orthodoxe de France

Annuaire «Annuaire de l’Église orthodoxe de France», éditions du Monastère de Cantauque, mai 2010, 82 p.+une carte.
Cet annuaire, réalisé par le hiéromoine Samuel du Monastère de Cantauque reprend une entreprise qui avait été menée par le S.O.P. entre 1983 et 1994 puis abandonnée en raison de diverses difficultés.
Il se propose de « donner le maximum de renseignements pratiques sur ce qui constitue l’Église orthodoxe en France » : l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, les diocèses, les lieux de culte, les monastères, la liste des membres du clergé (lesquels sont associés aux paroisses ou aux monastères, puis listés successivement par département, par nom et par prénom) avec leurs coordonnées, les ateliers d’icônes ou de chants liturgique, les mouvements, les revues et les médias.
Seuls sont retenus les paroisses et les monastères canoniques, c’est-à-dire relevant de la juridiction des évêques membres de l’A.E.O.F. Les paroisses et monastères sont classés selon la liste alphabétique des départements puis des numéros de code postal des villes ; au sein d’une même ville, ils sont classés selon l’ordre des numéros d’arrondissements, sinon selon un ordre aléatoire.
Cet annuaire sera utile pour tous les fidèles en déplacement à la recherche d’une paroisse ou d’un monastère. Il permettra aussi d’obtenir rapidement les coordonnées de membres du clergé ou de certains acteurs du monde orthodoxe que l’on souhaite contacter.

Lire la suite »

Recension: Alain Durel, « La presqu’île interdite. Initiation au Mont-Athos »

9782226207487g Alain Durel, « La presqu’île interdite. Initiation au Mont-Athos », Albin Michel, 2010, 241 p.
Il n’était pas nécessaire d’utiliser pour le titre un cliché éculé (l’inaccessibilité du Mont-Athos aux femmes) ni de faire appel à un sous-titre ambigu (afin de laisser entendre qu’il s’agirait d’une introduction générale au Mont-Athos, alors qu’il s’agit d’une initiation personnelle) pour rendre cet ouvrage attractif : le récit vivant, souvent beau et toujours sympathique de trois séjours que l’auteur fit à la Sainte Montagne dans les années 90 (dont une année entière comme novice) suffit à retenir l’attention du lecteur.
Venant d’une famille résolument non religieuse (son père était franc-maçon), ayant découvert la religion à travers l’hindouisme, ce fut certes providentiellement mais non moins brusquement que, au cours d’un séjour presque improvisé en Grèce et d’un voyage au Mont-Athos qui s’y greffa de manière impromptue, l’auteur découvrit le christianisme en même temps que l’Orthodoxie.

Lire la suite »

Recension: Père Justin Popovitch, « Les voies de la connaissance de Dieu »

51M0QCV5ZZL._SS500_ Père Justin Popovitch, « Les voies de la connaissance de Dieu. Macaire d’Égypte, Isaac le Syrien, Syméon le Nouveau Théologien ». Traduit du serbe par J.-L. Palierne. Préface de Mgr Athanase Jevtitch. Lausanne, éditions L’Âge d’Homme, 1998, 194 pages.
Le père Justin Popovitch (1894-1979), que l’Église serbe vient de canoniser et qui porte désormais le titre de saint Justin de Tchélié, est aujourd’hui largement reconnu dans l’ensemble du monde orthodoxe comme un nouveau Père de l’Église. Son activité de professeur au séminaire de Sremski-Karlovci puis sa relégation de plusieurs décennies, par le régime de Tito, au monastère de Tchélié, lui ont laissé le loisir d’écrire une œuvre monumentale que les éditions L’Âge d’Homme ont déjà partiellement publié.
« Les voies de la connaissance de Dieu » est un recueil d’études édité depuis déjà longtemps en Serbie et en Grèce.
Les deux premières études, qui constituent la plus grande partie du volume, sont parmi les plus anciennes qu’ait écrites le père Justin.

Lire la suite »

Recension : Saint Nicolas Vélimirovitch, « Les symboles et les signes ».

Images&signes Saint Nicolas Vélimirovitch, « Les symboles et les signes », coll. L’archipel slave, L’Age d’Homme, Lausanne, 2010, 110 p.
Ce petit livre, dont le texte a la dimension d’un gros article, a été écrit en 1932 par l’évêque serbe Nicolas Vélimirovitch (le futur saint Nicolas de Jitcha) à l’intention des étudiants de la faculté de théologie de Belgrade, afin de les initier aux principaux signes et symboles en usage dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. 
Après un chapitre introductif sur « la réalité et ses symboles », l’ouvrage traite d’abord de la terre, du soleil, des étoiles, des minéraux, des végétaux, des animaux, des objets, des actes, faits et activités en tant que symboles, puis des rêves, des événements, des pensées, des sentiments, des circonstances ordinaires, des phénomènes et cataclysmes naturels, de l’homme, de la guerre, de la famine et de la perte en tant que signes. Après un chapitre sur les signes de la fin du monde et avant un chapitre conclusif sur « la connaissance de la vérité », l’auteur précise ainsi la différence entre les symboles et les signes:

Lire la suite »

Recension: « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », tomes 3 et 4.

Evergetinos « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », traduit du grec par le hiéromoine Nicolas Molinier, tomes 3 et 4, édition du monastère Saint-Antoine-le-Grand et du monastère de Solan, 2010, 380 p. et 415 p.
C’est peu après les tomes 1 et 2 que paraissent les tomes 3 et 4 de ce grand classique de la spiritualité orthodoxe, connu et habituellement désigné comme « l’Évergétinos » – du nom de son auteur, Paul, fondateur, à Constantinople au XIe siècle, du monastère de l’Évergétis – mais qui s’intitule en réalité « Recueil des paroles inspirées et des enseignements des pères saints et théophores, rassemblés à partir de tous leurs écrits inspirés, disposé de façon simple et profitable ». Rappelons que cette anthologie thématique de textes spirituels, d’abord largement diffusée sous forme de manuscrits, fut éditée pour la première fois au XVIIIe siècle par saint Nicodème l’Hagiorite, qui publia dans le même temps une autre anthologie célèbre, mais chronologique et plus centrée sur la voie hésychaste : la « Philocalie des Pères neptiques ».
Les tomes 3 et 4 de l’Évergétinos sont constitués chacun, comme les tomes 1 et 2, de cinquante chapitres dont chacun commence par l’énoncé d’une thèse qu’illustrent, de points de vue différents, un certain nombre de passages tirés des œuvres d’auteurs spirituels divers (Amphiloque, Anastase le Sinaïte, Antiochos le Pandecte, Barsanuphe, Jean Cassien, Diadoque de Photicé, Ephrem le Syrien, Grégoire le Dialogue, Isaac le Syrien, Isaïe de Scété, Marc le Moine, Maxime le Confesseur, Nil, Pallade, Abba Zossime), des Apophtegmes et des Vie des saints. Dans l’ensemble de l’anthologie sont finalement abordés presque tous les aspects de la vie spirituelle telle que la conçoivent les Pères.

Lire la suite »

Recension: Sotos Chondropoulos, « Saint Nectaire. Le saint de notre siècle »

St Nectaire1 Sotos Chondropoulos: « Saint Nectaire. Le saint de notre siècle », Éditions Kainourgia, Athènes, 2009.
C’est une heureuse initiative que d’avoir réédité la traduction française livre de Sotos Chondropoulos, « Saint Nectaire d’Égine (1846-1920) », primitivement publié par le monastère de Lavardac en 1982 mais épuisé depuis longtemps. Ce livre est en effet beaucoup plus complet que celui du P. Ambroise Frontrier, « Saint Nectaire d’Égine », publié aux éditions L’Age d’Homme, que nous avions présenté ici même il y a quelque temps.
Saint Nectaire d’Égine est l’un des plus grands saints modernes, très vénéré par les fidèles orthodoxes du monde entier, et dont les miracles – en particulier la guérison de maladies incurables – restent nombreux. Il est donc utile de rappeler ce que furent sa vie et sa personnalité spirituelle.

Lire la suite »

Une nouvelle édition bilingue, téléchargeable et imprimable, du Grand Canon de saint André de Crète

Gd_canon_Tout-page1 Au cours des matines de ce jeudi (célébrées mercredi soir) sera chanté dans sa totalité le Grand Canon pénitentiel de saint André de Crète, ce qui constitue toujours un temps fort des services liturgiques du grand Carême.
Bernard Le Caro et les autres membres de la commission liturgique du diocèse de Genève et d'Europe occidentale de l’Église russe hors frontières (Patriarcat de Moscou) viennent d’en réaliser une nouvelle édition bilingue, slavon-français.
Le texte slavon habituel et l’ordre des tropaires selon l’ordo russe ont été conservés, afin d’aider les fidèles qui suivent l’office dans le cadre de l’Église orthodoxe russe. La traduction  a cependant été faite d’après le texte original grec, mais en ayant recours à l’édition critique publiée en 2007 par A. Giannouli à l’Université de Vienne. Elle a également tenu compte du texte slavon, de la traduction russe de N. Kedrov (Moscou, 1905), de la traduction néo-hellénique du P. Syméon Koutsas (Athènes, 1999), et de la traduction serbe de l’évêque Artemije de Prizren (Belgrade, 1984) ainsi que des traductions françaises publiées par l’exarchat du Patriarcat de Moscou (Paris, 1979) et par le P. Denis Guillaume (Chevetogne, 1973). La traduction des psaumes est celle du P. Placide Deseille ; la traduction des autres textes bibliques est empruntée à la « Bible d’Alexandrie LXX » (éditions du Cerf).
Beaucoup de passages du canon restant incompréhensibles aux fidèles en raison de nombreuses références peu courantes à l’Ancien Testament, des commentaires ont été mis en note, tirés, pour la plupart, du livre de l’archimandrite Syméon Koutsas.
Enfin, pour faciliter la tâche des fidèles qui ne connaissent pas l’alphabet cyrillique, le début des principaux passages de l’office ont été indiqués en caractères latins.
Le texte, imprimable sous forme de livret est téléchargeable ici et le sera aussi dans quelques jours sur le site de diocèse de Genève et d’Europe occidentale de l’Église russe hors frontières.

Recension: saint Silouane pour les petits et pour les grands

Archimandrite Sophrony, « Saint Silouane l'Athonite (1866-1938). Vie, doctrine, écrits », traduction française de l’archimandrite Syméon, 2e édition, éditions du Cerf, Paris, 2010, 512 p. (coll. « Patrimoine christianisme »).
« Starets Silouane, un moine de Mont-Athos, d’après la biographie du père Sophrony », illustrations de Gaëtan Evrard, BD Coccinelle, Durbuy (Belgique), 2009.

Couv8543g_260 On se réjouit de la réédition, par les éditions du Cerf, de la traduction française du célèbre ouvrage du père Sophrony « Saint Silouane l’Athonite », qui était indisponible depuis plusieurs années. Rappelons que ce livre est composé de deux parties: la premier est une introduction qui présente la vie du starets, esquisse son portrait et présente méthodiquement son enseignement spirituel; la seconde est constituée par les écrits du starets lui-même. Rappelons aussi que saint Silouane est l’un des plus grands spirituels orthodoxes du XXe siècle, et que l’archimandrite Sophrony, lui-même un grand spirituel de notre temps, fut son fils spirituel au Mont-Athos les huit dernières années de sa vie. Les écrits du starets Silouane témoignent, avec toute la chaleur de la grâce qui les imprègne, d’une expérience spirituelle d’une hauteur et d’une profondeur exceptionnelles, tandis que l’introduction de l’archimandrite Sophrony, qui constitue une œuvre en soi, reste l’une des meilleures introductions à la spiritualité orthodoxe écrites au XXe siècle.

Lire la suite »

Recension : « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos »

Evergetinos « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », traduit du grec par le hiéromoine Nicolas Molinier, tomes 1 et 2, édition du monastère Saint-Antoine-le-Grand et du monastère de Solan, 2009, 432 p. et 367 p.
C’est un heureux événement que la traduction et la publication, en quatre volumes dont voici les deux premiers, d’un grand classique de la spiritualité orthodoxe, connu et habituellement désigné comme « L’Évergétinos » – du nom de son auteur, Paul, fondateur, à Constantinople au XIe siècle, du monastère de l’Évergétis, c’est à dire de « la Très Sainte Mère de Dieu Bienfaitrice » – mais qui porte en réalité le titre suivant: « Recueil des paroles inspirées et des enseignements des pères saints et théophores, rassemblés à partir de tous leurs écrits inspirés, disposé de façon simple et profitable ». Il s’agit d’une anthologie de textes spirituels qui fut largement diffusée sous forme de manuscrits et connut un très grand succès dans le monde byzantin, avant de bénéficier d’une première édition imprimée au XVIIIe siècle par les soins de saint Nicodème l’Hagiorite, qui, avec saint Macaire de Corinthe, réalisa également une autre anthologie célèbre: la « Philocalie des Pères neptiques ».

Lire la suite »

Un nouveau livre de Jean-Claude Larchet: « La théologie des énergies divines »

Couv8635g_260 Un nouveau livre de Jean-Claude Larchet vient de paraître aux éditions du Cerf, dans la prestigieuse collection « Cogitatio fidei », avec comme titre « La théologie des énergies divines » et comme sous-titre « Des origines à saint Jean Damascène ».
Dans cet ouvrage de près cinq cents pages, l’auteur montre que la théologie des énergies divines est apparue dans le christianisme dès l’origine, discrètement d’abord, avant de faire l’objet d’un développement progressif, avec des points culminants d’une part dans l’œuvre de saint Grégoire de Nysse et d’autre part dans celle de saint Maxime le Confesseur où elle trouve une élaboration presque complète, avant d'être confirmée par saint Jean Damascène et systématisée, sept siècles plus tard, par saint Grégoire Palamas.
Soulignant dans son introduction l’importance fondamentale de cette notion pour la théologie et la spiritualité chrétiennes, pour une évaluation équitable de la théologie de Grégoire Palamas, et aussi pour le dialogue œcuménique, l’auteur étudie ensuite, dans l’Écriture sainte et chez tous les Pères où elle apparaît (en présentant les fruits d’une recherche qui, dans la plupart des cas, n’avait jamais été menée auparavant), la notion d’énergie(s) en rapport avec la notion d’essence à laquelle elle est souvent associée, mais aussi en relation avec tous les thèmes auxquels elle se trouve étroitement liée, en particulier la connaissance de Dieu, la grâce et la déification de l’homme. Est ainsi revisitée l’ensemble de la spiritualité chrétienne dans son mystère le plus profond : celui de Dieu qui, étant par nature au-delà de toute essence créée et par là inconnaissable et imparticipable, se rend néanmoins, par grâce, connaissable et pleinement participable à l’homme.

Lire la suite »

Recension: « Les divines liturgies de saint Jean Chrysostome, de saint Basile le Grand et la liturgie des dons présanctifiés », traduction nouvelle du père Placide Deseille

Liturgie « Les divines liturgies de saint Jean Chrysostome, de saint Basile le Grand et la liturgie des dons présanctifiés », traduction du Père Placide Deseille, éditions du Monastère Saint-Antoine-le-Grand et Monastère de Solan, 2009, 2007 p.
En cette période où, dans un laps de temps de huit jours, on célèbre dans l’Église orthodoxe la liturgie de saint Jean Chrysostome, la liturgie des dons présanctifiés et la liturgie de saint Basile, il est opportun de signaler la publication, par le monastère Saint Antoine le Grand et le monastère de Solan, d’un volume relié et fort bien présenté qui les réunit toutes les trois dans une traduction du père Placide Deseille.
Cette traduction nouvelle paraît avec la bénédiction de S. E. le métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France.
Ceux qui sont des familiers des excellentes traductions réalisées par le P. Placide Deseille ne seront pas surpris de constater que la présente traduction se caractérise par son souci de littéralité par rapport au texte original grec, tout en conservant au texte français un style de grande qualité.

Lire la suite »

Recension: Juliana Schmemann, « The joy to serve »

Joy_to_serve Juliana Schmemann, « The joy to serve », Alexander Press, Montréal, 2009 , 88 p. (collection « Orthodoxy in dialogue with the modern world » n° 6).

Au soir de sa vie, matushka Juliana Schmemann, l’épouse du regretté père Alexandre, nous livre, dans ce petit livre, le fruit de son expérience d’épouse de prêtre, sous forme de divers conseils donnés à toutes les épouses de prêtres.
Matushka Juliana a bien conscience que le statut d’une femme de prêtre peut revêtir des formes très diverses. Elle-même exerça à temps plein, pendant plusieurs décennies, une activité d’enseignante puis de directrice d’une grande école new-yorkaise, tandis que son époux, en tant que doyen de l’Institut Saint-Vladimir, voyait ses journées en grande partie occupées par des tâches administratives ; son mode de vie était donc bien différent de l’épouse d’un prêtre d’une paroisse de campagne accompagnant son époux, au quotidien et à temps plein, dans son travail pastoral.
Les conseils donnés par matushka Juliana tiennent compte des différentes activités et types d’intervention possibles de l’épouse du prêtre, dans le cadre d’un statut qui est de toute façon celui d’un service d’Église, et qui suppose, à la base, une vocation et un engagement.

Lire la suite »

Recension: Laurence Brottier, « Les « Propos sur la contrition » de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus »

Couv8603g_260 Laurence Brottier, « Les "Propos sur la contrition" de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus », éditions du Cerf, Paris, 2010, 452 p. (collection « Patrimoines- Christianisme »).
Dans cet ouvrage, L. Brottier, spécialiste de l’œuvre de saint Jean Chrysostome, propose une traduction nouvelle de ses deux courts écrits réunis sous le titre « Propos sur la contrition » (également intitulés « Traités la componction » dans la traduction française des œuvres complètes de saint Jean Chrysostome réalisée au XIXe siècle). Cette œuvre, fut probablement écrite alors que saint Jean Chrysostome était encore diacre, soit entre 381 et 386, après plusieurs années de vie érémitique au désert. Alors que, en tant qu’écrit de jeunesse, elle a été peu considéré, L. B. montre ici que le thème qu’elle développe a profondément marqué l’ensemble de l’œuvre de saint Jean Chrysostome: « La lecture attentive des Propos montre qu’ils constituent un prélude à sa prédication: la plupart des questions abordées, comme les images employées, sont en fait récurrentes dans ses homélies et même dans sa correspondance d’exil ». L’auteur en conclut qu’ « apparaissent ainsi la profonde unité de sa spiritualité et son affirmation d’une seule perfection chrétienne, incarnée dans des états de vie différents ».

Lire la suite »

Recension: L’ecclésiologie eucharistique

Ecclésiologie eucharistique «L'ecclésiologie eucharistique. Actes du colloque de l’Académie internationale des sciences religieuses sur l’ecclésiologie eucharistique, Thessalonique, août 2008», publiés sous la direction de Jean-Marie Van Cangh. Publications de l’«Académie internationale des sciences religieuses», 2009, Bruxelles, 2009, 206 p. (diffusion Cerf).
Parmi les dix communications d’auteurs catholiques, protestants et orthodoxes que réunit ce volume, quatre retiennent surtout l’attention d’un point de vue orthodoxe : celle du P. Hervé Legrand o. p., intitulée «L’inséparabilité de la communion eucharistique et de la communion ecclésiales. Un axiome chrétien commun et ses différences d’interprétation»; celle du P. Hyacinthe Destivelle o. p., intitulée «Prémisses d’une ecclésiologie eucharistique dans la théologie russe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle» ; celle Stavros Yangazoglou, intitulée «Ecclésiologie eucharistique et spiritualité monastique: rivalité ou synthèse?»; celle du métropolite Jean Zizioulas, intitulée «Eucharitic Ecclesiology in the Orthodox Tradition».

Lire la suite »

Recension: Origène, «Commentaire sur l’Épitre aux Romains», vol. I, Livres I-II.

Couv8657g_260 Origène,«Commentaire sur l'Épître aux Romains », I, Livres I-II. Texte critique établi par C.P. Hammond Bammel; introduction par Michel Fédou; traduction, notes et index par Luc Brésard, Paris, éditions du Cerf, 2009, 472 p., collection «Sources chrétiennes» n° 532.
Le «Commentaire» d’Origène sur l'«Épître aux Romains» a été composé à Césarée vers 243. C’est, historiquement, le premier commentaire de cette épître dans la littérature exégétique chrétienne.
De l’original grec il ne reste que des fragments.  Le texte ici édité est celui de la traduction latine qu’en fit Rufin d'Aquilée dans les années 405-406.
Ce premier tome donne le texte et la traduction des livres I et I. Les livres III à X seront publiés dans trois volumes ultérieurs.

Lire la suite »

Recension: Jean Chrysostome, «L’Eucharistie, école de vie»

Jean_Chrysostome_Eucharistie Jean Chrysostome, «L’Eucharistie, école de vie». Introduction, notes guide thématique par Jacky Marsaux, éditions Migne, Paris, 2009, 218 p. («Les Pères dans la foi»).
Ce livre, qui était à l’origine une thèse de doctorat, propose une traduction nouvelle de huit textes de saint Jean Chrysostome relatifs à l’eucharistie. Une introduction d’une cinquantaine de pages en présente une synthèse. Celle-ci est complétée, à la fin, par un guide thématique qui reprend et explique les notions principales.

Lire la suite »

Recension: Michel Quenot, «Les clefs de l’icône»

Quenot Michel Quenot, «Les clefs de l’icône. Son langage symbolique», éditions Saint Augustin, Saint Maurice (Suisse), 2009, 208 p.
Le père Michel Quenot, bien connu pour ses nombreuses publications antérieures sur les icônes, se concentre ici sur leur langage symbolique.
Après une brève introduction générale, il analyse successivement: le corps humain et ses différents éléments; les vêtements et les parures; les objets personnels; l’espace et le temps; l’habitat; le monde minéral, végétal et animal; le monde céleste; les entrailles de la terre; le monde infernal; les éléments liturgiques, et quelques symboles particuliers.
L’ouvrage est écrit dans un langage simple et concret, et le texte prend souvent, comme celui des livres précédents de l’auteur, la forme d’une libre méditation à tonalité contemplative.

Lire la suite »

Recension: Marina Copsidas, «Le Christ Pantocrator. Présence et rencontre»

Couv8618g_260 Marina Copsidas, «Le Christ Pantocrator. Présence et rencontre», Cerf, 2009, 185 p.

En guise de présentation de ce livre qui vient de paraître aux éditions du Cerf, nous donnons dans son intégralité la préface écrite par le P. Boris Bobrinskoy (directeur de recherche de l'auteur), qui le résume dans sa totalité.
«Le titre même de cet ouvrage, “Le Christ Pantocrator. Présence et rencontre” oriente déjà le lecteur vers ce qui est le but de Marina Copsidas: montrer le sens de la représentation iconographique du Christ à travers les siècles, soulignant que cette représentation veut indiquer une véritable présence du Christ, menant à une relation de vision et même de communion du Christ avec le voyant. Ce parcours de la destinée de l'image du Pantocrator, à travers les siècles, montre l'importance de cette démarche de l'auteur réalisée dans un esprit d'ouverture œcuménique. Il démontre aussi l'actualité des images anciennes qui n'ont rien perdu de leur éclat et de leur impact, en même temps qu'il prouve leur catholicité, puisqu'elles sont situées aussi bien en Occident qu'en Orient.
Cette étude se subdivise en quatre parties: “La vérité du Pantocrator”; “La vision du Pantocrator”; “Les sept Conciles confessant l'Image du Dieu Invisible”; “L'actualité du Pantocrator: Présence et rencontre”.

Lire la suite »

Recension: Christine Chaillot (sous la direction de), «L’Église orthodoxe en Europe orientale au XXe siècle»

Chaillot Christine Chaillot (sous la direction de), «L’Église orthodoxe en Europe orientale au XXe siècle», préface de Mgr Kallistos Ware, Cerf, Paris, 2009, 416 p.
Christine Chaillot, à travers les différentes manifestations de l’association qu’elle a créée et la publication de plusieurs ouvrages (en anglais), s’est attachée depuis de nombreuses années à faire connaître les Églises non-chalcédoniennes (monophysites), à les soutenir dans les difficultés qu’elles rencontrent souvent dans les contextes politiques et religieux où elles se trouvent, et à rapprocher les chrétiens orientaux de différentes confessions. Elle se propose aussi, dans ce livre et dans le précédent («Histoire de l’Église orthodoxe en Europe occidentale au XXe siècle») dont il est le complément, de mieux faire connaître les différentes Églises orthodoxes locales non seulement aux non-orthodoxes, mais aussi aux orthodoxes eux-mêmes, souvent trop étroitement concentrés sur leur propre Église au point d’ignorer les autres.

Après une assez longue préface de Mgr Kallistos Ware qui, en faisant un tour d’horizon, relève divers problèmes relatifs aux relations inter-orthodoxes à l’époque contemporaine, seize notices sont consacrées aux différentes Églises locales ou à la présence orthodoxe dans différents pays d’Europe : Constantinople, Grèce, Chypre, Bulgarie, Serbie, Albanie, Roumanie, Moldavie, Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Pologne, Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine, Russie, Géorgie. L’éditrice a convoqué des membres de ces différentes Églises, généralement connus pour leurs travaux antérieurs sur le sujet, afin d’en présenter, de manière aussi objective que possible, l’histoire, sur une période qui tantôt se limite au XXe siècle, tantôt s’étend des origines à nos jours. Ces notices étant inévitablement des résumés (entre 10 et 20 pages en moyenne), une bibliographie figurant à la fin de chacune d’elles offre la possibilité d’un approfondissement. Tout en reconnaissant l’utilité de ce projet et la qualité globale de l’ouvrage, on regrette que, se concentrant sur le développement historique et surtout les problèmes internes (liés souvent aux difficultés créées par le communisme lorsqu’il était dominant dans la plupart des pays considérés), il ne fasse pas assez de place à une présentation du caractère spécifique actuel des différentes Églises (comme l’avait fait par exemple le livre, récemment réédité mais en grande partie dépassé, du P. R. Janin, «Les Églises orientales et les rites orientaux»), car c’est par là aussi, et pas seulement par l’histoire, que passe le progrès dans la connaissance mutuelle.

Jean-Claude Larchet

Recension: P. Ambroise Fontrier, «Saint Nectaire d’Égine»

Nectaire P. Ambroise Fontrier, «Saint Nectaire d’Égine», L’Age d’Homme, Lausanne, 1993, 160 p.
En ce jour où les fidèles qui suivent l’ancien calendrier célèbrent la mémoire de saint Nectaire d’Égine, il est utile de rappeler l’existence de deux livres en français qui lui ont été consacrés : celui, plus complet et approfondi mais malheureusement épuisé, de Sotos Chondropoulos: «Saint Nectaire d’Égine (1846-1920)», Lavardac, 1982, et celui, toujours disponible aux éditions L’Age d’Homme, du P. Ambroise Fontrier: «Saint Nectaire d’Égine». Publié pour la première fois en 1965 sous forme de polycopié, ce dernier ouvrage contribua grandement à faire connaître en France ce grand saint qui y était alors à peu près inconnu. Il comporte tout d’abord, en une centaines de pages, un exposé très vivant de la vie de saint Nectaire, précédé par l’excellent prologue de la «Vie des saints» du père Justin Popovitch et suivi de son épilogue. Figurent en appendices le texte d’une étude de saint Nectaire sur l’Église et son «Hymne à l’amour divin». 

Lire la suite »

Recension: Archimandrite Kyprian Kern, «Orthodox Pastoral Service»

Kern Archimandrite Kyprian Kern, «Orthodox Pastoral Service», Orthodox Research Institute, Rollinsford, 2009, 137 p.
Le père Cyprien Kern (1900-1960) fut professeur de patrologie et de théologie liturgique à l’Institut Saint-Serge. Il exerça dans le premier domaine une influence importante sur le  jeune Jean Meyendorff et dans le second sur le jeune Alexandre Schmemann, dont il fut aussi le père spirituel.
Ce livre intitulé «Le service pastoral orthodoxe», publié aux États-Unis en version anglaise d’après l’édition originale russe (Paris, 1957), n’a pas encore été traduit en français. Pourtant, c’est un des rares livres orthodoxes consacrés au ministère pastoral.
Dans le premier chapitre, l’auteur évoque surtout les auteurs qui ont étudié ce sujet depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à l’époque où il écrit ; il reconnaît une importance particulière à des cours non publiées donnés par l’archimandrite (futur métropolite) Antoine Khrapovitky alors qu’il était professeur à Moscou et à Kazan, et le citera de nombreuses fois dans les chapitres qui suivent. Dans le 2e chapitre, il présente les fondements du ministère pastoral sous forme de considérations anthropologiques très générales, d’inspiration personnalistes (le nom de Berdiaev est plusieurs fois cité) faisant une grande place aux thèmes de la personnalité et de la liberté. Le troisième chapitre entre dans le vif du sujet, en opposant le ministère pastoral chrétien à la prêtrise telle que la conçoit l’Ancien Testament, un thème qui sera repris et développé dans un appendice intitulé «Deux modèles pour le service pastoral: lévitique et prophétique», qui reproduit un article célèbre du P. Cyprien. Le 4e chapitre traite de la vocation pastorale. Le 5e chapitre tente de définir ce que doit être la mentalité du prêtre, les dispositions psychiques, affectives, morales et spirituelles qu’il doit avoir dans l’exercice de son ministère. Le 6e chapitre aborde la question de la préparation à la prêtrise. Le chapitre 7, enfin, traite de l’ordination.

Lire la suite »

Recension: Job Getcha, «Le Typikon décrypté. Manuel de liturgie byzantine»

Typikon Job Getcha, «Le Typikon décrypté. Manuel de liturgie byzantine», préface du hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, Cerf, 2009, 352 pages (collection «Liturgie» n°18).
C’est un livre non seulement utile mais indispensable que vient de publier aux éditions du Cerf l’archimandrite Job Getcha, ancien professeur et ancien doyen de l’Institut Saint-Serge. Il s’agit de la première étude développée, en français, consacrée au Typikon, c’est-à-dire à l’ordonnancement des services liturgiques dans l’Église orthodoxe. Comme «manuel de liturgie byzantine», ce livre sera directement utile au clergé francophone (dont la formation est souvent insuffisante, parfois inexistante), aux chefs de chœur et aux lecteurs qui participent au déroulement des offices, mais aussi aux fidèles qui souhaitent mieux comprendre la structure des services liturgiques, leur contenu et leur histoire, le Typikon orthodoxe étant particulièrement complexe tant dans sa formation historique que dans son organisation actuelle.

Lire la suite »

Recension: Gérard-Henry Baudry, Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle).

Couv8532g_260 Gérard-Henry Baudry, «Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle)», Cerf, 2009, collection «Images & Beaux livres».
Écrit par un prêtre catholique qui a été codirecteur de l’encyclopédie «Catholicisme» et qui est connu pour ses études antérieures consacrées à la formation de la culture chrétienne, ce livre est une introduction au monde des symboles du christianisme antique du Ier au VIIe siècle, tels qu’on les rencontre sur tous les matériaux qui subsistent de cette époque : fresques, mosaïques, sculptures, gravures, formes architecturales…
Le premier chapitre présente les divers symboles du Christ; le chapitre 2, le symbolisme des lettres, des nombres et des figures géométriques; le chapitre 3, les symboles empruntés à la nature; le chapitre 4, les symboles empruntés au milieu culturel; le chapitre 5 étudie la signification typologique de huit épisodes de l’Ancien Testament; le chapitre 6 examine la portée théologique des évènements majeurs de la vie du Christ (Nativité, Baptême, miracles divers, Transfiguration, Passion, Descente aux enfers, Ascension); le chapitre 7 présente les figures de l’Église et le symbolisme des édifices cultuels ; enfin le chapitre 8 analyse les symboles eschatologiques.

Lire la suite »

Recension: «Petit Horologion», traduction française par l’archimandrite Placide (Deseille).

Petit_horologion «Petit Horologion», traduction française par l’archimandrite Placide (Deseille), coédition du monastère Saint-Antoine-le-Grand et du monastère de Solan, 2009, 160 p.
C’est dans une très belle édition reliée et bicolore (les prières en noir, les rubriques en rouge) que paraît, en traduction française, ce petit livre d’heures traduit par l’archimandrite Placide (Deseille).
Le volume comprend successivement : les prières initiales, l’office de vêpres, les petites complies, l’office de minuit du lundi au samedi, l’office de minuit du dimanche, l’office de l’orthros (matines), l’heure de prime, l’heure de tierce, l’heure de sexte, l’office des typiques, l’heure de none, l’Acathiste à la Mère de Dieu, la Paraclisis à la Mère de Dieu, l’office de la sainte communion, l’heure pascale et un tableau de répartition des cathismes du psautier pour les offices où ils sont lus.
Ce volume a l’avantage par rapport à d’autres déjà parus de comporter
les psaumes dans l’excellente version du même traducteur, et d’offrir
partout une traduction précise et juste. On a ici un texte fiable à
tous égards, dû à un traducteur qui a non seulement une pratique
liturgique bien établie qui lui a permis de «roder» cette traduction,
mais encore une bonne connaissance de la langue grecque liturgique dans
laquelle le texte original a été composé. On apprécie également la
clarté et la précision des rubriques.

Lire la suite »

Recension: Grégoire le Grand, «Morales sur Job». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).

Couv8578g_260  Grégoire le Grand, «Morales sur Job». Sixième partie (Livres XXX-XXXII). Texte latin de Marc Adriaen, introduction et notes d'Adalbert de Voguë, traduction par les moniales de Wisques. Paris, Les éditions du Cerf, 2009, 507 pages («Sources chrétiennes» n°  525).
Les «Morales sur Job» (que l’on désigne souvent de leur nom latin «Moralia») consistent en un volumineux commentaire du Livre de Job, élaboré par le futur pape Grégoire le Grand un peu après 579, alors qu’il était encore diacre et exerçait la fonction d’apocrisiaire (légat) du pape Pélage II à Constantinople. Autour de lui se trouvait un groupe de moines dont il était le père spirituel. C’est à leur demande qu’il entreprit de commenter le Livre de Job. Il était alors âgé de quarante ans. Le commentaire fut fait oralement. Sa mise par écrit fut réalisée sur la base des notes préparatoires de Grégoire et d’enregistrements sténographiques; elle prit la forme finale de six volumes et trente-cinq livres. La collection «Sources chrétiennes» comportait déjà quatre volumes des «Morales sur Job», incluant les livres I-II, XI-XIV, XV-XVI, XXVIII-XXIX. Le présent volume nous offre les livres XXX-XXXII qui ont pour objet le commentaire de Job 38,34 à 40,14.

Lire la suite »

Recension: «Sermons orthodoxes» réunis par l’archiprêtre Benjamin Joukoff.

Joukov «Sermons orthodoxes» réunis par l’archiprêtre Benjamin Joukoff, L’Âge d’Homme, Lausanne, 2009, 3687 p. (collection «Sophia»).
Ce volume rassemble, pour tous les dimanches de l’année liturgique, pour les fêtes du Seigneur et de la Mère de Dieu et pour les fêtes de quelques saints, les sermons prononcés par trente-cinq hiérarques ou prêtres orthodoxes russes, la plupart de la fin du XIXe siècle. Saint Jean de Cronstadt est le plus cité (36 homélies), suivi de l’archiprêtre Rodion Poutiakine  (21 homélies extraites d’un recueil paru à Saint-Péterbourg en 1898). Parmi les autres prédicateurs, on trouve les noms de Macaire, métropolite de Moscou (8), Dimitri, archevêque de Kherson (5), Eusèbe, archevêque de Moghilev (5), Léonce métropolite de Kiev (3), Philarète de Moscou (2), Platon, métropolite de Kiev, Dimitri de Rostov, Théophane le Reclus, Innocent de Moscou… Trente-deux homélies sont des compilations empruntées à un recueil publié en 1963 par le monastère de Jordanville.
Parmi les prédicateurs figurent aussi des prêtres et hiérarques de l’Église russe hors frontières (dont saint Jean de Changhaï), et 19 homélies (souvent connotées politiquement) de l’auteur du recueil qui appartenait à cette Église avant de rejoindre le groupe minoritaire qui a refusé l’union avec le Patriarcat de Moscou en 2007, et qui se trouve aujourd’hui subdivisé en quatre factions situées canoniquement en dehors de l’Église orthodoxe.

Lire la suite »

Recension: «Les Pères et la naissance de l’ecclésiologie»

Vannier

Marie-Anne Vannier (éd.), «Les Pères et la naissance de l’ecclésiologie», Éditions du Cerf, Paris, 2009, 316 p. (coll. «Patrimoine christianisme»).
Ce volume contient le texte de quatorze communications qui ont été présentées lors d’un colloque, consacré à l’ecclésiologie patristique des premiers siècles, qui s’est tenu à l’Université Paul Verlaine de Metz, les 12 et 13 mars 2008. Nous en donnons ci-dessous la liste. Malgré l’intérêt de certains exposés, cet ouvrage est globalement décevant, pour des raisons qui tiennent surtout à la conception d’ensemble et à l’organisation de ce colloque: constitué d’études spécialisées souvent périphériques et privilégiant les sources latines tout en ignorant un texte aussi fondamental que le traité de saint Cyprien de Carthage sur «L’Unité de l’Église», il ne donne qu’un très pâle reflet de la vision qu’avaient de l’Église les Pères aux premiers temps du christianisme (une vision que reflètent bien, au contraire, dans le monde orthodoxe, les travaux du P. Georges Florovsky ou la thèse du métropolite Jean de Pergame). Soucieux d’élargir les perspectives en évoquant l’actualité des Pères, ce volume s’ouvre par une étude (assez générale) sur «l’influence de l’ecclésiologie des Pères sur celle de Vatican II», et se clôt par une étude (non moins générale et qui n’a pas de rapport particulier avec le thème du volume) de Mgr Hilarion Alfeyev, sur «l’héritage patristique et la modernité».

Lire la suite »

Recension: Paul Evdokimov, «Une vision orthodoxe de la théologie morale»

Evdokimov Paul Evdokimov, «Une vision orthodoxe de la théologie morale», préface du P. Michel Evdokimov, Paris, Éditions du Cerf, 2009, 193 p. (coll. «Patrimoine orthodoxie»).
Depuis quelques années, le P. Michel Evdokimov s’occupe de rééditer les écrits de son père, le théologien Paul Evdokimov (1901-1970). Ce volume est issu des cours donnés par ce dernier à l’Institut Saint-Serge entre les années 1950 et 1970. Il entend présenter la conception orthodoxe de la morale, dont Michel Evdokimov souligne à juste titre, dans sa préface, qu’elle dépasse l’éthique des devoirs et des obligations et donc aussi le moralisme. L’auteur étudie successivement «la morale naturelle», «la notion éthique du Bien et les réactions naturelles de l’esprit humain», «l’éthique du monde ancien» et des religions et philosophies extrême-orientales, «les origines de la conscience morale selon les différents systèmes philosophiques» ; les chapitres suivants traitent de la notion de valeur, du problème du mal, de l’aspect éthique de l’ecclésiologie et de la vie spirituelle (les passions, les combat invisible de l’ascèse…).

Lire la suite »

Recension: George Peter Bithos, Saint Methodios of Constantinople

Bithos George Peter Bithos, «Saint Methodios of Constantinople. A Study of his Life and Works», Orthodox Research Institute, Rollinsford (New Hampshire), 2009, 287 p. (Patristic Theological Studies 4).
Cet ouvrage est le bienvenu, car peu d’études ont été consacrées au patriarche Méthode de Constantinople (843-847) qui joua pourtant un rôle important dans la fin du combat contre le «second iconoclasme», la restauration de la vénération des icônes, l’instauration de la fête du «Triomphe de l’Orthodoxie» (que l’Église orthodoxe célèbre chaque année, le premier dimanche du Grand Carême), et composa le «Synodikon de l’Orthodoxie», texte dogmatique majeur de l’Église orthodoxe où celle-ci récapitule et anathématise toutes les hérésies du passé et réaffirme solennellement la vraie foi.

Lire la suite »

Recension: Il cammino del monaco. La vita monastica secondo la tradizione dei Padri.

Camino_del_monaco «Il cammino del monaco. La vita monastica secondo la tradizione dei Padri», Introduzione, scelta e traduzione dalle lingue originali a cura di Luigi d’Ayala Valva, éditions Qiqajon, Bose, 2009, 982 p.
Ce livre de près de mille pages, intitulé «Le chemin du moine. La vie monastique selon la tradition des Pères» est une anthologie thématique de textes patristiques concernant la vie monastique, réalisée par le Père Luigi d’Ayala Valva, moine de la communauté catholique de Bose (Italie). Les textes sont regroupés selon les parties et les thèmes suivants : 1) Prologue : Présentation de la vie monastique (le moine ; le mode de vie monastique ; le moine, l’Église et le monde) ; 2) Devenir moine (la vocation et la conversion ; le renoncement au monde ; l’initiation monastique ; l’écoute et l’obéissance au père spirituel ; le célibat et la virginité ; la persévérance et la stabilité)  3) La vie au monastère (la communauté ; le supérieur ; les rapports avec les frères ; la pauvreté et la communauté des biens ; le travail ; le silence et la parole ; l’ascèse corporelles ; l’hospitalité) ; 4) La vie cachée (la solitude et la garde de la cellule ; l’attention et la vigilance ; la lutte spirituelle ; le discernement des pensées ; la componction et le don des larmes ; la lectio divina ; la prière personnelle ; l’acédie et la patience) ;  5) Plénitude de vie (l’humilité ; la pureté du cœur ; la charité) ; Épilogue : la mort du moine.

Lire la suite »

Recension: Pseudo-Justin, «Ouvrages apologétiques. Exhortation aux Grecs – Discours aux Grecs – Sur la monarchie»

Pseudo_justin Pseudo-Justin, «Ouvrages apologétiques. Exhortation aux Grecs – Discours aux Grecs – Sur la monarchie», introduction, texte grec, traduction et notes par Bernard Pouderon avec la collaboration de Cécile Bost-Pouderon, Marie-Joseph Pierre et Pierre Pilard, éditions du Cerf, Paris, 2009, 440 p., collection «Sources chrétiennes» n° 528.
Ce volume regroupe trois œuvres apologétiques qui ont été longtemps attribuées à saint Justin mais dont on a aujourd’hui de bonnes raisons de penser qu’elles ne sont pas de sa main: l’«Exhortation aux Grecs» probablement écrite, entre 310 et 340, par le monarchien Marcel d’Ancyre ; le «Discours aux Grecs», écrit par un notable pour justifier son renoncement au paganisme et sa récente conversion au christianisme ; «Sur la monarchie», qui est pour l’essentiel une anthologie de textes de poètes et de philosophes païens étayant la foi en un Dieu unique et juste, qui a peut-être été composée en milieu juif avant de recevoir une introduction et une conclusion chrétiennes.

Lire la suite »

Recension: Gregorio Palamas, «Che cos’è l’ortodossia. Capitoli, scritti ascetici, lettere, omelie»

Palamas3 Gregorio Palamas, «Che cos’è l'ortodossia. Capitoli, scritti ascetici, lettere, omelie», éd. Bompiani, Milan, 2006, LVI et 1816 p., collection «Il Pensiero Occidentale».
Ce troisième volume des œuvres complètes de saint Grégoire Palamas fait suite aux deux volumes que nous avons présentés dans nos chroniques précédentes.
Il comprend le texte grec et la traduction italienne des œuvres suivantes : «Cent cinquante chapitres physiques, théologiques, éthiques et pratiques», «Trois chapitres sur la prière et la pureté du cœur», «Vie de saint Pierre l’Athonite», «À la moniale Xénè», «Lettre à Paul Asanès», «Décalogue», «Prières», «Discours épistolaire aux philosophes Jean et Théodore», «Lettres» ; et la traduction seule des «Homélies». La «Vie de saint Pierre l’Athonite» est traduite par C. Costalonga, les « Lettres » par L. Lamastra, et les « Homélies » par E. Greselin et S. Georgopoulos ; les autres œuvres sont traduites par Ettore Perella, maître d’œuvre de cette édition. Ce dernier présente ces différentes œuvres dans une introduction de 55 pages.

Lire la suite »

Recension: Gregorio Palamas, «Dal sovraessenziale all’essenza»

Palamas2 Gregorio Palamas, «Dal sovraessenziale all'essenza», A cura di Ettore Perella, éd. Bompiani, Milan, 2005, CXXXV et 1570 p., collection «Il Pensiero Occidentale»
Nous avons présenté dans notre précédente chronique le remarquable travail d’édition des œuvres complètes de saint Grégoire Palamas réalisé en Italie par Ettore Perella.
Ce deuxième volume, intitulé «De la suressence à l’essence», est tout aussi impressionnant par la taille que le premier. Il comporte le texte grec original et la traduction italienne des sept importants «Traités antirrhétiques contre Akindynos» (qui occupent la moitié du volume), du récit de la réfutation de Nicéphore Grégoras par Grégoire Palamas devant l’empereur, du «Contre Bekkos» (réfutation d'une version latinophrone du Filioque inspirée au patriarche Jean Bekkos par certaines œuvres de Nicéphore Bemmydès), du «Tome hagioritique», de plusieurs petits traités apologétiques (adressés notamment au patriarche de Constantinople et au patriarche d’Antioche), et enfin des opuscules écrits par saint Grégoire lorsqu’il était prisonnier des Turcs.

Lire la suite »

Recension: Gregorio Palamas, «Atto e luce divina. Gli scritti filosofici e teologici»

Palamas_1 Gregorio Palamas, «Atto e luce divina. Gli scritti filosofici e teologici», A cura di Ettore Perella, éd. Bompiani, Milan, 2003, CXXIX et 1500 p., collection «Il Pensiero Occidentale»
Un événement d’une grande importance dans le domaine de l’édition de textes patristiques est malheureusement passé totalement inaperçu en France : la publication par l’un des plus importants éditeurs italiens des œuvres complètes de saint Grégoire Palamas dans le texte grec original avec, en regard, une traduction italienne qui constitue la première traduction intégrale des écrits du Docteur hésychaste dans une langue occidentale.  Ce travail gigantesque, représenté par plus de 5000 pages réparties en trois tomes, est l’œuvre d’un seul homme : Ettore Perella, psychanalyste de son état, qui fut à Paris, dans les années soixante du siècle dernier, un auditeur attentif de Lacan, et qu’une recherche personnelle, d’abord intellectuelle, amena à s’intéresser à la pensée palamite au point de vouloir la pénétrer et l’assimiler par le biais de la réalisation d’une traduction. Il est significatif que l’auteur ait commencé à s’attaquer aux « écrits philosophiques et théologiques » contenus dans ce premier volume, publié en 2003 et comportant : les «Discours apodictiques sur la procession du Saint-Esprit», les «Triades pour la défense des saints hésychastes», « Sur l’union et la distinction », l’ «Apologie», «Sur la participation déifiante et la simplicité divine et surnaturelle», «Dialogue entre un orthodoxe et un barlaamite», «Théophanès», «Que Barlaam et Akindynos sont ceux qui […] divisent l’unique Divinité en deux divinités inégales». Ces textes sont suivis de la traduction seule de la «Vie de saint Grégoire Palamas» par son disciple le Patriarche Philothée Kokkinos.

Lire la suite »

Vient de paraître: «Philotheos. International Journal for Philosophy and Theology», n° 9.

Philotheos Le numéro 9-2009 de la revue annuelle «Philotheos», «revue internationale de philosophie et de théologie», vient de paraître. On peut en consulter le sommaire en cliquant ici.
Fondée et dirigée par le Professeur Bogoljub Šijacović, titulaire de la chaire de philosophie de la Faculté de théologie orthodoxe de Belgrade, cette revue a la particularité d’être bi-disciplinaire (philosophie et théologie, avec une dominante philosophique), de faire appel à des collaborateurs appartenant à différentes confessions chrétiennes (avec une dominante orthodoxe) et à diverses nationalités, et de publier leurs articles dans leurs langues respectives ou dans les principales langues en usage dans les publications scientifiques.
Ce numéro comporte un article en français sur «Le baptême chez saint Grégoire Palamas», dont l’auteur est Jovan Milanović, doctorant à l’Institut Saint-Serge.
Le siège de la revue est celui de la Faculté de théologie orthodoxe de Belgrade : Mije Kovačevića 11b, 11060 Belgrade, Serbie.

Recension: Patriarche Daniel de Roumanie, «La joie de la fidélité»

Daniel Patriarche Daniel de l’Église orthodoxe roumaine, «La joie de la fidélité», coédition Cerf et Istina, Paris, 2009, 425 p.
Publié à l’occasion de la visite en France de S. B. le patriarche Daniel, ce livre est un recueil de vingt-cinq articles et conférences, écrits directement en français ou traduits du roumain, qui s’échelonnent de l’année 1978 où l’auteur était encore un jeune étudiant laïc de l’université de Strasbourg et portait le nom de Dan-Ilie Ciobotea, jusqu’au 29 février 2008, date où il était depuis quelques mois patriarche de l’Église roumaine.
Ce recueil est précédé d’un entretien avec le P. Hyacinthe Destivelle, directeur du centre Istina et de la collection où paraît le livre. Cette interview, sert d’introduction biographique, car le Patriarche y expose tout son itinéraire : ses origines familiales, ses études en Roumanie, en France et en Suisse, sa formation spirituelle et théologique (avec une évocation des personnalités qui ont marqué celle-ci, comme le P. Cléopas ou le P. Dumitru Staniloae), ses diverses fonctions et réalisations au sein de l’Église, comme conseiller patriarcal puis comme métropolite de Iasi, et enfin les grandes orientations de son action actuelle en tant que patriarche.
Les articles et conférences publiés ici, répartis sous huit rubriques, traitent des sujets les plus variés dans les domaines de la théologie, de la spiritualité et de l’ecclésiologie.

Lire la suite »

Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski