26/03/2017
Actualités
Page d'accueil > Vivre avec l'Église > 26 novembre (ancien calendrier)/9 décembre (nouveau)
26 novembre (ancien calendrier)/9 décembre (nouveau)

26 novembre (ancien calendrier)/9 décembre (nouveau)

26 novembre (ancien calendrier)/9 décembre (nouveau)
Carême de la Nativité

Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; Saint Amateur, évêque d’Autun, (IIIème s.) saint Jacques, ermite en Syrie (457); saint Stylien de Paphiagonie (Vème-VIème s.) ; saint Acace, moine du Sinaï (VI) ; Saint Basle, ermite à Verzy (620) saint Nicon le métanoïté, (vers 1000) ; saint Innocent, évêque d’Irkoutsk (1731) ; commémoration de la dédicace de l’église Saint-Georges à Kiev (1051) ; saint Georges de Chios, néo-martyr (1807) ; saints néo-martyrs de Russie : Nicolas (Zamareev), Jean (Vinogradov), Georges (Kolokolov), Nazaire (Gribkov), Basile (Agafonikov), Basile (Kolosov), Élie (Zatchateïsky), Basile (Stoudnitsyne), Daniel (Mechtchaninov), Michel (Zelentsovsky), prêtres, Tikhon (Bouzov), moine (1937), Pierre (Tsarakine) (après 1937).

SAINT INNOCENT D’IRKOUTSK

Le XVIIIème siècle fut l’époque de la naissance spirituelle de la Sibérie, due aux grands hiérarques glorifiés par l’Église : Jean de Tobolsk (†1715), Innocent d’Irkoutsk († 1731), Sophrone d’Irkoutsk († 1771) et Paul de Tobolsk († 1770). Grâce au zèle spirituel et les labeurs continuels de ces hiérarques, mais aussi des justes et ascètes de Sibérie restés inconnus, la lumière de la foi du Christ a resplendi sur les immensités de la terre sibérienne. St Innocent d’Irkoutsk naquit dans la province de Tchernigov en 1680 et reçut sa formation à l’académie ecclésiastique de Kiev, qu’il acheva en 1706. Peu après, le futur hiérarque prononça ses vœux monastiques et fut ordonné prêtre, puis enseigna à l’Académie de Moscou. A cette époque, le Saint-Synode ayant décidé d’envoyer un évêque à Pékin, ce fut le père Innocent qui fut choisi pour accomplir cette mission. Il fut donc sacré évêque « pour prêcher la parole de Dieu et répandre la piété orthodoxe d’Orient dans l’Etat chinois, où il n’y a eu aucun évêque jusqu’à présent ». Cependant, les autorités chinoises s’opposèrent à l’entrée de Mgr Innocent en Chine. En effet, la lettre du Sénat russe aux dites autorités mentionnait que l’évêque concerné « était une personnalité religieuse », lui donnant le titre de « grand seigneur ». Or, les Chinois objectèrent à cela que, dans le monde entier, seul l’empereur de Chine avait droit au titre de « grand seigneur » et que, par voie de conséquence, il ne pouvait y en avoir un autre… C’est ainsi que le hiérarque resta à Selenginsk, petite localité située près de la frontière chinoise, et ce durant trois ans, dans l’attente d’un revirement éventuel des autorités. Ne recevant plus de rétribution des autorités russes, le hiérarque et sa suite vivaient des dons et de la pêche, ou encore de travaux chez des paysans de la région. Durant toute cette période difficile, le saint trouvait consolation dans l’office Divin, mais il mit aussi à profit ce temps pour apprendre la langue mongole et commença à prêcher le christianisme dans les peuples païens. En 1727, le saint-synode de l’Eglise russe le nomma évêque d’Irkoutsk, où il œuvra beaucoup à la conversion des Bouriates, Iakoutes et Toungouses. Envers eux, le hiérarque faisait preuve de beaucoup de douceur et de délicatesse. Peu avant son trépas, il fit connaissance du sage mongol Lasan, très connu à cette époque, qui, suite à ses discussions avec le saint, reçut le baptême et devint prédicateur du christianisme. Mais ce n’étaient pas seulement les païens qui avaient besoin de la prédication du saint, mais aussi les Russes orthodoxes qui s’étaient éloignés de la foi en raison du manque d’églises dans cette vaste contrée. Aussi, St Innocent déploya tous ses efforts pour faire construire des églises. Malheureusement, le rude climat sibérien entama sérieusement la santé du saint. En automne 1731, il tomba malade et cessa de célébrer. Le 27 novembre de la même année, il reposa paisiblement dans le Seigneur, à l’âge de 51 ans. Ainsi, St Innocent ne dirigea son diocèse que quatre ans et trois mois, mais cette courte période fit bien plus que de nombreuses années de stagnation spirituelle. L’invention des reliques du saint eut lieu en 1804. Le corps, mais aussi les ornements du hiérarque étaient intacts. Le Seigneur glorifia les saintes reliques par de nombreux miracles, qui se produisent jusqu’à nos jours. En 1921, les reliques furent profanées par les bolcheviques, qui ouvrirent la tombe pour procéder à une expertise médicale détaillée. Ensuite, sous une forte escorte, les reliques furent acheminées à un lieu inconnu. On pensait alors que celles-ci étaient perdues à jamais. Néanmoins, la Providence en décida autrement. En 1990, dans des locaux attenants à l’église S. Nicolas de Iaroslavl, des reliques inconnues furent trouvées. A l’aide de l’identification réalisée par l’institut médico-légal de la ville, on parvint à la conclusion que lesdites reliques correspondaient pleinement à la description effectuée par la commission bolchevique de 1921 à Irkoutsk. Les reliques de S. Innocent, livrées à l’humidité d’un local non chauffé, sont restées intactes, par la Grâce Divine, pour la plus grande joie du peuple orthodoxe.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Alypios, ton 1
Colonne de patience, tu imitas les Pères de jadis: / dans ses souffrances Job, dans ses épreuves Joseph; / tu menas la vie des Anges incorporels en ton corps, / vénérable Père Alypios, / intercède auprès du Christ notre Dieu, / pour qu’il accorde à nos âmes le salut.

Tropaire de saint Nicon, ton 3
Lacédémone se réjouit / de posséder la divine châsse de tes reliques sacrées, / car elle est une source de guérisons / et sauve du malheur les fidèles accourant près de toi; / vénérable Père Nicon, supplie le Christ notre Dieu / de nous accorder la grâce du salut.
Tropaire de saint Innocent d’Irkoutsk, ton 3
Luminaire de l’Église très resplendissant, éclairant ce pays par les rayons de tes vertus, et glorifiant Dieu par les nombreuses guérisons de ceux qui accourent à ton tombeau, nous te prions, saint hiérarque Innocent, garde par tes prières cette cité de tous les maux et afflictions.

Kondakion de saint Nicon, ton 6
Imitant la vie des Anges, tu méprisas / les charmes de ce monde comme cendre et scories / et nous montras le chemin du repentir, / théophore et vénérable Nicon; / aussi nous te glorifions en célébrant ta mémoire à présent, / car tu es une vraie source de guérisons.

Kondakion de saint Alype, ton 8
En ce jour l’Eglise te chante et glorifie, / Alype, joyau des ascètes et fondement des vertus; / par tes prières accorde aux fidèles vénérant / avec amour tes exploits et tes luttes sacrées / la rémission de leurs funestes péchés / et la délivrance de tout chagrin, comme l’indique ton nom.

Kondakion de saint Innocent d’Irkoutsk, ton 4
Ce pasteur dont le nom est synonyme de pureté, prédicateur de la foi parmi les peuples mongols, gloire et ornement des ouailles d’Irkoutsk, nous l’acclamons avec amour nous tous les fidèles : il est le gardien de ce pays et celui qui prie pour nos âmes.
Évangile du jour
(Lc XVIII, 15-17, 26-30)

On lui amena aussi les petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples, voyant cela, reprenaient ceux qui les amenaient. Et Jésus les appela, et dit: Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point. Ceux qui l’écoutaient dirent: Et qui peut être sauvé? Jésus répondit: Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. Pierre dit alors: Voici, nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi. Et Jésus leur dit: Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou sa femme, ou ses frères, ou ses parents, ou ses enfants, ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski